Le Jour ni l’Heure
mai 2015

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 2 mai 2015, 10 h 10Vendredi 1er mai 2015. Fête du Travail (Férié) — 121/244. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et hôtel de la Gloria dans Profession : Reporter. Déjeuné en bas avec Pierre. Comptes : + 1206,26 / Blurb, - 261,36 / hôtel Bourgogne et Montana, - 157,02 (envoi d’objets oubliés) / Amazon, - 152,51 (Ronsard pour ma tante) / vir. Amazon Lux, + 128,59 / abbaye de Flaran, cat. Simonow, 18.04.15,- 40,00 / Artempo Agen (fournitures beaux-arts), - 34,60 / vir. Apple, + 11,71 / Lulu Enterprise (Ørop), - 7,97 / Id. / vir. Amazon, + 5,84 / Agenda. 10 :007 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et photogramme de Profession : Reporter. Deux vues du mercredi 29 avec Mme Walker, couverte 60x60 n° 65. Jours de décembre 1972, Pierre saisit les notes à partir de Les Mots et les Choses. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Grand Remplacement, “Adresse à Marine Le Pen”, relecture. Le Jour ni l’Heure, trois autres photogrammes de Profession : Reporter. Bain. Franz Schrecker. Promenade sous la pluie avec Pierre, sur le plateau, jusqu’aux chênes. Atelier, couverte 60x60 n° 55, révision, fusain, et couverte nouvelle 60x60 n° 71, Le Vase rose aux monnaies du pape, qui vient bien. Lecture par Pierre de Bruno Caye, Le Lieu de ne rien faire. Écrit au Conseiller Hourdin, à une dame qui désire visiter le château, à M. Ange-Eugène Amonky. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, excellent omelette au jambon, aux pommes de terre, aux fromage et aux champignons ; poires à la vapeur et aux framboises. Vu L’Homme au complet blanc, 1951, d’Alexander Mackendrick, avec Alec Guiness. Le Grand Remplacement, suite, “L’Homme remplaçable”. Journal, mais crise de sommeil.

lire l’entrée du vendredi 1er mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 3 mai 2015, 10 h 00Samedi 2 mai 2015. Saint Boris — 122/243. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, bon autoportrait de la nuit, tragique, et portrait de son oncle par Toulouse-Lautrec, fusain, Flaran, 11 mars 2015. Agenda, dû reconstituer la journée de la veille, en partie perdue, effacée, comme plusieurs fois dernièrement. Agenda. 09 :57 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait munchien de la nuit, portrait de son oncle par Toulouse-Lautrec (fusain), trois photogrammes de Profession : Reporter. Fini la transcription de l’agenda 2012. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Échanges (écrits) avec David Farreny, il met en vente l’édition sur papier d’Ørop et prépare celle de Discours de chambre. Je travaille pour ma part au Grand Remplacement. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux animaliers de Flaran, suite, Charles Émile Jacque, Constant Troyon, Henryk Gotlib, 11 mars 2015. Correspondance avec Farreny, suite. Promenade au cap du Cassé avec Pierre. Atelier, couverte 60 x60 n° 71, Le Vase rose aux monnaies du pape, phase positive. Lecture par Pierre de Bruno Caye, Le Lieu de ne rien faire, finissons, passons au Camp de saints. Autoportrait dans l’escalier, avec le (grand) portrait de Finkielkraut. Le Grand Remplacement, “L’homme remplaçable”. Dîné aux nouvelles, quenelles de légumes, chutney, pommes de terre, carottes ; poires à la vapeur et framboises. Revu A Royal Affair, jusqu’au moment où ça tourne vraiment très mal pour Struensee. Suite des travaux pour Le Grand Remplacement, fini la relecture de L’Homme remplaçable. Journal, mais attaque de sommeil. Couché à 1 h et ½.

lire l’entrée du samedi 2 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 mai 2015, 9 h 25Dimanche 3 mai 2015. Saints Philippe & Jacques — 123/242. Plieux. Peu dormi. Douleur au bas-ventre à droite. Levé à 7 heures. Autoportrait de la veille, dans l’escalier, avec le portrait de Finkielkraut, et dét. du Vase rose aux monnaies du pape. Déjeuné en bas avec Pierre. Temps gris et froid. 09 :43 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Vase rose aux monnaies du pape (60x60 n° 71), trois tableaux animaliers de Flaran le 11 mars, Jacque, Troyon, Gotlib. Agenda de 1971, janvier. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, suite. Sieste avec Pierre */2. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Flaran, Ruszkowski, chien Oscar, vaches, Sir William Beechey. Quintette de Niels Gade. Deux quintettes avec piano de Berwald. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre au cap du Cassé. Atelier. Couverte 60x60 n° 71, Vase rose aux monnaies du pape, vient toute seule. Lecture par Pierre du Camp des Saints. Dîné aux nouvelles. Tarte aux épinards et champignons, salade d’endives aux noix. Revu Ghost Writer, de Polanski, bien. Écrit à Mme Gila Walker. Échanges divers avec David Farreny qui a mis en place l’édition sur papier définitive d’Ørop et l’édition “test” de Discours de Chambre. Travaillé à la nouvelle édition du Grand Remplacement, discours divers (“de la place d’Italie”, 8 décembre 2013). Journal. Autoportrait. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 3 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 6 mai 2015, 15 h 00Lundi 4 mai 2015. Saint Sylvain — 124/241. Plieux. Levé avant 7 h av. Pierre. L’IN-NOCENT, tweets et retweets divers. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et joli saint militaire de Flaran, bois polychrome, XVIIe s., Tourrenquets. Agenda. 09 :10 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et quatre images de Flaran le 11 mars 2015, saint Maurice, Ruszkowski, Beechey. Cinq journées de janvier 1971. Journal 2015, entrée de la veille, suite. Le Jour ni l’Heure, jardin de Flaran et paysage de fin d’hiver le 11 mars 205, château d’Aubry-en-Exmes le mercredi 20 août 2014. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mis en ligne. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au chemin de la Bonnefont. Atelier. Couverte 60x60 n° 71, Le Vase rose aux monnaies du pape. Lecture par Pierre du Camp des Saints. Remontés vers 7 heures. L’IN-NOCENT, cartons meyeriens. Communiqué pour l’In-nocence, sur les terrains à bâtir dans un village normand. Dîner aux nouvelles, tarte aux poireaux et aux girolles, salade verte aux amandes, poires à la vapeur et framboises. Revu Dark Passage (Les Passagers de la nuit), 1947, de Delmer Daves. Le Grand Remplacement, “Discours de Notre-Dame”, sans pouvoir finir. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 4 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 6 mai 2015, 14 h 58Mardi 5 mai 2015. Sainte Judith — 125/240. Plieux. Levé à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, doublon du précédent, mais beaucoup mieux, et retour au château d’O, mercredi 20 août 2014. Temps gris. L’IN-NOCENT, énormément d’échanges toute la matinée, elle y passe. Bon message de Me Hourdain à propos de l’opinion de Me Boucard. Lui répond. Considérable retard. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies d’O le 20 août 2014. Question de moi à la Grande Table, Ronny Brauman. Comptes : + 1090, 36 / “À venir”, - 1215, 19 (détail indisponible “suite à un incident technique”. Agenda. 15 :29 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, photographies de Flaran le 11 mars 2015 et d’O le 20 août 2014. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise ne ligne. Même pas le temps de prendre un bain ! Parlé à Emmanuelle Duverger, qui m’apprend que quatre policiers sont en train de perquisitionner à la mairie de Béziers. Écrit le texte pour “Boulevard Voltaire”, justement sur “l’affaire Ménard” (“Béziers mon amour”). Fini seulement vers 8 heures et demi, après quelques incidents techniques dus à la fatigue, la nervosité et la précipitation. Dîné en regardant Quo Vadis, avec nouveaux sous-titres en parfait petit-bourgeois (“Il était chez Néron ce midi”). Jardinière de légumes, cœur d’artichauts, carottes, … et gnocchis. Poires à la vapeur et framboises. Promenade nocturne avec Pierre sur le rempart nord. Atelier, couverte 60x60 n° 71, Vase rose aux monnaies du pape. Lecture par Pierre du Camp des Saints. Remontés vers 11 heures. Toute sorte de courrier en attente de réponse ou de scan, y compris pour les archéologues et les Monuments historiques, urgent (mais le scan ne marche plus depuis le changement d’appareil). L’IN-NOCENT, beaucoup d’activité comme toute la journée. Journal. Couché à 2 h - 20.

lire l’entrée du mardi 5 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 7 mai 2015, 12 h 12Mercredi 6 mai 2015. Sainte Prudence — 126/239. Plieux. Levé à 8 h - 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille au soir et sibylle du château d’O, le 20 août 2015. Article “Béziers mon amour” paru dans “Boulevard Voltaire”, beaucoup de commentaires, tous favorables, mais à la cause de Robert Ménard, pas spécialement au texte. Écoute en différé une émission de France Culture diffusée le matin même à 6 h & ½, “Si Roland Barthes était vivant, serait-il encore ami avec Renaud Camus ? ”, correcte (à ceci près que j’y suis présenté comme “l’un des principaux porte-parole du FN” !!!). L’IN-NOCENT. Comptes : - 24,83 / prél. Credipar (voiture), - 759,88 / prél. Sofinco, - 310,80 / prél. Cardif (assurances emprunt), - 119,51 / vir. Paypal, + 100,00 / prél. Télérama, - 25,00. Agenda. 12 :26 /// Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du château d’O, 20 août 2014. Bain. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre au cap du Cassé. Atelier. Couverte 60x60 n° 71, Le Vase aux monnaies du pape, repris les monnaies, repris le vase. Pierre lit Le Camp des Saints. Communiqué sur “l’affaire Ménard” pour l’In-nocence. Dîné aux nouvelles. Tarte aux épinards, aux noix et aux girolles, salade verte. Vu, pour des raisons égloguo-libidinales, Parker, de Taylor Hackford, avec le sexy Jason Statham. L’IN-NOCENT. Le Grand Remplacement, discours dit “de Grenelle”. Journal. Autoportrait. Couché à 1 h. & ½. 

lire l’entrée du mercredi 6 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 9 mai 2015, 19 h 10Jeudi 7 mai 2015. Sainte Gisèle — 127/238. Plieux. Levé à 8 h. – 20. Beau temps. Mme Taubira reçue par Marc Voinchet. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Médavy, 20 août 2014. L’IN-NOCENT. Apprends par “Boulevard Voltaire”, qui me demande un article à ce sujet, la mort de Claude Durand. Appelle plusieurs fois Hélène Guillaume, sans parvenir à la joindre. Parle à Marie Lafitte, en Bretagne. Comptes : - 4017,09 / chèque impôts + cotisations sociales, - 2990,00 / chèque Céline, - 980,46 / Cotisation “Esprit libre”, - 21,80/ “À venir”, - 583,20 / “Vous êtes débiteur depuis 2 jour(s)” / Agenda. 12 :07 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, château de Médavy de profil. Le Jour ni l’Heure, château de Médavy de face, hôtel Pavillon de Gouffern, château de Bourg-Saint-Léonard. Cinq journées de janvier 1971, fini le mois. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain, vers 4 h. Article demandé par “Boulevard Voltaire” sur la mort de Claude Durand, hommage. Dîné aux nouvelles, quenelles de légumes et jardinière, salade verte aux amandes, poires à la vapeur et framboises. Revu La Dame de Shanghai. Promenade nocturne avec Pierre jusqu’à Saint-Vidal. Atelier, Couverte 60x60 n° 71, Le Vase Rose aux monnaies du pape, monnaies, vase. Lecture par Pierre du Camp des Saints. Remontés après 11 h. Écrit à M. Guillaume Autier qui proposait son aide pour les affaires judiciaires. Écrit à Afchine Davoudy à propos d’une couverture pour la nouvelle édition du Grand Remplacement. Le Grand Remplacement, “Discours de Grenelle” ( !). Journal (copié/collé l’article sur Claude Durand). Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 7 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 9 mai 2015, 19 h 05Vendredi 8 mai 2015. Victoire de 1945 (Férié) — 128/237. Plieux. Levés à 8 h. L’article sur Claude Durand ne figure pas dans “Boulevard Voltaire”. Nombreux échanges toute la matinée avec un certain “Frédéric”, tout à fait poli malgré son absence de nom, et apparemment aussi étonné que moi de l’absence de l’article. Plus tard il paraît, mais avec en sous-titre un exergue absurde et très embarrassant pour moi (“Nos relations étaient purement professionnelles”), et sans italiques, même pour les titres d’ouvrage. Puis, encore plus tard, l’exergue a été changé et les italiques rétablies. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille à l’aube et belles écuries du château de Bourg-Saint-Léonard. Belles variations de Jérôme Vallet sur la couverte 60x60 “Le Château”. Comptes : - 2879,00 / vir. retraite, + 1138,09 / “À venir”, - 583,20 / “Vous êtes débiteur depuis 3 jour(s). Agenda. 12 :37 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, trois photographies du 20 août 2014, Le Bourg-Saint-Léonard, Chambois. Bain. Décidé d’aller à Madaillan, dont les “parties sommitales” pourraient donner  des indications sur ce que furent celles de Plieux, sans compter qu’il s’y trouve une galerie de bois qui pourrait également servir de modèle pour la façade est. Tél. pour un rendez-vous. Sainte-Mère, Agen, Colayrac-Saint-Circq (photographié un curieux bâtiment), Saint-Hilaire-de-Lusignan, Cardonnet, arrivé au château à 5 h. pile, comme prévu. “Baron” Jacques Aurin, et son fils qui tend la pelouse, futur “baron de Madaillan”. Château superbe, site magnifique, aménagements actuels (modernistes 1980) plus contestables. Visite sous la houlette du baron, avec une dizaine d’autres visiteurs. Jolis petits jardins en terrasse. Tour en voiture et à pied, ensuite, pour voir le château à distance, sous tous les angles. Excellente lumière, bonnes vues. Jolie église de Marsac, très belle chartreuse de Lavedan, XVII-XVIIIe s., lac entre Lavedan et Arasse, Artigues, autre belle chartreuse, mais environnement pavillonnaire et banlieusard décourageant. Château de Lacassagne, Napoléon III, beaux peupliers. Port d’Agen, curieusement jamais vu, assez impressionnant. Impérial Buffet (“Pong”), une tuerie (saumon, brochettes de seiche, poulet sous les trois espèces, canard laqué, beignets d’acacia, glace à la vanille, au café, au citron, macaron, etc.). Autoportrait dans la zone commerciale, Fly. Rentrés vers 10 heures. Journal 2015, entrée de veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Journal. Couché à 2 h. et ½.

lire l’entrée du vendredi 8 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 10 mai 2015, 10 h 37Samedi 9 mai 2015. Saint Pacôme — 129/236. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, assez bon autoportrait de la veille, FLY., à Agen, et bonne vue du château de Madaillan. L’IN-NOCENT, beaucoup d’activités, brûle mes vaisseaux sur Poutine et la Russie, à propos des commémorations du “9 mai”. 12 :30 /// Le Jour ni l’Heure, échafaudages à Plieux, manoir de Lavedan à Laugnac, château de Madaillan. Bain. Promenade dans la vallée avec Pierre, jusqu’au gué, et retour par Subervie et l’avenue Lou Tapet. Atelier, Le Vase rose aux monnaies du pape. Lecture par Pierre du Camp des Saints. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille (et de l’avant-veille, oublié, pour l’agenda). Photographies de la veille et du 29 août 2014, Le Bourg-Sait-Léonard, Chambois. Dîné aux nouvelles, lentilles, carottes, pommes de terre ; poires à la vapeur et framboises. Tél. d’Hélène Guillaume, l’enterrement de Claude Durand aura lieu mercredi. Revu The Big Lebowski, 1998, des frères Cohen. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Grand Remplacement, y mis Suicide d’une nation, dont commencé la relecture, à peine. Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du samedi 9 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 11 mai 2015, 10 h 42Dimanche 10 mai 2015. Fête de Jeanne d’Arc — 130/235. Plieux. Levés à 7 h et 1/2. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et maison bizarre de Colayrac-Saint-Cirq, mais erreurs de ma part et problèmes techniques du côté de Flickr, beaucoup de temps perdu. Déjeuné en bas avec Pierre. Beau temps. Agenda. 10 :33 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, pas mal, maison à Collayrac-Saint-Cirq, château de Madaillan et manoir de Lavedan le 8 mai, échafaudages à Plieux le 9. Chronologie, dix journées de février 1971. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, église de Cardonnet et deux autres vues du château de Madaillan. Bain. Journal 20015, mise en ligne. Promenade avec Pierre au cap du Cassé, par un grand et chaud soleil. Rencontré les Coulet-Lavauden, lui en “permission” de Beaumont-de-Lomagne, où il a encore une semaine à tirer, mais tout à fait bonne mine ; Stéphane Baumont est sorti hier. Atelier, Couverte 60x60 n° 71, Le Vase rose aux monnaies du pape. Arrivée de M. Dellinger à 6 heures, comme convenu. Séance d’enregistrement avec lui, pour tester le nouveau “studio”, mais suis nettement mauvais, à son avis très justifié (il ne le dit pas comme ça). Beaucoup d’activités de L’IN-NOCENT toute la journée, tweets assez risqués. Dîné aux nouvelles, deux omelettes aux fleurs d’acacia, la première aux pommes de terre, la deuxième sucrée. Revu Les Tricheurs, de Marcel Carné, 1958. Le Grand Remplacement, suite de la relecture de “Suicide d’une nation”. Journal. Couché à 1h et demie. 

lire l’entrée du dimanche 10 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 12 mai 2015, 10 h 04Lundi 11 mai 2015. Sainte Estelle — 131/234. Plieux. Levé à 8 h – le ¼. Le Jour ni l’Heure, très bon autoportrait de la nuit et galerie de bois du château de Madaillan, mais Flickr ne marche pas, impossible de mettre les photographies en ligne, beaucoup de temps perdu. Tél. de Marie Lafitte. Agenda. 10 :21 ///  Le Jour ni l’Heure, toute sorte de difficultés et énorme temps perdu avec Flickr, qui ne marche plus. Prépare néanmoins les photographies mais ne peux les mettre en ligne. Agenda. L’IN-NOCENT. Journal, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, prépare trois autres photographies mais ne peux les mettre en ligne à cause Flickr en panne. Bain. Journal 2015, mise en ligne de l’entrée de la veille. Écrit le texte pour “Boulevard Voltaire”, n° 28 de la nouvelle série, “2017, encore une occasion perdue ?”, qui ne pourra être rédigé le lendemain. Promenade avec Pierre au cap du Cassé, grand soleil chaud. Atelier, Vase rose aux monnaies du pape, 60x60 n° 71, lecture par Pierre du Camp des Saints. Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Revu La Soif du mal (Touch of Evil, 1957, version remontée). Relu le texte pour “Boulevard Voltaire”. Le Grand Remplacement, fini la relecture de “Suicide d’une nation”. Journal, peu inspiré. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 11 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 14 mai 2015, 0 h 36
modifiée le jeudi 14 mai 2015, 0 h 49
Mardi 12 mai 2015.
Saint Achille — 132/233. Plieux. Levé par erreur à 7 h – le ¼, peu après le départ de Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportraits de la nuit antépénultième, très bons, et vues diverses de Madaillan, plus une vue de Marsac, commune de Laugnac, Lot-et-Garonne — Flickr marche de nouveau. Comptes : - 2807,75. Remise chèques, + 130,00, aide membres de “Riposte laïque” ou “Résistance républicaine”. Prél. Scam, - 507,00. Vir. de M. Guillaume Autier (aide juridictionelle). Échéance prêt, - 51,75. Agenda. 09 :57 /// Réunion de chantier, mais tout le monde est monté dans la tour sans passer par le corps de logis. Attrape in fine l’homme des Bâtiments de France, dont j’oublie le nom, la femme du service archéologique et un jeune homme de l’entreprise de maçonnerie. Archéologue plutôt favorable à la ré-élévation, homme d’Auch pas très optimiste, de toute façon ni l’un ni l’autre n’a de pouvoir décisionnel, comme ils me le rappellent. Monte sur la dernière plate-forme des échafaudages, mais par l’intérieur, et renonce à faire le tour quand le jeune homme de l’entreprise Sourbès me fait remarquer, et me montre, qu’évidemment ça tremble pas mal (mais que ce n’est pas dangereux du tout). Photographies, toutefois, sans intérêt. Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille, autoportrait de la veille et de l’avant-veille. Bain. Bagages. Délicate et partielle transmission de l’ordinateur fixe à l’ancien portable, pour le voyage. Chargement de la voiture, aidé par Pierre. Quitté Plieux à 3 h & ½, non sans un oubli et un retour, comme d’habitude (câble de transmission des photographies au portable). Valence-d’Agen, configuration routière très modifiée. Lauzerte, puis nouvel itinéraire pour Castelnau-Montratier, plus à l’ouest. C.-M., donc, itinéraire. Sérénade de Tchaïkovski.  Plus tard, concerto de Schumann. Très beau temps, très belle lumière. Essence (68 l.) et thé à la menthe à l’aire de la Corrèze. Limoges. Châteauroux. Raphaëlle Bacquié à propos de son livre sur Richie (Richard Descoings). Arielle Dombasle sur sa grand-mère et son enfance mexicaine. Début du feuilleton sur le procès du maréchal Pétain (ambassadeur Léon Noël, cité par la défense mais très hostile). Dîné à l’aire de Salbris, salade de lentilles et pommes de terre, jambon sauce madère, carottes et riz, tarte aux poires. Parlé à Pierre. Laure Adler reçoit Barbet Schroeder (“Barbet”). À Paris vers 11 h. et ½. Hôtel, ch. 67. Été mettre la voiture au parc de stationnement. Mauvaise connexion et difficultés avec le portable. Journal, très brièvement. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 12 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 14 mai 2015, 10 h 24Mercredi 13 mai 2015. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67.  Levé à 7 h & ½, réveillé par le gardien de nuit. Petit-déjeuner aussitôt, saumon fumé, blanc de poulet, petite tranche de jambon, œuf sur le plat, camembert. Muesli, demi-yaourt, pamplemousse, petit pain au raisin. Bain. Métro (direct), station Place Clichy. À neuf heures & demie au cimetière Montmartre pour l’enterrement de Claude Durand. Robert & Élisabeth Badinter, Édouard Balladur, Jean-Pierre Chévènement, Jacques Attali, Hubert Védrines, Hélène Carrère d’Encausse, Frédéric Vitoux, Erik Orsenna, Angelo Rinaldi, Hélène Guillaume, Marie Lafitte, Élisabeth Lévy, Dan Frank, Bernard Pivot, Ismaïl Kadaré, Serge Raffi, très aimable, Benoît Duteurtre, id., Christophe Girard, qui vient m’embrasser, Régis Debray, Hubert Védrines, etc. Longue station au portail, conversations, mais suis très isolé. Passons à l’intérieur du cimetière après l’arrivée de la dépouille mortelle, joli endroit sous les érables et les marronniers en fleur à l’intérieur du cimetière, un peu après le pont métallique. Allocutions de Jacques Attali, Robert Badinter, Régis Debray, Hubert Védrines, puis de la veuve de Soljénitsyne, très émue, entre son fils et le traducteur. Défilé devant la tombe, roses rouges. Condoléances à Carmen Durand, très élégante, beau visage, l’air bon, parfaite, ses deux fils, et le petit-fils bien aimé, assez joli garçon, qui a été élevé par ses grands-parents. Rentre à l’hôtel à midi. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et église Saint-Étienne de Marsac, Laugnac, 8 mai dernier. Article paru dans “Boulevard Voltaire” (sur les élections britanniques et l’urgence qu’il y a à ne pas les imiter), commentaires plutôt favorables, sauf une intervention fielleuse de Sylvia Bourdon, comme d’habitude. Connexion médiocre, ordinateur portable très lent de toute façon. Ressorti à 2 h & ½, re-métro. Changé à La Motte-Piquet-Grenelle, Quai de la Gare. Bibliothèque François-Mitterrand, Grand Auditorium, hommage à Claude Durand. Musique enregistrée, jolies photographies. Allocutions de Jacques Attali, de nouveau, de Jean-Pierre-Chevènement, d’un camarade de classe de Claude Durand, de Pierre Péan, d’un visiteur aux Saintes, etc. Michel Piccoli lit quelques pages de La Nuit zoologique. Erik Orsenna en lit une autre. Jeune femme aux talons très hauts, auteur de Chienne de guerre. Sophie de Closets. Cocktail ensuite dans la salle attenante. Parlé à Marie Lafitte, un peu à Hélène Guillaume (ou plutôt elles me parlent, ce qui n’est pas l’usage dans cette société,  manifestement), à un responsable de la Bibliothèque, très aimable (François Nida), à Carmen Durand, à l’un des fils, à une jeune femme qui a joué Phèdre. M. Nida me fait entrer à l’exposition sur François Ier, très recommandée par lui. Acheté le catalogue. Vu très en vitesse l’exposition Barthes, d’ailleurs assez exiguë. Dîné relativement tôt à côté de la Bibliothèque, Buffalo Grill ( ?), pour n’avoir pas ressortir. Ribs, pommes de terre frites, un verre de vin rouge (deux autres au cocktail, et sept ou huit canapés salés). Rentré à 8 h & ½. Parlé deux fois à Pierre. Re-bain. Pieds déchirés par les chaussures, comme d’habitude (Erik Orsena porte des chaussures de jogging à grosses lettres publicitaires). Journal de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Soirée assez molle et peu productive, ordinateur lent, connexion médiocre. 00 :28 /// Journal. Couché après 2 h.

lire l’entrée du mercredi 13 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 15 mai 2015, 11 h 19Jeudi 14 mai 2015. Ascension, Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 7 h & ½. Difficultés techniques encore, harcèlement par iCloud qui veut un abonnement payant (99  € par mois !). Ne peux accéder au forum réservé de l’In-nocence. Parviens toutefois à écouter en grande partie l’émission de France Culture sur Le Corbusier. Déjeuner en bas, saumon, poulet, jambon, saucisson, œuf sur le plat, camembert, salade de pamplemousse et muesli, petit pain au raisin. Parlé à Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait en mort, nuit pénultième, doublon, et chapiteaux de l’église Saint-Étienne de Marsac, Laugnac. Comptes : - 1997,75 / Retrait argent liquide, aire d’autoroute, - 40. Vir. PayPal, + 800,00 (dont 500,00 M. Henri Bès) / vir. M. Philippe Simon, + 50 / “À venir”, - 246,58 . “Vous êtes débiteur depuis 9 jour(s)”. Agenda. 10 :15 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit pénultième, doublon, et chapiteaux de l’église de Marsac, à Laugnac. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Beaucoup de difficultés techniques, suite du harcèlement par iCloud, mais l’abonnement proposé ne coûte pas 99 € seulement 99 centimes. Bain. Sorti vers 3 heures. Musée d’Orsay, file d’attente interminable. Exposition “Pierre Bonnard, peindre l’Arcadie”, monde fou, il faut jouer des coudes, mais magnifique. On peut photographier certains tableaux, ceux du musée d’Orsay, mais certains sont rarement montrés et peu connus. Abordé par une étudiant kabyle assez sexy nommé Kara, accompagné d’une Thaïlandaise. Lui m’a vu à la télévision et veut discuter, mais très aimablement, du Grand Remplacement (il m’appelle Roland Camus). Photographies mutuelles, mais tout à fait ratées de mon côté. Très long moment à l’exposition, nombreuses photographies. Bonne surprise, c’est jour de “nocturne”, le musée est ouvert jusqu’à 9 heures et demie. Vu l’exposition sur le Design italien 1910-1940, il y a aussi bon nombre de tableaux (Felice Casorati, par ex.). Puis été carrément dans les salles impressionnistes, au même étage. Nombreuses photographies là encore, détails de tableaux fameux. Rencontré Pierre Cormary, l’ai photographié devant La Pie, de Monet. Dîné au café de l’Empire, angle de la rue du Bac et de la rue de Verneuil, œufs en meurette et champignons, bon, poulet rôti, réchauffé, mangeable. La patronne a l’air un peu féroce mais l‘endroit est assez plaisant et très peu cher. Pour voisins trois psychanalystes lacaniens ( ?) “d’un certain âge” qui discutent d’un projet de numéro de revue sur la solidarité — l’objet du désir, comme dirait Proust, le contributeur qu’il faudrait à tout prix attirer, est Joseph “The Price of Inequality” Stiglitz. Addition, 19€, 50. Rentre aussi vite que possible pour essayer d’attraper Pierre avant qu’il ne dorme. Y parviens, malgré grandes difficultés avec l’appareil, je n’arrive pas à faire s’afficher les chiffres. Hôtel, parlé à Pierre, donc. Autoportrait, étude pour les gris. L’IN-NOCENT. Journal. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du jeudi 14 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 16 mai 2015, 10 h 06Vendredi 15 mai 2015. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 8 heures. Toute sorte de difficultés encore pour transposer les photographies de la veille (540, un record…). Déjeuné en bas, deux œufs sur le plat, saumon, poulet, camembert, comté, pamplemousse, ananas dans leur jus et demi-yaourt au muesli, petit pain au raisin. Parlé à Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait de M. Pierre Cormary devant La Pie. Comptes : - 1997,75 (inchangé). L’IN-NOCENT, réception critique du portrait de Pierre Cormary. 11 :10. /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, portrait de Pierre Cormary. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Sorti vers 1 h & ½. Été au Grand Palais, exposition Velasquez, attendu à peu près deux heures. Exposition, donc, dans grande foule. Librairie, catalogue, biographie, livres sur l’Espagne au XVIIe s. pour Pierre mais en fait il n’y a pas grand chose. Vu l’exposition “American Icons”, collections du musée d’Art moderne de San Francisco et coll. Fisher, assez faible, « ou c’est moi ». Pré-dîner au café et restaurant du Grand Palais, à l’angle qui fait face au pont, endroit assez prétentieux et peu efficace, pas spécialement joli à l’intérieur, bref sans grand intérêt — planche de charcuterie, correcte, sale de sucrine ( ?) au parmesan, thé. Rentré à pied, acheté deux gâteaux chez le traiteur d‘en face, thé dans la chambre, lettre d’insultes assortie de menaces de Sylvia Bourdon, à part cela rien ne marche, téléphone portable hors d’usage, ne peux avoir le clavier, toute sorte de complications sur l’ordinateur lui-même, pas d’“ascenseur” latéral, difficultés avec iCloud, beaucoup de temps perdu, Farreny injoignable, abattement. Journal, toutefois. Autoportrait. Lu Benassar, biographie de Velasquez. Couché à 1 h et ½, éteint à 2 h.

lire l’entrée du vendredi 15 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 17 mai 2015, 10 h 41
modifiée le vendredi 22 mai 2015, 10 h 13
Samedi 16 mai 2015.
Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Levé à 7 h 20, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Twombly de l’exposition “American Icons” au Grand Palais. Déj. en bas, deux œufs sur le plat, saumon, poulet, jambon, camembert, comté, puis salade de pamplemousse et ananas au muesli, yaourt d’abricot, petit pain au raisin. Téléphone ne marche toujours pas, pas de clavier, échanges avec Pierre par e-mail, réussi tout de même à parler via la messagerie, mais nous sommes tous les deux exaspérés par toutes ces difficultés. Agenda. 09 :57 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et dét. d’un Twombly de l’exposition “American Icons” au Grand Palais la veille. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne/ Bain. Bagages. Été chercher la voiture au parc de stationnement des Invalides. Quitté l’hôtel à midi-&-demi (1100 € — quatre nuits — + porteur 20). Autoroute. Jean de Loisy, Bonnard. Dormi un quart d’heure au sud d’Orléans. “Une vie une œuvre, Bruce Lee” ( !). Thé à la menthe du côté de Châteauroux. Correspondance Camus-Char. Castelnau-Montratier, Saint-Cyprien ( ?), Lauzerte, Valence-d’Agen. À Plieux à huit heures pile. Journal télévisé. Dîner, gnochis, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu “Grace de Monaco”, navet de première d’Olivier Dahan, avec Nicole Kidman. L’IN-NOCENT. Grosses difficultés pour faire passer d’un ordinateur à l’autre les photographies prises durant le voyage, n’y parvenons pas. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du samedi 16 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 18 mai 2015, 10 h 40Dimanche 17 mai 2015. Saint Pascal — 137/228. Plieux. Très bien dormi. Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, en utilisant deux ordinateurs, autoportrait de la nuit sur l’un, Bonnard du jeudi 14 sur l’autre. Déjeuner en bas. Temps gris. L’IN-NOCENT, deux tweets, agenda. 10:35 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Nu rose, tête ombrée de Bonnard, jeudi 14 mai, Twombly de San Francisco, dét., vend. 15. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, allée de la Combarade à Castelnau-Montratier la veille, dét. de L’Amandier de Bonnard, 1947, vue sur les Tuileries et le Sacré-Cœur le jeudi 14, du musée d’Orsay. Café. Bain. Lecture par Pierre du long article “Lacépède” de la Biographie universelle 1835 (par Michaud), conséquence de notre promenade du 8 mai. Promenade au cap du Cassé. Photographies de couvertes, la 67 ( ???), aux trois blancs (blanc-rose, blanc-beige, blanc-blanc), la 71 (Vase rose aux monnaies du pape). Commencé une 72, Bleu de travail du deuil, que photographiée aussitôt, en l’état Lecture par Pierre du Camp des Saints. L’IN-NOCENT. Inspecté Discours de chambre, dont premier exemplaire reçu la veille, très bien. Mais Farreny décidément injoignable. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et au fenouil, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Vu The Ladykillers, des frères Cohen, drôle. Discours de Chambre, suite, message à Farreny. Repris Le Grand Remplacement, ajouté quatre ou cinq textes (ceux de Discours de chambre, justement), il n’en manque plus que deux ou trois. Journal. Autoportrait. Couché à 2h.

lire l’entrée du dimanche 17 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 19 mai 2015, 10 h 49Lundi 18 mai 2015. Saint Éric — 138/227. Plieux. Levé à 8 h. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Couverte n° 72, ébauche de la veille, Bleu de travail du deuil. Agenda. 10 :29 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, Bleu de travail du deuil, allée à Castelnau-Montratier, détail de L’Amandier de Bonnard, vue sur Montmartre et les Tuileries, du musée d’Orsay. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, volumes d’Ørop, couvertes n° 67 & 71. Insupportables aboiements du chien Le Coz. Le Monde. Pas de communiqué. Travaillé aux deux livres en voie d’impression, Discours de chambre et Le Grand Remplacement. Aboiements du chien Le Coz, téléphoné à la gendarmerie, mais celle de Miradoux n’est ouverte maintenant que vendredi et on me conseille de m’adresser plutôt à la mairie de mon village. Atelier, Bleu de travail du deuil. Lecture par Pierre du Camp des Saints. Téléphonage de Gérard Pince. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette/La Bonnefons. Dîné aux nouvelles, aboiements continuels. Revu le début de La Mort à Venise, exaspéré par le jeu de Dirk Bogarde et par le personnage que Visconti et lui ont fabriqué. Remontés vers 10 heures. Écrit à David Farreny. Travaillé à la nouvelle édition de Le Grand Remplacement, tous les textes sont à présent réunis. Renonce à trouver une photographie de couverture, mettrai un tableau. Journal. Couché à 1h & ½.

lire l’entrée du lundi 18 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 20 mai 2015, 11 h 45Mardi 19 mai 2015. Saint Yves, 139/226. Plieux. Levé à 7 h & ½. Pluie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et tableau de Felice Casorati, portrait de Renato Gualino, 1923-1924, exp. “Dolce Vita”, musée d’Orsay, vendredi 15 mai 2015. Chien Le Coz insupportable, tél. à la mairie, mais il n’y a personne. Laisse un message. Comptes : - 1927,74 / chèque Pierre (“remb.” achats Velasquez), + 100,00 / prél. Orange, - 29,99 / “À venir”, - 1738,70 / “Vous êtes débiteur depuis 14 jour(s)”. Chien me rend fou. Agenda. 10 :42 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, portrait de Renato Gualino par Casorati au musée d’Orsay le 14 mai, assortiment d’Ørop et deux couvertes 60x60, n° 67 & 71. Dix journées de mars 1971 (fort engagement socialiste). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Lecture par Pierre de l’histoire de Madaillan. Article pour “Boulevard Voltaire”, très inspiré de l’entrée de la veille du Journal. L’envoie vers 6 h & ½. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour de La Bonnefont. Atelier, couverte 60x60 n° 72, Bleu de travail du deuil. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Regardé un peu d’un film de Sofia Coppola, Somewhere, 2010, et beaucoup d’un film grec, Xenia, de Panos Koutras. Écrit à David Farreny, à propos de Discours de chambre, qui est à peu près prêt, et du Grand Remplacement, qui ne l’est pas tout à fait et auquel travaillé ensuite. Journal. Autoportrait. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du mardi 19 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 21 mai 2015, 11 h 28Mercredi 20 mai 2015. Saint Bernardin — 140/225. Plieux. Levé peu avant 8 h. Homme très intéressant et “juste” aux matins de France Culture, sur la Syrie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Victorine Meurent du Déjeuner sur l’herbe. Dû corriger la reproduction d’un Bonnard, m’étais trompé de tableau (ou plutôt de notice dans le catalogue). Tél. d’Emmanuelle Duverger. Comptes : - 93,91 / vir. Fayard (droits !, un miracle… ), + 783,99 / vir. Paypal (ventes, “abonnements de soutien”, un album Le Jour ni l’Heure (2012) (M. Granger)), + 600,00 / vir. PayPal (don de M. Henri Bès), + 500,00 / prél. Orange, - 50,16 / “À venir”, - 1688,54 / “Vous êtes débiteur depuis 15 jour(s)”. Agenda. 11 :37 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Victorine Meurent et main du Déjeuner sur l’herbe, Tunafish Disaster de Warhol le 15 mai, Paysage au Cannet de Bonnard, dét., le 14 mai, comme les Manet. Jours de 1971, fini mars, aidé par Pierre (chronologie dans la chronologie, voyages en Angleterre et en Italie dans les années soixante). Le Jour ni l’Heure, portrait de Manet dans L’Atelier aux Batignolles de Fantin, M. Kara Kara et son amie thaïlandaise à l’exposition Bonnard, détail du courrier dans le portrait des frères Bernheim-Jeune par Bonnard, 1920. La rentrée inattendue en provenance de Fayard (droits pour 2014, 783,99 €) m’a ramené à 93 € du “solde positif”, tape donc Pierre de 100 € (en fait il en mettra 200) que nous décidons de porter d’urgence à la banque. Justement, et par coïncidence, tel. de Mme Colin, successeur de M. Tejada : la banque n’a pas payé l’architecte parce que j’avais omis d’écrire en toutes lettres la somme à acquitter — il faut donc passer à la banque, ce que nous nous apprêtions à faire de toute façon. Fleurance, donc. Mme ou Mlle Colin, jeune femme aimable. Profitons de l’expédition pour aller voir Jeanne de Loynes, jolie promenade entre deux pluies le long du beau chemin qui passe derrière chez elle. Beaux ciels. Rentrés vers 6 h. Atelier directement, couverte 60x60 n° 72, Bleu de travail du deuil. Lecture par Pierre du Camps des Saints. Remontés vers 7 h, Le Monde. Commencé un communiqué pour l’In-nocence. Dîné aux nouvelles, gnocchis et légumes en salade, poires à la vapeur et framboises. Vu Journal d’une femme de chambre, de Bunuel, avec Jeanne Moreau. Autoportrait dans la salle des Pierres. Remontés vers 10 h et ¼. Toute une agitation bourdonienne au courrier, S. B. tâchant d’animer contre moi la cour et la ville antiremplaciste — la pauvre femme a cette fois tt à fait perdu la tête. M’abstiens. Fini le communiqué pour l’In-nocence. Écrit à MM. Farreny à propos des publications en cours, Cheyrouze à propos de couvertures éventuelles pour le Grand Remplacement, Autier pour le remercier. Échanges aussi av. Éric Marty, dans la journée, à propos de l’album Barthes. Journal, mais tombe de sommeil, dois m’interrompre. 

lire l’entrée du mercredi 20 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 22 mai 2015, 10 h 11Jeudi 21 mai 2015. Saint Constantin — 141/224. Plieux. Levé à 7 h & ½. Très beau temps. Palmyre tombée, mais tout à coup on dirait que ce n’est plus si grave. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Pierre en “prêcheur” sur le seuil de Jeanne, à Fleurance. Comptes : + 106,09 (“repassé positif” ! (grâce à P.)), vrst espèces (Pierre), + 200,00 / “À venir”, - 1688,54. Agenda. L’IN-NOCENT. 11 :13 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, portrait de Pierre chez Jeanne la veille, Manet par Fantin, M. Kara et son amie, détail du portrait des frères Bernheim-Jeunes par Bonnard. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, fin de la rédaction. Le Jour ni l’Heure, NON, nouveau carton meyerien, Bonnard au châle, intérieur chez Jeanne la veille, horloge du musée d’Orsay le 14 mai comme le Bonnard. Debussy, transcription du Faune pour octuor, Ravel, Introduction et Allegro, Debussy, Sonate pour flûte alto et harpe, Quintette avec clarinette oo. 115 de Brahms. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence. Promenade au cap du Cassé avec Pierre, temps ensoleillé étonnamment froid. Atelier, Bleu de travail du deuil. Dîné aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et salede verte, poires à la vapeur et framboises. Vu Maps to the Star, de Cronenberg, qui, combiné avec la prise de Palmyre, m’a donné le sentiment que c’en était fait de nous, de notre civilisation et de notre race. Lettre à Guy O’Lanyer avec un chèque de 200 € pour la tombe Collier, à Chamalières. Écrit à M. Carcagno. Écrit à M. Cheyrouze. Vaisseaux brûlés. Journal. Autoportrait. Couché, à 1 h & ½. 

lire l’entrée du jeudi 21 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 23 mai 2015, 12 h 01Vendredi 22 mai 2015. Saint Émile — 142/223. Plieux. Levés à 7 h 20. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Baudelaire de Fantin, dét. de l’Hommage à Delacroix, Orsay, 14 mai. Tâché de diffuser les deux derniers communiqués de l’In-nocence, mais difficultés avec Facebook, temps perdu. Comptes : + 41,94 / prél. Orange, - 64,15 / “À venir”, - 1786,29 / Agenda. 10 :02 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et portrait de Baudelaire par Fantin, châle jaune aux volets de Bonnard et horloge d’Orsay le 14 mai, intérieur à Fleurance le 20 (chez Jeanne). L’IN-NOCENT. Téléphoné à la gendarmerie à propos du chien Le Coz, et aussi à la mairie mais personne ne répond. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (une seule relecture en ligne). Le Jour ni l’Heure, Bonnard, Paysage au remorqueur, Orsay, horloge et cloches, Verlaine par Fantin (Un coin de table), les trois le jeudi 14 mai. Bain. Gendarme de Miradoux rappelle, très poli, aimable et compréhensif. Le Monde. Pas de communiqué. Lettre recommandée à Privat pour tâcher de récupérer mes droits sur La Dictature de la petite bourgeoisie, livre épuisé. Promenade avec Pierre à la clairière des Trônes. Atelier, couverte n° 72, Bleu de travail du deuil, finie ? Lecture par Pierre du Camp des Saints. Dîné aux nouvelles, camembert chaud, salade verte aux pois chiches. Vu Bird People, de Pascale Ferrand. Écrit à David Farreny. Autoportrait. Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du vendredi 22 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 24 mai 2015, 10 h 41Samedi 23 mai 2015. Saint Didier — 143/222. Plieux. Levé à 7 h 20. Temps pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Bonnard 1914-1921, La Toilette, dét. Émission de Finkielkraut sur la politique de Blanchot avec Jean-Luc Nancy et Michel Surya. L’In-nocent, grand succès d‘un tweet de la veille, on ne sait pourquoi (Palmyre, éducation nationale, culture, héritage). Écrit à David Farreny. Semi-dispute avec P. à propos du chien de la voisine (il dit que ce n’est pas la faute du chien s’il vient d’aboyer pendant un ¼ d’heure, que c’est parce que lui, P., vient de rentrer à la maison après une course. D’autre part, désapprouve totalement mes partis extrêmes, nés de l’exaspération). Comptes : - 458,06 / chèque au Mrap, - 500 / “À venir”, - 1786,29 / “Vous êtes débiteur depuis 1 jour(s). Agenda. 11 :49 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, autoportrait de la nuit et Bonnard, La Toilette, trois autres photographies du jeudi 14 mai, Bonnard, Paysage au remorqueur, dét., Verlaine par Fantin (Un coin de table, dét.), restaurant derrière l’horloge, le tout au musée d’Orsay. Chronologie, dix journées d’avril 1971 (dont beaucoup sans entrées). Le Jour ni l’Heure, deux paysages du 20 mai 2015, dont un bon Préposthume, n° 217, qui va faire une couverte, et détail de La Femme à la cafetière, de Cézanne, 1890-1895, la tasse. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT, beaucoup d’agitation sur les réseaux autour de l’incursion de Génération Identitaire au siège de la Commission européenne en face de l’Assemblée nationale, sur la Seine. Approbation enthousiaste et de moi et de l’In-nocence et du NON. Communiqué de soutien, en commun. Promenade au carrefour de la Bonnefont, avec Pierre. Atelier, retouches à la couverte 60x60 n° 71, Bleu de travail du deuil (noirci le fond), et commencé une 72, Paysage au château d’eau (de Miradoux). Dîné aux nouvelles, lentilles et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu O’Brother, Where art thou ? des frères Coen, moyennement drôle. Écrit à David Farreny. Lu un texte de Gérard Pince. Vaisseaux brûlés, “Plan foutage de gueule”. Autoportrait, dans l’atelier, où j’avais laissé l’appareil. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du samedi 23 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 25 mai 2015, 16 h 03Dimanche 24 mai 2015. Pentecôte — 144/221. Réveillé très tôt, bizarrement. * Levés à 7 h & ½. Temps très gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans l’atelier et détail du Pont des Arts, Paris, 1867-1868, de Renoir. Déjeuné en bas avec Pierre. Agenda. 10 :22 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait dans l’atelier, bien, Renoir du Pont des Arts, 1867, détail, Cézanne, Femme à la cafetière, 1890-1895, dét., 14 mai 2015, deux paysages du 20 mai, dont le Préposthume 217, qui sert pour la couverte 72. Chronologie, dix jours d’avril 1971. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Pierre relit Discours de chambre avant impression définitive. Le Jour ni l’Heure, Bonnard, La Table de toilette, 1914, Donghi, Le Duce, 1937, Casorati, L’Attente, 1919. Café. Écouté en différé une émission de France Culture sur Downton Abbey à la lumière de Tocqueville. L’IN-NOCENT. Écrit à Slobodan Despot. Dictionnaire des délicatesses, article écoper. Tél. à la gendarmerie à propos du chien de la voisine, particulièrement déchaîné. Tél. sur ses conseils à Mme le maire, laissé un message. Promenade avec Pierre au Cassé, semi-dispute parce que dans ma fureur j’envisage à-demi sérieusement de taguer le mur de la voisine. Atelier, 71, Bleu de travail du deuil, éclairci le fond et procédé à l’inscription au fusain ; 72, Paysage au château d’eau. Rappel de Mme le Maire, très aimable et compréhensive, et bien consciente de la loi. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et au thon, aussitôt baptisée tartothon, très bon. Poires à la vapeur et framboises. Vu Esclave libre, Band of Angels, de Raoul Walsh, que trouvé bien mauvais et grand-guignolesque (**** dans le Tulard, délirant). Remontés vers 11 heures, autoportrait (pas mal). Échanges avec David Farreny à propos des deux livres en cours d’impression, Discours de chambre, prêt, et Le Grand Remplacement, troisième édition, en phase antépénultième. Vaisseaux brûlés, plan foutage de gueule, suite. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 24 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 26 mai 2015, 11 h 14Lundi 25 mai 2015. L. de Pentecôte (férié) — 145/220. Plieux. Long demi-sommeil emmêlés, très agréable. Levés à 8 h. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et salle de bal de l’ancien hôtel d’Orsay (Victor Laloux ?, 1900). Déjeuner en bas avec Pierre. L’IN-NOCENT, assez traînasseusement, toute la matinée. Agenda, sans finir. Le Jour ni l’Heure, trois détails du même grand tableau de Bonnard, En barque, 1907. Fröseblumen, de Wilhelm Peterson-Berger. Bain. Fini l’agenda. 15 :45 (grand retard) /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, pas mal, et sept photographies du jeudi 14 mars 2015, dont six tableaux ou détails de tableaux du musée d’Orsay. Chronologie, cinq journées de mai 1971. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre à la Bonnefont, froid. Rencontré les Coulet-Lavauden. Atelier, retouches à la 71, Bleu de travail du deuil, et 72, Paysage au château d’eau. Pierre, Nietzsche, Sur l’avenir des institutions d’enseignement. Dîner aux nouvelles, lentille et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. L’Espoir, de Malraux, 1939, et la fin d’un film d’Ettore Scola sur Fellini, Che strano chiamarsi Federico ! 2014. Remontés vers 10 h & ½. Dictionnaire des délicatesses. Vaisseaux brûlés, “plan foutage de gueule”, suite. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, “bibliothèque”, “cheminée”. Autoportrait. Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du lundi 25 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 27 mai 2015, 12 h 13Mardi 26 mai 2015. Sainte Valérie — 118/247. Plieux. Levé à 7 h 40. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, run of the mill, et La Pie, de Monet, Orsay, 14 mai 2015. L’IN-NOCENT, force tweets antiégalitaristes, assez relayés. Agenda. 11 :03 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, Pie de Monet et trois détails du même Bonnard, En barque, 14 mai 2015. Chronologie, dix journées de mai 1971. Réunion de chantier, M. Thouin, M. Calmettes, hommes de l’entreprise Sourbès, montés dans les pièces de la tour. Le rapport des archéologues a été rendu, il n’est pas très positif. Le Jour ni l’Heure, Jeune Fille assise de Renoir, Palais Bourbon la nuit, détail de Coin de table de Bonnard, le tout du 14 mai 2015. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Lettre de Me Mairat, qui réclame encore mille euros pour le Mrap. Texte pour “Boulevard Voltaire”, n° 30 de la nouvelle série, “La Dictature mécanique”. Dîné aux nouvelles, gratin de courgettes et de pommes de terre, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Aboiements du chien Le Coz. Vu une émission très intéressante de Frédéric Mitterrand sur le cheikh Zayed, inconnu de nous jusqu’alors. Marché avec Pierre jusqu’à la route, retour par le chemin de l’église. Atelier, couverte n° 72, Paysage avec un château d’eau, ciel. Dictionnaire des délicatesses, article “exploser”. Vaisseaux brûlés. Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 26 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 28 mai 2015, 11 h 45Mercredi 27 mai 2015. Sainte Catherine de Sienne — 119/246. Plieux. Réveillé à 7 h 20 par les aboiements du chien Le Coz — ça s’aggrave ; est-ce dû à une intervention du maire, qui aurait irrité et porté au défi ? Article paru dans “Boulevard Voltaire”, mais avec sous-titre inutilement provocant pour les lecteurs. Puis il disparaît. Puis il reparaît, toujours avec le même sous-titre gênant. Il y aussi une faute embarrassante, qui celle-là m’est entièrement due (pose pour pause). Échanges avec Jérôme Vallet à ce propos, puis avec Emmanuelle Duverger, qui corrige la faute. La matinée y passe. Le Jour ni l’Heure, médiocre autoportrait de la nuit, et détail (livres ouverts) du portrait de Gustave Geoffroy par Cézanne. Comptes : - 483,79 / prél. Le Monde, - 17,90 / envoi de chéquier, frais postaux, - 4,53 / frais d’envoi de chéquier, - 3-30 / “ À venir, - 1902,87 / “ Vous êtes débiteur depuis 5 jour(s). Agenda. 12 :01 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, détail du Gustave Geoffroy de Cézanne et trois autres photographies du 14 mai, Renoir, Jeune Fille assise, vue nocturne de l’Assemblé nationale, détail du Coin de table de Bonnard. Chronologie, cinq jours de mai 2015, fini le mois. Bain. Visite sur rendez-vous d’un couple qui a acheté un tableau de Stéphane Ruais représentant la bibliothèque, ici, et qui désire voir les lieux. Habite Entrecasteaux (six mois par an). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Tél. de l’homme de France 2 qui fait un “Complément d’enquête” sur Robert Ménard, viendra le 3 juin (jour prévu pour le pique-nique ici des collègues de P., mais ça ne le dissuade pas ! (au contraire ?)). Longs aboiements du chien Le Coz, cette fois sur le flanc sud car il est en visite dans le jardin Trikowski. Tél. de nouveau à Mme le maire. Message à M. le conseiller Hourdin à propos de la lettre de Me Mairat. Avec Pierre à Lectoure pour rendez-vous chez le médecin à 6 h & ½. Bonnes nouvelles pour les grandes choses, mauvaises pour les petites (pas si petites quand même) — PSA tout à faut normal, éventualité d’un cancer de la prostate s’éloigne. En revanche affection urinaire persiste, quoique encore réduite. Nouveau traitement, le même, mais il faut boire trois litres d’eau par jour. D’autre part, …cervico-… (oublié le nom — ce que je prenais pour une tumeur au cerveau / peux à peine tourner la tête à droite). Rentrés vers 8 heures. Dîné aux nouvelles, quenelle de quenelles (je ne sais pas à quoi, à rien), carottes, pommes de terre, etc. Poires à la vapeur et framboises. Rappel de Mme le maire, très aimable et coopérative. Vu un peu d’un Siegfried du Met puis atelier, Couverte 60x60 n° 72, Paysage avec un château d’eau (“Towards Miradoux”), habituelle phase d’enthousiasme, lecture par Pierre de Sur l’avenir de nos établissements d’enseignement, vraiment passionnant (ce N. m’a vraiment bien lu). Réponse de Me Hourdin, Me Mairat a raison, il faut encore payer mille euros au Mrap. Écrit à David Farreny, sur les divers problèmes du nouveau système. Dictionnaire des délicatesses, gros article “celui désigné, ceux résolus, etc.” Vaisseaux brûlés, suite des paragraphes “plan foutage de gueule”. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlésJournal, mais sans finir, selon le regrettable usage récent (tombe de sommeil). Couché à 1 h et ½.

lire l’entrée du mercredi 27 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 29 mai 2015, 12 h 07Jeudi 28 mai 2015. Saint Germain — 148/217. Plieux. Réveillé à 6 h – 20 par la sonnerie de courrier entrant de l’ordinateur portable, que j’ai oublié de fermer. Insomnie, mais agréable (chien de fusil, idée de tableau, close up, nuque, maxillaire, etc.). Levés à 8 h & ½. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et détail (flou, malheureusement) des livres de Gustave Geoffroy par Cézanne, Orsay, 14 mai 2015. Comptes : - 483,79 (inchangé) / “À venir”, - 2675,01 / “Vous êtes débiteur depuis 6 jour(s)”. Agenda. 11 :33 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, dét., les livres, du portrait de Gustave Geoffroy par Cézanne, Pelizza da Volpedo & Bonnard le 14 mai 2015 au musée d’Orsay, Twombly, Second Voyage to Italy, 15 mai au Grand Palais, “American Icons”. Chronologie, cinq journées de juin 1971. Le Jour ni l’Heure, Renommée au combat, pont Alexandre-III, par Pierre Granet, 1900, Two Jackies de Warhol, 1964, dét., Baigneurs de Cézanne, 1890-1892, musée d’Orsay, 14 mai. Bain. France Musique, orgue, Sur le nom de Jules Magen, d’Agen. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Deux communiqués pour le parti, Europe, Fifa, mais presque plus personne ne les vote. Promenade avec Pierre au cap du Cassé. Atelier, couverte 60x60 n° 72, Paysage avec un château d’eau, les trois maisons. Lecture par Pierre de Nietzsche, Sur l’avenir de nos établissements d’enseignement, génial. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et thon, salade verte et d’avocats, poires à la vapeur et framboises. Le Destin fabuleux de Désirée Clary, de Sacha Guitry, bien mauvais (vilains décors, vilains costumes, distribution absurde). Dictionnaire des délicatesses, art. “déménager”. 672.000 signes. Vaisseaux brûlés, “plan foutage de gueule”, suite, et Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, “dalle”, etc. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 28 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 30 mai 2015, 16 h 26Vendredi 29 mai 2015. Saint Aymar — 149/216. Plieux. Réveillé à 8 h – le ¼ par les aboiement du chien Le Coz. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, aux lunettes sales, et détail d’Œillets et clématites dans un vase de cristal, de Manet, 1882. Mis aussi en ligne l’image de Discours de chambre, pour publicité. Comptes : - 683,79 / chèque O’Lanyer (pour la tombe Collier, à Chamalières), - 200,00 / “À venir”, - 2747,65 / “Vous êtes débiteur depuis 7 jour(s)”. Agenda. 11 :51 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, vase de Manet, Renommée de Granet, Two Jackies de Warhol, Baigneurs de Cézanne, 1892. Chronologie, cinq journées de juin 1971. L’IN-NOCENT, publication de deux communiqués récents du parti. Le Jour ni l’Heure, Clemenceau par Manet, public dans le reflet sur la plaque de verre d’un Twombly au Grand Palais, vache de Bonnard, dét. de La Symphonie Pastorale (décor Bernheim-Jeune). Bain. Journal 2015, entrée de la veille, fin de la rédaction, relecture et mise en ligne. Communiqué de l’In-nocence, Manuel Valls à Marseille. Été au Prieuré pour le vernissage de l’exposition des stagiaires de Stéphane Ruais, qui nous offre une vue du château, sur bois. Parlé aux Æberhard, qui rentrent de Rome, de Naples et Capri. Parlé à un homme de Grasse, un des “stagiaires” mais assistant de Ruais, qui a fait un beau tableau de la halle de Saint-Clar (il est “nez” à Grasse, mais dans les saveurs, pas dans les parfums). Interpellé hélas par Mme Le Coz, à laquelle, selon elle, je gâche la vie. Plaidoyer de sa part en faveur du droit des chiens à aboyer, surtout quand ils sont contents. Échange totalement impossible, la quitte. Rentré passablement accablé vers 9 heures. Atelier, Paysage avec un château d’eau, les trois maisons. Excellent dîner, gnocchis aux champignons, salade aux avocats, poires à la vapeur et framboises. Vu une émission de la chaîne Histoire sur Saint Louis et la Sainte Chapelle, puis une autre sur les Templiers. Dictionnaire des délicatesses, article proche (au lieu de près). Vaisseaux brûlés, à titre purement symbolique, suite des paragraphes sur le carrelage, Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés. Journal. Pas d’autoportrait, un doublon de celui de la nuit précédente fera l’affaire. Couché à 2 h  et ½.

lire l’entrée du vendredi 29 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 31 mai 2015, 10 h 28Samedi 30 mai 2015. Saint Ferdinand — 150/215. Plieux. Mauvaise nuit, très peu dormi, mauvais rêves (lointainement liés à l’affaire du chien), mais esthétiquement très réussis, dans un style antoniono-bergmanien très pur, un peu L’Avventura, un peu Les Fraises sauvages. Insomnie. Arrive à m’endormir à l’aube, mais réveillé à 7 h par les aboiements du chien Le Coz, brefs mais suffisants. Vaines tentatives pour me rendormir, levé à 8 h & ½ avec Pierre, plus mort que vif (moi). Émission de Finkielkraut avec Daniel Schneiderman et Matthieu Lindon, F. leur parle “incidemment” de la question des prénoms mais ça vient comme un cheveu sur la soupe et, heureusement pour lui, ils n’identifient pas la source de son soliloque (il a dû se vendre une dizaine d’exemplaires de Civilisation des prénoms). Le Jour ni l’Heure, autoportrait, variante et doublon en noir et blanc de celui de la nuit précédente, et Sisley de Moret. Parlé à Mme le maire, toujours très aimable et bienveillante, quoique neutre — c’est déjà cela dans cette épreuve. Parlé à la factrice, lui explique qu’il ne faut plus faire sonner la cloche, car cela dérange la voisine (qui ma l’a dit hier). Pierre déménage ce qui était au premier étage de la tour, qui depuis des années sert de dépôt, mais nous ne savons où mettre les choses. Reçu dix exemplaires de Discours de chambre, version corrigée (excellent format). Comptes : - 3431,44 / Factures carte : 16/05/15 hôtel Bourgogne & Montana, - 1094,00 (quatre nuits) / Vinci Park 16/05/15, -144,00 / Blurb 24/05/15, - 134,48 / Galeries nationales du Grand Palais 15/05/15 (cat. Vélasquez, livres sur lui), - 99,20 / Station Porte de la Corrèze, 12/05/15, - 93,09 (essence) / Lulu enterprise, 25/05/15 (10 Discours de chambre), - 72,64 / Lulu enterprise 03/05/15 (10 Ørop ?), - 61,22 / Musée d’Orsay, 14/05/15 - 45,00 (cat. Bonnard) / Les Heures (lib. de la Bibliothèque nationale ?), 13/05/15, - 39,00 (cat. François 1er) / rest. Minipalais (Grand Palais), 15/05/15, - 30,00 / Grand Palais, 15/05/15, - 22,00 (entrées Vélasquez/“American Icons”) / Buffalo Grill, Bibliothèque nationale, 13 :05 :15, - 19,80 / Cofiroute Vierzon, 16/05 :15, péage d’autoroute / brass. L’Empire, 14/05 :15, -19,40 / L’Arche Theillay, 12/05 :15, - 18,90 / Blurb, 25/05/15, - 15,69 / Blurb, 25/05/15, - 14,14 / musée d’Orsay (entrée exp. Bonnard), - 11,00 / ASF Cahors-Sud, 16/05/15, - 9,00 / Lulu Enterprise, 3, 03/05/15, 02/05/15, 02/05/15, - 8,56, - 3,21, - 3,21 / prél. Urssaf Rhône-Alpes-CNCESU (mais pourquoi “Rhône-Alpes” ?), - 742,31. Agenda. 16 :06 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, Bords du Loing à Moret, de Sisley, et six autres photographies des 14 et 15 mai 2015, Clemenceau de Manet, Vache de Bonnard, visiteurs dans le reflet d’un Twombly, Diebenkorn, Cheminée de Bonnard, dét., falaise d’Étretat de Courbet. Dix journées de juin 1971. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Cartons divers préparés par Marcel Meyer. Promenade avec Pierre, descendus par le chemin de la rivière, remontés par le boulevard Lou Tapet. Atelier, couverte 60x60 n° 72, Paysage avec un château d’eau, les maisons, mais elles sont trop grandes. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule, poires à la vapeur et framboises. Vu principalement de vieux téléfilms de Rosselini sur l’histoire des Médicis (Côme l’Ancien). Remontés vers 10 heures & demie, lassés. L’IN-NOCENT. Dictionnaire des délicatesses. Vaisseaux brûlés, histoire du carrelage. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés. Journal. Autoportrait. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du samedi 30 mai 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 1er juin 2015, 10 h 40Dimanche 31 mai 2015. Fêtes des Mères, Trinité — 151/214. Plieux. Levés à 8 h. Aboiements du chien, brefs. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et La Mer orageuse, de Courbet, Orsay, 14 mai 2015. Chien aboie de nouveau parce que Pierre est dans le jardin. Agenda. 10 :14 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, Vague de Courbet et trois autres tableaux des 14 et 15 mai, Diebenkorn (Berkeley #47), Bonnard (Cheminée), Courbet (Étretat). Cinq journées de juin 1971 (bcp vu Aaron Copland), fini le mois. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois détails du Déjeuner sur l’Herbe. Café. Bain. Écrit à une femme qui voulait un texte à propos de Schopenhauer, à Jean-Luc Bayard, auteur de P.OL, nid d’espions. Dédicaces de Discours de chambre à MMe Hourdin et Boucard, d’Ørop à MM. Martel, Le Gallou, Rioufol & de Lesquen. Promenade avec Pierre au carrefour de la Bonnefont. Atelier, couverte 60x60 n° 72, Paysage avec un château d’eau, lecture par Pierre de Sur l’avenir de nos établissements supérieurs, fin. Dîné aux nouvelles, quenelles à la quenelle, sauce à la moutarde, carottes et pommes de terre, poires à la vapeur et framboises. Pas de télévision, travaillé avec Pierre à l’effacement du chenil en vue du pique-nique de mercredi. Dictionnaire des délicatesses, cadeau, cher, 678.000 signes. Vaisseaux brûlés, car l’âge éclatant va finir. Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du dimanche 31 mai 2015 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site