Le Jour ni l’Heure
novembre 2015

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 2 novembre 2015, 19 h 25Dimanche 1er novembre 2015.  Toussaint (férié) — 305/60. Plieux. Pas trop mal dormi, mais peu. Levé à 6 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la salle de bain de Mme P.-L., et salon de la maison C.-P.-L., au village. Assez beau temps. Agenda. 08 :45 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, intérieur chez les X., aquarium à la Perle d’Asie et gare de Fleurance le lundi 26 octobre, paysage au château d’eau le mercredi 28, à peu près le même cadrage que l petite couverte, et lui-même très “traité”. Chronologie, cinq journées de décembre 1982. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. De l’in-nocence, toujours les C. Le Jour ni l’Heure, deux tableaux de la collection X. et joli papier peint chez eux. Promenade avec Pierre sur le plateau, grand soleil mais grand vent assez froid. Croisé les Coulet-Lavauden au retour. Atelier, suite des considérables transformations de la couverte aux monnaies du pape. Lecture par Pierre du livre de Finkielkraut, La Même Exactitude, “Intermezzo“. De l’In-nocence, pas mal avancé, mais n’en suis jamais qu’à D. Dîné aux nouvelles, gnochi, carottes, courgettes, pesto, salade verte, poires à la vapeur et framboises, un biscuit de shortbread américain. Vu un peu de Patriot, de Mel Gibson et d’une série comico-politique américaine, Veep. De l’in-nocence, suite. Journal romain, deux journées de février 1986. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à minuit.

lire l’entrée du dimanche 1er novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 2 novembre 2015, 19 h 33
modifiée le mardi 3 novembre 2015, 10 h 44
Lundi 2 novembre 2015.
Défunts — 306/59. Plieux. Bien et beaucoup dormi. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans l’atelier,  et jolie photographie “jetée” de Pierre devant l’église, la veille également. “L’IN-NOCENT”, tweetisme intensif, toute la matinée et au-delà. Perdu beaucoup de temps (et de texte) parce que les maçons font sauter l’électricité toutes les cinq minutes. Renoncé à l’hôtel Saint-Simon, les photographies des chambres et des lieux, sur leur site, sont vraiment trop chichiteuses, ça donne le tournis. Tél. de Farid Tali. Le Jour ni l’Heure, Paysage prépostume n° 241, Saint-Vidal ; aube surprise sur le “bloc de bois” récemment peint ; Pierre remontant pour la poubelle un bidon en matière plastique pêché dans la rivière. Pas d’accès à la tour, les maçons n’ont pas ouvert la trappe car ils disent qu’il y a trop de vent, ce serait dangereux (et Anne effet… ). Toujours pas d’eau chaude, le plombier “Électricité et Plomberie de Lomagne” n’est évidemment pas venu. Promenade dans la vallée, curé la rivière au premier gué, revenu par Subervie, l’avenue Lou Tapet et les remparts nord. Atelier, suite de la transformation de la couverte aux monnaies du pape, radicalement transformée, au moins chromatiquement, et assez améliorée. Lecture par Pierre de Finkielkraut. L’IN-NOCENT. Agenda. 19 :15 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Pierre de dos devant l’église, trois images de la soirée chez les Coulet-Lavauden. Chronologie, une journée et demie de décembre 1983. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cêpes, carottes, courgettes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu une bonne partie de La Guerre est finie, d’Alain Resnais, 1966, d’Alain Resnais, avec Yves Montand et Ingrid Thulin, mais dû remonter longtemps avant la fin pour “travailler”. Chronologie, trois jours et demie de plus de décembre 1982. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. De l’In-nocence, toujours dans les D. Journal. Couché à 1 h et ½. 

lire l’entrée du lundi 2 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 4 novembre 2015, 10 h 53Mardi 3 novembre 2015. Saint-Hubert — 307/58. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, insignifiant autoportrait de la veille et vue de feuillages à Camas, mais l’image n’est pas assez précise. Le plombier n’est pas venu parce qu’il avait « oublié de noter le rendez-vous ». Viendra demain ( ????) — donc, toujours pas d’eau chaude. Comptes : + 9.283,90 (inchangé) / À venir, - 997,66. Agenda. 10 :37 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique. Lavage au fait-tout d’eau chaude. Été à Gramont, déjeuné très agréablement à l’auberge, sur rendez-vous pris il y a plusieurs semaines, avec M. Daniel de Montplaisir, le biographe du comte de Chambord, qui revient d’une visite au château d’Avezan, à vendre. Potage, trois foies gras, magret de canard rôti, croustade et mousse au chocolat. Lui montre le manoir des Havarrès et le hameau de Latroque. Armagnac ici après (d’Eugénie Bastié). Monté tous les deux à la tour. Atelier après son départ, Couverte au vase rose et aux monnaies du pape, beaucoup éclairci le vase. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, trois journées de décembre 2015. Dîné aux nouvelles, taboulé et courgettes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu le film de Nurith Aviv, D’une langue à l’autre, 2004. Chronologie, deux journées de décembre 2015. De l’In-nocence, lettre d. Vaisseaux brûlés et Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, Philippe II (Durand) (ou III ?).  Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du mardi 3 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 5 novembre 2015, 10 h 42Mercredi 4 novembre 2015.  Saint Charles Borromée — 308/57. Plieux. Levés à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au volet de la salle des Vents, et belle maison à Latroque, par Gramont.  Comptes : + 11.943,90 / vir. Région-Midi-Pyrénées (subventions, travaux de la tour), + 2.660,00 / à venir : - 1308, 46 / Crédit immobilier (travaux de la tour) : - 48.928,21. Agenda. 10 :48 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, bien, et belle maison à Latroque. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Chronologie, deux journées de décembre 2015. Visite de M. Coulet et de Mme Lavauden, pour monter à la tour. Très beau temps. Le gros œuvre est achevé, toutes les piles et les murs porteurs sont à 1m 90, les maçons travaillent à présent aux allèges pour les huit ouvertures, très inégales de largeur. Tour à l’atelier. M. Coulet pense que je devrais me concentrer sur les portraits. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans l’atelier, justement, vue également “jetée” (tremblée, bougée), de la bibliothèque dans la lumière, toile de la collection Coulet-Lavauden (Michel Sarazin, coin de table bonnardisant). Promenade avec Pierre, route de la vallée du Nord. Le plombier est passé, mais il lui manque une pièce qu’il doit aller chercher à Auch. Atelier, Nature morte au vase rose, lecture par Pierre de Robert Redeker, Bienheureuse Vieillesse. Le Monde. De l’in-nocence, lettre e. Dîner aux nouvelles, gnochi, jardinière de légumes, pesto, poires à la vapeur sur blinis au sirop d’érable, confiture de figues. Pierre regarde The Hobbit, je remonte. De l’in-nocence, lettre e. Anthologie générale, Cervantès. Vaisseaux brûlés et Index des Églogues & des Vaisseaux brûlés, Philippe II (Durand, mais n’est-ce pas plutôt Cholley ?). Journal. Couché peu après 1 h.

lire l’entrée du mercredi 4 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 6 novembre 2015, 10 h 55Jeudi 5 novembre 2015. Sainte Sylvie — 309/56. Plieux. Levés à 7 h & ½. Beau temps. Nouvelle de la mort de René Girard, à quatre-vingt-onze ans. Le Jour ni l’Heure, bon autoportrait de la veille et intérieur à Plieux. Comptes : + 11.806,20 / prél. Canal Sat, - 76,00 / prél. Canal Plus, - 39,90 / Commissions cot. Esprit libre, - 21,80 / “À venir”, - 1.192,56. Agenda. 10 :24 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, deux intérieurs à Plieux, autoportrait dans l’atelier, détail d’un tableau de Michel Sarazin, chez les Coulet-Lavauden. Longue conversation téléphonique avec un homme, M. Gaël Le Bellego, aimable, qui écrit un livre sur Jacques de Bascher (!). Pas pu monter au sommet de la tour, les maçons n’étaient pas là le matin et n’ont pas ouvert. Le plombier est venu, en revanche — rétablissement de l’eau chaude. Le Jour ni l’Heure, vue de la Garrière, chat des Coulet-Lavauden chez eux, Plieux au bananier. L’IN-NOCENT. Communiqué pour l’In-nocence à propos de la mort de René Girard. Promenade avec Pierre, vallée, chemin ascendant de la Bordeneuve, écart pour le jardin clos, tour d’Enduré, retour par la route et le village. Atelier, Couverte au vase rose et aux monnaies du pape, vers un dénouement. L’IN-NOCENT. Carton avec Marcel Meyer, sur le NON. Chronologie, cinq journées de décembre 2015. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cêpes, champignons de Paris, carottes, poires à la vapeur sur blinis au sirop d’érable. Revu Si Paris nous était conté, de Sacha Guitry, 1955, bien mauvais. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du jeudi 5 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 7 novembre 2015, 10 h 23Vendredi 6 novembre 2015. Sainte Bertille — 310/55. Paris. Réveillé par Pierre à 6 h et ½, puis par des moineaux qui tapent contre le vitrage à 8 h. Beau temps. Émission sur René Girard. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage atomique du matin même. Comptes : + 9595,47 / chèque Céline, - 1.018,17 / prél. crédipar (voiture), - 759,88 / prél. Sofinco, - 310,80 / “À venir”, - 109,30 ////  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, paysage atomique du matin, trois photographies du samedi 31 octobre, chat des Coulet-Lavauden, Plieux au bananier, La Garrière. Pas de Chronologie. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Sommet  de la tour, temps magnifique, gros-œuvre à peu près terminé, maçons travaillent aux allèges. Ils demandent un “cours” sur le château. Le Jour ni l’Heure, trois vues brumeuses du jour même, les deux châteaux, le château d’eau, le clocher de Sain-Clar. Bain. Bagages. Quitté Plieux à trois heures et demie. Retrouvé Pierre à quatre heures à Lalanne, au nord de Valence-d’Agen. Temps magnifique toujours, très belle lumière. Petite chapelle Saint-Sernin de Plantiers, commune de Saint-Nazaire-de-Valentane, bien connue de nos services. Frédéric Lodéon reçoit Jean-Claude Casadessus. Lauzerte. Saint-Laurent-Lolmie. Détour pour le château de Marcillac. Gentils gros chiens. Saint-Cyprien. Sainte-Alauzie. Château de Boisse, commune de Castelnau, mais nous n’arrivons pas à le voir bien malgré plusieurs tentatives de divers côtés, dont bois précipiteux. Pern. Autoroute. Lu la biographie du comte de Chambord par Daniel de Montplaisir. Dîné sur une aire d’autoroute voisine de Vierzon, escalope de poulet panée et fromage. À Orléans vers 10 heures et demie. Hôtel habituel, Mercure-Centre, excellente chambre 811, très belle vue sur la cathédrale et le fleuve. Autoportrait. Journal. Couché à 1 heure. 

lire l’entrée du vendredi 6 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 8 novembre 2015, 10 h 11
modifiée le mercredi 11 novembre 2015, 0 h 15
Samedi 7 novembre 2015.
 Orléans, hôtel Mercure-Centre, chambre 811. Assez peu dormi, levé à 7 heures et ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et chapelle Saint-Sernin de Saint-Nazaire-de-Valentane. Déjeuné en bas, œufs brouillés, petites saucisses, tranches de poulet, jambon blanc, jambon cru, comté, muesli au jus d’ananas et yaourt. Voisins pénibles, parlent d’une table à l’autre. Groupe d’hommes jeunes, l’un en uniforme de soldat canadien, Pierre dit que c’est un faux, qu’on voit ces déguisements partout, surtout dans les aéroports, et que c’est très agaçant. Agenda. 10 :12 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, trois photographies de la veille au matin, vue de la chapelle Saint-Sernin de Saint-Nazaire de Valentane l’après-midi de la veille. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Quitté l’hôtel vers midi. En sortant d’Orléans par l’est, beau buste de Péguy par Paul Niclausse, 1930, percé par un obus en 1940 à l’endroit même, arcade sourcillière gauche, où le poète avait été bléssé en 1914. Château de Chevilly, XVII-XVIII-XIXe siècle, magnifique allée d’accès. À Paris à 2 heures et demie, manifestation organisée à 3 h par le Siel et Karim Ouchikh avenue Foch à proximité de l’ambassade de Hongrie, entre cinq cents et mille personnes ( ?), allocutions de Karim Ouchikh, de Christian Vanneste, de Charles Beigbeder, d’un savant historien, d’un famillialiste, de Frédéric Pichon. Verre après à dix ou douze (essentiellement du Siel), dont Golubert, dans un café de l’avenue de la Grande Armée. Bonne et longue conversation avec Karim Ouchikh. Rapide collation chinoise avec Pierre, rue Pergolèse, après. Été voir l’immeuble de ma chambre d’étudiant chez Mlle Valentin en 1966 ( ?), 7 bis rue Lalo. Récupéré la voiture au parc de stationnement de l’avenue Foch. Chambre retenue au Mercure de Boulogne-Billancourt. 617, dernier étage. L’IN-NOCENT. Journal. 7 ou 8  “jeunes” assemblés sur la place, en bas, longues conversations très bruyantes. Lu Daniel de Montplaisir, vie du comte de Chambord. Éteint à 1 h.

lire l’entrée du samedi 7 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 9 novembre 2015, 10 h 43Dimanche 8 novembre 2015. Boulogne-Billancourt, hôtel Mercure, ch. 617. Nuit très calme. Levé à 8 h – 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la chambre, et tête de Péguy à Orléans, par Niclausse, 1930. Déjeuner en bas, œufs brouillés, bacon, saucisse de volaille, tranches de poulet, jambon blanc, jambon cru, muesli au coulis de fraise, crêpe au sirop d’érable. Agenda. 10 :05 //// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, tête de Péguy par Niclausse, à Orléans. Journal 2015, relecture et mise en ligne. Douche. Quitté l’hôtel à midi moins dix. Déjeuner d’anniversaire de Radio Courtoisie sur la péniche “Les Calanques”, amarrée face au 52, quai du Point du jour. À droite d’Henry de Lesquen, face à sa femme. Deux cents personnes environ. Tartare de saumon, sauté de veau au potiron, assortiment de petites pâtisseries. Allocutions pendant le déjeuner des divers et nombreux responsables d’émission. Au café, vote pour le prix Jean-Ferré, que je remporte comme prévu et annoncé (j’ai voté pour Marc Fumaroli). Brève présentation d’Henry de Lesquen, puis “remise” du prix, qui consiste en une accolade du président. Allocution d’acceptation et de remerciement de ma part, poliment et un peu distraitement accueillie. Pierre et moi prenons congé assez rapidement après, car nous devons rentrer à Plieux. Parlé toutefois à Édouard Valdman, et à quelques autres personnes. Quittons Paris sur les quatre heures. Autoroute peu connue de moi, qui passe du côté de Saclay. Dors jusqu’au delà d’Orléans. Lis à Pierre la biographie du comte de Chambord par Daniel de Montplaisir, très bien. Pas d’étape, sauf pour pisser et pour autoportrait, du côté de Châteauroux. Sur la fin, La Maison de Bernarda Alba, de Lorca, par la Comédie française. Récupérons la voiture de Pierre à Lalanne. À Plieux vers 11 heures. Mange seul du taboulé. Journal. Couché vers 1 heure.

lire l’entrée du dimanche 8 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 11 novembre 2015, 0 h 00Lundi 9 novembre 2015. Saint Théodore — 313/52. Plieux. Peu dormi, réveillé à six heures et demie par Pierre, pas pu me rendormir, levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, sans intérêt, et château de Chevilly, Loiret, samedi 7 novembre. Temps gris et très brumeux. Agenda. 10 :18 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait sur une aire d’autoroute et château de Chevilly. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, deux La Place du mort, du samedi et du dimanche, en Beauce, en Sologne, et immeubles assez staliniens de Boulogne-Billancourt vus du Mercure. Bain. Deuxième quatuor de Schoenberg. Les maçons n’ont pas ouvert le passage de la tour, je ne sais pourquoi — monté pour rien. Promenade avec Pierre sur la plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette-La Bonnefont. Atelier, couverte au vase roe et aux monnaies du pape, améliorée, et lecture par Pierre de Robert Redeker, Bienheureuse vieillesse. Dîner aux nouvelles. Raviolis aux cèpes, carrotes, champignons. Poires à la vapeur et framboises, sirop d’érable. La Vie de château, de Jean-Paul Rappeneau, 1966. De l’in-nocence. Journal. Couché à 1 heure.

lire l’entrée du lundi 9 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 11 novembre 2015, 19 h 14Mardi 10 novembre 2015. Saint Léon — 314/51. Plieux. Levé à 8 heures. Nouvelle de la mort d’André Glucksman. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et chat siamois avec Pierre. Homme de Serv’Élite (sic) pour la chaudière, mais il ne la met pas en route (il fait très doux). Nombreuses sautes de courant, beaucoup de temps perdu. Beaucoup de L’IN-NOCENT aussi, colossal retard. Le Jour ni l’Heure, nouvelle fontaine à Plieux, buste de Péguy par Niclausse à Orléans le 7 novembre, communs du château de Chevilly une demi-heure plus tard. Blondinet vient m’annoncer qu’il n’a pas été possible d’ouvrir la trappe parce que son collègue et lui travaillent justement dans ce coin. L’IN-NOCENT. Bain. Parlé aux maçons, très cordiaux, qui font le pont jusqu’à lundi prochain ( !). Belle promenade dans la vallée, curé la rivière au premier gué, rentré par Subervie, longuement parlé à M. Dulau, très gentil comme toujours. Il me présente son chien Gary (« Il y a du labrador ») et me fait visiter son “gîte rural”, bien. Rentre vers six heures et demie. Atelier, Couverte au vase rose et aux monnaies du pape. Pierre me lit Robert Redeker, Bienheureuse Vieillesse, excellent chapitre sur les animaux. L’IN- NOCENT. Dîné aux nouvelles, gnochi, carottes et champignons ; poires à la vapeur et framboises, sirop d’érable. Vu Papy fait de la résistance, bien baclé, mais la séquence finale (“Les Dossiers de l’écran”) est bien vue. Considérable retard, suite. Comptes : 10267,48 / échéance prêt immobilier (travaux de la tour), - 467,21 / vir. caisse d’assurance retraite, + 1.139,22 / à venir : - 858,50. Compte de crédit immobilier, - 48.547,98. Agenda. 23 :43 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Pierre au chat, fontaine de Plieux, Péguy d’Orléans, Chevilly, La Place du mort. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du mardi 10 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 12 novembre 2015, 12 h 28
modifiée le jeudi 12 novembre 2015, 12 h 28
Mercredi 11 novembre 2015.
Armistice 1918 — 315/50. Plieux. Levé à 8 heures moins 20. Temps très brumeux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, dans la bibliothèque sombre, et autre La Place du mort du 8 novembre. Déjeuner en bas avec Pierre, blinis fabriqués par lui et sirop d’érable. L’IN-NOCENT (Tw. 5400). Agenda. Été à la cérémonie du 11 novembre au monument aux Morts, presque tout le village. Passés au cimetière pour mettre des fleurs sur les tombes des morts pour la France. Verre à la salle des Fêtes, un verre de floc de Gascogne, deux verres de Colombelle, saucisson, coraya ( ?), parlé à M. Dulau comme la veille, à Mme le maire, à l’ancien maire, à Jacques Aeberhard et à Régis D. (surtout des travaux en cours). Rentré vers midi et ½. Le Jour ni l’Heure, curieux monument sur une aire d’autoroute le 8 novembre, le château de Gramont vu du Cassé la 9, la Loire à Orléans le 6 au soir. Bain. Lecture par Pierre, « qui me voit fait comme un rat », d’Édouard Will, Histoire politique du monde héllénistique, la guerre antiochique, années 195-190, intervention des Scipions. Énorme retard, brève promenade avec Pierre, chemin de la rivière, clairière des Trônes (l’un a été renversé), la Garrière. Jacques Ae. m’a dit ce matin qu’une battue menée par son fils avait tué trois sangliers, à l’aube. Atelier. Couverte 60x60 n° ?, Vase rose aux monnaies du pape, retouches aux unes, reprise de l’autre. Lecture par Pierre de Robert Redeker, tout à fait à propos du “remplacisme”. Agenda. 19:06 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Place du mort, nouvelle fontaine de Plieux, Péguy à Orléans, arbres et maisons au château de Chevilly le 7 novembre. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Dîner aux nouvelles, tarte aux champignons et au thon, salade verte, poires à la vapeur et framboises sur blinis fabriqués à la maison et sous sirop d’érable. Vu Studio 54, de Mark Christopher, (54, 1999, 2008, 2015). Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence (sport, argent, politique). Écrit à Édouard Valdman, rencontré dimanche. Journal. Couché à 2 heures

lire l’entrée du mercredi 11 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 13 novembre 2015, 10 h 56Jeudi 12 novembre 2015. Saint Christian — 316/49. Plieux. Levé à 8 h & ¼. Temps très gris et très brumeux. Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, autre Place du mort. L’IN-NOCENT encore, très activement. Comptes : + 10.267,48 (inchangé) / à venir : - 926,50 /// Compte crédit imobilier : - 48.547,98. Agenda. 12 :21 ///// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, La Place du mort et L’Aire du 8 novembre, Gramont le 9, la Loire à Orléans le 6. Le Jour ni l’Heure, toits expressionnistes d’Orléans, jolie maison Restauration à Sainte-Alauzie, château de Marcillac. L’IN-NOCENT. Retour inattendu de Pierre. Bain. Lecture par Pierre du merveilleux livre d’Édouard Will, Histoire politique du monde héllénistique (c’est presque aussi beau qu’Anabase). Promenade au Cassé, jusqu’à la nouvelle maison. Autoportrait, nombreuses photographies crépusculaires. Rencontré deux fois les Coulet-Lavaudan (lui doit marcher une heure et demie, quand la promenade n’a pas été assez longue ils repartent sitôt rentrés). Pierre allume le chauffage. Atelier, Couverte aux monnaies du pape, nouvelle couche de gel rouge sur le vase rose. Lecture par Pierre de Rober Redeker, décidément une grande figure de l’antiremplacisme ontologique. Communiqués de l’In-nocence, publication. Journal 2015, entrée de la veille, relecture. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cêpes, carottes, courgettes, salade verte, poires à la vapeur aux framboises. Revu L’Avventura, qui ne m’intéresse guère, mais beaucoup, que par ses aspects topographiques (ah, revoir Noto, Ragusa Ibla, Modica, Syracuse !). Remontés à plus de 11 heures. Répondu à des questions de Polemia et écrit à Jean-Yves Le Gallou. Écrit à un commanditaire de l’album 2014 qui s’étonnait de ne rien recevoir. Journal 2015, entrée de la veille, mise en ligne. Journal. Couché peu avant deux heures.

lire l’entrée du jeudi 12 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 14 novembre 2015, 19 h 47Vendredi 13 novembre 2015. Saint Brice — 317/48. Plieux. Levé à 8 h & ¼. Alain Finkielkraut aux Matins de France Culture, mais en ai raté une bonne partie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au premier carrefour de la Rouquette, très “traité” (et le “sujet” minuscule) et bonne vue du Bourdieu au crépuscule, très pictorialiste, mais presque “naturelle” malgré les apparences. Comptes : + 9760,48 / prél. Sepa Scam : - 507,00 / à venir : - 419,50 / Crédit immobilier : - 48.547,98. Agenda. 10 :49 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Le Bourdieu aux fenêtres allumées, trois photographies du 6 novembre, Marcillac, Sainte-Alauzie, Orléans. Mise en ligne sur les réseaux sociaux de communiqués du parti. Le Jour ni l’Heure, nouvelle maison au Cassé, autres vues prises du Cassé. Bain, lecture par Pierre d’Édouard Will, Rome, Eumène II et Rhodes vers 189-188. Promenade dans la vallée du Nord, rentrés par le chemin de l’Église. Atelier, Couverte au vase rose et aux monnaies du pape, mauvi le vase. Lecture par Pierre de Robert Redeker, Bienheureuse vieillesse, le gérontocide. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, lentilles, carottes, courgettes, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu un documentaire très confus sur Romain Gary en Bulgarie vers 1947, “Le Libraire”. Commandé trois exemplaires d’albums Le Jour ni l’Heure, un 2013 pour M. Granger et deux 2014 pour MM. Evebo et Delaitremer. Remontés vers 10 heures. Nouvelles des attentats de Paris, au Bataclan et ailleurs. 40, 60, 120 et même 140 morts, suivant les heures. Intense activité sur les réseaux sociaux. Tél. très tardif de Philippe Martel. Journal. Couché à plus de trois heures du matin.

lire l’entrée du vendredi 13 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 15 novembre 2015, 19 h 23Samedi 14 novembre 2015. Saint Sidoine — 318/47. Plieux. Levés à huit heures et quart. Nouvelles : cent vingt-sept morts, deux cents blessés. Intense activité twitterienne, une grande partie de la journée. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et variante d’une photographie publiée la veille, L’Aaouailla. Pas d’envois de midi. Bain. Visite d’un groupe de neuf femmes venues de Mouchan et du Puy-du-Fou, Pierre leur fait visiter le bas, moi le haut — assez froides, plus souriantes sur la fin. Promenade sur le plateau, chemin de la Rouquette, jusqu’au bout du goudron. Croisé M. Forzi (croyons-nous), échangé quelques mots avec lui. Atelier, couverte 60x60 Vase rose aux monnaies du pape, rougi puis blanchi le vase. Lecture par Pierre de Robert Redeker, Bienheureuse Vieillesse, fini le livre. Comptes : + 9760,48, inchangé / à venir, - 419,50 /// Crédit immobilier : - 48.547,78. Agenda. 19 :37 //// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, paysages du jeudi 12 novembre, Bourdieu, le Cassé, l’Aouailla. Dîner aux nouvelles, tarte aux broccoli et champignons, salade verte, poires à la vapeur et framboises sur blinis et sirop d’érable. Vu un moment d’un film de John Waters et de L’île des Pirates, belles architectures coloniales. Remontés vers 10 heures moins le quart. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à 1 h et ½.

lire l’entrée du samedi 14 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 16 novembre 2015, 19 h 41Dimanche 15 novembre 2015. Saint Albert — 319/46. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Archer du jardin de Plieux, L’IN-NOCENT toute la matinée, Le Jour ni l’Heure, pigeonnier de Plieux le samedi 14 novembre, château de Chevilly et silo sur la nationale 20 le samedi 7. Très longue conversation avec Flatters, qui m’apprend la mort de Mme Wermès, puis à propos du délaissement, dans nos vies. Promenade avec Pierre, chemin de la rivière, vallon d’Enduré, retour par le village. Atelier, couverte 60X60 Vase rose aux monnaies du pape, pâli le vase, pâli les montants de la fenêtre. (Re-)Lecture par Pierre de L’Argent et les Juifs, d’Édouard Valdman, rencontré dimanche dernier au banquet de Radio-Courtoisie (mais j’avais son livre depuis des années). Remontés à 6 heures, très beau soir, Pyrénées très visible sur l’horizon rose ou orangé vif. L’IN-NOCENT, suite. Fini la mise en ligne des photographies de Le Jour ni l’Heure. Agenda. 19 :08. //// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, deux images de Plieux  le 14 novembre  (pigeonnier, L’Archer du jardin), château de Chevilly et silo sur la nationale 20 au nord de Chevilly le 7 décembre, avant la manifestation à Paris. Dîner aux nouvelles. Vu un documentaire assez bâclé et approximatif sur les nazis eu Moyen-Orient après la guerre, et spécialement en Égypte auprès de Nasser. Remonté avant 10 heures. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour les deux mouvements, enfin. L’IN-NOCENT (Tw. 5600). Journal. Couché à trois heures du matin.

lire l’entrée du dimanche 15 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 17 novembre 2015, 22 h 20Lundi 16 novembre 2015. Sainte Marguerite — 320/45. Plieux. Levé à 8 heures. Encore une journée frénétique sur les réseaux sociaux. Le Jour ni l’Heure, mais seulement à l’heure du déjeuner : autoportrait de la nuit, tour du Lion la veille, et très grand paysage à la lune, vu de la bibliothèque, la veille également. Entretien en anglais (écrit) avec M. Giulio Meotti pour Il Foglio (je crois). Bain rapide et tardif. Promenade précrépusculaire avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, couverte au vase rose, pâli le vase, puis procédé à des finitions vers le haut et sur les côtés. Lecture par Pierre du très curieux livre d’Édouard Valdman, très antichrétien et très antiégalitaire, Les Juifs et l’Argent. Remonté vers 7 heures. L’IN-NOCENT. Agenda. 19 :32 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, plus deux paysages de la veille. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cêpes, jardinière de légumes, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Essayé de regarder sur “Toute l’histoire” un documentaire sur le cinéma sous l’Occupation, mais le ton n’est vraiment pas supportable (les “fils de Pétain de Vichy”, etc.). Remontés à 9 h & ½. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Autres échanges avec M. Meotti, perdu un temps fou à essayer, en grande partie en vain, de lui envoyer les “pdf” de textes un peu anciens (genre La Grande Déculturation). Journal. Couché à 1 h.

lire l’entrée du lundi 16 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 18 novembre 2015, 12 h 22Mardi 17 novembre 2015. Sainte Élisabeth — 321/144. Plieux. Levés à 7 h & ½. Petit déjeuner avancé grâce à Pierre car réunion de chantier : M. Thouin, M. Calmettes, M. Manoer, le jeune Lucas représentant la maison Sourbès (contremaître, je crois). Café dans la bibliothèque, discussion très technique sur la charpente, je n’arrive pas à faire encore monter le niveau des “entrées”, et encore moins bien sûr à les faire disparaître pour une autre formule sans poutres horizontales. On me fait remarquer qu’on est déjà passé de 1m 80 à 1m 92 et que je devrais être bien content. Mais tout cela très cordialement. Montons au sommet de la tour (sans M. Calmettes), totalement dans le brouillard. Maçonneries à peu près finies, toutes les allèges sont en place, l’espace est donc clos, il ne manque que les appuis en pierre de taille (et d’un seul tenant) des baies. Ces messieurs vont à Lavardens (pas pour le château, pour l’église).  Débats très vifs sur Facebook, perds un peu mon calme, mais j’assume : a) sur Bacchar El Assad (photographie avec lui d’un homme de Radio-Courtoisie qui est allé le voir, « Entre potes » b) sur la culture et le Bataclan. Le Jour ni l’Heure, stabulation au Cassé (mais bien). Bain. Suites des tiraillages sur la culture et la musique. Longue et belle promenade, seul, à l’étang voisin de Soucaret, et retour par le Cassé, comme une nuit d’été avec Pierre. Atelier, Nature morte au vase rose et aux monnaies du pape, phase finale. Lecture par Pierre du livre passionnant d’Édouard Valdman, Les Juifs et l’argent (que nous finissons). Comptes : + 9692,48 / prél. Orange, -68,00 / à venir : - 835,15. Agenda. 19 :55 /// Dîné aux nouvelles, lentilles et carottes et courgettes, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Rien regardé. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Pénible lutte contre le sommeil, toute la soirée. Communiqué (sur l’État d’urgence (ou l’état d’urgence ?)).  Journal. Couché à 1 h & ½. 

lire l’entrée du mardi 17 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 19 novembre 2015, 18 h 15Mercredi 18 novembre 2015. Sainte Aude. Plieux. * Levés à 8 h et ½. Descente policière à Saint-Denis. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et vue de l’église de Plieux en cathédrale de Salisbury, crépuscule de la veille. Préparé avec Pierre des envois de livres, importante commande de M. Delautremer (Morcat, Civilisation des prénoms, Discours de chambre, Ørop, Le Grand Remplacement, Buena Vista Park, Révoltez-vous !) et service de presse à M. Meotti (La Grande Déculturation, Le Grand Remplacement, Ørop, Révoltez-vous !, La Civilisation des prénoms, Demeures de l’esprit IX (Italie du Nord)). Écrit à Mme Levin. Comptes : 9682,48 (inchangé) / à venir, - 851,15 / Compte de crédit immobilier, - 48.547,98. Agenda. 12 :12 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, clocher de Plieux. L’IN-NOCENT toujours. Le Jour ni l’Heure, chapeau chinois et tour crénelée, vue brumeuse, vespérale et très lointaine d’Avezan (du Cassé). Bain. Très jolie promenade avec Pierre, la même que la veille, mais beaucoup plus tôt dans l’après midi et par très beau temps, ciels “mobiles et légers”. Atelier, Nature morte aux vases roses et aux monnaies du pape, finitions. Lecture par Pierre du livre de Christian Combaz, Les Âmes douces, très enlevé et polyphonique (essai, roman, mémoires, galerie de portraits, très drôle). Remontés vers 6 heures. Journal de la veille, relecture et mise en ligne un peu précipitée. Dîner aux nouvelles, semoule, carottes, courgettes et champignons, salade verte, fenouil et thon, poires à la vapeur et framboises. Vu Les Garçons et Guillaume à table, dont P. avait trouvé une ou deux scènes assez drôles et qui m’a semblé insupportablement mal fichu, y compris dans sa modestissime catégorie. Remontés vers 10 heures. Relu l’entrée de la veille du journal, mise en ligne un peu vite. Corrigé aussi la précédente, sur avis de lecteurs et de M. Arnoux, beaucoup de fautes (la précipitation se fait sentir ici aussi). Entretien pour Radio Courtoisie, M. Bouclay, 6500 signes. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du mercredi 18 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 20 novembre 2015, 10 h 40Jeudi 19 novembre 2015. Saint Tanguy — 323/42. Plieux. Malentendu avec Pierre, je crois qu’il se lève et me réveille, mais pas du tout, en fait il est très tôt, mais je ne peux pas me rendormir. Levé à 6 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Plaza Mayor à Plieux. L’IN-NOCENT. Relu le texte pour M. Bouclay et lui ai envoyé. Répondu à M. Giraudet à propos d’une télévision américaine. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, paysages plieusains, pas mal. Bain. L’IN-NOCENT. Promenade sur le flanc nord, en descendant directement à partir de Tchernobyl. Cueilli par Pierre au retour, près de la nouvelle fontaine, sous l’église. Atelier, couverte 60x60 n° ?, Vase rose aux monnaies du pape, fignolages divers, fini. Lecture par Pierre du livre de Christian Combaz, Les Âmes douces. Remontés à 5 heures et demie. Agenda. Thé. Comptes : + 9.668,48 / chèque, - 23,00 (médecin) / à venir, - 924,75. Agenda. 18 :07 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, pyramides à Plieux, trois autres photographies du 18 novembre, pas mauvaises (église, “créneaux”, Avezan du Cassé). Journal 2015, brève entrée  de la veille, relecture et mise en ligne. Entretien pour Réfléchir & Agir. Dîner aux nouvelles, omelettes aux champignons, salade verte, fenouil et thon, poires à la vapeur et framboises. Documentaire sur la reconversion des nazis dans l’Allemagne de l’aprè-guerre. Remonté à neuf heures et demie. Entretien pour Réfléchir & Agir, suite et fin du brouillon, 11.000 signes. Première relecture. Brévissime journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du jeudi 19 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 21 novembre 2015, 9 h 42Vendredi 20 novembre 2015. Saint Edmond — 324/41. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et église de Plieux avec Pierre, mercredi 18. L’IN-NOCENT. Comptes :  + 9646,48 / chèque, - 23,00 (médecin ???) / à venir, - 901,75 //// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Pierre avec le clocher de Plieux, trois paysages de l’avant-veille. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, paysage japonisant, étang de Soucaret (ou de Bordevieille ?). Bain. Bagages, plus confusément que jamais. Quitte Plieux à 3 h & ½. M’aperçois à Peyrecave que j’ai oublié ma carte bleue. Retourne à la maison. Repars. M’aperçois à Valence-d’Agen que j’ai oublié dans l’ordinateur de table la carte-mémoire de l’ordinateur. Vais tout de même retrouver Pierre qui m’attend depuis 4 heures. Retournons à Plieux, à deux voitures. Repartons vers 5 heures et ½. Perdu deux bonnes heures et bcp d’essence à cause de mes bêtises. Valence-d’Agen. Lauzerte. Saint-Cyprien. Sainte-Alauzie. Pern. Autoroute. Brive. Limoges. Dîné (moi seulement) à l’aire de Boismandé, “Paul”, très bon sanwich chaud au poulet et curry, tarte aux myrtilles. Concert de France Musique, Passacaille de Webern, Concerto à la mémoire d’un ange, Quatrième Symphonie de Brahms, mais l’Orchestre Philarmonique est bien mauvais, ou bien c’est la radio de la voiture, ou bien c’est mon oreille — bref le son est assez médiocre (mais le programme excellent — ah, sublime mouvement lent de la sonate pour violon seul de Bartok, en bis de David Grimal, après le Berg). À Orléans vers minuit et demi, hôtel Mercure-Centre, très gentil concierge roux habituel, excellente 811 non moins habituelle, vue magnifique sur la cathédrale et le fleuve. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du vendredi 20 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 22 novembre 2015, 11 h 47
modifiée le dimanche 22 novembre 2015, 11 h 51
Samedi 21 novembre 2015.
Orléans, hôtel Mercure-Centre, ch. 811. Levés un peu avant 8 heures, photographies de l’aube d’hiver sur Orléans et la Loire. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans la chambre la veille au soir et vue générale sur Orléans le matin même. Très bon petit déjeuner en bas, coulis de framboises, œufs brouillés, petites saucisses, tranches de poulet, de jambon blanc, de copa, de saucisson, excellent saint-nectaire, café, muesli au coulis de framboises. Bonhomme qui parle trop fort dans une langue bizarre à une tablée voisine, croit que c’est un Chinois, mais lui et ses compagnons sont tout à fait occidentaux — finnois ? (beaucoup de a). Agenda. 09 :38 ///   Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, vue d’Orléans le matin, paysage japonisant à Plieux le mercredi 18. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Quitté l’hôtel vers 11 heures en y laissant nos affaires. Nationale 20. Château de Dommerville, à Angerville, 1777-1782, pas mal, un peu passe-partout. Tentative avortée faute de temps sur le château de Méréville, difficile voire impossible à voir. En faisons le tour. Ex-jolie vallée bien abîmée au nord de Méréville. Étampes — tous ces coins-là complètement massacrés, avec de beaux lambeaux d’un monde meilleur. À Paris vers 1 heure. Échange de tableaux (loués par elle) avec Mme Levin, off l’avenue du Maine, à l’angle de la rue Mouton-Duvernet (rend L’Icône, prend le plus petit Dover Beach). À deux heures au colloque de l’Action française sur l’immigration, 17, rue de Cléry. François Bel-Ker, Olivier Perceval, etc. Débat avec un M. Laugier, sociologue remplaciste, Julien Rochedy et Karim Ouchikh — moi ni très mauvais ni très bon. Emmenons ensuite Rochedy et sa très gentille compagne (Hélène ?) à l’autre colloque, celui de Polemia, une tout autre affaire, beaucoup plus de monde, très bien organisé. Débat avec Julien Rochedy et Damien Rieu, je me trouve assez bon, pour une fois, en tout cas je dis ce que j’avais envie de dire, donc pas de frustration. Philippe Martel, Fabien Niezgoda, M. A., Mme T.. Donné quelques entretiens, dont un à “Égalité et Réconciliation” (!!!!!). Vendu tous les livres que nous avions apportés (trop peu), il manque surtout des Grand Remplacement, évidemment. Verre ensuite, mais Pierre a beaucoup de difficultés avec la voiture qu’il ne sait où mettre, le parking voisin (Darty !) fermant à 8 heures. Parlé à Jen-Yves Le Gallou, à Philippe Martel, à Karim Ouchikh, etc. Dîné à quinze ou vingt au restaurant Les Cévennes, rue des Cévennes : Jean-Yves Le Gallou, Julien Rochedy, Damien Rieu, le beau Jérémie Piano, Charlotte d’Ornéllas, Mme Monestier (?) , Toulousaine de Polemia, Pierre, Hélène, un journaliste de TvLibertés qui m’a interviewé, deux Alsaciennes, etc. Entrecôte, tarte Tatin aux poires, Gamay, Bordeaux. Rentré à Orléans avec Pierre, à l’hôtel vers 1 h du matin., mais brévissime. Graves difficultés avec l’ordinateur, qui ne marche plus du tout. Journal. J’essaie en vain de me débarrasser d’iCloud, objet de ma part d’une haine sans nom. Couché après 2 h. 

lire l’entrée du samedi 21 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 23 novembre 2015, 12 h 39Dimanche 22 novembre 2015. Orléans, hôtel Mercure-Centre, ch. 811. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille et château de Dommerville à Angerville. Déjeuner en bas, coulis de framboise, œufs brouillés, bacon et petits saucisses, tranches de poulet et de jambon blanc, saucisson, copa, excellent fromage que j’avais pris pour du saint-nectaire et qui serait en fait de l’olivet ( ?). Agenda. Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, vue générale d’Orléans prise la veille de la chambre 811, château de Dommerville à Angerville. Grande précipitation, aggravée par les difficultés techniques avec l’ordinateur portable. Journal 2015, brève entrée de la veille, relecture et mise en ligne.  Bain. Quitté l’hôtel et Orléans à midi et demi. Grand froid, mais beaux ciels. La Ferté-Saint-Aubin, château vu de la grille. Domaine du Ciran, château 1880 abîmé par l’administration publique d’un beau parc. Ménestreau-en-Villette. Vouzon. Lamotte-Beuvron. La Ferté-Beauharnais, beau château du XVIIIe s. de difficile approche, jolie église, belles maisons (très) anciennes. Romorantin-Lanthenay. Chabris. Valençay, visité le château, un peu décevant. Guide souriante et compétente, mais on aurait mieux vu et mieux photographié seuls, ce qui était possible aussi mais nous ne l’avions pas compris. Signalisation beaucoup trop présente, et affreuse à l’extérieur. Une des grosses tours rondes en travaux, mais l’ensemble est assez décati. Acheté force livres, dont Waresquiel sur Talleyrand, cadeau de Pierre. Grand froid toujours. Allons à la chapelle où est enterré le prince. Levroux. Châteauroux. Autoroute. Limoges. Dors un peu. Brive. Lis Montplaisir sur le comte de Chambord, toujours excellent. Cahors, Pern, Lauzerte, Valence-d’Agen, France Culture, Xavier Laporte, Hölderlin, Faulkner, Job. À Plieux vers 10 heures et demie. Grand froid aussi, la chaudière ne marche pas. Malentendu entre Pierre et moi, je crois qu’il essaie de remettre en marche la chaudière ou prépare quelque chose à manger, en fait il s’est couché directement — deux heures de perdues. Self-made frichti vers minuit et demi. Journal. Couché à deux heures.

lire l’entrée du dimanche 22 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 24 novembre 2015, 12 h 38Lundi 23 novembre 2015. Saint-Clément — 327/38. Plieux. Levé à 8 heures. Temps gris. Pas d’ouvriers (?). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à Valençay, et assez bonne “Place du mort” du château Raoul à Châteauroux. Mauvais entretien en anglais avec Giulio Meotti pour Il Foglio (je cherche mes mots, anglais très rouillé). Problèmes avec l’ordinateur portable, qui refuse de se connecter, ce qui fait que je ne peux transmettre à l’ordinateur de table ce qui a été écrit en voyage et que je dois donc refaire l’agenda — la panne est-elle liée à la tentative d’expulsion de iCloud, décidément toujours plus haïssable qu’on ne croit ? Mais cette fois-ci je n’ai vraiment personne à qui demander du secours. Bref, beaucoup de temps perdu. Agenda. 12 :22 /// Tél de Paul-Marie Coûteaux, mais mauvaise heure, doit me rappeler. Pas de maçons, pas de montée à la tour. Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Château Raoul à Châteauroux. Le Jour ni l’Heure, château de La Ferté-Saint-Aubin, tombeau de Talleyrand, Valençay. Bain. Promenade avec Pierre jusqu’à l’allée d’amandiers de la Rouquette. Atelier, planche récupérée sur le chantier, la dépoussière et la peint en rose. Lecture par Pierre des Âmes douces, de Christian Combaz (nous inspectons l’index et l’annulaire, me trouve dans la catégorie de l’hypervirilité !). Journal 2015, relecture et mise en ligne de l’entrée de la veille. L’in-nocence. L’IN-NOCENT. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cèpes, gnochi, carottes et courgettes, pesto, poires à la vapeur et framboises. Essayons de regarder le Versailles de Canal Plus, mais ce n’est pas regardable justement (décors, costumes, visages et gestes absurdes, intrigue acadabrantesque, etc.). Remontons vers neuf heures et demie. L’IN-NOCENT, longuement. De l’Innocence, repris un peu, très peu. Journal. Coucché à 1 h & ½.

lire l’entrée du lundi 23 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 25 novembre 2015, 9 h 33Mardi 24 novembre 2015. Sainte Flora — 328/37. Plieux. * Levés à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec la couverte au vase rose, et tableau lui-même, dont je crains bien que décidément il ne soit irrécupérable. L’IN-NOCENT, très activement toute la matinée. Comptes : + 9628,58 / prél. Le Monde, - 17,90 / à venir : - 982,59. Agenda. 12 :29 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Vase rose aux monnaies du pape, trois photographies du 22 novembre, château de La Ferté-Saint-Aubin, tombe de Talleyrand et château à Valençay. Le Jour ni l’Heure, villa 1910 à La Ferté-Saint-Aubin, château 1890 du Ciran, maison à pans de bois à La Ferté-Beauharnais, le tout du 22 novembre. Bain, grand froid, chauffage marche très mal. Promenade pour voir à distance les travaux de la tour, qui ont repris le matin. Presque tous les appuis de pierre de taille blanche sont posés, plus d’ouvriers que d’habitude (ils n’ont pas ouvert le passage). La Garrière, parlé à Jacques Aeberhard qui trouve comme moi que les deux mètres supplémentaires changent beaucoup la silhouette du château. Clairière des Trônes, puis détour par le village pour voir le flanc est. Atelier, la planche, peinture en pot, noire, et en tube, bleu nuit. Retour de Pierre, lecture de Christian Combaz, Les Âmes douces. Remontés vers 5 heures et ½. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Écrit un texte pour l’appel de cotisations 2016 de l’In-nocence. Dîné aux nouvelles, attentat en Tunisie, avion russe abattu en Turquie. Remonté presque directement, Pierre regarde Le Hobbit (III, je crois). L’IN-NOCENT. De l’in-nocence, toujours dans les E. Vaisseaux brûlés, Philippe III (en fait II). Journal. Couché peu après 1 heure. 

lire l’entrée du mardi 24 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 26 novembre 2015, 10 h 21Mercredi 25 novembre 2015. Sainte Catherine — 329/36. Plieux. Levé à 7 heures 20. Le Jour ni l’Heure, indifférent autoportrait de la nuit, château de Beauharnais à La Ferté-Beauharnais, Loir-&-Cher. Temps gris et pluvieux. Comptes : + 9228,58 (inchangé) / à venir : - 982,59. Agenda. 09 :29 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et mauvais autoportrait de la veille, château de Beauharnais et trois autres photographies du 22 novembre, maison ancienne à La Ferté-Beauharnais, château du Ciran, maison du début du XXe siècle à La Ferté-Saint-Aubin. Préparation de divers envois, dédicaces, numérotation, signature, albums Le Jour ni l’Heure 2014 pour MM. Delautremer et Eveno, 2013 pour M. Granger (qui désormais les a tous). Demeures Sud-Est pour Jules de Montgolfier. Pierre va poster tout cela à Saint-Clar (ou à Lectoure ?). Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois images de Valençay, 22 novembre 2015. Bain. Promenade au Cassé avec Pierre, la nouvelle maison là-bas est déjà meublée ! Atelier, La Planche. Lecture par Pierre de Christian Combaz, Les Âmes douces. Remontés vers 6 heures. L’IN-NOCENT. Écrit un texte pour l’appel à cotisations du NON. Dîner aux nouvelles, quenelles sauce blanche, carottes, courgettes et champignons, poires à la vapeur er framboises. Revu Hôtel du Nord, Carné, 1938. Remontés vers 10 heures. Fin du texte pour le NON. De l’in-nocence, toujours dans les E. Vaisseaux brûlés, Philippe III Cholley. Index des Églogues et des Vaisseaux brulés mais n’arrive pas à l’ouvrir, ai oublié le code, quatre essais ratés. Journal. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du mercredi 25 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 27 novembre 2015, 11 h 01Jeudi 26 novembre 2015. Sainte Delphine — 330/35. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans l’atelier, devant L’Allée dans la forêt. La Planche, état de la veille. Comptes : + 11.238,34 / remise chèques (livres vendus), + 189,76 / remises chèques, + 1440 (500 Mme Levin, location tableau Dover Beach VII / 500 M. Delautremer, soutien / 340, M. Delautremer, album Le Jour ni l’Heure 2014 / 100, M. Delautremer, commande de livres expédiés) / à venir : - 1343,59 / Compte crédit immobilier (travaux de la tour) : - 48.547,98. Émission sur Pasolini. Agenda. 10 :10 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, détail de La Planche, trois photographies de Valençay le 22 novembre, cuisine, panneau, donjon au crépuscule. Mis en ligne l’appel à cotisation pour l’In-nocence. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Crise boulimique, quoiqu’il n’y ait pas grand chose à manger : œufs à cheval sur de petits pains au lait avec champignons de Paris frits et pesto, fruits secs, porto blanc. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du 22 novembre en Sologne, église Saint-Barthélemy de La Ferté-Beauharnais, château de La Ferté-Saint-Aubin, vieux beaux arbres dans une prairie sous un ciel bleu et blanc. Monté à la tour, les maçonneries sont à peu près achevées, il ne reste qu’à crépir un peu, les charpentiers devraient prendre la relève la semaine prochaine — il fait là-haut grand froid, les maçons ont construit pour s’abriter une espèce de tente en forme de dôme, qui enjambe les “créneaux”. Bain. Troisième concerto de Prokofiev. Promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de la Rouquette, jusqu’au bout de la section encailloutée. Atelier, La Planche, suite. Lecture par Pierre de Christian Combaz, Les Âmes douces. Erreur plus haut, le journal de la veille n’a été mis en ligne qu’alors, voire plus tard encore. L’IN-NOCENT. Dîner aux nouvelles, plateau de fromages apportés du collège, salade verte, vin rouge d’Arton (pas leur spécialité) — un coulommiers entier, chèvre, gorgonzola, l’ensemble assez “tuerie”. Vu une bonne part de The Black Dahlia, de Brian de Palma, 2006, mais c’est très long, incompréhensible et je lâche avant la fin, malgré la bonne mine de Josh Hartnett. Journal toujours, en fait (de la veille). Puis journal. Couché vers 1 h.

lire l’entrée du jeudi 26 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 27 novembre 2015, 11 h 02
modifiée le samedi 28 novembre 2015, 10 h 13
Vendredi 27 novembre 2015.
Sainte Honorine — 58/307. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la pénombre de la bibliothèque, pas mal, et portrait de Pierre au “béret”, en fait son habituel bonnet de laine, entre Toulet et Don Quichotte, très bien. Les deux maçons les plus habituels me font dire par Céline que je devrais monter à la tour faire des photographies car le matin est très beau, avec des traînées de brume dans le soleil. Y vais, et en effet. Ils sont très gentils, disent qu’ils m’ont prévenu parce qu’ils m’aiment bien. Je fais aussi leur portrait, mais sans pose suffisante, hélas. Comptes : + 11.258,34 (inchangé) / à venir : - 1914,59 / Agenda. 10 :54 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Pierre en Paul-Jean Toulet, trois photographies du 22 novembre, paysage en Sologne, église Saint-Barthélemy de La Ferté-Beauharnais, château de La Ferté-Saint-Aubin. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Visite des maçons, qui viennent voir dans la bibliothèque les photographies prises au sommet de la tour : André, Maxime, Médéric. Verre avec eux, pour célébrer la fin des travaux de maçonnerie (les charpentiers doivent maintenant prendre la relève). Crémant de Bordeaux de ma tante, mais Céline a oublié d’en mettre une bouteille au frais, malgré mes recommandations. Portraits d’eux, plus à loisir que le matin. Tout cela très cordial. Le Jour ni l’Heure, portraits, Maxime le matin, André et Médéric l’instant d’avant, sur fond uni, contrevent de la salle des Nuits. Bain. Bagages. Quitte Plieux à 3 heures et demie. Retrouve Pierre à 4 heures à l’entrée de l’autoroute en çà de Valence-d’Agen. Autoroute. À Bordeaux à 5 heures et demie. Tournons un peu dans Bègles, ville bien laide, car nous sommes en avance. Journal de France Culture dans la voiture. À 6 h & 1/2 au Grenier bordelais, restaurant, boulevard Jean-Jacques Bosc. Karim Ouchikh, les responsables locaux du Siel, Christine Tasin, Pierre Cassen, Alain de Peretti, etc. Très long moment de battement, “conférence de presse” (sans presse) (sauf TvLibertés) ne commence qu’à 8 heures. Allocution de Karim Ouchikh, puis de moi, médiocre, puis de Christine Tasin, puis de Pierre Cassen, puis d’Alain de Peretti. Dîner sur place, une cinquantaine de personnes. Suis en face de M. Lacave,  auj. villiériste, qui était venu à Plieux. Autres interventions entre la poire et le fromage, surtout de Karim Ouchikh, très sollicité,  mais de nouveau des quatre autres, dont moi, pas meilleur que la première fois. Mais enfin tout cela très cordial aussi (dans un autre genre). Bonne conversation avec Ouchikh. Jeunes gens du Front. Pierre et moi gagnons vers minuit l’hôtel de Sèze, bien  changé depuis mes derniers (et déjà lointains) séjours,  devenu cher et “branché”, avec des conforts importuns (lampe qui s’allume toute seule au moindre mouvement, comme un accès-garage de pavillon de banlieue). Petite chambre “classique” (les moins chères) à l’entresol, pas de double porte, mais pas de bruits non plus. Journal. Couché à 1 h et 1/2. 

lire l’entrée du vendredi 27 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 28 novembre 2015, 10 h 20
modifiée le dimanche 29 novembre 2015, 10 h 21
Samedi 28 novembre 2015.
Bordeaux, hôtel de Sèze, ch. 102. Bien dormi, réveillé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, mauvais, et paysage pris de la  tour la veille au matin, routinier. Petit déjeuner en bas, assez “tuerie” : œufs brouillés, bacon, petites saucisses, jambon blanc, jambon de Bayonne, saucisson, saumon fumé, camembert, gorgonzola, jus de raisin, café, muesli et pancake au sirop d’érable, cake, figues, dattes. Habituelles difficultés avec l’ordinateur de voyage, plein à ras bord à cause du détestable iCloud, et qui plante “deux fois”. Agenda. 10:19 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, paysage avec le clocher de Saint-Clar vu de la tour, portraits des trois maçons. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain, mais bizarrement l’eau chaude l’est assez peu. Quitté l’hôtel de Sèze peu après midi (+/- 250 *), laissé nos affaires dans le parc de stationnement des Allées. Fontaine des Girondins. Pavé des Chatrons. Entrepôt Laîné, bâtiment toujours aussi beau, occupation insignifiante, pas grand chose à voir. Exposition Andrée Puttman “au Capc”, “toute ma jeunesse”, mais c’est bien peu de chose. Traversé Bordeaux à pied, essayons d’acheter des cannelés à expédier pour ma tante, mais l’on nous dit que ça ne se conserve que trois jours et que l’expédition en exige deux ou trois — renonçons, naturellement. Cathédrale Saint-André de Bordeaux, assez longuement. Musée des Beaux-Arts, excellent, toute l’après-midi, jusqu’à la fermeture. Admiré surtout, cette fois, la portrait de l’archevêque d’Armagh, Richard Robinson, par Reynolds, 1771-1775. Dans un autre genre, découvert avec beaucoup d’étonnement Pascal-Désir Maisonneuve, 1863-1934. Maison de Goya. Entrés au Grand Hôtel. Entrés à Notre-Dame (de Kokoschka). Repris la voiture. Gros embouteillage, du mal à quitter Bordeaux. À Plieux vers 10 heures. Dîner, jardinière de légumes aux champignons, restes des fromages du collège, reste du crémant de Bordeaux des maçons. Revu Une nuit à Casablanca, des Marx Brothers, 1946, que trouvé bien laborieux et peu drôle (cependant la scène des bagages correspond tout à fait à mes propres expériences, elles dépourvues pourtant de toute intervention extérieure). De l’in-nocence, toujours dans les e. Journal. Couché peu après 1 heure.  

lire l’entrée du samedi 28 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 30 novembre 2015, 19 h 43Dimanche 29 novembre 2015. Avent — 333/32. Plieux. Réveillé à 6 h & ½ par Pierre qui va mettre de l’eau dans les tuyaux. Levé à sept. Le Jour ni l’Heure, autoportrait, courant à l’Entrepôt, et portrait de Richard Robinson par Reynolds, dét., 1771-1775. Déjeuné en bas avec Pierre. Agenda, directement en ligne pour la journée de la veille. 10:33 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, portrait de Richard Robinson par Reynolds. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, portrait de jeune homme par Frans Hals, Jardin public (de l’hôtel de ville de Bordeaux, au crépuscule), Danaë de Carolus-Duran (pour Arnaud Naudin). Bain. Promenade avec Pierre dans la vallée de l’ouest, chemin de la rivière, pont de Subervie, Camas et recul là pour voir le château et sa nouvelle silhouette en profil parfait. Pont de Camas (ou Cammas ?), remontés à travers champs et par le boulevard Lou Tapet. Bonne conversation avec le chien des Delmas, toujours aussi sympathique. Atelier, La Planche, autre versant. Lecture par Pierre du livre de Combaz, qui nous fait beaucoup rire. Remontés vers 6 heures et ½. Dîné aux nouvelles, mode tuerie, terrine de cerf de Cadarcet, vin rouge d’Arton, pain de campagne grillée, pommes de terres et champignons, poires à la vapeur et framboises. Vu Maigret voit rouge, 1963, de Gilles Grangier, avec Jean Gabin et, entre autres, Marcel Bozzuffi, qui fut assez sexy et que je confonds depuis cinquante ans avec Marcel Bozonet, pas tout à fait le même genre. L’IN-NOCENT, projets de cartons pour les tapisseries de Belle-Fontaine. De l’innocence, passé au F. Parlé tard à Marcel Meyer, que j’avais appelé plus tôt et qui me rappelle. Journal. Couché vers 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 29 novembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 1er décembre 2015, 22 h 46Lundi 30 novembre 2015. Saint-André — 334/31. Plieux. Levé à 8 h - le ¼. Très intense activité politique sur les réseaux sociaux, tweets et retweets, la matinée y passe, et une bonne partie de l’après-midi. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de nuit, contre les planches de la porte de la chambre, et hôtel de Sèze, à Bordeaux. De suite, détail tricolore de l’Allégorie de la Peinture, de Charles Mellin, autre portrait du maçon André, atelier de Marquet à Marseille pendant la guerre de 14. Émission d’Anne-Charlotte Rémond sur Brahms en 1887, puis joli concert de l’orchestre de Saint-Pétersbourg, ouverture du Barbier de Séville, Symphonie italienne de Mendelssohn et Quatrième symphonie de Mahler. Bain. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Planche et pierre récupérée. Lecture par Pierre de Christian Combaz, Les Âmes douces, histoire des persécutions. Remontés à 7 heures moins le quart. Agenda de la veille et du jour. 19 :37 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et hôtel de Sèze, quatre tableaux ou détails de tableaux du musée des Beaux-Arts de Bordeaux (Hals, Mellin, Marquet, Carolus-Duran), jardin de la mairie, hôtel de Sèze. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et champignons, riz, poires à la vapeur et framboises. Vu un assez log téléfilm sur René Bousquet, pas mal (avec Macha Méril dans le rôle de Mme Baylet). Remontés vers 10 heures et demie. Échanges téléphoniques et électroniques avec Marcel Meyer, à propos de l’européanisation du NON, devons changer le “logo” qui portait le drapeau français, choisissons un “Enlèvement d’Europe” de Matisse. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (à 2 heures du matin !). Journal. Couché à 3 heures.

lire l’entrée du lundi 30 novembre 2015 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site