Insoumission. Journal 2016

créée le lundi 8 août 2016, 11 h 45
modifiée le mercredi 10 août 2016, 16 h 42
Plieux, dimanche 7 août 2016, une heure et quart du matin.
On ne sait pas si c’est de leur inconscience ou de leur cynisme qu’il faut s’émerveiller le plus : à peine dépassée (et encore… ) une vague particulièrement meurtrière et sanglante d’attentats, ils décident — apparemment pour éviter la suivante, car, sans cela, où seraient les raisons de l’urgence ? — qu’il convient de réformer au plus vite l’“islam de France”. Mais pourquoi, pourquoi maintenant, et quel rapport avec les attentats, puisqu’on nous répète sans cesse que ceux-ci n’ont rien à voir avec l’islam, rien du tout, et que, par le seul fait qu’ils les commettent, ceux qui les commettent prouvent assez qu’ils ne sont pas musulmans ? Si les attentats n’ont rien à voir avec l’islam, pourquoi vouloir réformer l’islam à peine le sang a-t-il séché, et même avant ?

De toute façon, grâce à la complaisance inouïe de la clique remplaciste, il n’est rien, que ce soit de bon, de neutre ou de mauvais, qui ne serve aussitôt la religion du Prophète et ne renforce sa position parmi nous, son emprise sur nous. Si elle ne tue pas, il n’y a bien sûr que du bien à en dire, elle a toutes les vertus. Si elle tue, il faut la réformer, c’est-à-dire lui donner plus de présence encore et de visibilité, plus d’efficacité, autrement dit plus de pouvoir. Elle est comme la corde qui soutient le pendu : s’il se laisse faire, elle l’étrangle ; s’il se débat, elle l’étrangle encore plus vite.

Évidemment, de mon point de vue, il n’y a pas lieu de réformer l’islam de France. Sauf en cas de conquête tout à fait achevée il ne saurait exister d’Islam de France, d’ailleurs. L’islam, il faut le renvoyer d’où il vient, s’en décoloniser — certainement pas l’“organiser”.  

Il est question, pour présider la nouvelle Fondation Islam de France, de Jean-Pierre Chevènement. S’il se trouvait qu’il acceptât, il ne serait à mes yeux rien d’autre qu’un traître. Quand son pays est envahi, occupé et conquis, un citoyen ne préside pas le syndicat des occupants. 

voir l’entrée du dimanche 7 août 2016 et son image dans Le Jour ni l’Heure

accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de consulter les différentes entrées du journal de Renaud Camus.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide