Le Jour ni l’Heure
juillet 1980

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
modifiée le mardi 15 janvier 2013, 10 h 32Mardi 1er juillet 1980. Rencontre de Bernard Vanacker (“Van”).

« Levé à 1 heure. Fini Warhol. Trav. un peu aux N[otes]. Ach[riennes]. Tour en fin d’après-midi. Aperçu W. Rencontré un garçon blond avec de très beaux cheveux, Bernard, qui se rend à un dîner et me dit qu’il m’appellera demain. Soirée sol. ici, regardé un mauvais film américain, The Iron Mistress, av. Alan Ladd. À 11 h., coup de tél. de Bernard. Il vient ici. Faisons l’amour très longuement, admirablement, et nous endormons seul. vers 5 h. et 1/2 du matin. Il se lève à 8 heures pour aller travailler. »

_______________________________________________

Quand X. le quitta, il se dit qu’il allait enfin pouvoir l’aimer tranquillement.

_______________________________________________ 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 16 janvier 2013, 10 h 40Mercredi 2 juillet 1980. « Levé à midi. Coup de tél. de Bernard [“Van”], qui doit venir dîner, de Jacqueline [Didier], de Paul [Otchakovsky-Laurens], qui a lu la plus grande partie de T[ravers] II [Été]. Nouvelle lettre de Christian [le soldat] d’Agen. Chèque Hachette, enfin. Écrit à Christian / Tour à pied. Rencontré Bernard, qui vient ici. Fait l’amour avec lui jusqu’à 10 heures. Dîner. Il couche ici. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 17 janvier 2013, 9 h 55Jeudi 3 juillet 1980. « B. s’en va à 9 heures, je dors jusqu’à 11 (insomnie dans la nuit). Tél. de W. Il vient chercher la plus grande partie de ses affaires. Dîne seul ici. Tél. de Philippe (des Finances) [?], puis de Bernard. Phil. vient et couche ici. »  

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateSamedi 5 juillet 1980. Excursion avec Bernard Vanacker et Jérôme Valette : Ermenonville, Chaalis, Senlis, Chantilly. Dîner à Chantilly. « Ici ensuite, écouté du Fauré. B. couche ici. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 18 janvier 2013, 11 h 14Dimanche 6 juillet 1980. « Levés à 2 h. Été av. B[ernard Van.] chez Jacqueline, puis B., Jacqueline [Didier] et  Philippe [ami de Jacqueline D.], et Jean-Paul [Marcheschi] viennent dîner ici. J. et Ph., qui partent très tôt pour la Maroc, partent tôt, J.-P., B. et moi regardons Fantomas [1932], de Paul Fejos. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 19 janvier 2013, 12 h 13Lundi 7 juillet 1980. « Tour l’après-midi, dîné seul ici, été au Mh., vu W. et parti. Lu Letters [de John Barth].

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 20 janvier 2013, 12 h 06Mardi 8 juillet 1980. « Dîné seul, vu Moonfleet, de Lang, extrêmement décevant. Été au Mh., rentré seul, lu Letters. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 21 janvier 2013, 9 h 34Mercredi 9 juillet 1980. « Levé à 10.30. Lettre du soldat d’Agen. Lui ai écrit, et à Ravaz [?], Cohen [propriétaire], Luis Camacho, Pepe, Casimir [Estène], Irazazabal. Trav. un peu. Tour à pied, dîné seul ici, regardé “Émile Zola”, 1ére partie. Au Mh., le soir, rentré avec un Francis de Durfort, près Saint-Hippolyte-du-Fort. Très mal dormi. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 22 janvier 2013, 9 h 28Jeudi 10 juillet 1980. « Francis part vers midi. Trav. un peu l’après-midi. Tél. de W. qui veut venir chercher le lendemain le reste de ses affaires. Regardé la 2ème partie du film sur Zola et l’affaire D. Été au Mh. Vu W. Rentré seul. Lu “Letters”. Vraiment déprimé. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 23 janvier 2013, 10 h 34Vendredi 11 juillet 1980. « Levé vers 11 h. Été chez le coiffeur, qui me dit que mes cheveux tombent et que je ferais bien de les couper plus courts [sic], ce que je ne fais pas. Résultat bizarre de son intervention. Lettre de Jérôme V[alette], avec un chèque de 1500 francs, destiné en partie, théoriquement, au voyage à Bernicot. / Tél. de Bernard [Vanacker]. Je le retrouve chez Jean-Paul [Marcheschi], où nous dînons pendant que W. vient ici prendre ses affaires. Après dîner, Carlos d’Alessio et Marc [Féline], qui raccompagnent Bernard et moi en voiture. B. couche ici. »   

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 24 janvier 2013, 10 h 21Samedi 12 juillet 1980. « Réveil à 9 h., B. part à 10, je dors jusqu’à midi. Courses au Codec. Visite de Jean-Claude Darbois qui me parle d’une excursion à pied dans la vallée de la Cure avec des amis. Tour à pied. / Tél. de Bernard, qui m’invite à dîner. Je le retrouve au métro Étienne-Marcel, nous passons rue Saint-Denis où il habitait, pour chercher son courrier, et dînons très agréablement sur une petite place près du trou [des Halles]. Nous passons ensuite chez Jean-Paul [Marcheschi] et rentrons à pied. Jean-Paul va au Mh. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 25 janvier 2013, 9 h 46
modifiée le vendredi 25 janvier 2013, 9 h 50
Dimanche 13 juillet 1980.
« Levé vers 11 h., B. dort jusqu’à deux heures. Sortons faire un tour, envisageons de voir “Calligula” [sic], mais il y a trop de monde. Marchons jusqu’au “Village” et revenons aussitôt. Rue de Buci, W., que Bernard connaît. Pris un verre à l’Apollinaire (plus tôt au Mabillon : non, tt. ça c’était hier. Dimanche après-midi, il pleuvait, nous sommes restés à la maison, où nous avons dîné seuls. Été ensuite chez Marc X [Phéline], rue Mouffetard : Jean-Paul [Marcheschi], Richard, un autre Richard, X., Carlos d’Alessio, Bernard et moi. Ennui. Puis fête derrière [le square] Jean-XXIII, pas mal, humeur s’améliorant. Rencontré Gary l’Australien, très flirt, nous embrassons longuement, plusieurs fois. Dansé avec B., puis rentré avec lui très affectueusement, vers 4 heures. Il croyait avoir perdu ses papiers, mais les avait laissés ici. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 26 janvier 2013, 11 h 03Lundi 14 juillet 1980. « Donc, l’après-midi, tour à pied av. B., voir hier. Courses, chez Pulcinella. Dîné ici seul avec B., regardé “Les Noces de Figaro”.

.........................................................

« Pense bcp. à W., évidemment. Il est partout, les lieux, les noms, les paroles.

« B. est incroyablement adorable, émouvant, dans l’extraordinaire invention de gentillesse des relations de cet âge [amoureuses à ce stade]. Il m’a donné une photographie de lui en marin. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 27 janvier 2013, 10 h 24Mardi 15 juillet 1980. « B. part vers 9 h. et 1/2, me lève à 10.30. Ménage, blanchisserie. Écrit à Christian Luconi, à Philippe des Finances, à Alain d’Hyères. Reçu une carte mystérieuse de Berlin (Alain Yaudran ?) / * Petit tour à pied sous la pluie. Dîné seul ici, puis tél. à B. qui vient dîner et reste coucher. 

* Oublié de noter deux tél. et la visite de Christian-le-banquier (R[...]). Il est con comme un balai et une sur deux de ses phrases est  — Et à part ça quoi de neuf ? mais c’est un très bon coup à tel point qu’il m’a épuisé. Il adore se faire baiser et il le fait amplement savoir pendant les opérations.  

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 28 janvier 2013, 10 h 37Mercredi 16 juillet 1980. « Rév. à 8 h 30 mais B. ne part qu’à 9 et 1/2. Me rendors jusqu’à 11 h. Été à Assas pour les résultats de la prise de sang de la semaine dernière : rien : comme quoi j’ai bien fait de suivre les instructions de Jacques Ortolan et de ne pas m’épuiser à des piqûres supplémentaires dans les provinces. Tour à pied. Rencontré “Christophe”, que j’avais vu la semaine dernière sans le reconnaître. Verre avec lui au Mabillon. Au retour, longue valse-hésitation avec un beau levantin à qui finalement je parle dans la rue Peronet. Veut venir chez moi mais demande si je lui donnerai quelque chose « parce que d’habitude il ne fait pas ça ». Non. Pas aimable. Coup de tél. de ma mère, cet après-midi, me propose 10.000 fr. en vue d’acheter une voiture. Bien tentant, mais comment payer le reste, et l’assurance ? D’autre part, je n’ai plus un sou. »  

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 29 janvier 2013, 10 h 12Jeudi 17 juillet 1980. « Négociations pour la voiture, chez Renault [garage de la rue de Grenelle, à côté de la fontaine des Quatre-Saisons]. It’s a deal.

« À l’ouverture d’une nouveau bar, le Duplex, rue Michel-Lecomte. Y ai retrouvé Jean-Paul [Marcheschi], puis Bernard [Vanacker]. Avec eux ici. Dîner en regardant “Le Diable au corps”. B. couche ici. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 30 janvier 2013, 10 h 54Vendredi 18 juillet 1980. « Soirée ici avec Jean-Paul [Marcheschi] et Bernard [Vanacker]. Regardé les deux Roche [Maurice & Denis] à la télévision. B. couche ici. Tél. du soldat d’Agen. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 31 janvier 2013, 10 h 50Samedi 19 juillet 1980. « B. tél. pour “s’excuser de ne pouvoir venir”, mais rappellera à minuit-et-demie [sic], qd. je serai sorti. Passé au Mh., rencontré le beau Guy (BOY). Passé au B.H., où j’avais rendez-vous avec Jean-Paul, mais il y a là W., je repars. Retourné au Mh, revu Guy. [Square] Jean-XXIII, re-B.H. Traversé les Tuileries vers 4 h. du matin. Un type a une crise d’épilepsie sur la pelouse, les flics l’emmènent. Comme je rentre, le concierge de l’Hôtel Pont-Royal qui promène un chien me montre sa bite et me propose de venir avec lui, ce que je décline. W. marche devant moi mais ne me voit pas. Épuisé. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 1er février 2013, 10 h 09Dimanche 20 juillet 1980. « Levé vers midi. Tél. de B. [“Van”], qui vient déjeuner. Été avec lui visiter le musée Gustave-Moreau. Nous rentrons à pied, sous la pluie. Soirée ici avec lui. Couchés rel. tôt. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 2 février 2013, 10 h 30Lundi 21 juillet 1980. « Courses, été chez Habitat. Soirée ici, El[isabeth Malissen], Jean-Christophe [Cambier], Fabrice, Claude [Michaud ?] et un ami israélien, Carine [Toly-Thiercelin ?], Jean-Paul [Marcheschi], Patrick Sarfati. Coup de tél., bizaremment [sic], de W., qui s’étonne de n’avoir pas été invité (prévenu par El.). B. couche ici. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 3 février 2013, 9 h 46Mardi 22 juillet 1980. « Grande vaisselle. Premier jour de beau temps. Passé la journée sur le balcon, à lire “Letters” [de John Barth]. Dîné avec Bernard [Vanacker] chez Jean-Claude [Darbois] et Jean-Paul [de Riom], avec deux garçons inconnus. Rentré à pied. Très mal dormi. 

« Été allé, à 6 heures, voir Jacques Ortolan, qui a découvert que j’ai 9 de tension. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 février 2013, 10 h 22Mercredi 23 juillet 1980. « Levé à 9 heures, été faire faire une prise de sang au laboratoire Lesure. Perdu un temps fou à feuilleter le ms. de T[ravers] II que m’a rapporté Carine, lundi soir. Petit tour à pied, vu W. avec un Iranien que j’avais rencontré samedi soir et qui m’avait proposé de lui téléphoner et de venir fumer un joint chez lui. La banque a refusé le crédit pour la voiture, réclame une caution. 

« Soirée ici avec B[ernard Vanacker] et son ami Jérémie. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 5 février 2013, 11 h 01
modifiée le mardi 5 février 2013, 11 h 02
Jeudi 24 juillet 1980.
« Tour, rencontré l’Iranien (F.), qui m’invite chez lui, où se voit en évidence un message de W. : « An other memorable 4 to 6 (or 7), a thousand thanks, kiss kiss bang bang! ». Avances de F., mais moi peu en train, et d’autant moins que j’ai en poche les résultats de le prise de sang de la veille et crains une nouvelle hépatite, que confirme Jacques Ortolan. Épuisé, épouvantablement déprimé. Visites de Jean-Paul [Marcheschi], puis de Bernard [Vanacker], l’un et l’autre adorables. B. couche ici, mais je dors très mal. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 6 février 2013, 10 h 27Vendredi 25 juillet 1980. « Lettre de Ch[ristian L.] le soldat d’Agen qui ne peut venir ce week-end, mais annonce son arrivé pour mercredi prochain. Été chez Jacques [Ortolan] pour une piqûre de gamablobuline [sic]. Porté chez Renault la caution de ma mère, mais ils ne me donnent pas la voiture. Comme j’ai exprimé à B. des craintes de « conjugalité », il ne vient pas et je passe toute la soirée seul ici, bien tristement, à regarder 6 heures de tél. : une “dramatique” d’après Simenon, Apostrophes, les J.-O. puis “Paris nous appartient”, de Rivette. Épouvantable mal de tête, grande dépression (W.), lu néanmoins “Letters” jusqu’à 4 heures. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 7 février 2013, 10 h 39Samedi 26 juillet 1980. « Rév. à 9 heures par la comp. du tél., que j’avais appelé hier pour un léger dérangement. Un de leurs envoyés vient vers 10 h. mais ne peut rien faire (qqfois la sonnerie continue après que j’ai décroché). Vers 11 heures, unannounced, B, “charmant”. Très fatigué, évid. Trav., l’après-midi, à relire T[ravers].II.1. Dîné seul. Mais ensuite B. Regardé “Les Liaisons dangereuses”, de Claude Prey, d’Aix-en-Provence. B. couche ici. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 8 février 2013, 11 h 01Dimanche 27 juillet 1980. « B. se lève tôt pour aller peindre chez lui. Je dors jusqu’à 11.30

« Lu Letters. Soirée seul ici. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 9 février 2013, 10 h 25Lundi 28 juillet 1980. « Sorti la voiture de chez Renault, et été la garer rue de la Planche. 

« Dîné seul, B. vient vers minuit et couche ici. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 10 février 2013, 10 h 58Mardi 29 juillet 1980. « Dîner ici : Jean-Paul [Marcheschi], Jacqueline [Didier], et B[ernard Vanacker]. Tour le monde s’en va vers minuit. Christian d’Agen [Luconi] doit arriver vers 5 heures du matin. Lu “Letters”. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
modifiée le lundi 11 février 2013, 10 h 41Mercredi 30 juillet 1980. « Arrive Ch[ristian L.] (le soldat [d’Agen]) à 6 heures. Fait l’amour av. lui, ext. expérience, comme la première fois à Agen. Dormons jusqu’à 1 h. Tour l’après-midi, verre au Mabillon. Vers 7 h, été chercher Jean-Paul [Marcheschi] pour une promenade en voiture : parc de Saint-Cloud, Versailles par la route de l’Impératrice, Cent-Marches, Grand Trianon, Petit, Hameau. Rentré vers 10 h 30. Dîné ici tous les trois. Jean-Paul s’en va vers minuit. Pas fait l’amour av. Ch. » 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 12 février 2013, 10 h 52Jeudi 31 juillet 1980. « Levés vers 10 h. Journée silencieuse. Je lis “Letters”, Ch[ristian le soldat d’Agen] écoute des disques. L’accompagne au train à 5 heures. Bizarrement, il me dit qu’il m’appellera dès son arrivée, et effect. il le fera. Je n’y comprends rien. Dîné ici av. B[ernard Van.], et fait l’amour avec lui. »

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site