Morcat. Journal 2014

créée le lundi 17 novembre 2014, 12 h 07
modifiée le lundi 17 novembre 2014, 12 h 08
Plieux, dimanche 16 novembre 2014, minuit & demi.
Je voulais écrire pour le Dictionnaire des délicatesses du français contemporain une préface, qui se serait ajoutée, quinze ans plus tard, à celle du Répertoire ; mais je me rends compte que celle-ci, que je viens de relire, dit à peu près tout ce que je voulais dire. Je ne vois pas grand-chose à lui ajouter.

*

À propos des Assises de la remigration, un certain David Doucet, “rédacteur en chef adjoint des Inrockuptibles”, écrit tranquillement sur Twitter que :

« “Une terre, un peuple, un sang” a dit Camus. Ça sent quand même la resucée du Blut und Boden ».

On lui fait remarquer que mon discours a été publié et que je ne dis absolument rien de pareil ou même de lointainement approchant. Lui, alors, pas le moins du monde perturbé :

« Dans ce cas-là, je confonds, c’est la personne qui a pris la parole avant lui. »

Je lui rappelle que j’étais le premier intervenant, que donc « personne n’a pris la parole avant moi ». Mais finalement il s’agirait du jeune homme qui servait, selon sa propre définition, de “M. Loyal” aux débats et réglait les accès à la tribune. M. Laurent de Boissieu, de La Croix, estimant sans doute que mes amis et moi chipotons abusivement (lui, un autre, le présentateur, quelle importance ?), écrit que « Là, c’est imparable, mais ils vont encore nier ».

État du journalisme en 2014 (et toujours)…

voir l’entrée du dimanche 16 novembre 2014 et son image dans Le Jour ni l’Heure

accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de consulter les différentes entrées du journal de Renaud Camus.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide