Le Jour ni l’Heure
mars 2015

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 2 mars 2015, 10 h 18Dimanche 1er mars 2015.  Saint Aubin — 60/305. Plieux. 1/*. Levés à 9 heures. Petit déjeuner en bas, directement. L’IN-NOCENT, échanges divers avec Jean-Philippe Bsr. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille (dans la baignoire) et dét. de la basilique de La Chapelle-Montligeon, 21 août 2014. Grand retard. Agenda. 13:07 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille (dans la baignoire), escalier d’accès à la basilique de La Chapelle-Montligeon, trois images du manoir de Pontgirard, à Monceaux-au-Perche. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de la basilique Notre-Dame de Montligeon, nef, Bon Larron (Michel Laude, 1996), tombeau de Mgr Buguet, auteur inconnu, 21 août 2014. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, portrait d’Alain Finkielkraut, suite, la Maison de la Radio, détails du visage, nettement plus souriant. Suite de la lecture par Pierre de Ceci n’est pas un tableau, de Bernard Lahire. Remontés vers 6 h.. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Dîné aux nouvelles, pizza achetée pour le déjeuner jeudi dernier de M. Robin III qui n’est pas venu, salade verte ; poires à la vapeur et framboises. Vu une bonne partie d’Europe 51. Remonté vers 9h et 1/2.  Importé 100 € de PayPal. Discours devant la Cour d’Appel, terminé la relecture-correction, quelques petits ajouts, plus de 40.000 signes. Journal 2015, mise en ligne de l’entrée de la veille, oubliée. Entrée du jour. Couché peu avant 2 h.

lire l’entrée du dimanche 1er mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 3 mars 2015, 10 h 56
modifiée le jeudi 18 juin 2015, 23 h 38
Lundi 2 mars 2015.
Saint Charles le Bon (?) — 61/304. Plieux. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et mosaïque du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montligeon, impossible d’en découvrir l’auteur. Agenda. 09:21:46 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Sacré-Cœur de Montligeon, trois autres vues de la basilique de Montligeon. Dix journées de septembre 1973. Nombreux échanges Facebook av. le frère Herman Delplanque (à partir de saint Charles le Bon, fils de Knud IV !). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Discours devant la cour d’appel, nouvelle relecture, autre relecture. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de la basilique Notre-Dame de Montligeon, autel du Sacré-Cœur, vitrail de Louis Barillet, La Communion des saints, 1926. Été avec Pierre à Fleurance pour y déposer à la banque (fermée) un chèque de 1100 € de l’In-nocence, remboursement de frais. Au retour, promenade dans la gadoue face à Quinsac, assez mélancolique. Douleur au bas-ventre. Atelier, portrait d’Alain Finkielkraut, suite, refait le ciel, refait l’imperméable, retouché la Maison de la Radio. Suite de la lecture par Pierre de Ceci n’est pas qu’un tableau, de Bernard Lahire. Remontés vers 5 h. et demie. Discours devant la cour d’appel, fini la deuxième relecture, ajouté un paragraphe capital paradoxalement oublié, tant j’ai toujours cru qu’il y était déjà (le bras armé). Dîné aux nouvelles, sardines de M. M., riz, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu le début d’Hôtel des Amériques, de Téchiné, mais remonté(s) assez vite. Pierre relit le Discours devant la cour d’appel, que j’envoie aussitôt après à M. M., à M. Arnoux et à M. de La Farrène. Communiqué pour l’In-nocence (Mme Kyengé Kashetu). Achevé de répondre à des questions du magazine Présent. Commencé un article commandé par Éric Fottorino pour Le 1. Journal. Couché à 2 h. 

lire l’entrée du lundi 2 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 4 mars 2015, 9 h 56Mardi 3 mars 2015. Saint Guénolé — 62/303. Plieux. Assez mauvaise nuit, vive douleur au bas-ventre encore, crains le pire. Levé à 8 h. Temps très gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait à l’orée des bois, sujet presque invisible, à Quinsac, et Paysage préposthume n° 198 (Le Village), Castelnau-d’Arbieu vu du même endroit. Chien de la voisine particulièrement insupportable. Tenté de téléphoner à la mairie, mais à quoi cela servirait-il ? Classique impuissance contre les nocents. Comptes :  - 749,62 (inchangé) / “À venir”, - 115,90. Agenda. 10:32 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Paysage préposthume n° 198 (Le Village) (très apprécié), plus trois détails de la basilique Notre-Dame de Montligeon, autel du Sacré-Cœur et deux images d’un vitrail de Louis Barrillet, 1880-1948. Cinq journées de septembre 1973 (Phil Glass). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Reçu le premier exemplaire de l’album Le Jour ni l’Heure 2014, signé le reçu Fedex pour m’apercevoir ensuite que le volume avait été sérieusement abîmé dans le transport et aurait été invendable si j’avais voulu le vendre — de toute façon il faut revoir la pagination. Le Jour ni l’Heure, paysage avec la montagne de Tabe (photographie prise par Pierre en octobre, de la fenêtre de la bibliothèque), et deux autres vues de vitraux de Montligeon, Louis Barillet, 21 août 2014. Marché avec Pierre jusqu’à Saint-Vidal, sous la pluie. Atelier, Couverte 60x60 n° 70, portrait d’Alain Finkielkraut, dessin ne bougera sans doute plus, révisions chromatiques et de matière. Tél. de Philippe Martel (comme la veille). Tél. de Christine Tasin. Écrit l’article pour “Boulevard Voltaire”, n° 18 de la nouvelle série, sur Mme Kengyé Kashetu. Dîné aux nouvelles. Vu Tom à la ferme, de Xavier Dolan. Texte pour Éric Fottorino, brouillon à peu près complet. Journal (Tom à la ferme). Autoportrait. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 3 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 5 mars 2015, 11 h 28Mercredi 4 mars 2015. Saint Casimir — 63/302. Plieux. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre vitrail de la basilique de Montligeon, Anne Le Chevallier, 1976. Article paru dans “Boulevard Voltaire”. Comptes : + 687,67 / remise de chèque : + 1100 (remb. l’In-nocence, frais de déplacement) / + 130,54 (vir. Amazon) / vir. PayPal, + 100,00 / vir. PayPal, + 100,00 / vir. Amazon, + 6,75 / “À venir”, - 1353,45. Agenda. 09:47 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, vitrail d’Anne Le Chevallier à Montligeon, deux autres vitraux de la basilique et paysage avec la montagne de Tabe (photographie prise par Pierre en octobre, de la fenêtre de la bibliothèque). Texte pour Le 1 (sur les raisons des succès du Front national). Grande réunion ici à 11 h au sujet de la tour, une dizaine de personnes, plus moi, et Pierre à midi. Architecte en chef des Monuments historiques (M. Thouin), représentant de la Drac (M. Calmettes), dame de la Conservation régionale, très amateur d’art contemporain, représentant des Bâtiments de France à Auch (M. Arnaud), et forte délégation de l’Inrap, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, dont un spécialiste des fouilles mérovingiennes, grand lecteur de Sidoine Apollinaire. Tout le monde monte au sommet de la tour, malgré l’obscurité de l’escalier et le froid, puis café dans la bibliothèque, excellente ambiance, groupe très gai et très aimable, assez optimiste quant à l’autorisation (m’a-t-il semblé). S’en vont vers une heure (après-midi à Larressingle). Décalage général. Article pour Le 1, relecture et ajustements, 3500 signes, l’envoie à Éric Fottorino à 1 h & ½. Le Jour ni l’Heure, trois détails de vitraux d’Anne Le Chevallier, Montligeon. Promenade avec Pierre au moulin de Balignac, très beaux ciels. Atelier, vernis la Couverte “louée”, “L’Îcone” 60x60 n° ?, et portrait d’Alain Finkielkraut, suite, état assez satisfaisant que photographié aussitôt, en profitant du beau temps. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, gnocchi et jardinière de légumes, carottes, navets, pommes de terre. Audio-conférence de l’In-nocence, M. Dellinger l’organisateur, Marcel Meyer, Guillaume Giraud, Christophe Rivoallan. Se termine vers 10 h & ½. Vois les dernières images d’un téléfilm sur les amours de guerre d’Arletty. Mis à peu près à jour la “Galerie”.  Commencé le texte pour le 15 mars, Ørop (un conte retrouvé de Christian Andersen). Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 4 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 6 mars 2015, 10 h 39
modifiée le jeudi 18 juin 2015, 23 h 39
Jeudi 5 mars 2015.
Sainte Olive — 64/301. Plieux. Levé à 8 h, très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec la Couverte n° 65 ; Couverte n° 70, portrait d’Alain Finkielkraut, et Album Le Jour ni l’Heure 2014, photographié la veille. Comptes : - 249,26 / prél. Canal +, - 39,90 / prél. Canal Sat., - 76,00 / cotisation “Esprit libre” (!), - 21,80 / chèque assurance voiture, M. Capdecomme, - 799,23 / “À venir”, - 1237,55. Agenda : 11:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, portrait d’Alain Finkielkraut, trois vues de vitraux d’Anne Le Chevallier à Montligeon. Cinq journées de septembre 2015, fini le mois. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Collation en bas, mélange de sardines de M. M. et de taboulé. Crème de s… (caramel au sel de Guérande dans un tube ?). Fruits secs, abricots, dattes, figues. Café. Le Jour ni l’Heure, vue publicitaire de l’album Le Jour ni l’Heure 2015, et deux Paysages préposthumes, 199 et 200, vues prises la veille de Balignac. Marché seul jusqu’à La Rouquette, par un grand soleil froid. Atelier, portrait d’Alain Finkielkraut, suite, nombreuses retouches, bords, repris l’imperméable et le ciel. Lecture par Pierre de Ceci n’est pas qu’un tableau, de Bernard Lahire. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu Les Infiltrés (The Departed), de Martin Scorcese, 2006, avec Leonardo Di Caprio et Matt Damon. Remonté ver 11 heures. Travaillé à Ørop (un conte retrouvé de Christian Andersen). Journal. Oublié l’autoportrait. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 5 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 7 mars 2015, 11 h 52Vendredi 6 mars 2015. Sainte Colette — 65/300. Plieux. Levé à 7 heures. Autoportrait oublié pour la veille, bien. Été avec Pierre à Lectoure pour une analyse d’urine. Très beau temps très froid, voiture givrée. Rentrés à 8 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la veille, du matin même, et Paysage préposthume n° 201 (La Forêt). Comptes : - 1328,66 / prél. Credipar (Peugeot), - 759,88 / prél. Sofinco, - 310, 80 / prél. Cardif (assurance emprunt), - 119,51 / vir. Apple/ref, +110,79 / “À venir”, - 1690,92 ///// Crédit immobilier, Solde : 0,00 / “ À venir”, - 5500, 00 (honoraires architecte, tranches 1 & 2). Agenda. 10:33 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Paysage préposthume n° 201, vue publicitaire de l’album Le Jour ni l’Heure 2015, et deux Paysages préposthumes, 199 et 200. Journées d’octobre 1973. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Commencé une lettre à ma tante, sur divers points d’érudition à propos desquels elle m’interroge. Cuisine, fini la créme de salidou, crackers à la confiture de poire et d’amandes, abricots, dattes, figues. Le Jour ni l’Heure, Paysage préposthume n° 202 (La Vallée) et deux vues de Notre-Dame de Montligeon, vitrail de Jean Barillet et vue d’ensemble de la basilique, 21 août 2014. Pas d’eau chaude, pas de bain. Marché seul jusqu’à La Rouquette, comme la veille, par un grand beau temps. Atelier, portrait d’Alain Finkielkraut, suite, rosi le visage, bords, Maison de la Radio. Lecture par Pierre de Ceci n’est pas qu’un tableau, de Bernard Lahire. Communiqué pour l’In-nocence. Dîné aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu La Marche sur Rome, de Dino Risi, 1962. Remonté vers 10 heures et demi. Sites du NON. Travaillé à Ørop (un conte retrouvé de Christian Andersen). Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du vendredi 6 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 8 mars 2015, 10 h 26Samedi 7 mars 2015. Sainte Félicité — 66/299. Plieux. • Levés à 8 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, et château du Tertre à Sérigny, demeure de Martin du Gard près de Bellême, 21 août 2014. Pierre part pour l’Ariège aux funérailles puis à l’enterrement de son oncle, mort mercredi. Très beau temps. Beaucoup d’activités sur Tweeter autour du NON. Tél. de Farid Tali qui a été hospitalisé et a passé dix jours dans le coma. Comptes : - 3424,62 / intérêts débiteurs, - 47,36 / frais prélèvement participation financière cre, - 1643,56 / vir. PayPal, + 500,00 / chèque Céline, - 905,04 / “Vous êtes débiteur depuis 3 jour(s)” / Agenda. 11:33 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, château du Tertre à Sérigny, Paysage préposthume n° 202 et deux vues de Notre-Dame de Montligeon, vitrail de Jean Barillet et vue d’ensemble de la basilique, 21 août 2014. Abondants aboiements du chien de la voisine. Le Jour ni l’Heure, trois vues du château du Tertre, façade au sud-ouest. Pas d’eau chaude, pas de bain. Tél. de Pierre Cassen. Promenade dans la vallée, beau temps, pas pu traverser la rivière très haute, remonté par l’avenue Lou Tapet, parlé à M. Pezat. Atelier, portrait d’Alain Finkielkraut, suite, rosi le visage, dissimulé les pentimenti aux épaules. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Retour de Pierre. Dîné aux nouvelles, légumes de ma propre confection, courgettes et fenouil cuits à la poêle, thon, très bon. Poires à la vapeur et framboises. Vu un peu d’un film néo-zélandais sur deux écolières des années cinquante, Créatures célestes, de Peter Jackson, mais remonté assez vite. Travaillé à Ørop (un conte retrouvé de Christian Andersen). Journal. Bain très tardif, eau chaude rétablie. Autoportrait. Couché après 1 h & ½.

lire l’entrée du samedi 7 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 9 mars 2015, 11 h 48Dimanche 8 mars 2015. Saint-Jean de Dieu — 67/298. Plieux. Levé à 7 h & ½. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue sur Bellême du château du Tertre, 21 août 2014. Déjeuner en bas avec Pierre. Chien de Mme Le Coz particulièrement insupportable, elle joue avec lui dans son jardin, il aboie, elle ne lui dit absolument rien. Nous sommes obligés de nous calfeutrer dans les pièces du flanc sud, toutes portes fermées mais on l’entend encore. Agenda. 10:18 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, plus quatre vues du château du Tertre, demeure de Roger Martin du Gard en face de Bellême. Octobre 1973, fini le mois. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Mis en ligne également l’entrée du 5 mars, apparemment oubliée (il me semble me souvenir pourtant de l’avoir mise). Fini une lettre à ma tante (Ronsard, Mac-Mahon, Gérard Pesme). Le Jour ni l’Heure, château du Tertre toujours, le pavillon d’écriture au bout du parc, face à Bellême. Bain. Été avec Pierre à Fleurance, chez Jeanne, afin de photographier de nouveau L’Hiver en Lomagne (couverte 100x100 n° 1) pour L’Œuvre peint. En profite pour rephotographier aussi, à tout hasard, d’autres toiles de la collection Lloan. Jolie promenade avec Jeanne et Pierre le long du chemin qui passe derrière chez Jeanne et qui prend, me dit-elle, “à la fontaine des Lépreux” (se dirige vers Montestruc-du-Gers). Rentrés vers 5 heures et demie, bref passage à l’atelier, infimes retouches ultimes au portrait de Finkielkraut mais Pierre estime que l’état antérieur était meilleur. Autoportrait dans les panneaux marcheschiens de la salle des Pierres. Pierre écrit au Directeur Régional des Affaires Culturelles pour demander 30% d’avance sur la subvention (30% de 40%...), comme prévu par la lettre d’attribution (ça nous avait échappé mais le gentil M. Calmettes nous l’a rappelé). L’IN-NOCENT et assimilé. Page du NON. Parlé à Jean-Philippe Bsr. Écrit à David Farreny. Dîné aux nouvelles, tourte aux céleris (?), restes de salade de thon aux endives, poires à la vapeur et framboises. Essayé de regarder un peu d’un Siegfried de Berlin, dirigé par David Barenboim, mais c’est vraiment trop laid et trop bête, et les voix ne sont même pas agréables. Remonté donc assez tôt. Nouvelle conversation avec Bsr., il a trouvé la solution au problème que je me (lui) posais à propos de la page Facebook du NON et celle de l’In-nocence.  Ørop, 13.000 signes (18.000 sont le grand maximum). Journal. Couché à 1 h et ½. 

lire l’entrée du dimanche 8 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 10 mars 2015, 10 h 37Lundi 9 mars 2015. Sainte Françoise — 68/297. Plieux. Levé à 8 h & ½, à l’arrivée de Céline dans la salle des Vents. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, bien, et beau chemin derrière chez Jeanne. France Culture, accumulation de fautes de français effroyables (émission sur la collaboration au Luxembourg, ils ne comprennent plus le verbe spolier, ils croient que ce sont les œuvres qui sont spoliées). Chien de la voisine particulièrement insupportable, moment d’accablement total (que faire ?). Parlé à ma cousine O’Lanyer à l’occasion de la sainte Françoise. Agenda. 11:30 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, chemin de la Fontaine des lépreux à Fleurance, trois vues du parc du château du Tertre, demeure de Roger Martin du Gard en face de Bellême. Novembre 1973, mois entier. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, trois couvertes de la collection Lloan à Fleurance. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, parlé à Simone Æberhard à l’aller et au retour, elle nous apprend, après consultation de vieilles cartes d’état-major, que la maison de droite avant La Rouquette se nomme La Bonnefont. Rentrés vers 5 heures, brévissime passage à l’atelier pour éventuel retouche minuscule au portrait de Finkielkraut mais y renonce. Journal 2014, entrée de la veille, mise en ligne. Longue conversation avec David Farreny sur les projets en cours. Mettons en ligne Discours de chambre, avant publication en volume (Discours à la XVIIe chambre + Discours d’appel). Communiqué pour le parti (pour une armée européenne). Dîné aux nouvelles, pâté de légumes et restes de tourte aux champignons et aux poireaux, carottes et navets, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu de Un dimanche à la campagne, mais dû remonter travailler. Quatrième de couverture pour Discours de chambreØrop, 15.000 signes. Journal. Couché à 1 h et ½.

lire l’entrée du lundi 9 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 11 mars 2015, 10 h 31Mardi 10 mars 2015. Saint Vivien — 69/296. Plieux. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, indifférent, et quatrième couverte de Jeanne, 80x80, rouge, non répertoriée ni photographiée jusqu’à présent. Annonce sur les réseaux sociaux, à travers une photographie de la couverture sur Flickr, de la publication de Discours de chambre. Parlé à Jeanne pour savoir si des indications au dos donnerait des lumières sur le tableau rouge — il lui a été offert le 31 décembre 2010 et porte la mention Couverte moyenne [i.d. 80x80] n° 1. Pas de date précise. Chien de la voisine aboie, me décide à appeler la mairie, mais ça de répond pas. Comptes :  - 2262,60 / vir. Scam/ref, + 23/93 / vir. caisse d’assurance retraite, + 1.138,09 / “À venir”, 0,00 / “Vous êtes débiteur depuis 6 jour(s)”/ Agenda. 10:29 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Couverte 80x80 n° 1, rouge (à Jeanne Lloan), et trois autres couvertes de la collection Lloan. Journées de décembre 1973, très peu d’entrées, mois entier et donc fini l’année. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, détail de L’Hiver en Lomagne (version de Fleurance, à ne pas confondre avec la petite version de Plieux (cadrée)), et retour au 21 août 2014, pavillon du jardinier au château du Tertre à Sérigny et château de Carrouges, Orne. Bain. Séance de photographies de tableaux avec Pierre, état actuel du Finkielkraut et grandes couvertes du tout début, la noire et bleu nuit et Le Printemps à Fialta.  Promenade avec Pierre à la rivière, remontés par l’avenue Lou Tapet. Pas d’atelier. Écrit l’article pour “Boulevard Voltaire”, “Vive l’armée européenne !”.   Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et gnocchis au pesto, excellent, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu de Games of Thrones, mais c’est beaucoup trop onirique et fantasyste pour moi, m’ennuie, et d’ailleurs je n’ai pas le temps.  Ørop, 17.000 signes, repris au début. Journal. Couché à 2 h.

lire l’entrée du mardi 10 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 12 mars 2015, 11 h 09
modifiée le samedi 25 avril 2015, 11 h 20
Mercredi 11 mars 2015.
Sainte Rosine — 70/295. Plieux. Levé un peu avant 8 h, réveillé par le chien de Mme Le Coz. Très beau temps. Article sur l’armée européenne paru dans “Boulevard Voltaire”, réactions moins furieuses que prévu. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et portrait d’Alain Finkielkraut. Comptes : - 2262,60 (inchangé) / “À venir”, 0,00 / “Vous êtes débiteur depuis 7 jour(s)”. Agenda. 10:23 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, mais impossible de mettre des images, site ne fonctionne pas. Commencé la transcription de l’agenda de 1972, qui semble comporter surtout des citations (Barthes sur Michelet, et citations de Michelet (et de Jaurès)). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, deux détails de la couverte 100x100 n° 3, Verklärte Nacht, et couverte 100x100 n° 5, Le Printemps à Fialta (2010). Bain. Été avec Pierre à Flaran, pris au passage Jeanne de Loynes à Fleurance. Château de Sérillac (de la route). Flaran, assez exaspérant comme d’habitude, pas une porte sans son affiche, pas une façade sans sa banderole d’information. Exposition des photographies de Jean-Loup Trassard, but de l’excursion, bien. Cloître, église, très mal administrés esthétiquement. Collection Simonov, intéressante (superbe Reynolds), malgré pas mal de croûtes. Déposé Jeanne à Fleurance au retour, à Plieux vers 6 h et ½. L’IN-NOCENT, mis en ligne l’article pour Le 1 sur le Front national. Dîné aux nouvelles, gratin dauphinois et salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu du Crépuscule des dieux, mais remonté assez vite. Ørop, 18.000 signes, révisions, quoique le texte ne soit pas fini. Journal. Couché à 1 h & 1/2.

lire l’entrée du mercredi 11 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 13 mars 2015, 11 h 12Jeudi 12 mars 2015. Mi-Carême — 71/294. Plieux. Levés à 8 h, temps gris et assez froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à Flaran, et château de Sérillac, jadis aux Vircondelet. Rephotographié avec Pierre, avant emballage, la Couverte L’Icône, YHWH 3, 60x60 n° 8, celle qui doit partir en location et qui a été récemment vernie. Comptes : - 2262,60 (inchangé) / “À venir”, -92,45 / “Vous êtes débiteur depuis 8 jour(s)”. Agenda. 11:02 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, mais impossible de mettre des images, site ne fonctionne pas. Agenda 2012, janvier. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, portrait de Thomas Jaffray par Reynolds, abside de Flaran, “Ma fière”, chienne de Suzanne Valadon, 1906. Bain. Été au Cassé, jusqu’au cap. Temps ensoleillé. Atelier, importantes retouches au Finkielkraut encore, rosi le visage, essayé d’accentuer le sourire, beaucoup modifié l’imperméable, en revenant à une formule antérieure, à la peinture jaune, qui agit comme une dissolvant. Communiqué pour l’In-nocence (les “Rembrandt Rothschild”). Parlé à Mme Capedecomme, résultats d’analyse — infection des voies urinaires très améliorée mais persistante, résistante : il faut reprendre le même traitement, car autre plus efficace impossible (?). Ørop. Dîné aux nouvelles, choucroute (de ma tante) et anchois, pommes de terre à l’eau, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu du Carrosse d’or, avec moins d’agacement que d’habitude, en essayant de regarder et d’entendre avec l’œil de François Truffaut. Ørop, plus de 20.000 signes, révisions, version à peu près complète (moins la péroraison finale, laissée à l’improvisation). Journal. Autoportrait. Couché à 1 h & 1/2.

lire l’entrée du jeudi 12 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 14 mars 2015, 10 h 14Vendredi 13 mars 2015. Saint Rodrigue — 72/293. Plieux. Réveillé par le chien Le Coz à 8 h - 10. Léger incident avec Guy Birenbaum qui cite un échange sur le forum de l’In-nocence à propos du retweet inapproprié de ma part d’un certain Boris Le Lay, inconnu de moi mais fâcheusement notoire d’autre part. Me suis excusé, pas grave. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et quatre nouvelles versions photographiques de L’Icône, avant “location” à Mme Levine, et pour le catalogue. Temps gris et pluvieux. Pierre à Lectoure à la pharmacie. Comptes : - 2121,63 / vir. Sofia (lectures en bibliothèques), + 140,97 / “À venir”, - 92,45 / “Vous êtes débiteur depuis 9 jour(s)”. Agenda. 10:58 /// Belle séance d’aboiements du chien Le Coz. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, mais impossible de mettre des images, site ne fonctionne pas. Agenda 2012, février. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, photographie d’une photographie de Trassard, vue « Arrêtez le massacre ! » de l’abbaye de Fleuran, jolie image d’un sofa dans un miroir à Flaran. Bain. Sonates de Beethoven, Jean-Efflam Bavouzet. Promenade sur le chemin de la Rouquette, jusqu’au carrefour de La Bonnefont. Tél. au cabinet de l’architecte, il n’a pas envoyé les documents pour le choix des entrepreneurs. Ørop. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, courgettes, salades vertes aux noix, poires à la vapeur et framboises. Ørop, 23.000 signes, première impression à minuit. Journal. Couché à 1 h & 1/2.

lire l’entrée du vendredi 13 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 15 mars 2015, 9 h 44Samedi 14 mars 2015. Sainte Mathilde — 73/292. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Paysage préposthume n° 204, L’Éclaircie, vue de la fenêtre de la bibliothèque. Émission de Finkielkraut sur le populisme, avec Chantal Delsol et Dominique Reynié. Comptes : - 2121,63 (inchangé) / “À venir”, - 92,45 / “Vous êtes débiteur depuis 10 jour(s)”. Agenda. 10:00 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et Paysage préposthume n° 204 (L’Éclaircie) (fenêtre de la bibliothèque). Pu mettre en ligne quelques-unes des photographies qu’il n’avait pas été possible d’ajouter à la chronologie, dernièrement — mais toujours pas celle de la veille. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bagages, bain. Pierre rentre vers 1 h de la “Journées portes ouvertes” du collège, et m’aide à charger la voiture. Quitte Plieux peu avant 3 heures. Valence-d’Agen. Lauzerte. Nouvelle variation d’itinéraire entre Lauzerte et Tréjouls. Émission sur Godard. Castelnau-Montratier. Autoroute à Cahors-Sud. Essence et thé à la menthe à l’aire des Jardins du Lot, of Houellebecq fame. Brive. Limoges. Deuxième tasse de thé à la menthe, contre le sommeil. Châteauroux. Bourges. Dîné vers 8 heures à l’aire de Salbris. Hors-d’œuvre de lentilles, de pommes de terre et de carottes-céleri, gratin de pommes de terres au reblochon, tarte aux ananas et farngipane. Parlé à Pierre. Vierzon. Orléans. Paris. À l’hôtel vers 10 h et ½. Samedi soir / dimanche matin, laissé la voiture devant la porte. Reparlé à Pierre. Écrit à Mme Levin, à propos du tableau en location, que je lui ai apporté (L’Icône). Journal. Agenda. 0:51 ///  Autoportrait. Lu Love speaks its name, anthologie. Éteint à 2 h.

lire l’entrée du samedi 14 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 16 mars 2015, 10 h 29Dimanche 15 mars 2015. Paris. Levé à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et cloître de Flaran, mercredi 11 mars 2015. Déjeuner en bas, saumon, poulet, camembert, bleu, lichis, ananas en jus, petit pain au raisin. Parlé à Pierre, qui doit déjeuner avec Jeanne. Agenda. 09:39 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, site fonctionne un peu mieux, pu mettre en ligne quelques photographies en retard. Bain. Sorti vers 10 h. et demie. Voiture en bas, mais contravention (un dimanche matin !). Rungis, espace Jean-Monnet (!!!). Là-bas vers 11 heures. Nombreuses allocutions, Pierre Cassen, Christine Tasin, Melanie Dittmar, Philippe Millau, Carl Lang, Dominique Jamet, Nicolas X (avocat de Riposte laïque, très agressif à l’égard de la salle), député valaisan. etc. (pas dans cet ordre). Donne un bref entretien à TvLibertés. Parle à René Marchand, à Pascal Hilout, à Sophie T., à Philippe Millau, à Carl Lang. Homme du Cercle d’Iéna, responsable de la sécurité — transborde les livres apportés pour mardi soir, de ma voiture à la sienne. Excellent madiran et saucisson devant un coffre de voiture, sur le parking, offerts par M. Pierre Vigneau-Jauzerou, vigneron au “Cru de la Salamandre”, à-côté de Madiran, Gers. Parle moi-même vers 5 heures, Ørop, bien accueilli. Philippe Millau, après moi, puis Pierre Cassen pour la clôture. Rentré sans encombre. À l’hôtel vers 7 heures. L’IN-NOCENT, mis en ligne par divers canaux (Twitter, Facebook, forum de l’In-nocent, cimetière des Lecteurs, etc.) le texte d’Ørop. Café de l’Empire fermé, fait monter ici un chief sanwich au poulet sans tomate, longue attente, mais correct. Thé, deux biscuits qui étaient là. Essayé deux fois de parler à Pierre, mais très mauvaise ligne, dérangement à Plieux (?) (il m’entend mais je l’entends à peine, un mot sur dix). Journal 2014, relecture et mise en ligne. Journal. Autoportrait. Lu Love speaks its name. Éteint peu avant 2 heures.

lire l’entrée du dimanche 15 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 17 mars 2015, 10 h 17Lundi 16 mars 2015. Paris. Insomnie (thé ?), réveillé à 6 heures, impossible de me rendormir. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et portrait d’Andrée Bonnard par Bonnard, 1887-88, coll. Simonow, Flaran, 11 mars 2015. Déjeuné en bas, saumon à l’aneth, poulet, fromage de chèvre, œuf sur le plat, pruneaux et ananas en jus au muesli, petit pain au raisin. Mis en ligne la version enregistrée (par Riposte laïque) d’Ørop. Agenda. 10:09 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, portrait d’Andrée Bonnard par Bonnard. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Été à pied au restaurant Société, place Saint-Germain-des-Près, pour y déjeuner, à l’invitation de Philippe Martel, avec Rémi Soulié et Pierre-Guillaume de Roux. Parlé à Alain Finkielkraut, qui déjeune à une table voisine, puis à Sylvie Topaloff. Macaroni aux morilles et café. Parti pour l’exposition “Bas-fonds du baroque” mais m’avise rue Bonaparte que c’est fermé le lundi. Métro, Saint-Germain-des-Près-Halles. Passé à l’atelier de Flatters, qui travaille pour son exposition de Bastia avec Paula Gillis. Parlé à Pierre. Été au Centre Pompidou, vu successivement l’exposition Jeff Koons, l’exposition Télémaque et les salles d’art contemporain (la collection d’art moderne est fermée). Forum des Halles, acheté une montre (159 €). Mauvais sandwich au poulet (“Milanese”) et verre de vin rouge au café italien du forum des Halles. Métro, oublie de changer à Odéon, sort à Saint-Germain-des-Près. Rentre à pied à l’hôtel. Dans la chambre peu après huit heures. Nouvelles. Parlé à Pierre. L’IN-NOCENT. Grande fatigue. Journal. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du lundi 16 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 18 mars 2015, 8 h 34Mardi 17 mars 2015. Saint Patrick, Paris. Réveillé à 7 h. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, et assez bonne vue de l’atelier de Flatters. Déjeuner en bas. Comptes : - 2214,08 / prél. Orange, - 62,46 / prél. Orange, - 29,99 / “À venir, - 205,13 / “Vous êtes débiteur depuis 13 jour(s)”. Agenda. 10:12 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, atelier de Jean-Paul Marcheschi. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Été à la voiture chercher le sac des chaussures, pour le cirage. Texte pour “Boulevard Voltaire”, “La Gloire d’Henri Dutilleux”. Dû sortir un moment pour laisser nettoyer la chambre, été à la librairie du square Jacques Bainville, mais rien acheté. Envoyé le texte vers 4 h & ½. Bain. Été en métro au Cercle d’Iéna, 58 avenue d’Iéna. Alain Robert. Philippe Martel. Homme qui vit en Suisse, à côté de Rolles, et son petit-fils, jeune homme qui a des liens avec Ligardes, dans le Gers. Homme du Front national, très “grande gueule”, mais pas désagréable. Une quarantaine de personnes. Relu Ørop, puis improvisé. Séance d’échanges, très cordiaux. Dîné à la Rotonde, à la vieille table ronde de Jean Puyaubert,  avec Alain Robert et l’homme du Front, qui après la première demi-heure parle pratiquement seul, pas inintéressant. Curieusement, c’est lui qui paie l’addition. À une table voisine, Patrick Besson. Ces messieurs me ramènent à l’hôtel vers 11 heures. Journal. Autoportrait. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 17 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 19 mars 2015, 8 h 35Mercredi 18 mars 2015. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Encore assez peu dormi, réveillé à 7 h - le ¼ et levé aussitôt. Article sur Dutilleux parue dans “Boulevard Voltaire”, bonne illustration. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et affreux Cat on a Clothesline, de Jeff Koons, vu lundi. Comptes : - 1814,08 / vir. de FGH Invest [???], + 400,00 / “À venir”, - 364,13 / “Vous êtes débiteur depuis 14 jour(s)”. Agenda. 08:29 /// Déjeuné en bas. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. À 10 h & ½, dame charmante, Mme Levin, “locatrice” du tableau Couverte 60x60 n° 8 “Pour les rouges”, YHWH 3, L’Icône, que je lui remets. Me remets 500 € + 6000 €  de “caution”. Très aimable et sympathique, accompagnée de sa fille, non, nièce (?), id., professeur de français dans une banlieue app. difficile (déplore la disp. des études classiques). Journal, entrée de la veille, mise en ligne. Sors à 11 h & 1/2, métro, change à Jussieu, oublie, Austerlitz, Jussieu, vais au Kremlin-Bicêtre à Tv-Libertés, 15 bis rue Danton. Déjeune à proximité avec Philippe Millau (pavé de saumon, thé, demi-verre de vin blanc). Entretien enregistré avec M. Martial X. Rentre vers 4 h. Métro. Épisode de la femme âgée, très élégante, très émouvante, seule blanche du wagon, me fait un sourire et un petit signe de la main. Change à la station Louvre, sors à Champs-Élysées-Clemenceau. Journée gâchée par les maudites chaussures noires, qui me déchirent les pieds. Petit Palais, exp. “Les Bas-Fonds du Baroque”, deux magnifiques Valentin, en fait on a le droit de photographier mais bien sûr n’ai  pas mon appareil. Petit-Palais, salles du bas, exp. de gravures du Lorrain, un peu ennuyeuses, un beau dessin, intéressant accrochage du musée, comme toujours. Rentre à l’hôtel à pied malgré la douleur. Pataquès avec le jeune homme du Cercle d’Iéna, “Gary”, qui devait passer me rapporter les livres de la veille et  régler une nuit de chambre d’hôtel mais n’en a rien fait parce qu’il essayait de me joindre sur mon portable que je n’avais même pas avec moi. Léger agacement. Parlé à Pierre. Re-bain. Ressorti à 7 h & ½. Re-métro. Assemblée nationale. Saint-Lazare, ligne ?, gens (très blancs et très bourgeois) qui mangent, immobilisation de la rame à cause d’un individu sur les rails, portes verrouillées, mandarines, etc. Repart. Station Gambetta. Rue Orfila. Dîner chez Philippe Martel. Rencontré M. Hourdin, conseiller d’État, très aimable et bienveillant, qui m’a trouvé un avocat pour la Cassation. Christian Combaz. Une dizaine de personnes, collègues de Martel au Front national. Soirée passe très vite, très gaie, champagne, galettes libanaises et taboulé, camembert, tarte et gâteau au chocolat, excellent bordeaux. Théories combaziennes sur l’homosexualité, groupe 1, groupe 2, groupe 3 (me range dans le groupe 1). Influence des nourritures de la mère pendant la grossesse et même des crèmes dermiques utilisées. Rentre en métro in extremis avec M. Hourdin et un jeune homme très garsingtonien qui travaille à ArtCurial, spécialiste de l’art déco. À l’hôtel vers 1 h. Autoportrait. Journal, héroïquement, mais confusément (et surtout très partiellement. Couché après 2 h. 

lire l’entrée du mercredi 18 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 20 mars 2015, 13 h 44Jeudi 19 mars 2015. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Très peu dormi (trop mangé, trop bu ?), réveillé avant 6 heures. Me lève. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Paysage préposthume n° 205 (La Ville) (vue prise du Centre Pompidou). Comptes : - 1864,08 / Retrait dab 17/03/15 12h25 Société Générale (rue de Grenelle), - 50,00 / “À venir”, - 389,93 / “Vous êtes débiteur depuis 15 jour(s)”. Agenda. 08:26 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Paysage préposthume n° 205. À 9 h., déjeuner en bas avec Rémi Soulié, en chemin vers l’Assemblée nationale. Parlé à Pierre. Journal 2015, très brève entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Passe le jeune M. “Gary”, du Cercle d’Iéna, qui rapporte ce qui reste de livres et me remet c. 570 €, produit de la vente des autres, et c. 480  €, une nuit d’hôtel plus 750 kms dans les deux sens 9cv fiscaux. Laisse tout à l’hôtel (1384 €) et retourne à l’exposition “Les Bas-Fonds du Baroque” au Petit Palais pour des photographies ; mais l’éclairage n’y est pas favorable, tout est flou. Une partie du musée ensuite. Récupéré la voiture au parc de stationnement des Invalides (144 €) et repassé non sans mal à l’hôtel  pour y charger les livres et les bagages (oublie : 1) le catalogue des “Bas-Fonds du baroque”, avec le manuscrit de Bruno Caye sur Marcheschi, et 2), une paire de formes pour les chaussures). Quitté Paris à 2 h et ½ (à 14:22:27 devant la carcasse du cinéma Gaumont-Alésia, que photographiée du volant). Orléans. Trouve le moyen de me fourvoyer avant Vierzon, pars vers Romorantin et Tours mais profite de travaux pour un très audacieux u-turn. Vierzon. Chateauroux. Dormi une demi-heure sur une aire d’autoroute. France Culture et France Musique en grève. Beau premier mouvement de la quatrième symphonie de Martinu. Limoges. Brive. Essence à l’“aire-jardin des Causses du Lot”, comme à l’aller. Veux appeler Pierre mais téléphone à plat. Castelnau-Montratier. Tréjouls (un peu perdu de nouveau). Lauzerte. Beaucoup de temps perdu à Valence-d’Agen, route cette fois vraiment barrée à Pinard. À Plieux vers 10 heures. Dîné av. Pierre, tarte aux poireaux et patate douce, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises, tuiles de Jeanne de Loynes. Vu la fin de Lincoln, et, de nouveau, Le Discours d’un roi, assez prenant (la preuve). Contrarié par l’oubli du catalogue baroque. Message de M. Hourdin annonçant que le “délibéré” est remis au 9 avril. Journal, très brièvement. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du jeudi 19 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 21 mars 2015, 12 h 04
modifiée le jeudi 18 juin 2015, 23 h 40
Vendredi 20 mars 2015.
Saint Herbert — 79/286. Plieux. 1/*. Levés à 9 h – le ¼, après le passage de Céline dans la bibliothèque. Décalage général, retard. L’IN-NOCENT. Écrit à M. Hourdin. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille (à l’exposition baroque) et Paysage préposthume n° 206, le cinéma Gaumont-Alésia en grands travaux, vue prise la veille du volant, en quittant Paris. Appelé l’hôtel Bourgogne & Montana, parlé au gentil “Daniel”, à propos des oublis. Appel de M. M. Comptes : - 1936,36 / prél. Orange, - 72,28 / “À venir”, - 386,55 / “Vous êtes débiteur depuis 16 jour(s)”. Agenda. 13:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, à l’exposition baroque, et Gaumont-Alésia. Journées de février 1972, citations. Café, et deux biscuits de l’hôtel. Le Jour ni l’Heure, Cézanne du Petit Palais, portrait d’Ambroise Vollard, dét. (toits de Paris ?), tableau de Michiel Sweerts, Les Lutteurs romains, dét., homme nu vu de dos et Carpeaux, portrait de son fils Charles en 1873. Grand retard, trouvé Pierre au portillon comme je sors me promener seul, il m’accompagne jusqu’au carrefour de La Bonnefont, en çà de la Rouquette (arbres en fleurs). Passés à l’atelier pour de nouvelles retouches au portrait de Finkielkraut mais Pierre estime qu’il vaut mieux n’y plus toucher. Du coup me contente de le photographier. Parlé assez longuement à David Farreny, en particulier sur l’éventuel projet de Roux. Essayé en vain de joindre Alain Finkielkraut et Philippe Martel. Le Jour ni l’Heure, entrée de la veille, très brève, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, quinoa et œuf à cheval, courgette aux girolles. Vu Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ?. L’IN-NOCENT, entretien pour TV Libertés enregistré l’avant-veille. Journal. Couché peu avant 2 heures. 

lire l’entrée du vendredi 20 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 22 mars 2015, 11 h 36Samedi 21 mars 2015. Sainte Clémence — 80/285. Plieux. Levés à 8 h. Autoportrait pour la veille, oublié. France Culture en grève, pas d’émission de Finkielkraut. Essayé de le joindre, en vain. Pierre va à Fleurance porter le chèque de Mme Levin et l’argent liquide versé par le Cercle d’Iéna (livres vendus + frais de voyage). Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même pour la veille et sœur de Courbet (Juliette) par Courbet, Petit Palais + dernier état du portrait de Finkielkraut. Assez beau temps voilé. Comptes : - 1936,36 (inchangé) / “À venir”, - 997,60 / “Vous êtes débiteur depuis 17 jour(s)”. Agenda. 11:56 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, sœur de Courbet, portrait de Finkielkraut. Journées de février 1972, citations. Le Jour ni l’Heure, tableaux du Petit Palais et de l’exposition baroque le 19 mars, Bonnard, Roussel, Lanfranc. 40 50. Bain. Marché avec Pierre jusqu’au carrefour de la Bonnefont, temps désagréable, pluvieux et froid. Au retour, rencontré Régis Delmas devant la maison qu’il restaure (très bien), et qu’il nous montre gentiment. Atelier, commencé un grand “Finkielkraut”, variante 100x100 du précédent, dessiné au fusain, mise en place des masses. Reprise de la lecture par Pierre de Lahire, Ceci n’est pas qu‘un tableau. Remontés vers 7 heures. Journal 2015, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. Dîné aux nouvelles, gratin de pommes de terre et de panaïs, légume inconnu de moi et fort ennuyeux, totalement sans saveur et d’une consistance peu agréable. Poires à la vapeur et framboises. Regardé un peu de L’Empereur du Nord, d’Aldrich, mais remonte assez rapidement. L’IN-NOCENT. Repris Ørop, pour l’impression. Journal. Couché peu avant 2 heures.

lire l’entrée du samedi 21 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 23 mars 2015, 10 h 36Dimanche 22 mars 2015. Sainte Léa — 82/283. Plieux. Bien et beaucoup dormi, levé à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, bien, et beau détail du portrait d’Yvonne Robiquet par Georges Desvallières, 1911 (vase de fleurs). Déjeuné en bas avec Pierre, et été voté avec lui (liste sans étiquette de droite, “Tous unis pour le Gers”). Vilain temps gris, pluvieux et froid. Agenda. 10:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et détail de Desvallières, trois tableaux du Petit Palais,  Bonnard, Roussel, Lanfranc. Journées de février 1972. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux du Petit Palais, Jean-Paul Laurens (pape Formose), Granet, Poussin. Bain. Promenade avec Pierre dans la vallée, suivi le chemin du gué jusqu’à ce qu’il soit trop boueux, remontés par le vallon d’Enduré et la coursière de la chartreuse. Temps sinistre, gris, pisseux et froid. Atelier, grand portrait de Finkielkraut, 100x100 n° ?, commencé à peindre le visage et l’imperméable. L’IN-NOCENT. Rendez-vous téléphonique à 7 h avec le bureau exécutif de l’In-nocence pour l’assemblée générale de mercredi. Dîné aux nouvelles. Lentilles cuisinées, carottes, pommes de terre, poires à la vapeur et framboises. Trouvé très décevants les résultats du FN à 25 % alors que je m’attendais à ce qu’il dépasse les 30 %. Remontés assez tôt. L’IN-NOCENT. Ørop. Journal. Début d’otite. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 22 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 24 mars 2015, 10 h 44Lundi 23 mars 2015. Saint Victorien — 82/283. Plieux. Levé à 8 h – 20. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et Corot, Canteleu, Petit Palais. Agenda. 10:29 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, Corot de Canteleu et trois autres tableaux du Petit Palais, 19 mars 2015. Journées de février 1972. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, deux tableaux du Petit Palais, Penguilly L’Haridon, Corot (Marietta) et vue de l’exposition “Les Bas-Fonds du baroque” (Valentin de Boulogne). 45. Bain. Promenade au Cassé. Rencontré les C., l’homme à la Jaguar et sa compagne, longue conversation, il doit se faire opérer du cœur, au moins c’est moins grave qu’un cancer. Temps gris. Atelier. Grand Finkielkraut, visage, ciel. Communiqué pour l’In-nocence, 1812, sur le résultat des élections départementales. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et au fromage de chèvre, poires à la vapeur et framboises. Vu un documentaire pas mauvais de Gérard Miller sur Gérard Depardieu. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Ørop, refonte. Journal. Couché à 2 h - 20.

lire l’entrée du lundi 23 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 25 mars 2015, 10 h 02Mardi 24 mars 2015. Sainte Catherine de Suède — 83/282. Plieux. Levé à 8 h – 20. Temps gris et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, heure charnière, et détail du paysage d’hiver de Monet, Seine à Lavacourt, 1880, Petit Palais. Comptes : 605,74 / chèque Mme L. (location de tableau, couverte 60x60 n° VIII, L’Icône), + 500,00 / Vir. PayPal (ventes février), + 1000,00 / vir. M. Boursier, + 30,00 / prél. Le Monde, - 17,90 / vers. espèces (ventes livres Cercle d’Iéna c. 570 + remb. une nuit d’hôtel et voyage, Cercle d’Iéna, c. 460 / “À venir”, - 2019,10. Agenda. 10:31 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, détail du Monet de Lavacourt, trois autres tableaux du Petit Palais. Journées de février 1972, fini le mois. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, trois détails du Monet de Lavacourt, Petit Palais. 50 50. Bain. Marché avec Pierre jusqu’à Saint-Vidal sous la pluie. Atelier, Grand Finkielkraut, ciel, visage. Texte pour “Boulevard Voltaire”, n° 21 de la nouvelle série, “Le parti remplaciste à 75 % ?”. Réunion à 6 heures ici à propos de la tour, dame du Service de sécurité et d’hygiène, charpentier, M. Manoer, tous les deux très froids, presque hostiles (?) ; maçon, M. Sourbès fils (?) et M. l’architecte en chef, Stéphane Thouin, cordial. Signé un tas de documents présentés par M. Thouin, sans trop regarder. Marché avec ces messieurs er dames et Pierre jusqu’aux toilettes publiques du village pour voir si elles peuvent servir pour le chantier, l’offre de la salle de bain du premier ayant été déclinée. Affreux temps pluvieux et froid. Terminé et expédié l’article pour “Boulevard Voltaire”. Dîné aux nouvelles, gnocchi au fenouil, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Regardé un très petit film peu signifiant, très recommandé par Télérama, Tout ce qui brille. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Pas d’Ørop. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 24 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 26 mars 2015, 10 h 07Mercredi 25 mars 2015. Annonciation — 84/281. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Monet de Lavacourt, suite. Article paru dans “Boulevard Voltaire”, piques habituelles de Sylvia Bourdon et d’un certain Alan Batouré sur mon caractère de “très mauvais meneur d’hommes” (qui doit être vrai puisque je n’en mène aucun). Comptes : 605,74 (inchangé) / “À venir”, - 2029,10. Agenda. 09:55 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, quatre détails du Monet de Lavacourt, Petit Palais, 19 mars 2015. Dix journées de mars 1972, fini le mois. Journal 2015, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, un autre détail du Monet de Lavacourt, le Vollard de Renoir, un Michel Tournier de l’exposition baroque, Petit Palais, 19 mars 2015. 50 50. Bain. Été avec Pierre voir et photographier les amandiers en fleur à La Rouquette, fait le tour du château, revenus par la belle allée, très belle lumière, magnifique promenade, mais les photographies seront assez décevantes, je me demande si l’appareil n’est pas déréglé à force d’avoir pris des coups (comme moi). Atelier, Grand Finkielkraut, visage, tour Eiffel, pont ; lecture par Pierre de Bernard Lahire, suite, la gloire de Poussin suivant les époques. L’IN-NOCENT. Très court texte pour l’assemblée du soir, mais il tombera tout à fait à plat. Dîné aux nouvelles, tarte aux poireaux, poires à la vapeur et framboises. Un peu de la cinquième symphonie de Bruckner par Abbado. Assemblée générale de l’In-nocence, très peu de monde, neuf personnes, très technique, modification des statuts, très fastidieux, interminable. Quelqu’un propose une autre séance le lendemain. Décline assez sèchement. Question maintenant d’une suite mercredi prochain. Journal. Autoportrait. Couché à 2 h.

lire l’entrée du mercredi 25 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 27 mars 2015, 10 h 46Jeudi 26 mars 2015. Sainte Larissa — 85/280. Plieux. Très mal et peu dormi, insomnie, mais pas désagréable, chien de fusil. Levés à 8 h. Très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Printemps à La Rouquette. Comptes : 605,74 (inchangé) / “À venir”, - 2,029,10. Agenda. 09:58 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, printemps à la Rouquette la veille, Monet de Lavacourt, encore un détail, Vollard par Renoir, Concert de Michel Tournier du musée de Bourges, Petit Palais, jeudi 19 mars. Journées de mars 1972. Archéologues dans le jardin, avec le drone et son opérateur, qui l’actionne autour du bâtiment. Le vois par les fenêtres. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT, Twitter, Facebook, beaucoup de tweets plus ou moins farcesques sur le pilote de l’A320 écrasé, selon le supposition qu’il est musulman, parce que sa compagnie ne veut pas révéler son nom. Finalement il ne l’est pas. Songe à retirer les tweets mais ça ne serait pas honnête. Le Jour ni l’Heure, trois paysages de la veille, promenade à La Rouquette. 50 50. Bain. Promenade en huit, chemin de la rivière, revenu par la clairière des Trônes et la Garrière. Atelier, Grand Finkielkraut, visage, rosi, imperméable, verdi, ciel, fortement bleui. Le Monde (connexion marche mal). Communiqué pour l’In-nocence (conférence de Kasane, Botswana). Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et lentilles, poires à la vapeur et framboises. Un peu d’un film insignifiant avec Hugh Grant et Jessica Parker, ils sont dans le Wyoming — arrêté à la première publicité. Programme de l’In-nocence, commencé à revoir le chapitre “Culture et Communication” pour la nouvelle édition. Ørop. Journal. Couché peu après 1 h.

lire l’entrée du jeudi 26 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 28 mars 2015, 9 h 44Vendredi 27 mars 2015. Saint Habib — 86/279. Plieux. Bien dormi, levé avec Pierre à 8 h - 10. Assez beau temps. L’IN-NOCENT, contre Voinchet. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon de celui de l’avant-veille (à quelques secondes d’écart), et château de Gramont vu de la Rouquette, mercredi 25 mars. Comptes : 605,74 (inchangé) / “À venir”, - 2029,10. Agenda. 10:37 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la veille, doublon du précédent, plus le château de Gramont pris de la Rouquette. Journées de mars 1972, fini le mois. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique gratuite, déborde fortement sur les limites temporelle habituelles puisqu’il n’y a plus de journal de France Culture. L’IN-NOCENT, Twitter, Facebook, beaucoup d’activités et d’échanges autour du texte du journal de la veille. Du coup, étant donné le retard pris, pas de fournée de la mi-journée de Le Jour ni l’Heure. 50. Bain. Été au cap du Cassé. Atelier, Grand Finkielkraut, surtout l’imperméable. Retour de Pierre, thé, lecture de Lahire, histoire du tableau. Remonté à 7 h, autoportrait dans la salle des Vents. Le Monde (connexion marche mal). Pas de communiqué. Suite de la refonte du chapitre “Culture & Communication” du programme de l’In-nocence. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule au soja, poires à la vapeur et framboises. Un peu d’un téléfilm très fade d’après Irène Nemirowsky, Deux, mais remonté assez vite. Chapitre “Culture et Communication” du programme de l’In-nocence, suite. Ørop. Journal. Grand sommeil. Couché à minuit et demi.

lire l’entrée du vendredi 27 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 29 mars 2015, 11 h 05Samedi 28 mars 2015. Saint Gontran — 87/278. Plieux. Levé à 8 h & ½. Vilain temps pisseux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la salle des Vents, et tableau de Sisley au Petit Palais, dét., Remorqueur sur le Loing, Saint-Mammès, 1883. Comptes : 805,74 / Vir. PayPal, + 200,00 / “À venir”, - 2709,72 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, pas pu mettre l’autoportrait, ça de marche pas. Tableau de Sisley. Agenda 1972, avril (voyage à Bâle avec W. et Jacqueline Didier). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Payé ma cotisation In-nocence. Écrit à Claude Durand. Écrit à Mme Gila Walker à propos de sa traduction du Chien Horla. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux du Petit Palais le 19 mars, Vollard par Cézanne, Yvonne Robiquet par Desvallières, Beau temps à Pern (Ouessant) par Moret. 50 50. Promenade avec Pierre au cap du Cassé. Atelier, Grand Finkielkraut, lutte contre un tour caricatural. Lecture par Pierre de Bernard Lahire, Ceci n’est pas qu’un tableau. Le Monde, non sans mal (“module bloqué”). Communiqué pour l’In-nocence (agression contre une femme voilée à Toulouse). Révision du chapitre “Culture & Communication” du programme du parti. Dîné aux nouvelles. Gratin de courgettes au riz, un peu raté, dixit le chef, mais pas mauvais. Salade d’endives. Poires à la vapeur et figues. Vu Two for the Seesaw (Deux sur la balançoire), 1962, de Robert Wise, avec  Robert Mitchum et Shirley Mac Laine, comédie qui vire au drame, théâtre filmé, mais pas mal. Repris le chapitre “Culture et Communication”. Ørop, un seul paragraphe. Journal. Autoportrait. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du samedi 28 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 30 mars 2015, 10 h 04Dimanche 29 mars 2015. Rameaux — 88/277. Plieux. Levé à 7 h & ½, 8 h & ½, nouvelle heure. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et Carpeaux, La Confidence, huile sur toile en grisaille, 1870 (ou 1873 ?), Petit Palais, 19 mars 2015. Déjeuné en bas avec Pierre. Temps gris, pluvieux, froid et triste. N’avons pas à voter, la liste Balenghien est passée au premier tour. 10:36 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, quatre tableaux du Petit Palais, Carpeaux, Moret, Desvallières, Cézane, 19 mars 2015. Journées d’avril 1972. Journal 2015, entrée de la veille. Sieste avec Pierre, *. Saint-Saëns, première et deuxième sonate pour violon et piano. Le Jour ni l’Heure, photographies du 19 mars 2015, classique Léon Ohnet par Couture, plafond de la galerie d’Alfred Roll, détail flou de la Vanité d’Angello Caroselli. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette-La Bonnefont. Conversation sur Lahire (Pierre écrit un article sur le sujet, éventuellement pour Causeur). Atelier. Grand Finkielraut, effort de décaricaturisation. Lecture par Pierre de Ceci n’est pas qu’un tableau. Ørop (dépassé les 30.000 signes). Dîné aux nouvelles, excellente omelette aux pommes de terre et aux girolles, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Vu Harvey Milk de Gus Van Sant, avec Sean Penn et James Franco. Révisé un communiqué de l’In-nocence, après demande de correction des membres. Ørop. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 29 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 31 mars 2015, 10 h 19Lundi 30 mars 2015. Saint Amédée — 89/276. Plieux. Levé à 8 h – 20. Temps gris et pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et détail d’un tableau de Pietro Paolini, Les Tricheurs, visage marginal de page, flou. Agenda. Retour de l’irritation urinaire, malgré le deuxième traitement. 09:54 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, détail du tableau de Pietro Paolini et trois autres photographies prises au Petit Palais le 19 mars, Ohnet par Couture, Confidence par Carpeaux, vue des voûtes, 19 mars 2015. Journées d’avril 1972. Parlé assez longuement à Finkielkraut. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne, ainsi que celle de l’avant-veille, qui avait été laissée en plan. Le Jour ni l’Heure en vitesse, détail de la vue de la Trinité des Monts par Claude, détail du Concert de Valentin, détail de Confidence de Carpeaux (les jambes). 55 50. Bain peu av. 2 heures. Le Monde. Communiqué pour l’In-nocence (le retour de Nicolas Sarkozy). Rendez-vous téléphonique à 3 h avec un journaliste du Point, très ponctuel et poli, pour parler de Finkielkraut. Brève promenade avec Pierre sous une pluie froide, temps affreux, orée du bois et prairie de la Garrière. Atelier. Grand Finkielraut, suite de la décaricaturisation. Lecture par Pierre de Ceci n’est pas qu’un tableau. Beaucoup de temps perdu, hélas, à tenter de faire des cartons, des feuillets, des panneaux webmatiques pour l’In-nocence et le NON. Site de l’In-nocence, préparation de la nouvelle séance de mercredi prochain. Ørop. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Vu un assez long documentaire sur Henry Ford, chaîne Histoire. Ørop, fini la nouvelle version, mais elle comporte tant d’ajouts qu’il faut encore une fois tout reprendre pour lisser. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 30 mars 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 1er avril 2015, 9 h 47Mardi 31 mars 2015. Saint Benjamin — 90/275. Plieux. Assez mauvaise nuit, douleur au bas-ventre, et net retour de l’irritation urinaire, malgré le traitement. Réveillé à 8 h – 20 par le chien de la voisine qui aboie dans un rêve (!!! je crois). Temps triste, gris, pluvieux et froid comme tous ces jours-ci. Suite de la grève à Radio-France. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, portrait de Lady Hamilton de Flaran, par George Romney. Pénible moineau qui tape du bec contre un carreau de la chambre, beaucoup trop haut pour en être activement dissuadé. Comptes : 2016,14 / remise chèque, In-nocence, remb. frais de séjour parisien, + 1114,00 / retraite complém., + 91,34 / Amazon.Ca, + 5,06 / “À venir”, - 2709,72. Agenda. 10:09 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Lady Hamilton par George Romney, non, en fait il est impossible de mettre des photographies, dans la chronologie. Journées d’avril 1972. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Ørop, commencé la relecture. Le Jour ni l’Heure, trois vues de Flaran dont deux « Arrêtez le massacre ! » et le dessin de Picasso, portrait de Mateu Fernandez de Soto, c. 1899. 55 50. Bain peu ap. 2 heures. Pierre se débat avec Orange pour un changement d’abonnement, je marche seul jusqu’à la rangée de chênes, sur le chemin de La Rouquette. Atelier. Grand Finkielkraut, suite de la décaricaturisation. Lecture par Pierre de Ceci n’est pas qu’un tableau. Parlé à M. Dellinger, à propos des “cartons”. Article pour “Boulevard Voltaire”, “Deux cauchemars qui reviennent” (Sarkozy et la Turquie). Dîné aux nouvelles, quenelles aux légumes et chutney de Mrs Benzies, carottes, pommes de terre et panais, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Vu quelques images de Fightclub mais remonté assez vite. Ørop, poursuite de la relecture, mais attaque de sommeil. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du mardi 31 mars 2015 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site