Le Jour ni l’Heure
avril 2015

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 2 avril 2015, 11 h 46Mercredi 1er avril 2015. Saint Aubin — 60/305. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dur, et portrait de Clémence Harmand par Braque à Flaran. Article paru tardivement dans “Boulevard Voltaire”. Beau temps. Comptes : - 466,38 / facture carte hôtel Bourgogne – 1384,00 / prél. Urssaf, - 680,62 / vir. Amazon, + 206,62 / Tempka Paris 01 160315 (montre), - 159,00 / Vincipark 190315 (parking Paris), 144,00 / Shell Labastide-Murat 190315 (retour), 93,05 / Shell Labastide-Murat 140315, - 87,25 (aller) / 180315 Petit Palais (cat. “Les Bas-Fonds du baroque”), - 40,00 / 190315 Cofiroute Vierzon (péage d’autoroute), - 19,40 / 140315 Cofir La Folie, - 19,40 / 140315 HRC Arches3 Theillay (cafétéria d’autoroute), - 17,20 / vir. Sepa Amazon Lux., + 13,19 / 160315 Cnac G. Pompidou, - 13,00 / 160315 Pastavino Paris 1, - 12,80 / 190315 Petit Palais, - 11,00 / 180315 Petit Palais, -11,00 / 190315 ASF Cahors SU, - 9,00 / 140315 ASG Gignac - 9,00 / vir. Amazon.it/ref  + 7,19 / “À venir”, 0,00 / “Vous êtes débiteur depuis 1 jour(s)” / Agenda. 09:37 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et quatre images de Flaran, 11 mars 2015. Journées de mai 1972, installation rue du Bac. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Ørop, suite de la relecture. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de la collection Simonow à Flaran, Gainsborough, Ruszkowski, Wlaminck. 50/50. Bain peu après 2 heures. Jolie promenade avec Pierre à Peyrecave, tentatives assez vaines pour apercevoir le château de l’autre rive de l’Arratz, avant les feuillages. En revanche, pu observer assez longuement un gros ragondin menant une existence très tranquille et profitant paisiblement du printemps. Approche du château de Peyrecave par le nord, mais chien. Très beaux ciels, tout du long. Atelier, suite des efforts pour décaricaturiser et rajeunir le Grand Finkielkraut. Lecture par Pierre de Ceci n’est pas qu’un tableau, Blunt, Mahon, Thuillier, Rosenberg. Fini la relecture d’Ørop, puis passer le fichier à P. qui le relit à son tour, pendant quel temps je retourne à l’atelier. Puis préparation de la réunion du soir, seconde séance de l’Assemblée générale, mais pratiquement réduite au “bureau”. Fichier de vote sur les différents aménagement des statuts, sous ma houlette de M. Rivoallan. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et aux champignons de Paris, salade verte aux amandes, poires à la vapeur et figues dans leur jus. Vu le début d’une très intéressante émission de Marianne Alphant sur Michael Fried mais dû remonter pour l’assemblée de l’In-nocence, qui se déroule très cordialement et très efficacement par audio-conférence. Vote sur les statuts. Relance du Non. Quitte un peu avant la fin, laissant l’initiative au nouveau secrétariat général (Rivoallan, Giraud, Meyer, Dellinger). Retourne à Ørop, qu’envoyé à Farreny pour impression et à Finkielkraut pour information. Envoyé également à Farreny une photographie de la couverture d’un livre de la Bibliothèque Rose (Voyage à Siam et dans le Cambodge) pour adaptation pour Ørop. Passé aussitôt après à la nouvelle édition du Grand Remplacement. Écrit un court avant-dire explicatif. Puis journal. Autoportrait très tardif. Couché après 2 heures.

lire l’entrée du mercredi 1er avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 3 avril 2015, 16 h 04Jeudi 2 avril 2015. Sainte Sandrine — 92/273. Plieux. Levés tard, réveillés par Céline portant le petit déjeuner dans la bibliothèque à 8 h & ½. Joli beau temps. Décalage général, d’autant qu’écrit à Farreny, qui a répondu à mes envois. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et jolie gypserie rocaille de Flaran. Comptes : - 466,38 (inchangé) / “À venir”, - 1463,11 / “Vous êtes débiteur depuis 2 jour(s)”. Agenda. 11:26 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et quatre images de Flaran, 11 mars 2015. Le Jour ni l’Heure, un tableau de Flaran le 11 mars 2015, nature morte de Suzanne Valadon, et deux paysages de la veille, Le Printemps à Peyrecave et paysage au champ rouge, ovale. 50/50. Troisième symphonie de Nielsen, Expansive. Bain sur les 3 heures. Marché seul sur le chemin de la Rouquette, jusqu’au carrefour de la Bonnefont. Atelier, Grand Finkielkraut, que Pierre a accroché ce qui permet de le voir à l’horizontale. Relecture de l’entrée de la veille du journal 2015. Visite de M. Dellinger pour des questions techniques mais nous n’arrivons à rien dans un domaine ni dans l’autre : cartons à texte variable pour le NON et pour l’In-nocence, installation d’un studio d’enregistrement  de vidéo (mon ordinateur ne reconnaît pas le caméscope). Journal 2015, mise en ligne de l’entrée de la veille. Dîné aux nouvelles, terrine de légumes au chutney de Mrs Benzies, restes de tarte aux épinards et aux champignons de Paris, salade verte aux amandes, poires à la vapeur, figues dans leur jus et framboises, cinq chocolats à la liqueur envoyés par ma tante à l’occasion de Pâques. Vu La Signora sanza camelie, d’Antonioni, 1953, avec Lucia Bose. Perdu encore deux ou trois heures à des tâtonnements informatiques sans résultat, pour les cartons du Non. Extrême exaspération. Journal. Autoportrait très tardif. Couché après 2 heures.

lire l’entrée du jeudi 2 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 4 avril 2015, 10 h 41Vendredi 3 avril 2015.  93/272. Vendredi Saint. Plieux. Assez bien dormi. Levé à 8 h – 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et église de Plieux, puis matinée et davantage entièrement perdus autour des mêmes problèmes que la veille, nécessité de remettre le NON en branle, tâtonnements autour des “cartons”, sans le moindre progrès. Consultations tout azimut, Farreny, Combaz, les nouveaux “Tétrarques” (Meyer, Dellinger, Rivoallan, Giraud). Tout le monde est plein de bonne volonté et secourable mais chacun propose des plans qui tous nécessitent de nouveaux logiciels, puis des logiciels pour accommoder et “compresser” les précédents, de sorte que les problèmes ne cessent de s’élargir, dans la recherche de solutions qui pourraient permettre la solution qui permettrait peut-être la solution du problème initial. Résolu à la dépense d’un nouveau Photoshop, mais bute alors sur le problème de cet ordinateur qui doit être changé d’un jour à l’autre. Après chantage caractérisé de ma part, Farreny viendrait ici porter le nouveau (qu’il a entre les mains depuis plusieurs semaines) samedi prochain. N’empêche, alarmant d’être à ce point dépendant de bonnes volontés qui fatalement se lassent. Effroyable retard. Le Jour ni l’Heure, trois paysages plieusains de la veille et de l’avant-veille. Comptes : - 320,46 / vir. reçu de Apple/ref, - 320,46 / “À venir”, - 1492,91 / “Vous êtes débiteur depuis 3 jour(s). Agenda. 15:56 /// Bain. Échanges avec Farreny, Combaz encore, Meyer. Promenade au Cassé. Croisé Pierre en sortant. Atelier, grand portrait de Finkielkraut, rosi et adouci le visage, beaucoup diminué la surface de la chevelure, fait disparaître le fleuve à gauche, etc. Lecture par Pierre de Lahire, Ceci n’est pas qu’un tableau. Décalage général, remonté après sept heures. Situation améliorée, Marcel Meyer et surtout sa femme, je crois, sont arrivés à fabriquer un carton selon mes souhaits. Il faudrait maintenant généraliser le procédé et le mettre à la disposition de la pentarchie. Dîné aux nouvelles. Vu Tueurs de dames, The Ladykillers, d’Alexander Mackendrick, 1955, bien surestimé il me semble, et assez peu drôle. Diffusé le carton Meyer. Commencé d’installer Passage sur mon site personnel, en vue d’une nouvelle édition en ligne et sur papier. Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du vendredi 3 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 5 avril 2015, 11 h 21Samedi 4 avril 2015. Saint Isidore — 94/271. Plieux. Assez peu dormi, réveillé à 6 h mais rendormi, levé à 8 h. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et état du grand Finkielkraut la veille également. Suite de la grève à Radio France, pas de Finkielkraut, justement (en fait si, mais nous l’avons raté). Comptes : - 350,26 (inchangé) / “ À venir”, - 1463,11 / “Vous êtes débiteur depuis 4 jour(s)”. Agenda. 10:22 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, état de la veille et de l’avant-veille du Grand Finkielkraut, trois paysages plieusains de la veille et de l’avant-veille. Jours de juin 1972 (Marguerite Duras). Journal 2015, relecture et mise en ligne de l’entrée de l’avant-veille, oubliée, et de la veille. Le Jour ni l’Heure, trois paysages plieusains du 1er et du 3 avril, dont le Paysage préposthume n° 209 (La Ferme). Bain. Le besoin de fusain a fait naître la nécessité d’une expédition à Agen et le projet d’expédition à Agen l’idée d’une nouvelle tentative sur le Rembrandt du Mas-d’Agenais. Rendez-vous avec Jeanne Lloan à deux heures et demie sur la piazettta. Astaffort. Layrac. Le Passage-d’Agen. Brax. Bruch. Buzet. Damazan. Canonge. Le Mas-d’Agenais. Temps gris et triste, paysages affreux, totalement massacrés tout du long. Trouvons l’église du Mas-d’Agenais ouverte, pour une fois, voyons enfin (assez mal) le Rembrandt, plutôt bizarre. Autoportrait dans le lavoir, en contrebas de l’église. Tour à pied (moi) sur les rives de Garonnne et sur l’esplanade des remparts. Tonneins. Aiguillon. Port-Sainte-Marie. Clermont-Dessous. Colayrac-Saint-Cirq. Tout cela est tellement laid et méticuleusement massacré qu’on se croirait en Provence. Agen. Marchand de couleurs des faubourgs, fusains, donc, et deux pinceaux (37 €). Buffet gargantuesque, assez tôt (6 h & ½), dans ce que Pierre et moi appelons un “Pong” (du nom d’une chaîne suédoise, très pratiquée à Stockolhm), Palais impérial chinois des mêmes faubourgs d’Agen, pour la grande indignation de Joseph Vebret : pêle-mêle saumon fumé, canard laqué, riz impérial, travers de porc, poulet au gingembre, nems, raviolis de crevettes, glace à la vanille, glace au caramel, gâteau de noix, nougat prâliné et j’en passe les trois-quarts (mais au moins ni vin ni charcuterie…). Thé à la menthe. Rentrés à 8 h. Journal télévisé. Atelier, Grand Finkielkraut, Ceci n’est pas qu’un tableau. Très long message d’Élisabeth M., lui répond sommairement. Écrit aussi à Marcel Meyer. Passage, suite de la mise en place. Journal. Couché à 1 h et ½.

lire l’entrée du samedi 4 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 6 avril 2015, 9 h 42Dimanche 5 avril 2015. Pâques — 95/270. Plieux. Réveillés tôt. Levés à 7 h & ½. Très joli temps, très pascal. Le Jour ni l’Heure, Autoportrait de la veille, dans le lavoir du Mas-d’Agenais, et Christ de Rembrandt, qu’en fait on voit mieux sur la photographie, bien qu’elle soit un peu floue, qu’en réalité. Déjeuné dans la bibliothèque car Pierre veut écouter sur son ordinateur un entretien avec Guillaume Kintz, le commissaire de l’actuelle exposition Velazquez. Tél. de Jeanne. 10:35 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Christ de Rembrandt, trois paysages plieusains du 1er et du 3 avril, dont le Paysage préposthume n° 209, La Ferme. Journées de juillet 1972. Lu l’article de Pierre envoyé à Causeur sur Ceci n’est pas qu’un tableau. L’IN-NOCENT. Cartons fabriqués par Marcel Meyer. Sieste avec Pierre *. Le Jour ni l’Heure, trois détails de l’église Saint-Vincent du Mas d’Agenais. Quatrième symphonie de Nielsen, l’Inextinguible. Promenade au Cassé. Longue conversation près de la salle des Fêtes avec les Aeberhard et leur bru — le rouge des champs (Round Up), un mariage vendéen à Plieux, le scandale Montesquiou, leur prochain voyage en Italie, etc. Cap du Cassé. Atelier. Grand Finkielkraut, nombreux pentimenti. Lecture par Pierre, fini Ceci n’est pas qu’un tableau, passé au Journal d’un attaché d’ambassade. L’INNOCENT, autre carton en collaboration avec Meyer, Boubakeur. Passage, mise en page. Dîné aux nouvelles, tarte aux blettes et aux épinards, salade verte, poires à la vapeur et framboises, chocolats de Pâques de ma tante, à la liqueur. Vu La Salamandre, 1971, de Tanner, avec Bulle Ogier, Jean-Luc Bideau, Jacques Denis. Passage, suite de la mise en place, assez laborieuse, mais pas ennuyeuse (pour moi). Relecture d’Ørop. Journal 2015, entrée de la veille, oubliée, relecture et mise en ligne. Entrée du jour. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 5 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 7 avril 2015, 9 h 50Lundi 6 avril 2015. Sainte Julie — 98/267. Plieux. Chien Le Coz aboie dès avant 8 h et abondamment après. Très beau temps néanmoins. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille au matin dans la chambre et détail du vase “chinois”, même moment. Déjeuner dans la cuisine avec Pierre. Agenda. 09:34 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, trois détails de l’église du Mas-d’Agenais, site ne fonctionne pas pour les photographies de la veille. Journées d’août 1972, citations de Barthes et de Foucault. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Relecture d’Ørop, suite. Le Jour ni l’Heure, effet de soleil sur la couverte n° 65, Paysage préposthume n° 210 (L’Aube), et pont suspendu du Mas-d’Agenais. Bain. Très belle promenade avec Pierre entre le Clot et Rouillac. Autoportrait à l’église de Rouillac. Rencontré au pied du château une grande chienne charmante, berger allemand, qui nous accompagne au retour de Rouillac au Clot mais décline de monter dans la voiture pour être ramenée à Rouillac. Atelier. Grand Finkielkraut, refait le ciel, marronifié l’imperméable. Lecture par Pierre de mon cher Journal d’un attaché d’ambassade. L’INNOCENT. Communiqué pour l’In-nocence, les deux mille deux cents mosquées de Dalil Boubakeur. Téléphoné à ma tante, parle de la forêt de Gastine. Passage, mise en page, suite. Dîné aux nouvelles, semoule, œuf, lamelles de jambon, jardinière de légumes, salade verte, poires à la vapeur et framboises, chocolats de Pâques de ma tante, à la liqueur. Remontés directement. Passage, suite de la mise en place, assez laborieuse, mais pas ennuyeuse (pour moi). Relecture d’Ørop. Journal. Couché à 2 h - 20.

lire l’entrée du lundi 6 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 8 avril 2015, 10 h 14Mardi 7 avril 2015. Saint Jean-Baptiste de la Salle — 97/268. Plieux. Levé à 7 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la galerie-porche de l’église de Rouillac, et manoir du Clot. “Polémique” polie, sur Facebook, avec Alain Lompech à propos de France Musique. Nouvelle forme, excellente, réalisée par les ateliers de Belle-Fontaine, du communiqué sur Radio France. Beau temps. Comptes : - 350,26 (inchangé) / “À venir”, - 1463,11. “ Vous êtes débiteur depuis 4 jour(s)”. Agenda. 09:45 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille à Rouillac, manoir du Clot, difficultés de mise en ligne comme tous les jours récemment. Journées d’août 1972 et septembre 1972, beaucoup de pages vides. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Relecture d’Ørop, suite et fin. L’IN-NOCENT, placards fabriqués par Marcel Meyer, très bien (permet un autre procédé de diffusion des communiqués). Polémique autour de France Musique avec Alain Lompech tourne à l’aigre (pris sur le fait d’erreur manifeste, après m’avoir beaucoup reproché les miennes, il prétendra l’avoir fait exprès, pour voir si je suivais). Le Jour ni l’Heure, chienne de Rouillac, château de Rouillac, oiseau exotique (perroquet ?) des Pezat à Plieux. Bain. Brève promenade avec Pierre au cap du Cassé, beau temps, vent frais. Atelier. Grand Finkielkraut, blanchi le ciel, revenu sur l’imperméable, main, visage. Échanges avec Farreny, Rivoallan, Meyer, mais dois m’occuper du texte pour “Boulevard Voltaire”, “Théorie des sanctuaires”, qui vient mal. Manqué le journal télévisé à cause de lui, l’expédie vers 9 heures. Dîner, consommé, restes de tarte aux poireaux, salade verte, poires à la vapeur et framboises, chocolats de Pâques de ma tante, à la liqueur. Émission de Bern sur Élisabeth Ière, on a vu tout ça cent fois — quelques châteaux anglais, tout de même. Rivoallan, Farreny, Meyer, suite. Journal. Couché peu après 1 h.

lire l’entrée du mardi 7 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 9 avril 2015, 9 h 50Mercredi 8 avril 2015. Sainte Julie — 98/267. Plieux. Chien de la voisine aboie à 8 h – le ¼ (intérieurement, dans sa maison). Levé à 8 h. Beau temps. Article paru dans “Boulevard Voltaire”, “Théorie des sanctuaires”. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, miroir de la bibliothèque, et église de Rouillac. Comptes : - 2636,81 / chèque Céline : - 980,46 / prél. Credipar (voiture) : - 759,88 / prél. Sofinco : - 310,80 / prél. Cardif (assurance travaux) : - 119,51 / prél. Canal sat., - 76,00 / prél. Canal plus, - 39,90 / “ À venir”, - 1021,70 / “Vous êtes débiteur depuis 8 jour(s)” / Agenda. 10:02 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, église de Rouillac, trois autres photographies de l’avant-veille, Rouillac, chienne de Rouillac, oiseau des Pezat. Journées de septembre 1972, beaucoup de blancs. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Mise en ligne et en vente d’Ørop, avec l’excellente couverture réalisée par David de La Farrène. Le Jour ni l’Heure, deux autres vues de Rouillac et Paysage préposthume n° 211 (Paysage avec Fieux). Bain. Été avec Pierre à Fleurance pour y mettre à la banque 1) un chèque de l’In-nocence de 1600 € en remboursement de l’ordinateur nouveau ; 2) un ordre de paiement de 700 €, troisième facture de l’architecte des Monuments historiques (2500 + 2700 +, donc, 700). Été chercher Jeanne de Loynes chez elle et très jolie promenade avec elle de part et d’autre du “pont submersible”, en amont de Fleurance sur le Gers : vaches, moulin, temps délicieux. Atelier. Grand Finkielkraut, débleui le ciel, jauni l’imperméable, main, visage. Lecture par Pierre du Journal d’un attaché d’ambassade. Le Monde, mais pas de communiqué. Attaqué la mise en forme du nouveau Grand Remplacement, entamé la relecture du Changement de peuple à cette fin. Dîner aux nouvelles, gnocchis aux pommes de terre et aux carottes, poires à la vapeur et framboises, fini les chocolats de Pâques de ma tante, à la liqueur. Répondu à M. Hughes Hourdin. Pas de télévision postprandiale. “Le Changement de peuple” pour Le Grand Remplacement. Efficacité foudroyante. Même repris le Dictionnaire. Journal. Couché à 1 h. & ½. 

lire l’entrée du mercredi 8 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 10 avril 2015, 11 h 38Jeudi 9 avril 2015. Saint Gautier — 99/266. Plieux. Levé à 7 h 20. Autoportrait. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Gers au pont submersible. Temps superbe. Comptes : - 36,21 / remise chèque, + 1600 (remb. In-nocence de l’ordinateur) / vir. Paypal, + 1000 (dont deux commandes d’albums photographiques, 700 – 500 pour la fabrication et l’expédition (à moi)) / “À venir”, - 1051,69 (? (ou +?)) / “Vous êtes débiteur depuis 9 jour(s). Viré 100 € de PayPal. Agenda. 09:31 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, Gers au pont submersible, trois vues de la promenade du 7 avril, dont le Paysage préposthume n° 211 (Le Château) (Fieux). Journées d’octobre 1972, très peu d’entrées. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, trois vues de la promenade de la veille avec Jeanne et Pierre au pont submersible, Paysage préposthume n° 212 (La Maison blanche) (Le Tuco, Castelnau-d’Arbieu). Bain. Message de Me Hourdin, conseiller d’État, m’annonçant ma nouvelle condamnation en appel (4000 € + 500 au Mrap. Me Boucard s’est déjà pourvu en cassation, par le truchement de Me Meilhaud. Promenade sur le plateau jusqu’au carrefour La Rouquette-La Bonnefont, grand soleil. Pierre a arrêté le chauffage. Atelier. Grand Finkielkraut, rendu les traits moins nets, moins “bande dessinée” ; main. Message de Finkielkraut, justement, qui trouve Ørop “terrifiant”. Écrit à Me Hourdin. Nouveau Grand Remplacement, relecture du Changement de peuple. Dîner aux nouvelles, gratin de pommes de terre et salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu Il Grido, Le Cri, d’Antonioni, avec le sexy Steve Cochran. “Le Changement de peuple” pour Le Grand Remplacement. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du jeudi 9 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 11 avril 2015, 10 h 15Vendredi 10 avril 2015. Saint Fulbert — 100/265. Plieux. Beaucoup dormi, mais rêves kafkaïens sur la fin, transposés dans un collège (suis attaqué par une énorme jeune lesbienne asiatique, que j’ai prise d’abord pour un homme, et qui me veut me contraindre à intervenir en faveur des lesbiennes pakistanaises persécutées ; elle convient ensuite que sa méthode n’est pas la bonne ; mais beaucoup de mal à ressortir du collège (c’est la partie kafkaïenne, castellane)). Levés à 8 h et ½. Retard général, donc. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille au matin dans la salle des nuits, détail du chemin du Clot à la Rouquette constituant le Paysage préposthume n° 113 (La Promenade). Comptes : + 1101,78 (“repassé positif”) / vir. caisse d’assurance retraite, + 1138,09 / “à venir”, - 291,81. Agenda, - 291,81 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait la veille au matin, bon Paysage préposthume n° 213 (noté par erreur 113, à refaire), trois paysages de l’avant-veille, dont le Préposthume n° 212. Journées d’octobre 1972, fini le mois, voyage à Bruges, Rotterdam, Amsterdam et Krefeld avec W., Jacqueline Didier et Mark Steinbrink. L’IN-NOCENT, beaucoup d’activités liées aux résultats du procès. Grève de Radio France, suite. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique, à l’heure habituelle de la seconde livraison du Jour ni l’Heure, que donc pas traitée. Bain. Communiqué pour L’IN-NOCENCE, sur le procès. Promenade au cap du Cassé. Atelier. Grand Finkielkraut, visage, imperméable, main. Nouveau Grand Remplacement, relecture du Changement de peuple. Dîner aux nouvelles, salade d’endives et d’avocats, œufs à cheval, riz, poires à la vapeur et framboises. Vu Eastern Boys, de Robin Campillo, bien, mais ne peux pas supporter une scène violent vers la fin, que rate, donc. “Le Changement de peuple” pour Le Grand Remplacement. Dictionnaire, peu (663.000 signes). Journal. Couché à 1 h et ½. 

lire l’entrée du vendredi 10 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 12 avril 2015, 9 h 54Samedi 11 avril 2015. Saint Stanislas — 101/264. Plieux. Levés à 7 h & ½. Temps gris et triste. Dégueulis sur moi, sur Facebook, d’un certain Laurent Selim Aeschbach. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre vue du manoir du Clot. Bain. Chien de la voisine insupportable. Comptes : + 648,12 / échéance prêt : - 553,76 / vir. PayPal : + 100,00 / “À venir”, - 291,81 / Agenda. 10:09 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit. Diffusion partielle du communiqué de la veille sur le résultat de mon procès. Arrivée de David Farreny peu avant 11 heures, avec le nouvel ordinateur, de bureau, qu’il installe en y transportant le contenu de mon portable. Déjeuner à 1 h, salade de poulet, jambon, avocats, cheddar, etc., très bon vin offert jadis par M. Jean Barbier. Glace au rhum et aux raisins, shortbread, cerises à l’eau de vie, café dans la bibliothèque, repris les travaux de transfert, et tentatives d’initiation pour moi à toute sorte de nouvelles techniques et nouvelles pratiques, avec un succès mitigé. Farreny reprend la route vers 5 heures & demie. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette La Bonnefont — grand soleil. Atelier, Grand Finkielkraut, visage encore, cheveux, chemise. Dîné aux nouvelles, restes de poulet (moi — Pierre ne mange rien). Un peu d’un ridicule Tannhauser du théâtre Schiller de Berlin sur la chaîne Mezzo, mais remontés assez vite. Essayé de reprendre le cours des routines habituelles mais pas mal de difficultés avec le nouvel appareil et le nouveau clavier. Quelques impairs (techniques) sur les réseaux sociaux, messages bizarres. Forum de l’In-nocence, à propos du verdict me concernant. Journal 2015, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. Commandé les deux Ronsard de la Pléiade pour ma tante. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du samedi 11 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 13 avril 2015, 12 h 57Dimanche 12 avril 2015. Saint Jules — 102/263. Plieux. Peu et mal dormi, mauvais rêve. Réveillé à six heures, insomnie, levé. Vaines tentatives auprès d’Amazon pour modifier la commande des livres de ma tante (emballage pour un présent — trop tard). Message et article de M. Michel Desgranges. Le Jour ni l’Heure, mais beaucoup de difficultés techniques, ne parviens à traiter que l’autoportrait, perd Photoshop en travaillant sur la seconde image. Beau temps froid. Déjeuner en bas. Chien Le Coz. Agenda. 09 :33 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Retour de David Farreny à une heure et demie, passé l’après-midi avec lui, il procède à certains réglages autour du wifi puis se consacre au désormais ancien ordinateur, le portable, qu’il nettoie et qu’il vide de tous ses éléments à présent en double pour en faire un ordinateur de voyage opératoire et léger. Il repart pour Rodez vers 5 h & ½. L’accompagnons sur la Plazza Mayor puis marchons jusqu’au cap du Cassé. Lilas de Saint-Vidal en fleurs. Grand soleil chaud, alors qu’il fait assez froid dans la maison. Atelier, Grand Finkielkraut, phase assez favorable, visage encore, cheveux, et détails, pont, maison de la Radio. Pierre lit Le Journal d’un attaché d’ambassade. Nouveau Grand Remplacement, suite des travaux sur “Le changement de peuple” mais, catastrophe, les deux-tiers du texte passent subitement à l’italique, on ne peut pas rétablir le romain et lorsqu’on le peut, de Rodez, les italiques sont perdues, de même que tout le travail de l’après-midi. Excellent dîner de restes, Vacherin chaud, poulet (celui de la salade, mais il était trop maigre), vin de M. Barbier, encore meilleur que la veille, poires à la vapeur, framboises et glace rhum-raisins. Vu I Love You, Philip Morris, avec Jim Carey. Repris le travail sur Le Changement de Peuple, refait tant bien que mal celui qui avait été effectué l’après-midi. Autoportrait. Journal. Tout est rendu très lent par méconnaissance du nouveau clavier. Couché à 1 h 1/2.  

lire l’entrée du dimanche 12 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 14 avril 2015, 11 h 53Lundi 13 avril 2015. Sainte Ida ­— 103/262. Plieux. Vive mais brève douleur au bas-ventre. Levé à 7 h & ½. Beau temps. Finkielkraut hôte de Marc Voinchet Redivivus. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et (tout à fait par coïncidence) La Condamnation, de Forain, tableau de la collection Simonow à Flaran, 11 mars 2015. Mais tout très lent et laborieux à cause des nouvelles filières de procédés. Début officiel des travaux de la tour, mais ils consistent seulement en un seul homme qui vient livrer les éléments de l’échafaudage et se plaint de la difficulté d’accès en camion. L’IN-NOCENT, beaucoup d’activité. On peut désormais intervenir sur les retweets de Twitter, gros progrès. Agenda. 12 :22 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la nuit, Forain de Flaran. Le Jour ni l’Heure, Paysage préposthume n° 214 (L’Allée), champ à Plieux le 1er avril (entre Havuas et Arnaudet), autoportrait d’Henryk Gotlib, 1961, Flaran, le 11 mars 2015. Bain. Promenade avec Pierre au cap du Cassé, autoportrait sans intérêt à l’église en passant. Atelier, Grand Finkielkraut, arbres, cheveux, tour Eiffel, visage encore. Journal d’un attaché d’ambassade. Remontés vers 6 h et ½. Communiqué pour l’In-nocence (réforme des programmes scolaires). Chien de la voisine particulièrement insupportable, et on la voit ne lui dire absolument rien quand il aboie pour rien, pour le plaisir. Dîner aux nouvelles, daube de biche de Cadarcet ouverte pour le déjeuner de la veille, qui en fait n’a pas eu lieu. Pommes de terre, carottes. Gâteau et glace pareillement survivants du non-déjeuner de la veille. Vu un assez long et intéressant documentaire de la chaîne histoire sur les Hussards (littéraires). Remontés vers 10 heures et demie. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. “Le changement de peuple”, suite de la relecture, p. 70 sur 105 de l’édition sur papier. Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du lundi 13 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 15 avril 2015, 11 h 53Mardi 14 avril 2015. Saint Maxime — 104/261. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, mais beaucoup de difficultés avec iPhoto, les services automatiques anciens ont disparu, ne sais comment vider la fiche de l’appareil photographique, les photographies entrantes de se classent pas et d’ailleurs ne sont pas enregistrées. Écris à Farreny pour lui demander des secours. Chien Le Coz comme d’habitude. Beaucoup de temps perdu. Autoportrait de la veille, à l’église, et vue du Bourdieu sous les cerisiers en fleur, la veille également. Comptes : + 618,13 / prél. Orange, 29,99 / “À venir”, - 261,82. Agenda. 11 :30 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, vue de Bourdieu sous les arbres en fleur, Paysage préposthume n° 214 (L’Allée), champ, autoportrai d’Henry Gotlib, mais tout très lent et laborieux. Cinq journées de novembre 1972. Farfouillages vains pour 1) vider la carte-mémoire de l’appareil photographique après transfert des photographies, 2) classer les photographies par journées sur Photos, comme avant sur iPhotos. Beaucoup de temps perdu ; humeur moyenne. Le Jour ni l’Heure, état de la veille du portrait Finkielkraut, bonne vue d’un intérieur à la brouette au Cassé, seconde photographie, plus large, de la Condamnation de Forain, coll. Simonow à Flaran. Bain. Promenade avec Pierre au Cassé, fort soleil, songeons à passer à l’horaire d’été. Atelier, Grand Finkielkraut encore, visage, bleui le ciel, jauni les feuillages. Remontés peu après cinq heures. Article pour “Boulevard Voltaire”, “Quoi, Poutine ?”. Envoyé peu après 8 h. Dîné aux nouvelles, omelette aux pommes de terre, salade verte à la mimolette, mimolette (celle de la salade de poulet de samedi, in lieu of cheddar), gâteau de poire, poire à la vapeur et framboises. Vu Grand Hotel Budapest, de Wes Anderson, assez mauvais, trop onirique à mon goût, sans charme (malgré Jude Law, peu utilisé). L’IN-NOCENT, communiqué en souffrance (auprès de moi), diffusion. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du mardi 14 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 16 avril 2015, 10 h 19Mercredi 15 avril 2015. Saint Maxime — 104/261. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, mais beaucoup de difficultés avec iPhoto, les services automatiques anciens ont disparu, ne sais comment vider la fiche de l’appareil photographique, les photographies entrantes de se classent pas et d’ailleurs ne sont pas enregistrées. Écris à Farreny pour lui demander des secours. Chien Le Coz comme d’habitude. Beaucoup de temps perdu. Autoportrait de la veille, à l’église, et vue du Bourdieu sous les cerisiers en fleur, la veille également. Comptes : + 618,13 / prél. Orange, 29,99 / “À venir”, - 261,82. Agenda. 11 :30 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la nuit, vue de l’arbre de Judée du portillon le lundi 13, très bon intérieur au Cassé du même jour, Forain de Flaran le 11 mars dernier. Dix journées de novembre 1972. Le Jour ni l’Heure, nature morte de Derain de Flaran, Van Dongen, id., portrait de Siebe Ten Cate, 11 mars 2015. Bain. Promenade avec Pierre sur les “remparts” de L’Isle-Bouzon, malheureusement le ciel s’est couvert, le temps est gris — j’ai dit à tort à Mme Gilbert qu’elle n’aurait pas de voisins à droite ; cependant “sa” maison est très jolie et bien administrée, ce qui est loin d’être le cas de toutes celles du village (arrachages d’enduits, élargissements de fenêtres, vitres d’un seul tenant, affreux ajout à la mairie du côté de la vallée). Atelier, Grand Finkielkraut, chemise, imperméable. Journal d’un attaché d’ambassade. Remontés vers 5 h et ½. Le Monde. Communiqué pour l’In-nocence (mairie de Paris et CFCM). Nouvelle séance du chien Le Coz, essayé de joindre la mairie, parlé à Mme Téchiné, Mme le maire sera là vendredi matin. Journal 2015, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. Dîner aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule, sauce de la daube de biche du non-déjeuner Farreny. Pas de télévision, remonté avant 9 heures. Repris le programme de l’In-nocence, adapté le premier chapitre (“Culture et Communication”) suivant les suggestions et requêtes des membres, notamment M. Rivoallan. Passé de là au “Changement de peuple” pour Le Grand Remplacement 2015, mais relu seulement l’équivalent de 10 pages de l’édition précédente (du Changement de peuple). Attaque de sommeil. Autoportrait dans le miroir de la salle de bain, de loin. Journal. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du mercredi 15 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 17 avril 2015, 10 h 59Jeudi 16 avril 2015. Saint Benoît-Joseph — 106/259. Plieux. Levé à 7 h 20. François Sureau reçu par Marc Voinchet. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et nouvelle vue de la chartreuse de Plieux, peu nette. Chien de la voisine. Ouvriers pour la tour. Temps gris. Comptes : + 597,93 / prél. Orange, - 70,20 / “À venir”, - 456,70 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et chartreuse de Plieux, trois photographies du 11 mars 2015 à Flaran (Derain, Van Dongen). Longs et pénibles tâtonnements pour tâcher de maîtriser Photos et Photoshop. Cinq journées de novembre 1972. L’IN-NOCENT. Commande au Géant des Beaux-Arts, châssis, tubes, fusains, c. 280 €, payés directement via PayPal) (la veille, le soir, commandé un album Le Jour ni l’Heure 2010 et un album 2011 pour M. Granger, c. 280 € aussi). Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 15 avril à L’Isle-Bouzon, iris des remparts, « Arrêtez le massacre ! », route de Castelnau-d’Arbieu. Beau concerto de l’Empereur avec Bertrand Chamayou en soliste. Assez longue promenade sur le plateau avec Pierre, temps très agréable, ensoleillé et un peu venteux, tour moyen, rentrés toutefois par la route à cause de la boue dans les champs. Rencontré Mme Lavauden, meilleures nouvelles de M. Coulet, qui a été opéré du cœur la semaine dernière — fièvre tombée. Échafaudages parvenus au sixième niveau, presque mi-hauteur de la tour. Atelier, Grand Finkielkraut, visage encore, cheveux, margelle. Pierre, Journal d’un attaché d’ambassade. Remontés vers 6 h et ½. Le Monde. Communiqué sur l’Institut Kurde de Paris. Dîné aux nouvelles, gnocchis au pesto et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Hésité entre L’Avventura et le procès Pétain, choisi le procès, pas mal, mais trop d’incises explicatives mille fois vues, et narrateur qui fait le malin, insupportable. Deux épisodes. Vu aussi la fin de L’Avventura, au San Domenico Palace, à Taormina. Remontés à 11 heures. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du jeudi 16 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 18 avril 2015, 10 h 54Vendredi 17 avril 2015. Saint Étienne Harding — 107/258. Plieux. Levés à 8 heures. Temps maussade. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et paysage aux pylônes, sur le plateaux. Pensais téléphoner à Mme le maire à propos du chien Le Coz mais justement, ce matin, on ne l’entend pas. Comptes : + 597,93 (inchangé) / “À venir”, - 472,64. Agenda. 10 :54 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et chemin de la Rouquette aux pylônes la veille, plus trois vues de l’Isle-Bouzon l’avant-veille. Cinq journées de novembre 1972, fini le mois, comptes, liste des livres lus pour Denoël. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT, considérable activité, avec un certain succès, autour des nouvelles dispositions “antiracistes” du gouvernement Valls (“Pierre Lavalls”). Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, travaux de la tour, Saint-Vidal, pivoine à Saint-Vidal, et plus tard communiqué n°1820, carton Meyer. Bain. Changement d’horaire, facilité par la pluie. Communiqué pour l’In-nocence (et pour le NON). Le Monde. Promenade sur le plateau avec Pierre, jusqu’au carrefour La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, Grand Finkielkraut, visage encore, beaucoup éclairci le bleu de la cravate. Pierre, Journal d’un attaché d’ambassade. Remontés à 7 h passés. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, lasagne de Saint-Clar-de-Lomagne, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Revu Passeport pour Pimlico, 1949, de Henry Cornelius, et une bonne partie du Diable boiteux, 1948, de Sacha Guitry. Remontés à 11 heures. L’IN-NOCENT. Conversation téléphonique avec Guillaume Giraud, à propos des modifications du site du NON. “Le Changement de peuple” pour Le Grand Remplacement, passé de la page 80 à la page 90 de l’édition sur papier. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du vendredi 17 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 19 avril 2015, 12 h 32Samedi 18 avril 2015. Saint-Parfait — 108/257. Plieux. Levé à 7 h & ½. L’IN-NOCENT. Écrit à Marcel Meyer et aux Pentatrarques. Temps gris et légèrement pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal (à titre d’usage) et ciel à Plieux, vue prise la veille de la route de Gramont. Émission de Finkielkraut, non pas sur Blanchot comme annoncé mais sur le féminisme aujourd’hui, avec Claude Habib et Caroline Fourest, qui domine assez largement le débat. Chien de la voisine, nous calfeutrons sur le versant sud. Comptes : + 597,93 (inchangé) / “À venir” : - 734,00. Agenda. 10 :44 /// Le Jour ni l’Heure , Chronologie, autoportrait de la nuit et ciel à Plieux, plus trois photographies de Plieux le jeudi 16, Saint-Vidal, pivoine, travaux de la tour. Cinq journées de décembre 1972. Tâtonnements chronophages autour du site du NON. Cartons (Marcel Meyer). Publications de communiqués, mais le retard est impossible à rattraper. Le Jour ni l’Heure, mis en ligne deux photographies, Flaran, salle capitulaire et détail du Forain (le tiroir aux pièces à conviction ?), mais sans parvenir à les “traiter” sur Flickr. Bain. Pensons aller à la maison de convalescence du cœur à Beaumont-de-Lomagne pour y voir Stéphane Baumont mais ne parvenons pas à le joindre dans sa chambre pour lui annoncer notre arrivée. Du coup changeons notre fusil d’épaule et partons pour l’église de Tabaux, à Caillavet, vieux souvenir enthousiaste et flou. Magasin Ligardes à la Z.I. de Lectoure pour ampoules. Lamothe-Goas. Sérillac. La Sauvetat. Flaran, afin d’y acheter le catalogue de la collection Simonow (40 €). Tentatives pour voir mieux le château de Rouquettes (Napoléon III), échec, mais jolies prairies. Marambat. Vic-Fezensac. Assez joli château de Bagatelle (Louis-Philippe ?). Beau village de Callaivet. Malheureusement le temps, tout à fait estival et ensoleillé depuis le matin, se gâte à grande vitesse et il est tout à fait couvert quand nous arrivons à l’église de Tabaux. Déception de ce fait, aucune luminosité, photographies difficiles, mais le site est superbe et le panorama assez peu abîmé (quoique…). Joli cimetière, immenses cyprès en bouquet, comme dans mon souvenir. Marchons jusqu’à la maison voisine, fermée, mais déclenchons une alarme en nous en approchant. Décidons d’aller à Belmont voir le château. Bazian, confondu avec Baran, pas d’église à clocher tors mais beau château. Temps affreux. Tudelle, “aux rois d’Aragon fidèle”. Belmont, château XVIIIe en grande parti restauré mais trombes d’eau. Très nombreuses photographies à la sortie de Belmont vers le nord, et plus loin à travers une peupleraie (en çà de Jégun). Jégun, toujours très animé, malgré l’affreux temps (pub irlandais, restaurant). Lavardens. Préchac. Fleurance. Pluie continuelle. Rentrés vers 8 h & ½. MM. Meyer et Giraud sont arrivés à d’excellents résultats pour le site du NON, dont il n’est pas nécessaire de changer après tout. Dîner, tarte aux poireaux et aux carottes, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Parsifal de Berlin, Barenboïm, assez absurde (le Graal chez les sdf…) mais moins laid et ridicule que le Tannhauser de la semaine dernière. Rémontés vers 11 h. Retard épouvantable, évidemment, courrier sans réponse accumulé, irrattrapable. Fini les envois Le Jour ni l’Heure avec une troisième photographie de Flaran le 11 mars dernier, Courbet, Neige en Forêt. Journal 2015, entrée de la veille, relecture (et fin d’écriture), mise en ligne. Journal. Couché à 2 h & ½.

lire l’entrée du samedi 18 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 20 avril 2015, 11 h 11Dimanche 19 avril 2015. Sainte Emma — 109/256. Plieux. Levés à 8 h & ½. Temps sinistre, pluvieux et froid. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait à l’église de Tabaux, la veille, et bonne “Place du mort”, sortie de Belmont. Parlé à Marcel Meyer. Parlé à Stéphane Baumont, rendez-vous pris pour l’après-midi. Agenda. 12 :24. /// Le Jour ni l’Heure, église de Tabaud, Paysage préposthume n° 215 (La Peupleraie), Lavardens de “La Place du Mort”. Bain. Été à Beaumont-de-Lomagne voir Stéphane Baumont à la clinique post-coronarienne. Moment dans sa chambre puis brève promenade dans le jardin, mais il pleut un peu. Marché un peu dans Beaumont avec Pierre, ensuite. Autoportrait à la chartreuse de Castéron. Rentrés vers 6 heures. Atelier, Grand Finkielkraut, rosi le visage, débleui le ciel. Dîner aux nouvelles, lentilles, carottes, pommes de terre, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Remontés aussitôt, grand retard. L’IN-NOCENT. Écrit à M. Guillaume Autier, à Christine Tasin, etc. Voulions voir un film de David Cronenberg, mais nous nous sommes trompés de jour. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. “Le Changement de peuple” pour Le Grand Remplacement, passé de la page 90 à la page 95 de l’édition sur papier. Journal. Couché à 2 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 19 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 21 avril 2015, 11 h 22Lundi 20 avril 2015. Sainte Odette — 110/255. Plieux. Levé à 7 h & ¼. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à la chartreuse de Castéron, et place de la halle à Beaumont-de-Lomagne, mais peu nette. L’IN-NOCENT. Parlé à Marcel Meyer. Agenda. 10 :28 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait à Beaumont-de-Lomagne et chartreuse de Castéron, La Place du mort à Lavardens, Paysage préposthume n° 215. Trois journées de décembre 1972, texte très dense, notes sur Wittgenstein. L’IN-NOCENT, beaucoup d’activités, cartons meyeriens, etc. Le Jour ni l’Heure, chambre 262 au centre de réadaptation cardio-vasculaire de Beaumont-de-Lomagne, verger à la Samuel Palmer à Castéron, arbres de Judée à La Rouquette. Bain. L’IN-NOCENT, suite. Promenade avec Pierre à Boué et sur les hauteurs d’Abat, temps magnifique, très lumineux. Nostalgie des chiens. Atelier, Grand Finkielkraut, visage encore, cravate, chemise, passages accusés au fusain. Pierre, Journal d’un attaché d’ambassade. L’IN-NOCENT, messages. Tél. de Philippe Martel. Dîné aux nouvelles, gnocchis et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu de Perfect Mothers, d’Anne Fontaine, mais remontés assez vite. Messages électroniques urgents. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Vu Eastern Promises, de David Cronenberg, avec Vito Morgenssen et Vincent Cassel. Fini la relecture-correction de “Le Changement de peuple”. Journal. Couché à 2 h & ¼.

lire l’entrée du lundi 20 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 22 avril 2015, 12 h 31Mardi 21 avril 2015. Saint Anselme — 111/254. Plieux. Levés à 8 h – le ¼. Temps superbe, transparent. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à l’étang de Boué, et échafaudages de la tour Sainte-Mère, photographiés le matin même de la fenêtre de la chambre. L’IN-NOCENT. Insultes politiques sur Flickr. Comptes : + 485,36 / prél. Orange, - 112,57 / “À venir”, - 661,43. Agenda. 11 :14 /  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, autoportrait à l’étang de Boué, trois photographies du dimanche 19, chambre 262 à la clinique de Baumont-de-Lomagne, verger à Castéron, échafaudages de la tour à Plieux. Décembre 1972, copié une seule journée, texte abondant (Les Mots et les Choses). Journal 2015, relecture. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 20 avril, fenêtre de la bibliothèque, portrait de Pierre à Barachin, maison Samatan au-dessus de Boué, Lectoure. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Promenade avec Pierre au Cassé, temps ensoleillé et chaud, odeurs délicieuses de lilas, mauvais autoportrait dans l’allée du Cassé. Atelier, Grand Finkielkraut, fini ? Fini aussi la lecture par Pierre du Journal d’un attaché d’ambassade. Remontés vers 5 heures. Texte pour “Boulevard Voltaire”, “Le Protocole compassionnel”. Tél. de Christian Vanneste. Bref passage de M. Dellinger. Retard. Envoyé le texte seulement après 9 heures. Dîné, gratin de courgettes assez ingrat, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises, en regardant Il Divo, film assez maniéré et incompréhensible sur Giulio Andreotti (l’avais déjà vu, je crois). Remontés vers 11 heures. L’IN-NOCENT. Correction des épreuves d’Ørop, modifié le texte en ligne, trouvé peu de fautes (Pierre n’en a trouvé aucune) mais changé un certain nombre de petites choses (jusqu’à la page 23 sur 41). Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 21 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 23 avril 2015, 11 h 50Mercredi 22 avril 2015. Saint Alexandre — 112/253. Plieux. Levé à 8 h. Article n’est pas paru dans “Boulevard Voltaire”, l’ai envoyé trop tard. Échanges à ce sujet avec Mme Gabriele Cluzel. Mets le texte en ligne sur Facebook, les forums de l’In-nocence et du NON, et Twitter par ce biais. Le Jour ni l’Heure, mauvais autoportrait de la veille et paysage de Barachin aux nuages. Difficultés techniques, mauvaise connexion, problèmes avec la souris (je n’appuie pas au bon endroit). Repassage de M. Dellinger, qui a oublié quelque chose la veille. Comptes : + 1585, 36 / vir. PayPal, + 1100,00 / “À venir”, - 661,43. Agenda. 12 :25 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, paysage à Barachin, trois autres paysages du 20 avril 2015. Le Jour ni l’Heure, La Place du mort, maison sur la D23 le lundi 20, deux vues de Beaumont-de-Lomagne le 19. Carton préparé par Marcel Meyer, sur les naufrages en mer. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette/La Bonnefont. Atelier, repris la couvert 60x60 n° ? (aux “trois blancs” — blanc, rose, beige, beaucoup épaissi le rose). Pierre lit le texte de Bruno Caye sur Marcheschi. Le Monde. Pas de communiqué. Poursuivi la correction d’Ørop. Dîné aux nouvelles, tarte eux brocolis et champignons, poires à la vapeur et framboises. Vu une partie du film de Rohmer, Nuits de la pleine lune, mais il me déprime trop, remonte au premier tiers. Fini la relecture et correction d’Ørop, repris celle du “Changement de peuple”, passé au “Grand Remplacement” (la conférence de Lunel). Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 22 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 24 avril 2015, 11 h 40Jeudi 23 avril 2015. Saint Georges — 113/252. Plieux. Mal dormi, cauchemar, inspiré du film de Rohmer, puis rêve érotique. Levés à 8 heures. Temps gris. Autoportrait pour la veille, oublié. Article “Le Protocole compassionnel” paru dans “Boulevard Voltaire”. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même et château de Cumont-Lamothe, “après 1837”. Comptes : + 1685,36 / Vir. PayPal, + 100,00 / “À venir, - 702,00”. Perdu bcp de temps sur le site de la BNP en transformation. Impossible d’accéder au nouveau site. Agenda. 11 :37 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et château de Lamothe-Cumont, deux photographies de Beaumont-de-Lomagne le 19 avril, une bonne “La Place du mort” (D. 23). Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du 19 avril, Castéron, Beaumont-de-Lomagne. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, Couverte 60x60 n° ? (“aux trois blancs”), beaucoup épaissé et blanchi le “rose” et retouche au “Grand Finkielkraut”, noirci le col de la veste, à gauche ; taché de rose à cette occasion le bord inférieur, dû corriger. Lecture par Pierre de Le Lieu de ne rien faire, de Bruno Caye. Photographié le Grand Finkielkraut, et aussi, par précaution, le Petit, sur le versant sud. Accroché (Pierre) le Grand dans l’escalier, à la place de L’Allée. Échanges très satisfaisants avec Paul Otchakovsky, il consent 1) à ce que les droits d’Éloge du paraître me reviennent dans un an (proposition de mars dernier) s’il n’a pas réédité d’ici là, 2) à ce que la traduction anglaise de Vie du Chien Horla paraisse “Chez l’Auteur”, lui conservant toutefois les droits pour une édition étrangère “classique”. Communiqué pour l’In-nocence. Écrit à Me Hourdin. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule, fraises à la vapeur et figues. Procés Pétain, suite, épisode 3 et 4, narrateur toujours aussi insupportable mais relation dans l’ensemble assez objective, il me semble. Vu un peu de L’Avventura, avant, à l’entracte et après. Remontés un peu avant 11 h. “Le Grand Remplacement”, la conférence de Lunel, pour la nouvelle édition du livre. Journal. Couché à 1 h & ½ *.

lire l’entrée du jeudi 23 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 25 avril 2015, 11 h 06Vendredi 24 avril 2015. Saint Fidèle — 114/251. Plieux. Levés très tard, après le passage de Céline dans la bibliothèque. Fin d’une émission de France Culture sur Vélasquez. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et couverte “Grand Finkielkraut”. Comptes : + 1685,36 (inchangé) / “ À venir, - 720,01 / Agenda. 11 :32 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, Couverte 100x100 n° 42, Grand Finkielkraut, et trois images du 19 avril, deux vues de Beaumont-de-Lomagne et une de Castéron. Le Jour ni l’Heure, dessus de cheminée à Plieux (avec Théodora), détail du Grand Finkielkraut et église Saint-Cyr-&-Sainte-Julitte de Cumont. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade au Cassé avec Pierre. Atelier, couverte 60x60 n° 67 ( ?), “aux trois blancs”. Lecture par Pierre de Bruno Caye, Le Lieu de ne rien faire. Communiqué de l’In-nocence (la petite Berenyss). Répondu à divers messages, remerciements, etc. Dîné aux nouvelles, lentilles, carottes, pommes de terre, poires à la vapeur et figues au sirop. Remontés aussitôt après. Beaucoup travaillé à la correction du texte “Le grand remplacement” pour la nouvelle édition du livre du même nom. Avancé seulement de quinze pages (de 34 à 50 de l’édition précédente). Journal. Couché à 1 h. & ½.

lire l’entrée du vendredi 24 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 26 avril 2015, 11 h 12Samedi 25 avril 2015. Saint Marc — 115/250. Plieux. Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, autoportrait de Zyslav Ruszkowski. L’IN-NOCENT. Émission de Finkielkraut sur le conservatisme avec Roger Scruton, que je lui avais jadis recommandé, et Jean-Pierre Le Goff, assez décevante. Comptes : + 1780,13 / vir. Kobo (kindle ?), + 94,77 / “À venir“, - 720,01. Agenda. 11 :04 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, autoportrait de Zyslav Ruszkowski en 1938, à Flaran, église de Cumont, Grand Finkielkraut (dét.), intérieur à Plieux. Une seule journée de décembre 1972, Les Mots et les Choses. Le Jour ni l’Heure, divers cartons meyeriens, deux autres autoportraits de Ruszkowski, À l’oasis, d’Eugène Fromentin, Flaran. Bain. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Grand Remplacement, poursuite de la relecture du texte du même nom pour la nouvelle édition. Cessé le travail à 4 h & ½. Sortis à 5 h – le ¼. Saint-Créac, Castéron, Lamothe-Cumont, Beaumont-de-Lomagne. Église Notre-Dame-de-l’Assomption, ouverte, mais très sombre. Hôtel Long, fait le tour par l’extérieur, vu un peu la façade postérieure par-dessus le mur. Découvert la dite ”Maison des Lumières”, très bel hôtel néo-classique, remarquable façade postérieure, à double colonnade, vue également par-dessus le mur de la (même) rue latérale (que l’hôtel Long). Jolie “maison du chevalier”. Été au centre Midi-Gascogne de Réadaptation cardio-vasculaire, vu presque ensemble MM. Beaumont & Coulet, qui étaient l’un et l’autre dans le jardin. Conversation autour d’un banc, au soleil chaud, près d’un curieux arbre aux fleurs bleues, avec vue sur Beaumont et son église, en présence de Mme Lavauden. Repartis un peu après sept heures, avec l’intention d’aller “dîner” à la “fête à Gimbrède”. Très beau soir de printemps, aux ombres longues sur les champs. Esparsac. Maumusson. Montgaillard. Poupas  — pour la première fois, bien vu le château, XVIe-XIXe, apparemment abandonné. Miradoux. Gimbrède, mais la “fête” à 8 h & ½ est à peine commencée et il n’y a rien à manger. Essayé la Plancha à Castet-Arrouy mais c’est fermé, malgré information contraire sur la porte. Rentrés un peu piteusement à la maison. Lentilles, pommes de terre, carottes, poires à la vapeur, framboises et figues au jus. Revu Soupçons (Suspicion), de Hitchcock, 1941. Repris la relecture-correction du texte “Le Grand Remplacement”, qui doit être en deuxième position dans le nouveau livre. Trouvé beaucoup de fautes et de coquilles. Fini la relecture. Journal. Longues et vaines recherches sur l’hôtel “Maison des Lumières”, architecturalement. Autoportrait. Couché à 2 h & ½.

lire l’entrée du samedi 25 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 27 avril 2015, 11 h 41Dimanche 26 avril 2015. Souvenir des Déportés — 116/249. Plieux. Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, assez bon autoportrait de la nuit et “Maison des Lumières” à Beaumont-de-Lomagne. Temps gris. Déjeuné en bas. Agenda. 10 :44 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et bon autoportrait de la nuit, “Maison des Lumières” à Beaumont-de-Lomagne, deux autoportraits de Ruszkowski, un Fromentin, tous trois tableaux de Flaran, vus le 11 mars 2015. Pierre copie l’entrée d’une journée de décembre 1972, notes à propos de Les Mots et les Choses. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, église de Saint-Martin-de-las-Oumettes, théorème de Fermat sur le socle de sa statue à Beaumont, église de Beaumont. Bain. Concerto de Schumann. Suite de la correction de l’entrée de la veille du journal, mise en ligne vers 6 heures. Brève promenade avec Pierre sous la pluie, jusqu’à la rangée de chênes sur le chemin de la Rouquette. Atelier, couverte “aux trois blancs” (60x60 n° 67 ?), mais justement il n’y a plus de blanc. Lecture par Pierre de Le lieu de ne rien faire, de Bruno Caye. Journal télévisé. Dîner, vague gratin peu gratiné de pommes de terre et de courgettes, salade d’endives. Regardé Jeremiah Johnson. Écrit à Me Hourdin. Écrit à un étudiant ivoirien qui fait une thèse sur Roman Roi et Roman furieux. Ajouté une phrase à Ørop, supprimé la dédicace à Jacques-Théodore Giraud, à la demande de ses parents. Journal. Autoportrait bâclé. Couché à 2 h.

lire l’entrée du dimanche 26 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 28 avril 2015, 10 h 14Lundi 27 avril 2015. Sainte Zita — 117/248. Levé à 8 h. Été immédiatement à Lectoure, au laboratoire, pour une analyse d’urine, après la fin du deuxième traitement. Rentré vers 9 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, indifférent, et château de Poupas. Chien Le Coz particulièrement insupportable. Téléphoné à la mairie mais le maire n’est pas là. Agenda. 11 :01 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, château de Poupas, église de Saint-Martin de las Oumettes, théorème de Fermat et église de Beaumont. Une journée de décembre 1972, lecture de Les Mots et les Choses, notes, suite. Journal 2015, commencé la relecture de l’entrée de la veille. Le Jour ni l’Heure, bonne vue du moulin du Comte ( ?), sur l’Arratz, Flamarens dans la série “La Place du mort”, état des travaux de la tour Saint-Mère, le tout le samedi 25 mars. Bain. Envoyé copie du jugement à Me Hourdin. Signé et numéroté les deux volumes de Le Jour ni l’Heure 2010 et 2011 pour M. Antoine Granger. Payé 2990 € d’impôts pour le premier trimestre. Pierre va à Lectoure poster bcp de choses, mais trouve la poste close. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre au Cassé, demi-pluie. Douleurs à la jambe gauche, surtout au genou, goutte, rhumatismes ? Pas d’atelier, plus de peinture blanche, plus de toiles classiques. Communiqué pour le parti. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, salade d’endives, poires à la vapeur et salade. Vu un documentaire sur l’immédiat après-guerre, 1944-1951, pas mal. Travaillé à Discours de chambre, maintenant qu’on a les deux jugements. Tâché de renouer avec Farreny, au cas qu’il serait rentré de voyage. Le Grand Remplacement, relecture de “La Nocence, instrument du Grant Remplacement”. Arrêté à minuit. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du lundi 27 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 29 avril 2015, 11 h 21Mardi 28 avril 2015. Sainte Valérie, 118/247. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, de série, et petite église Saint-Maur et ses compagnons de Maumusson, samedi 25 mars 2015. Beau temps. Chien Le Coz pénible. Comptes : + 1721,55 / prél. Orange, - 40,68 / prél. Le Monde, - 17,90 / “À venir”, - 661,43. Agenda. 10 :10 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et église de Maumusson, plus trois autres photographies du samedi 25 mars 2015. Agenda de 1972, copié une journée de plus, notes de lecture des Mots et les Choses. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Commencé le texte pour “Boulevard Voltaire”, “Exit le latin, entre Jamel Debbouze ”. Le Jour ni l’Heure, trois images de Beaumont-de-Lomagne le 25 mars 2015. Pierre va à Lectoure poster un tas de choses, dont les deux volumes de Le Jour ni l’Heure de M. Granger (2010-7 & 2011-6). Livraison Demesmæcker, châssis, mais pas commandé assez de peinture, ou bien les tubes n’ont pas tous été livrés. Bain. Fini l’article pour “Boulevard Voltaire” et l’envoyé juste avant la réunion de chantier prévue. 5 h & 1/4. : M. l’architecte en chef des Monuments historiques Stéphane Thouin, M. Manoer le charpentier, M. Sourbès Jr. le maçon. Ces messieurs gravissent les quatorze étages d’échafaudage de la tour (sans moi). Conversation dans la cour, plus détendue que la dernière fois, malgré les trous. Promenade rapide avec Pierre, retour par le chemin de l’église pour éviter Mme L. et son chien (toujours aussi charmant, au demeurant, quoique insupportable). Atelier, couverte 60x60 n° 67, beaucoup blanchi, beaucoup épaissi, mais perplexe sur le résultat. Lecture par Pierre de Le Lieu de ne rien faire, de Bruno Caye. Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux girolles, poires à la vapeur, framboises et myrtilles. Vu Les Chiens de paille (Straw Dogs), 1970, de Sam Peckinpah (à cause de la vie en Cornouailles !). Repris Le Grand Remplacement, texte “La Nocence, etc.” ( !). Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du mardi 28 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 30 avril 2015, 10 h 56Mercredi 29 avril 2015. Sainte Catherine de Sienne — 118/247. Plieux. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, routinier, et grand paysage avec Flamarens. Article paru dans “Boulevard Voltaire”, réactions polies. Échanges avec Mme Gila Walker, la traductrice de Vie du chien Horla, qui doit venir déjeuner. Tél. de l’ex-sous-préfet, selon lequel Edwy Plenel me dénonce comme le grand inspirateur de Manuel Valls (« les intellectuels identitaires ont imposé leurs vues et gagné la partie ») (ça ne me frappe pas…). Comptes : + 1721,55 (inchangé) / “À venir”, - 661,43. Agenda. 11 :04 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, autoportrait de la nuit, grand paysage avec Flamarens, trois autres vues de Beaumont-de-Lomagne le 25 avril. Une journée de décembre 1972, notes de lecture sur Les Mots et les Choses, suite. Journal 2015, entrée de la veille, début de la relecture. Le Jour ni l’Heure, autre vue du château de Poupas, Raminou, chat de Suzanne Valadon. Mme Gila Walker, traductrice de Vie du chien Horla, ici peu avant deux heures. “Apéritif” avec elle dans la bibliothèque (floc de Gascogne). Déjeuner en bas, salade de poulet, saint-émilion, fromage, gâteau de la maison Labat de Valence-d’Agen. Café dans la bibliothèque. Grande promenade à trois dans le parc du château de Magnas : Tourreille, fontaine de Magnas, Arc., tour de Magnas, château. Rentrés peu avant huit heures. Mme Walker reprend la route du Médoc. Journal télévisé, suite de la salade de poulet (moi seulement, mais cale), biscuits et fruits secs. Un peu de la Passion selon Saint Matthieu. Remontés vers 9 h & ½. Le Jour ni l’Heure, suite, cochons de Rowlandson (Flaran). L’IN-NOCENT. Reprise des échanges avec Farreny (Ørop, Discours de chambre). Le Grand Remplacement (entretien pour Le Nouvel Observateur). Journal. Couché à 1 heure. 

lire l’entrée du mercredi 29 avril 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 1er mai 2015, 10 h 28Jeudi 30 avril 2015. Saint Robert — 120/245. Plieux. Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et “intérieur à Magnas” (tour). L’IN-NOCENT. 10 :50 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et intérieur de la tour de Magnas, Rowlandson et Valadon de Flaran, château de Poupas. Pierre copie une page de l’agenda 1972, décembre. Écris aux Téchiné. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Collation de restes, trois excellents sandwiches de poulet, jambon et mimolette, floc de Gascogne et gâteau fraisier qui restait. Le Jour ni l’Heure : trois photographies de la veille, Mrs Walker et Pierre dans la tour de Magnas, la “porte étroite” à Magnas, couverte 67 dans le miroir de la bibliothèque (à l’envers, donc). Bain. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Tombe de sommeil, me prépare à dormir malgré la menace du chien de la voisine, mais tél. de M. Dellinger, qui compte passer. Vais au cap de Cassé en attendant, rencontre en chemin Pierre qui rentre du collège, il vient avec moi. Dames Lavauden. Trouvons M. Dellinger au retour, il a apporté du matériel nouveau pour les enregistrements, il m’en explique le fonctionnement mais je ne suis pas sûr de passer l’épreuve. Suite de l’aménagement d’un “studio de campagne” dans la salle des Vents. Atelier, “écrasé” la couverte n° 67 (blanc, rose, beige, ou “aux trois blancs”), avec d’assez bons résultats. Autre couverte mise de côté, 60x60 n° 55, récentes interventions au fusain, gris, beige. Dîné aux nouvelles, semoule, carottes, haricots verts et restes de poulet (couscous, en somme), poires à la vapeur et framboises, tuiles. Revu avec beaucoup de plaisir Profession : Reporter, d’Antonioni (Professione reporter, The Passenger, 1974). Écrit à David Farreny. Curieux message de Michel Vidart d’Egurbide. Le Grand Remplacement. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 30 avril 2015 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site