créée le lundi 22 mai 2017, 16 h 45
modifiée le lundi 22 mai 2017, 17 h 08
Plieux, dimanche 21 mai 2017, une heure dix du matin.
J’ai trop négligé ma chère “idéologie du sympa”, dernièrement. Arme de la dictature de la petite bourgeoisie, elle est une pièce capitale de l’arsenal du remplacisme global, pour les industries de fabrication de la MHI.

“En entreprise”, comme ils disent, on s’est aperçu que le bonheur, toujours “comme ils disent”, bien entendu, ou peut-être seulement le “bonheur au travail”, a un excellent effet sur la productivité — autant dire sur les profits. Du coup le bisou est devenu obligatoire, le tutoiement aussi, et des stages de convivialité entrepreneuriale sont organisés régulièrement pour resserrer les liens, repérer les employés qui pourraient avoir des difficultés avec les nouveaux codes et les encourager à corriger leur pratique dans le sens de plus de simplicité, plus de décontraction, plus d’ouverture à l’autre, plus de naturel, surtout (c’est hyperimportant, le naturel, être nature, avec les autres…).

L’environnement ergonomique est jugé de première importance, lui aussi :

« Certains salariés nous ont remonté une problématique de bruit » dit la jeune femme en charge du bonheur, à la direction des ressources humaines. Naturellement il sera tenu le plus grand compte de ces doléances. L’open space sera modifié. On est bien décidé en haut-lieu à « réfléchir cette salle autrement quand il y a une problématique ».   

Contre la courtoisie, contre la politesse, contre la juste distance tant célébrée par Nietzsche, l’idéologie du sympa, donc : ouverture à l’autre, open space, prénom, tutoiement, tenue et attitudes “décontractées” de rigueur, exercices collectifs, jeux, danses, arts martiaux, spiritualités orientales et diverses, présentation des conjoints, ludification générale, infantilisation — on est invité à amener son chat, voire ses enfants. C’est au fond toute la civilisation occidentale, et d’ailleurs, à travers elle, la civilisation tout court, l’idée de civilisation, qui sont mises cul par dessus-tête, avec l’évacuation définitive de leur valeur centrale, qui leur était commune avec l’art, avec la littérature et la politesse : j’ai nommé la forme, le culte de la forme, le moins pour le plus. Les exigences de production de la Matière Humaine Indifférenciée ne s’accommodent que de l’homme comme il est, nu, dépenaillé, comme on dit « venez comme vous êtes » (et comme — non, rien…). Mais le remplacisme global à son stade avancé réclame en plus que la victime soit consentante et mieux encore volontaire, enthousiaste.

Les étudiants français ne rêvent que de Canada, paraît-il, et spécialement de Montréal, la ville universitaire francophone la plus recherchée dans le monde. Là bas les étudiants notent leurs professeurs, les tutoient, les retrouvent au café pour discuter du cours d’égal à égal et leur font la bise. Ils jugent les conditions de travail idéales.

Dante n’avait pas prévu cela : un enfer où l’on est heureux ; ou c’est d’être heureux, qui est l’enfer ; où la seule espérance de dignité et de salut serait de se soustraire — mais c’est presque inconcevable, tant on se ferait haïr —  à l’horrible bonheur imposé, obligatoire, seul admissible (et d’ailleurs seul concevable : quiconque prétendrait s’en retrancher se condamnerait à mort aussitôt). 

Il en va de la convivialité comme du “vivre-ensemble”, qui n’est jamais que sa transposition entre les peuples, les races, les nations : ce sont des exigences de rendement. 

voir l’entrée du dimanche 21 mai 2017 et ses 2 images dans Le Jour ni l’Heure

accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de consulter les différentes entrées du journal de Renaud Camus.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide