Le Jour ni l’Heure
décembre 2015

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 2 décembre 2015, 10 h 31Mardi 1er décembre 2015. Sainte Florence — 335/30. Plieux. Réveillé un peu avac 8 heures par le chien de Mme Le Coz qui aboie une vingtaine de minutes. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et réunion de chantier du matin même. En effet, MM. Thouin, Calmettes et Manoer, et une jeune femme représentant la maison Sourbès. Montons tous là-haut, temps très curieux, plate-forme très ensolleillée au-milieu d’un brouillard complet : on voit en se penchant le toit des maisons au pied de la tour et rien d’autre, le village a disparu, le clocher de l’église a disparu, la campagne aussi. Les travaux vont s’interrompre jusqu’au début de l’année prochaine : le charpentier n’a pas le chêne dont il a besoin (et qui vient du Tarn-&-Garonne), il doit le traiter dans son atelier et ensuite ce seront les congés. Le passage d’accès va être fermé et le nouvel étage baché. La matinée passe à ces entretiens dans la brume. Énorme retard, comme la veille, mais au moins cette fois il y a une raison. L’IN-NOCENT, travail pour les cartons, écrit à Mme Barbro Bregner, à Lund, pour lui demander des traductions. Le Jour ni l’Heure, Marie-Josèphe de Saxe par Nattier à Bordeaux ; André le 27 novembre ; Le Sergent de la coloniale, par Marquet. L’IN-NOCENT. Symphonie pastorale, puis Chant de la Terre, Rotterdam, Yannick Nézet-Séguin. Bain. Promenade sur la plateau, beau crépuscule. Atelier, La Planche et pierre. Renversé un pot de peinture rouge sombre. Lecture par Pierre de Christian Combaz, Les Âmes douces, histoire des persécutions. Appelé ma sœur, dont c’est la fête, à Belle-Isle. Agenda. Dîné aux nouvelles, tarte aux poireaux et broccoli, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Remonté presque aussitôt après le dîner. Comptes : 9.044,94 / prél. Ursaff, - 571,10 / factures cartes Blurb (3 albums Le Jour ni l’Heure, - 388,25) / facture carte Mercure Orléans 221115, - 361,00 (deux nuits) / facture carte hôtel de Sèze, Bordeaux, 28/11/15 ; - 250,90 / facture Mercure Orléans 07/11/15, - 174,00 / facture carte 04/11/15 Mercure Boulogne-Billancourt (prépaiement), - 109,30 /  vir. Sepa reçu de David Jordan, + 100,00 / facture carte 14/11/15 Derrey Fleurance (peinture, pinceaux), - 95,40 / facture carte 28.11.15 Carrefour Station Le Mas d’Agenais (diesel), - 79,01 / facture carte du 20.11.15 Lakshmi Station, Lauzerte, - 63,14 / facture carte 08.11.15 hôtel Mercure Boulogne-Billancourt (suppléments, petits déjeuners, parking), - 54,80 / 18.11.15 la Poste de Saint-Clar (envoi albums et livres), - 32,70 / 28/11.15 BP3000 Tourny Bordeaux (parc de stationnement), - 25,10 / facture carte 28.11.15 musée des Beaux-Arts de Bordeaux, - 24,00 (cat. + cartes) / facture carte du 08.11.15 cofir Vierzon, - 19,40 / facture carte du 22.11.15 cofir ASF Rueil, - 18,00 / fc du 15.11.15 Amazon, 16,00 / remb. 08.11.15 Mercure Boulogne, 15,00 (erreur parc de stationnement) / fc du 28.11.15 ASF Valence-d’Agen, - 11,80 / fc du 08.11.15 ASF Cahors (péage), - 9,00 / gc du 28.11.15 musée des Beaux-Arts de Bordeaux, entrées, ) 8,00 / fc du 20.11.15 cofor Orléans, - 6,90 / à venir, - 209,93 / Agenda. 22 :39 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, quatre tableaux de Bordeaux le 28 novembre (Mellin, Nattier, deux Marquet), portrait d’André le maçon. Plusieurs lettres urgentes, interview en anglais, télévision américaine, Mme Bregner à Lund, Marcel Meyer, etc. Communiqué pour l’In-nocence. Journal. Couché à deux heures et demie.

lire l’entrée du mardi 1er décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 3 décembre 2015, 11 h 27
modifiée le jeudi 3 décembre 2015, 11 h 27
Mercredi 2 décembre 2015.
Sainte Viviane — 336/29. Plieux. Levé à 7 heures 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et pigeonnier du Plainier dans le brouillard crépusculaire. Brouillard encore plus épais que la veille. Comptes : + 9.254,87 / vir. Amazon, + 112,91 / vir. Amazon, + 90,07 / vir. Amazon, + 6,95 / à venir, - 115,90 / Crédit immobilier (travaux de la tour), - 48.547,98. Agenda. 10:20 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Le Plainier dans la brume, deux tableaux de Bordeaux le 28 novembre (Nattier, Marquet), portrait du maçon André. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois images de Plieux la veille, mardi 1er décembre : paysages dans la brume, église. Bain. Lecture par Pierre de Buffon. L’IN-NOCENT, beaucoup d’activité. Promenade avec Pierre au Cassé (la nouvelle maison est presque achevée). Atelier, la planche et la pierre. L’IN-NOCENT. L’In-nocence. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et jardinière de légumes, pesto, poires à la vapeur et carottes. Vu une assez grande partie de L’Arnaqueur, The Hustler, 1961, de Robert Rossen, avec Paul Newman et Jackie Gleason. L’In-nocence, dans les f. Journal. Couché peu avant 2 heures.

lire l’entrée du mercredi 2 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 4 décembre 2015, 10 h 46Jeudi 3 décembre 2015. Saint François-Xavier — 336/29. Plieux. Levé à 8 heures. Beau temps brumeux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, sans intérêt, et joli détail, jeune fille à l’ombrelle rose, d’un immense tableau de Pierre Lacour à Bordeaux, 28 novembre. Comptes : page BNP ne s’ouvre pas. Agenda. 10:56 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, jeune fille, détail du tableau de Pierre Lacour à Bordeaux, trois paysages plieusains du 1er décembre. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Notre-Dame de Bordeaux (ce nom ne lui va pas du tout) en réalité aujourd’hui et par Kokoshka en 1925, masque de Pascal-Désir Maisonneuve, photographies du 28 novembre 2015. Bain. Promenade avec Pierre dans la vallée, premier gué, retour par Subervie et l’avenue Lou Tapet. Atelier, la planche et la pierre. Lecture de Combaz, Les Âmes douces. Remonté vers 6 heures. L’IN-NOCENT. Communiqué pour l’In-nocence. Commencé à répondre aux questions de Pierre Cassen pour Riposte laïque. Dîné aux nouvelles, gnochi au pesto et jardinière de légumes, salade verte aux avocats et parmesan, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu d’un film sud-africain, Zulu, avec le sexy (en l’occurrence) Orlando Bloom,  mais c’est trop violent pour moi, je laisse tomber, d’autant plus que je manque affreusement de temps. Repris l’entretien pour Riposte laïque. Fini un brouillon (10.500 signes). Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du jeudi 3 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 5 décembre 2015, 19 h 39Vendredi 4 décembre 2015. Sainte Barbara — 338/27. Plieux. Levé à 8 h – le ¼ (chien Le Coz). Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et filets dorés de Leonor Antunes au Capc de Bordeaux, 28 novembre. Comptes : + 9264,89 / vir. Apple, + 31,82 / à venir : - 1308,4 6. Agenda. 10 :39 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Leonor Antunes du Capc, Notre-Dame de Bordeaux par Kokoschka et “pour de vrai”, masque de Pascal-Désir Maisonneuve. Revenu à l’entretien pour “Riposte laïque”, relecture, mise au point — l’envoie à midi et demi (12.000 signes). Le Jour ni l’Heure, clairée du côté de Laffont vue de la tour le 26 novembre, portrait de la marquise du Châtelet par Marianne Loir au musée de Bordeaux le 28, maçons au sommet de la tour le 27 novembre au matin. Bain. Beaucoup de Chopin, Nocturnes, Barcarolle, mélodies. Marché sur le plateau jusqu’à l’embranchement La Bonnefont/La Rouquette. Atelier, planche, pierre. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîner aux nouvelles, quenelles aux quenelles, carottes, courgettes, champignons ; poires à la vapeur et framboises. Vu Les Copains, d’Yves Robert, 1964, d’après Jules Romains, tourné en partie à Ambert. Commencé à répondre aux questions de la revue anglaise. Journal. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du vendredi 4 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 6 décembre 2015, 9 h 29Samedi 5 décembre 2015. Saint Gérald — 339/26. Plieux. * Levés à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Georges Rousse du Capc de Bordeaux. Ensuite matinée largement consacrée à L’IN-NOCENT (Tw. 5860). L’entretien donné à Riposte laïque est paru, sans intéresser grand monde, apparemment. Le Jour ni l’Heure, Saint Jean Baptiste au désert du musée de Bordeaux, maison de Urko Sanchez au Kénya (exp. sur l’architecture africaine au Capc), Étude pour un portrait de femme d’André Lhote, 1925, au musée de Bordeaux, le tout le 28 novembre. Visiteurs, groupe de trente personnes. Pierre les reçoit mais certains s’égaient et je tombe sur eux. Atelier, la planche et la pierre (pendant la visite). Promenade avec Pierre, chemin de la rivière, remontés par le vallon d’Enduré. Les Loichaut ont ouvert une sorte de salon de thé pour la durée de la crèche (consacrée cette fois au Capitaine Fracasse). Mme le maire nous happe au passage pour que nous entrions à la mairie pour l’exposition-vente, cartes postale faites à la main, friandises, tableaux dont certains d’elle-même — hélas nous sommes sortis sans argent. Rentrés vers 6 heures. L’IN-NOCENT. Agenda. Comptes : ≠ 9048,99 / chèque inscription au Siel : - 100 / prél. Canal Satellite, - 76,00 / Canal Plus, - 39,90 / À venir, - 1192,56. Agenda. 19 :10 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, cinq photographies de Bordeaux le 28 novembre 2015, paysage pris de la tour le 26, les maçons le 27. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et semoule, salade verte aux avocats et aux noix, poires à la vapeur et framboises. Vu deux épisodes de Downtown Abbey, malgré les pénibles coupures publicitaires. Remontés vers 11 heures et demie. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT, beaucoup d’activité. Journal, à peine, copié une phrase de Quignard. Couché après 2 heures.

lire l’entrée du samedi 5 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 7 décembre 2015, 11 h 40Dimanche 6 décembre 2015. Saint-Nicolas — 340/25. Plieux. Peu dormi, froid, réveillé par la douleur au bas-ventre, levé à 7 h 20, elle ne passe pas, et douleur cervicale aussi, bref assez piètre état. Temps gris, humide et froid, mais il semble s’ensoleiller. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans l’atelier, avec la Planche, et vue de la bibliothèque la veille également, avec le Bloc. Agenda. 08:50 /// Déjeuner en bas avec Pierre. Vais voter avec lui, pour ma part liste Louis Aliot, FN. Boutique attenante à la mairie, achète des cartes de Noël faites à la main. Pierre achète de l’armagnac sur la place. Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, bibliothèque la veille, deux tableaux du musée de Bordeaux (Saint Jean Baptiste anonyme caravagesque et étude pour un portrait de femme d’André Lhote), résidence privée au Kénya, Urko Sanchez arch., exp. au Capc le 28 novembre 2015. Journal, très courte entrée, citation de Quignard, mise en ligne. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, portrait anonyme de Talleyrand “jeune” à Valençay (en fait en 1797-1800, il a plus de quarante ans) le 22 novembre, Tarquin et Lucrèce de Titien et Jeanne à la robe blanche de Gaston Schnegg, 1914, musée des Beaux-Arts de Bordeaux le 28 novembre. Bain, lecture par Pierre d’un passage de Saint-Simon sur une soirée à l’opéra avec le Régent, dont il a été question plus tôt lors d’une émission de France Musique sur Saint-Simon et la musique. Promenade avec Pierre au Cassé, monde fou dans le village que nous traversons deux fois, foire sur la place, crèche, beaucoup de circulation. Au retour, nous arrêtons chez les Loichot (et non pas Loichaut, voire Loischaut, comme je l’écrivais sous l’influence de mon cher Boischaut, entre Indre et Cher) : ils ont ouvert une sorte de salon de thé très agréable, où nous avons pris du thé et une tarte au citron meringuée, avant de visiter la maison d’hôte très bien restaurée par M. L. lui-même. Impressionné surtout par les sols, en travertin, superbes, et par les vasques de la salle de bain, id., somptueuses. On nous offre une terrine de sanglier, ce qui fait que nous coûtons plus cher que nous ne rapportons, alors que nous voulions encourager le (rare) commerce plieusain. Atelier, la Planche. Suite de la lecture par Pierre du livre de Christian Combaz, Les Âmes douces, attitudes de l’Église. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles. Vif succès du FN, mais un peu moindre qu’annoncé (27,8 %). Très grand succès personnel des deux femmes, en revanche, Marine Le Pen dans le Nord (40 %) et Marion Maréchal Le Pen en Provence, 41 %. Repris l’entretien en anglais pour la revue anglaise (obscure) dont j’oublie le nom. Découvre avec un grand étonnement qu’à Plieux 26 électeurs, soit 35,14 (sic) % des votants ont voté comme moi, devançant largement PS (15) et droite remplaciste (15). Journal. Couché à près de 2 heures encore.

lire l’entrée du dimanche 6 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 8 décembre 2015, 12 h 07Lundi 7 décembre 2015. Saint Ambroise — 341/24. Plieux. Réveillé à 5 h par Pierre qui va inspecter la chaudière. Rendormi, toutefois. Réveillé à 8 h & ½ par Céline. Scandaleux journal de 9 heures de France Culture, qui donne à peu près trente secondes aux élections de la veille et cinq minutes au reste du monde. Très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et donjon de Valençay le 22 novembre 2015. Agenda. 11 :19 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Talleyrand jeune de Valençay, Tarquin et Lucrèce de Bordeaux, Jeanne à la robe blanche de Schnegg, également à Bordeaux le 28 novembre. Journal de la veille, commentaire des élections, relecture et mise en ligne en accès libre. Le Jour ni l’Heure, cathédrale de Bordeaux, Jeune Femme espagnole de Valtat, c. 1897, au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, portrait photographique d’Andrée Putman par Anne Garde, Capc de Bordeaux. Atelier, la Planche. Bain. Entretien pour la revue anglaise. Été tardivement avec Pierre à Lectoure pour acheter aux Délices de Lomagne un panier de produits régionaux pour ma tante, et aussi pour ma sœur et les cousins O’Lanyer. Promenade avec Pierre dans Lectoure, nuit tombée. Ancien hôpital transformé en gigantesque bric-à-brac. Envisage d’acheter une table de bois et une échelle pour les peindre. Rues du flanc sud de la ville, peu pratiquées. Rentrés vers 7 h & ½. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles. Raviolis aux cèpes, jardinière de légumes, pesto, poires à la vapeur et framboises. Vu un documentaire assez sommaire sur l’histoire de la diplomatie française, puis une partie de Chouans !, de Philippe de Broca, 1988.  Remontés vers 11 heures. Suite de l’entretien pour la revue anglaise, fini le brouillon. Journal. Couché peu après 1 heure. 

lire l’entrée du lundi 7 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 9 décembre 2015, 12 h 41Mardi 8 décembre 2015. Immaculée Conception — 342/23. Plieux. Assez long moment d’insomnie au milieu de la nuit, sans motif particulier. Rendormi. Levé à 8 h & ½. Homme de “Serv’Élite” en bas pour la chaudière. L’arrête pour voir d’où vient la fuite. Plus de chauffage, donc. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et hôtel de Poissac, 1777, à Bordeaux, en face du musée, sur les plans de François Lhote, ou Lhôte (ancêtre du peintre ?), exécutés par Nicolas Papon (ancêtre du ministre ?). Comptes : + 6.913,38 / chèque Céline, - 942,75 / prél. Crédipar, - 759,88 / prél. Sofinco, - 310,80 / prél. Cardif, - 121,88. À venir, 0,00. Agenda. 11 :51 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille et autoportrait de la nuit, hôtel de Poissac à Bordeaux, cathédrale de Bordeaux, Jeune Femme espagnole de Valtat, portrait photographique d’Andrée Putman par Anne Garde au Capc. Relecture de l’entretien pour la revue anglaise. Fatale craquaison boulimique, avalé seul et sans reste la terrine de sanglier offerte dimanche par les Loichot, non sans ouvrir une bouteille de vin rouge d’Arton, puis confiture de poire sur crackers et fruits sec, puis café. Atelier, en attendant le café. Le Jour ni l’Heure, cathédrale de Bordeaux (façade), détail du Saint Sébastien soigné par sainte Irène attr. au Maître à la chandelle (qui est ou qui n’est pas Trophime Bigot), intérieur de l’Entrepôt Lainé, par Claude Deschamps, 1824 ( !), le tout à Bordeaux le 28 novembre. L’IN-NOCENT, et bien sûr colossal retard. Bain. Tentatives de sortie à la nuit tombante mais il pleut et c’est un bon prétexte pour gagner du temps. Atelier, la Planche, suite. Suite de la relecture de l’entretien pour la revue anglaise. Dîné aux nouvelles, quenelles à la sauce blanche & soja, pommes de terre et fenouil, poires à la vapeur et framboises. Vu pas mal de Les Chevaliers de la Table ronde, de Richard Thorpe, 1953. Suite de la relecture très corrective de l’entretien pour la revue anglaise. Journal. Oublié l’autoportrait. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du mardi 8 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 10 décembre 2015, 10 h 10Mercredi 9 décembre 2015. Saint Pierre Fourier — 343/22. Plieux. Pas trop mal dormi, levé à 8 heures. Assez beau temps. Autoportrait oublié pour la veille. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même, mais panne de connection. En profite pour relire encore une fois l’entretien pour la revue anglaise, plus de 15.000 signes, assez soigné, et pour l’expédier. Retour entre temps de la connexion, Le Jour ni l’Heure, suite, grande scène de naufrage de Théodore Gudin, Dévouement du capitaine Desse, 1829, musée de Bordeaux le 28 novembre. Comptes : + 6913,68 (inchangé) / à venir : - 124,85. Agenda. 12 :30 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, quatre photographies de Bordeaux le 28 novembre, cathédrale, Capc, détail du Saint Sébastien soigné par sainte Irène de Bigot (???) et Acte de Bravoure du capitaine Desse, par Gudin. Le Jour ni l’Heure, Soutine, L’Homme bleu sur la route, cheval de la fontaine des Girondins (Dumilâtre ?), détail de la Leçon de labourage de Vincent, 1798. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Bonnefont/ La Rouquette. Atelier, planche, pierre, lecture par Pierre du nouveau livre de Malika Sorel. Fait un chèque de 4.200 € à l’entreprise Sourbès, maçonnerie, facture n° 6, payée hors emprunt (avec l’argent de la subvention). L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence (l’agence Frontex). Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Remonté tôt. Attaqué l’entretien pour la revue allemande, Sezession, je crois. Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du mercredi 9 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 11 décembre 2015, 22 h 03
modifiée le lundi 21 décembre 2015, 12 h 47
Jeudi 10 décembre 2015.
Saint Romaric — 344/21. Plieux. Peu dormi, réveillé à 6 h & ½ par Pierre qui se lève, pas pu me rendormir, aboiements du chien Le Coz (dans sa maison, je crois), levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail de La Chasse aux lions, le fragment de Delacroix au musée de Bordeaux. Comptes : + 8052,90 / vir. retraite, 1.139,22 / à venir, - 184,85. Agenda. 09 :58 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Chasse au lion de Delacroix, La Leçon de labourage, le Soutine du musée de Bordeaux, un cheval de la fontaine des Girondins, par Dumilâtre ( ?). L’IN-NOCENT, toute la journée, beaucoup. Le Jour ni l’Heure, le prince Alonso de Couture, le Nu à contre-jour de Marquet, Étaples à marée basse de Boudin, tout cela au musée de Bordeaux le 28 novembre 2015. Bain. Promenade au Cassé. Au retour, passé à l’atelier Sigala, Sébastien Sigala n’est pas là mais il y a son père, très aimable, auquel j’explique mes deux affaires, l’une relative aux petits marchepieds portatifs de la bibliothèque, l’autre à des chutes de bois à peindre, blocs, planches, carrés, etc. Atelier, La Planche, justement, qui prend assez bonne tournure. Photographies de l’atelier, autour d’elle. Communiqué pour l’In-nocence, appel à voter Font national, tout spécialement en Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’IN-NOCENT. Dîner aux nouvelles. Omelette aux pommes de terre et aux champignons, salade verte. Poires à la vapeur et framboises. Vu une parti d’un film d’Élia Kazan, L’Héritage de la chair. Remonté seul assez tôt. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Un peu de l’entretien pour la revue allemande. Journal. Couché à deux heures.

lire l’entrée du jeudi 10 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 12 décembre 2015, 8 h 34Vendredi 11 décembre 2015. Saint Daniel — 345/20. Plieux. Réveillé à 6 h & ½ avec Pierre, levé à 7. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et bonne photographie de l’atelier avec La Planche. Pierre Rahbi aux matins de France Culture, très sympathique mais assez “langue du jour” (syntaxiquement). “L’IN-NOCENCE” toute la journée, très intensément, avec tous les retards afférents. Le Jour ni l’Heure, école de la Magistrature à Bordeaux, avec les ridicules photographies, Héro et Léandre de Taillasson, 1798, Ophélie, de Jules-Élie Delaunay, 1882. Bain tardif, alors que Pierre est déjà rentré. Téléphoné à l’homme de l’ancien hôpital de Lecture, puis au vendeur de la table et de l’échelle repérées lundi dernier, acheté les deux. Promenade avec Pierre au Cassé. Livraison de la table et de l’échelle, tous les deux en bois grossier, que j’ai l’intention de peindre — un banc est aussi attaché à la table (270 € en tout). Néanmoins il faut changer le je-ne-sais-quoi de la chaudière (le cœur, en tout cas), 1800 €. Atelier, toujours la planche, côté naguère clair mais j’ai décidé de le faire sombre lui aussi. L’IN-NOCENT. Commencé l’agenda. Dîné aux nouvelles, tarte aux poireaux industrielle, que je mange seul, Pierre ayant eu au collège un considérable déjeuner, restes  du banquet de Noël de la veille. Vu un peu de Philomena, de Stephen Frears, mais c’est trop triste et surtout je manque de temps. Remonté vers 9 h & ¼. Agenda, suite. Comptes : + 7585,69 / échéance prêt immobilier, travaux de la tour, - 467,21 / à venir : - 184,85 /// Crédit immobilier : - 64,405,01. Agenda. 21 :50 /// Le Jour ni l’Heure, agenda de la veille, atelier la veille (avec la Planche), six photographies de Bordeaux le 28 novembre, école de la Magistrature, Boudin, Marquet, Couture, Taillasson (Héro et Léandre), Delaunay (Ophélie). Écrit à M. Tomlinson pour corriger certaines erreurs d’adaptation de mon entretien pour Righton. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 11 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 13 décembre 2015, 11 h 19Samedi 12 décembre 2015. Sainte Lucie — 347/18. Plieux. Peu et mal dormi, semi-cauchemar (thème du parcours difficile). Réveillé à 6 h & ½ pour pisser, impossible de me rendormir, levé à 7 h, moins de 5 h de sommeil encore. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans un des fauteuils de la bibliothèque, à la table tonde, et gardien noir du Capc de Bordeaux, à travers des filets de l’exposition Leonor Antunes, 28 novembre 2015. Comptes : + 7585,69 (inchangé) / à venir, - 184,85 / Compte de crédit immobilier, - 64,405,01. Agenda. 08 :28 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, gardien au Capc, école de la Magistrature de Bordeaux, Taillasson, Héro et Léandre, Ophélie de Delaunay. Émission de Finkielkraut sur l’autobiographie, me cite longuement. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique (sur les élections). Le Jour ni l’Heure, autoportrait au Capc avec une dame qui s’est interposée par hasard, détail d’un portrait de Lavinia Fontana à Bordeaux, joli sketch de son neveu par Berthe Morisot. France Musique consacre toute sa journée à Franck Sinatra, pour le centenaire de sa naissance. Bain. Belle promenade avec Pierre dans la vallée, jusqu’à l’étang de Sounet, crépuscule tôtif, lumineux et roux. Atelier, la Planche, versant violet, et commencé à peindre la table, avec les vieux pots de peinture ouverts, au hasard, seulement pour y mettre de la peinture. Lecture par Pierre du livre de Malika Sorel, La Décompostion française, saisissant. Entretien pour les Allemands. Dîné au nouvelles, semoule et jardinière de lélgumes, salade verte aux avocats et semoule (genre couscous), poires à la vapeur et framboises. Vu deux épisodes de Dowton Abbey, avec l’orchestre d’Israël dirigé par Zubin Mehta pendant les (longues et nombreuses) coupures publicitaires. Suite de l’entretien pour Sécession, dernière question, sur mes rapports avec l’Allemagne. Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du samedi 12 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 14 décembre 2015, 10 h 53
modifiée le mardi 15 décembre 2015, 12 h 16
Dimanche 13 décembre 2015.
Sainte Lucie — 347/18. Plieux. Pas trop mal dormi. * Levés à 8 h & ½.  Déjeuner en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à l’étang de Sounet, et Grand Paysage roux, avec un château (on the way to Sounet). Agenda. 11:11 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille et Paysage roux avec un château. Deux tableaux de Bordeaux (Lavinia Fontana, Berthe Morisot) et scène de genre au Capc. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et publication. Le Jour ni l’Heure, portrait de Pierre au bonnet, étang de Sounet et La Bourdette, bien. Bain. Été voter (Louis Aliot, FN), promenade au Cassé, thé et tarte au citron méringuée aux Claoues. Atelier, La Planche, suite, et La Table, vide sur elle les pots ouverts, pour faire un fond. L’IN-NOCENT. Tw., passé le cap des 6000. Dîné aux nouvelles, garbure achetée sur la place du village, courgettes, poires à la vapeur et framboises, vin ouvert le jour de la terrine Loichot. Le Front national, avec 31 % des voix, ne remporte aucune région, Les Remplacistes 7, le PS 5, les nationalistes corses 1. Remonté vers 9 heures et ½. Deux heures massives d’aboiements du chien Le Coz, signification politique ? L’IN-NOCENT, très activement. Terminé l’entretien pour les Allemands, l’ai relu deux fois et envoyé. Journal. Couché à 2 heures et quart.

lire l’entrée du dimanche 13 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 15 décembre 2015, 12 h 19Lundi 14 décembre 2015. Sainte Odile — 348/17. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans le miroir de la bibliothèque, et Le Thé aux Claoues, assez bon portrait de famille (les Loichot). Agenda. 09 :46 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Le Thé aux Claoues 1, et trois images de la promenade dans la vallée l’avant-veille. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique. Le Jour ni l’Heure, autre paysage de l’avant-veille, Le Thé aux Claoues 2 (nature morte, très “traitée”), et Voyage d’hiver dans le Harz (Pierre dans la campagne). Bain. Été avec Pierre à Fleurance, femme de la maison de la Presse très désagréable, puis ex-Dereys pour acheter de la peinture en pot pour la table. Maison de la Presse de Lectoure pour les enveloppes doublées qui m’ont valu des rebuffades à Fleurance (« Des enveloppes quoi ? Qu’est-ce que vous appelez des enveloppes doublées ? »). Promenade au retour de Lectoure, chemin qui mène au-dessus du château, hélas terriblement boueux (chaussures…). Rentrés vers 6 heures. Atelier, beaucoup peint la table (brun très foncé, vert id., bleu id., rouge id.). L’IN-NOCENT. Écrit à M. de Dieuleveult. Communiqué pour l’In-nocence et le NON (sur le résultat des élections régionales). Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu L’Affaire Cicéron (Five Fingers (???)), de Mankiewicz, 1952, avec James Mason. Excellente nouvelle de l’adhésion au NON de Karim Ouchikh. L’IN-NOCENT. Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du lundi 14 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 16 décembre 2015, 19 h 27Mardi 15 décembre 2015. Sainte Ninon — 349/16. Plieux. Bien dormi, réveillés à 8 h & ½ par Céline et le petit-déjeuner. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, oublié. Comuniqué du NON sur l’adhésion de Karim Ouchikh. Écrit à Marion Maréchal Le Pen. Parlé à Marcel Meyer. Agenda. 12:04 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, deux paysages du 12 décembre, Thé aux Claoues (2) le 13. Le Jour ni l’Heure, mur blanc au Cassé, vol d’oiseaux à la Bordevieille, grand paysage tranquille (la Boredevieille), avenue de l’église à Plieux, le tout du 18 novembre 2015. Georg Solti, Till Eulenspiegel, Les Murmures de la forêt. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Atelier, La Table, ça avance plus vite que je n’aurais cru. Remonté vers 7 heures, publication du communiqué de la veille, L’IN-NOCENT, etc. Dîné aux nouvelles, quenelles à la quenelle, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises, quatre chocolats de la l’exposition-vente de la mairie. Vu un peu d’Ivanohe, de Richard Thorpe, et de Garçon d’honneur, de Ang Lee, mais remonté à mi-cours, par manque de temps. L’IN-NOCENT. De l’in-nocence, toujours dans les f. Journal. Couché peu après 1 h.

lire l’entrée du mardi 15 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 17 décembre 2015, 11 h 20Mercredi 16 décembre 2015. Sainte Alice, 350/15. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, assez bon autoportrait de la nuit (dans le miroir de la bibliothèque) et château de Marsan vue du sommet de notre tour le 26 novembre. L’IN-NOCENT, fortement. Agenda de la veille. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Bordeaux le 28 novembre, belle maison cours Xavier-Arnozan, fauteuil de bois d’André Putman au Capc, Maître et son élève de Giovanni Do au musée des Beaux-Arts, détail (l’élève). Bain, Wagner, orchestre de Cleveland, mort d’Isolde. Promenade avec Pierre au Cassé, jusqu’au Cap. Échangé quelques mots avec M. et Mme Sigala parents et une jeune femme du hameau — M. Sigala assez remonté contre la nouvelle maison. Atelier, La Table, suite. Lecture par Pierre du livre de Malika Sorel, Décomposition française, décidément très proche de mes vues (ou l’inverse). Remontons vers 6 h & ½. Lutte contre le sommeil. Comptes : + 3052,85 / chèque, - 4202,84 (entreprise Sourbès, travaux de la tour, sixième paiement) / chèque, - 270,00 (table à peindre, homme de Mouchan, brocante de Lectoure) : prél. Orange, - 60,00. Agenda. 19 :05 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, château de Marsac de la tour le 26 novembre, trois paysages plieusains du 18 novembre, trois photographies de Bordeaux le 28, immeuble du cours Xavier-Arnozan, fauteuil d’André Putman au Capc. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cèpes, jardinière de légumes, pesto, poires à la vapeur et framboises. Vu un documentaire sur Lawrence d’Arabie, mais seulement la première partie, jusqu’aux accords Sykes-Picot. Remontés vers 10 heures. Journal 2014, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché un peu après 1 h.

lire l’entrée du mercredi 16 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 20 décembre 2015, 0 h 54Jeudi 17 décembre 2015. Saint Judicaël — 351/14. Plieux. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, aux trois Alephs, et jolis ours blancs lumineux de La Rose des Vents. Beau temps. Comptes : + 3052,85 (inchangé) / à venir : - 234,25 /  Compte de crédit immobilier, - 64,405,01. Panne momentanée du site personnel, temps perdu. Agenda. 11 :15 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, ours blanc à la Rose des Vents, trois photographies de Bordeaux le 28 novembre (Guivanni Do, fauteuil d’Andrée Purman au Capc, cours Xavier-Arnozan (Préséances). L’IN-NOCENT, avec accent mis pour la première fois sur le compte Twitter du NON. Le Jour ni l’Heure, très étalé dans le temps : les trois Alephs du bas, la nouvelle maison au Cassé, mur au Cassé. Forte poussée boulimique, vais acheter sur la place, sans le van voisin de la crèche, une boîte de rillettes de canard et une autre de terrine de canard, mange les rillettes, vin rouge d’Arton, confitures aux trois agrumes sur toast, fruits secs. Considérable décalage, bain à la nuit tombée. Promenade jusqu’à Saint-Vidal. Atelier, La Table, assez peu. Dîner aux nouvelles, gnochi, carottes, courgettes, pesto, vin rouge d’Arton. Poires à la vapeur et framboises. Revu, Viva Zapata, de Kazan, Marlon Brando torride. Communiqué pour l’In-nocence. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Couché vers 2 heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 17 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 20 décembre 2015, 0 h 50Vendredi 18 décembre 2015. Saint Gatien — 352/13. Plieux. Très peu dormi, réveillé par la porte de la salle des Vents au départ de Pierre, levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, très mauvais autoportrait de la nuit et Retour de l’Enfant prodigue, Pierre à la Bourdette, vallée de l’Auroue, le 12 décembre. L’IN-NOCENT. Compte Twitter du NON. Comptes :  / interruption /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Le Retour de l’Enfant prodigue, trois photographies du mercredi 16 décembre à Plieux. Forte collation de charcuterie comme la veille, cette fois-ci avec la boîte de terrine de canard achetée la veille sur la place avec les rillettes. Vin rouge d’Arton. Confitures aux trois agrumes sur crackers. Fruits secs, dattes, abricots, figues. Café. Journal 2015, entrée de la veille, relecture et mise en ligne ( ?). L’IN-NOCENT, avec cette fois la compte Twitter NON. Bain. Lecture de la Britannica par Pierre, articles Diaz, Huerta, Madero, Villa, Zapata. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Table. Lecture par Pierre de Malika Sorel. Comuniqué pour l’In-nocence. Dîné aux nouvelles, omelettes de pommes de terre et champignons, salade verte, fini le vin d’Arton. Poires à la vapeur et framboises. Vu Le Tatoué, de Denys de la Patellière, 1968, avec Jean Gabin et Jouis de Funès, assez joli château en ruine dans la vallée de la Vézère, Montignac ( ?). L’IN-NOCENT encore (ou journal de la veille ?). Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 18 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 20 décembre 2015, 12 h 02Samedi 19 décembre 2015. Saint Urbain — 353/12. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, en somnanbule au Cassé, et Plieux 2016. L’IN-NOCENT, toute la journée, cartons,  correspondance avec une Hongroise, écrit à M. Meotti, etc. Le Jour ni l’Heure, photographie de la veille, La Table, La Pierre, église et tour Sainte-Mère. Bain. Promenade dans la vallée avec Pierre, 1er gué, Subervie, retour par le chemin de la rivière. Atelier, La Table, lecture par Pierre de Malika Sorel, La Décomposition française. L’IN-NOCENT. Communiqué pour l’In-nocence, mort de Kurt Masur. Lettre au traducteur allemand. Dîné aux nouvelles, semoule à couscous et jardinière de légumes aux champignons, poires à la vapeur et framboises. Vu deux épisodes de Downton Abbey, visite de Chamberlain (très ressemblant) et attaque de Lord Grantham, éclat d’ulcère. Fini le message au traducteur allemand. Repris l’agenda interrompu. Comptes :  + 3124,32 / vir. Kobo Wrinting, + 71,47 / à venir : - 252,15 / Crédit immobilier : - 64 ,405,01 /  Agenda. 00 :44 (le 20 décembre /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille au Cassé), quatre autres photographies de la veille, Plieux 2016, clocher et tour Sainte-Mère, atelier, La Table, La Pierre, Chinois de Maisonneuve à Bordeaux le 28 novembre, nouvelle maison au Cassé le 13 décembre, mur au Cassé le 16, Trois Alephs également le 16, autoportrait du 17. Journal 2015, (longue) entrée de la veille, relecture, sans finir. Journal, à peine ébauché. Couché à 2 heures et demie.

lire l’entrée du samedi 19 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 21 décembre 2015, 12 h 32Dimanche 20 décembre 2015. Saint-Théophile — 354/11. Plieux. Très peu dormi, réveillé à 6 h & ½, levé à 7. Journal de l’avant-veille, fin de la “relecture” et mise en ligne. Entre-temps, déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, mauvais et donc très “traité”, et détail du Cheval à Marseille, de Marquet, 1916, musée de Bordeaux le 28 novembre. Coup de téléphone de Robert Ménard. Agenda.  11 :54 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, détail du Marseille de Marquet (Notre-Dame de la Garde), cinq photographies du 18 décembre (La Table, La Pierre, Plieux 2016, clocher et tour, autoportrait à la nouvelle maison), Retour de l’Enfant Prodigue le 12, Chinois de Maisonneuve à Bordeaux le 28 novembre. Le Jour ni l’Heure, atelier de Marquet à Marseille, détail, duchesse d’Angoulême dans le tableau de Gros, Richard Robinson, son portrait par Reynolds, autre cadrage — le tout à Bordeaux le 28 novembre. Bain, lecture par Pierre de Bernard Delvaille. Marchons pour marcher tout en essayant d’éviter la gadoue, remparts nord, boulevard des Italiens, la Gattière, plaza Mayor. Atelier, La Table, fini la lecture du livre de Malika Sorel, Décomposition française. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, lentilles, jardinière de légumes, œuf au plat à cheval. Poires à la vapeur et framboises. Vu Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ, de Jean Yanne, 1982. Remonté vers 10 heures. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. De l’In-nocence, arrivé à g. Journal (Bernard Delvaille). Couché à 1 h & ¼.

lire l’entrée du dimanche 20 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 23 décembre 2015, 1 h 17Lundi 21 décembre 2015. Saint Pierre Canisius — 355/10. Plieux. Assez bien dormi, levé peu avant 8 heures. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, flou dans la bibliothèque, et autre flou de village. Agenda. 12 :21 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, vue de village, trois tableaux de Bordeaux le 28 novembre, Reynolds, Marquet, Gros. Le Jour ni l’Heure, trois vues de la tour la veille. Bain. Visite de Mathieu François du Bertrand, qui vient chercher un ancien cataloge Leroy (“Ch’air”) qu’il m’avait envoyé pour que je le dédicace à son amie adyghéenne, Oksana Zagvotskaya, qui l’accompagne. Promenade à quatre au Cassé. Chocolats et tartes au citron ou brownies au “salon de thé” de l’avenue du Commandant-Pommiès, les Claoues. Atelier, La Table, suite, mais je manque de peinture verte sombre. Attaquons la lecture de l’énorme livre de Philippe Forest sur Aragon. L’IN-NOCENT. Dîner aux nouvelles, tarte au fenouil et champignons, salade verte. Vu un peu de Un mari idéal, mais c’est en français, et de Bridget Jones. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. De l’In-nocence, lettre g (“Exeunt les Gaulois”). Journal. Couché à 1 heure et ¼.

lire l’entrée du lundi 21 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 23 décembre 2015, 12 h 46Mardi 22 décembre 2015. Christ-Roi — 326/39. Plieux. Levé à 7 heures et ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit (miroir de la bibliothèque) et coucher de soleil au Cassé, 18 décembre. L’IN-NOCENT, toute la journée. Texte pour Facebook, “confession générale”. Le Jour ni l’Heure, Marquet, Le Sergent de la coloniale, plan rapproché. Bain, troisième symphonie de Mendelssohn, en différé de la veille, Kurt Masur. Promenade avec Pierre sur le chemin de la Rouquette, jusqu’au carrefour. Parlé à M. Corbière, de l’auberge de Gramont, à propos d’un éventuel “banquet” (cf. Philippe Raggi, Gabriel Robin). Visite de M. Dellinger, porteur d’un colis de victuailles de Noël (en ai reçu un autre de Mme de Mazeron, de sorte que l’absence de Pierre devrait être une tuerie). Le recevons dans l’atelier, thé, chocolats Mazeron, justement. La Table, suite, prend assez bonne tournure mais je manque de peinture verte. Parlé à Jeanne de Loynes, qui viendra jeudi soir. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, jardinière de légumes et pesto, poires à la vapeur et framboises. Un peu d’un documentaire sur Élisabeth Ière et la femme de Dudley (meurtre ?) et pas mal de StarWars 5. L’IN-NOCENT, série de tweets sur Christiane Taubira démentant sur Radio Algérie François Hollande à Versailles devant le Congrès sur la déchéance de nationalité. Agenda, suite. Comptes : + 3.106,42 / prél. Le Monde, - 17,90 / à venir : - 234,25. Agenda, 01 :19 (le 23) /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, paysage crépusculaire du 18 décembre, autre cadrage du Sergent de la coloniale de Marquet, musée de Bordeaux, 28 novembre. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Pas de journal, déjà publié sur Facebook (“Confession générale”). Couché à 2 heures.

lire l’entrée du mardi 22 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 24 décembre 2015, 19 h 52
modifiée le jeudi 24 décembre 2015, 19 h 52
Mercredi 23 décembre 2015.
Saint Clément — 327/38. Plieux. Réveillé à 8 heures moins le quart par un chien qui aboie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec M. Dellinger et Pierre dans l’atelier, et détail de La Table. L’IN-NOCENT. Beau temps. Comptes : + 3.106,42 (inchangé) / à venir : - 234,25 / crédit immobilier : - 64,405,01. Agenda. 12 :17 /// Tél. de M. M., désire acheter un tableau pour sa société, réserve pour février Paysage avec un château d’eau, 6000 €. Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, détail de La Table. Le Jour ni l’Heure, nouvelle maison du Cassé parmi les chênes, autre détail de La Table, La Table. Bain. Été avec Pierre à Agen pour des courses, force tubes de peinture (250 €), livres (cadeau pour J. L., cadeaux de Pierre pour moi, et divers, dont François Cheng, Cinq méditations sur la beauté), vêtement aux Galeries Lafayette (cadeau pour P., sous-vêtements pour moi), vacherin sous la halle, gâteau, etc. Buffet au Palais impérial, habituelle tuerie, beignets de crabe, nems frits au poulet, légumes en beignets, raviolis à la vapeur, jambon cru, poulet rôti, canard laqué, poulet aux champignons noirs, brochettes de seiche, bleu d’auvergne, nougat chinois, crème au chocolat, glace au café, glace à la vanille, sorbet au citron, etc. Rentrés vers neuf heures et demie. L’IN-NOCENT. De l’In-nocence (“Exeunt les Gaulois”). Journal de la veille, mise en ligne (transcrit de Facebook). Journal. Couché vers 2 heures.

lire l’entrée du mercredi 23 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 25 décembre 2015, 11 h 00Jeudi 24 décembre 2015. Sainte Adèle — 358/7.  Plieux. Mal et peu dormi, beaucoup trop mangé. Réveillé à 6 heures, levé assez peu après. Le Jour ni l’Heure, autoportrait devant une curieuse maison d’Agen et Stadium d’Agen, 1964-1965, Roland Jossilévitch, architecte. L’IN-NOCENT toute la journée. Le Jour ni l’Heure, vue nocturne (pas mal) du monument aux Morts d’Agen et de l’esplanade qui l’entoure, devant la préfecture. Semaine “Sibelius 1917”, Anne-Charlotte Rémond, bien. Bain. Promenade avec Pierre au Cassé. Course sur la place du village, à la cammionnette de produits locaux attenante à la crèche (supplément de confits de canard, voulions en acheter deux, mais il n’y a plus que des boîtes de quatre). Atelier, La Table, avec les nouveaux tubes : vert très sombre, bruns très sombres, bleu ultra sombre, presque noir, cramoisi et noir. Lecture par Pierre de la biographie d’Aragon par Philippe Forest, très distrayante (Louis Andrieux). Remontés vers six heures, L’IN-NOCENT, vœux (du NON). Téléphoné à ma tante, un peu expéditive (une jeune femme est avec elle). Insiste beaucoup pour savoir si je vais aller à la messe. Agenda. Comptes : + 3106,42 (inchangé) / à venir, - 724,03. 19 :46 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, deux autres vues d’Agen (monument aux Morts et Stadium), la nouvelle maison du Cassé dans les chênes, La Table, ensemble et détail, état au mardi 22 décembre. Nouvelles, très ennuyeuses, en mettant le couvert. Jeanne Lloan ici à 8 h & ½, soirée avec elle et Pierre, dîner, foie gras, effiloché de canard, cuisses de confit de canard (avons sottement acheté et ouvert deux boîtes par ma faute, par crainte de manquer, et consommé en fait moins d’une seule, trois cuisses sur huit, restes considérables donc, contrairement aux sages objurgations du pape sur la “sobriété”). Vin Rothschild pas très bon. Fromage vacherin Mont-Dore un peu trop jeune et frais. Gâteau d’Agen, “Hermitage”. Montré à Jeanne La Table. Lui avons donné l’Aragon de Philippe Forrest, très bien. Journal de la veille, mais tombe de sommeil, n’arrive pas à en finir la relecture et à la mettre en ligne. Journal du jour, simple ouverture, pour marquer le coup, sans développer. Bref, terrible retard. Couché vers 1 heure.

lire l’entrée du jeudi 24 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 26 décembre 2015, 11 h 58Vendredi 25 décembre 2015. Noël (Férié) — 359/6. Plieux. Levés à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, indifférent autoportrait de la nuit, vue nocturne de l’église Notre-Dame-du-Bourg, dans Agen. Déjeuné en bas avec Pierre. Texte pour Facebook à propos de l’appel en ma faveur d’Entraide Solidarité (remerciements, mais objection à l’expression “laver son honneur”). Tél. de Jeanne. Agenda. 10:43 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, église Notre-Dame du Bourg à Agen. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, immeuble moderne vu de loin à Agen, assez belle maison à vendre cours Washington (maison à galerie “paladienne”). Bain. Assez grande promenade dans la vallée avec Pierre, marché jusqu’au deuxième gué, revenus par le poteau télégraphique sur la rivière, retraversé au premier gué, passé derrière Subervie, remontés par Lou Tapet (photographie de l’arbre fameux, sans une feuille). Atelier, La Table, plutôt reculé (difficultés avec les bruns, qui tournent à la mélasse). Lecture par Pierre de la biographie d’Aragon, mais tombons sur une page caricaturale à propos de Barrès, qui me défrise nettement. L’IN-NOCENT. Journal 2015, entrée de l’avant-veille, relecture. Dîné aux nouvelles, restes du dîner de la veille, effiloché de canard, confit, carottes, pommes de terre et champignons, chutney de figues, le tout bien meilleur que la veille comme d’habitude, y compris le vin, qui n’était pas celui que je croyais. Fini le vacherin. Fini le gateau, que Pierre aime bien parce que c’est un “gâteau de boulanger” (concept très opératoire en effet). Chocolats de Mme de Mazeron et de M. de Linger. Vu un documentaire sur les châteaux de la Loire, correct, un peu rasoir. Remonté vers 10 heures. Journal de l’avant-veille, relecture, suite, et mise en ligne. Journal de la veille, id. Journal du jour, à peine ébauché. Couché après 1 heure.

lire l’entrée du vendredi 25 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 27 décembre 2015, 18 h 51Samedi 26 décembre 2015. Saint-Étienne — 360/5. Plieux. Peu dormi, levé à 6 h & ½. Le Jour ni l’Heure, insignifiant autoportrait de la veille, et arbre de la montée Lou Tapet, la veille également. Déjeuné avec Pierre en bas, émission de Finkielkraut avec Natacha Polony et le pénible Alain Minc. Beau temps. L’IN-NOCENT toute la matinée /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et cerisier Lou Tapet, deux photographies d’Agen le 23, immeuble moderne au bout d’une vieille rue et maison “palladienne” à vendre. Le Jour ni l’Heure, route mouillée devant La Garrière, détail de La Planche, palais de Justice d’Agen dans la nuit. Bain. Longue conversation avec Flatters. Été à Lectoure pour chercher à l’ancien hôpital, capharnaüm de brocanteurs et décidément pas mal, un cadeau pour Mme Jolibert. Grande assiette des Martres-Tolosanes. Acheté aussi beaucoup de supports pour de la peinture : moule à chapeau en bois, porte de foudre d’armagnac id, jarre en terre cuite et beau cadre pour un petit tableau. Vu des tableaux anciens dans la chapelle. Courses aussi aux Fleurons de Lomagne, cadeaux de Pierre pour sa famille, et joli vin rosé très pâle. Rentrés vers sept heures, très chargés. Agenda de la veille. Le Jour ni l’Heure,  route mouillée devant la Garrière, La Planche, palais de Justice d’Agen. Dîné aux nouvelles, excellentes saucisses de canard fourrées au foie gras de M. Dellinger, tarte aux épinards et au fromage, saint-nectaire, vin rosé gris très pâle, poires à la vapeur et framboises. Downton Abbey, deux épisodes, Barrow tente de se suicider, Mary épouse le coureur automobile. Remontés vers 11 heures et demie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché vers 1 heure et ½.

lire l’entrée du samedi 26 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 28 décembre 2015, 10 h 09Dimanche 27 décembre 2015. Sainte Famille — 361/4. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et détail de La Planche. L’IN-NOCENT, très activement toute la journée. Agenda. Le Jour ni l’Heure, André Lhote, Paysage français, 1912, musée de Bordeaux, 28 novembre 2015. Bain. M. Marco Santi, Belge très engagé dans la défense des chrétiens d’Orient, ici à 3 heures. Promenade avec lui et Pierre jusqu’au Cassé, retour par le flanc nord et le chemin de l’église, parlé assez longuement aux Aeberhard devant l’église, justement, en particulier du sérail de brocanteurs dans l’ancien hôpital de Lectoure. Thé, chocolats et pralinés (delingériens, mazeroniques ?) avec M. Santi dans l’atelier, bien amélioré La Table. L’IN-NOCENT (Twitter, 6227). Agenda. 18 :37 //// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, La Table, dét., Paysage français de Lhote, Bordeaux, 28 novembre, la route à La Garrière, détail de La Planche, tribunal d’Agen. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, quenelles à la quenelle, jardinière de légumes, grand saint-nectaire offert par les cousins O’Lanyer, joli rosé gris, poires à la vapeur et framboises, trois chocolats de Mme de Mazeron. Revu Eyes Wide Shut, 1999, de Stanley Kubrick. Journal, longuement (la pénible affaire F., plus désagréable (non-) événement personnel de 2015). Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 27 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 30 décembre 2015, 1 h 58Lundi 28 décembre 2015. Saints Innocents — 362/3. Plieux. Levé à 7 h. Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Jeanne d’Arc de Bourdelle dans la cathédrale de Bordeaux. Retour de Céline. Pierre part pour C. L’IN-NOCENT toute la journée. Journal de la veille, toutefois, relecture et diffusion très tardive. Forte et excellente collation boulimique, jambon cru et sorte de saucisson de M. Dellinger, saint-nectaire des cousins O’Lanyer, reste du rosé gris acheté samedi, rosé rose Rothschild de ma tante, confiture de figues de Mme Mazeron, café. Bain. Communiqué pour l’In-nocence et le NON, sur l’affaire de la messe de Lens. Atelier, sorti le petit tableau que contenait le beau cadre acheté samedi à Lectoure, retourné la plaque d’isorel sur laquelle il était peint, et commencé à peindre au revers un nouveau L’Hiver en Lomagne, version très réduite du grand tableau de Jeanne. Dîner aux nouvelles, relativement léger, pavé de saumon fumé de M. Delinger, salade verte, poire au four à la cannelle. Vu une émission sur les Romanov. Tél. de Pierre, qui est pasé au château de Labastide-Pommès que j’avais envisagé d’acheter à la fin du siècle dernier, et qui a été restauré par de nouveaux propriétaires anglais. L’IN- NOCENT. Journal de la veille, suite de la relecture et mise en ligne très tardive, vers deux heures du matin. Journal, un tweet seulement. Couché à Deux heures et demie.

lire l’entrée du lundi 28 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 31 décembre 2015, 1 h 27Mardi 29 décembre 2015. Saint David — 363/2. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et détail de la crèche de Plieux (“Le Capitaine Fracasse”). Transféré 4800 € du compte PayPal (ventes depuis septembre, plusieurs albums). Tél. de Pierre. Bref message assez rassérénant de D. F. L’IN-NOCENT toute la journée comme la veille, mais pas de collation à midi. Mise en ligne de la brévissime entrée de la veille du journal. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de la veille, la chartreuse, les pylônes sur le plateau, les illuminations de la Rose des vents. Bain. À trois heures, visite sur rendez-vous des jeunes MM. Forzy, cousin des Forzy d’ici, et son cousin D. de B. (Bazargan, Bazignan, Bataclan ?), café avec eux, conversation politique, proposition d’une conférence dans leur cabane au fond des bois, près de Condom (ville où les remplaçants seraient déjà majoritaires parmi les moins de vingt ans). Tél. de Karim Ouchikh, sur ma demande. Promenade avec les jeunes gens au Cassé, mais ils rebroussent chemin avant la fin car ils ont un rendez-vous. Atelier, petit paysage d’hiver pour le cadre riche. Dîner aux nouvelles, excellent repas de restes et de restes de restes, jambon cru et coppa de M. Dellinger, cuisses de magret de canard, fricassée de carottes et de champignons de Paris, saint-nectaire des O’Lanyer, poires à la vapeur et confiture de figues de Mme Mazeron. Vu un peu d’une émission de la chaîne Histoire sur Fabergé et beaucoup d’une émission de France 2 sur Alésia, Le Dernier Gaulois. Tél. de Pierre. L’IN-NOCENT. Agenda, entrée de la veille perdue. Comptes : + 8897,76 / chèque, - 300,00, brocanteuse à Lectoure / vir. retraite complémentaire, + 91,34 / vir. achat tableau Paysage avec un château d’eau, + 6000 / à venir, - 724,03. Agenda, 00 :51  /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille et de l’avant-veille, crèche de Plieux, Jeanne d’Arc de Bourdelle à Orléans, Lhote de Bordeaux, Paysage français, le 28 novembre. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mardi 29 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 31 décembre 2015, 19 h 00Mercredi 30 décembre 2015. Saint Roger — 364/1. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait au petit Aleph blanc, vingt-neuvième vue de Castenau-d’Arbieu. L’IN-NOCENT toute la journée, frénétiquement. Long téléphonage de Karim Ouchikh, large tour d’horizon. Le Jour ni l’Heure, grand panorama crépusculaire, fenêtre de la bibliothèque, plan large. Promenade sur le plateau jusqu’à l’embranchement La Rouquette/ La Bonnefont, très beau temps assez frais (pour un jour de printemps). Rentré par le chemin d’Enduré pour éviter Mme L. et toute sa famille (ah, force aboiements du chien, plus tôt, sans doute pour célébrer cette visite). Atelier, L’Hiver en Lomagne II, huile sur isorel dans un riche cadre vieil or, état provisoire complet. Dormi un peu dans le fauteuil de l’atelier. L’IN-NOCENT. Retour de Pierre, portant un panier de victuailles de sa mère (en ai reçu ce matin un autre, bretonnes et poisonneuses, de ma sœur). Journal de l’avant-veille, relecture. Dîné aux nouvelles, Pierre ne mange rien, ayant eu un gros déjeuner. Jambon cru et copa de M. Dellinger, cuisse de magret de canard, carottes et champignons en fricassée, saint-nectaire des cousins O’Lanyer, poires à la vapeur et myrtilles, trois truffes au chocolat de l’envoi de Mme J. Vu un curieux et intéressant documentaire sur la vie “posthume” d’Alexandre Ier, que serait devenu ermite, staretz et saint et ne serait mort, en Sibérie, que dans les années soixante. Beaux paysages de Russie, jolies maisons. L’IN-NOCENT. Suites de l’agenda, comptes, mais tout cela s’est perdu le lendemain (ou le soir même, en “fermant” ? — ces incidents se multiplient). Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Couché à 3 heures du matin. 

lire l’entrée du mercredi 30 décembre 2015 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 1er janvier 2016, 10 h 48
modifiée le lundi 4 janvier 2016, 0 h 27
Jeudi 31 décembre 2015.
Saint Sylvestre, 365/0. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et L’Hiver en Lomagne II, dans son cadre doré. L’IN-NOCENT, toute la journée.    Étrennes C., 100 €. Le Jour ni l’Heure, “Plieux 2011”. Émission d’Anne-Charlotte Rémon sur Chopin en 1852. Quintette op. 24 de Brahms et deuxième quintette de Dvorak. Communiqué pour L’IN-NOCENCE. Assez longue promenade dans la vallée avec Pierre, premier gué, Subervie, remonté par Lou Tapet. Atelier, repris L’Hiver en Lomagne II, refait le ciel, corrigé toutes les tonalités, sans résultat définitif satisfaisant. Lecture par Pierre de la biographie d’Aragon par Philippe Forest, la guerre de 14. L’IN-NOCENT. Repris l’agenda, mais la moitié de la journée d’hier s’est perdue, je ne sais comment. Comptes : + 13.709,47 / Vir. PayPal (toutes les “rentrées” depuis septembre et qui n’avaient pas été importée faute de besoin, à cause des subventions de l’État pour les travaux de la tour, en attente sur le compte — ventes de livres et d’albums, dons, “soutiens”) / chèque, - 100,00 (village des brocanteurs à Lectoure, jarre et forme à chapeau) / vir Amazon Lux. Fr, + 92, 42 / vir. Amazon It., + 13,41 / vir. Amazon Lux. De, + 5,88. Agenda. 18 :54 /// Le Jour ni l’Heure, agenda (reconstitué) de la veille, autoportrait de la veille dans l’atelier, L’Hiver en Lomagne II, Plieux 2016, grand paysage du mardi 22 décembre. Journal de la veille, fin de rédaction. Vœux du président de la République. Partis pour Fleurance. Soirée chez Jeanne Lloan, somptueux dîner, huitres, foie gras, chapon farci, champignons et marrons, vacherin, bûche, champagne, vin rouge de Fleurance même. Rentrés avant minuit toutefois, car nets problèmes avec le journal, retards accumulés. Journal de la veille, donc, fin de rédaction, relecture, mise en ligne à 2 heures du matin. Journal. Couché à 3 heures.

lire l’entrée du jeudi 31 décembre 2015 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site