Le Jour ni l’Heure
janvier 2016

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 janvier 2016, 0 h 23Vendredi 1er janvier 2016. Jour de l’An (Férié) — 1/365. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, chez Jeanne Lloan, et vue de la rue devant chez elle, à Fleurance. L’IN-NOCENT encore, toute la journée (Tw. 6360). Tél. à ma tante, mais elle est avec son infirmière et ne peut pas parler. Tél. à Madou Marécat (103 ans, mais elle n’est pas chez elle). Tél. à ma sœur, id. Parlé à Jacqueline Voillat. Appelé Jeanne de Loynes, mais elle n’est pas chez elle non plus. Promenade avec Pierre au Cassé, retour par le boulevard extérieur. Atelier, beaucoup changé la “structure” de L’Hiver en Lomagne II, pour tenir compte davantage du cadre (construction en croix de Saint-André). Lecture par Pierre de la biographie d’Aragon par Philippe Forrest, 1919, Littérature. L’IN-NOCENT. Journal de la veille. Dîné aux nouvelles, gnochi, saint-nectaire, jardinière de légume et salade verte aux avocats mêlés. Remonté assez tôt. L’IN-NOCENT. Journal de la veille, relecture et mise en ligne tardive. Journal du jour, ébauché. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du vendredi 1er janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 janvier 2016, 0 h 14Samedi 2 janvier 2016. Saint Basile, 2/364. Plieux. Levé à 7 heures et ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et champs à Plieux, la veille également, très “traités”. L’IN-NOCENT, cascade d’insultes d’un remplaçant (je crois), “Mimo”, jusqu’à “Violeur d’enfants”. Agenda. 12 :19 ///  Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage plieusain “traité”, vue nocturne à Fleurance avec erreur de date. L’IN-NOCENT. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, L’Hiver en Lomagne II. Agenda. Journal de la veille, suite. Nouvelles du monde. Dîné ici avec Jeanne Lloan, venue sur ma requête avec tous ses restes de jeudi pour voir avec nous les derniers épisodes de Downton Abbey. Je commets l’erreur de faire cuire ensemble chapon, pommes de terre, carottes et navets, ce qui donne un frichti pas mauvais mais assez indigeste, malgré l’ajout de foie gras in fine. Vacherin de Jeanne et saint-nectaire des cousins. Très bon vin gascon de M. Dellinger. Poires à la vapeur et myrtilles avec un reste de bûche et de flan. Downton Abbey très bien comme d’habitude mais tout de même un peu gâché sur la fin par les exigences d’un happy ending général et convergent, pas très digne de la série. Retourné au travail avant même le départ de Jeanne. Journal de la veille, relecture et mise en ligne tardive. Répondu à plusieurs messages urgents (mais pas à tous, loin de là…). Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du samedi 2 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 janvier 2016, 22 h 06Dimanche 3 janvier 2016. Épiphanie ( ?) — 3/363. Plieux. Levés à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la pénultième nuit, doublon du précédent, et Giovanni Do, Le Maître et son élève, c. 1630, musée de Bordeaux. Déjeuné avec Pierre en bas. L’IN-NOCENT, même jeu. Le Jour ni l’Heure, Flavio Martinotti, Paysage avec un chêne mort. Vingt-cinq visiteurs sur rendez-vous, groupe la Banque populaire, Pierre les guide et dira que tout s’est très bien passé, qu’ils étaient très enthousiastes. Vais me promener au Cassé pendant ce temps, sous la pluie — un mur que j’ai photographiée il y a de cela quelques jours à peine parce qu’il prenait bien la lumière a été démoli (il est probable que personne d’autre n’avait jamais eu l’idée de le photographier). Atelier, retouches de tonalité à L’Hiver en Lomagne II (le coin inférieur droit me donne beaucoup de fil à retordre), attaqué la jarre ( ????) et la coupe (en fait un morceau d’un moule à chapeau). Ah, et retouché La Planche, aussi, qui avait été abîmée. L’IN-NOCENT. Agenda. Dîner aux nouvelles. Gnochi, jardinière de légumes, pesto, saint-nectaire, bordeaux rouge, poires à la vapeur et myrtilles. Rien regardé, je crois, ou quelque chose sur la chaîne Histoire, j’ai oublié quoi. Remonté tôt. L’IN-NOCENT. Agenda de la veille. Journal de la veille, fin de la rédaction, relecture et mise en place tardive. Décalage général, très difficile à remonter. Journal, amorce seulement. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 3 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 5 janvier 2016, 23 h 34
modifiée le mercredi 13 janvier 2016, 13 h 23
Lundi 4 janvier 2016.
Saint Odilon — 4/362. Plieux. Levé à 7 h & ½. Le Jour ni l’Heure, Très mauvais autoportrait de la veille, très “traité” pour essayer de compenser, et bonne photographie de la “jarre” ( ???) dans son état de la veille. Appel de ma sœur. L’IN-NOCENT toute la journée, très intensément. Le Jour ni l’Heure, Marquet, Fête aux Sables-d’Olonne, 1933. Bain. Lecture par Pierre d’un très curieux texte, très bien écrit, d’un certain “Bonhomme”, sur l’“affaire Guimbaud”, 1864, à Blagnac, à propos de laquelle nous avions vu une intriguante gravure au village des brocanteurs à Lectoure, l’autre jour (“Siège de la maison Guimbaud par la troupe”). Promenade au Cassé. Atelier, La Planche, La Jarre, La Coupe. Lecture par Pierre de l’Aragon de Forrest. L’IN-NOCENT. Journal, entrée de la veille. Dîné aux nouvelles. Regardé à peu près la moitié de The First Great Train Robbery (La Grande Attaque du train d’or), de Michael Crichton, 1979, avec Sean Connery et Donald Sutherland. Remonté vers 10 heures. L’IN-NOCENT. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal, amorce seulement. Couché à deux heures.  

lire l’entrée du lundi 4 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 6 janvier 2016, 13 h 05Mardi 5 janvier 2016. Saint Édouard — 5/361. Plieux. Réveillés à 6 heures par la sonnerie du téléphone. Vaines tentatives pour nous rendormir, levé, moi, à 6 h & ½. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au bureau ; et face droite de la “jarre” ( ???). Tél. de Pierre Cassen, comme la veille. Il m’annonce cette fois que mes objurgations ont été entendues et que la manifestation du 6 février a été déplacée au 7 — d’ailleurs, ce n’est pas une manifestation, plutôt un colloque, ou un meeting. L’IN-NOCENT toute la journée, question de langue, expressions détestées, scies, etc. Tw. 6391. Le Jour ni l’Heure, détail de Nature morte à la vielle, de Roland ( ?) de La Porte, musée de Bordeaux, 28 novembre. Ouverture de Rienzi.  Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Jarre, surtout, qui prend très bonne tournure. La Planche, mais je n’arrive pas trop à retrouver l’état antérieur à la réparation. Lecture par Pierre de l’Aragon de Forrest, Giverny 1923, très bien (comme j’ai été bête !). L’IN-NOCENT, suite. Agenda. Dîné aux nouvelles, cake aux légumes, sauce au confit de figues, carottes, courgettes, salade verte aux avocats. Poire à la vapeur, framboises et myrtilles. Vu une partie des Liaisons dangereuses 1960, de Roger Vadim, avec Jeanne Moreau et Gérard Philippe (et Boris Vian). L’IN-NOCENT. Agenda de la veille, affreux retard de tout. Journal de la veille, mais tombe de sommeil, dois m’arrêter, ne parviens même pas à le mettre en ligne. Journal du jour, simple ouverture. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du mardi 5 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 8 janvier 2016, 0 h 44Mercredi 6 janvier 2016.  Saint Mélaine — 6/360. Plieux. Réveillé et levé à 6 heures et demie. Journal de l’avant-veille, relecture et mis en ligne (vers 8 heures). L’IN-NOCENT, l’affaire de Cologne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, pas mauvais, et vue de l’atelier, avec La Table et La Jarre. Comptes : + 11962,18 / prél. Credipar (voiture), - 759,88 / prél. Sofinco (trav. d’isolation), - 310,80 / prél. Cardif assurance (du crédit des travaux de la tour), - 121,88 / vir. Audiens ret Arrco, + 160,59 / prél. Canalsat, - 76,00 / prél. Canal +, - 39,90 / facture carte Artempo, Agen (couleurs, pinceaux) 23/12/15, - 213,90 / facture carte Galeries Lafayette Agen 23/12/15, - 193,58 / facture carte Fleurions de Lomagne, Lectoure, - 124,85 / vir. M. David Jordan (mécène), + 100,00 / facture carte Derrey Fleurance (couleurs, pinceaux) 14/12/15, - 82,40 / facture carte librairie Martin-Delbert Agen 23/12/15, - 34,10 / facture carte Ruchers des Lar ( ?) Brugnens (camion sur le place de Plieux, confits de canard, 13/12/15, - 27,00 / facture carte Artempo Agen 23/12/15 (gel, oublié), -26,20 / vir. Apple, + 24,61 / facture carte patis Agen 23/12/15 (gâteau), - 22,00 / à venir, - 21,80. Agenda. 12 :11 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, vue de l’atelier avec La Jarre, partition musicale, détail d’un tableau de La Porte au musée de Bordeaux, Nature morte à la vielle. Le Jour ni l’Heure, Paysage à la clairée (fenêtre de la bibliothèque), vue de l’atelier avec La Planche, autre vue de l’atelier avec La Jarre. L’IN-NOCENT. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Jarre (filet de peinture noire), La Coupe. Lecture de la vie d’Aragon par Forrest, Doucet, Drieu. L’IN-NOCENT. Journal de la veille. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, jardinière de légumes au pesto, oublié ce que nous avons pu voir. Journal de la veille. Écrit à Stéphane Martin. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à 1h et ½.

lire l’entrée du mercredi 6 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 8 janvier 2016, 23 h 41Jeudi 7 janvier 2016. Saint Raymond — 7/359. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre vue de La Jarre, état au mardi 5. L’IN-NOCENT. Bain plus tôt et quelques rangements car équipe de la télévision américaine, Fusion, menée par leur sherpa Guillaume Giraudet, doit être ici à deux heures et l’est en effet. Après-midi avec eux, charmante jeune femme d’origine portugaise, cameraman, preneur de son et M. Giraudet, tout le monde très gentil et sympathique, mais évidemment ça ne prouve rien (au contraire ? ). S’en vont vers six heures, se rendent à Toulouse prendre un train pour Béziers afin d’y interviewer demain Robert Ménard. Atelier, commencé à peindre la porte de foudre achetée à Lectoure le 26 décembre 2015. Lecture par Pierre de la vie d’Aragon par Forrest, Eyre de Lanux.  L’IN-NOCENT, mise en ligne de deux communiqués récents (Cologne, Boulez (texte demandé à Jérôme Vallet)). Dîné aux nouvelles, encore un attentat. Boîtes bretonnes envoyées par ma sœur, rillettes de thon, pâté de sardines, carottes, courgettes, salade verte aux avocats, poires à la vapeur et framboises. Téléfilm sur Fouquet et Colbert, avec Lorent Deutsch. L’IN-NOCENT. Agenda, long et laborieux rattrapage. Comptes : + 7278,16 / chèque – 3751,78 (assurance maison) / chèque – 910,44 (Céline) / cot. “Esprit libre”, - 21,80. Agenda. 00 :37 (le 8) ///  Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal du jour, mais tombe de sommeil, dois me coucher, à 1 heure et demie.

lire l’entrée du jeudi 7 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 9 janvier 2016, 10 h 58
modifiée le mercredi 13 janvier 2016, 13 h 24
Vendredi 8 janvier 2016.
Saint Lucien — 8 / 358. Plieux. Bien et beaucoup dormi, réveillé à 8 h et ½ par Céline et le petit déjeuner dans la bibliothèque. Magnifique matin, Pyrénées resplendissantes dans l’aube rose. Photographies. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, en ectoplasme dans la bibliothèque, et Vue de Castelnau-d’Arbieu n° 30. L’IN-NOCENT tout la journée, comme tous ces jours-ci. Tw. 6459. Conversation téléphonique avec Karim Ouchikh. Pas de Le Jour ni l’Heure méridien. Dans des sept voiles de Strauss, Symphonie écossaise. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au bout du goudron. Atelier, La Jarre, La Coupe. Lecture par Pierre de la vie d’Aragon de Philippe Forrest, Nancy Cunard. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, pâté aux légumes avec une sauce Pierre-made, carottes, pommes de terre douces râtées, pas cuites, crème de sardine de ma sœur, salade verte aux noix. Poires à la vapeur et framboises. Long documentaire sur les extrêmes-droites modernes en France, avec Benjamin Stora et Jean-Yves Camus. Intéressant, mais regardé seulement la première partie, car très en retard comme d’habitude. Remonté vers 10 heures et demie. L’IN-NOCENT. Carton pour le NON. Comptes : + 8417,38 / Vir. Caisse d’assurance retraite, + 11,39,22 / à venir, 0,00 / comptes de crédit immobilier : - 64,405,01. Agenda, 23 :27 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, en ectoplasme ; grand paysage du matin même. Journal de la veille, relecture et mie en ligne. Journal du jour, seulement la date. Décalage général, désastreux. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du vendredi 8 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 10 janvier 2016, 23 h 01Samedi 9 janvier 2016. Saint Alix de Champagne — 9/357. Plieux. Très peu dormi, idée obsessionnelle de tout ce que j’ai à faire et ne fais pas, messages ou lettres auxquels il faudrait répondre, surtout, fautes du journal 2015 à corriger pour une éventuelle publication sur papier, etc. Réveillé à 6 heures, vaines tentatives de réendormissement après pissatation, levé à 6 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et vue de la salle des fêtes, avec la deux-chevaux de François Guirado. L’IN-NOCENT, mais de façon relativement contrôlée, malgré un tweet assez aventureux. Comptes : service indisponible. 10 :51 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, salle des Fêtes de Plieux avec la deux-chevaux de François Guirado. Journal 2016, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, église de Plieux, salle des Fêtes la nuit, deux cartons de Marcel Meyer. Deux heures d’aboiements du chien Le Coz. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Promenade avec Pierre au Cassé, rentrés par le boulevard extérieur (du Cassé…). Atelier, La Jarre toujours, mais Pierre n’approuve pas le tour qu’elle prend (trop compliqué). Lecture par lui de l’Aragon de Forrest, voyages avec Nancy Cunnard, rupture avec Doucet. L’IN-NOCENT. Écrit à Alain Finkielkraut. Dîné aux nouvelles. Vu une bonne partie de Julie (Le Diabolique Mr. Benton), 1956, d’Andrew Stone, avec Doris Day et Louis Jourdan. Suite de la lettre à Alain Finkielkraut. L’IN-NOCENT. Journal. Couché à 1 heure et demie.

lire l’entrée du samedi 9 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 11 janvier 2016, 19 h 57Dimanche 10 janvier 2016. Saint Guillaume — 10/356. Plieux. Assez bien dormi. Levé à 8 h – 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, Chroniques du château d’eau. Déjeuné en bas avec Pierre. L’IN-NOCENT toute la matinée. Échanges avec Jean-Philippe Boursier et Jérôme Vallet, plans plaisants pour une anthologie de mes tweets (1000), qui change ma façon d’envisager le temps passé sur les réseaux sociaux (après tout se serait bien pour un travail littéraire après tout, de la littérature à contrainte, mais qui peut très bien servir aussi à un exposé de la “doctrine”). Inquiétude en revanche du côté de la location du domaine de mon site personnel, qui arrive à terme mais je ne sais pas le renouveler (l’avis ne prévoit pas de réponse, ni ne dit où il faut s’adresser). Le Jour ni l’Heure, salle des Gardes avec les trois Alephs. Bain. Nouvelle séance d’aboiements du chien de Mme Le Coz, quand nous sortons de la maison. Été à trois heures “tirer les rois”, à l’invitation de Mme Bossy, au château de Saint-Loup-d’Albret, à Montagnac-sur-l’Auvignon (l’hôte est l’homme qui m’avait fait une scène parce que, de la route, je photographiais son château, il y a quelques années). Une cinquantaine de personnes, tout le gratin “droite de la droite” de la région, le versant mondain assez peu connu, me semble-t-il, du FN, ambiance très “Vieilles Maisons françaises”, très cordiale. Mme Bossy très aimable. Parlé surtout à une femme élégante qui était conseiller municipale FN à Agen mais s’est fait exclure de la fédération départementale pour une histoire de mariage gay à Tonneins ou Marmande (elle était contre) ; et à l’homme du Siel à Bordeaux, François Quelque chose, je crois. Deux coupes de champagnes, galette des rois, une madeleine, deux macarons. Mauvais temps toute la journée, rentrés vers 7 heures, pluie froide. L’IN-NOCENT (Tw. 6509). Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes à la sauce de soja, poires à la vapeur et framboises. Revu quelques images de Jeremiah Johnson, remonté tôt. L’IN-NOCENT. Agenda. 22 :43 /// Long message de M. — hélas, il faudrait deux heures pour lui répondre. Le Jour ni l’Heure, chronologie, agenda et autoportrait de la veille. Journal de la veille, complétion, relecture et mise en ligne. Journal du jour, entrée à peine ébauchée. Couché à 1 h & ½.

lire l’entrée du dimanche 10 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 12 janvier 2016, 10 h 04Lundi 11 janvier 2016. Saint Paulin — 11/355. Plieux. Nuit très mouvementée, cauchemar puis réveil vers 3 heures ( ?) provoqués par l’arrivée et surtout le gyrophare d’une ambulance venue sans doute pour M. P., très gentil voisin du contrebas nord, toujours aimable et que nous aimons beaucoup. Il a des problèmes de cœur (physiques). Gyrophare pendant une ou deux heures, assez inutilement il me semble,  ombres et lumières tournoyantes dans la chambre, angoisse pour M. P., angoisse pour moi (la prochaine fois ?). Rendormi toutefois après le départ de l’ambulance (avec le voisin ?). Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille (retour du château de Saint-Loup) et Place du mort (en çà de Montagnac, venant de Saint-Loup). L’IN-NOCENT toute la matinée et la mi-journée, malgré mes résolutions. Le Jour ni l’Heure, autre grand panorama du 8 janvier au matin, fenêtre de la bibliothèque, massif de Maubermé. Bain, lecture par Pierre du livre d’Henri-Irénée Marrou sur le christianisme du Bas-Empire (à la suite d’échanges pourtant peu serrés, sur Twitter, avec une certaine Nacera, ardente pro-palestinienne). Promenade sur le flanc nord. Passé chez les P., mais il n’y a personne. Vallée nord. L’IN-NOCENT. Carton pour le NON. Appel de Philippe Martel, assez longue conversation. Agenda. 19 :51  /// Le Jour ni l’Heure, chronologie, agenda de la veille. Dîné aux nouvelles. Tarte au fenouil et aux champignons, salade verte aux avocats. Poires à la vapeur et framboises et myrtilles. Les Orgueilleux, d’Yves Allégret, 1953, avec Michèle Morgan et Gérard Philippe, pas mal (petite ville mexicaine vraiment très belle). L’IN-NOCENT. Texte d’un carton pour Marcel Meyer, appel pour le 7 février. Journal de la veille, rédaction. Couché à deux heures moins vingt.

lire l’entrée du lundi 11 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 13 janvier 2016, 13 h 17Mardi 12 janvier 2016. Sainte Tatiana — 12/354. Plieux. Pas mal dormi. Réveillé par Pierre à 8 heures – 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage à l’étang, vallon nord. Bowinades déchaînées sur France Culture (Bowie est mort hier). Comptes : + 7797,52 / échéance prêt immobilier, - 619,86 / “à venir”, 0,00 / compte de crédit immobilier : - 63.917,18. Agenda. 09 :54 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, troncs près de l’étang à Pilots. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Journal de la veille. Semi-craquaison boulimique, coffret belle-islois de ma sœur, boîte de maquereau au vin blanc, boîte de sardines au citron, sur crackers, sans vin ; confiture d’oranges amères et fruits secs. Le Jour ni l’Heure, deux paysages de la vallée du Nord. Journal 2016, relecture est mise en ligne de l’entrée de la veille (retard rattrapé, donc). Promenade sous la pluie, seul, jusqu’à la rangée de chênes sur le chemin de la Rouquette. Violents aboiements du chien Le Coz, quand je sors de chez moi et y reviens, puis une ou deux heures durant après. Atelier, La Jarre, La Table. L’IN-NOCENT. Dîner aux nouvelles, omelette aux champignons et pommes de terre, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Regardé une bonne partie de Samsara, de Pan Nalin, 2002. Quelques messages très en retard. Premier coup d’œil au texte envoyé par Philippe Martel. Journal. Couché à 2 heures moins vingt.

lire l’entrée du mardi 12 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 15 janvier 2016, 0 h 45Mercredi 13 janvier 2016. Sainte Yvette — 13/353. Plieux. Levé à 7 heures 20. Édouard Louis à France Musique. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysage de la vallée du Nord. L’IN-NOCENT, toute la matinée. Comptes : + 7.797,52 (inchangé) / à venir : 0,00 / Comptes de crédit immobilier, - 63.917,18. Agenda. 13 :04 /// agenda et autoportrait dans l’escalier, trois paysages du lundi 11 janvier, un grand panorama du vendredi 8. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, Frand Hals, Jeune Homme à la main sur le cœur, 1632, musée de Bordeaux, 28 novembre 2016. Bain. Lecture par Pierre d’Henri-Irénée Marrou, Nouvelle Histoire de l’Église, la grande persécution de Dioclétien. Promenade au Cassé avec Pierre, retour par le boulevard extérieur. Atelier, La Jarre, mais, alors qu’elle avait pris très bonne tournure d’emblée elle évolue mal, la matière que je voulais très riche est trop épaisse, les couleurs sont réparties trop mécaniquement (rouge cramoisi, bleu très foncé, brun foncé, vert foncé). Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, jardinière de légumes, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Vu une partie d’un documentaire sur le deuxième guerre sino-japonaise des années trente. Révision de texte pour Philippe Martel. Journal. Couché à une heure et demie.

lire l’entrée du mercredi 13 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 15 janvier 2016, 16 h 22Jeudi 14 janvier 2016. Sainte Nina —14/352. Plieux. Levé à 8 h. Édouard Louis à France Culture (comme la veille à midi !) (ou l’inverse ?). L’IN-NOCENT, frénétiquement toute la journée, dans la perspective de l’anthologie de Tweets, surtout comme “exposé de la doctrine”. Collation belle-isloise, thon en lambeaux, très bon, et maquereaux au citron. Le Jour ni l’Heure, contribution du matin et de midi agglomérées, agenda et autoportrait de la veille, La Peinture, de Charles Mellin, c. 1640 ( ?), Bordeaux, 28 novembre 2015. Mise en forme pour Philippe Martel du texte d’un groupe de personnalités civiles proches du FN. L’envoyé vers 6 heures. Promenade nocturne sur le plateau, jusqu’à la rangée de chênes. Atelier, peu de temps, La Jarre, changement de disposition. Dîner aux nouvelles, petites quenelles et pesto, carottes et courgettes. (Re)Vu la deuxième partie de la “dramatique” sur Fouquet, avec Lorent Deutsch, et un Colbert très méchant. L’IN-NOCENT (Tw. 6613). Agende. Comptes : + 7.797,52 / à venir, - 68,00. 00 :37 (le vendredi 15) /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, La Peinture de Mellin, Jeune Homme à la main sur le cœur de Hals, Bordeaux, 28 novembre. Journal. Oublié l’autoportrait. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du jeudi 14 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 16 janvier 2016, 13 h 57Vendredi 15 janvier 2016. Saint Rémi — 15/351. Plieux. Réveillé à 6 h. par Pierre, grippé. Levé à 7. Autoportrait pour la veille, oublié. Tweets divers, récapitulatifs, pour l’Anthologie. L’IN-NOCENT, donc. Réservé un hôtel à Orléans. Cartons pour Belle-Fontaine, mais trop vite, avec toute sorte d’erreurs. Collation belle-isloise encore, jolies boîtes de conserves, sardine, crème de maquereau pour sandwiches, confiture de pêche, fruits secs. Le Jour ni l’Heure, château sur une butte, dét. d’un paysage de Josse II Momper, et beau Théâtre Français de Bordeaux, 1793-1800, par Jean-Baptiste Dufart (collaborateur de Louis). Première sonate pour violon et piano de Brahms, Tzigane. Tél. de Stéphane Martin, me raconte l’enterrement de Boulez et son récent voyage aux Marquises. Parle aussi (très gentiment) de Philippe Martel et de sa “secte” (le FN). Comptes : + 7797,52 (inchangé) / à venir : - 68,00 / Compte de crédit immobilier : - 63.917,17. Agenda. 16 :03 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Paysage de montagne de Josse II Momper, dét. du château. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’aux chênes, seul, Pierre ayant la grippe. Atelier, La Jarre, amélioration. Lecture par Pierre de la vie d’Aragon par Forrest, congrès de Karkov, 1929. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, sardines de ma sœur, chaudes sur pain grillé, excellent. Jardinière de légumes, salade verte, poires à la vapeur. Assassins et Voleurs, 1956, de Sacha Guitry, bien faiblard. Lettres diverses. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 15 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 17 janvier 2016, 19 h 31Samedi 16 janvier 2016. Saint Marcel —  16/350. Plieux. Bien dormi, réveillés à 8 heures et demie par Céline et le petit déjeuner dans la bibliothèque. Émission de Finkielkraut sur Lévinas, mais j’en profite peu car je fais toute sorte d’autres choses en même temps. L’IN-NOCENT. Réservé une chambre à Lyon. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, La Jarre la veille, La Vague de Léonce Chabry à Bordeaux, et palais Rohan le 28 novembre 2015. Comptes : + 7.792,52 / à venir : - 68,00 / comptes de crédit immobilier, - 63,917,18. Agenda. 13 :44 /// Le Jour ni l’Heure, chronologie, agenda et autoportrait de la veille, La Jarre, La Vague, palais de Rohan. Bain. Lecture par Pierre de la préface de Pierre Vidal-Naquet à La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe. Été avec Pierre à Agen pour acheter de la peinture mais passé d’abord une très bonne après-midi au musée. Artempo, dix ou douze tubes, 130 €. Dîné avec Pierre à l’Impérial Buffet, saumon, nems de crabe, saucisson, légumes wok, brochettes de seiche, riz cantonais, oreillettes au basilic, canard laqué, poulet farci, poulet aux cinq parfums, raviolis à la vapeur, gâteau praliné, crème anglaise, riz au lait à la vanille, nougat aux amandes, glace plombières, glace au café, sorbet au citron, cannelés, macaron. Rentrés vers 8 heures, journal télévisé. Vu Les Favoris de la lune, de Otar Iosselliani, 1982, bien laid. L’IN-NOCENT. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché après deux heures.

lire l’entrée du samedi 16 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 18 janvier 2016, 22 h 49Dimanche 17 janvier 2016. Sainte Roseline — 17/349. Plieux. Levés à 8 heures, Pierre toujours grippé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au musée d’Agen, et joli fashion victim de Goya, id. Petit déjeuner en bas avec Pierre. L’IN-NOCENT. Correspondance avec Jean-Phillippe Bsr à propos de l’anthologie des Tweets, il a réuni tous ceux de janvier mais dit qu’on ne peut pas remonter au-delà de la mi-décembre, ce qui compromet nettement le projet. Lettre désagréable d’un lecteur qui se plaint que je n’aie pas répondu à une lettre de lui du 10 janvier ( !!!) déplorant que la version sur papier du journal 2015 ne soit pas encore proposée à la vente (faut-il être fou pour être lecteur de Machin-Truc ?). Été seul (Pierre a peur de contaminer tout le village) à la cérémonie des vœux municipaux, à la salle des Fêtes. Grand froid dans la rue. Première partie en plein air, photographies de groupe devant les grandes réalisations du régime, aire de jeux pour enfants, fontaine. À l’intérieur, allocution de Mme le maire, puis parlé surtout à Séverin Pasquali, de La Rouquette, très gentil, et à M. Forzy, cousin de mes récents visiteurs. Buffet très bon et très généreux, faisant presque un déjeuner, avalé une dizaine de canapés, saumon, pâté de campagne, œufs de lump, surimi, puis quand on croit que c’est fini morceaux de saucisses grillées (cinq ?), foie gras, cœur de canards (chauds), et trois verres d’un très plaisant Colombelle blanc et frais. Rentré vers 1 heure. Le Jour ni l’Heure, crépuscule à Agen vu des hauteurs du musée, flèche blanche sur fond vert au parking (très bien), détail d’un curieux tableau anonyme du musée d’Agen, Actéon et Diane, c. 1620, suivantes au bain. Bain, justement, lecture par Pierre, suite de la préface de Vidal-Naquet à Flavius. Me suis promené seul, plateau, chemin de La Rouquette, très belles et claires vues sur les Pyrénées, comme toute la journée. Atelier, La Jarre, avec certains des tubes achetés hier, rouge sombre, bleu très sombre, brun sombre, vert sombre. Suite de la lecture par Pierre de la biographie d’Aragon par Forrest, conséquences de Karkow, rupture avec le surréalisme. Remontés peu après six heures. L’IN-NOCENT. Message à Bsr sur les tweets. Agenda. 19 :15 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, deux tableaux du musée d’Agen (atel. de Goya et anonyme), parc de stationnement à Agen et vue prise du toit du musée, ces quatre de la veille, et palais Rohan à Bordeaux le 28 novembre 2015. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, salade verte. Vu Call Northside 777 (Appelez Nord 777, d’Henry Hathaway, marquis de Fiennes, avec James Steward, 1948). Journal de la veille, mais pas pu me lettre en ligne. Couché à 1 heure.

lire l’entrée du dimanche 17 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 19 janvier 2016, 10 h 59Lundi 18 janvier 2016. Sainte Prisca — 18/348. Plieux. Levé à 8 heures. L’IN-NOCENT, toute la journée. Tw. 6671. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille ; beau paysage de Sainte-Mère et Nature morte au violoncelle de Roger Bissière. Forts aboiements du chien Le Coz — ma plainte classée sans suite, c’est peut-être pour cela qu’il y a redoublement ces jours derniers, dans un esprit de triomphe et de défi ?  Collation de produits de Belle-Isle, émietté de thon, très bon sur pain grillé, mais sauce rouille, prise pour une mousse parce que je n’y vois rien. Confiture de figues aux noix, figue, atelier, La Jarre, café. L’IN-NOCENT. Bain. Promenade sous la pluie jusqu’à Saint-Vidal. R’atelier, La Jarre toujours. L’IN-NOCENT. Pas de Pierre, parents d’élèves, dîné seul, soupe de poissons de Belle-Île et chou farci de Mme Mazeron. Vu un peu des Enfants du Paradis av. Pierre. Commandé un gros album Le Jour ni l’Heure pour un commanditaire de Kourou, Guyane. Agenda. 22 :36 /// Journal de l’avant-veille ( !), relecture et mise en ligne. Journal de la veille, id. Journal du jour. Couché à 3 heures. 

lire l’entrée du lundi 18 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 20 janvier 2016, 23 h 46Mardi 19 janvier 2016. Saint Marius — 19/347. Plieux. Nuit brève et assez agitée. Pierre toujours malade. * Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la veille, oublié, et jolie vue du pigeonnier blanc de Layrac, c. 1820 ( ?).  Reprise des travaux de la tour, malgré le temps pluvieux — entreprise Manoer, charpentiers inconnus, apportent les poutres de la charpente. Comptes : + 7649,52 / retrait dab Crédit Lyonnais Agen 16/01/16 (musée, dîner), - 80,00 / prél. Orange, - 68,00. Agenda. 10 :37 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, pigeonnier néoclassique à Layrac, Bissière du musée d’Agen le 16 janvier. Message d’Élisabeth Lévy, me propose d’écrire un article sur Histoire de la violence d’Édouard Louis. Commande le livre. Le Jour ni l’Heure, deux tableaux d’Agen, Lebourg, Champaigne, vue de Castet-Arrouy, le tout du 16 janvier. Bain. L’IN-NOCENT. Promenade au Cassé. Atelier, La Jarre. Écrit à M. Lombardot. Dîné aux nouvelles, gnocchi, pesto, champignons et carottes, poires à la vapeur et framboises. Vu l’émission de Stéphane Bern sur Henri III. L’IN-NOCENT encore. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures.

lire l’entrée du mardi 19 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 21 janvier 2016, 10 h 53Mercredi 20 janvier 2016. Saint Sébastien — 20/346. Plieux. Levés à 8 heures et demie. L’IN-NOCENT frénétiquement toute la journée, tout le reste allant naturellement à vau-l’eau. Appel de M. Lombardot, bonne conversation avec lui. Les charpentiers sur le toit de la tour aperçoivent et signalent l’incendie de Cammas, en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans l’atelier, La Jarre, état de la veille. Émission d’Anne-Charlotte Rémond sur Rebecca Clarke. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de La Rouquette, jusqu’au bout du plateau. Au retour, parlé à M. Sigala et au jeune M. de Lucy (Eymard ?) de l’incendie de Cammas, demeure d’un des fils Sigala, et cela devant l’atelier de l’autre. M. Sigala très philosophe. Atelier, La Jarre, un peu aussi La Pierre, pour Pierre, qui l’a choisie comme présent d’anniversaire (!). L’IN-NOCENT. Parlé très longuement à Finkielkraut, qui doit soumettre demain son discours à l’Académie et qui débat le soir avec Daniel Cohn-Bendit sur France 2. L’appelais au nom de l’éditeur allemand du Grand Remplacement, qui voudrait traduire L’Identité malheureuse. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes à la sauce au soja, poire à la vapeur et framboises. Revu Hush, Hush, Sweet Charlotte, 1964, d’Aldrich, avec Bette Davis et Olivia de Havilland. Agenda. Comptes : + 7649,52 (inchangé) / à venir : - 757,12  / compte de crédit immobilier :  - 63,917,18. 23 :37 ///   Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait dans l’Atelier et La Jarre. Écrit une quatrième de couverture pour l’édition sur papier de La Tour, journal 2015. Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du mercredi 20 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 22 janvier 2016, 12 h 41Jeudi 21 janvier 2016. Sainte Agnès — 21/345. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et ébauche du portrait de Ferdinand VII par Goya, 1808, musée d’Agen. L’IN-NOCENT. Comptes : + 7649,52 / à venir, - 757,12. Force aboiements du chien Le Coz, sur tous les versants. Agenda. 10 :48 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la nuit, La Jarre le 19 janvier, Ferdinand VII par Goya le 16. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Albert Lebourg, moulin à Delft-Haven, 1896 (très mondriaanesque) et La Jarre le 19 janvier, autre prise. Grande efficacité. Bain. Quintette de Dohnanyi, ou d’Arenski, ou les deux. Retour tôtif de Pierre. Promenade avec lui au Cassé, retour par les noyers de l’Altenbourg. Chocolat dans la salle des Pierres avec les charpentiers frigorifiés. Atelier, La Jarre, et lecture par Pierre d’Édouard Louis, Histoire de la violence. Pierre réencadre le petit paysage au riche cadre doré, ex-L’Hiver en Lomagne II — le tableau d’origine, retourné, n’a pas du tout souffert. Diffusé plusieurs communiqués récents, commandé plusieurs cartons aux ateliers de Belle-Fontaine. Écrit à M. Lombardeau, non, Lombardot, réf. De L’In-nocence, et aussi Le Jour ni l’Heure. Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Essayé de regarder “Des Paroles et des Actes” avec Cohn-Bendit et Finkielkraut, mais je ne tiens qu’une demi-heure, ou trois-quarts d’heure, c’est trop éprouvant pour moi. Verrai plus tard une sélection des pires moments sur la Toile. Lu Édouard Louis. Écrit à M. Adriano Scianca. Journal. Couché à deux heures.  

lire l’entrée du jeudi 21 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 23 janvier 2016, 19 h 52Vendredi 22 janvier 2016. Saint-Vincent — 22/344. Plieux. Levé à 7 heures et demi. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysage traité du “château” de Fayrinis, à Sainte-Mère, le 16 janvier, mais Flickr ou plutôt Yahoo ne marche pas, beaucoup de temps perdu. L’IN-NOCENT. Comptes : + 7649,52 (inchangé) / à venir : - 757,12. Agenda. 12:24 ///  Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, vue traitée du château de Fayrinis. Le Jour ni l’Heure, Grigorescu, Berger couché, c. 1880, Bissière, Femme assise à la chemise, 1920, musée d’Agen le 16 janvier et La Place du mort le même jour, vue de Sainte-Mère. Journal, entrée de la veille (“Des paroles et des actes”), relecture et mise en ligne publique. Bain. Promenade avec Pierre sous la pluie. Atelier, La Jarre, vers un dénouement, et aussi La Pierre. Lecture par Pierre d’Histoire de la violence, d’Édouard Louis. L’IN-NOCENT. Nouvelles dans la salle des Nuits. Été avec Pierre à Fleurance, invités par Jeanne Lloan à la Perle d’Asie pour l’anniversaire de Pierre. Hors-d’œuvre chinois variés (mais je me suis trompé, ce sont des nourritures en baignet et pas à la vapeur comme je le croyais), canard laqué, riz cantonnais, partagé avec Jeanne une coupe de café liégeois. Thé au jasmin. Rentré vers onze heures. L’IN-NOCENT. Journal. Couché à 2 heures.

lire l’entrée du vendredi 22 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 24 janvier 2016, 10 h 54Samedi 23 janvier 2016. Saint Barnard — 23/343. Plieux. Levé à 8 h et ½, juste avant l’arrivée de Céline dans la bibliothèque. Émission d’Alain Finkielkraut sur la philosophie comme consolation, avec André Comte-Sponville et Michaël Foessel. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, “traité”, et maison ayant échappé à la Grande Pelade à Layrac. L’IN-NOCENT. Pierre a réencadré la plaque d’isorel retournée portant désormais L’Hiver en Lomagne II et  l’accroche à ma demande dans la bibliothèque, au-dessus des livres, entre L’Été et L’Automne, près du grand masque “dogon”, ce qui est loin d’être tout à fait satisfaisant mais il n’y a pas d’autres emplacements disponibles. Le Jour ni l’Heure, L’Hiver en Lomagne II, justement, avec cadre, sans cadre ; jolis toits d’Agen vus des hauteurs du musée le 16 janvier ; “clairée” sur les prairies de Landiran au moment même. Bain, suite de la lecture par Pierre d’Édouard Louis. Promenade au Cassé. Atelier, La Jarre, finie ? (avant “gel” dans une dizaine de jours), et aussi un peu La Pierre. Suite de la lecture par Pierre d’Histoire de la Violence. Remonté peu avant 7 heures. Autoportrait. Comptes : + 7649,52 / à venir, - 757,12 /  Agenda. 19 :46 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, maison à Layrac. Dîné aux nouvelles, quenelles sauce blanche, jardinière de légumes, poire à la vapeur et framboises. Regardé sur la chaîne histoire une émission sur Rubens, malgré le pénible Polonais habituel. Remonté avant 10 heures. Le Jour ni l’Heure, suite de la Chronologie, deux tableaux d’Agen le 16 janvier, Grigorescu, Bissière, et Sainte-Mère en mode La Place du mort. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Commencé le texte sur Histoire de la violence (seulement le “chapeau”). Journal. Couché à 1 heure et demie.

lire l’entrée du samedi 23 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 25 janvier 2016, 18 h 39Dimanche 24 janvier 2016. Saint François de Sales — 24/342. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans la bibliothèque et détail très “traité” (à la manière d‘un nocturne de Vallotton) d’un paysage de la veille. Déjeuné en bas avec Pierre. Proposition de Damien Rieu d’une chronique dans une nouvelle revue en ligne, liée à Fdesouche. L’IN-NOCENT, échanges de tableaux autour du nom Palmer (Simon Palmer, Samuel Palmer) avec Philippe Rainald Simon. Agenda. 10 :31 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, Le Bosquet, même paysage de la veille, paysage dans son cadre, même paysage sans son cadre et toits d’Agen le 16 janvier. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Lucas y Velasquez, Le Garrot, d’après Goya, et autoportrait de Goya, 1783, Agen, 16 janvier 2016. Tribune des critiques de disques, symphonie Le Double. Bain. Été en voiture avec Pierre au Cassé pour y recueillir un plaque de ciment à peindre dans une pile de détritus. Parlé à un M. Danflouze. Promenade par le boulevard extérieur et du côté de Bidot. Atelier, La Jarre, dernières retouches avant glacis. Tenté par une intervention plus massive mais m’abstiens, crainte de tout perdre. Lecture par Pierre du livre d’Édouard Louis, Histoire de la violence. Remonté à six heures. L’IN-NOCENT. Écrit à M. Lombardot. Fini le roman d’Édouard Louis. Dîné aux nouvelles, choux farci de Mme Mazeron, excellent, courgettes, carottes. Vu un peu de Shoah (l’entretien avec le Suisse de la Croix Rouge). Article sur le livre d’Édouard Louis, qui vient tout seul. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 24 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 26 janvier 2016, 17 h 31Lundi 25 janvier 2016. Conversion de Saint-Paul — 25/341. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans l’alcôve, mais matinée et plus de polémiques sur Twitter avec certaine “L’Informatrice zélée” qui se dit rabbin. L’IN-NOCENT. Téléphoné à la Villa Médicis pour essayer de retenir une chambre, long répondeur, puis personne assez peu aimable qui me dit de lui envoyer un mail, ce que je fais, sans réponse jusqu’à présent. Le Jour ni l’Heure, linge à sécher au Cassé et femme de la Conversation galante, d’après Goya, à Agen, le 16 janvier. Tél. de Jean-Christophe Cambier. Promenade avec Pierre, vallée nord, descendus par les champs, remontés par la route et le chemin de l’église. Atelier, pas touché à La Jarre, repris La Planche. Agenda. 18 :30 /// Le Jour ni l’Heure, agenda et autoportrait de la veille, linge à sécher au Cassé, autoportrait de Goya et Le Garrot, Lucas y Velasquez d’après Goya, musée d’Agen le 16 janvier 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, tarte aux fenouil et aux champignons, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu Queen and Country, 2014, très joli film de John Boorman, avec Callum Turner et Caleb Landry Jones. Puis me suis remis à l’article sur Histoire de la violence pour Causeur. Journal. Couché après trois heures du matin. 

lire l’entrée du lundi 25 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 28 janvier 2016, 18 h 51Mardi 26 janvier 2016. Sainte Paule — 26/340. Plieux. Levés avant 8 heures. Relu le texte pour Causeur et l’ai envoyé à Élisabeth Lévy. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même, pour la veille, oublié, et gros pneus de tracteur à Tchernobyl. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, La Jarre hier, Pierre et maisons au Cassé dimanche, le 24. Émission d’Anne-Charlotte Rémond sur Dutilleux. Échanges avec un dame ou demoiselle Lavrilleux, d’Europe 1, très “now”. Quintette de Brahms. Bain. Réunion de chantier : M. Manoer, dame de l’inspection du Travail (je crois), homme de la Drac (mais pas M. Calmettes), M. Sourbès , M. Thouin— il y a eu la semaine dernière un autre accident, mais qui n’a pas fait de dégâts, chute d’une énorme poutre du sommet de la tour — le treuil a lâché. Ces messieurs (et dame) montent là-haut par l’échafaudage, je m’abstiens (temps pluvieux et brumeux). Une grue sera installée demain sur la piazzeta, à cinquante mètres à vol d’oiseau. Comptes : + 7599,52 /chèque, - 50 € ( ?) / à venir : - 2000,54. Agenda. 17 :15 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille, autoportrait de la nuit, photographies du dimanche 24 et du samedi 16 janvier (Agen). Promenade avec Pierre à la nuit tombante et dans le brouillard, assez beau, sur le plateau, le long du chemin de la Rouquette, jusqu’au bout du goudron. Atelier, La Planche, retouché surtout la bande marron, mais aussi la bleue, la verte et la noire. La Pierre, face rouge. Lecture par Pierre de la vie d’Aragon par Philippe Forrest, 1934, troisième voyage en U.R.S.S. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et jardinière de légumes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu un peu du Dernier des Mohicans, avec Daniel Day Lewis, mais bizarrement cela m’ennuie terriblement, bien qu’à la fois historique et littéraire. Lutte contre le sommeil. Remonté vers 9 heures et demie. Journal de la veille, fin de la rédaction, relecture et mise en ligne. Correction des fautes des entrées précédentes, selon les indications de M. Arnoux. Jeté un coup d’œil à la Dictature de la petite bourgeoisie, dernier état, estimé que le mieux était de republier le texte à peu près tel quel. Journal. Couché à deux heures.

lire l’entrée du mardi 26 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 28 janvier 2016, 18 h 35Mercredi 27 janvier 2016. Sainte Honorine — 58/308. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, et Saint Benoît de Palerme, bois d’Alonso Cano, musée d’Agen, 16 janvier 2016. Village et tour sont entièrement dans le brouillard. Néanmoins, arrivée de l’énorme grue, ou plutôt élévateur (Troisel), qui se pose sur la piazzeta, se déploie et crée un petit attroupement. Pour des questions d’angles que je comprends mal, la tige oblique monte au moins deux fois plus haut que la tour — très impressionnant. Pierre décide de procéder au changement de livebox, recommandé par Orange depuis longtemps, et part pour Boé et Agen, bien que ni l’une ni l’autres de ces agences ne réponde au téléphone. Tour dans le village, pour photographier l’élévateur (ce n’est certainement pas une grue). Parlé à M. Saint-Geniès, à propos de cubes de bois gisant sur son terrain et que je voulais peindre, mais il s’en sert comme cales. Pas de livebox, pas de connexion. Agenda. Le Jour ni l’Heure, La Pierre, dans l’atelier le 26, la tour et l’élévateur le matin même, vue nocturne de l’atelier la veille, sans mise en ligne évidemment. Belle émission sur Dutilleux, Tout un monde lointain. Pas de comptes possibles non plus. Agenda. 13 :48 ///  Journal 2016, entrée de la veille, relecture. Retour triomphal de Pierre, avec la nouvelle livebox. À ma totale stupéfaction, en une demi-heure de farfouillages divers, il parvient à rétablir la connexion. Nous fêtons ça avec une forte poussée boulimique : terrine de sanglier d’origine incertaine (Mme de Mazeron, M. de Linger ?), travers de porc rapportés d’Agen avec la livebox, pommes dauphine id., excellent vin rouge de ma tante (Rothschild), petits pains au lait, grillés, avec confiture de figues et de noix — bref, the tuerie, mais c’était bon. Café. Passés directement dans l’atelier car la promenade a déjà eu lieu le matin. La Planche. Lecture par Pierre de la vie d’Aragon par Forrest, 1938. Remontés vers 4 heures. Mis en ligne les photographies préparées à midi. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, La Pierre, l’atelier, les travaux de la tour le matin même, Saint Benoît de Palerme. Tél. de Finkielkraut qui veut s’excuser que Le Monde cite une lettre privée que je lui ai envoyée — mais bien sûr je n’y vois aucun inconvénient. L’IN-NOCENT. Pas de dîner à proprement parler, poire à la vapeur et framboises, infusion. Vu Pickpocket, de Bresson, 1959 (la France d’alors…). Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Maquette de M. pour le journal 2015 sur papier, il a défait la couverture que j’avais préparée et dont j’étais très content. Impossibilité de s’expliquer avec lui autrement que par écrit, ce qui prendrait des heures. Y renonce tout à fait et le lui écris. Journal, justement à ce propos. Autoportrait. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mercredi 27 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 29 janvier 2016, 15 h 56Jeudi 28 janvier 2016. Saint-Thomas d’Aquin — 28/338. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit (exaspéré, à bout de bras, juste avant le lit), et maison de Francis Cabrel à Astaffort. L’IN-NOCENT. Agenda. Le Jour ni l’Heure, Bouquet de fleurs claires, ap. 1900, de Grigorescu, au musée d’Agen, et La Flèche II, parc de stationnement La Reine-Garonne, à Agen, 16 janvier 2016. Nouvelle poussée boulimique (73 kg, 8), une boîte de thon, bouteille de vin rouge ouvert la veille, miel sur crackers, abricot sec, datte, figue. L’IN-NOCENT. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Miraculeusement, la charpente du toit de la tour semble presque entièrement posée. Vifs aboiements du chien Le Coz. Atelier, étendu les rouge sombre sur toute la jarre, ce qui donne un grenat pas très heureux. Bleui le bleu de La Planche. Peinture noire, en pot, dans l’angle brun de La Table, mieux. Remonté à 5 heures et demie. L’IN-NOCENT. Retour de Pierre. Comptes : + 7599, 52  (inchangé)/ à venir : - 3447,94 / Compte de crédit immobilier, -63.917,18. Agenda. 18 :20 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, trois photographies du 16 janvier, maison de Francis Cabrel, Fleurs de Grigorescu au musée d’Agen, La Flèche II, parc de stationnement La Reine-Garonne. Communiqué pour l’In-nocence. Dîné aux nouvelles, gnocchis, carottes et courgettes, un verre de vin rouge, poire et framboises. Revu Ma Nuit chez Maud, 1969, de Rohmer. Écrit à M. Scianca. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à 1 h et ½. 

lire l’entrée du jeudi 28 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 30 janvier 2016, 12 h 14Vendredi 29 janvier 2016. Saint Gildas — 29/337. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, tige de l’élévateur des travaux de la tour vue de la chambre. L’IN-NOCENT (Tw. 6.800). Saute d’électricité, perte de l’agenda en cours d’écriture. Tél. de Paul-Marie Coûteaux, a été condamné avant-hier par la XVIIe Chambre (bienvenue au club… ), veut savoir si je lui conseille de faire appel, suis bien embarrassé pour lui répondre. Le Jour ni l’Heure, La Place du mort, domaine de l’entrée d’Agen, pas mal, et taureau de la collection de l’ambassadeur Aboussouan, au musée, deux photographies du 16 janvier. Fin de la bonne série d’Anne-Charlotte Rémond sur Dutilleux. Première symphonie de Brahms. 15:40. Comptes : + 7639,95 / vir. Apple, motif CCI  ITUNES ( ???), + 40,43. Agenda. 15 :49 /// Bain. Retour de Pierre, très belle promenade avec lui dans le vallon du nord, pour voir de loin la nouvelle silhouette de la tour et du château, avec charpente et couverture provisoire. Bonne conversation au passage avec le chien Gary, à Lou Tapet, et portrait de lui sur fond des forêts. Atelier, retouches à La Jarre, La Planche, La Table, Le Foudre. Lecture par Pierre de la vie d’Aragon par Forrest, guerre d’Espagne, voyage à Valence, fondation de Ce soir. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, lentilles de Mme Mazeron et œuf à cheval, jardinière de légumes, poire à la vapeur et framboises. Vu Les Chinois à Paris, de Jean Yanne, 1974, sorte de Camps des Saints et de Soumission combinés en grosse farce, avec quelques scènes assez drôles (la fête multiculturelle, Carmen en opéra chinois). Décidé de mettre en ligne La Dictature de la petite bourgeoisie, préparé une couverture à partir du Paysage avec un château d’eau, tableau vendu (mais toujours à Plieux). Mis le texte en ligne, très sommairement, mais je pourrai indéfiniment le retoucher. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Oublié l’autoportrait. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 29 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 31 janvier 2016, 12 h 24Samedi 30 janvier 2016.  Saint Martine — 30/336. Plieux. Bien et beaucoup dormi, malgré le froid, ou à cause de lui. Levés après le passage de Céline dans la bibliothèque. Émission de Finkielkraut sur l’écologie, avec Michel Deguy et une dame au langage bien laid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même, pour la veille, oublié, et bon portrait du chien Gary, si c’est bien son nom (ou Gary est-il le labrador de Subervie ?). Dû modifier la “couverture” de La Dictature de la Petite Bourgeoisie / La Dictature de la petite bourgeoisie. Comptes : + 4251,58 / prél. Urssaf – 1487,83 / facture carte Blurb 22/01/16 (100 Le Grand Remplacement) – 690,19 / facture carte Lulu 23/01/16 (100 Révoltez-vous !, etc.), - 425,46 / facture carte 16/01/16 Sofitel Lyon (prépayé), -370,40 / facture carte Blurb 18/01 :16 (album Le Jour ni l’Heure 2003-2008 pour la Guyane, ex. n° 21) - 222,68 / facture carte Artempo Agen 23/01/16, - 138,05 / facture carte Blurb 23/01/16, - 127,77(10 Grand Remplacement reliés) / vir. M. David Jordan (mécénat), + 100,00 / facture carte Amazon 19/01/16 (Histoire de la violence, pour Causeur) / à venir : 0,00. Agenda. 12 :01 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait du matin même, pour la veille, portrait du chien des D., taureau de la collection Aboussouan, La Place du mort, domaine à l’entrée d’Agen, rive sud. Le Jour ni l’Heure, vue de la tour avec la nouvelle charpente, deux images de l’atelier, La Planche et vue d’ensemble, le tout de la veille. Bain. Passionnante lecture par Pierre de la suite de L’Église de l’Antiquité tardive, d’Henri-Irénée Marrou. Promenade avec Pierre au Cassé, retour par le boulevard extérieur (du Cassé). Atelier, La Planche, La Table, tout prenant plutôt bonne tournure. Suite de la lecture par Pierre de la biographie d’Aragon par Philippe Forrest, pacte germano-soviétique, drôle de guerre. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, semoule, champignons, carottes, courgettes, poire à la vapeur et framboises. Vu A Lot like Love, 2005 (Sept ans de séduction), Nigel Cole, bien insignifiante petite comédie américaine, avec le bel Ashton Kutcher. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit à M. Azulay. La Dictature de la petite bourgeoisie, me suis avisé que le texte mis en ligne n’était pas du tout le bon, changé pour une version plus tardive, mais beaucoup de choses sont encore à corriger. Journal. Couché à deux heures.

lire l’entrée du samedi 30 janvier 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 1er février 2016, 12 h 46Dimanche 31 janvier 2016. Sainte Marcelle — 31/335. Plieux. Assez bien dormi, levés peu avant neuf heures. Déjeuné en bas presque directement. Temps pluvieux et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait pris de l’atelier dans la salle des Pierre, et détail de La Planche sur fond de Souvenir de Saint-Cénéri-le-Géreï. Tel. de Stéphane Baumont à propos d’un entretien d’Emmanuel Carrère dans Le Point où il parle assez longuement de moi. Agenda. 12 :09 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda et autoportrait de la veille, trois vues de l’atelier la veille et nouvelle charpente de la tour l’avant-veille. Le Jour ni l’Heure, Paysage préposthume n° 244, La Ferme (Soucaret), La Table et Intérieur à Plieux, l’atelier. Bain. Lecture par Pierre d’Henri-Irénée Marrou, L’Église de l’antiquité tardive, l’arianisme, les conciles, toujours aussi passionnant. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont, demi-pluie. Atelier, La Planche, La Coupe, La Table. Lecture par Pierre de l’Aragon de Philippe Forrest. Remontés vers 6 heures. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, tartothon (et aux épinards), poire à la vapeur et framboises. (Re)Vu un peu de Summertime, de David Lean, 1955, et davantage de Dead Man, de Jim Jarmusch, 1995, avec Johnny Depp, qui m’ennuie un peu mais surtout je dois remonter pour écrire un article destiné à Damien Rieu pour sa nouvelle revue (France ?). 3500 signes, donc, “Nous serions encore les plus forts”. Efforts de mise en ordre de la version en ligne de La Dictature de la petite bourgeoisie, mais difficultés techniques, tout devient indistinctement gras. Journal. Oublié l’autoportrait. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du dimanche 31 janvier 2016 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site