Le Jour ni l’Heure
novembre 2005

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateVendredi 4 novembre 2005. Plieux. « Levé à 7 heures et demie. Sites. Chronologie (Manzoni, 1991). Anthologie générale (Bossuet). Amour des hommes (poème hébreu du Xe siècle). Lettre à Marc Fumaroli. 11 heures et demie. /// Journal de Travers, deuxième cahier. Promenade avec Pierre et Jeanne au moulin qui est au-dessus de Castel-Picon : beaux ciels, photographies. Thé. Éditorial 37. Travers III, 3. Journal. Photographies d’Écosse. Un peu de Prima della Rivoluzione. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateVendredi 11 novembre 2005. Plieux. « Levés à 8 heures. Éditorial pour le parti (39 ? - "Suicide d’une nation"). Partis vers midi et demi, à deux voitures, pour Lectoure, mais Foire de la Saint-Martin, pas de place. Laissé la voiture de Pierre à Astaffort. Nationale 21. Agen. Montbazillac. Bergerac. Périgueux, que "visité" en une heure à peu près : cathédrale, vieux quartiers, esplanade, statues (Montaigne, Fénelon, Daumesnil, Bugeaud). Thiviers. Limoges. Autoroute. "Buffet" au Boeuf jardinier, après Orléans. Paris vers minuit. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 23 février 2013, 19 h 10Du vendredi 11 au dimanche 20 novembre 2005. Séjour à Paris.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateSamedi 12 novembre 2005. Paris. « Levés vers 9 heures. Émission de Finkielkraut. Tél. de Luc Charcellay. Tél. à Marc Fumaroli, retour de voyage, dilatoire. Été au Grand Palais. Plus d’une heure de file d’attente, non, c’est le lendemain. Été au Louvre. Exposition Frans Post. Exposition Girodet. Salons Napoléon III de l’ex-ministère des Finances. Peinture nordique fermée. Galignani. Beaubourg, exposition Dada. Dîner au Louchebem, nourriture parfaite pour moi (os à moelle, viandes mélangées), mais bruyant et enfumé. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateDimanche 13 novembre 2005. Paris. « Levés à 9 heures. Été au Grand Palais, une heure d’attente et davantage. Exposition "Mélancolie", organisée par Jean Clair. Pierre doit partir prendre son train. Je reste une partie de l’après-midi. Journal 2003, juillet. Courses pour dîner au MacDonald. Juillet 2003 encore, pour le remettre avec janvier-juin le lendemain à Fayard. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateLundi 14 novembre 2005. Paris. « Matinée dans la tour. 50.50.50. Au début de l’après-midi, passé chez Fayard, nouveaux bureaux, 13, rue du Montparnasse. Librairie Gallimard (Alias, vie de Sachs par Raczymow, etc.). L’Écume des pages, La Hune, Compagnie, Gibert, librairie médicale pour le Perceval le fou de Bateson, trouvé finalement chez Payot. Courses au Monoprix, soirée dans la tour. Oublié à la librairie Compagnie une grosse enveloppe contenant les trois derniers mois du Journal 2003 corrigés par Claude Durand. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateMardi 15 novembre 2005. Paris. « Matinée dans la tour. Déjeuner avec Madeleine Gobeil au restaurant japonais de l’île Saint-Louis. Librairie Compagnie pour récupérer l’enveloppe Durand. Dans la tour. Dîner chez Flatters pour Pascal Quignard : Hélène Guillaume, Sophie Barrouyer, Paula Gillis, Paul Leandri. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateMercredi 16 novembre 2005. Paris. « Journée dans la tour ? Librairies encore ? Oui, longue visite en particulier aux Mots à la bouche, exploration du rayon de poésie pour l’Anthologie de l’amour des hommes (et des garçons), nombreux achats. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateJeudi 17 novembre 2005. Paris. « Journée dans la tour (?). À six heures au musée du quai Branly, bureau de Stéphane [Martin], visite du chantier avec lui. Avec sa voiture à l’Opéra-Bastille, Le Nez, bien. Rencontré Pierre Médecin, puis Jean-Jacques Aillagon. Dîner seul au Louchebem, sonneurs de trompe, fête du beaujolais, pire encore que la précédente fois. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateVendredi 18 novembre 2005. Paris. « Été visiter l’exposition "Vienne 1900" (Klimt, Schiele, Kokoschka, Moser) grâce à un passe obligeamment fourni par Stéphane Martin - monde fou, néanmoins. Puis été à la librairie des éditions Belles Lettres, boulevard Raspail, y passé un long moment et y fait de nombreux achats pour l’anthologie achrienne. Repassé chez Gibert, plaquette sur la langue des classes. Compagnie, livres de Nelly Arkan. Dans la tour, non : courses au Monoprix. Dîner chez Flatters annulé, Pierre arrive trop tard. Dîné avec lui à onze heures dans la tour. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateSamedi 19 novembre 2005. Paris. « Été au musée d’Orsay où nous avons passé presque toute la journée. Exposition sur la peinture russe de la deuxième moitié du XIXe siècle, et aussi (trois parties) sur la photographie et sur la gravure (Bilibine). Promenade au hasard dans le reste du musée. Dampt. Émile Ménard, neveu de Louis, etc. Rentrés vers 7 heures. Sites. Journal. »

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
sans dateDimanche 20 novembre 2005. Paris. « * Bagages. Soixante euros au gardien M. B. Quitté Paris à midi à peu près. Autoroute, temps splendide, très belle lumière, surtout à partir de la Sologne. Radio excellente : symphonie des Mille, émission de Jeanneney sur "l’aventure coloniale", Bernard Brugière parlant de l’anthologie de la poésie anglaise de la Pléiade, qu’il a dirigée. À Plieux un peu avant 8 heures. Premier étage bien froid. Journal. »

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site