Le Jour ni l’Heure
décembre 2002

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateDimanche 1er décembre 2002. Cully. « Quitté Cully à 10 heures et demie. Lausanne. Genève. Lyon. Saint-Étienne. Pris un auto-stoppeur tchèque de Karlowy-Vary, rentrant d’un tournoi d’échecs à Barcelone. Pluie battante. Royat. Chez ma mère à 3 heures, promenade avec elle dans la montagne. Orcival. Col de Diane. Lac Chambon. Murols. Fohet. Rouillas-Bas. Passé à l’hôtel Radio, à Chamalières. Dîner chez ma mère. Hôtel Radio.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateLundi 2 décembre 2002. Chamalières. « Réveillé très tôt par les bruits de l’hôtel. Quitté Chamalières à 8 heures et demie. Brive. Séminaire de Barthes à la radio. Plieux à 1 heure, pluie battante. Pierre. Parlé à Flatters. Journal. Promenade sous la pluie. Finkielkraut parle très gentiment de moi à la télévision, à l’émission d’Arlette Chabot. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateMardi 17 décembre 2002. Journée au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, en compagnie de Pierre J. Exposition “Matthew Barney, The Cremaster Cycle”. Exposition “Francis Picabia, Singulier idéal”. Collection permanente, « revu les Fautrier ».

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site