Le Jour ni l’Heure
juillet 2015

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 2 juillet 2015, 11 h 00Mercredi 1er juillet 2015. Saint Thierry — 183/183. Plieux. Levés à 7 h & ½. Assez beau temps un peu gris, très chaud. Article paru dans “Boulevard Voltaire”. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, et autre vue du château de Viverols, 21 juin 2015. Comptes : - 1625,02 / prél. Urssaf, - 1427,45 (????) / Sofitel Lyon, - 295,30 / vir. Amazon, + 153,27 / Mercure Clermont-Ferrand, réserv., - 135,00 / vir. PayPal - 100,00 / facture Blurb, - 97,19 / Mercure Clermont-Ferrand 200615, - 37,40 (petits déjeuners, taxes), / vir. Hachette livre, + 27,47 / facture Blurb 229615, - 25,06 / facture carte ASF Saint-Romain 200615, - 14,20 / faacture carte Carré Jaude (Clermont-Ferrand, parc de staionnement ?), - 10,80 / vir. Amazon, + 5,08 / “À venir, 0,00 / Agenda /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, château de Viverols, trois images de Montbrison le 21 juin. Chronologie, dix journées de février 1970 (et 1969, “traitées” dans l’agenda 70). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Dore-l’Église, Lavaudieu, 21 juin. L’IN-NOCENT. Pierre va faire des courses et chercher nos hôtes à la gare. Panne d’électricité, que je crois générale et due à la canicule mais qui en fait ne concerne que nous. Pas d’ordinateur, travail impossible, lis Young Eliot, de Robert Crawford. Dors un peu, dans un fauteuil de la bibliothèque, le sommeil dans la chambre étant impossible à cause du chien de Mme Le Coz. Tél. de Paul-Marie Coûteaux. Pierre a conduit Philippe Martel et M. Jean-François M. à l’hôtel de Bastard puis il les amène ici vers 6 heures. “Rafraîchissements”, eau, champagne, jus de fruits, conversation économique (privée) et politique (publique). S’étonnent de ne pas entendre le fameux chien Le Coz mais, vexé, il donne un bref récital. Dîné à quatre vers 8 heures, deuxième J’y-fous-tout de la semaine, mais Pierre a oublié d’y mettre le foie gras prévu. Rosé d’Arton. Glace et biscuits. Visite des salles du bas. Philippe Martel prend mon portrait de Finkielkraut pour un portrait de Barthes (!). Pierre raccompagne ces messieurs à Lectoure vers 11 heures. Révoltez-vous !, 9.200 signes. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à 1 h.

lire l’entrée du mercredi 1er juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 3 juillet 2015, 12 h 29Jeudi 2 juillet 2015. Saint Marinien — 183/182. Plieux. Levés à 7 h 20. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, double autoportrait de la nuit et vue très “traitée” du château de Viverols (Grand paysage romantique avec les ruines d’un château). Comptes : - 1325,02 / vir. M. Rémi Pellet, + 300,00 / “À venir”, 0,00 / “Débiteur depuis 2 jours” / 10 :52 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, Grand Paysage romantique (Viverols), deux images de Dore-l’Église le 21 juin, village de Lavaudieu le même jour. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Collation de restes, poulet, jambon, champagne, camembert de chèvre de Mme de Loynes, salade j’y-fous-tout, confiture de myrtilles de ma tante. Le Jour ni l’Heure, deux photographies de Dore-l’Église, une de La Chaise-Dieu, 21 juin 2015. Journal 2015, entrée de la veille, mise en lecture publique. Atelier, commencé une couverte 60x60 n° 73, autoportrait (VI ?). Dîné seul, Pierre est à la soirée de fin d’année du collège. Fini la Jifoutou, conf. de myrtilles sur crackers. Regardé un peu d’un petit film américain sur trois ou quatre chipies au lycée, assez instructif mais ennuyeux. Marché seul jusqu’au cap du Cassé, au crépuscule. Journal romain, relu deux entrées, mais c’est toujours octobre 1985 — arrivée à la villa Médicis. Révoltez-vous !, 10.800 signes, fin de la première partie. Journal. Pierre rentre vers 1 h. Couché peu après.

lire l’entrée du jeudi 2 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 3 juillet 2015, 19 h 08
modifiée le samedi 4 juillet 2015, 17 h 35
Vendredi 3 juillet 2015.
Saint-Thomas — 184/181. Plieux. Levé à 8 h, temps frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, à bout de bras, et vue de Vals-le-Chastel, 21 juin 2015. Matinée de tweets, non sans quelque succès. Comptes : - 915,88 / vir. Sofia (lectures dans les bibliothèques) : + 337,71 / Apple, + 71,43 / “À venir”, - 69 ,80 / “Débiteur depuis 3 jours”. Agenda. 12 :14 /// / Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, à bout de bras, vue de Vals-le-Chastel, Dore-l’Église, La Chaise-Dieu. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, trois images de Lyon le 20 juin 2015, vue de la Saône, galerie sur trompes de Philibert de l’Orme, Buste de cheval de Jürgen Lingl-Rebetez, galerie Sylvie Platini. Bain. Quatrième symphonie de Vaughan Williams (ou la veille ?). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence, mort de Dominique Jameux. Atelier, couverte n° 73, autoportrait VII, ne vient pas mal. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et au fromage de chèvre, salade verte, tarte aux poires rescapée du dîner des professeurs de collège la veille. Revu un peu de Arsenic et Vieilles Dentelles, puis bagages, devons quitter Plieux à cause de la fête. Départ pour Beaumont-de-Lomagne, où retenu une chambre à l’hôtel “Maison des Lumières”. Arrivés un peu avant 11 h. Concierge de nuit, en fait maîte d’hôtel (nous explique-t-il), un peu dépassé. Chambre Almaty, inutilement kazakh, mais ouvrant sur la superbe galerie. Très grande chaleur. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du vendredi 3 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 4 juillet 2015, 17 h 37
modifiée le dimanche 5 juillet 2015, 17 h 17
Samedi 4 juillet 2015.
Saint-Florent — 185/179. Beaumont-de-Lomagne, “Maison des Lumières”, chambre Almaty. Nuit raisonnablement fraîche après tout, assez bien dormi. Petit déjeuner assez quelconque à 9 h – le ¼. Photographies de la belle façade postéreure de la “Maison des Lumières” et de la supebe galerie du premier étage, devant notre chambre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille au matin, à Plieux, et de la galerie de la “Maison des Lumières” la veille au soir. Raté entre les deux ordinateurs, pas pu reprendre la Chronologie. Pierre va faire un tour en ville, revient avec deux brochures trouvées au syndicat d’initiatives. Bain (bonne baignoire dans la chambre même). Quitté l’hôtel et Beaumont-de-Lomagne à 11 heures. À Plieux vers 11 h et ½, avons raté Céline, mais elle a laissé les courses sur les marches. L’IN-NOCENT, assez intensément. Le Jour ni l’Heure, trois images de la Maison des Lumières le matin même, l’une avec Pierre. Comptes : -  785,68 / Vir. PayPal, + 200,00 / commission d’interv., - 48,00 / commissions cotisation Esprit libre, - 21,80. “À venir”, 0,00 /“Débiteur depuis 4 jours”. Agenda. 17 :30  ///  Le Jour ni l’Heure,  Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, quatre vues de l’hôtel La Maison des Lumières à Beaumont-de-Lomagne, oublié  des photographies de  Lyon le 20 juin.  Chronologie, dix journées de mars 1970.  Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Chien de Mme Le Coz  à devenir fou,  trois heures sans interruption de plus de cinq minutes, et elle qui ne lui dit rien sinon de se taire sur un ton de compliment, doucereux et ironique, quand elle  me voit. Dîner aux nouvelles, jardinière de légumes et gnocchis,  poires à la vapeur et tarte aux poires du dîner du collège, aboiements continuels. Jeunes  gens  venus pour la fête font une incursion dans le  jardin et sur le chantier, commencent à fabriquer du ciment avec la bétonneuse (!). S’enfuient quand il me voient. Essaie de travailler un peu mais le chien Le Coz aboie continuellement. Effondrement nerveux, accablement. Ne vois pas de solution, ni un départ ni un procès ne paraissant possibles faute de moyens. Plions bagages, retour à Beaumont-de-Lomagne. Essaie de travailler un peu mais nerfs  en capilotade. Promenade  nocturne  dans Beaumont-de-Lomagne avec Pierre. Journal. Voisins terriblement bruyants, famille sur une terrasse, de l’autre  côté du jardin.  Insomnie totale. Lis longuement Young Eliot, de Robert Crawford, dans le cabinet de toilette mais on n’y voit rien, m’esquinte les yeux. Crise. Long moment dans un fauteuil, dans le noir. Conversation  avec Pierre. M’endors finalement vers  cinq heures. 

lire l’entrée du samedi 4 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 5 juillet 2015, 17 h 40
modifiée le lundi 6 juillet 2015, 10 h 05
Dimanche 5 juillet 2015.
Saint Antoine-Marie — 186/179. Beaumont-de-Lomagne, hôtel Maison des Lumières, chambre Almaty. Levés à 8 heures, totalement épuisé pour ma part. Petit déjeuner en bas à 8 h 45, gentille chienne (Cookie). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et chambre, la veille également. Agenda, journée de la veille, directement sur le Net, qui d’ailleurs marche assez mal. Bain à 11 heures. Quitté l’hôtel et Beaumont-de-Lomagne à 11 h et ½. Escazeaux, Gariès, Cabanac-Séguenville, Brignemont, La Réole. Visite du château de Laréole, excellente idée de Pierre, détend nettement l’atmosphère. Exposition Marc Saint-Saëns, 1903-1979, pas inintéréssante. Catalogue (gratuit, comme le château lui-même). Pierre m’offre un beau catalogue Henri Martin, exposition à Cahors, 2008. De retour à Plieux peu après 2 heures, moi avec un sentiment d’appréhension et presque d’horreur (ça va recommencer…). Café. Le Jour ni l’Heure, vue du château de Laréole, Le Port de la Daurade (à Toulouse), tableau de Marc Saint-Saëns des années 20, et Paysage préposthume n° 219 (je crois, pas vérifié), La Canicule (champs à Laréole, très retouchés). Visiteurs, maintenant (Pierre s’en occupe). 17 :37 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, château de La Réole, tableau de Marc Saint-Saëns (Port de la Daurade) et Paysage préposthume du jour même, photographies oubliées du 20 juin à Lyon. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Aboiements continus du chien Le Coz de sept heures à huit heures et demie. Atelier, couverte n° 73, autoportrait VI. Dîné au nouvelles, jardinière de légumes et soja. Revu une bonne partie du Voyage en Italie, de Rosselini. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Vu Voyage en post-histoire, de Vincent Dieutre, 2014. Quitté Plieux vers onze heures. Beaumont-de-Lomagne, Maison des Lumières, chambre Almaty. Autoportrait. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du dimanche 5 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 6 juillet 2015, 10 h 11
modifiée le mardi 7 juillet 2015, 11 h 08
Lundi 6 juillet 2015.
Beaumont-de-Lomagne, Maison des Lumières, chambre Almaty. Bien dormi. Levés à 8 heures. Beau temps chaud. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et château de Laréole de profil. Déjeuner en bas. Agenda. 10 :00 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille sur la galerie de la Maison des Lumières, deux vues du château de Laréole, Paysage préposthume n° 219. Bain. Quitté l’hôtel Maison des Lumières peu après 11 heures. Tour dans Beaumont-de-Lomagne, Pierre veut me montrer le dos de la maison de Pierre de Fermat, la trouvons ouverte, monté dans la tour, plate-forme, belle vue sur Notre-Dame et les toits. Quitté Beaumont vers midi, Castéron, Mauroux, été à Saint-Clar pour tâcher de trouver quelque chose à apporter aux dames de L’Isle-Bouzon mais les deux boulangeries de la place sont décourageantes et l’Intermarché pas beaucoup plus inspirant. Rentrés à la maison vers 1 h & ½. Le Jour ni l’Heure, dét. d’un tableau de Marc Saint-Saëns (Île-de-France, la statue), autre vue de Laréole, La Grande Pelade (mairie défigurée d’Estramiac). L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence (sur l’IUT de Saint-Denis). Atelier, couverte n°73, autoportrait VI. Journal télévisé dans la salle des Nuits. Été à 8 h & ½, avec Pierre, chez les dames de L’Isle-Bouzon, pour y dîner avec elles et Jeanne Lloan sur leur très jolie terrasse au-dessus de la vallée. Très agréable moment, très bon dîner, rentrés vers minuit et ½. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 6 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 8 juillet 2015, 11 h 54Mardi 7 juillet 2015. Saint Raoul — 188/177. Plieux. Nuit torride *. Levés à 7 h & ½. Temps plus frais. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille (dans un miroir de la cure de l’Isle-Bouzon) et Le Retour du Fils prodigue, L’Isle-Bouzon. Comptes : - 2996,81 / chèque Céline : - 905,04 / prél. Credipar (voiture), - 759,88 / prél. Sofinco, -310,80 / prél. Cardif assurance vie, - 119,51 / prél. CanalSat, - 76,00 / prél. Canal Plus, - 39,90 / “À venir”, 0,00 / “Débiteur depuis 7 jours”/ Agenda. 10 :54 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille (miroir à L’Isle-Bouzon), Retour du Fils prodigue (à L’Isle-Bouzon), tableau de Marc Saint-Saëns, château de Laréole, mairie défigurée d’Estramiac. Dix journées de mars 1970, voyage en Italie avec Casimir Estène et William Burke. Journal 2014, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, couverte 60x60, autoportrait VIII, état provisoire, deux traitements de la même photographie, chambre à L’Isle-Bouzon. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence, carton pour le NON. Article pour “Boulevard Voltaire”, en utilisant un texte du journal, 1er juillet, donc ça va vite. Atelier, couverte 60x60 n° 73, autoportrait VIII. Lecture par Pierre de Spinoza, Tractatus, suite, les institutions d’Israël. Dîné aux nouvelles, omelettes aux pommes de terre et aux champignons. Vu un peu d’un film de Coppola, avec Matt Damon, mais très peu, allons nous promener dans le soir d’été, cap du Cassé. Révoltez-vous !, 17.000 signes. Journal, très brièvement, tombe de sommeil. Couché à minuit et demi. 

lire l’entrée du mardi 7 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 9 juillet 2015, 11 h 01Mercredi 8 juillet 2015. Saint Thibaut — 189/176. Bien et beaucoup dormi, mauvais rêve sur la fin (scolorar del sembiente), mais nettement contredit au réveil. Levés à 8 h. Émission de France Culture sur la restauration de L’Atelier du peintre. Article paru dans “Boulevard Voltaire”, réactions bien agaçantes, “en-deçà” de la question posée (conceptuellement). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, dans le miroir de la bibliothèque, et maison du Chevalier à Beaumont-de-Lomagne. Tél. de Philippe Milliau, très favorable à l’article de “Boulevard Voltaire”. Me demande si je suis payé (magari…). Comptes (justement) : - 2996,81 (inchangé) / “ À venir”, - 373,20 / “Débiteur depuis 8 jours”. Agenda. 11 :45 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille, autoportrait de la nuit et maison du Chevalier à Beaumont-de-Lomagne, autoportrait peint (VIII), deux traitements de la même photographie prise de la chambre de façade, dans la cure de L’Isle-Bouzon. Chronologie, agenda 1970, mars, mais c’est compliqué car il incorpore un agenda de 1969, sur feuillets séparés. Ne peux finir avant midi et demi. Le Jour ni l’Heure, trois vues intérieures de la cure à L’Isle-Bouzon, dont un autoportrait. Bain, lecture par Pierre de Philippe Muray, Ultima necat, réception du XIXe siècle à travers les âges en 1984. Fin de la Chronologie mêlée de mars 1970 et mars 1969. Journal 2015, entrée de la veille, très brève, relecture et mise en ligne. Le Monde. Pas de communiqué. Révoltez-vous !, 19.500 signes. Atelier, couverte 60x60 n° 73, autoportrait VIII. À 8h – le ¼ à L’Isle-Bouzon afin d’y chercher Mmes G. & M. pour une promenade. Elles ont adopté un très beau chat, ou plutôt il semble les avoir adoptées. Belle promenade avec elles au manoir de Castaing puis, par le vallon, jusqu’à la tour de Lesquère et retour par le bois et Castaing de nouveau. Leur montrons aussi le point de départ pour la promenade des Trois-Étangs (La Hontasse). Rentrons vers 10 h & ½, chat ou plutôt chatte des Trikovski nous suit partout dans la maison et nous fait de grandes démonstrations. Monte jusqu’à la bibliothèque. Voyons La Nuit & le Désordre, de Gilles Grangier, 1957, puis un peu du Lear d’Olivier Py à Avignon. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 8 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 10 juillet 2015, 9 h 43Jeudi 9 juillet 2015. Sainte Amandine — 190/178. Plieux. À peine réveillés et encore au lit, visite de la chatte des voisines, qui entre et sort par la chatière pluricentenaire. Miaule beaucoup, réclame des caresses et fait mille démonstrations. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pose d’orateur dans la bibliothèque et manoir de Castaing. L’IN-NOCENT. Comptes : - 2996, 81 (inchangé) / “À venir”, - 373,81 / “Débiteur depuis 9 jours”. Agenda. 10 :34 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, manoir de Castaing la veille, & trois photographies prises à L’Isle-Bouzon l’avant-veille, autoportrait, portrait de Mme FlorenceM., chambre de Mme Pascale G. Chronologie, jours d’avril 1970 et aussi de 1969, double registre compliqué. Le Jour ni l’Heure, deux autres images de Castaing la veille au soir et tableau de Marc Saint-Saëns au château de Laréole le 5 juillet, Lacroix-Falgarde. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Monde. Communiqué sur la conservation des bonnes notes du baccalauréat. Révoltez-vous ! Atelier, autoportrait VIII. Dîné aux nouvelles, tarte aux courgettes et aux champignons, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu de Bellissima, de Visconti (1951). Promenade avec Pierre au carrefour La Rouquette/Bellefont. Au retour, parlé à Simone Aeberhard, très en beauté. Révoltez-vous !, suite, 23.000 signes. Journal. Couché peu après 1 h.

lire l’entrée du jeudi 9 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 11 juillet 2015, 15 h 02
modifiée le samedi 11 juillet 2015, 15 h 21
Vendredi 10 juillet 2015.
Saint Ulrich — 191/174. Plieux. Levé à 7 h – le ¼. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, heure charnière, et vue en noir et blanc de la Maison des Lumières. Beau temps. Visite de la chatte Trikowski [non, pas Trikowski : Saint-Geniès]. Comptes : - 1858, 72 / vir. Caisse d’assurance retraite, + 1138,09 / “À venir”, - 373,20 / “Débiteur depuis 10 jours”. Agenda. 09 :22 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille (doublon), Maison des Lumières à Beaumont-de-Lomagne le 6 juillet, beau paysage de Marc Saint-Saëns le 5 à Laréole, deux vues du manoir de Castaing le 8. Chronologie en partie double et même triple, 1970, 1969, 1967, longue et compliquée. Chien de Mme Le Coz, toute la matinée. Parlé à Mme le maire. Appelé la gendarmerie de Miradoux, où je dois aller lundi pour porter plainte. Ensuite grande agitation à cause de la nouvelle pour moi hallucinante de la nomination de Marc Voinchet à la direction de France Musique (j’ai cru d’abord à une farce de Jérôme Vallet). Force tweets à ce propos. Le Jour ni l’Heure, trois vues de Beaumont-de-Lomagne, matin du lundi 6 juillet. Fin de la Chronologie. Communiqué pour l’In-nocence, à propos de la nomination de Marc Voinchet à la direction de France Culture. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Visite des dames de L’Isle-Bouzon, prennent des exemplaires des publications récentes pour dépôt à la Bibliothèque Nationale. Souhaiteraient également que nous adoptassions le beau chat qu’elles ont recuilli, mais Pierre y est tout à fait opposé. Comme elles partent, arrivée du jeune Julien P., le fils de l’ancien sous-préfet, que d’abord je ne reconnais pas, malgré sa forte ressemblance avec son père —il est actuellement guide au château de Flamarens. Verre avec lui dans l’atelier, tandis que je travaille à la couverte 60x60 n° 73, autoportrait VIII, phase favorable. Invitons à dîner le jeune P., quenelles sauce blanche, jardinière de légumes, poires à la vapeur et glace au rhum et aux raisins. Promenade avec lui sur le plateau, jusqu’au carrefour Bonnefont-La Rouquette. Au retour il reprend sa voiture sur la place, pour rentrer à Flamarens, où il se sent un peu seul dans cet immense château. De retour au bureau vers 10 heures et ½. L’IN-NOCENT, affaire Voinchet, suite. Révoltez-vous ! (23.000 signes). Journal (Voinchet). Autoportrait. Couché vers 1 h & 1/12. 

lire l’entrée du vendredi 10 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 12 juillet 2015, 10 h 40Samedi 11 juillet 2015. Saint Benoît — 192/173. Plieux. Levés à 8 h & ½. Temps gris et frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et toits de Beamont-de-Lomagne pris de la tour de la maison de Pierre de Fermat. Rediffusion de l’émission d’Alain Finkielkraut sur la République des Lettres, avec Marc Fumaroli et Régis Debray. Aboiements du chien de Mme Le Coz toute la matinée. L’IN-NOCENT, suite de l’“affaire Voinchet”, tweets, communiqué de l’In-nocence, sans grand succès. Comptes : - 1980,60 / échéance prêt, - 121,88 / “À venir”, - 373,20 / “Débiteur depuis 11 jours”. Agenda. 12 :40 /// Le Jour ni l’Heure, trois vues de L’Isle-Bouzon le 6-7 juillet, portrait de Mme Pascale G., intérieur, tonnelle. Bain. Visiteurs (en ce moment). 14 :56 /// Visiteurs hollandais, donc, famille, trois zinfins très sages, Pierre en est très content. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, toits de Beaumont-de-Lomagne, nombreuses autres photographies du lundi 6 juillet 2015, Beaumont-de-Lomagne le matin, L’Isle-Bouzon le soir. Chronologie, agenda 1970, avril, nombreuses citations et renvois anniversaires aux années précédentes, compliqué, chronophage. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit à M. Jean-François M., de Bruxelles, dont Philippe Martel me dit qu’il m’a fait un virement de 2000 euros. Écrit aussi à Philippe Martel. Atelier, couverte 60x60 n° 73, Autoportrait VIII, fond. Dîner aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux girolles, poires à la vapeur et glace au rhum et aux raisins. Vu un peu de Vikings, mais cela nous ennuie, allons au cap du Cassé, constatons avec mélancolie, d’après le soleil et le clocher, que les jours ont beaucoup diminué. R’bureau vers 10 h. Journal romain, relecture, jours de novembre 1985 (trois). Révoltez-vous !, enfin dans le vif du sujet, 25.000 signes. Dictionnaires des délicatesses, repris “acter”, 697.000 signes. Journal. Couché à 1 h. & ½. Vertiges.

lire l’entrée du samedi 11 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 14 juillet 2015, 9 h 59Dimanche 12 juillet 2015. Saint Olivier — 193/172. Plieux. Levés à 8 h. Temps très gris. La Jour ni l’Heure, paresseux autoportrait de la veille, doublon du précédent, et quatrième image de Laréole le 5 juillet 2015. Déj. en bas avec Pierrounet-le-Rebouteux. L’IN-NOCENT. Wielfried Van Liempd. Agenda. 10 :32. Chien Le Coz, ouverture du récital. /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, château de Laréole le 5 juillet 2015. Jours de 1970, 1967, etc. Le Jour ni l’Heure, tableau de Marc Saint-Saëns (Arquier), buste de jeune homme de Joseph Monin, 1903-2000, galerie sur la cour au château de Laréole, toutes photographies du dimanche 5 juillet 2015. Bain. Préparatifs pour l’enregistrement avec Guillaume G. M. Dellinger ici à 3 h. comme convenu. Guillaume G. téléphone à 4 h. – 20 qu’il ne pourra être là (avec femme est enfants) qu’à 5 h. & ½, puis, une ½ plus tard, propose de remettre l’enregistrement à mardi. Accepte, en oubliant que mardi je dois faire l’article pour “Boulevard Voltaire”. Humeur moyenne. M. Dellinger, venu pour rien, rentre chez lui. Journal 2015, relecture. Atelier, couverte 60x60 n° 73, autoportrait. Lecture par Pierre de Spinoza, Tractatus, deuxième partie, beaucoup plus intéressante. Dîner aux nouvelles, quenelles, jardinière de légumes, poires à la vapeur et glace rhum-raisins et vanille. Regardé sur France 3 une petite “dramatique” anglaise insignifiante et en plus doublée, Granchester, parce qu’on y voit un peu la campagne anglaise. Promenade au carrefour La Rouquette-Bellefont. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (à minuit). L’IN-NOCENT. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 12 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 14 juillet 2015, 10 h 02Lundi 13 juillet 2015. Saints Henri & Joël — 194/171. Plieux. Réveillés à 8 h – 20 par de brefs aboiements du chien de Mme Le Coz. Déjeuné en bas avec Pierrre (Céline fait le pont). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysage de Marc Saint-Saëns, Le Racou, plage à Argelès-sur-Mer, 1941. Devais aller à la gendarmerie de Miradoux, pour une fois ouverte, afin d’y porter plainte dans l’affaire du chien Le Coz mais y renonce, sur les instances de Pierre, car on a comparativement peu entendu l’animal depuis deux jours. L’IN-NOCENT, très intensément toute la matinée.  Polémique absurde mais amusante sur Tweeter avec “France-Algeria”. Le Jour ni l’Heure, portrait de femme de Marc Saint-Saëns, c. 1943, façade sur la cour du château de Laréole, Les Roseaux (Perpignan), paysage de Marc Saint-Saëns. Bain. Dormi un peu, dans le fauteuil de la bibliothèque pour éviter le chien. Agenda. 16 :17. Café. Lecture par Pierre du passage de Proust où il est question de Vélasquez ( « À qui l’attribuez-vous ? — À la malveillance. »). 16 :30 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, trois tableaux de Marc Saint-Saëns et  cour du château de Laréole, dimanche 5 juillet 2015. Dix journées de mai 1970, 1967, etc. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Commencé le texte pour “Boulevard Voltaire”, qui ne pourra être écrit demain, à cause du déplacement de la séance d’enregistrement. Atelier, couverte 60x60 n° 73, autoportrait VIII, ajustements. Dîner aux nouvelles, tarte aux courgettes et salade verte, poires à la vapeur, framboises et glace au rhum et aux raisins. Vu Jeune et Jolie, de François Ozon. Promenade au Cassé avec Pierre, jusqu’au cap par l’intérieur, revenu par la côte. Suite de l’article pour “Boulevard Voltaire”, la Grande Pelade. Journal. Couché à deux heures moins vingt.

lire l’entrée du lundi 13 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 15 juillet 2015, 11 h 40Mardi 14 juillet 2015. Fête Nationale — 195/170. Plieux. Réveillé à sept heures par des borborygmes. Peu dormi. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, doublon, et manoir de Jourdain à Solomiac, 5 juillet. Déjeuné en bas avec Pierre. Beau temps assez frais. Agenda. 09 :38 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait aux lunettes, manoir de Jourdain, deux tableaux de Marc Saint-Saëns, cour du château de Laréole, 5 juillet 2015. Chronologie, fini mai 1970. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Texte pour “Boulevard Voltaire”, “La Grande Pelade”, suite. Le Jour ni l’Heure, maison à Laréole, château de Laréole, Aube à Arquier, Vigoulet-Auzil, Marc Saint-Saëns. Essayé de dormir un peu mais réveillés au bout de dix minutes par le chien de Mme Le Coz. Épuisé. Bain. MM. Delinger et Rougy ici à 3 heures et demie, après-midi d’enregistrement vidéo, mais les deux rélisateurs sont peu enthousiastes quand à ma performance et ils ont raison. Ils ont enregistré près d’une heure et demie d’entretien, il y aura peut-être une vingtaine de minutes à peu près utilisables. S’en vont vers 6 heures et demie. Fini le texte pour“Boulevard Voltaire” et l’expédie peu après sept heures. Atelier, couverte 60x60 n° 73, autoportrait VIII, mais recule plutôt. Dîner aux nouvelles, petite quenelles et jardinière de légumes, sauce à l’armagnac ( ?), excellent. Poires à la vapeur et framboises, glace à la vanille. Vu Park Row, de Samuel Fuller, très quelconque série B (mais titre très églogal). Été avec Pierre au cap du Cassé. Révoltez-vous ! (25.000 signes). Journal. Couché peu avant 2 h.

lire l’entrée du mardi 14 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 16 juillet 2015, 17 h 44Mercredi 15 juillet 2015. Saint Donald — 196/169. Plieux. Levés à 7 h 20. Très joli temps clair. Été avec Pierre à Lectoure, laboratoire d’analyse, pour y  pissser dans un flacon, après troisième traitement. De retour vers 8 h & ½. Céline rediviva. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et escalier du matin même, avec les échafaudages, belle lumière. Carton pour les imprimeries Meyer. Tel. du sous-préfet H., invitation à dîner pour dimanche soir, mais ne mentionne pas P. Comptes : - 680,60 / vir. M. Fabrice de S., + 1000 / vir. PayPal, + 300,00 / “À venir”, - 433,20 . “Débiteur depuis 15 jours”. Agenda. 11 :15 /// Le Jour ni l’Heure, Agenda et autoportrait de la nuit, fenêtre de l’escalier le matin même, maison à Laréole, château de Laréole, L’Aube à Arquier de Marc Saint-Saëns. L’IN-NOCENT, intensément. Le Jour ni l’Heure, château en travaux le matin même, traitement pictorialiste intense d’un instantané du matin avec Pierre et Céline, La Conversation. Bain. Chronologie, cinq jours de juin 1970. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Un des ouvriers du chantier, le joli blond à moustache (mais il s’est rasé le crâne depuis la veille, paraît-il), à un accident sur l’échafaudage, s’ouvre sérieusement le genou, doit être transporté à l’hôpital. Un communiqué pour le parti (à propos d’autre chose). Un carton pour le NON. Atelier, fini la couverte 60x60 n° 73, Autoportrait VIII. Tenté par une révision du Paysage avec un château d’eau, mais y renonce. Repris la couverte éternelle. Dîné aux nouvelles. Regardé un peu de L’Auberge espagnole, mais c’est vraiment irregardable. Promenade au carrefour de La Rouquette. Rencontré la jeune femme de l’école, très aimable, conversation importante, offre peut-être une planche de salut. Écrit à un éventuel traducteur en allemand, non sans lui envoyer en sus, par erreur de manipulation, tout un échange entre Marcel Meyer et moi sur la maison d’édition dont il est l’intermédiaire (mais c’était plutôt favorable, heureusement). L’IN-NOCENT. Vu tardivement un film d’Anna Novion, Rendez-vous à Kiruna, 2012, avec Jean-Pierre Daroussin, pas mal. Journal. Autoportrait. Couché à 2 heures

lire l’entrée du mercredi 15 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 17 juillet 2015, 17 h 29Jeudi 16 juillet 2015. Notre-Dame du Mont Carmel — 211/154. Plieux. Réveillé à 5 h & ½, sans raison apparente. Insomnie. Rendormi vers 7 h & ½. Levés à 8 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et, beaucoup plus tardivement, autre version de La Conversation de la veille. Matinée de tweets. Recherche sur le net de l’objet recommandé par la promeneuse de la veille mais les commentaires des usagers sont peu encourageants. Commandé toutefois deux exemplaires différents. Le Jour ni l’Heure, trois œuvres de Marc Saint-Saëns. Bain. Deux visiteuses. Comptes : - 740,60 / prél. Orange, - 60,00 / “À venir”, - 391,10 / “Débiteur depuis 16 jours”. Agenda. 17 :35 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, La Conversation et autres images de Plieux la veille, tableaux de Marc Saint-Saëns à Laréole le 5 juillet. Journal 2015, relecture. Atelier, couverte 60x60 éternelle, avancé, puis reculé. Lecture par Pierre du Quichotte. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cêpes (mais pas les bons), pommes de terre et carottes, salade verte aux avocats, poires à la vapeur et framboises. Vu à peu près la moitié d’un film sur une guérisseuse de Staline mais ça ne tient pas debout et nous lasse. Promenade à l’ultime lumière au cap du Cassé, photographies peut-être pas mal (au moins une). Journal, mise en ligne. Révoltez-vous !, fin du brouillon. Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du jeudi 16 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 18 juillet 2015, 12 h 26Vendredi 17 juillet 2015. Sainte Charlotte — 198/167. Plieux. Ouvriers ici à 6 heures à cause de la canicule annoncée. Me rendors vaguement. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, doublon, et beau paysage prénocturne. Matinée de tweets, avec rapide augmentation du “following” (4400). Comptes : - 740,60 (inchangé) / “ À venir”, - 391, 10 / “Débiteur depuis 17 jours”. Agenda. 12 :39 /// Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la promenade au Cassé la veille au soir, dont un Paysage préposthume n° 222. Sonate de Franck. Bain. Message de M. JeaMarc Calmettes, de la Drac, excellente nouvelle de « l’avis favorable qui vient d’être accordé au sujet de la restitution de la salle haute de la tour Sainte-Mère » — grande joie. Parlé à Jeanne Lloan. 17 :23 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait et agenda de la veille, quatre autres photographies de la veille dont un bon Les Restes du jour et un Paysage préposthume n° 222, plus trois photographies de deux œuvres de Marc Saint-Saëns. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Carton pour Belle-Fontaine, “le bras armé de la conquête”. Atelier, couverte éternelle, quelques minutes à peine (bleu-grisé). Dîner aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux champignons, salade verte, poires à la vapeur et framboises.  Vu un film bien insignifiant de Pedro Almodovar, Les Amants passagers (joli passager, toutefois, Nasser Saleh). Promenade au Cassé, sous une agréable pluie fine. Révoltez-vous !, imprimé le brouillon, commencé à le relire. Journal. Autoportrait. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du vendredi 17 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 19 juillet 2015, 18 h 09Samedi 18 juillet 2015. Saint Frédéric — 199/166. Plieux. Levés à 8 h & ½. Temps pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage du soir de l’avant-veille, + beau selfie seiziémiste du “fil” de JK et carton de Marcel Meyer, “le bras armé de la conquête”. L’IN-NOCENT. Comptes : - 740,60 (inchangé) / “À venir”, - 401,00 / “Débiteur depuis 18 jours”. Agenda. 12 :20 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, quatre paysages plieusains du 16 juillet 2015. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Marc Saint-Saëns, 5 juillet à Laréole. Reçu l’appareil contre les aboiements de chien, version la plus simple. Bain. Chronologie, agenda 1970, de plus en plus compliqué (incorpore les années 1968, 1965, etc.) et donc chronophage. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Séance d’aboiements du chien, expérimentation de l’appareil, bruyant et apparemment peu efficace (mais je ne suis pas sûr de savoir très bien m’en servir). Atelier, couverte éternelle, très brièvement, et pas pour le meilleur. Dîner aux nouvelles, terrine de légumes au thon, carottes & pommes de terre, salade verte, petits pains au lait à la confiture de figues (mais celle-là n’est pas bonne du tout) et framboises. Revu Le Corbeau, décidément excellent (et dont nous ne nous étions pas avisés jusqu’alors que c’était tourné à Montfort-l’Amaury). Promenade nocturne au Cassé. Relecture de Révoltez-vous !, commencé la réécriture. Journal. Couché après deux heures.

lire l’entrée du samedi 18 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 20 juillet 2015, 11 h 17
modifiée le lundi 20 juillet 2015, 11 h 18
Dimanche 19 juillet 2015.
Saint-Arsène — 200/165. Plieux. * Levés à 8 heures. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, doublon du précédent, et Clair de lune, tapisserie de Marc Saint-Saëns pour Aubusson, 1954, 5 juillet 2015 à Laréole. L’IN-NOCENT, intense campagne de tweets autour de la terminologie antiremplaciste, qu’il s’agit d’imposer dans les esprits et dans la langue. Préparé des cartons en ce sens pour nos ateliers de Belle-Fontaine. Tél du sous-préfet, précisions pour le dîner. Pas de cession de midi de Le Jour ni l’Heure. Bain. Deux visiteurs, deux garçons auscitains dont l’un est un suiveur sur Twitter, justement (mais sympathisants ou adverses on ne saura pas, d’autant que pour ma part je ne les vois pas (lis La Grammaire d’aujourd’hui dans la tour Saint-Clar)). 18 :04 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième et tapisserie de Marc Saint-Saëns, portrait photographique de lui, c. 1930, et deux œuvres de sa main. Pas de Chronologie. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Trav. jusqu’à 8 h – le ¼. Pas d’atelier. Sorti avec Pierre à 8 h, voiture (une pièce curieuse sur France Culture [Genousie, de René de Obaldia / cru d’abord que c’était du Feydeau, puis du Vitrac]), Lectoure, Terraube, Le Mas-d’Auvignon. À 8 h & ½ à Saint-Puy où dîné sous la halle, très agréablement, avec l’ancien sous-préfet et son second fils, Julien, “le séquestré de Flamarens”, qui est très sympathique et prépare l’école des Chartes. Rentrés vers minuit. Journal. Couché à 2 h.

lire l’entrée du dimanche 19 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 21 juillet 2015, 11 h 13Lundi 20 juillet 2015. Sainte Marina — 201/164. Plieux. Réveillés à 6 h par les maçons, qui viennnent très tôt à cause de la canicule et parlent fort, bien inutilement. Essaie de dormir dans le fauteuil de la bibliothèque, en vain. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et jolie maison XVIIIe à Saint-Puy. Mis en ligne les premiers cartons de “définition” préparés sur ma requête par Marcel Meyer. Agenda. 11 :10 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, maison à Saint-Puy. Beaucoup d’activités toute la journée autour des cartons de “définition” (mais c’est surtout Marcel Meyer qui travaille). Le Jour ni l’Heure, deux autres vues de Saint-Puy et un dernier tableau de Marc Saint-Saëns, La Salute à Venise, Aréole, 5 juillet 2015. Chronologie, travail long et compliqué car jonglant avec plusieurs années, entre 1965 et 1970 (d’après l’agenda pour 1970). Cartons, une bonne partie de l’après-midi. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, couverte éternelle, tour meilleur. Lecture par Pierre de Don Quichotte. Dîné aux nouvelles, tarte aux poireaux et champignons, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu Fanny et Alexandre, 1982, d’Ingmar Bergman. Promenade nocturne sur la plateau de La Rouquette avec Pierre, ciel extraordinairement étoilé. Étoile filante. Journal, par une chaleur torride. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du lundi 20 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 22 juillet 2015, 11 h 35Mardi 21 juillet 2015. Saint-Victor — 202/163. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, dans le jardin, pas mal, et photographie “récupérée” par des manipulations diverses, ciel étoilé, chemin de La Rouquette. Autre demande de préface. Comptes : - 758,50 / Prél. Le Monde, - 17,90 / “À venir”, - 407,81 / “Débiteur depuis 21 jours”. Agenda. 11 :08  /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysage nocturne, trois bâtiments de Saint-Puy l’avant-veille. Chronologie, longue et compliquée comme tous ces temps-ci, à cause de la complexité de l’agenda 1970, qui porte sur plusieurs années et incorpore des extraits du journal jeté à New York en juillet 1970. Une seule image pour la session de midi de Le Jour ni l’Heure, Minuit sur les jeux, manque de temps. Bain. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Beaucoup d’aboiements de chien. Réunion de chantier, mais Pierre y va seul, urgence, dois écrire l’article pour “Boulevard Voltaire”, “Résistance et Anticolonialisme”. L’envoie peu avant huit heures. Pas d’atelier. Dîné aux nouvelles, tarte aux poireaux et aux champignons, poires à la vapeur et framboises. Revu Tetro, de Francis Ford Coppola, plutôt bien, très bien photographié (trop ?), mais la fin est plutôt ratée (et trop longue). Promenade au cap du Cassé. Révoltez-vous !, corrections. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 21 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 23 juillet 2015, 10 h 38Mercredi 22 juillet 2015. Sainte Marie-Madeleine — 203/162. Plieux. Réveillés à 8 h - 20 par le chien de Mme Le Coz qui sera particulièrement insupportable tte la matinée, comme d’ailleurs la veille. Article paru dans “Boulevard Voltaire”, réactions favorables sauf l’habituel filet de fiel vaguement homophobe de Sylvia Bourdon. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, doublon. Comptes : - 158,50 / vir. PayPal, + 600,00 / “À venir”, - 407,81 / “Débiteur depuis 22 jours”. Agenda. 11 :23 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, doublon (dans le jardin), et récents paysages nocturnes. Chronologie, toujours laborieuse. Pierre me fait un virement de 200 € pour me permettre de “repasser positif” avant que le compte ne reparte à la baisse. Le Jour ni l’Heure, deux paysages nocturnes de la nuit précédente. Bain. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence. Carton pour les ateliers de Belle-Fontaine (dictionnaire : “in-nocence”). Répondu à Jean-Claude Martinez. Atelier, couverte éternelle, vers une solution ? Lecture par Pierre de Don Quichotte. Dîné aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux champignons, très bonne. Poires à la vapeur et framboises. Vu Copacabana, 2010, de Marc Fitoussi, avec Isabelle Huppert. Promenade avec Pierre jusqu’au carrefour La Bonnefont-La Rouquette. Rencontré en chemin les Coulet-Lavauden. Révoltez-vous !, relecture début, ajouté une phrase compliquée. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 22 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 24 juillet 2015, 10 h 29Jeudi 23 juillet 2015. Sainte Brigitte — 204/161 Plieux. (Jean Puyaubert aurait cent douze ans). Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, très “traité”, et Pierre près du portillon, ciel bleu nocturne, souvenir du Titien. Comptes : - 158,50 (inchangé) / “À venir”, - 500,13 / “Débiteur depuis 23 jours” / Agenda. 10:17 /// Le Jour ni l‘Heure, autoportrait de la veille, Pierre au jardin d’Eden, trois vues nocturnes de l’avant-veille. Chronologie, cinq journées d’août 1970, New York. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Violents aboiements du chien Le Coz toute la journée, répliques censément ultrasoniques mais en fait très bruyantes et qui ne paraissent pas le déranger beaucoup. Le Jour ni l’Heure, deux images nocturnes du 21 juillet, dont un Paysage préposthume, n° 223 (Le Champ). Entrepris la relecture/correction de Life of Horla the dog. Relu quatre journées de Journal romain. Atelier, couverte éternelle, devenue très colorée. Dîner aux nouvelles. Vu une partie de Vénus Beauté (Institut), mais (grand) tour sur le flanc nord entre le début et la fin, que d’ailleurs nous ne voyons pas (publicité). Un carton pour Marcel Meyer (Colonisation). Révoltez-vous !, corrections, sans conviction (moment d’abattement). Journal. Couché à une heure et demie.

lire l’entrée du jeudi 23 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 25 juillet 2015, 11 h 13Vendredi 24 juillet 2015. Sainte Christine — 205/160. Plieux. Réveillés par un moineau qui cogne obstinément contre un carreau de la chambre. Puis grand concert d’oiseaux déchaînés. Le Jour ni l’Heure, autoportrait ectoplasmique de la veille, et tentative d’exploitation d’une photographie de Pierre, vue de Castelnau-d’Arbieu (28), mais elle a des taches, y renonçons. Assez beau temps. Pas d’aboiements de chien jusqu’à présent. Comptes : + 41,50 (“repassé positif”) / vir., + 200,00 (Pierre) / “À venir”, - 500, 13. Agenda. 10 :18 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, deux paysages nocturnes récents. Chronologie, août 1970, New York, West-Hampton, 1964 en Écosse. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit à Mme Christiane Achalme, à Abidjan. Pas de photographie mise en ligne, bain plus tôtif, beaucoup de temps gagné. Journal romain, revu une dizaine d’entrées, fini la relecture corrective du mois de novembre 1985. Life of Horla the dog, revu deux chapitres, beaucoup de corrections. Atelier, couverte éternelle. Dîné aux nouvelles, jardinières de légumes, thon et riz. Poires à la vapeur et framboises. Le chien de Mme Le Coz a été relativement tranquille toute la journée, sauf sur la fin, crise d’aboiement d’un petit quart d’heure pendant le dîner. Regardé bêtement L’Amant de cinq jours, de Philippe de Broca, 1961, petite chose bien niaise et, dans le détail, assez laide (penser que c’était ça, la France du général de Gaulle… ). Promenade nocturne avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Bonnefont/La Rouquette, photographie nocturne. Révoltez-vous !, relecture corrective de pages déjà corrigées. Journal. Couché à une heure et demie.

lire l’entrée du vendredi 24 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 26 juillet 2015, 11 h 17Samedi 25 juillet 2015. Saint Jacques le Majeur — 206/159. Plieux. Réveillé à 8 h – 20 par le chien Le Coz. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et bon Paysage préposthume n° 224, Le Plainier, Plieux, photographie de la veille. Longue conversation très cordiale avec Marcel Meyer. Comptes : 41,50 (inchangé) / “À venir”, - 500,13. Agenda. 11 :07 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Paysage préposthume n° 224. Chronologie, dix journées d’août 1970, New York, West-Hampton, notes sur l’Écosse en 1963, 1964. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, Intérieur à Plieux et Paysage préposthume n° 225. Bain. Café. Journal romain, du 1er au 10 décembre 1985. Life of Horla the Dog, relu et corrigé un chapitre. Chien Le Coz très pénible en fin d’après-midi. Atelier, commencé la couverte 100x100 avec les cendres de ma mère. Lecture par Pierre du Quichotte. Dîné aux nouvelles, quenelles sauce blanche, jardinière de légumes. Poires à la vapeur et framboises. Vu Vanity Fair, passable. Promenade nocturne avec Pierre au cap du Cassé. Autoportrait dans l’atelier. Dictionnaire, “sauf à…”. Révoltez-vous !, relecture. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du samedi 25 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 27 juillet 2015, 11 h 05Dimanche 26 juillet 2015. Sainte Anne — 207/158. Plieux. * Levés à 8 h. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans l’atelier, avec le tableau des Cendres. Paysage préposthume n° 226. L’IN-NOCENT. Brèves importunité du chien, système de défense. Agenda. 11 :06 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait avec le tableau des Cendres, Paysage préposthume n° 225 & 226, Intérieur à Plieux. Journal 2015, relecture. Le Jour ni l’Heure, sans titre (détail du Monument aux morts). Journal 2015, mise en ligne. Journal romain, relecture de dix journées (10-20 décembre 1985 — il y a beaucoup de fautes dans la copie qui n’étaient pas dans l’original. Life of Horla the Dog, relu deux chapitres, beaucoup de corrections également. Atelier, Couverte des Cendres. Lecture par Pierre des Don Quichotte. Aboiements du chien Le Coz. Dîné aux nouvelles, coulommiers chaud et salade verte, poires à la vapeur et framboises. Revu Barocco, d’André Téchiné, 1976. Promenade sur le plateau avec Pierre. Nouveau carton pour les ateliers de Belle-Fontaine (“Industrie de l’hébétude”). Révoltez-vous !, relecture. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 26 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 28 juillet 2015, 10 h 19Lundi 27 juillet 2015. Sainte Nathalie — 208/157. Plieux. Bien dormi, levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage nocturne, sur le plateau. Tél. d’une dame qui ne veut pas que je parle de son tél. Répondu à M. Nils Minkmar, du Spiegel. Agenda. 10 :57 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, paysage nocturne de la veille et vasque du monument aux Morts le vendredi. Chronologie compliquée, 1970-1964. Le Jour ni l’Heure, La Nuit, allée au Plainier. Bain. Lecture par Pierre de la préface à l’édition Everyman’s de Vanity Fair. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal romain, terminé la relecture de l’année 1985. Nouveau message de Mrs Walker, lui répond au sujet de la Vie du Horla. Atelier, Couverte des cendres, mais commence à manquer de peinture. Dîner aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux champignons, salade verte. Vu quelques images du Lautrec de Planchon, mais lâche aux premiers appareillages des jambes. Promenade avec Pierre dans la vallée, chemin de la rivière, remontés par le vallon d’Enduré et le chemin de la chartreuse, de nouveau presque impraticable. Révoltez-vous !, relecture. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 27 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 29 juillet 2015, 17 h 07Mardi 28 juillet 2015. Saint Samson — 209/156. Plieux. Réveillés à 7 h 20 par les aboiement du chien de Mme Le Coz. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et table sur la place, 22 juillet. Aboiement sporadiques du chien Le Coz, toutes les cinq minutes. Beau temps frais. Comptes : - 21,82 / prél. Orange, - 92 ,32 / remise chèque (Grand Remplacement), + 29,00 / “À venir”, - 407,81 / “Débiteur depuis 1 jour”. Agenda. 10 :15 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, sans titre, table sur la Plaza Mayor, La Nuit, dimanche 26 juillet 2015. Chronologie, cinq journées de septembre 1970, liste de lectures, New York. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Commencé l’article pour “Boulevard Voltaire”, “Révoltez-vous !”. Bain. Café. Lecture par Pierre de la suite de la préface à Vanity Fair. Article pour “Boulevard Voltaire”, le dernier de la saison, envoyé vers 6 heures. Chien de Mme Le Coz particulièrement insupportable toute l’après-midi, la guerre des nerfs bat son plein. Journal romain, relecture de cinq journées de janvier 2015. Carton pour Belle-Fontaine, “Éducation de l’oubli”. Séance de photographies de tableaux sur les flancs sud et ouest du bâtiment, couvertes 60x60 n° 72, Paysage avec un château d’eau, n° 73, Autoportrait VIII, et n° 74, dite “éternelle”, mais devenue Louis IV d’Outremer dans la forêt de Voas. Atelier, couverte des cendres, lecture par Pierre de Don Quichotte. Dîné aux nouvelles. Semoule et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Regardé un peu de La Belle et le Clochard. Promenade avec Pierre au Cassé . Au retour, parlé devant la mairie à Mme le maire, à M. Dulau, à Simone Aeberhard. Révoltez-vous !, suite de la relecture. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 28 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 30 juillet 2015, 11 h 07Mercredi 29 juillet 2015. Sainte Marthe — 210/155. Plieux. Pas trop mal dormi, pas de réveil par le chien Le Coz, c’est déjà ça. Levés à 8 heures. Autoportrait de la nuit et détail du Paysage avec un château d’eau. Bain. À dix heures avec Pierre à Lectoure, chez le médecin, rendez-vous, mais ne passerai qu’à onze heures et demie. Lu Philippe Muray, Ultima Necat. Affection urinaire toujours là, doct. Capdecomme veut que je voie un urologue. Me donne un médicament contre les vertiges. Pharmacie, sœur de Céline, très gentille. Rentrés peu avant midi et demi. Décalage général. Le Jour ni l’Heure, tableau photographiés la veille, couvertes 60x60 n° 72, 73 & 74.  Visiteurs, trois adultes (Pierre, je lis encore Muray). Comptes : - 21,82 (inchangé) / “À venir”, - 407, 81 / “Débiteur depuis 2 jours”. Temps gris. Agenda. 17 :02 /// Autres visiteurs. Chronologie, cinq journées de septembre 1970, toujours aussi compliquées et chronophages. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit à M. Uwe Heise, à propos de l’éventuelle traduction du Grand Remplacement en allemand. Écrit à David Farreny. Atelier, Grande Couverte des cendres. Lecture par Pierre de Don Quichotte. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Regardé un film documentaire sur les liens entre journalisme et pouvoir. Pluie, pas de promenade. Révoltez-vous !, relecture. Attaque de sommeil. Journal. Couché à 1 h et ½.

lire l’entrée du mercredi 29 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 31 juillet 2015, 10 h 17Jeudi 30 juillet 2015. Saint Juliette — 211/154. Plieux. Levé à 7 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la pièce de débarras, et détail du Paysage avec un château d’eau. Temps pluvieux. Comptes : - 21,82 (inchangé) / “À venir”, - 1092,95 / “Débiteur depuis 3 jours”. L’IN-NOCENT. Agenda. 10 :53 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Paysage avec un château d’eau et détail, Autoportrait VIII, Louis IV d’Outremer dans la forêt de Voas. Chronologie, septembre 1970, New York, cinq journées. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autre détail du Paysage avec un château d’eau et photographie du même sujet, avec une croisée de la salle des Pierres. Bain. Visiteurs. Forte activité nocente du chien Le Coz, en parriculier chaque fois que se présentent des visiteurs pour le château. Communiqué pour l’In-nocence, Bernard Cazeneuve et le Tunnel sous la Manche. Journal romain, relu cinq journées de janvier 1986. Beaucoup de temps perdu à cause du chien Le Coz. Atelier, Couverte des cendres. Lecture par Pierre du Quichotte. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cêpes et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Revu Les Sept Samouraïs. Promenade nocturne à Saint-Vidal. Autoportrait sous la lune. Journal. Couché après 2 heures.

lire l’entrée du jeudi 30 juillet 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 1er août 2015, 11 h 41Vendredi 31 juillet 2015. Saint Ignace de Loyola — 212/153. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit. L’IN-NOCENT. Comptes : + 65,03 (“repassé positif”) / vir. Amazon.lux, + 64,89 / vir. Apple, + 16,91 / vir. Amazon. Lix., + 5 ,05 / “À venir”, - 1208,85. Agenda. 10 :11 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, détail du Paysage avec un château d’eau, la couverte, et photographie du même titre, à la croisée de meneaux. Chronologie, agenda pour 1970, septembre, mais entrées relatives à plusieurs des années précédentes, avancée très lente. Le Jour ni l’Heure, autre détail du Paysage avec un château d’eau et bonne photographie très pictorialisée d’un sous-bois dans la forêt de Magnas. Bain. Lecture par Pierre de la préface au XIXe siècle de Muray. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne pour lecture publique. Écrit à M. Heise, à propos des éventuelles publications allemandes. Écrit à M. le docteur Balmette. Atelier, Couverte 100x100 n° ?, Les Cendres de ma mère. Lecture par Pierre du Quichotte, conversation avec Pança sur Dulcinée. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et lentilles. Promenade avec Pierre dans la vallée du nord, retour par la route et par le chemin de l’église, photographie. Journal romain, relecture, jusqu’au 20 janvier 2015. Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du vendredi 31 juillet 2015 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site