créée le dimanche 19 février 2017, 0 h 20
modifiée le lundi 20 février 2017, 19 h 40
Plieux, jeudi 16 février 2017, deux heures du matin.
Flickr, le mois dernier, ne m’a pas expulsé comme annoncé, pour diffusion de trois ou quatre images ne m’appartenant pas, mais vient de placer ma “galerie”, sans prévenir, en “accès limité”, ce qui est une jolie catastrophe politique, pour ma campagne, car ce serveur, si c’est bien le mot, est le seul que je sache utiliser pour mettre en ligne des photographies, mais aussi les fameux “cartons” préparés par Marcel Meyer, et encore les images de mes livres, afin d’en annoncer la disponibilité. J’imagine que c’est mon activité politique qui me vaut tous ces coups, par le biais de dénonciations diverses. Toutefois le motif avancé n’est nullement idéologique, il est sexuel : je montrerais trop de seins et de fesses, paraît-il. Ce qu’apprenant je tombai des nues, évidemment, c’est le cas de le dire, d’autant que, des nus, il y en a fort peu dans ma photothèque, et ceux-là ont été mis par moi en accès “restreint”, à la suite d’une précédente alerte.

Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Comme j’insistais pour tâcher de comprendre, et pour récupérer mon ancien statut, dont j’ai le plus grand besoin car il est seul à me permettre de diffuser des images, on a bien voulu m’envoyer des exemples de ceux de mes envois qui posaient un problème, et qui avaient entraîné ma dégradation du statut de “sûr”. Et là, ébahissement total, de ma part : il s’agissait sans exception de tableaux et de sculptures, dont certaines, pour ces dernières, trônent dans des jardins publics, ou bien au beau milieu de places monumentales ou d’esplanades. Ces gens sont-ils sérieux ? Me poursuivent-ils ad hominem, pour des raisons politiques, et se servent-ils, dans le dessein de me nuire, de n’importe quel prétexte, même le plus saugrenu ? Ou bien sont-ils sincères et estiment-ils vraiment que mettre en ligne des clichés de la Vénus de Milo ou du Déjeuner sur l’herbe, c’est mal se comporter à l’égard des autres usagers, dont la pudeur ou les convictions religieuses pourraient être offensées ?

Je trouve la seconde hypothèse plus effrayante encore que la première, car elle implique vraiment une autre civilisation et peut-être même, du point de vue de la nôtre, la sortie de la civilisation, l’entrée dans de nouveaux âges obscurs. Christian Combaz soutenait récemment l’hypothèse, parfaitement défendable, bien qu’il y ait aussi beaucoup d’arguments là-contre, que la marque de l’Europe c’était la nudité, un rapport au corps entièrement dépourvu de culpabilité. Quand Flickr heurte de front cette tradition capitale, la nudité dans l’art, au moins, est-ce à partir du néo-puritanisme américain ou bien est-ce par concession prudente, déjà, à la névrose islamique, et pour s’ouvrir ou garder des marchés ? Ou bien y a-t-il des liens secrets entre les deux répressions, l’américaine et l’islamique, qui ne demanderaient qu’à s’étaler au grand jour — c’est-à-dire à cacher tout ce qui peut l’être, même dans les tableaux des musées ? 

voir l’entrée du jeudi 16 février 2017 et son image dans Le Jour ni l’Heure

accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de consulter les différentes entrées du journal de Renaud Camus.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide