Le Jour ni l’Heure
août 2015

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 2 août 2015, 11 h 08Samedi 1er août 2015. Saint Alphonse — 213/152. Plieux. Réveillé à 7 h par la douleur au bas-ventre à droite, de nouveau, combinée avec les aboiements du chien Le Coz EN RÊVE. Levé à 7 h 20. Temps pisseux. Le Jour ni l’Heure, photographies lourdement traitées, autoportrait de la veille, dans la salle des Pierres, et chemin de l’église. Comptes : - 1027,92 / prél. Urssaf, - 685,14 / facture carte hôtel Beaumont-de-Lomagne (la fête à Plieux), - 373,20 / facture carte Amazon, -24,70 (ultrason) / facture carte Amazon, - 9,90 (id.) / “À venir”, - 115,90 /// Le Jour ni l’Heure, agenda, autoportrait de la nuit et chemin de l’église la veille, sous-bois à Magnas le mercredi 29 avril. Chronologie, cinq journées d’octobre 1970 à Conway, Arkansas. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, mauvaise vue du château vu de la vallée nord, mal traitée, laide, et autre version du chemin de l’église, même photographie que précédemment. Café, visiteurs, après-midi d’enfer avec le chien de Mme Le Coz déchaîné à chaque mouvement dans les parages, encouragé par sa maîtresse. Travail impossible, beaucoup de temps perdu. Lu Muray. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Passé directement à Révoltez-vous !, relecture, bien avancé, ajouté deux ou trois paragraphes. Atelier, terminé le tableau des Cendres de ma mère, couverte 100x100 n° ? Lecture par Pierre du Quichotte, Sancho en mission auprès de Dulcinée, rencontre à l’auberge le curé et le barbier. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et gnocchi au pesto, vu une combinaison d’un film déjà vu de Gus Van Sant, bien (le gaz de schiste), et de mauvais Musqueeters anglais, récent, un peu sexy, curieuse transposition des Sept Samouraï dans l’univers de Dumas. Arrêté à la première publicité, toutefois. Belle promenade crépusculaire et nocturne au Cassé, énorme lune pleine, photographies, autoportrait. Au bureau vers 10 heures et ½. Écrit à David Farreny. Journal romain, jusqu’au 25 janvier 1985. Journal.  Couché à une heure et demie.

lire l’entrée du samedi 1er août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 3 août 2015, 11 h 24Dimanche 2 août 2015. Saint Julien — 214/151. Plieux. Mauvaise nuit, insomnie, nerfs en capilotade (exaspération à l’endroit du chien Le Coz l’après-midi précédente, soucis financiers ?), éveillé de 4 h à 7 h et ½, levé à 8 h. Très beau matin très lumineux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit au Cassé, et point d’eau sous le Cassé, pas si bon que je ne l’avais cru. Déjeuné en bas avec Pierre. Matinée tranquille jusqu’à présent. Agenda. 10:46 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille, autoportrait de la nuit et point d’eau sous le Cassé, château rouge et version ocre du chemin de l’église. Cinq journées d’octobre 1970 à Hendrix College, Conway, Arkansas, longues citations de Blanchot. Journal 2015, entrée de la veille, commencé la relecture. Le Jour ni l’Heure, Paysages préposthumes n° 227 & 228, bien, et volumes Le Grand Remplacement pour publicité. Café. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Révoltez-vous ! Photographié avec Pierre la couverte 100x100 n° 43, Les Cendres de ma mère. Atelier, commencé une couverte 60x60 n° 74, Souvenir de L’Isle-Bouzon (fenêtre de Mme Gilbert). Lecture par Pierre du Quichotte, suite de l’histoire du jeune homme fou (Cardenio). Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et salade verte aux avocats, poires à la vapeur et framboises. Revu Maurice, de James Ivory. Promenade au Cassé avec Pierre, pleine lune déjà déclinante. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 2 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 4 août 2015, 18 h 04Lundi 3 août 2015. Sainte Lydie — 215/150. Plieux. Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, modérément pictorialisé, Couverte 100x100 n° 43, Les Cendres de ma mère, dét. Émission sur Braudel sur France Culture. Agenda. 11 :07 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, dét. de la couverte Les Cendres de ma mère, publicité pour Le Grand Remplacement, Paysages préposthumes n° 227 et 228. Chronologie, octobre 1970, Conway, Arkansas, cinq journées. Le Jour ni l’Heure, Paysage préposthume n° 229, Couverte 100x100 n° 43, Les Cendres de ma mère, vitrine des livres 2015. Bain. Café. Lecture par Pierre de la préface au XIXe siècle à travers les âges. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Révoltez-vous ! Atelier, couverte 60x60 n° 74, Souvenir de L’Isle-Bouzon. Lectoure par Pierre du Quichotte. Dîner aux nouvelles, lentilles et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Revu un peu de Le Cave se rebiffe. Forte pluie, ne sortons pas. Carton pour les ateliers de Belle-Fontaine (“Théorie du complot”). Révoltez-vous ! Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du lundi 3 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 5 août 2015, 10 h 42Mardi 4 août 2015. Saint Jean-Marie Vianney, 216/149. Plieux. * Levés à 7 h & ½. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pictorialisé, chemin au Cassé le samedi 1er, Paysage préposthume n° 229, mon favori (très morandien), Les Cendres de ma mère, “vitrine” de la production récente. Matinée et milieu de journée de frénésie twitterrienne, échanges avec Philippe Bilger et surtout, en vers, avec Eugénie Bastié. Du coup retard considérable (mais ce n’est pas forcément du temps perdu). Carton de dictionnaire, “théorie du complot”. Le Jour ni l’Heure, Paysage préposthume n° 230 (Le Champ) et maison Aeberhard sous la lune. Bain. Lecture par Pierre des pages sur le voyage de la cour espagnole à l’île de Faisans en 1659, organisé par Vélasquez, dans Benassar — très intéressant. Chèque à Céline. Comptes : - 1027,92 (inchangé) / “ À venir”, - 1827,99 / “Débiteur depuis 4 jours”. Agenda. Forts aboiements du chien Le Coz. 17 :57 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, Promenade sous la lune (au Cassé), maison Aeberhard, Paysage préposthume n° 230 (Le Champ), Production 2015 de la librairie, Les Cendres de ma mère. Chronologie, cinq journées d’octobre 1970 à Conway, Arkansas (citations). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Chien de Mme Le Coz déchaîné, beaucoup de temps perdu. Atelier, Couverte 60x60 n° 74, Souvenir de L’Isle-Bouzon. Lecture par Pierre du Quichotte, récits convergents de Cardenio et de Dorothée. Dîner aux nouvelles, ravioles aux cêpes et jardinière de légumes, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Émission de Stéphane Bern sur Isabelle la Catholique, que suivons jusqu’à l’Amérique, puis procès de Mendès-France à Clermont-Ferrand. Promenade sur le plateau, jusqu’aux allées de La Rouquette et de La Bonnefont. Révoltez-vous !, lissage presque au hasard. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mardi 4 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 6 août 2015, 12 h 13Mercredi 5 août 2015. Saint Abel — 217/148. Plieux. Levés à 8 h. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et vue prise de la fenêtre à l’aube, avant de me rendormir. Émission sur Braudel et l’économie. Comptes : - 1133,72 / prél. Canal Sat, - 76,00 / prél. Canal Plus, - 39,90 / vir. CPAM Auch, + 10,10 / “À venir”, - 1722, 19 / Prévisionnel, - 2955,98 / “Débiteur depuis 5 jours”. Agenda. Chien Le Coz. 10 :36 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille, autoportrait de la nuit et paysage du matin même, Paysage préposthume n° 230 et maison Æberhard sous la lune. Trois journées d’octobre 1970, Conway, Arkansas. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, Paysage nocturne avec un personnage (Pierre au Cassé), champ nocturne avec l’atelier Sigala. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Révoltez-vous ! fin d’une deuxième version. Carton pour les ateliers de Belle-Fontaine (“Indigène”). Chien Le Coz déchaîné à chaque arrivée de visiteurs pour le château. Atelier, Couverte 60x60 n° 74, Souvenirs de L’Isle-Bouzon, mais même pour peindre le chien Le Coz fait perdre un temps fou. Dîner aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu un documentaire sur l’histoire diplomatique entre 1919 et 1939, mais on n’y apprend rien du tout, et nous le quittons pour un film de Roschdy Zem, Bodybuilder, dont l’intérêt principal est qu’il se passe à Saint-Étienne et qu’on y voit un peu Nicolas Duvauchelle, jadis très à la mode dans les milieux marcheschien. Promenade au cap du Cassé, retour par le boulevard extérieur (du Cassé). Révoltez-vous !, troisième lecture (écriture). Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 5 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 7 août 2015, 10 h 45Jeudi 6 août 2015. Transfiguration — 218/147. Plieux. Mauvaise nuit, longue insomnie, sans cause immédiate apparente. Endormi vers 7 h & ½, levé à 8. Temps humide et gris. Le Jour ni l’Heure, ne dispose pour l’autoportrait quotidien que d’une très mauvais photographie, essaie de m’en tirer en la “traitant” au maximum, “pictorialement”. Détail de la même, nature morte “à la Braque” (diciamo). Carton de Belle-Fontaine, “Indigènes”. Comptes : - 3707,33 / chèque Céline, - 829,62 / prél. Credipar (Peugeot), - 759,88 / prél ? Scam, - 507,00 / prél. Sofinco, - 310,80 / prél. Cardif ass. Vie (emprunt), - 119,51 / prél. Télérama, - 25,00 / Cotisation Esprit libre (sic), -21,80 / “À venir”, 0,00 / Débiteur depuis 6 jours. Agenda. 11 :44 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille, autoportrait à table avec Pierre, détail de la même image, La Carafe, deux paysage nocturnes du samedi 1er août. Chronologie, octobre 1970, Conway, Arkansas, cinq journées, longues citations de Tzvetan Todorov. Le Jour ni l’Heure, détail de la table la veille, très picturalisée, et paysage de la fenêtre, la veille à l’aube. Sonate appassionata, La Roque-d’Antéron. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Révoltez-vous !, troisième couche. Chien Le Coz, pénibles aboiements sporadiques. Atelier, couverte 60x60 n° 75, Souvenir de L’Isle-Bouzon. Lecture par Pierre du Quichotte, Dorothée. Dîné aux nouvelles, excellente omelette aux pommes de terre & aux champignons. Poires à la vapeur et framboises. Vu les quatre épisodes à la suite d’une mini-série anglaise pas mal du tout, mais c’est épuisant — Secret State, avec Gabriel Byrne. Promenade à Saint Vidal après minuit. Journal, longue entrée sur l’insomnie de la veille. Couché à 2 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 6 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 8 août 2015, 10 h 34Vendredi 7 août 2015. Saint Gaëtan — 219/146. Plieux. Levé à 8 h. Temps gris et frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec La Lune de Marcheschi, et grand détail de la couverte en cours d’exécution, 60x60 n° 75, Souvenir de L’Isle-Bouzon. Dernière émission du cycle sur Braudel, le fameux cours à Toulon. Comptes : - 3707,33 (inchangé) / “À venir”, - 0,00 / “ Débiteur depuis 7 jours”. Agenda. 10 :31 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Souvenir de L’Isle-Bouzon, vue de la table, Fenêtre de la chambre. Chronologie, octobre 1970, suite, longues citations toujours. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Échanges avec les Allemands à propos du contrat d’édition. Le Jour ni l’Heure, La Carafe, Intérieur à Plieux. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Échanges avec Steingra, trouvé un accord. Révoltez-vous ! Chien Le Coz, plusieurs crises. Atelier, Souvenir de L’Isle-Bouzon, modifications réalistes de détail, fenêtres, etc. Lecture par Pierre du Quichotte, réapparition d’André. Dîner aux nouvelles, riz au thon, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu un documentaire sur la Sainte Lance, un autre sur le “complot des blouses blanches” puis un très mauvais film de Julien Duvivier, Marie-Martine, 1959 (rien de toute cela complètement). Promenade sur le plateau. Révoltez-vous ! Journal, peu inspiré. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du vendredi 7 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 9 août 2015, 11 h 23Samedi 8 août 2015. Saint Dominique — 220/145. Plieux. Réveillé par la douleur au bas-ventre. Passe quand je me mève et pisse, comme d’habitude. Debout à 7 heures. Temps gris et pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, sans intérêt, et vue de la fenêtre de la chambre le 5 juillet, tentative d’effet de “bois”. Comptes : - 3400,43 / vir. PayPal, + 300,00 / vir. Axa + 6,90 / “À venir”, 0,00 / “Débiteur depuis 8 jours”. Agenda. 10 :21 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Paysage à la Tour, Intérieur à Plieux, La Table. Chronologie, octobre 2015. Le Jour ni l’Heure, Ciel nocturne (Le Soir à Saint-Vidal) et chemin de la Rouquette la nuit, mardi 21 juillet 2015. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Pierre “saisit” un vieux contrat Fayard afin que nous le transposions pour Antaios, l’éditeur allemand. Révoltez-vous !, troisième couche, dépassé les quarante mille signes. Chien Le Coz insupportable toute l’après-midi, fait la police chez nous, aboie comme un possédé chaque fois qu’il se présente des visiteurs pour le château. Atelier, Couverte 60x60 n° 75, Souvenir de L’Isle-Bouzon, finie ? Lecture par Pierre du Quichotte, histoire d’Anselme et de Lothaire. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cêpes et jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Regardé le “Secrets d’histoire” sur Jules César. Promenade au Cassé, nuit noire, chemins trempés, magnifiques ciels nocturnes (mais pas l’appareil). Message de David Farreny. Révoltez-vous ! Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du samedi 8 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 10 août 2015, 9 h 57Dimanche 9 août 2015. Saint Amour — 221/144. Plieux. Douleur au bas-ventre à droite. Levé à 7 h, recouché, levé à 8 h & ½. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, assez bon, mais ne dispose de rien d’autre. Agenda. 11 :10 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille. Chronologie, novembre 1970, Conway, Arkansas. Le Jour ni l’Heure, Twombly, Bacchus, 15 mai 2015, et Souvenir de l’Isle-Bouzon, couverte 60x60 n° 75. Bain. Journal 2015, entrée de la veille. Révoltez-vous !, fini troisème couche, vais mettre en ligne. Après-midi d’enfer avec chien de Josette Le Coz déchaîné à chaque groupe de visiteurs. Atelier, retouches à Souvenir de L’Isle-Bouzon, commencé une autre version 100x100. Lecture par Pierre de Don Quichotte, suite de l’histoire d’Anselme et de Lothaire. Dîner aux nouvelles, quenelles, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu d’un film de Terry Gilliam, The Fisher King, un peu d’Occupe-toi d’Amélie, et un peu d’un James Bond en partie islandais. Promenade avec Pierre jusqu’au chêne sur le chemin de la Rouquette, nuit noire. Révoltez-vous !, confectionné une esquisse de couverture, mais je ne dispose pas d’une bonne photographie. Journal. Couché peu après 1 h. 

lire l’entrée du dimanche 9 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 11 août 2015, 16 h 08Lundi 10 août 2015. Saint Laurent, 222/143. Plieux. Levé à 7 h & ½. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille. Essais pour photographier de nouveau la couverte envisagée comme couverture mais le temps est trop gris. Téléphoné à la gendarmerie. Rendez-vous demain après-midi à Fleurance. Agenda. 09 :42 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, premier essai de couverture pour Révoltez-vous !, Bacchus de Twombly et Souvenir de L’Isle-Bouzon 60x60. Chronologie, Conway, Arkansas, 1970, longues citations de Tzvetan Todorov. Tél. de ma sœur. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du même grand Bonnard, Jeux d’eau ou Le Voyage, 1906-1910, Orsay, jeudi 14 mai 2015. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Tél. de Jacqueline Voillat. Plusieurs grands récitals du chien Le Coz, à l’occasion de visites du château — perdu beaucoup de temps. Essais de couverture pour Révoltez-vous !, rephotographié le tableau choisi (Dover Beach rouge et noir 50x50) après l’avoir nettoyé à la pomme de terre. Finalement obtenu quelque chose qui convient à peu près, au moins à titre provisoire pour la version en ligne, et procédé justement à la mise en ligne, peu avant 8 heures, à ma vive satisfaction. Été avec Pierre dîner à l’auberge de Gramont, invités par Jeanne. Potage aux pois ( ?), quatre foies gras dont un chaud, grillé, magret de canard, fromage, glace, mousse au chocolat, crème catalane. Photographies diverses. Jeanne m’a offert le nouveau Virgile de la Pléiade. Rentrés vers 11 h et ½. Relu un peu de Révoltez-vous ! en ligne, corrigé une faute. Journal. Couché à 1 h. & 1/2. 

lire l’entrée du lundi 10 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 12 août 2015, 11 h 20Mardi 11 août 2015. Sainte Claire — 223/142. Plieux. Double insomnie due aux excès de table, mais plutôt agréable — P. très coopératif. Levés à 8 h & ½. Le Jour ni l’Heure, bon autoportrait fantomatique et préposthume de la veille à Gramont et joli détail de tapisserie là-bas, à l’auberge (Caron). Visite impromptue des gendarmes de Fleurance-Miradoux, très gentiment, pour m’éviter d’aller à Fleurance l’après-midi comme convenu. Constatent que le chien Le Coz aboie dès leur arrivée et, mieux encore, qu’il est prestement rentré quand ils sont aperçus. Très coopératifs — parlent même d’enlever son chien à Mme le Coz si elle ne fait rien, ce qui est (nettement) plus que je n’en demande ! Dois aller à Miradoux samedi (le 15 août ???) pour la plainte. Parlé à Jeanne. Pierre à Fleurance, courses, rencontre Anne Moreau. Le Jour ni l’Heure, M. Corbière devant son auberge et Jeanne de Loynes à l’intérieur. Bain. Lecture par Pierre. Grande retard. Sommeil. Comptes : - 2393,52 / vir. caisse de retraite : + 1138,09 / échéance prêt : - 131,19 / “À venir”, - 25,99 / “ Débiteur depuis 11 jours”. Agenda. 16 :00 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, trois autres vues prises à Gramont la veille, trois photographies du même tableau de Bonnard, Jeux d’eau ou Le Voyage, 1906-1910, jeudi 14 mai 2015. Chronologie, novembre 1970, à Conway, Arkansas. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Couverte 100x100 n° ?, Souvenir de L’Isle-Bouzon, II. Lecture par Pierre du Quichotte. Journal télévisé dans la chambre. Peu avant 9 h, MMmes Solange Bied-Charreton (venue de La Romieu) et Eugénie Bastié (venue du château de Laballe, dans les Landes, mais près d’Eauze) ici. Champagne dans la bibliothèque puis dîner dans la salle des Pierres, “J’y-fous-tout”, salade verte, avocats, poulet tiède, jambon, œufs mollets, champignons, croutons, mimolette. Poires à la vapeur et glace rhum-raisin. Infusion et armagnac près de la Béatrice. Conversation sur la catholicisme et la foi aujourd’hui, le livre de Carrère, Les Deux Étendards, etc. Ces dames parlent surtout l’une avec l’autre. S’en vont vers minuit et demi. Les raccompagnons jusqu’à la Piaza Mayor. Promenade avec Pierre sur le plateaux, nombreuses étoiles filantes, dont une très spectaculaire. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du mardi 11 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 13 août 2015, 10 h 37Mercredi 12 août 2015. Sainte Clarisse — 224/141. Plieux. Levés à 8 h et demi, curieux temps, plein soleil mais épais brouillard jusqu’aux Pyrénées. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, sans intérêt, et vue du manoir d’Havarès, à Gramont, à contre-jour. Comptes : - 2293,53 (inchangé) / “À venir”, - 25,99 / “Débiteur depuis 12 jours”. Agenda. 11 :13 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans la salle des Vents et manoir d’Havarès, trois photographies de l’auberge de Gramont le 10 août. Chronologie, fini le mois de novembre de l’année 1970, Conway, Arkansas, et visite à Marianna. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du 10 août à Gramont. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Essayé de dormir un peu, mais aussitôt réveillé par le chien de Mme Le Coz, bien entendu. Répondu à un entretien pour Breizh.Info. Long téléphonage de Philippe Martel, qui va à Béziers. Parlé de K., l’“éditeur” (qui semble-t-il a changé de nom). Atelier, Souvenir de L’Isle-Bouzon II, vient tout seul. Lecture du Quichotte. Excellent dîner de restes, salade de poulet, mimolette, champignons, avocats, etc. Poires à la vapeur, framboises et glace rhum-raisin. Vu un documentaire sur Churchill, Darlan et Mers-el-Kébir, puis un peu de Top of the Lake, de Jane Campion. Promenade au cap du Cassé, revenu par le boulevard extérieur (du Cassé), parlé au chat de la Rose des Vents. Me suis attelé au projet De l’In-nocence, commencé à relire l’introduction, pense qu’il faut changer le plan, et d’abord isoler le programme. Autoportrait downstairs. Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du mercredi 12 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 14 août 2015, 10 h 19Jeudi 13 août 2015. Saint Hippolyte — 225/140. Plieux. Sévère insomnie, peu explicable (pas mangé plus que le soir précédent, et moins mélangé de vins…). Dû nous lever à cause d’un violent orage et d’une fuite dans la salle des Vents, il a fallu déplacer en catastrophe la Morsure de l’Aube, bien nommée, et installer des seaux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage du matin même, très abstrait. Comptes : - 2293,53 (inchangé) / “À venir”, -85,99 / “Débiteur depuis 13 joirs”. Agenda. 10 :33 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Fenêtre de la chambre le matin même, trois photographies prises à Gramont le 10 août. Chronologie, dix journées de décembre 1970, Hendrix College, Conway, Arkansas. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit aux Clergier, lettre de condoléancs pour la mort de Denyse Clergier, morte à cent deux ans. Le Jour ni l’Heure, seau d’eau pour l’orage, rouge et bleu, et auberge de Gramont le 10 août. Bain. Dame du château de Landiran pour des livres (mais ne l’ai pas vue). De l’In-nocence, revu la première préface et en ai commncé une deuxième. Atelier, couverte 100x100, Souvenir de L’Isle-Bouzon II. Lecture par Pierre de Don Quichotte, histoire du captif. Dîner aux nouvelles, restes de restes, pas grand chose, sauf glace en abondance, rhum-raisin et vanille. Vu Charulata, 1964, de Satyajit Ray, d’après Tagore. Promenade nocturne abrégée à cause du froid, été seulement à Saint-Vidal. Dictionnaire, récital, concert, 702.000 signes. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à 1 h.

lire l’entrée du jeudi 13 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 15 août 2015, 11 h 12Vendredi 14 août 2015. Saint Evrard — 226/139. Plieux. Levé à 7 h 20, autoportrait de la nuit, quelconque, vingt-huitième Vue de Castelnau-d’Arbieu, en fait prise par Pierre (avec vue du pic d’Arbizon). Comptes : - 2293,53 (inchangé) / “À venir”, - 85,99 / “Débiteur depuis 14 jours”. Agenda. 10:13 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Vue de Castelnau-d’Arbieu (28), auberge de Gramont le 10 août et seau d’eau après l’orage le 13. Chronologie, Conway, Arkansas, décembre 1970. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, homme dans une barque de la tapisserie de Gramont, version en couleur. Bain. Dormi un peu (dans la bibliothèque). Plusieurs groupes de visiteurs, lu Muray (Ultima Necat). De l’In-nocence, deuxième préface. Coup de tél. du sous-préfet, qui vient d’être nommé à D. (toujours sous-préfet). Relu et un peu corrigé deux ou trois paragraphes de Révoltez-vous ! Atelier, grand Souvenir de l’Isle-Bouzon. Lecture par Pierre de Don Quichotte, histoire du captif et de la fugitive. Dîner aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons, salade verte et avocats, poires à la vapeur, framboises et glace à la vanille. Revu in extenso À la recherche du temps perdu, de Nina Companeez, bien que ce soit bien mauvais et même souvent exécrable. Promenade à Saint-Vidal, de nouveau par grand froid. Journal (Denyse Clergier). Couché à 2 heures.

lire l’entrée du vendredi 14 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 16 août 2015, 11 h 25Samedi 15 août 2015. Assomption — 227/138. Plieux. * Levés à 8 heures. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très “travaillé” dans le goût de Fleury Richard, et Albertine à la toilette, image du téléfilm, également très “travaillée” pictorialistiquement. Déjeuné en bas avec Pierre. Agenda. 11 :03. /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrat de la veille, Albertine du téléfilm de la veille, Caron de la tapisserie de Gramont. Agenda 1970, fini le mois (à New York), mais reste un carnet d’adresse placé là. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, détail des Pyrénées vue de la bibliothèque, photographie prise par Pierre et traitée dans l’esprit d’Henri de Valenciennes, pot de fleur devant l’église de Plieux, lourdement traité également. Bain. Mise en ligne de l’entrée de la veille du journal. Été à la gendarmerie de Miradoux pour le dépôt de plainte. Gendarme aimable et coopératif mais il a beaucoup de difficulté avec son ordinateur. Fin d’après-midi agitée, Mme Le Coz marmonne très audiblement des menaces de rétorsions aux sifflements à ultrasons, qui pourtant ne se déclenchent qu’aux moments où son chien aboie (et encore, pas toujours). Ambiance tendue, beaucoup de temps perdu pour la travail, moi aussi j’ai des diffficultés avec mon ordinateur, m’occupe de De l’In-nocence, mis au point la deuxième préface, installé le chapitre sur la Culture, récemment revu sur le site, passe à celui qui concerne la démographie, mais toute modification à un paragraphe entraîne les mêmes changements dans tous les autres, épuisant, surtout sur fond presque continuel d’aboiements de chiens et de râles/menaces de la voisine. Atelier, grande couverte Souvenir de L’Isle-Bouzon II, lecture par Pierre du Quichotte, suite de l’histoire du captif et de Zoraïde. Dîner d’omelette et de fromages (pyrénées, saint-nectaire), vin rouge (madiran), poires à la vapeur et framboises. Revu Kingdom of Heaven, 2004, de Ridley Scott, avec Orlando Bloom. Promenade dans la vallée du nord, retour par la D53 (parce que Pierre voulait ramasser un paier gras qu’il avait remarqué en voiture). Dictionnaire, article “communiquer” (intransitif). Journal, mais tombe de sommeil et dois m’arrêter. Couché à 1 h et ½.

lire l’entrée du samedi 15 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 17 août 2015, 16 h 25
modifiée le samedi 22 août 2015, 16 h 08
Dimanche 16 août 2015.
Saint Armel — 228/137. Plieux. Assez bien dormi, malgré un rêve bizarre, séjour à New York, château voisin, lac, marais, thème de la progression difficile. Levés à 8 h & ½. Très beau temps très transparent. Déjeuner en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, en fait doublon du précédent, autre traitement. Un certain abattement. Agenda, recherches sur Kingdom of Heaven, puis sur Balian d’Ibelin, puis sur le royaume de Jérusalem, Baudouin IV, Gui de Lusignan, etc (un gouffre). Très vifs aboiements du chien de la voisine, apparemment provoqués. Tout travail impossible. 11 :15 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait de la nuit pénultième, doublon du précédent. Agenda de 1970, très longue entrée sans grand intérêt, “notes de décembre”, y passe une heure puis perd tout justement parce que c’est trop long, la connexion saute, dois tout recommencer. Le Jour ni l’Heure, « Arrêtez le massacre ! », maison à L’Isle-Bouzon. Collation avec Pierre, restes de fromage et thon, vin rouge (Madaillan). Après-midi d’enfer, chien surexcité par de nombreux visiteurs chez lui, eux-mêmes assez bruyants, la voisine passe aux menaces, comme si c’était moi qui l’agressais ! Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. De l’In-nocence 2, Programme, “Démographie”, “Écologie”. Atelier, Souvenir de l’Isle-Bouzon 2. Lecture par Pierre du Quichotte, le captif retrouve son frère. Dîner aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule. Vu un peu, peu, du Cardinal. Furieux aboiements du chien de la voisine dès que nous mettons un pied dans la cour (la nôtre !!!). Pierre exaspéré sort par le fond du jardin, en enjambant le mur. Promenade sur le plateau, nous détend un peu. Autoportrait sur le chemin de la Rouquette. Dictionnaire, article “pire / pis”. Journal, mais tombe de sommeil et de fatigue comme tous ces soirs-ci. 

lire l’entrée du dimanche 16 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 18 août 2015, 11 h 52
modifiée le samedi 22 août 2015, 16 h 05
Lundi 17 août 2015.
Saint Hyacinthe — 229/136. Plieux. Levé à 7 h. Temps pâle. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, sur le chemin de La Rouquette, et champ nocturne de ce côté-là, avec les lumières de Gramont. Pierre part pour C., vers 9 h. et ½. Tâché de retenir une chambre à Paris pour septembre, mais l’hôtel est plein. Crise goutte, douleur au tendon gauche, marche difficilement. Mis en ligne le communiqué n° 1860, “Sur les nouveaux comportements des clandestins”. Réaction assez vive, mais amicale de ton, d’Alain Finkielkraut, que je mets en ligne également, ainsi que ma réponse, puis sa réponse à ma réponse, et ainsi de suite jusqu’à maintenant. Long téléphonage de Michel Gurfinkiel, à propos de tout à fait autre chose (et à vrai dire, rien de très précis – ah si, veux connaître mes sentiments actuels à l’endroit de Marine Le Pen et du FN…). Le Jour ni l’Heure, photogramme de Pierre Bonnard vers 1938-1940, jeudi 14 mai 2015, Orsay. Considérable retard. Bain. Vais ouvrir les portes et aménager le panneau puisque c’est moi qui dois faire visiter. Aboiements du chien, regarde par la fenêtre si ce sont des visiteurs, commentaires de la voisine dans son jardin, c’est de plus en plus agréable… Agenda. 16 :09 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, plateau juste avant la nuit, Pierre Bonnard en bateau, c. 1938. Pas de Chronologie ancienne, ai fini la transcription du volume 1970. Poursuite des échanges avec Alain Finkielkraut à propos du communiqué du parti (jusqu’à la nuit). Montée régulière des tensions avec la maison voisine. Un homme qui avait annoncé sa visite vient et repart, je crois, soit à cause des aboiements, soit à cause des sifflements, ou parce qu’avec tout ça je ne l’ai pas entendu. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, couverte 100x100 n° ?, Souvenir de l’Isle-Bouzon 2, beaucoup intervenu sur le bas, passé (à tort) du jaune à l’ocre. Écouté Michel Onfray parler de Robert Misrahi. Dîné très mouvementé, ça tourne à l’état de siège. Chien déchaîné, sifflements en réplique, homme qui proteste et semble-t-il menace, soit à propos du chien, soit, plus vraisembablement, des sifflements, qui pourtant n’interviennent que lorsque le chien aboie et s’arrêtent dès qu’il arrête. Vu heureusement un film comico-policier pas mal du tout, In Bruges (stupidement titré en français Bons Baiser des Bruges), de Martin McDonagh (2008), avec Colin Farrell et Brandan Gleeson. Marché en boîtant beaucoup jusqu’à la D 53, malgré une sérieuse attaque de goutte. Nouveau message d’Alain Finkielkraut. Relu un peu de Révoltez-vous !. Journal. Autoportrait. Couché à 2 h.

lire l’entrée du lundi 17 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 19 août 2015, 12 h 18Mardi 18 août 2015. Sainte Hélène — 230/135. Plieux. Très peu dormi. Réveillé à 6 h, levé à 7 h 20, n’ayant pu retrouver le sommeil. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, traité en “couteau à peinture”, et détail du couvre-lit (Paysage intérieur). Entretien paru dans Breizh.Info, avec une photographie bien vilaine (autoportrait, rien à dire). L’IN-NOCENT. Tél. de Pierre. Comptes : - 2376,53 / prél. Orange, - 60,00 / Chèque doct. Capdecomme, - 23,00 / “À venir”, - 25,99 / “Débiteur depuis 18 jours” /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et Paysage intérieur (le lit). Chronologie, commencé la transcription de l’agenda pour l’année 1982. Le Jour ni l’Heure, portrait de W. par Michel Combe, 1979 (au chapeau), version traitée du même, portrait de Pierre par Didier Thévenin, 1999 (ou 2000 ?). Bain. Le Monde. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. De l’In-nocence, déplacé “Éducation”, mais sans relire ou corriger. Atelier, Souvenir de L’Isle-Bouzon 2, suite, en écoutant Michel Onfray parler de Robert Misrahi et de l’étrange Construction d’un château. Dîner aux nouvelles. Vu l’émission de Stéphane Bern sur Mme de Sévigné, bien. Marché jusqu’à Saint-Vidal, mais grande difficulté à marcher, justement. Relu encore une fois une partie de Révoltez-vous !, en attendant le retour de F. Dictionnaire, article “Jungle” (existait déjà). Journal. Couché à une heure et demie. Tendon gauche très douloureux.

lire l’entrée du mardi 18 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 20 août 2015, 10 h 19Mercredi 19 août 2015. Saint Jean Eudes, 231/134. Plieux. Levé à 7 h & ½. Talon très douloureux. Passé au Bi-Profenid, en abandonnant les autres médicaments. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, quasi-doublon “traité” du précédent, et rien d’autre. Beau temps. Chien de la voisine modérément pénible. Tél. de P., qui va avec sa mère à Audinac-les-Bains. Retour de F. Relu encore une fois entièrement Révoltez-vous !. Parlé à M. Daniel, à l’hôtel B. & M., réservation du 7 au 10. Coucherai le 6 à Orléans, pas plus mal. Comptes : - 2376,53 (inchangé) / “À venir”, - 25,99 / “Débiteur depuis 19 jours”. Agenda. 11 :56 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, celui-ci variante du précédent, lourdement “traité”. Chronologie, une journée de l’agenda 1982, janvier. Le Jour ni l’Heure, photographies de photographies anciennes, qu’il n’est plus possible de scanner (app. ne marche plus depuis le changement d’ordinateur) : Chiara Paola Morlotti sur la Cherwell, à Oxford, automne 1965 ; ma mère, mon frère et sa nurse devant le portail des communs, aux Garnaudes, 1935 ou 36. Bain. Quatre autres journées de janvier 1982 pour la Chronologie. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Puis suite ininterrompue de visiteurs, tous très gentils et sympathiques, jusqu’au-delà de 8 heures : couple de Gisors qui s’est installé à Beaumont-de-Lomagne, accompagné de son petit-fils de cinq ans, Arthur, féru de châteaux-forts et de chevalerie ; Julien Portal, l’ex-“prisonnier de Flamarens”, avec un sien ami de Stanislas, “préparateur en mathématiques” (?) ; couple de Rouen avec leur fille, grands amateurs d’abbayes et sympathisants politiques. Dîner seul, gnochis aux carottes, poires au four et framboises. Vu un peu de Lost in translation, tout en parlant à Pierre, pour la troisième fois de la journée. Belle promenade nocturne au Cassé, retour par le boulevard extérieur (du Cassé), grand ciel étoilé, croissant de lune qui, bizarrement, produit beaucoup de lumière. Colossal retard pour tout, nombreuses lettres urgentes en suspens, Journal 2015, relecture et mise en ligne très tardive. De l’In-nocence, suite de la transposition du programme du parti, mais pratiquement sans y toucher. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 19 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 21 août 2015, 11 h 05
modifiée le samedi 22 août 2015, 16 h 03
Jeudi 20 août 2015.
Saint Bernard — 232/133. Plieux. Réveillé à 8 h par Céline à qui j’ai oublié de laisser la clef (et bien sûr par les aboiements du chien Le Coz — ah, des visiteurs, hier, se plaignaient de ne pas l’entendre !). Très beau matin transparent. Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la veille, oublié, fait et aussitôt mis en ligne. Comptes : - 2314,59 / vir. Kobo Inc., + 61,94 / “À venir”, - 165,33 / “Débiteur depuis 20 jours”. Agende. 10 :017 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la veille, oublié, à la robe de chambre rouge. Chronologie, une seul journée de janvier 1982. Ah oui, échanges avec David Farreny à propos de la couverture de Révoltez-vous ! Parlé à Pierre. Message de Mlle Vibeke, de la P.O.L., qui cherche à joindre Farid pare qu’un éditeur américain veut acheter les droits de Prosopopée. Du coup, cherche moi-même à joindre Farid, évanoui dans la nature. Nombreux messages, réponses à Karim Ouchik, à Élisabeth Mazeron, à Martial Bild, à un homme qui me proposait son appartement à Paris, à un lecteur de Tricks, etc. Le Jour ni l’Heure, photographies de photographies anciennes, ma mère repeignant la rampe du perron à Landogne en 1966, ma mère vers 1937-38, ma mère parmi ses demoiselles d’honneur lors de son mariage en 1934. Bain. Bonne surprise dans la boîte à lettre, pas relevée depuis plusieurs jours, le contrat de l’éditeur allemand, pour Le Grand Remplacement (mais bizarrement il est en français, et signé seulement sur la dernière page ???). Visiteur, une dame et sa (petite) fille, un couple du Velay et de l’Allier. Suite des échanges avec Daf sur la couverture de Révoltez-vous !. Estomac dérangé par le Bi-Profenid (mais cheville opératoire grâce à lui…). Très belle après-midi lumineuse mais beaucoup de bruits divers, pisc., promeneurs beugleurs, chien de la chartreuse surtout, qui lui en plus a une voix de roquet insupportable. Journal 2015, entrée de la veille, suite de la rédaction interrompue la nuit précédente. Atelier, Souvenir de L’Isle-Bouzon II. Dîner aux nouvelles, tarte au poireaux industrielle rehaussée de thon, poires au four rehaussées de compote de poires. Chien LC aboie pendant le dîner, suivant sa nouvelle mode. Vu un peu du Héros, de Satyajit Ray, 1966. Parlé à Pierre. Marché sur le plateau jusqu’au carrefour La Rouquette/La Bonnefont. Croisée Mme Lavauden et sa fille et parlé un peu avec elles. Suite des échanges avec David Farreny sur la couverture de Révoltez-vous !. Journal 2015, La Tour, entrée de la veille, mise en ligne très tard. Journal. Couché à 2 h.

lire l’entrée du jeudi 20 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 22 août 2015, 12 h 30Vendredi 21 août 2015. Saint Christophe — 233/132. Plieux. Levé à 8 heures. Très beau temps, comme tous ces jours-ci. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, “traité” (avec Albertine disparue dans sa nouvelle position). Comptes : - 2314, 59 (inchangé) / “À venir”, - 183,23 / “Vous êtes débiteur depuis 21 jours”. Parlé à Pedro. Agenda. 10 :54 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, trois photographies de photographies, mère peignant, mère 1938, mère parmi ses demoiselles d’honneur. Chronologie, cinq journées de janvier 1982. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de photographies, parents le jour de leur mariage (1934), Jean-Michel Zurflüh, W. et moi à Tanglewood ( ?) en 1970, Chiara-Paola Morlotti à Oxford en 1965. Bain. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Visiteurs, deux couples d’un certain âge, versaillais, difficiles. Correspondance. Le Monde. Communiqué pour le parti (1861, “Sur les troubles au Front national”). Atelier, Souvenir de L’Isle-Bouzon, version grande. Michel Onfray sur Robert Misrahi, suite. Retour de Pierre, chargé de victuailles. Dîner post-pyrénéen, pur fantasme, tuerie : deux très longues tranches de jambon de montagne, pain grillé, rosé d’Arton, salade verte, deux fromages pyrénéens, tarte aux mirabelles de Mme J., bref un pur délice. Promenade au Cassé avec Pierre, retour par le boulevard extérieur. Écrit aux éditions Antaios, renvoyé les deux exemplaires du contrat parce qu’il n’est pas paraphé à chaque page, soulevé la question de la version allemande. Écrit à M. Uwe Heise, à Chambilly, qui m’a envoyé une très jolie brochure sur Semur-en-Brionnais. De l’In-nocence, commencé la révision du chapitre “Démographie”. Journal, mais sans finir. Couché à 1 h.

lire l’entrée du vendredi 21 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 23 août 2015, 11 h 59
modifiée le dimanche 23 août 2015, 12 h 01
Samedi 22 août 2015.
Sainte Rose — 235/130. Plieux. Pas trop mal dormi. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, fortement “traité”. Toute la matinée sur les réseaux sociaux, grande activité autour de l’attentat du train Thalys, nombreux tweets, certains très retweetés. Comptes : - 1714,59 / vir. PayPal, + 600,00 / “À venir”, - 183,23 / “Débiteur depuis 22 jours”. Tél. de M. Gil Mihaely, de Causeur, à la suite de miens échanges avec Élisabeth Lévy les jours précédents : veulent publier mes échanges de mail avec Alain Finkielkraut mardi et mercredi dernier (“Duel au sommet”), toucherai 400 €, toujours ça de pris. Agenda. 12 :24 /// Le Jour ni l’Heure, deux cartons du NON, un communiqué (“Sur les troubles au Front national”) et une définition (“antiremplacistes”), un paysage d’après une photographie prise de la fenêtre de la bibliothèque, avec le pic du Midi. Bain. La Bonne Chanson. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, parents le jour de leur mariage, Jean-Michel Zurflüh, W. et moi en Nouvelle-Angleterre, Chiara-Paola Morlotti à Oxford en 1965-66. Chronologie, cinq journées de janvier 1982, Paris. Le Monde. Communiqué pour l’In-nocence et le NON (sur l’affaire du Thalys). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. De l’In-nocence, choix de communiqués récents à faire entrer, retrait d’autres (Afghanistan, Biélorussie, Birmanie). Attaques d’aboiements du chien de la voisine, crise générale. Visite d’une dame lectrice du seul Graal-Plieux, bizarrement (ne la vois pas). Atelier, fini Souvenir de l’Isle-Bouzon II, couverte 100x100 n° ?. Dîner, tarte aux cèpes rehaussée de cèpes marginaux, fromages des Pyrénées, rosé d’Arton, tarte aux mirabelles de Mme J. Vu un peu de Spivet, de Jean-Pierre Jeunet, d’après le curieux roman américain que j’ai en partie lu. En aurions regardé plus mais la crise chienique poursuit son empoisonnement insidieux. Promenade dans la vallée avec Pierre, photographies, mais il fait trop sombre pour traverser à gué la rivière, curieusement haute. Écrit à Pierre Cassen, à Mme Levin. Dictionnaire, article “parution”. Journal. Couché à 1h.

lire l’entrée du samedi 22 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 24 août 2015, 17 h 20Dimanche 23 août 2015. Sainte Rose — 235/130. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, mais pas grand chose à tirer de la moisson photographique de la veille, très sombre. Autoportrait très “traité”, à ma mode actuelle (surtout pour les mauvaises photographies). Déjeuné en bas avec Pierre. Suite de la crise chienique. Temps sinistre, gris, bas et pluvieux. Parlé à Jeanne de Loynes. Rendu visite aux E. & aux A., mais ni les uns ni les autres ne sont chez eux, rentre bredouille. Échanges avec Pierre Cassen (que Sylvia Bourdon poursuit en justice !!!), suite, et avec Christine Tasin. Agenda. 11 :40 ///  Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, “petit” paysage avec le pic du Midi (fenêtre de la bibliothèque). Chronologie, agenda pour 1982, fini janvier. Le Jour ni l’Heure, cinq photographies très “traitées”, “grand” paysage avec le pic du Midi, château la nuit (hommage à Robert Misrahi), la Garrière la nuit. Comme il pleut, le chien de la voisine est moins dans son jardin et donc aboie moins, journée un peu plus paisible. Oublié le journal. De l’In-nocence, installé certains des éléments du “dictionnaire” (de l’antiremplacisme). Atelier, corrigé les rouges dans le grand Souvenir de l’Isle-Bouzon 2, et commencé une couverte 60x60 d’après un grand pan de mur nocturne au Cassé. Dîné aux nouvelles, boudin de Cadarcet et courgettes, restes de fromage et de rosé d’Arton, poires à la vapeur et framboises. Vu Gandhi, de Richard Attenborough, 1982, avec Ben Kingsley. Promenade avec Pierre jusqu’à Saint-Vidal, après, mais il fait grand froid. Beaucoup parlé au chat de la Rose des Vents, au retour ; il  nous raccompagne ensuite jusqu’au monument aux Morts. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 23 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 25 août 2015, 10 h 20Lundi 24 août 2015. Saint Barthélémy — 236/129. Plieux. Fco. Levés à 8 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, très “traité”. Matinée & mi-journée de tweets politiques intenses. Le Jour ni l’Heure, Paysage préposthume n° 234 (La Butte) (de Castillon), hommage à Pointelin. Comptes : - 1714,59 (inchangé) / “À venir”, - 417,48 / “Débiteur depuis 22 jours” (mais reçu un chèque de 2212 € de “trop-perçu” des impôts !!! — un miracle !). Agenda. 16 :56 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit,  Paysage préposthume n° 234 (La Butte) (de Castillon) (très minimal, hommage à Auguste Pointelin). Chronologie, cinq journées de février 1982 (Paris). Journal 2015, entrée de la veille (brève et insignifiante), relecture et mise en ligne. De l’In-nocence, difficile déplacement de blocs. Long téléphonage de Philippe Martel. Atelier. Vernis la couverte 60x60 n° 75, Souvenir deL’Isle-Bouzon I (fenêtre de Mme Gilbert) et travaillé à la 76, Pleine lune au Cassé (ou 74 et 75 ?). Lecture par Pierre du Quijote, à l’auberge toujours, l’intervention des archers. Dîner aux nouvelles, sauté de cèpes, un délice. Poires à la vapeur et framboises. Vu à peu près la moitié de Laisse-aller c’est une valse, de Georges Lautner, 1970. Magnifique promenade dans la vallée avec Pierre, formidable clair de lune, nuit splendide. Remontés par l’avenue Lou Tapet. L’IN-NOCENT, suite, beaucoup d’activité. Lu le livre de M. Giulio Meotti dont je dois écrire la préface avant la fin du mois. Journal. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du lundi 24 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 26 août 2015, 17 h 37Mardi 25 août 2015. Saint Louis — 237/128. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait, très “traité”. L’IN-NOCENT. Comptes : - 1871,83 / prél. Orange, - 139,34 / prél., - 17,90 / “Débiteur depuis 25 jours”. Agenda. 10 :09 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille. Chronologie, cinq journées de février 1982. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, Verklärte Nacht, 22 août 2015. Bain. Lecture par Pierre d’un amusant passage de Plutarque sur la vie mondaine à Eubée. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne précipitée, malgré les aboiements du chien Le Coz. Été à Fleurance porter à la banque le chèque des impôts. À l’agence, tombé sur la jeune banquière, successeure de M. Tejada, très jolie et très aimable (elle est de La Rochelle). Promenade avec Pierre en voiture et un peu à pied à l’ouest et au sud-ouest de Fleurance. Château de Bréchan, ne pouvons approcher, mais semble sans grand intérêt (grosse villa 1880). Château de Saint-Lary, assez joli, assez déchu. Croisé au large d’Argentens, de de pisienne et péberautique mémoire. Découvert une très jolie maison tardivement néo-classique mais qui tombe en ruine, les Pignés, 1852, commune de Fleurance, sans doute, route de Réjaumont. “Château” de Lagarde, insignifiant. Petit château du Cussé, assez joli, dame qui lit dans son jardin. Diverses approches également difficiles du château de Cardeneau. Traversé la belle forêt de Réjaumont. Route de Réjaumont à Fleurance de nouveau (avons fait une boucle). Tourné à droite, vers le sud, peu avant de repasser devant les Pignés. Saint-Amans. Château de Cardeneau, naguère au baron Le Floc’h-Soye (à vendre ?). Marché seul sur les confins du jardin, à l’extérieur, quelques mauvaises photographies (trop loin, obstacles, contre-jour). Retrouvé sur la route de Préchac Pierre qui a fait le tour en voiture. Château de Mérens, un peu trop restauré (ou trop récemment). La Grange (de Roquelaure). Roquelaure, marché dans le village, tour de la belle chatreuse installée sur les fondements de l’ancien château. Essayé de revoir le Rieutort, mais on ne peut plus s’approcher. Église d’Arcamont, cimetière, tombe du marquis de Chic d’Arcamont. Tour d’Arcamont. Chartreuse d’Arcamont, sommes même passés derrière, façade moins intéressante, mais ensoleillée. Rentrés vers 8 h. et ½. Autoportrait. Regardé l’émission de Stéphane Bern sur Désirée Clary (cette cruche), pas mal, on voit quelques beaux châteaux suédois, malgré quelques énormités (genre : « retour de la monarchie en 1814 »…). Raviolis aux cêpes, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Écrit à Mme Lévin, à Karim Ouchikh, à un homme qui semble envisager de monter Théâtre ce soir. Lecture du livre de M. Meotti pour en écrire la préface. Journal, avec quelques recherches afférentes (sur la Toile). Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mardi 25 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 27 août 2015, 13 h 16Mercredi 26 août 2015. Sainte Natacha — 238/127. Plieux. Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et jolie maison 1852, les Pignés. L’IN-NOCENT. Écouté la musique, très belle, d’un visiteur récent, M. Christophe Queval (Anastasis, Liturgie du Regret). Le Jour ni l’Heure, château de Cardeneau, chartreuse d’Arcamont. Pas mal d’aboiements du chien puis gémissements ( ?). Visiteurs. Comptes : - 1481,83 / vers. espèces, + 290,00 (visiteurs châteaux + quelques livres) / vir. PayPal, + 100,00 / “ À venir”, + 1855,75” / “Débiteur depuis 26 jours”. Agenda. 17 :28 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, trois images de la promenade de la veille, les Pignés, Arcamont, Cardeneau. Chronologie, cinq journées de février 1982. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Clair de lune au Cassé, 60x60 n° 75. Lecture par Pierre du Quijote, discussion entre le curé et le chanoine sur les comédies. Dîner aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule, poires à la vapeur et framboises. Vu une partie de Heimat. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette / La Bonnefont, encore une nuit très claire. Entretien pour le bulletin du Siel (4000 signes). Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 26 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 28 août 2015, 11 h 51Jeudi 27 août 2015. Sainte Monique — 239/126. Plieux. Assez bien dormi, mais réveillé par la douleur au bas-ventre à droite. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, souriant, et 29e des Cent une vues de Castelnau-d’Arbieu (en fait par Pierre). Envoyé à Karim Ouchikh l’entretien pour le Siel. L’IN-NOCENT, abondante matinée de tweets, comme la veille. Très facheuse lettre du préfet de région, l’ouverture du dernier étage de la tour ne serait finalement possible que sur certains côtés, alors que tout l’intérêt de la maœuvre est évidemment d’en avoir sur les quatre. Comptes : + 730,17 (“repassé positif”) / chèque des impôts, + 2212,00 / “À venir”, - 325,25. Musique de Christophe Queval, réécoute, Anastasis (Méditation sur le Mystère de la descente du Christ aux Enfers avant sa glorieuse Résurrection), op. 27 ; Liturgie du Regret, op. 33, 1. La Plainte d’Orphée 2. Styx (magnifique). Le Jour ni l’Heure, château de Mérens. Chronologie, agenda et autoporttrait de la veille, les Pignés, Cardeneau, Arcamont. Cinq journées de février 1982. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence (intensification de la propagande remplaciste). Atelier, Clair de lune au Cassé, suite. Lecture par Pierre du Quijote, discussion entre Don Quichotte et le curé. Dîné aux nouvelles. Intensification de l’intensification de la propagande, patrons allemands, plein emploi en Tchéquie, etc. Raviolis aux cêpes, jardinière de légumes, pesto, poires à la vapeur et framboises. Pas de télévision, grand promenade dans la vallée, à la nuit tombante et tombée. Autoportrait et nombreuses photographies, un peu toujours les mêmes. Écrit au conseiller Hourdin. Livre de M. Meotti pour la préface. Échanges avec lui, lui ai signalé une ou deux erreurs. Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du jeudi 27 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 29 août 2015, 10 h 32Vendredi 28 août 2015. Saint Augustin — 240/125. Plieux. Assez bien dormi, levés à 8 h. Temps quelconque. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, bras levés dans un champ nocturne, et château de Mérens. L’IN-NOCENT. Comptes : + 730,17 (inchangé), “À venir”, - 1041,39. Agenda. 11 :45 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, deux vues du château de Mérens. Chronologie, année 1982, fini le mois de février. Le Jour ni l’Heure, paysage préposthume n° 235, Les Champs (sous Bordeneuve) et maison Lou Tapet la nuit. Écouté encore la musique de M. Queval. Reçu un premier exemplaire de travail de Révoltez-vous !, bien. Correspondance avec David Farreny ; avec M. Hourdin à propos d’un dîner le 8 ; avec Jules de Montgolfier (rencontré à Lyon en juin) ; avec Marcel Meyer qui a des problèmes de connexion. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Clair de lune au Cassé, suite. Aussi vivifié le jaune du bas du grand Souvenir de l’Isle-Bouzon. Lecture par Pierre du Quijote, histoire du chevrier. Dîner aux nouvelles, propagande remplaciste désormais incessante. Riz, thon, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu The Lion in Winter, 1969, d’Anthony Harvey, pas mal du tout (sur Henri II d’Angleterre (Peter O’Toole), Aliénor d’Aquitaine (Katharine Hepburn) et leur petite famille). Promenade au Cassé, rencontré à l’allée des Lav. Cou., charmants, longue conversation, leur expose mes malheurs avec la tour, nous donne des confitures à “tester”. Pleine lune, campagne inondée de lumière nocturne, malheureusement pas pris mon appareil. Journal. Couché à 1 h. & ½.

lire l’entrée du vendredi 28 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 30 août 2015, 12 h 02Samedi 29 août 2015. Sainte Sabine — 240/125. Plieux. Levé à 7 h. et ½. Autoportrait pour la veille, oublié. Abattement (Jean-Claude Martinez réclame des candidats pour sa liste, n’en ai pas à lui proposer ; Marcel Meyer dit qu’il n’y a pas d’argent pour mes voyages, c’est donc qu’il n’y a pas d’inscriptions ; J. de M. déplore le défaut d’actions militantes (proposer quoi à qui ?) ; la tour ; chien de la voisine, laissé en garde chez une autre voisine et qui alterne aboiements et gémissements ; etc.). Comptes : + 730,17 (inchangé) / “À venir”, - 311,22. Agenda. 10 :19 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille. Chronologie, quinze journées de mars 1982 (peu d’entrées). Matinée d’enfer, chien Le Coz aboie ou geint constamment, impossibilité du moindre travail. Rappelé la gendarmerie, mais on m’y renvoie au maire. Appelé le maire, qui dit qu’elle va appeler la gendarmerie. Mis à peu près à jour la “Galerie”, mais les machines à classer n’en font qu’à leurs têtes. Le Jour ni l’Heure, paysage nocturne de la vallée de l’Auroue, grand ciel ; petit dessein sur le bourrage de crâne ; photographie de Révoltez-vous !, désormais en vente dans sa version imprimée. Bain. Café. Curieux texte de Saint-Simon, très anti-ultramontain, sur l’archevêque de Tolède dépeignant l’asservissement dans lequel Rome tient l’église d’Espagne. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence. Après-midi tranquille jusque vers cinq ou six heures. Rappel de Mme le maire, qui veut passer pour se rendre compte mais l’en dissuade parce que tout est parfaitement calme. Elle dit que l’enquête de gendarmerie ne donnera rien, que les gens sont contre et même indignés par elle (auquel cas il ne reste plus qu’à plier bagage). À peine a-t-elle raccroché, resarabande. Sifflements en retour, mais le chien est cette fois encouragé par sa maîtresse à donner de la voix. Atelier, encore jauni le bas de Souvenir de L’Isle-Bouzon II et suite Le Clair de lune au Cassé. Lecture par Pierre du Quijote, début du second livre. Dîné aux nouvelles, chien toujours, toujours encouragé. Jardinière de légumes et gnochis au pesto. Poires à la vapeur et framboises. Pas de télévision, décidé d’aller au Cassé photographier le clair de lune sur le pan de mur que j’aime, mais, parce qu’il fait encore jour, passons par la route du nord et du bas, itinéraire très compliqué, difficile et long, passé entre Soucaret et la Bordevieille, marché en direction de Pégerman, finalement arrivés au Cassé par l’est ! Lune pleine, mais le ciel se couvre, la luminosité est bien moindre que la veille. Une photographie assez réussie, toutefois, du fameux mur. Autoportrait au transformateur, au retour. Pensé à la vente du château mais comment faire ? — pourtant il n’est plus habitable (par moi, en tt cas), dans cette tension permanente. Commencé à écrire la préface du livre du M. Meotti. Journal. Accablement total (cette femme a réussi à me rendre la vie  complètement impossible). Couché à 1 h & ½.

 

lire l’entrée du samedi 29 août 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 1er septembre 2015, 9 h 58Lundi 31 août 2015. Saint Aristide — 243/122. Plieux. Pierre se lève à 7 h & ¼ pour retourner au collège (“pré-rentrée”) et moi peu après. Autoportrait pour la veille, oublié. Photographie du Grand Remplacement et de Révoltez-vous ! sur le tapis. Carton préparé par Marcel Meyer (l’invasion). Intense activité tuitoriale, sans grand succès. Deux conversations avec M. l’architecte-en-chef des Monuments historiques, assez réconfortant. Dit que la partie n’est pas jouée, qu’ « il faut avoir des nerfs d’acier » (pas mon fort…). Agenda. 12 :27 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait et Révoltez-vous ! Pas de Chronologie. Bain. Couple de visiteurs, très gentils, venus de Saint-Martin-aux-Bois, Loir-et-Cher. S’intéressent aux villages fortifiés, leur conseille Larressingle. Activité chienique relativement modérée, aboiements isolés, assez réguliers, dérangeants, mais on ne peut pas se plaindre. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Trav. tte l’après-midi et toute la soirée à la préface du livre de Giulio Meotti, Hanno ucciso Charlie-Hebdo, qu’envoyée peu avant minuit et qui n’est pas très bonne, je crois. Pas d’atelier. Pas de télévision non plus, sinon pour les nouvelles de huit heures. Dîner, semoule et anchois, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Forts orages, dû décrocher La Morsure de l’aube, gouttière. Sautes d’ordinateur, un peu de texte perdu chaque fois. Journal. Couché peu après 1 h. 

lire l’entrée du lundi 31 août 2015 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site