Le Jour ni l’Heure
octobre 2014

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 2 octobre 2014, 9 h 20Mercredi 1er octobre 2014. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus — 274/91. Plieux. Levé à 7 h & ¼. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage du matin même. Comptes : — 1978,61 / prel. Urssaf, — 646,20 / facture hôtel de Bourgogne (deux nuits, procès), — 526,50 / hôtel de Bastard (déj. S., 10 sept., 266,50) / rest. de l’Horloge Auvillar, 06 sept. — 189,00 / hôtel des Poètes, Béziers (deux nuits), — 158,40 / musée d’Orsay, — 129,00 (cat. Carpeaux + prés. J.), Shell, Saint-Sulpice, 5 sept., — 101,25 / parking Vinci, Paris, 48 h, 5 sept., — 72,00 / CEBE Béziers (?, cat. musée ?), — 50,86 / rest. La Charnière, Béziers, — 43,00 / vir. Amazon lux (?), + 42,86 / musée d’Orsay (2 De l’amalgatophilie, Laura Bossi), — 24,00 / Abbaye de Fontfroide, — 21,60 / Cofiroute Rueil-Malmaison, — 19,40  / Cofiroute Rueil-Malmaison (???), — 19,40 / Arche, Theillay, — 16,90 / ASF Rueil-Malmaison,— 16,10 / RATP, — 13,70 etc. Agenda. 10:02 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, matin du jour même à Plieux, trois photographies de Béziers le 27 septembre 2014, le Soutine, Saint-Aphrodise, brasserie de la place du Palais. L’Inauguration de la salle des Vents, feuilleton, 264, dernière livraison.  Anthologie générale, Facebook & Twitter. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de Béziers le 27 septembre 2014, hôtel de ville, fresque de la cathédrale, Florence au chandail jaune, de Maurice Marinot. 60 50 12. Promenade avec Pierre sur le plateau. Autoportrait à l’école, au retour. Atelier, “tondo de Macé” (Le Camion),sans grand succès. Lecture par Pierre de Mort à crédit, Courtial des Pereires, suite. Remonté vers 4 h. Le Monde. La Civilisation des prénoms. Tél. de M. Tejada, rendez-vous le lendemain. Tél. de Rémi Pellet. Dîné aux nouvelles, saumon aux courgettes, poires à la vapeur. Vu une émission de Marianne Alphant, entretien avec Michel Thévoz, à Lausanne (veut la peine de mort pour l’inventeur des fauteuils en plastique). La Civilisation des prénoms, un peu avancé. Vaisseaux brûlés, Anthony Caro (→ Hocquard). Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, id. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du mercredi 1er octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 3 octobre 2014, 9 h 39Jeudi 2 octobre 2014. Saint Léger — 275/90. Plieux. Levé à 7 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à l’école, et portrait de Christine de Suède par Bourdon, Béziers. Beau temps. Comptes : — 476,61 / vir. PayPal, + 1500 / à venir, — 759,88. Agenda. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, à l’école, Christine de Suède et trois autres photographies de Béziers. Nous préparons à aller encore une fois à Fleurance, à la banque, cette fois pour le contrat d’assurance. 09:15 /// Nouvel entretien avec M. Tejada, donc, cette fois pour l’assurance, qui serait assurée par une filiale de la BNP, Cardif (env. 120€ par mois, 110 pour moi et 10 pour Pierre). Rentrons vers midi. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, cinq journées de mars 1975. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, hôtel des Poètes, autoportrait de Jean Moulin (1928), tableau non identifié de Richard Burgsthal (“grandes aquarelles dans le style d’Odilon Redon”, 1908 ?). Promenade dans la vallée, premier gué, autoportrait. Fait du thé, mangé une gaufre de Pierre, av. de la confiture d’orange, et une figue, et trois abricots secs. Atelier, tondo de Macé, Le Camion, qui ne va nulle part. Remonté vers 5 heures, retour de Pierre. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Monde. Communiqué du parti (David Cameron et la Convention européenne des Droits de l’homme). Diné aux nouvelles. Revu L’Impératrice rouge, que trouvé pour ma part bien mauvais. Communiqué du parti, suite. Vaisseaux brûlés, Barcelone, citation de Montherlant (La Petite Infante de Castille). Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, Barcelone, Montherlant, Larousse (→ Le Palace, épigraphe). Journal. Couché à 1 h & ¼. 

lire l’entrée du jeudi 2 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 4 octobre 2014, 10 h 41Vendredi 3 octobre 2014. Saint Gérard — 276/89. Plieux. Levé à 8 h — 20. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la vallée, pas mal (et variantes). Vue de village, prise la veille de la chambre, casa Rodriguez. Comptes : — 463,09 / Vir. Apple (?), + 15,52 / à venir : — 1.186,58. Agenda. 09:32 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et Vue de village, trois photographies de Béziers le samedi 27 septembre 2014, hôtel des Poètes, autoportrait de Jean Moulin (1928), tableau non identifié de Richard Burgsthal ; cinq journées de mars 1975. Tél. d’une femme de la mairie de Béziers, pour le contrat. Journal 2014, relecture. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, Béziers le 27 septembre, suite, jardin de l’hôtel Fayet, grand nu d’Injalbert, paysage de Jean Moulin. Journal 2014, entrée de la veille, mise en ligne. Été seul à la Rouquette, très beau temps chaud, mais pas pu approcher du château, “Défense d’entrer”, “Chien méchant”. Rentré par la Bonnefont. Autoportrait contre une meule, sur le plateau. Atelier, tondo de Macé, Le Camion, très léger progrès, peut-être. Retour de Pierre, lit Mort à crédit, les ennuis de Courtial des Pereires. Remonté vers 6 heures. Le Monde. Appel de M. Dellinger, invitation à dîner. La Civilisation des prénoms. Diné aux nouvelles, raviolis aux saumon et aux filets de ?, poires à la vapeur et framboises. Regardé avec bcp. d’amusement un film de François Ozon, Dans la maison. La Civilisation des prénoms. Vaisseaux brûlés, Halifax, Eugène Nicole. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, id. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du vendredi 3 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 5 octobre 2014, 10 h 39Samedi 4 octobre 2014. Saint François d’Assise — 277/88. Plieux. * Levés à 7 h & ½. Très beau temps. Pas de Céline, été(e) à l’enterrement de son autre employeur (!). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage préposthume, justement, du matin même (fenêtre de la chambre), prêtant à variations. Déjeuné en bas avec Pierre. Émission de Finkielkraut sur Heidegger et l’antisémitisme, avec un invité à l’accent très étonnant, Jean Vioulac. Comptes : — 484,74 / “à venir” : — 1216,57. Agenda. 10:35 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et Paysage préposthume du matin, n° 165, trois photographies de Béziers le samedi 27 septembre 2014, jardin du musée Fayet, nu d’Injalbert, paysage de Jean Moulin (Béziers), cinq journées de mars 1975. Pierre part pour C., en passant par Toulouse pour voir Bouchées-Doubles, opéré du genou. Journal 2014, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Béziers le 27 septembre, suite, jardin de l’hôtel Fayet, grand nu d’Injalbert, paysage de Jean Moulin. Journal 2014, entrée de la veille, mise en ligne. Craquaison boulimique, poulet, bordeaux rouge, pain au chocolat et confiture de mirabelles, fruits secs (rien de bon). Le Jour ni l’Heure, deux images de Béziers le 27 septembre (Comerre par Injalbert et église de la Madeleine), variante du Paysage préposthume n° 165. 60 50 12. Promenade complète dans la vallée, Subervie, premier gué. Atelier, tondo de Macé, Le Camion. Remonté vers 7 heures. Pas de Monde. La Civilisation des prénoms. Dîné aux nouvelles, aiguillettes de poulet encore, lentilles, poire au four, à la cannelle, bordeaux rouge. Ne peut trouver Télérama, remonte tôt. Réseaux sociaux, conversations diverses, légères. La Civilisation des prénoms. Vaisseaux brûlés, révolution, nuit de Patras. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, id. Journal. Couché à 1 h & ½, lu Elio Vittorini.

lire l’entrée du samedi 4 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 6 octobre 2014, 8 h 29Dimanche 5 octobre 2014. Sainte Fleur — 278/87. Plieux. Réveillé à 7 h & ½ par des gens qui quittent à grand bruit la maison de Mme Garcia. Déjeuné seul en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à la table ronde, et Toits de Tunis d’Albert Aublet, Narbonne, 28 septembre 2014. Tél. de Pierre. Agenda. 10:14 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et Toits de Tunis, église de la Madeleine et buste de Comerre par Injalbert, Paysage préposthume n° 165 bis, variante plus serrée du 165. Journal 2014, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, deux vues de Plieux le vendredi 3 octobre et très bon semi-autoportrait au musée Fayet, Béziers, le 27 septembre, avec Pierre et par lui, dans un reflet de Burgsthal. Pas d’eau chaude, bain remis à plus tard. Promenade complète dans la vallée, en sens inverse à celui de la veille, premier gué, Subervie. Atelier, tondo de Macé, Le Camion, toujours très flottant. Remonté vers 5 heures. Retour de Pierre, il remet l’eau chaude. La Civilisation des prénoms. Bain tardif avec Pierre. Dîné aux nouvelles, victuailles rapportées de C., roulé au saumon, fromages, vin ouvert la veille. P. a déjeuné avec sa mère au golf de C. et ne mange rien tandis que je m’empifre gravement. Toujours pas de Télérama, mais trouvé tout de même la Saint Joan de Preminger, d’après Shaw, avec Jean Seberg, puis regardé, moi seul, un documentaire sur Jean Seberg. Remonte vers 11 h & 1/2.. Vaisseaux brûlés, nuit de Nauplie (et non pas de Patras). Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, id. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 5 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 7 octobre 2014, 9 h 43Lundi 6 octobre 2014. Saint Bruno 279/86. Plieux. Réveillé à 6 h & ½, levé à 7 h – le ¼ av. Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et ciel de la veille, fenêtre de la bibliothèque. Temps gris. Agenda. 08:16 (excellent) /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et ciel à Plieux, deux vues de Plieux le 3 octobre, bon autoportrait avec Pierre du 27 septembre au musée Fayet de Béziers. Journal 2014, relecture et mise en ligne. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, trois photographies des musées de Béziers le 27 septembre, Codazzi, Bioulès/Van der Spelden, et galerie du musée Fayet. Forte poussée boulimique, fini le rouleau au saumon de Mme Golubert, fromages, gâteau, fini la bouteille de bordeaux ouverte samedi. Promenade avec Pierre sur la plateau, autoportrait dans l’allée entre La Rouquette et Enduré. Atelier, tondo de Macé, Le Camion. Remonté vers 5heures. Le Monde, pas de communiqué. La Civilisation des prénoms. Long téléphonage de M. Thouin, l’architecte des monuments historiques : la commission a rejeté le projet de rehaussement de la tour. Dîné aux nouvelles, puis regardé deux épisodes de Borgia, mais le sexy Alidosi (Matt di Angelo) se fait malheureusement assassiner, deuxième contrariété de la journée. Remontons vers 11 heures. Vaisseaux brûlés, exp. Duchamp à Paris. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 6 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 8 octobre 2014, 9 h 03Mardi 7 octobre 2014. Saint Serge 280/85. Plieux. Levé à 7h & ½. Assez beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans l’allée d’Enduré, et Plateau des Poètes à Béziers, samedi 27 septembre 2014. Comptes : — 2533,47 / prél. Canal Plus —39,90 / Prél. Canal Sat, — 76,00 / Sofinco — 759,88 / chèque Céline : — 862,15 / à venir : — 29,99 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et quatre photographies prises à Béziers le 27 septembre 2014. Tél. à M. Calmettes, à la Drac, très aimable, gentil et réconfortant, comme toujours. Journal 2014, relecture et mise en ligne. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Béziers le 27 septembre 2014. Bain, lecture par Pierre de Saint-Simon, visite à la Granja de Saint-Ildefonse. Promenade avec Pierre au Bourdieu, autoportrait sous le panneau, peintres à Saint-Louis, le Cassé, plante sous le Cassé. Atelier, tondo de Macé, Le Camion, vers un dénouement. Lecture par Pierre de Mort à crédit, plan pour récupérer les trésors sous-marins. Remonté vers 5 h. & ½. Le Monde, communiqué sur l’Europe. La Civilisation des prénoms, mais horrible attaque de sommeil. Dîné aux nouvelles, puis regardé à peu près la moitié de La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche. Remontons vers 11 heures, encore une peu de Civilisation des prénoms. Vaisseaux brûlés, La Petite Infante de Castille. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 7 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 9 octobre 2014, 9 h 36Mercredi 8 octobre 2014. Sainte Pélagie 281/84. Plieux. Levé à 7 h & ¼. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à Bourdieu, et détail de plante, sous le Cassé. Comptes : — 2533,47, inchangé / à venir : — 92,45. Agenda. 08:57 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et plante au Cassé, trois photographies prises à Béziers le 27 septembre 2014, rue Malbec, tableau de Chabaud, accrochage Burgsthal. Journal 2014, relecture et mise en ligne. Rédigé un projet ou devis pour le livre sur Béziers. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, peintres au Cassé la veille, Utrillo de Béziers, enfant de Voet à Narbonne. Bain, lecture par Pierre de Saint-Simon, retour en France, Roncevaux, Bayonne. Promenade avec Pierre dans la vallée, tour complet, autoportraits assistés dans la clairière de l’Être, au retour. Atelier, tondo de Macé, Le Camion, fini ?, ou laissé à reposer. Lecture par Pierre de Mort à crédit, Ferdinand à Montretout. Remonté vers 5 h. & ½. Le Monde. Tél. de M. Tejada, de la banque, envoie encore des documents à signer à propos de l’assurance. Communiqué sur les terrains à bâtir. La Civilisation des prénoms. Dîné aux nouvelles, Ouverture académique et début des Gurre Lieder, Abbado malade à Lucerne. Remontés vesr 9 h et ½, Civilisation des prénoms, puis regardé sur Canal Plus “décalé” la deuxième moitié de La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche. Vaisseaux brûlés, changé des apostrophes en 990-1. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à 1 h & ¼.

lire l’entrée du mercredi 8 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 10 octobre 2014, 10 h 14Jeudi 9 octobre 2014. Saint Denis 282/83. Plieux. Levé à 8 h – 20. Temps gris mais soudaine poussée lumineuse (à 09:26). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, préposthume, dans la clairière de l’Être, et tableau de Burgsthal à Béziers le 27 septembre, d’après Salammbô. Comptes : — 2533,47, à venir, — 92,45 (“Vous êtes débiteur depuis 9 jours”). Agenda. 09:31 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et tableau de Burgsthal, un tableau de Béziers (Utrillo), un tableau de Narbonne (Voet), peintres au Cassé. Cinq journées de mars 1975. Journal 2014, relecture et mise en ligne. La Civilisation des prénoms. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Béziers le 27 septembre, maison, Injalbert, Géricault. Beaucoup d’activités sur les réseaux sociaux, qui d’ailleurs se termineront mal (brouille avec Fdesouche ?), grand retard pris. Pleut à verse quand veux sortir, atelier plutôt, continué de blanchir, comme la veille, la couverte 100x100 n° 39 (?), Saint-Céneri. Retour de Pierre, allons à Saint-Vidal sous une peite pluie fine. M. L. semble fâché. Remonté après 6 h. Le Monde. Demande pour visite des peintres stagiaires le lendemain, déclinons, ce que Pierre présente comme une décision capitale. Rupture avec M. Barbier qui appelle C. “cette vieille foldingue de C.”. La Civilisation des prénoms. Dîné aux nouvelles, puis regardé La Chasse (La Caza), de Carlos Saura, 1965, et ensuite la fin de Magic Bill. Remontés vers 10 h et ½, Civilisation des prénoms, Vaisseaux brûlés, 13-1. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés (Si le grain ne meurt. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 9 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 11 octobre 2014, 7 h 37Vendredi 10 octobre 2014. Saint Ghislain 283/82. Plieux. Levé à 7 h & ¼. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, pendant les nouvelles, juste avant de passer à table, et Jeune Fille du musée de Narbonne, de Giuseppe Bonito. Temps brumeux et pluvieux. Comptes : — 1395,38 / vir. Caisse d’assurance retraite, + 1138,09 / à venir, — 92,45. (“Vous êtes débiteur depuis 10 jour(s)”). Agenda. 09:45 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, au Calme Bloc, et Jeune Fille du musée de Narbonne (Bonito), plus trois photographies prises à Béziers le 27 septembre : belle maison, Injalbert, Géricault. Journées de mars 1975, fini le mois. Journal 2014, relecture. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, deux photographies de Narbonne le 28 septembre, cathédrale, magasin, et vitrail de Kim En Joong à Fontfroide, même jour. Neuvième symphonie de Beethoven à la radio. Atelier, blanchi encore davantage la couverte 100x100 n° 39 (?), Saint-Céneri. Remonté vers 5 h. Le Monde. Communiqué sur “les deux remplacements”. Oublié le journal de la veille. La Civilisation des prénoms, fini la troisième couche d’écriture mais dois encore procéder à des ajouts, sans compter qu’il serait bon de relire le tout encore une fois. Pierre est allé à un autre vernissage au Prieuré et en est revenu avec un chèque de 2600 € de J. Ll. Été dîner à Lectoure avec Pierre, invités par M. Dellinger au Bastard, bien meilleur que la dernière fois (excellente raviole de champignons au foie gras). Conversation sur les initiatives politiques à prendre. Parlé aussi à M. Arnaud. Rentrés vers 11 h. Autoportrait.  Journal de la veille, oublié, mise en ligne.  Journal du jour, mais terrible attaque de sommeil, dois me coucher à minuit et 1/2.

lire l’entrée du vendredi 10 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 12 octobre 2014, 10 h 12Samedi 11 octobre 2014. Saint-Firmin — 284/81. Plieux. Peu dormi, réveillé à 5 h, levé à 5 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au retour du dîner Dellinger, et tableau de Jean-Pierre Blanche, La Boucherie du Centre à Tipasa, Narbonne, 28 septembre 2014. Comptes : — 1395,38, à venir, — 332,60. “Vous êtes débiteur depuis 11 jours”. Agenda. 07:26 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, et tableau de Jean-Pierre Blanche, plus trois autres photographies du dimanche 28 septembre, chœur de la cathédrale de Narbonne, belle boutique à Narbonne, vitrail de Kim En Joong à Fontfroide. Cinq journées d’avril 1975, fini le mois. Journal 2014, reprise de l’entrée de la veille. “Répliques”, “être de gauche aujourd’hui”, Julliard & Michéa. Le Jour ni l’Heure, deux tableaux des salles orientalistes du musée de Narbonne, 28 septembre 2014 : Benjamin-Constant, Morescka, et cloître de Fontfroide. Très beau temps, promenade avec Pierre, été voir l’église de Grézat, assez décevante, elle est peu de chose et le paysage de toute cette région bien abîmé (vilaine maison blanche à cent mètres, très belle maison en ruines à cinquante). Château de la Motte à Bardigues, pas pu vraiment approcher, fait le tour de l’extérieur, aperçu, qui rentrait en voiture, M. de Boisaison (je crois), rencontré à Dourdan. Village de Bardigues, très abîmé. Église, amusants vitraux. Château du Bosc, mais on le voit encore moins que la Motte. Atelier, fait une grosse bêtise, mis du vernis trop tôt sur la couverte 100x100 n° 39, Saint-Céneri, méchantes auréoles. Lecture par Pierre de Mort à crédit, suite, liquidation générale. Remonté vers 6 h. & ½.  Réseaux sociaux, publication du communiqué sur “les deux remplacements”, réponse à un homme qui m’interrogeait sur l’“affaire Leroy”. Journal de la veille, suite. Dîné aux nouvelles, pavé de saumon, aubergines, riz, pvf. Vu à peu près un tiers de Sabrina, de Wyler. Remonté vers 10 h. Journal de la veille, relecture et mise en ligne.  Journal du jour, mais terrible attaque de sommeil, comme la veille, dois me coucher à minuit et 1/2.

lire l’entrée du samedi 11 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 13 octobre 2014, 9 h 38Dimanche 12 octobre 2014. Saint Wilfried — 285/80. Plieux. Levé à 7 h & ½, temps incertain. Le Jour ni l’Heure, autoportrait, et ferme de Haruas sur sa butte, L’Automne en Lomagne, commune de Caste-Arrouy. Déjeuner en bas avec Pierre. Il entreprend de nouveaux accrochages, cette fois dans la salle de bain du premier étage, tour Saint-Clar, à côté de l’atelier. M’aperçois à cette occasion  que deux Albertine 100x100 n’ont été ni photographiés ni pris en compte, ce qui devrait obliger à changer toute la numérotation (à moins de les mettre en bis et ter ?). Agenda. 09:57 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, ferme de Haruas (Castet-Arrouy), Narbonne et Fontfroide le 28 septembre, tableaux de Benjamin-Constant et Morescka, cloître. Cinq journées de mai 1975. Journal 2014, reprise de l’entrée de la veille. Sieste avec Pierre *, troisième quatuor de Schumann. Le Jour ni l’Heure, vitrail saint Louis de l’église de Bardigues (Emmanuel d’Esparbès de Lussan ?). Beau temps, promenade avec Pierre à Cabos (Sistels). Miradoux, autoportrait devant le groupe scolaire. Sistels, « Arrêtez le massacre ! ». Château-ferme de Cabos, donc, cour, deux chiennes, dont une, très gentille, qui nous suit dans les bois. Très belle promenade dans la grande forêt voisine. Au retour, vu par hasard la très belle maison Caillavet, commune de Gimbrède, près de la limite avec celle d’Andiran. Atelier, tâché de corriger la bêtise de la veille sur la couverte 100x100 n° 39, Saint-Céneri, reblanchi le coin concerné (en bas à droite), puis “blanchi” + ou - heureusement le tondo de Macé. Lecture par Pierre de Mort à crédit, suite, avec les Courtial des Pereires dans les choux. Remonté vers 6 h. Échanges avec Timour Drouin et “Bardamu”. Journal de la veille, suite. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et saumon, courgettes, pvf. Vu un mauvais et très long film de Tarentino, Unglorious Basterds, difficilement regardable pour un Français, malgré de bons numéros d’acteurs, en particulier de Brad Pitt. Remonté à 11 h et 1/2. Cascade de messages d’insultes de Leroy. Journal de la veille, relecture et mise en ligne.  Journal du jour. Couché à 2 h.

lire l’entrée du dimanche 12 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 14 octobre 2014, 9 h 21Lundi 13 octobre 2014. Saint Géraud — 286/79. Plieux. Peu dormi, levé à 7 h — le ¼ av. Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, devant le Groupe scolaire de Miradoux et portrait de sa femme, par Georges-Daniel de Monfreid, musée de Narbonne. Michel Barnier à France Culture. Agenda. 08:58 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, à Miradoux, portrait de sa femme par Daniel de Monfreid, deux photographies de Bardigues et ferme de Sédassé, commune de Miradoux, samedi 14 octobre. Cinq journées de mai 1975. Tél. à M. Leroy, le père de Jean-Michel Leroy, mais dialogue tout à fait impossible, il parle sans discontinuer. 60 50 12.  Journal 2014, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. Le Jour ni l’Heure, mairie de Sistels ( « Arrêtez le massacre ! »), Zemmour à Béziers, hôtel des Poètes. Devons aller à Saint-Clar pour des courses, promenade près du domaine de Labarthe, beaux ciels, mais butons sur le champ de panneaux solaires, où paissent des moutons, c’est déprimant.  Saint-Clar, donc, supermarché. Atelier, repris le tondo de Macé, sans succès. Lecture par Pierre de Mort à crédit, suite, la maison d’enfants à Blême-le-Petit. Remonté vers 5 h. et ½. Le Monde. Communiqué pour l’In-nocence, Europe et budget de la France. La Civilisation des prénoms, relecture générale en vue d’ultimes ajouts. Dîné aux nouvelles, chief salad, pvf. Vu deux épisodes de Borgia, Lucrèce à Ferrare, mort d’Alexandre VII, maladie de Cesare, élections de Pie III puis de Jules II. Remonté à 10 h et 1/2. Ridicule portrait de moi encore utilisée par les Identitaires pour l’affiche de la conférence de Nantes, écrit pour protester un peu. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 13 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 15 octobre 2014, 9 h 25Mardi 14 octobre 2014. Saint Juste — 287/78. Plieux. Levé à 7 h — le ¼ av. Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans un paysage vertical à Labarthe, et salle des convers de Fontfroide. Temps très gris. Comptes : — 1425,37 / prél. Orange, — 29,90 / à venir, — 518,04 / “Vous êtes débiteur depuis 14 jour(s)”. Identitaire nantais ont déjà changé l’affiche, très bien. Agenda. 09:16 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, à Labarthe, et salle des convers à Miradoux + hôtel des Poètes et Zemmour à Béziers, plus mairie de Sistels. Cinq journées de mai 1975. Long téléphonage de Laurent Ozon, peu content de moi, mais il demande le secret. Journal 2014, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, belle maison massacrée à L’Isle-Bouzon, chapiteau Renaissance dans l’église, grand ciel sur le plateau au retour.  Bain, lecture par Pierre de Saint-Simon, retour à Paris, avril 1723, entrevue avec le régent et Dubois. Promenade avec Pierre sur le plateau de la Rouquette, très beau temps très chaud. Atelier, tondo de Macé. Lecture par Pierre de Mort à crédit, Blême-le-Petit. Remontés vers 5 h. Le Monde. Proposition de communiqué pour l’In-nocence (reconnaissance de la Palestine). La Civilisation des prénoms, relecture générale, suite. Dû dormir un peu. Dîné aux nouvelles, puis émission de Stéphane Bern sur Anne de Bretagne, puis une partie d’une émission de Serge Moati, “Adieu Le Pen”. Remonté à 11 h. La Civilisation des prénoms, suite de la relecture, cherche toujours le bon endroit pour un ajout sur les tatouages. Journal (copié/collé de la lettre de M. Barbier). Couché à 1 h.

lire l’entrée du mardi 14 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 16 octobre 2014, 8 h 28Mercredi 15 octobre 2014. Sainte Térésa (?) — 288/77. Plieux. Levé à 7 h & ½. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, mauvais autoportrait de la veille et Tournier de la chapelle de l’Annonciade à Narbonne, Tobie et l’Ange, hélas flou. Comptes : — 1425,37 (inchangé), à venir, —518,04, « Vous êtes débiteur depuis 15 jours ». Agenda. 09:16 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, dans la bibliothèque, Tobie et l’Ange de Narbonne, + trois photographies de la veille, L’Isle-Bouzon. Cinq journées de mai 1975. Parlé à Mme de Loynes, vais être obligé de mettre son chèque à la banque, aucune vente. Journal 2014, mise en ligne de l’“entrée de la veille”, lettre de M. Barbier. La Civilisation des prénoms, ajout sur les tatouages et les maquillages tribaux. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, « Arrêtez le massacre ! » à L’Isle-Bouzon, la Palatine par Mignard et vue de Sidi Bou-Saïd par Paul Siba, musée de Narbonne.  Bain, lecture par Pierre de Saint-Simon, retour à Paris, avril 1722, Noailles. Parti avec Pierre pour Magnas mais le temps se couvre, nous nous contentons des Trois-Étangs. Rencontré trois chiens comiques, très différents, qui se promènent ensemble. Pierre doit tirer de l’eau un épagneul qui se baigne et ne peut plus sortir de l’étang. Atelier, tondo n° 2, fini sur lui tous les tubes ouverts et déchirés, équivalent pictural des J’y-fous-tout culinaires de Pierre. Lecture par Pierre de Mort à crédit, mort de Courtial des Pereires. Remontés vers 5 h. Le Monde. Proposition de communiqué pour l’In-nocence (dépenses militaires). Téléphonage de Karim Ouchikh, qui me demande de le soutenir pour la présidence du Siel, ce que je trouve très embarrassant à cause de Coûteaux mais il me dit que Coûteaux n’est pas candidat. La Civilisation des prénoms, relecture générale, suite. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons, puis regardé les deux derniers épisodes des Hommes de l’ombre, sur le pouvoir à la française. Remonté à 10 h & ½, La Civilisation des prénoms, suite de la relecture, un peu, mais forte attaque de sommeil.  Journal, mais dû m’ïnterrompre. Couché à minuit.

lire l’entrée du mercredi 15 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 17 octobre 2014, 10 h 09Jeudi 16 octobre 2014. Sainte Edwige — 289/76. Plieux. Levé à 6 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, aux Trois-Étangs, et nu de Kisling à Béziers. Comptes : — 1487,83 / Prél. Orange, — 62,46 / à venir : — 611,82 / “Vous êtes débiteur depuis 16 jours” /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, nu de Kisling à Béziers, deux tableaux de Narbonne (Palatine et Paul Sibra, Sidi-Bou-Saïd), « Arrêtez le massacre ! » à L’Isle-Bouzon. Cinq journées de mai 1975, fini le mois. Long téléphonage de Paul-Marie Coûteaux, d’abord furieux, mais je l’apaise. Journal 2014, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, affiche de la conférence de Nantes et trois tableaux de Béziers le 27 septembre, Daubigny, Orazio Gentileschi (Fabrégat), Richard Burgsthal (Fayet). Appelé le matin Karim Ouchikh, qui me rappelle, longue conversation avec lui : lui explique que je ne puis le soutenir. Promenade dans la vallée, premier gué et retour par Subervie, seul. Atelier, tondo n° 2, Jifutu. Lecture par Pierre, rentré, de Mort à crédit, scène de Mme Courtial des Pereires après la mort de son mari. Remontés vers 6 h. & ½. La Civilisation des prénoms, relecture générale, suite. Pierre s’y met aussi, en prenant le texte au début alors que je travaille sur la fin. Dîné aux nouvelles, demi-coquelet, pommes de terre et courgettes. Regardé sur la chaîne “Histoire” un peu d’un médiocre film poético-fantastique de 1953, Le Chevalier de la nuit, d’après Anouilh, de Robert Darène, avec Renée Saint-Cyr et Jean-Claude Pascal, bien mauvais l’un et l’autre. Remonté avant 10 h, La Civilisation des prénoms, suite et fin de la relecture. Journal, couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 16 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 18 octobre 2014, 10 h 39Vendredi 17 octobre 2014. Saint Baudouin — 290/75. Plieux. Mauvaise nuit, douleur au bas-ventre, après forte cystite depuis trois jours. Inquiétudes, ennui surtout de devoir rentrer dans le “cycle médical” (et quid alors de l’emprunt ?), insomnie. Réveillé à 5 h, levé à 7. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et grand paysage (photographie en fait prise par Pierre), l’un et l’autre “préposthume”. Humeur assez sombre, mais content d’avoir fini La Civilisation des prénoms (bien que ce ne soit jamais vraiment fini. Comptes : — 1510,83 / chèque débité (?) — 23,00 / à venir : — 611,82 / “Vous êtes débiteur depuis 17 jours”. Agenda. 09:50 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait et grand paysage de la veille, affiche de Nantes et trois tableaux de Béziers, Daubigny, Gentleschi, Burgsthal. Cinq journées de mai 1975. Pierre lis La Dictature de la petite bourgeoisie. Journal 2014, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, maison massacrée à Sistels, hôtel de ville de Béziers, belle maison Charles X près de Lachapelle. Pas d’eau chaude, pas de bain. Promenade sur le plateau, seul, par un grand et fort soleil. Atelier, repris la couverte 100x100 n° 40, Souvenir de Grande Carabagne, devenu Blidah 1895, glacis rouge ; tondo n° 2, Jifutu. Pierre, à son retour, doit reprendre La Civilisation des prénoms, ses corrections du matin n’ont pas été enregistrées. En profite pour écrire à ma tante. Dîné aux nouvelles, ragoût de cerf importé de Cadarcet, pâtes Delautremer. Regardé L’Amour l’après-midi, de Rhomer, que décidément je n’aime pas. L’In-nocent, agitation autour d’un entrefilet du Monde sur l’In-nocence, « fondée en 2012 sous le parrainage du RBM de Marine Le Pen » (!!!). Journal, autoportrait tradif. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du vendredi 17 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 19 octobre 2014, 16 h 55
modifiée le dimanche 19 octobre 2014, 16 h 57
Samedi 18 octobre 2014.
Saint Luc — 291/74. Plieux. Pas de douleur la nuit. Levé à 7 h, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et grandes orgues de Béziers. Beau temps. Douleur au bas-ventre, mais supportable. Émission de Finkielkraut avec Sternhell (où a-t-il pris cette horrible accent (français) ?) et Milza. Comptes : — 1510,83 (inchangé) / à venir : — 611,82 / “Vous êtes débiteur depuis 18 jours”. Pierre va mettre à Fleurance le chèque de Jeanne de Loynes. Agenda. 10:30 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, mais mon site est aux trois-quarts bloqué et je n’arrive pas à mettre la main sur Farreny, évanoui dans la nature. Journal 2014, fin de la rédaction de l’entrée de la veille, interrompue par le sommeil, relecture. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, église Saint-Jacques à Béziers, jardin de l’évêché, tableau de Marinot au musée Fabrégat, Notre-Dame de Paris vue du quai aux barrils. Tél. de Robert Ménard, l’affaire de la commande du livre prend des proportions inimaginables, cinq colonnes à la une du Midi Libre, l’ennemi mortel de Ménard ! Longue et très belle promenade avec Pierre dans les bois de Magnas, autoportrait sous la muraille d’assise du jardin du château — temps splendide, ensoleillé et venteux, parfaite solitude, grand silence, âme des chiens. Atelier, tondo n° 2, Jifutu. Pierre lit Mort à crédit, les gendarmes à Blême-le-Petit, lamentations de Mme Courtial des Pereires. Lettre à M. le Conservateur régional des Monuments historiques, Philippe Mercier. Journée sérieusement affectée par le blocage du site (panne générale du serveur ?). Dîné aux nouvelles, pavé de saumon aux noix et aux courgettes, poires à la vapeur aux figues et aux framboises. Regardé un peu de Casino, jusqu’à la scène de torture. Continué et fini la lettre à M. Mercier, pour lui demander une révision des “réserves” sur les travaux de la tour. L’IN-NOCENT, l’affaire de Béziers. Journal, mise en ligne de l’entrée de la veille, oubliée à cause des problèmes techniques, et entrée du jour, mais accès de sommeil comme la veille. Couché à minuit & ½.

lire l’entrée du samedi 18 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 20 octobre 2014, 11 h 00Dimanche 19 octobre 2014. Saint René 292/73. Plieux. * Levés à 8 h et déjeuné en bas aussitôt. Nouveau rebondissement de l’affaire de Béziers, un conseiller municipal UMP a démissionné (!!!). Le Jour ni l’Heure, autoportrait sous la muraille cyclopéenne de Magnas et petite fille rousse de Georges Kars, tableau du musée Fabrégat de Béziers. Tweeter (2350 foll.). Beau temps. Agenda. 11:00 /// Site ne fonctionne toujours pas, pas de Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2014, fin de la rédaction de l’entrée de la veille, interrompue alors par le sommeil, relecture. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, deux tableaux du musée Fabrégat, Othon Friesz (Honfleur) et Marinot (Vermoise), plus musée lui-même, façade. Café avec Pierre. Séance de photographies de tableaux, Blidah ! Blidah !, Saint-Céneri, les deux tondi et les deux grandes Albertine oubliées. Promenade avec Pierre sur le plateau, il fait encore très chaud. Oublié l’atelier (sans doute parce que nous y sommes beaucoup allés pour les photographies). Remontés vers 6 heures, thé. Panne levée, c’était sans doute un problème de serveur (mais Farreny toujours introuvable). Rattrapé le retard de Le Jour ni l’Heure, Chronologie, surtout des photographies de Béziers et de tableaux des musées de Béziers, 27 septembre 2014. Journal de la veille, mise en ligne publique (“l’affaire” de Béziers). Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, saumon et un autre poisson, hareng ? Poires à la vapeur et framboises, mais sans figues. Regardé La Baie des Anges, de Demy, mais je l’avais déjà vu en 1962. Attaqué le projet de nouvelle édition légèrement augmentée de Buena Vista Park, début de mise en ligne. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du dimanche 19 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 21 octobre 2014, 10 h 52Lundi 20 octobre 2014. Sainte Adeline — 293/72. Plieux. Levés à 8 h. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, photographiant des tableaux contre la façade ouest, et ex-Couverte 100x100 n° 40 devenue 42 à cause de la redécouverte des deux Albertine et devenue Blidah ! Blidah ! (au lieu de Souvenir de Grande-Carabagne). Agenda. 10:25 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et Blidah ! Blidah !, couverte 100x100 n° 41,finalement. Journal 2014, fin de la rédaction de l’entrée de la veille et mise en ligne. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, couvertes récentes photographiées la veille, Souvenir de Saint-Céneri-le-Gerei et deux tondi, le Tondo de Macé (Le Camion) et Jifutu. !. Promenade avec Pierre dans la vallée, avec serpe et cisailles pour rouvrir les voies, surtout à l’accès des ponts. Atelier, troisième tondi, Souvenir de Blême-le-Petit, en écoutant Pierre lire Mort à Crédit, le chanoine dément à Blême. Remontés vers 5 heures, thé. Parvenu enfin à joindre Farreny, mais il me remet au lendemain. Retenu une chambre à Nantes, hôtel La Pérouse. Confectionné une couverture pour la nouvelle édition de Buena Vista Park, avec la couverte Allée dans la forêt, bien. Dîné aux nouvelles, Chief Salad, pvf. Regardé un documentaire sur Churchill, puis la fin d’un épisode de Borgia (ça ne va pas fort pour Cesare) ?. Remontés vers 10 h & 1/2, fin de la mise au point de la couverture de Buena Vista Park, travaillé un peu sur le texte lui-même..Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 20 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 22 octobre 2014, 10 h 12Mardi 21 octobre 2014. Sainte Céline — 294/71. Plieux. Mal et peu dormi. Réveillé à 6 h, levé à 6 & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et les deux grandes couvertes Albertine oubliées — toute la classification est un véritable chaos, passé et perdu beaucoup de temps à y mettre un peu d’ordre. Comptes : — 1667,07 / prél. Sepa Orange, — 156,24 / à venir, — 455,58 / “Vous êtes débiteur depuis 21 jours”. Agenda. 10:43 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et les deux grands Albertine disparue, couverture de Buena Vista Park et trois tableaux photographiée l’avant-veille, les deux tondi et Souvenir de Saint-Céneri-le-Gérei. Journal 2014, fin de la rédaction de l’entrée de la veille. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, vase rose, détail du tondo de Macé, deux façades simultanées d’une maison à Plieux, avec et sans enduit. Conversation téléphonique avec Farreny, mise en train de la confection des deux livres, Civilisation des prénoms et Buena Vista Park. Promenade avec Pierre du côté de la ferme Taurignac, entre Miradoux et Castet-Arrouy, champs, forêt sans chemin, grand soleil et grand vent. Atelier, troisième tondi, Souvenir de Blême-le-Petit, en écoutant Pierre lire Mort à Crédit, ultime retour à Paris, chez l’oncle. Remontés vers 6 heures, thé. Le Monde. Proposition de communiqué sur la démographie. Tél. d’un homme politique belge (?), qui doit passer demain. Mise en ligne de l’entrée de la veille du journal. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et saumon et anchois, pvf. Regardé l’émission de Stéphane Bern sur Mazarin, bien. Travaillé à Buena Vista Park, ajout de citations de Montaigne, de Proust et de René Girard..Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du mardi 21 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 23 octobre 2014, 10 h 16Mercredi 22 octobre 2014. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et paysage de la veille, vase rose du lundi, détail du tondo de Macé, maison à crépi et sans crépi à Plieux. Journal 2014, fin de la rédaction et mise en ligne de l’entrée de la veille. 60 50 12. Le Jour ni l’Heure, tableau de Richard Burgstahl à Béziers, Canaux blancs de Mégara, et deux paysage de la veille, dont Préposthume n° 167. Buena Vista Park, suite de la mise en forme et ajout de citations, Platon, Hegel. À 4 h, marché avec Pierre jusqu’à Saint-Vidal et Bourdieu. À 5 h, visite de M. Marco Santi, président de Démocratie nationale (belge), accompagné de son hôte dans le Gers, intéressant mais terriblement bavard et interventionniste, rendant tout échange à peu près impossible. Buena Vista Park, suite des ajouts de citations. Dîné aux nouvelles, sauté de poulet et lardons en sauce et riz, gâche à la confiture de figues. Vu Ne tirez pas sur le pianiste (le noir et blanc réussit bien mieux à Truffaut). Buena Vista Park, citations, suite. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 22 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 24 octobre 2014, 12 h 10Jeudi 23 octobre 2014. Saint Jean de Capistron — 296/69. Plieux. Levé à 7 h & ½, beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, bien, et portrait de femme du musée Fabrégat, Béziers, par Diego Gadir. Comptes : + 932,93 / à venir : — 720,78. Agenda. 10:11 ///Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et portrait de femme de Diego Gadir, Mégara de Richard Burgsthal, et  deux paysages de l’avant-veille, dont le préposthume n° 167. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Ultimes et vaines recherches de citations pour Buena Vista Park, Chateaubriand, Leopardi. Bagages. Bain. Quitté Plieux vers 2 heures. Autoroute, Bordeaux, Saintes, Niort, Fontenay-le-Vicomte. Dormi un peu. Lu la biographie de Céline par Frédéric Vitoux. Arrivés à Nantes vers 8 h, hôtel La Pérouse, ch. 605. Catastrophe, m’aperçois que j’ai oublié à Plieux, comme lors de mon dernier voyage à Paris, le cordon d’alimentation de l’ordinateur. D’autre part la connexion ne marche pas dans la chambre, ni dans une autre au quatrième, ni dans une autre au troisième. Promenade dans Nantes, place Royale, place Graslin. Pas de place à la Cigale, dînons dans une crêperie, Het Keb (????), bien, serveuses très gentilles, mais mange trop par peur d’avoir faim, trois crêpes, et voisine très bavarde et bruyante. Hôtel, journal brièvement, ressources en énergie s’épuisent, et pas de connexion. Lis le recueil de nouvelles de Philippe Vardon, Militants, reçu le matin, puis le livre d’Éric Zemmour, Le Suicide français. Éteins à 1 h.

lire l’entrée du jeudi 23 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 29 décembre 2014, 13 h 40Du jeudi 23 octobre au dimanche 2 novembre 2014. Conférence à Nantes et voyage en Bretagne.

lire l’entrée du jeudi 23 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 25 octobre 2014, 12 h 59Vendredi 24 octobre 2014. Nantes, hôtel La Pérouse, ch. 605. Mauvaise nuit, hôtel très bruyant, cette fois-ci de l’extérieur, étudiants pochards et beugleurs jusqu’à 5 ou 6 h du matin, puis autobus et tramways, ou balayeuses, on ne sait pas, sans doutes les trois. Trè peu dormi. Levé à 8 h & ½. Agenda, avec ce qui reste de batterie. 08:49 /// Déjeuné en bas et sortis aussitôt après, été à la Fnac et trouvé sans difficulté un cordon de remplacement (80 €) et aussi un cache pour l’appareil photographique, le précédent étant perdu depuis des mois. À  notre retour la connexion marche à peu près, à l’hôtel. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à l’hôtel La Pérouse, et cours Cambronne la matin même. Agenda. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Sortis vers 1 heure. Cathédrale, tombeaux de François II de Bretagne et de Marguerite de Foix, cénotaphe de Lamoricière, vitraux de Chapuis, Le Moal et Anne Le Chevalier. Bel hôtel de la préfecture (des Intendants ?). Beau cours, bâtiments XVIIIe et Restauration, corps d’armée, ancien évêché (???), porte médiévale, chevet de la cathédrale, chapelle de l’Oratoire, gâchée par les banderoles, exposition Amédée de La Patelière, bien. Passés au retour par la cour du château, douves (Le Baiser), église Sainte-Croix, étonnant beffroi. Hôtel, dormi avec Pierre de 4 à 5 h. Connexion marche, en profite pour avancer le travail sur la réédition de Buena Vista Park, y ajouté en note la lettre très drôle de Robbe-Grillet, 1980. Ressortis vers 7 h & ½, parking pour y prendre des livres, puis hôtel des Trois-Marchands pour la conférence. Rencontré “Wielf de Bretagne”, l’organisateur. Salle pleine. Parlé à deux lecteurs du cru, très aimables. Conférence de 8 h & ½ à 10 h. Questions. Signatures d’une douzaine de livres, échanges divers. Dîner très long, quoique composé d’un seul plat, au restaurant “Les Copains d’abord” (et en effet). Pour voisine une (très) jeune femme d’Aubiat, Puy-de-Dôme, qui fait à Nantes des études d’architecture. Rentrés à 2 h du matin. Journal, héroïquement, et autoportrait, non moins. Couché à 3 h.

lire l’entrée du vendredi 24 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 26 octobre 2014, 10 h 18Samedi 25 octobre 2014. Nantes, hôtel La Pérouse, ch. 605. Mauvaise nuit encore, un peu trop bu, mais moins que les poivrots du cours, qui beuglent jusqu’à sept heures du matin. Très peu dormi. Pluie. Petit déjeuner en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Le Baiser (des fossés du château). La connexion ne marche pas, de nouveau — songeons à quitter prématurément cet hôtel, dont les défauts (mauvaise connexion, terriblement bruyant de l’extérieur) l’emportent nettement sur les qualités (tout le monde et très gentil, il est très bien placé géographiquement, et il n’est pas laid). Agenda. 11:10 /// Douche, quitté le chambre, puis séance de travail en bas, dans un salon à l’arrière, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Le Baiser, agenda, journal, relecture et mise en ligne. Quitté l’hôtel La Pérouse à 1 h. La Psalette, à côté de la cathédrale. Château. Visité le musée d’histoire de la ville. Renoncé à voir l’exposition Samouraï à cause de la file d’attente. Crypte de la cathédrale, aménagment très agaçant. Place du Bouffay, maison d’enfance de Laënnec. Antiquaire, vu deux paires de fauteuils Restauration, 1600 et 3500 €. Hôtel Radisson Blu, ancien palais de Justice. Parking Tour de Bretagne, autoportrait, récupéré la voiture, quitté Nantes vers 5 heures, décidé d’aller à Saint-Nazaire par la rive Sud. Canal de la Martinière, abbaye de Buzay, à Rouans, dans le pays de Retz, très belle contrée, marché jusqu’à la Loire, face à une grande usine. Paimbœuf. Sant-Brévin-les-Pins, Saint-Brévin-l’Océan, envisagé de coucher à l’hôtel du Beryl mais il ne nous plaît pas, surtout à Pierre. Réservons au Mercure de La Baule car craignons problème de connexion à l’hôtel qui fait face à la gare, à Saint-Nazaire. Saint-Nazaire, dînons sur le port, plutôt mal, brasserie du Port. Promenade nocturne dans l’ancienne base sous-marine, très photogénique, mais les photographies ne donneront pas grand chose. La Baule, hôtel Mercure Majestic, ch. 708, bonne vue latérale sur la mer. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à minuit & ½.

lire l’entrée du samedi 25 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 27 octobre 2014, 9 h 23Dimanche 26 octobre 2014. La Baule, hôtel Mercure Majestic, ch. 708. Très bien dormi, levé à 7 h & ½, nouvelle heure d’hiver. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au parking de Nantes, et paysage du pays de Retz. Déjeuné amplement en bas, mais moment gâché par une voisine qui mène une demi-heure durant une conversation très animée sur son portable. Agenda. 10:11 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, au parking de Nantes, et canal de Buzay, pays de Retz. Journal, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. Bain, quitté l’hôtel à midi. Petite promenade à pied dans La Baule, hôtel Royal, Castel Marie-Louise, hôtel Ermitage. Château de Careil, mais il est fermé et on ne voit pas grand chose. Marais salants, entre Batz et Guérande, petite promenade à pied. Guérande. Visité la collégiale Saint-Aubin, puis fait le tour des remparts et accompli la “promenade des remparts”, au-dessus des jardins (Tristan de Carné, chef-d’œuvre églogual). Kerhinet. Bréca, commune de Saint-Lyphard, sur la Grande Brière. Excellente surprise, pouvons louer une barque sans guide, merveilleux moment solitaire (ou presque : deux autres chalands chargés de monde à grande distance) sur le marais, splendide, par un temps qui ne l’était pas moins. Saint-Lyphard. La Chapelle-des-Marais, Saint-Joachim, île de Fédrun, décevant. Décidons de coucher à Saint-Nazaire, près de quoi nous sommes revenus sans y prendre garde, à tourner autour de la Brière. Saint-Nazaire, hôtel de Berry, ch. 37. Trav. un peu à Buena Vista Park, relecture et mise en forme, suite. Vu les nouvelles de huit heures. Dîné sur place, bien, menu à vingt-sept euros, salade de girolles, brochette de bavette, omelette norvégienne. Assez longue promenade nocturne dans la ville, hôtel de l’Europe, hôtel de ville, palais de Justice (Maurice Ferré, 1965), avenue Albert de Mun, église Saint-Gohard. Hôtel, Le Jour ni l’Heure, autoportrait sur le marais et palais de Justice de Saint-Nazaire. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à minuit et demi.

lire l’entrée du dimanche 26 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 28 octobre 2014, 9 h 43Lundi 27 octobre 2014. Saint-Nazaire, hôtel de Berry, ch. 37. Réveillé à 5 h & ½, levé à 6. Le Jour ni l’Heure, agenda. 06:43 /// Recouché. * Levés à 8 h et ½. Déjeuné en bas. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, tribunal de Saint-Nazaire. Journal, fin de l’entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Parlé à ma sœur. Pierre fait des réservations pour le bateau de Belle-Île. Quitté l’hôtel à midi. Église Saint-Gohard fermée. Palais de Justice, mais il y a beaucoup de voitures dans la cour et l’intérieur a été transformé. Hôtel de ville, mais il est fermé entre midi et 2 heures. Laissé là la voiture, énormément marché, jusqu’aux monuments du bord de mer, Soldat de l’An II, Soldat américain de 1917. Revenus vers la base sous-marine, photographies, autoportrait. Été sur les toits. Retourné à l’hôtel de ville, vu les salles du conseil municipal, France; Normandie, mais elles ont été bêtement transformées et n’ont plus guère de style. Retournés sur le front de mer pour photographier la ville Wilson, déjà vue, mais sans savoir son nom. Quitté Saint-Nazaire vers 2 h & ½ et suivi le rivage en ouest. Saint-Marc-sur-Mer, la station balnéaire des vacances de M. Hulot, complètement massacrée. Urbanisation massive et continue : Pornichet, La Baule, Le Pouliguen. Batz-sur-Mer, très belle église. Repassés près de Guérande, Herbignac, La Roche-Bernard, Muzillac, Surzur, Ambon, Sarzeau, où vu le buste de Lesage et sa maison. Aperçu le beau château Louis XVI de L., (des marquis de Gouvello) et été au château de Suscinio, que visité, très beau dans la masse et le soleil couchant, mais assez décevant dans le détail. Saint-Gildas-de-Rhuys, à la nuit tombante. Cherché la villa, alors un hôtel, ou une pension de famille, où j’ai séjourné avec ma mère dans mon enfance (c. 1956 ?). Hésite entre deux, dans la descente vers la plage, qui est envahie d’algues rouges. Photographie les deux mais par chance, à l’entrée de l’abbaye, rencontre une dame qui vient fermer et qui confirme que l’ancienne pension de famille (à la hauteur du nouveau cimetière) s’appelait Kerosen et était tenue par les sœurs Le Seven. Elle nous laisse voir l’intérieur de l’église, au magnifique chœur roman. Dînons très agréablement en face, au joli café de la Place : rillettes de poisson, dos de saumon. Souvenirs d’un taxi parisien, acoudé au bar. Nous dirigeons vers Vannes, où chambre retenue à l’hôtel “Le Roof”, dans la presque’île de Conleau. Tour de Vannes en voiture, vu et photographié les remparts illuminés. “The Roof”, ch. 103, jolie vue japonisante sur le golfe du Morbihan. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du jour, dans la base sous-marine de Saint-Nazaire, et “Le Souvenir d’enfance”, maison Kerosen à Saint-Cildas-de-Rhuys, flou volontaire. Un peu de journal mais tombe de sommeil, couché à 11 h & ½.

lire l’entrée du lundi 27 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 29 octobre 2014, 9 h 29Mardi 28 octobre 2014. Hôtel “Le Roof”, ch. 103, presque’île de Conleau, Vannes. Très bien et beaucoup dormi. * Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, agenda. 08:46 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, vue de la maison Kerosen à Saint-Gildas-de-Rhuys (Le Souvenir d’enfance). Journal 2014, entrée de la veille, complétée, relue et mise en ligne. Sortis vers 1 h. Temps superbe. Vannes. Nous sommes garés sur le port et avons beaucoup marché. Visité la cathédrale. Long moment au musée (de la Cohue), vu la Crucifixion de Delacroix, un accrochage sur le thème du paysage (Tal-Coat, Le Moal, Bazaine, Manessier, force paysagistes bretons ou de la Bretagne) et de grandes salles consacrées à Geneviève Asse, vannetaise. Retourné à la voiture prendre des pull-overs, château de l’Hermine, promenade des remparts, préfecture, église Saint-Patern, repassé à la cathédrale (mort de saint Vincent Ferrier, chapelle Renaissance du Saint-Sacrement), place Henri IV, pâtisserie Georges Larnicol, hôtel de Lannion, mairie, retournés à la pâtisserie et acheté des torchettes et des kouignettes pour un high-tea dans la chambre d’hôtel, place Valencia (où mourut saint Vincent Ferrier), acheté aussi des semi-bouchées au poulet, repassés sur le port, repris la voiture, été voir l’hôtel Mercure qui existe bel et bien quoiqu’il ne figure pas dans le guide Michelin peut-être parce qu’il se dresse sur un champ de foire très animé et bruyant, rentrés au Roof. Forte collation pâtissière dans la chambre, sandwich au poulet, demi-torchette, trois kouignettes (dont deux au rhum et aux raisins et une au caramel au beurre salé), divers chocolats, le tout passablement étouffe-chrétien malgré le thé. Vu les nouvelles à la télévision. Soirée dans la chambre, Pierre lit Gracq (Un beau ténébreux) et le Journal du général Koechlin-Schwartz, acheté par lui au musée de la Cohue. Comptes divers, autoportrait, sa mise en ligne ainsi que de la photographie d’une vue de Port-Cotton à Belle-Île par Léon Le Goabe de Bellée (musée de la Cohue), puis journal. Couché à minuit.

lire l’entrée du mardi 28 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 30 octobre 2014, 9 h 45Mercredi 29 octobre 2014. Vannes, presque’île de Conleau, hôtel Le Roof, ch. 103. Assez bien dormi, levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, agenda. 08:30 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, dans la chambre, et paysage de Port-Coton, Léon Le Goabe de Bellée. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Quitté l’hôtel vers 11 h. Par un long détour, été le contempler d’en face, et voir le beau parc clos de mur qui s’étend là, autour d’un manoir à tour à colombage. Pointe d’Arradon, face à l’île aux Moines. Auray, église Saint-Gildas. La Trinité-sur-Mer. Carnac, église Saint-Cornély, superbe ensemble XVIIe. Été aux alignements, beaucoup marché, pierres dressées du Menec et de Kermario. Repris la voiture, Kerlescan, vu le portail du château de Kercado et le magnifique tumulus voisin, au pied d’un château d’eau. Retraversé Carnac, après une boucle. Presqu’île de Quiberon, Quiberon, devons prendre le bateau à cinq heures, réservation, mais le ratons à cause de la difficulté de trouver à garer la voiture. Devons attendre le suivant, à 6 h & ½. Pierre me lit Gracq, Liberté Grande, puis Le Rivage des Syrtes (j’avais lu le matin les admirables pages sur la politique de la Seigneurerie). Traversée vers Belle-Île entre 6 h & ½ et 7 h & ¼. Ma sœur, qui était venue nous chercher au premier bateau, est rentrée chez elle car elle ne peut pas conduire la nuit. A envoyé un taxi, M. Guéguan (36 €). À Keroulep vers 8 h. Dîné chez ma sœur, pot-au-feu, fromage, torchettes et chocolat apportés de Vannes, bordeaux rouge. Le Jour ni l‘Heure, autoportrait de l’après-midi, à Carnac, et tumulus de Kercado. Travaille en compagnie de la chatte Perle. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du mercredi 29 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 31 octobre 2014, 10 h 20Jeudi 30 octobre 2014. chez ma sœur, Keroulep, Locmaria, Belle-Île. Bien dormi, levé à 7 h & ½. Sites. Agenda. 08:54 /// Petit-déjeuner, Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, à Carnac, et tumulus de Kercado. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Douche. Sortis vers 11 h, été au Palais faire des courses. Promenade sur le port, acheté un turbot. Été au grand magasin Casino, au-dessus de la ville pour des produits de petit-déjeuner “comme à la maison” (jus de poire, muesli, figues, dattes, etc.). Rentrés par la route côtière et Port-Ando. Keroulep, déposé les achats. Ressortis pour une grande promenade. Passés d’abord à Locmaria, entrés dans l’église. Été ensuite à Port-Cotton, laissé là la voiture et marché en direction du nord-ouest, par une temps splendide et très doux, sans croiser grand monde. Dormi un peu dans l’herbe, sur un promontoire ensoleillé, face aux îles Baguenères. Pointe du Grand Guet. Rentrés par le hameau de Vazen, le trou de Vazen, la grotte de l’Étoile. Repassés à Port-Coton et marché aussi de l’autre côté du parc de stationnement, en direction de Goulphar, vers la Petite Sirène. Repris la voiture, mais la quittons de nouveau près de l’hôtel Castel Clara pour descendre à la plage de Goulphar, puis, sur ma suggestion, remontons de l’autre côté pour “faire le tour de l’hôtel”, ce qui en fait implique un tour énorme, par Radenec et Kervilahouen, où acheté du vin blanc pour la sauce du turbot. Rentrés vers 7 heures, non sans difficulté pour retrouver Keroulep par une nuit noire. Pierre prépare le dîner tandis que je “développe” les photographies de l’après-midi, dans l’ensemble très décevantes (toutes les marines sont complètement ratées). Dîner à trois, turbot au fenouil et haricots verts, comté avec un reste de château-lafitte, toasts au caramel et beurre salé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du jour et poissons du marché du Palais. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du jeudi 30 octobre 2014 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 1er novembre 2014, 9 h 02Vendredi 31 octobre 2014. Keroulep, Locmaria, Belle-Île. Très bien et beaucoup dormi, levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille mais plantage. Petit déjeuner. Repris l’agenda de la veille. 10:08 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, à l’église de Locmaria, plus poissons au marché du Palais. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Pierre et Florence vont porter des fleurs au cimetière, sur les tombes de Michel, de Martin et de l’enfant écrasé.  Sortons vers 1 heure. Allons au Squeul, où nous garons. Marchons de là le long des falaises jusqu’au splendide sémaphore des cousins Faure, à la pointe d’Arzic. Temps magnifique, site de toute beauté. Rentrons au Skeul en partie par l’intérieur (Kergolay). Récupérons la voiture, traversons l’île dans toute sa longueur, allons au site de l’Apothicairerie, ou marché un peu, puis au fort de Sarah Bernhard et à l’île des Poulains, dont nous faisons le tour à loisir. Passés à Sauzon, marché sur le port, fait des courses pour l’omelette qui s’apprête. Rentrés par Le Palais, quartiers inconnus, vu l’anciennes galerie de Nicolas. À Kéroulep sur les 7 heures, travaillé un peu, photographie, mais décidément je ne suis pas doué pour les marines. Grande omelette à 8 heures, plus gâteau breton. Conversation à thèmes familiaux et autobiographiques (Florence). Sites. Journal. Couché à minuit.

lire l’entrée du vendredi 31 octobre 2014 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site