Le Jour ni l’Heure
novembre 2012

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 2 novembre 2012, 10 h 04Jeudi 1er novembre 2012. Toussaint — 306/60. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au tracteur, et paysage au ciel agité, au-dessus de Castel-Picon. Chiens. Déjeuné en bas. Sites. Agenda. 10:15 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, la veille et l’avant-veille, paysages récents et Paul Huet d’Orléans, 7 août 2012. Lettres reçues, 35, carte reçue d’un certain Philip vivant en Australie en 1982 (?). Journal d’un autre, relecture et mise en ligne. Discours d’Orange. Le Jour ni l’Heure, paysages récents et détail du paysage de Paul Huet, Château d’Arques près de Dieppe, Orléans, 7 août 2012. Il pleut. Discours d’Orange. Sortons pendant une accalmie de la pluie, tour du village par le flanc nord, autoportrait à Tchernobyl, photographies du village sous la pluie.  Discours d’Orange, suite. Dîné aux nouvelles. Discours d’Orange, fini une première version (32.000 signes). Journal 2012, mai, deux entrées. Anthologie générale, ajouté sept phrases. Vaisseaux brûlés & Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, ensemble, William Marx, William Burke. Les Inhéritiers, 117.000 signes. Journal d’un autre. Journal. Couché à 1 heure.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 3 novembre 2012, 9 h 28Vendredi 2 novembre 2012. Défunts — 307/59. Plieux. Levé à 7 h & ¼. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à Tchernobyl, et vue du flanc nord du village avec Pierre fuyant la caméra. Tél. de Robert Meynard. Agenda. 09:32 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, la veille et Orléans, 7 août 2012. Lettres reçues, carte de “Philip”,  Osbort (?), Victoria, Australie, septembre 2012. Discours d’Orange, mise au net. Le Jour ni l’Heure, paysages récents. 50 50 50 70 30 12. Très beau temps, ciel magnifique, promenade à Balignac, autoportraits, paysages. Le Monde. Communiqué pour le parti, élections américaines, coûts de la campagne. Journal d’un autre, relecture et mise en ligne. Discours d’Orange, mise au net, suite. Dîné aux nouvelles. Documentaire sur l’éruption du Laki en 1783 et ses répercussions en Europe. Anthologie générale, ajouté sept phrases. Vaisseaux brûlés et Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés. Journal 2012, mai, relecture de deux journées. Journal d’un autre. Journal. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 5 novembre 2012, 9 h 57Dimanche 4 novembre 2012. Saint Charles Borromée —309/57, Orange, hôtel Arène Kulm, ch. 104. Peu dormi, réveillé à 5 h et ½, levé à 6. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Corot doublement d’Orléans, tour de Saint-Paterne vue d’une fenêtre, très “danois”. Agenda. 07:39 /// Déjeuné en bas à l’hôtel avec Emmanuel Michon et Pierre. Chambre, bain, relu le discours, été au “palais des Princes”, tard, croyais-je, mais tout est encore très inactif et morne, et paraît décalé de près d’une heure. Débat entre Pierre Cassan et un prêtre sur la laïcité, exposés de militants méridionaux sur la lutte conte l’implantation de mosquées, puis je prononce mon discours, avec un vif succès (standing ovation). Allocution de Philippe Varlet (?), président de l’association des Identitaires, puis discours de clôture par Fabrice Robert. Rentre à l’hôtel en compagnie d’Emmanuel Michon. Retrouve Pierre dans le hall à deux heures, voiture chargée devant la porte. Quittons Orange, route nationale pour Avignon, paysages incroyablement ravagés, véritable “poubelle de l’histoire” (Sorgues, à pleurer). Beaucoup de mal à nous introduire dans Avignon. Passés au musée Calvet, mais seulement pour demander où se trouve la collection Lambert, où nous nous rendons à pied. Excellente après-midi en cet hôtel de Caumont, donc. Quittés Avignon vers 5 heures et demie, autoroute vers l’ouest, l’avons quittée à hauteur de Castelnaudary pour dîner d’un cassoulet à la Maison du Cassoulet (!), très correcte malgré la sonorisation. Repris l’autoroute, à Plieux vers 11 heures & demie, Journal d’un autre, Journal. Couché à 1 heure.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 7 novembre 2012, 10 h 49Mardi 6 novembre 2012. Sainte Bertille — 311/55. Plieux. Levé à 7 h et ½, fait un autoportrait pour la veille, oublié. Mise en marche de la chaudière semble ne produire aucun effet. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même et vue d’une rue d’Avignon. Sites. Emmanuel Michon a mis en ligne le film de l’intervention d’Orange. Agenda. 10:00 /// Le Jour ni l’Heure, photographies du dimanche 4 novembre et d’Orléans le 7 août. Lettres reçues, suite de la lettre de Brigitte L., Sunderland, 1966. Journal d’un autre. Anthologie générale, ajouté sept phrases de la réserve. Vaisseaux brûlés et Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, arc, Jean Cras, Duparc, À Renaud Camus. Le Jour ni l’Heure, portrait de Pierre à Avignon, autre autoportrait à Avignon, vitrail de Pierre Carron (un temps propriétaire du bel hôtel XVIIIe d’Agen, Hulot de Quelque chose) dans la cathédrale d’Orléans. 50 50 50 70 30 12. France Musique, “Du côté de chez Pierre” (Charvet), suite de la correspondance entre Duparc et Jean Cras. Assez rapide promenade aux Trônes, autoportrait dans le bois, portrait de Pierre en sarrasin. Le Monde. Communiqué du parti sur la mort d’Elliott Carter.  Les Inhéritiers, 120.000 signes. Journal 2012, avril, suite. Dîné aux nouvelles. Émission de France 2 sur La Fayette, pas mal. Journal 2012, avril, suite, trois journées en tout. Commencé (à peine) le texte Demeures 10, 3, Jean Cocteau à Milly-la-Forêt. Journal d’un autre. Journal. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 8 novembre 2012, 9 h 58Mercredi 7 novembre 2012. Sainte Carine — 312/54. Plieux. Levé à 7 h et ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, très quelconque, et crépuscule pris de la salle des Vents. Ouvert sur Flickr un nouveau dossier “Fenêtre de la salle des Vents”. Barak Obama réélu. Agenda. 10:20 /// Le Jour ni l’Heure, la veille, Pierre Carron d’Orléans, 7 août. Lettres reçues, long paratexte de la lettre de Brigitte L., n° 38, avril 1966. N° 39, lettre de Barthes, Urt, juillet 1975. Le Jour ni l’Heure, portrait de Pierre de la veille, Kiefer/Celan, avec extrait du Journal, paysage récent. 50 50 50 70 30 12. France Musique, Pierre Charvet, correspondance entre Duparc et Cras. Faux mouvement en sortant du bain, “tour de rein”, rein droit. Petite promenade quand même à la lisière du bois, parlé à Jacques Aeberhard au retour. Le Monde. Tentative de communiqué du parti sur le “mariage gay”, mais pas mal d’opposition de détail. Journal d’un autre. Anthologie générale, ajouté sept phrases de la réserve. Vaisseaux brûlés & Index des Églogues et des Vaisseaux, Renaud Camus, flèche, marin, affaire Marin-Laflèche, juge Renaud, etc. Dîné aux nouvelles. Vu Le Secret de la Licorne, de Spielberg. Les Inhéritiers, 121.00. Journal 2012, avril, deux journées. Journal d’un autre. Journal. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 10 novembre 2012, 9 h 05Vendredi 9 novembre 2012. Saint Théodore — 314/52. Peu dormi, réveillé à 6 heures, toujours bloqué au niveau des reins et rendu patraque par le Bi-Profenid. Levé à 6 h et ½, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, aux lunettes, dans le miroir, et carrefour sous Plieux dans la pluie, 1er novembre. Agenda, 07:45 /// Pas de Céline, déjeuné en bas. Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal d’un autre, relecture et mise en ligne. Lettres reçues, message du gendarme Éliézer, la veille. Cherché des lettres pour alimenter Lettres reçues pendant mon séjour parisien. Bagages. Quitté Plieux vers midi. Passé par Lectoure pour y laisser la voiture de Pierre. Valence-d’Agen. Lauzerte. Très belle lumière. Castelnau-Montrattier. Autoroute. Notes pour l’allocution du lendemain. Dormi un peu. Terrible et interminable embouteillage entre Saint-Arnoult et Paris. Lu la biographie de Cocteau par Claude Arnaud. Très en retard pour le dîner d’Élisabeth Lévy. Téléphoné au restaurant Felte (?), rue Pecquay, pour expliquer ce qui se passe. Commensaux dînent sans nous, allons directement chez Élisabeth Lévy rue du Pont-Louis-Philippe où sorte de pique-nique pour nous avec Paul-Marie Coûteaux, Xavier Renaud, Philippe Martel & Jérôme Dupuy. Gagnons l’hôtel de Bourgogne vers minuit et demie, autoportrait, sites, couché à 1 h & ½.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 23 février 2013, 17 h 21Du vendredi 9 au dimanche 18 novembre 2012. Séjour à Paris.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 11 novembre 2012, 10 h 11Samedi 10 novembre 2012. Saint Léon — 315/51. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 7 h - le ¼. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans le miroir de la salle de bain, et La Place du mort, station service sur l’autoroute. Agenda. 08:16 /// Déjeuné en bas. Le Jour ni l’Heure, la veille. À 11 h, dans le salon de l’hôtel, long entretien en anglais pour CBS News, organisée par Sylvia Bourdon, présente, avec le journaliste Dale Hurd et un cameraman. À une heure au café Daguerre, retrouvé Marcel Meyer avec Michel Gandilhon et un membre du parti, puis été au rendez-vous place Denfert-Rochereau, retrouvé là Rémi Pellet, malade, Stéphane Bily, Jean-Michel Leroy et plusieurs autres membres de l’In-nocence pour la marche organisée par “Résistance républicaine” contre le “fascisme islamique”. Assez peu de monde au début sur cette grande place mais le défilé s’étoffe & atteint bien cinq cents mètres de longueur au cours de sa progression vers la place d’Ialie. Place d’Italie, discours de Richard Roudier, de la Ligue du Midi, brève allocution de moi, médiocre, avec en plus confusion sur le nom de Christine Tasin, l’organisatrice, que je remercie en l’appelant deux fois Catherine, et qui parle à la fin, sous une pluie battante. Soirée chez Rémi Pellet annulée pour cause de maladie contagieuse, remplacée par une petite réception très réussie chez Emmanuel Michon dans un joli passage de la rue de la Tombe-Issoire. Pierre qui m’a rejoint là-bas et moi rentrons à pied par Alésia, Montparnasse, le boulevard Raspail, la rue de Babylone, la rue du Bac, la rue de Varenne et la rue de Bourgogne. Essayé de rattraper le retard. Journal d’un autre, entrée de la veille, relecture, mise en ligne, et entrée du jour. Journal. Couché à 1 h & ½.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 12 novembre 2012, 10 h 15Dimanche 11 novembre 2012. Armistice de 1918 — 316/50. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, passage de la Tombe-Issoire & portrait de Jean-Michel Leroy. Déjeuné en bas. Agenda. 10:00 /// Été avec Pierre à midi pour un “brunch” chez Madeleine Gobeil rue Gracieuse où nous avons la surprise de tomber sur Gabriel Matzneff, charmant. Après-midi au Salon du B’naï Brith à la mairie du XVIe arrondissement en compagnie de Marcel Meyer, de David Reinharc et de Pierre, qui toutefois part vers 5 heures pour aller prendre son train. Quelques signatures. Henri Chapier s’est plaint de ma présence aux organisateurs et entendu répondre que j’avais été “kasherisé” par Alain Finkielkraut (!). Parlé à Ivan Roufiol. De nombreuses personnes présentes et qui viennent me parler étaient à la manifestation de la veille. Été avec Marcel Meyer à la commémoration à l’Étoile, par l’Action française du dépôt de gerbe à la tombe du Soldat Inconnu, par des étudiants et lycéens, le 11 novembre 1940, premier acte de résistance sur le territoire occupé. Parlé à André Pertuzio, alors président de la Corporation de Droit et l’un des principaux organisateurs, et à Paul-Marie Coûteaux. Rejoints par Jean-Michel Leroy qui vient ensuite avec moi au Bourgogne & Montana pour une séance de formation Facebook. Accepté par son entremise de nombreuses demandes d’“amitié”. Dîné tard d’un sandwich dans la chambre. Lettres reçues, lettre de Jeffrey Fraenkel, 1980. Journal d’un autre. Journal. Lu Cocteau, Le Passé défini. Couché à 2 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 13 novembre 2012, 9 h 40Lundi 12 novembre 2012. Saint Christian — 317/49. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 7 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la chambre, et vue sur le Grand Palais.  Déjeuné en bas. Sites, Facebook. Agenda. 09:59 /// Le Jour ni l’Heure, la veille, autoportrait de la veille et vue du Grand Palais. Lettres reçues, poursuite de la copie de la lettre de Jeffrey Fraenkel, 1980. Texte pour les représentants à propos de Vue d’œil, journal 2012. 50 50. Rendez-vous en bas à 1 h et ½ avec Jean-Michel Leroy pour aller à Champrosay, par Draveil, voir la maison d’Alphonse Daudet, où nous sommes attendus à 3 h. Lieu assez “tchernobylien” dans un environnement très éprouvé. Visite sous la houlette de la propriétaire, qui organise des séances de contes. Marché ensuite jusqu’au pavillon de Daudet, au bout de l’ancien parc, et le long de la Seine. Autoportrait “risque d’effondrement”, rue Alphonse-Daudet, presque en face de la maison. Rentrés sur Paris, voiture au parking des Invalides, achetons des sandwiches rue de Bourgogne et nous séparons au pied de l’hôtel. Vive contrariété, apprends que Danièle Sallenave est remplacée au dernier moment, pour l’émission du lendemain, par… Juan Asensio. Songe à laisser tomber, mais Coûteaux m’en dissuade. Le Jour ni l’Heure. Journal d’un autre, mais difficultés de transmission. Parlé deux fois à Pierre. Lu Cocteau, Passé indéfini. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 14 novembre 2012, 10 h 43Mardi 13 novembre 2012. Saint Brice — 318/48. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille à Champrosay, “Enquête sur la réalité des choses”, portrait de Leroy en photographe, deux œuvres de la collection Lambert d’Avignon, 4 novembre 2012. Déjeuné en bas. Agenda. 09:33 /// Le Jour ni l’Heure, la veille. Journal d’un autre, mais la connexion est mauvaise et tout est très difficile. Fini l’avant-projet de “quatrième de couverture” pour Vue d’œil, journal 2012, et envoyé un choix de photographies pour des projets de couverture. Tél. de David Reinharc m’annonçant que je suis désinvité du Salon des écrivains juifs dimanche prochain, apparemment sur la pression de Claude Lantzmann, à cause de ma participation à la Convention d’Orange (l’invitation aurait été lancée à cause d’une confusion avec Jean-Yves Camus !). Sorti à midi, été déjeuner dans le nouvel appartement de Coûteaux avec lui, Marine Le Pen, Florian Philippot, Karim Ouchikh & Philippe Martel. Rentré à l’hôtel vers 4 h. Journal. Dormi un peu, mais presque aussitôt réveillé par une femme de chambre. Parlé deux fois à Pierre, à Flatters. Journal de France 2. Autoportrait. Taxi en bas à 10 h - 5, envoyé par la production. France 3. Juan Asensio, Colombe Schmeck. Frédéric Taddeï, qui ne me reconnaît pas et d’ailleurs me connaît à peine. François Barroin, mis à part. Émission de Taddeï, donc, “Ce soir ou jamais”, dis ce que j’ai à dire, tout se passe assez calmement jusqu’à la fin, attaques d’Assensio reprises par Mme Schmeck, avec retour sur l’“Affaire”. Esquisse de départ de tous les autres invités, in extremis. Entretien dans un couloir avec un jeune journaliste de FR3, enregistré oralement. Rentré en taxi avec Marie Lafitte, pas vue plus tôt car elle est arrivée tard. À l’hôtel vers 1 h. Parlé à Flatters. Lu Cocteau, Le Passé défini. Éteint à 3 heures.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 15 novembre 2012, 10 h 00Mercredi 14 novembre 2012. Saint Sidoine, 319/17. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Mal et peu dormi, réveillé à 6 h, lu Cocteau, levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et projets de couverture pour Vue d’œil, journal 2012, mais très mauvaise connexion, comme la veille. Déjeuné en bas. Agenda. 10:20. /// Catastophique téléphonage de la banque, 7000 € de découvert, prélèvements et chèques refusés, carte inutilisable, préposé habituel remplacé par un anonyme. Affolement, comment libérer la voiture du parking et, surtout, moi de l’hôtel ? Réduit d’un jour la durée de mon séjour puisque désinvité du Salon des écrivains juifs. Paradoxalement, somptueux déjeuner de homard et de canard au foie gras aux Ombres, invité par Stéphane Martin avec Jérôme Bastianelli. À Radio Courtoisie, enregistrement d’une longue émission sur ma petite personne avec Paul-Marie Coûteaux et Philippe Martel (doit être diffusée le 29). Rentre dans le centre avec Coûteaux, pourra me passer vendredi au moins de quoi payer le parking et sortir la voiture samedi pour aller voir Derain. Toute la soirée dans la chambre, pas sorti. Un peu rasséréné par réactions nombreuses et très positives à l’émission de la veille sur Fdesouche. Longuement parlé à Pierre. Nouvelles de France 2. Pas dîné. Journal d’un autre de la veille, écriture, lecture et mise en ligne, Journal d’un autre du jour, écriture seulement. Lu Cocteau mais tombe de sommeil. Éteint à minuit.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 16 novembre 2012, 10 h 15Jeudi 15 novembre 2012. Saint Albert — 320/46. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Très mal dormi, angoisse économique, comment quitter cet hôtel ? Réveillé à 5 heures, lu jusqu’à 7, rendormi jusqu’à 8. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, pas mal, paradoxalement, et vue de la fenêtre. Gros petit déjeuner en bas, doit servir pour toute la journée. Agenda, 09:47 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, la veille. Journal d’un autre, relecture et mise en ligne. Été en métro chez Fayard pour porter la facture des six premières nuits ici (env. 1500 €) afin d’essayer d’en hâter le remboursement. Vu Hélène Guillaume, me remet sur ma demande une grosse biographie de Bartok, par Claire Delamarche. Elle a arrangé pour moi une visite de la maison de Léon Blum à Jouy-en-Josas, possible l’après-midi. Rentré vers 11 h. Appel de Rémi Pellet qui pourrait m’avancer de quoi quitter l’hôtel dimanche. Ressorti à 1 h et ½. On me dit en bas qu’une mystérieuse association (on n’a pas retenu le nom) a réglé pour moi quatre nuits d’hôtel — en fait c’est la Société des Lecteurs, d’autant plus élégamment et étonnamment (pour moi) que je me croyais en délicatesse avec elle. Été seul à Jouy-en-Josas, visité de 3 h à 4 h et 1/2, avec M. Vermaire l’adjoint à la Culture, très aimable, la maison de Léon Blum et de sa troisième femme Jeanne, pas spécialement jolie (la maison) mais bien conservée et intéressante. Tour dans Jouy-en-Josas, château de Montebello, belle maison Directoire, grands parcs, église, etc. Rentré vers 6 heures & ½.  Sites, conversations diverses, tout ce qui allait mal la veille s’arrange bien ce jour grâce à la gentillesse et à la générosité des uns et des autres. Parlé longuement à Pierre. Rendez-vous à 8 h & ½ avec Jean-Michel Leroy et un camarade à lui, Noé Tissot (je crois) pour un entretien à l’intention de Radio Sciences-Po mais, au prétexte qu’il faut être en avance pour n’être jamais en retard, ils arrivent à 8 h 10 puis, suite à un pataquès en bas, à 9 h -10 ce qui me met hors de moi et me pousse à refuser l’entretien mais il a lieu quand même et se passe plutôt bien. Noé Tissot s’en va vers 10 h., Jean-Michel Leroy à 10 h. et ½ après une conversation sur le parti. Journal (comment tout ce qui allait mal la veille s’est heureusement retourné). Sommeil, pas de Journal d’un autre. Lu un peu Cocteau, éteint vers 1h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 17 novembre 2012, 12 h 35Vendredi 16 novembre 2012. Sainte Marguerite — 321/45, Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Bien dormi, levé à 7 h. et ½, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille devant la maison de Blum, belle maison Directoire (?) à Jouy-en-Josas. Déjeuné en bas. Agenda. 09:57 /// Journée entière dans la chambre d’hôtel, à me débattre avec la mise en ligne payante du Grand Remplacement enté du “Discours d’Orange”, après confirmation téléphonique par David Reinharc qu’il ne pouvait pas réimprimer et qu’en conséquence il me laissait le faire moi-même. Mais d’une part la connexion de l’hôtel marche très mal et je n’arrive pas à grand chose jusqu’à ce que Farreny, comme d’habitude, prenne efficacement les choses en main ; d’autre part, contrairement à ce qu’on m’avait dit et que j’avais cru, il semble qu’Amazon ne fasse pas de tirages sur papier, seulement des “Kindles”, pour les “liseuses”. Journée molle, lente, irritante et à moitié perdue. Appel de Finkielkraut au moment où j’allais sortir pour rejoindre Philippe St. et Dirck P. au restaurant Vaudeville, face à la Bourse, dîner auquel je n’avais pas compris qu’étaient présents Duane Michals et son ami Fred. Inénarrable voyage en métro entre Assemblée Nationale et Bourse, deux changements et me fourvoie deux fois. Arrive à la fin du dîner, pas de place pour moi, mange un énorme sandwich que je n’ai pas le temps de finir au café de l’assassinat de Jaurès. À 8 h et ½ au Silencio, club paraît-il très à la mode (dixit Dirck), 142, rue Montmartre, champagne avec Duane (qui n’en boit pas), Fred (qui en boit trop), Philippe et Dirck, dans de profondes caves, puis projection du film sur Duane dans une luxueuse petite salle. Pu lui parler un peu ensuite (il m’a demandé si j’écrivais encore). Rentré seul à pied, Bourse, rue de Richelieu, square Louvois, fontaine Molière, Louvre, Tuileries, arc du Carrousel, statues de Maillol, quais, musée d’Orsay, passerelle de la Légion d’honneur. À l’hôtel à 1 h. Entre temps Farreny a mis en ligne Le Grand Remplacement au complet (“édition augmentée”), coquilles comprises (surtout pour le “Discours d’Orange”) et en changeant prudemment la couverture. Lu Cocteau. Éteint à 2 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 19 novembre 2012, 9 h 38Samedi 17 novembre 2012. Sainte Élisabeth — 322/44. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 8 h. Gros petit déjeuner en bas, pour servir de seul repas de la journée. Essayé d’écouter sur l’ordinateur l’émission de Finkielkraut avec Richard Millet & Michel Crépu, mais la connexion est exécrable et j’en rate les trois quarts. Entend tout de même passer “Grand Remplacement”, concept renié par Finkielkraut, et “industrie de l’hébétude”, qui me disent quelque chose. Parlé ensuite à Finkielkraut, à Pierre qui est à Cadarcet avec Orage & Ottokar ce que je n’avais pas compris, à Rémi Pellet qui doit passer régler ici l’hôtel. Coûteaux m’a fait aussi porter 200 € en argent liquide. Tout travail rendu très difficile par la mauvaise connexion. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et La Nuit de Maillol, jardin des Tuileries. Agenda. 12:24 /// Sorti à 1 h et ½, été à Chambourcy, rendez-vous à 3 h à la maison-atelier de Derain, reçu très gentiment par le propriétaire le docteur Badault et son fils Xavier, avocat. Belle maison du XVIIIe s. dans le village, atelier très “dans son jus”. Rentré vers 6 h., acheté un sandwich rue de Bourgogne. Parlé à Pierre, à Rémi Pellet, à Jeanne Lloan. Journal. Essayé de rattraper le Journal d’un autre, mais très retardé par la très mauvaise connexion. Lu Cocteau. Éteint à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 19 novembre 2012, 9 h 42Dimanche 18 novembre 2012. Sainte Aude — 323/43. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Bien dormi, levé à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait à Chambourcy et Le Secret de la Licorne, détail de l’atelier de Derain, mais la connexion marche décidément très mal. Temps pluvieux. Déjeuné en bas. Parlé à Pierre (à Cadarcet). Agenda. 09:34. //// Nouvelles batailles avec la connexion mais il n’y a rien à faire, renonce. Bain. Bagages. Rémi Pellet passe régler ce qui reste de la note d’hôtel (c. 1500 €) mais ne monte pas. Me laisse également de l’argent liquide (300 €). Vais chercher la voiture, quitte l’hôtel à midi et ½. Excellente émission sur Radio-Courtoisie à propos de la Syrie. Sorti de l’autoroute à hauteur d’Éguzon, autoportrait près d’un hameau nommé La Forêt bâtée, commune de Parnac, dans le Boischaut. Beaux paysages. Re-autoroute. Me fais flasher à 125 dans la descente sur Brive alors que la vitesse est limitée à 110, je ne m’en étais pas avisé. Photographié un curieux hôtel au néon très allumé mais fermé sur les hauteurs désertes de Castelnau-Montratier. À Plieux vers 9 heures. Dîné avec Pierre. Chiens bien mal en point. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et bateau de l’atelier de Derain à Chambourcy, impossibles à mettre en ligne le matin. Taché de rattraper le retard du Journal d’un autre. Pas de journal. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 25 novembre 2012, 11 h 07Vendredi 23 novembre 2012. Saint Clément — 328/38. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et hôtel de Monaco, L’Ambassade. Lu une longue lettre de M. Delemer. Agenda 08:30 /// Le Jour ni l’Heure, photographies du précédent week-end et 26 mars 1980. Journal d’un autre, relecture et mise en ligne. Lettres reçues, fin de la traduction de la lettre de Jeffrey Fraenkel. Le Jour ni l’Heure, photographies du week-end. 50 50 50 70 30 12. Promenade aux Trônes. Le Monde. Communiqué du parti. Écrit à Rémi Pellet, à Élisabeth Mazeron, à David Farreny (plusieurs fois, à propos de nos travaux — dont il fait le plus gros — sur la nouvelle édition du Grand Remplacement). Journal, longuement. Dîné aux nouvelles. Vu Whisky à gogo (Whisky Galore),  film anglais de 1949, qui se passe à Todday, une des îles des Hébrides extérieures (curieuse combinaison d’un scénario de petite comédie insignifiante et d’une esthétique à la Dreyer ou à la Septième Sceau ; comme si scénariste et metteur en scène, ou metteur en scène et directeur de la photographie venaient d’univers complètement différents). Suite du Journal. Journal d’un autre. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 25 novembre 2012, 11 h 15Samedi 24 novembre 2012. Sainte Flora — 329/37. Plieux. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, médiocre autoportrait de la veille et M du métro Vavin, 10 novembre 2012. Début de l’émission de Finkielkraut sur la corrida mais dû arrêter faute de temps. Agenda. 09:29 ///  Le Jour ni l’Heure, photographies du week-end et 28 mars 1980. Lettres reçues, 41, lettre de Jeffrey Fraenkel, 13 février 1979, photographie de l’auteur et photocopie de sa lettre. Affolement avant le rendez-vous à la banque, ne trouve plus la carte bleue que je dois rendre, ce qui paraîtrait très suspect. Finalement elle est dans la voiture. Vais à Fleurance avec Pierre, rendez-vous à 11 h & ½ à la BNP avec M. Fabrice Tejada, jeune homme qui, contre toute attente, se montre très aimable et coopératif. S’excuse même de la brutalité de sa collègue du contentieux qui « ne savait pas que vous étiez célèbre » (!!!), mais que Google a mis au parfum. Paraît avoir de la situation une vue moins dramatique que moi. S’est battu pour que le chèque de Céline ne soit pas refusé, ce qui aurait eu des conséquences dramatiques (et d’abord pour Céline !). Dis que l’essentiel à court terme est de “repasser positif”, ce qui est moins difficile qu’on ne pourrait croire parce que les refus de prélèvements et quelques rentrées (commandes d’albums, que toutefois je ne peux faire fabriquer sans carte de crédit) ont ramené le découvert de 7000 à 2000 €. Tape Pierre de 2000 € (il pioche dans son compte d’épargne). Rentrons vers 1 h, moi un peu rasséréné, lui pas trop content. David Farreny a beaucoup avancé dans la préparation de la nouvelle édition “Chez l’auteur” du Grand Remplacement, très augmentée, et qui selon ses maquettes a excellente allure. Ultimes ajustements avec lui toute la journée, nombreux échanges. Guère d’autre travail. Promenade des deux chemins, puis autoportrait à la Garrière, au retour. Communiqué du parti, sur les affaires de l’UMP, en plus d’un communiqué de Davoudi sur le Louvre à Lens, très bien.  Corrections d’“épreuves” du Grand Remplacement, un peu au hasard. Dîné aux nouvelles. Regardé un documentaire assez sexy sur les guerres médiques, “Au nom d’Athènes”. Suite des échanges avec Farreny, ajustements post-ultimes. Relecture et mise en ligne du Journal d’un autre de la veille. Journal, assez longuement. Journal d’un autre. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 27 novembre 2012, 9 h 42Dimanche 25 novembre 2012. Christ-Roi — 330/36. Plieux. Levé à 7 h et ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et “Étude pour les mauves” (le crépuscule sur la Garrière). Déjeuner en bas. Sites. Agenda. 10:47 /// Le Jour ni l’Heure, l’avant-veille et la veille. Pierre va à Gimont retrouver ses parents qui achètent du foie gras mais rentre tôt. Temps pisseux. Journal d’un autre, relecture et mise en ligne. Le Grand Remplacement en vente sur BookSmart, six exemplaires vendus dans la journée. Anthologie générale, ajouté sept phrases. Quelques messages, très en hâte. Promenade des deux chemins avec Pierre. Vaisseaux brûlés et Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, Sterne, Tristram Shandy, citation, nosologie. Dîné aux nouvelles. Vu une partie d’un film policier irlandais (?), L’Irlandais, pas mal, mais dois arrêter faute de temps. Journal 2012, mai, trois entrées. Repris Les Inhéritiers, 124.000 signes. Journal d’un autre. Tombé de sommeil, pas de journal. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 28 novembre 2012, 9 h 50Mardi 27 novembre 2012. Saint Séverin — 332/34. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait crépusculaire de la veille, avec Pierre, et Assemblée nationale, séance de nuit, vue de la chambre 67. Agenda. 08:25 /// Le Jour ni l’Heure, photographies parisiennes récentes et agenda, 29 mars 1980. Parlé au banquier, M. Tejada, va tacher d’obtenir de “Bordeaux” le rétablissement de la carte bleue. Solde positif, 230 € (argent Pierre, remboursement de frais Fayard, prélèvements rejetés, 3 achats d’albums (non mis en fabrication)). Sites, Facebook. Journal d’un  autre, relecture et mise en ligne. Anthologie générale, ajouté sept phrases. Écrit à M. Nicolas Miguet, remerciements pour un article de Yannick Urrien dans son hebdomadaire boursier. Lettres reçues, paratexte de la lettre de Jeffrey Fraenkel (41), enveloppe perdue et retrouvée. Commencé à faire un peu d’ordre. Le Jour ni l’Heure, vitraux de Pierre Carron pour la cathédrale d’Orléans. 50 50 50 70 30 12. Promenade aux Trônes, par le haut. Vaisseaux brûlés et Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés. Rappel du banquier, pense que la carte bleue et l’autorisation de découvert seront rétablis demain mais ne peut rien garantir, rappellera samedi (ne travaille à Fleurance que le mardi et le samedi). Message et appel du journaliste Antoine Menusier qui demande d’urgence une entretien pour le magasine suisse L’Hebdo. Répondu à ses questions. Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, suite, Herrigel, Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc. Nouvelles, un peu, puis été avec Pierre dîner à Fleurance aux Perles d’Asie, invités par Jeanne Lloan. Moments autour de la gare, ensuite, pour photographies, mais l’appareil marche de plus en plus mal, ne fait pas le  point et refuse de prendre quatre clichés sur cinq. Rentrés vers 10 h et ½. Journal 2012, deux entrées de mai. Journal d’un autre. Journal. Couché à 1 h.

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 30 novembre 2012, 9 h 56Jeudi 29 novembre 2012. 334/32 — Saint-Saturnin. Plieux. Levé à 7 h et ¼, avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec YHWH 11, et tombeau de Mgr Dupanloup dans la cathédrale d’Orléans, 7 août 2012. Sites. Compte BNP : 2308, 83. Agenda. 09:26 /// Le Jour ni l’Heure, photographies récentes et 30 mars 1980. Journal d’un autre, relecture et mise en ligne. Lettres reçues, lettre de Jean-Pierre Espérandieu, décembre 1982. Anthologie générale, ajouté sept phrases de la réserve. Le Jour ni l’Heure, Orléans, 7 août 2012 et maison de Léon Blum, 15 novembre. 50 50 50 70 30 12. Promenade à l’orée du bois. Le Monde. Pas de communiqué du parti. Vaisseaux brûlés et Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, Emmelene Landon, Sir Anthony Caro, Wall, Palace. David Farreny a repris le travail sur la nouvelle nouvelle édition du Grand Remplacement, incorporant cette fois “L’Homme remplaçable”, et sur la version reliée. Revois l’ensemble mais oublie de corriger deux erreurs de date sur la quatrième de couverture à propos des deux premières conférences (2010 et pas 2011). Les Inhéritiers, 126.000 signes. Dîné aux nouvelles. Vu un épisode de Borgen, série danoise sur une femme Premier ministre, très bien. Nouveaux échanges avec Farreny, dû choisir une photographie pour l’un des rabats de la jaquette de la version reliée et écrire un court texte pour l’autre. Journal 2012, Vue d’œil, fini et envoyé à Fayard le mois de mai. Demeures de l’esprit 10, France V, Île-de-France, 3, Cocteau à Milly, un paragraphe. Journal d’un autre. Journal, en luttant contre le sommeil. Couché à 1 h.

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site