Le Jour ni l’Heure
mars 2016

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 1er mars 2016, 10 h 18
modifiée le samedi 5 mars 2016, 0 h 12
Mardi 1er mars 2016.
Rome, Villa Médicis, “Passerelle”, ch. 19. Assez mal dormi (fromage ?), réveillé tôt, *. Beau temps. Difficultés de connexion. Petit déjeuner dans la chambre. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Agenda. 10:17 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et villa du cardinal Bessarion, la veille également. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Douche. Tél. à M. Delacampagne, très aimable, mais très occupé (comme la veille — propose de me recevoir le soir, mais je crains de m’engager et de ne pouvoir revenir à temps). Quitté la chambre vers 11 heures et demie. Tour des jardins de la Villa Médicis, afin d’essayer de faire une photographie de couverture pour la réédition du Journal romain : mon ancienne maison, les Niobides, le belvédère, les tombes des chiens de Jacques Ibert. Sortis par la portail sud-est. Piazza Barberini, via Quatro-Fontane. Visité l’église San Carlo delle Quatre Fontane, de Borromini, et le cloître, et la crypte, que je ne connaissais pas. Via Quirinale. Quirinale, Place du palais où vécut Guttuso (Robilant). Forum. Foule, très beau temps. Fait longuement la queue pour obtenir des billets. Parcouru assez rapidement le Forum puis passé toute l’après-midi dans les allées, entre les ruines et sur les terrasses du Palatin. Sortis les derniers par le portail de la Via San Gregorio Magno. Arc de Constantin. Remontés sur le Palatin par la petite rue qui conduit à Saint-Sébastien-au-Palatin et à Saint-Bonaventure, où entrés (fra Pietro de Copenhague, le “Raphaël du Palatin”, d’après Pie IX). Redescendus, via dei Fori impériali, belles vues sur le forum de Trajan enflammé par le soleil couchant. Gravi encore des centaines de marches pour essayer de monter en ascenseur au sommet du Vittoriale, en vain. Marches encore par dizaines pour la place du Capitole. Retournés au musée du Capitole, où nous n’avions pu voir l’autre jour la Pinacothèque : le Guerchin, Pierre de Cortone, un vilain Caravage, belle salle des Vénitiens, curieusement. Autoportrait de Vélasquez ? Rentrés par la place de Venise et le Corso, où acheté une veste (129 €) et une chemise (49 €). Petit détour auparavant pour revoir la place Saint-Ignace et le “buro” de Raguzzini, 1727 (je crois). Via Condotti. Rampe, celle qui débouche à la vasque de la Villa Médicis. Dîné dans la chambre vers 9 heures et demie, champignons et raviolis, sauce de poisson. Une figue, une datte (bien meilleures qu’en France). Le Jour ni l’Heure, autoportrait du soir même, sur la passerelle de la chambre, et vue prise du Palatin l’après-midi, sur les couvents de Saint-Sébastien-au-Palatin et Saints-Jean-et-Paul. Agenda. 23:58 /// Journal. Couché à une heure.

lire l’entrée du mardi 1er mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 2 mars 2016, 9 h 10
modifiée le jeudi 3 mars 2016, 18 h 26
Mercredi 2 mars 2016.
Rome, Villa Médicis, “La Passerelle”, ch. 19. Levé à 7 heures et demie. Journal, entré de la veille, relecture et mise en ligne. Ordinateur trop plein marche très mal. Petite déjeuner, figue, datte, toast à la confiture de figue, demi-poire au jus avec framboises et céréales. Le Jour ni l’Heure, courte mise à jour de la Chronologie. 09:09 /// Quitté la villa Médicis à 10 heures, comme exigé par le règlement. Porté les bagages dans la voiture, au parc de stationnement Ludovisi. Vu à la Galerie d‘Art moderne de la via Crispi une exposition assez médiocre et gratuite (conceptuellement), “Affinités électives”, sur la peinture du XXe siècle, Morandi, De Pisis, Burri, etc. Repris la voiture, quitté Rome par la via Tiburtina, route horrible jusqu’à Tivoli. Parc de stationnement près du château. Déjeuner très agréable au restaurant de la Sibylle, au pied du temple, en plein air par un grand soleil chaud, mais regrettable incident avec une femme qui mène interminablement et à pleine voix une conversation sur son portable, en espagnol. Raviolis à l’arrabiata, agneau, tiramisu. Visité la ville d’Este. Quitté Tivoli vers 6 heures. Autoroute vers Naples. Dormi un peu, entre Agnane et Capoue. Contourné Naples. Route par la montagne, pour Ravello. Hôtel Villa Fraulo, très neuf, très propre, chambre 502 très confortable avec grand panorama sur la mer mais Internet ne marche pas. Ne dînons pas. Tour nocturne dans Ravello, désert. Journal, assez longuement (l’incident de Tivoli). Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 2 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 3 mars 2016, 18 h 35
modifiée le vendredi 4 mars 2016, 9 h 59
Jeudi 3 mars 2016.
Ravello, hôtel Villa Fraulo, ch. 502. Levé à 8 heures, temps affreux, pluie, vent, grêle. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à la villa d’Este, et restaurant de la Sibilla à Tivoli ; mais Internet ne marche toujours pas. Assez médiocre petit déjeuner dans une salle à manger glaciale, pas de buffet, il faut tout demander élément par élément et il n’en arrive qu’assez peu, par le truchement d’un garçon pas désagréable, de Minori : œufs sur le plat, jambon, fromage, un  gros croissant fourré, jus d’orange, café. Journal 2016, entrée de la veille, relecture, mais mise en ligne impossible, toujours pas d’Internet. Sortis vers 11 heures, malgré la pluie. Visité la villa Ruffolo, celle de Wagner, assez mal tenue, signalisation nettement abusive, omniprésente, poubelles partout, distributeurs de friandises ici et là, etc. Rapide alternance de pluie et de beau temps, jolies clairées. Été ensuite à la villa Cimbrone, où nous sommes longuement seuls, et où le temps s’améliore jusqu’à devenir presque beau, à titre précaire. Long moment là, excellent, et sur la terrasse de Sissi (Impératrice), et dans le cloître de Garbo — la villa est devenu un hôtel, très engageant, mais il n’ouvre qu’en avril (et de toute façon il est trop cher pour nous). Tentative de retour vers le village par l’est, centaines de marches descendues, mais il faut rebrousser chemin et les gravir, ces ruelles ne mènent nulle part, sinon à Amalfi, tout en bas. Flanc ouest, puis partie nord, au sommet de la butte, vers l’hôtel Caruso. Jardin de la princesse de Piémont. Regagné la chambre, Internet ne marche toujours pas, bien entendu. Mise à jour de la chronologie. 16:39 /// “Traité” les photographies du jour, autoportrait à la villa Cimbrone et portrait de Pierre, id. Dû aller avec Pierre dans le hall de l’hôtel pour bénéficier d’une connexion opérante, mais alors le patron, à la réception, beugle sur tout et rien pendant deux heures, rendant presque impossible tout travail. Mis en ligne le journal de la veille, néanmoins, et cet agenda. Violentes pluies de nouveau. 18:35 /// Mis en ligne des photographies de la veille et du jour même et répondu tant bien que mal à quelques messages urgents, malgré l’insupportable patron qui continue de beugler et de faire le kéké, comme dit P. Restés là jusqu’à huit heures, repassés par la chambre, puis cherché un restaurant “en ville” et en avons trouvé un, une trattoria familiale fondée en 1929, tout à fait ce qu’il nous fallait : raviolis, poulet rôti, partage un gâteau au citron, demi-carafe de vin rouge, gens très gentils (au bout de la rue du bas, extrémité est, du côté de la vallée). Rentrés à l’hôtel vers 10 heures et demie. Photographies. Journal. Couché à une heure.   

lire l’entrée du jeudi 3 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 4 mars 2016, 10 h 09
modifiée le samedi 5 mars 2016, 9 h 52
Vendredi 4 mars 2016.
Ravello, hôtel Villa Fraulo, ch. 502. Mauvaise nuit, réveillé à 4 heures, je ne sais pourquoi (le vin ?), douleurs aux deux genoux (rhumatismes ?) et au bas-ventre. Longue insomnie, rendormi une ou deux fois dix minutes avant de me lever à 8 heures. Incroyable miracle, la connexion fonctionne dans la chambre elle-même ! Déjeuné au sixième, toutefois, même jeu que la veille, garçon gentil mais il faut tout demander et tout arrive en quantité assez chiche, où sont nos saumon et poulet coutumiers ? Mais bon, la connexion qui fonctionne me réconcilie en partie avec l’hôtel Villa Fraulo. Temps très instable comme la veille mais beaux éclats de soleil sur la mer. Mis en ligne l’entrée de la veille du journal et à jour cette chronologie. 10:08 ///  Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et villa Cimbrone à Ravello. Écrit à M. David Martin, à une femme de France 2. Bain. Quitté l’hôtel et Ravello vers 11 heures et demie. Amalfi, nous sommes garés sur le port. Visite de la cathédrale, les deux nefs, la crypte, le corps de saint André. Repris la voiture vers 2 heures, suivi la côte amalfitaine en est. Vietri. Autoroute contournant Salerne. À Paestum un peu avant 4 heures.Café pour me réveiller, glace à la noisette pour faire passer le goût du café. Visite du champ des temples, nous y sommes à peu près seuls, grand soleil. Musée. Tombe du Plongeur, mais le plongeur lui-même est prêté au musée de Naples pour une exposition. Idée mienne de monter en voiture jusqu’à un très haut village qu‘on voit sur une montagne escarpée de l’arrière-pays, Trentenaria — en fait il est très laid, aucun intérêt, perdu une heure. Repartis vers le nord, très laborieuse traversée de Battipaglia. Autoroute intérieure, par Castello-San Giorgio. Mauvais sandwich et gâteau à la noisette, thé, sur une aire d’autoroute. Cassette, assez laborieuse recherche d’un hôtel, ceux qu’indique le guide Michelin ne nous plaisent pas. Royal Caserte, finalement, qui n’est pas dans le guide,  assez défraîchi, regardant la Reggia, ch. 460. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du jour, dans le cloître de la cathédrale d’Amalfi, et temple de Neptune à Paestum, mais Flickr n’accepte pas la seconde — temps perdu, sommeil, 23:26 /// Dû remettre les photographies récentes de de la chronologie, qui je ne sais pourquoi ne s’étaient pas inscrites. Journal, mais grand sommeil. Couché à 1 heure. 

lire l’entrée du vendredi 4 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 5 mars 2016, 10 h 07
modifiée le dimanche 6 mars 2016, 9 h 59
Samedi 5 mars 2016.
Caserte, hôtel Royal Caserte, ch. 460. Très bien et beaucoup dormi, de 1 h à 8 h. Au réveil, belle vue sur la Reggia, au soleil levant. Déj. en bas, œufs brouillés, saucisse, bacon, jambon, salami, ananas, pêche et pruneau en jus avec du muesli, tranche de cake, croissant chaud au chocolat. Le Jour ni l‘Heure, photographie de la Reggia prise de la chambre au réveil. Agenda. 10:07 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda. Sortis de l’hôtel vers 11 heures et 1/2, en laissant les bagages en bas, et marché jusqu’à la reggia, juste en face. Visité d’abord le parc, sur les conseils de la très aimable femme de l’hôtel. Casteluccia. Pesceria. Rejoints la perspective centrale, qui suivie tout du long (3 km 5), jusqu’à la plus haute fontaine (Diane et Actéon, très bien). Long moment presque solitaire dans le merveilleux jardin anglais, à droite. Autoportrait devant une pyramide. Re-fontaine de Diane et Actéon, regagné toujours à pied le palais. Long moment pour photographier sans personne le splendide escalier (Vanvitelli, 1752). Appartements. Exposition d’art contemporain, “tout le monde”, un peu vaine (beau Twombly, très mauvais Kounellis). Salle du trône, etc. Pinacothèque, Solimena, portraits de famille. Sortis du palais vers 6 heures et demie. Repassés à l’hôtel, récupéré les bagages. Quitté Caserte vers 7 heures. Autoroute. Capoue. Mont Cassin. Rome, raccordo annulare. Orte. Orvieto. Dîné sur l’autoroute, My Chef, à peu près à hauteur de Chiusi. Pâtes, dinde, carottes et courgettes, vin blanc, un morceau du gâteau au chocolat de Pierre. Contourné Fleurante. Prato. Pistoia. Lucques, cherché un  hôtel entre la sortie de l’autoroute et la ville, Napoléon, “****”, assez approximatif, ascenseur ne marche pas. Journal. Couché à 1 h & 1/2.   

lire l’entrée du samedi 5 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 6 mars 2016, 10 h 05
modifiée le lundi 7 mars 2016, 10 h 05
Dimanche 6 mars 2016.
Lucques, hôtel Napoléon, ch. 109. Levé à 8 h - 20. Le Jour ni l’Heure, mais connexion ou ordinateur ou Flickr marchent mal, beaucoup de difficultés et de délais. Autoportrait de la veille, devant une pyramide au jardin anglais de Caserte, et escalier du palais royal. Déjeuner en bas, jambon, fromage, café, jus de fruit industriel, pêches dans leur jus avec du muesli et de la crème aux myrtilles (?), gâteau-biscuit à la fraise, biscuits. Difficultés de connexion, toujours. Réussi toutefois à mettre en ligne l’entrée de la veille du journal, mais, jusqu’à présent, une seule des photographies. Agenda. 10:05 /// Le Jour ni l’Heure, autre photographie en ligne, escalier. Douche. Quitté l’hôtel Napoléon et Lucques (sans y être entrés) vers 11 heures et demie. Voyage sans encombres, passé sur l’autoroute au large de Livourne, Gênes, Savone, Vintimille, Menton, Nice, Aix, Arles, Nîmes, Montpellier, Béziers, Narbonne, Carcassonne, Toulouse, Valence-d’Agen. Lu une bonne partie de la biographie de Charles III (Carlo III) par Giuseppe Caridi. Dormi un peu. Provence belle à contre-jour; entre Cannes et Aix. Conduit de Grasse à Narbonne. France Musique sur Harnoncourt à l’occasion de sa mort puis Brigitte Jaque Wajeman sur Polyeucte et finalement L’Écume des Jours. À Plieux vers 9 heures et demie. Grand froid (chauffage ne marche plus). Dîné vers 10 heures, raviolis aux cèpes et pesto et courgettes. Communiqué pour l’In-nocence sur Harnoncourt. Journal. Autoportrait à bout de bras. Couché à 2 heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 6 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 7 mars 2016, 10 h 14
modifiée le mardi 8 mars 2016, 10 h 46
Lundi 7 mars 2016.
 Sainte Félicité — 67/299. Plieux. Levé à 8 h - 20. Grand froid. Céline pense que la chaudière est en panne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à bout de bras, à 2 h. 20 du matin, et soldat italien à Pitigliano, pour France-Israël, qui a demandé un mini-reportage. Agenda. 10:13 /// Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de Pitigliano pour le compte Twitter de France Israël. X. de Mongeron, compositeur du temps de la Révolution. Bain. 72 kg. Concert Bach de Nikolaus Harnoncourt. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier. Verni La Jarre, repris La Table, façade antérieure, côté brun. Écrit à Philippe Stoeckel, à M. David Martin, à M. Rémi Lombardot. Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons, poires à la vapeur et framboises. Revu Babette s’en va-t-en guerre, 1959, de Christian-Jaque, avec Brigitte Bardot et Jacques Charrier. Messages électroniques, suite. Journal. Autoportrait, curieusement très net. Couché à 1 h & 1/2.

lire l’entrée du lundi 7 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 8 mars 2016, 12 h 19
modifiée le mercredi 9 mars 2016, 11 h 14
Mardi 8 mars 2016.
 Saint-Jean de Dieu — 68:298. Plieux. Levés à 8 heures. Beau temps froid. Crois que le chauffage ne marche plus à cet étage. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, curieusement très net, et jardins de la villa d’Este mercredi dernier. Fait une réservation à l’hôtel Bourgogne & Montana pour avril. Comptes, tout recopié avec soin mais ça prend si longtemps que tout saute et tout ce travail est perdu. Procédé par copier/coller :

Compte : + 18.020,65 (!!!)

CHEQUE 3167413 (Céline) -948,37 €  /

07/03PRLV SEPA CREDIPAR ECH/070316 ID  -759,88 €

07/03 PRLV SEPA SOFINCO ECH/07/03/16 -310,80 €

07/03PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/070316 ID EMET -121,88 €

04/03 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/040316 -76,00 €

04/03 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/040316, -39,90 €

03/03 / VIR SEPA RECU /DE FINAGAZ /MOTIF TOTALGAZ (trop payé, remboursement), +428,26 €

03/03 / VIR SEPA RECU /DE APPLE /MOTIF CCI : 0073116096,ITUNE, +19,90 €

02/03 / COMMISSIONS ENVOI LETTRE D INFORMATION DES CAUTIONS (!), -47,00 €

02/03 / COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE, -22,00 €

02/03 / FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE, -1,25 €

01/03 / VIR SEPA RECU /DE CSP BLOC3 MIDI-PYRENEES /MOTIF CONV (subvention pour les travaux de la tour), +10.537,47 € 

01/03 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.FR /MOTIF PAYMENT.: 33155 +81,13 € 

01/03 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.ES AEU OU /MOTIF PAYMENT.: 33, +7,00 €

01/03 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.IT /MOTIF PAYMENT.: 33160079, +4,69 €

01/03 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.DE /MOTIF PAYMENT.: 33191, +4,10 €

29/02 / PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES-CNCESU ECH/290216 ID, -555,90 €

29/02 FACTURE CARTE DU 080216 MERCURE ORLEANS CARTE 4974XXXX -282,00 €

29/02 VIR SEPA RECU /DE CAUSEUR FR /MOTIF CAUSEUR 32 DA /REF, +250,00 €

29/02 FACTURE CARTE DU 160216 WELDOM GOLFECH CARTE 4974XXXXX -178,05€

29/02 FACTURE CARTE DU 190216 GRAND HOTEL ROI AIX EN PROVEN, -153,80 €

29/02 FACTURE CARTE DU 200216 LES DEUX GARCON AIX EN PROVEN -145,50 €

29/02 FACTURE CARTE DU 220216 HOTEL AIRONE (Grosseto) CARTE 4974XXXXXXX -141,00 €

29/02FACTURE CARTE DU 240216 BEST WESTERN HO (Viterbe) CARTE 4974XXXX, -102,40 €

29/02 FACTURE CARTE DU 220216 HOTEL VIRGILIO (Orvieto) CARTE 4974X -100,00€

29/02VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 €

29/02 FACTURE CARTE DU 170216 SARL ARTEMPO AGEN (fournitures pour l’atelier) CARTE 4974XX -89,35 €

29/02 FACTURE CARTE DU 210216 APPLE FRANCE R4 CARTE 4974X -89,00 €

29/02 FACTURE CARTE DU 100216 SOFITEL LUXURY LYON CARTE 4974, -82,07 €

29/02 FACTURE CARTE DU 070216 REL.CHANTERAINE BRIIS SOUS FO, -80,43 €

29/02 FACTURE CARTE DU 240216 GIGI TRATTORIA CARTE 4974XXXXX -67,00 €

29/02 FACTURE CARTE DU 030216 FLICKR PRO 2 YE CARTE 4974XXXX, -43,26 €

29/02FACTURE CARTE DU 210216 AUTOST CONFINE CARTE 4974XXXXX, -42,90 €  

29/02 FACTURE CARTE DU 210216 BTQUE PARIS CARTE 4974XXXXXXXX, -39,00 €

29/02 FACTURE CARTE DU 100216 ASF RUEIL MALMAIS CARTE 4974XX, -35,80 €

29/02 FACTURE CARTE DU 210216 TD AUTOROUTES BEAUSOLEIL CARTE -23,90 €

29/02 FACTURE CARTE DU 200216 ASF MONTPELLI RUEIL MALMAIS CA-22,30 €

29/02 FACTURE CARTE DU 230216 OSTERIA SCIUE (??? rest. Orvieto ? erreur ?) CARTE 4974XXXXXX-19,00 € (?)

29/02 FACTURE CARTE DU 060216 HRC 4100 ARCHE1 MEUNET SUR VA, -16,50 €

29/02 FACTURE CARTE DU 070216 COFIR LA FOLIE- RUEIL MALMAIS -10,80 €

29/02 FACTURE CARTE DU 070216 COFIR ORLEANS-C RUEIL MALMAIS -10,80 €

29/02 FACTURE CARTE DU 060216 ASF GIGNAC RUEIL MALMAIS CARTE -9,00 €

29/02 FACTURE CARTE DU 060216 COFIR ORLEANS-C RUEIL MALMAIS -6,90 €

29/02 FACTURE CARTE DU 080216 APRR MYENNES ST APOLLINAIR CAR-3,40 €  

Copié/collé les comptes, donc, mais c’est assez laborieux aussi à désembrouiller. Agenda.12:19. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de Pitigliano pour France Israël. Hélène de Montgeroult par Anne-Charlotte Rémond, très jolie évocation de sa maison de Montmorency, comme dans Locus Solus, et de ses récitals avec Viotti. Bain, malgré le grand froid. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette-La Bonnefont. Atelier, La Table, façade droite, noir, brun, marron, tabac, rouge sombre. La Porte du foudre, vert sombre, bleu marine, bleu de Prusse. Réunion de chantier : M. l’Architecte-en-chef des M. H. (Thouin), trois représentants de la DRAC (M. Calmettes, l’homme qui s’occupe des financements et qui s’inquière toujours que nous soyons déçus de recevoir si peu si lentement alors que nous sommes stupéfaits de recevoir tant si vite, et un nouveau venu, spécialiste des ouvertures, huisseries, boiseries, etc, très aimable lui aussi mais qui paraît mort de froid et dit relever de maladie), MM. Manoer (charpentier) et Sourbès (maçon). Montons tous là-haut, le passage est définitivement ouvert, la couverture achevée (mais la vue en grande partie bouchée, évidemment, par les échafaudages). Parlons 1) de l’enduit (4600 €), remplacé par un simple badigeon, beaucoup moins coûteux, et tout aussi conforme à mes desseins d’accrochage) 2 ) de l’isolation, écartée pour le moment (trop chère) 3) et principalement, des ouvertures, c’est-à-dire des fermetures, boiseries, huisseries, etc. et les fameux volets exigés par les Bâtiments de France (non représentés, mais qu’il faut ménager). La discussion se transporte dans la bibliothèque, que je trouve glacée mais où il fait tout de même moins froid que là-haut. Thé. Ouvertures encore, mais de façon plus générale. M. Thouin parle de son principal chantier, la cathédrale d’Auch : restauration des tours et façade achevée, on va passer aux vitraux. Les vitraux d’Auch mènent à ceux de Montfort-l’Amaury, Montfort-l’Amaury à la maison de Ravel. Offre aux spécialistes des ouvertures le volume des Demeures de l’esprit sur la région parisienne. Atmosphère très cordiale et même amicale. Ces messieurs s’en vont vers sept heures. L’IN-NOCENT, publié le double communiqué de la veille (In-nocence et NON). Dîner aux nouvelles. Gnocchis, courgettes, carottes, pesto. Poires à la vapeur et framboises. Ensuite panne de télévision, en bas et en haut (appareil, antenne, temps ? — décidément plus rien ne marche…). Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne, et corrections diverses selon les instructions de MM. de Saint-Arnoult et de Jarnaudy). Entretien pour M. Scianca (Libero), achevé, relu trois fois, expédié. Autoportrait simple. Couché à deux heures.    
   


lire l’entrée du mardi 8 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 9 mars 2016, 11 h 23
modifiée le jeudi 10 mars 2016, 10 h 57
Mercredi 9 mars 2016.
Sainte Françoise — 69/297. Plieux. Levés à 8 h - le quart. Temps gris et froid (inside). France Culture en grève (comme la France entière, loi El Khomry). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, de série, et village et palais Orsini de Bomarzo, 24 février 2016. Pierre va à Lectoure et à Fleurance pour diverses corvées, médicaments (pour moi), voiture éraflée à montrer chez le carrossier, banque, surtout, pour y porter un ordre de paiement mais nous nous sommes trompés, avons écrit vingt-six mille euros (somme globale) au lieu de six mille (facture intermédiaire, du charpentier — qu’est-ce que c’est que vingt mille euros pour des gens comme nous… ). 11:22 /// Parlé à ma cousine Françoise O’Lanyer à l’occasion de sa fête ; nouvelles (pas trop bonnes) de notre tante. Parlé aussi M. C., l’aubergiste, à propos du banquet antiremplaciste. Nous orientons vers la date du 24 avril. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, bas-relief de la statue de Charles-Albert dans le jardin de San Andrea al Quirinale, à Rome (l’abdication, Romanelli, 1900), 25 février 2016 (et non 25 avril comme porté sur la photographie-; réunion de chantier au sommet de la tour Sainte-Mère, 8 mars 2016 ; Un soir à la villa Médicis (la loggia), 29 février. Bain. Lecture par Pierre de l’arbre généalogique des Habsbourg pour tâche de démêler l’écheveau des Habsbourg-Toscane, ce qui nous mène tout droit à Jean Orth, l’archiduc patagon, un ami d’enfance (Lectures pour tous, deuxième semestre 1899 ?). Promenade avec Pierre au Cassé, retour par le boulevard extérieur nord. Atelier, La Table, suite, revers du plateau, jambes, et La Porte du foudre. Suite de la lecture par Pierre de la biographie d’Aragon par Philippe Forrest, amertumes de la vie de parti, fermeture des Lettres françaises. Longue et très intéressante conversation avec M., qui semble avoir quitté pour de bon les cercles de direction du FN, ne croit plus à la solution MLP, pense qu’elle serait une catastrophe pour la France et a regagné son corps ( « On va dire que ce que vous avez fait pendant votre congé pour convenance personnelle était… personnel »). Dîné aux nouvelles, gratin aux pommes de terre et aux courgettes, salade verte et avocats, poires à la vapeur et framboises (72 kg). La télévision remarche, miraculeusement (c’était le temps ?). Vu un tiers environ de La Dentellière, avec Isabelle Huppert, le film le moins sexy de l’histoire du cinéma (ah, si, le coiffeur… ). Perdu une bonne heure, ainsi que Pierre, à chercher partout, jusque dans la voiture et le froid, mon carnet de chèques. Chèque de 6.600 euros au charpentier. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit à ma tante pour lui envoyer un étui à lunettes Vigée-Lebrun (!) acheté pour elle à Aix (princesse de Liechtenstein volante). Divers messages urgents, mais pas tous, loin de là. Journal. Autoportrait. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 9 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 10 mars 2016, 11 h 07
modifiée le vendredi 11 mars 2016, 10 h 19
Jeudi 10 mars 2016.
Saint Vivien — 70/296. Plieux. Levé à 8 h., temps pâlement ensoleillé, assez froid (inside). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et villa Caprarola le 24 février, pas nette. L’IN-NOCENT. Comptes : + 19.159,87 / vir. Caisse d’assurance retraite : + 1.139,22 / “à venir” : - 2.309,21 // Compte de crédit immobilier : - 78.855,34. Agenda. 11:06 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, villa Farnèse de Caprarola le 24 février, loggia de la villa Médicis le 29, réunion de chantier au sommet de la tour Sainte-Mère le 8 mars, abdication de Charles-Albert, Romanelli, 25 février. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique (état présent du FN et conséquences à en tirer). Le Jour ni l’Heure, casino Farnèse au Janicule, tour des Milices, “autoportrait” de “Vélasquez”, le tout à Rome le 1er mars. Hélène de Montgeroult. Bain. 72, 2 kg. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Retour de Pierre, atelier. Redressons La Table, m’occupe de sa façade arrière (bleue et verte). Lecture par Pierre de la biographie d’Aragon par Philippe Forrest, presque achevée. Communiqué pour l’In-nocence et le NON (extension subreptice du droit du sol). L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, quenelles à la sauce blanche et soja, jardinière de légumes, poires à la vapeur et framboises. Redoutable série sur Arte, The Politicians’s Husband (Le Mari de la ministre) (affaires ministérielles à Londres) (sorte de sous-Borgen), toute la soirée y passe. Remontons vers minuit. L’IN-NOCENT. Journal. Autoportrait de série. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 10 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 11 mars 2016, 10 h 36
modifiée le samedi 12 mars 2016, 9 h 44
Vendredi 11 mars 2016.
Sainte Rosine — 71/295. Plieux. Levé un peu avant 8 heures. 16° dans la bibliothèque. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et villa Lante de Rome (“ambassade de Caronie”, dans Roman Furieux), avec son affreux ajout (pas caronien). L’IN-NOCENT. Échanges de messages avec M. David Martin. Comptes : + 18.394,96 / échéance prêt immobilier (travaux de la tour), - 765,01 / à venir : - 2.309,21 / Compte de crédit immobilier, - 78,243,26. Agenda, mais décidément problèmes avec le site, où beaucoup de photographies de la Chronologie ne s’inscrivent plus et doivent être mises et remises en ligne dix fois. Agenda. 10:35 /// Le Jour ni l’Heure, photographies, voyage en Italie. Parlé à Marcel Meyer. Essayé en vain de joindre Karim Ouchikh (à propos du banquet du 24 avril). Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la villa Médicis, mon ancienne maison, maison du jardinier, longue allée droite. Hélène de Montgeroult. Trois sonates pour violon et piano de Beethoven. Promenade sur le plateau, croisé Pierre qui rentre en partant, été avec lui au Cassé. Atelier. La Table, façade arrière, bleue et verte. Lecture par Pierre de la vie d’Aragon par Philippe Forrest, fini le livre. Lecture d’Henri Martin, recherches vaines sur “le camp de Salerne”, portrait (très enthousiaste) de Louis XII. L’IN-NOCENT. Journal 2016, entrée de la veille, relecture. Dîné aux nouvelles, lentilles, œuf à cheval, carottes, salade verte, fenouil, avocat. Vu Les Arpenteurs, de Michel Soutter, 1972. Journal 2016, entrée de la veille, mise en ligne. Journal. Autoportrait, miroir de la bibliothèque. Couché à 1 heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 11 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 12 mars 2016, 9 h 51
modifiée le dimanche 13 mars 2016, 11 h 21
Samedi 12 mars 2016.
Sainte Justine — 72/294. Plieux. Levé à 8 heures, temps gris et froid. “Secret des sources”. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de série de la nuit, “miroir de la bibliothèque”, fontaine de Diane et Actéon à la reggia de Caserte, dét., Actéon. Émission de Finkielkraut sur Mitterrand, avec Éric Roussel et Michel Winock. 09:50 /// Chronologie, difficultés avec le site encore, les icônes, ne correspondent pas aux images. Autoportrait de la nuit, fontaine d’Actéon à Caserte, trois vues de la villa Médicis, les 24 et 29 février 2016. Comptes : + 18.394,86 (inchangé) / à venir, - 2.309,21 / compte de crédit immobilier, - 78.243,26. Agenda. 10:26 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, difficultés toujours avec les photographies, qui ne s’inscrivent pas, ou disparaissent, ou se substituent les unes aux autres. Journal 2016, entrée de la veille, prolongation. Le Jour ni l’Heure, photographies du lundi 22 février, château de Montepo (avec accent sur le o), église San Rocco de Pétillant, palais Farnèse de Gradole. Publication du communiqué de la veille, 1914. Mise en ligne publique de l’entrée de la veille du journal. 25. 50. 71,8 kg. Bain. Lecture par Pierre d‘Henri Martin, puis de Brantôme, sur le camp de Savone, 1507 (ridicule de Germaine de Foix, reine d’Aragon). Promenade au Cassé avec don Pedro. Atelier, La Table toujours et plus que jamais, lecture par Pierre de Préséances, de Mauriac (à cause de quelques lignes de Forrest à propos d’Aragon). La Porte du Foudre. L’IN-NOCENT (Tw. 7050) . Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et pesto, jardinière de légumes, salade verte et d’avocats, poires à la vapeur et framboises. Vagues tâtonnements télévisuels, mais remonté relativement tôt. Messages divers. Me suis occupé surtout de l’album Le Jour ni l’Heure 2015, pour finir au moins une chose, la plus facile — le plus gros du travail de mise en page a été effectué par M. Lombardot. Écrit donc à M. Lombardot. Puis journal. Puis autoportrait. Tout cela par grand froid car la chaudière, pourtant au maximum, ne chauffe plus du tout le deuxième étage. Pierre dit que c‘est fichu pour l’année, que c’est le printemps. Heureusement, lui chauffe bien. Couché à 2 h. 

lire l’entrée du samedi 12 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 14 mars 2016, 10 h 33Dimanche 13 mars 2016. Saint Rodrigue — 72/293. Plieux. Levés à 8 heures. 16° dans la maison. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et jardin anglais de Caserte. Déjeuné en bas avec Pierre. Transporté avec lui La Table dans la salle des Pierres pour voir ce qu’elle donne en position “réelle”. Réagencé la pièce accordingly. Pas mal sali aussi parce que la table n’est pas sèche. Décalage, donc. Chronologie, agenda, mais en oubliant le matin du jour même. Fabriqué une couverture pour le journal en cours, bien qu’il soit impossible de la mettre en place (M. a gardé les clefs et il a déjà été impossible d‘obtenir de lui qu’il change celle du journal de l’année précédente). Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 23 février, place de la cathédrale à Orvieto de la chambre d’hôtel, Badia, maison dans la campagne sur la route de Bagnoregio. Café. Bain. Promenade, dévié pour ne pas croiser Mme L. et son chien, vallon d’Enduré, chemin d’Enduré à la Rouquette, tout à l’envers. Travaillé à La Table dans la salle des Pierres, sur des journaux étalés. Remontés vers 7 heures, travaillé à la mise en ligne d’Entre vivre ensemble, il faut choisir, en fabriquant une couverture avec un “portrait” peu précis de Pierre, paradoxe qu’il me fait remarquer (je n’y avais pas songé un instant). Dîné aux nouvelles, semoule, raviolis aux cèpes, sauce de soja,  carottes, courgettes, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu à peu près la moitié d’une idiotie américaine de 1946 d’après les mémoires de Vidocq, A Scandal in Paris, de Douglas Sirk, avec George Sanders. Continué la mise en ligne d’Entre vivre ensemble il faut choisir, placé sur orbite une première sélection. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Autoportrait. Froid horrible dans la maison.  Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 13 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 14 mars 2016, 10 h 39
modifiée le mardi 15 mars 2016, 9 h 21
Lundi 14 mars 2016.
Sainte Mathilde — 74/292. Plieux. Levé à 8 heures, chauffage ne marche toujours pas et il n’y a d’espoir d’amélioration que dans le printemps : 16°, c’est pénible pour travailler à un bureau. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et “basilique” à Paestum, le vendredi 4 mars. Journée de la langue française sur France Culture (!) et ailleurs, émission de la “Fabrique de l’histoire” sur les intellectuels de droite au temps de l’affaire Dreyfus, Barrès, Maurras, rien de très neuf. Agenda. 10:39 /// Chronologie, dû remettre des photographies, qui décidément ne s’inscrivent pas — les essais de couverture, trois images d’Orvieto et de ses environs, mardi 23 février 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Parlé à Karim Ouchikh. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 24 février, deux grandes statues de Bomarzo et beau soldat des fresques des Zuccari à Caprarola. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont, très beau temps, il fait beaucoup plus chaud dehors que dedans. Peinture dans la salle des Pierres, La Table, suite, pour finir à la fin de la semaine. Communiqué pour l’In-Nocence et le NON. Tél. de Philippe Martel. Entre vivre ensemble, il faut choisir. Dîner aux nouvelles, gnocchi au pesto, carottes, fenouil, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu State of Play, Jeux de pouvoir, 2009, de Kevin MacDonald, avec Russel Crowe et Ben Affleck. Entre vivre ensemble, il faut choisir, une dizaine de tweets de plus. Album Le Jour ni l’Heure, 2015, maquette de M. Lombardot, lui ai écrit à ce propos. Journal. Couché à 1 h & 1/2, mort de froid. 

lire l’entrée du lundi 14 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 15 mars 2016, 9 h 33
modifiée le mercredi 16 mars 2016, 9 h 50
Mardi 15 mars 2016.
Sainte Louise de Marilhac — 75/291. Plieux. Mal et peu dormi, froid. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, de série, et deux des trois temples de Paestum. Beau temps. Comptes : + 18.394,86 (inchangé) / à venir, - 241,71 / compte de crédit immobilier : - 78.243,26 / Agenda. 09:32 /// Chronologie, autoportrait de la veille, deux temples de Paestum  et trois photographies du 24 avril, Bomarzo et beau soldat de Zuccari à Caprarola. Visite de M. C., l’aubergiste, grippé mais très gentil et arrangeant, à propos du banquet du 24 avril, décidé. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Annonce du banquet. Parlé à Marcel Meyer, commande cartons. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 25 février à Rome, Pierre à la chambre 19 de la Villa Médicis, escalier de Borromini au palais Barberin, Vénus et Adonis du Titien id. Wagner et Louis II, Mme Rémond. Prokofiev. Promenade au Cassé. La Table, non sans faire quelques saletés dans la salle des Pierres. Os bien rouillés pourrie les pieds et surtout les dessous (de table). Correspondance avec M. Lombardot propos de l’album Le Jour ni l’Heure 2015, à peu près prêt (grâce à lui). Dîner aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, carottes, navets (c’est jaune, les navets, maintenant ?). Poires à la vapeur et framboises. Lol USA, de Lisa Azuelos, 2012, avec Douglas Booth (la honte…). Écrit à mon cousin Yvan. Écrit à Jean-Philippe Bsr, à propos de Entre vivre ensemble, à quoi travaillé un peu. Journal, mais tombé de sommeil et de froid. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du mardi 15 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 16 mars 2016, 9 h 49
modifiée le jeudi 17 mars 2016, 10 h 06
Mercredi 16 mars 2016.
Sainte Bénédicte — 76/290. Plieux. Levé à 8 h - 20. Sophie de Clausets à France Culture. Temps gris, pluvieux et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Veronica’s Veil de Schnabel à Caserte (la plupart des photographies de cette exposition peu éclairée sont floues). Comptes : + 13.626,33 / chèque (charpentier) : - 6896,53 / virmt de région LRMP (subventions, travaux de la tour), + 2.218,00 / à venir, - 2369,21 / compte de crédit immobilier : - 78.243,26 / Agenda. 09:48 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et toile de Schabel à Caserte le 5 mars (Veronicas’s Veil), trois photographies du 25 février, Pierre à la fenêtre de la Passerelle à la Villa Médicis, escalier de Borromini au palais Berberini, Vénus et Adonis du Titien au même palais. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du vendredi 26 février, buste de Giovanni Battista Robiano à Santa Maria del Popolo, théâtre de Marcellus et colonnes du temple d’Apollon Sosiano, adolescent de la fontaine des Tartarughe. Bain. Lecture d’un texte de Pierre sur le nouveau nom “Hauts-de-France” dans Tak. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette-La Bonnefont. La Table dans la salle des Pierres, difficultés avec les pieds. Lecture par Pierre de Préséances, de Mauriac. Remontés vers 7 heures. Communiqué pour l’In-nocence, publicité à la radio. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons, poire à la vapeur et framboises. Revu Les Cousins, de Chabrol, 1958, toujours en partie confondu avec Les Tricheurs, de Carné, même année. Échanges encore avec M. Lombardot, album Le Jour ni l’Heure 2015 à peu près prêt. Écrit à Philippe Forest. Entre Vivre ensemble, il faut choisir, ajouté quatre ou cinq tweets. Journal. Autoportrait in extremis. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 16 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 17 mars 2016, 10 h 21
modifiée le vendredi 18 mars 2016, 16 h 09
Jeudi 17 mars 2016.
Saint Patrice — 77/289. Plieux. Peu dormi, réveillé par Pierre à 7 h, pas pu me rendormir, levé à 7 h & 1/2, temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail, la lettre, de l’Innocent X Doria. Comptes : + 13.626,33 (inchangé) / à venir, - 2369,21. Agenda. 10:20 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, dét. de l’Innocent X de Velasquez, la lettre, palais Doria Pamphilj, le samedi 27 février 2016 et trois photographies du vendredi 26, buste de Giovanni Battista Robiano à Santa Maria del Popolo, théâtre de Marcellus et adolescent à la tortue de la fontaine des Tartarughe. Tél. d’un jeune homme de l’Office du Tourisme de Lectoure qui veut amener un groupe le 14 août (!). Journal 2016, entrée de la veille, suite. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du samedi 27 février 2016, Rome, Innocent X de Velasquez dans le miroir, Innocent X du Bernin, église Saint-Luc-&-Sainte-Martine, de Pierre de Cortone, et arc de Septime-Sévère vus des soubassements du Municipio à la nuit tombée. Wagner à Bayreuth d’Anne-Charlotte Rémond. Bain. Promenade au Cassé. Assez longue conversation avec Jacques Æ, au retour, à propos de la Rouquette qui, selon le jeune homme du matin (que Jacques Æ. me permet d’identifier comme un ami de du Bertrand) serait désormais la propriété de S. P. (mais le jeune homme se trompe). Atelier, La Table, suite, sans grand succès. L’IN-NOCENT, publication d’un communiqué de l’In-nocence. Journal 2016, entrée de la veille, relecture. Dîné aux nouvelles, gnocchi, carottes, navets, champignons, poire à la vapeur et framboises. Rien regardé, sinon quelques minutes de Zulu pour le joli petit lever du héros. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Entre vivre ensemble, ajouté quatre ou cinq gazouillis, mais tombe de sommeil. Autoportrait. Journal, mais dois me coucher à minuit. 

lire l’entrée du jeudi 17 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 18 mars 2016, 16 h 25
modifiée le samedi 19 mars 2016, 10 h 16
Vendredi 18 mars 2016.
Saint Cyrille — 78/288. Plieux. Beaucoup dormi, levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la salle des Nuits, et Lièvre de Hans Hoffmann d’après Dürer au palais Corsini, Rome, dimanche 28 février 2016. L’IN-NOCENT, toute la matinée (Tw. 7100). Chronologie directement en ligne mais tout saute, travail perdu. Le Jour ni l’Heure, dimanche 28 février 2016 à Rome, Sainte Cécile de Maderno à l’église Sainte-Cécile du Trastévère, temple dit “de Vesta”, Vénus découvrant le corps d’Adonis mort, de l’Espagnolet. Wagner à Bayreuth, sonate à Kreutzer. Refait l’agenda. Comptes : + 13.566,33 / pré. Orange, -60,00 / à venir, - 2.327,11. Agenda, Frédéric Lodéon, Schubert, ouv. Le Diable hydraulicien, 1811. Ragenda, 16:24 ///  Bain. Retour de Pierre. Promenade avec lui au bois, retour par la clairière de l’Être. Visite d’un très joli et très gentil chat. Atelier, La Table, le plateau est bien, les pieds le sont moins. Lecture par Pierre de Préséances, de Mauriac, que nous finissons, puis d’Henri Martin, années 1501-1502, Gênes, Milan, La Trémouille, Trivulce, le royaume de Naples, les Borgia. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, arrestation de Salah Abdelsalam. Quenelles sauce blanche, champignons, carottes, salade verte au fenouil et aux noix. Essayé de regarder un téléfilm de Paganini sur Arte, mais c’est vraiment irregardable. Remonte vers 9 h et 1/2. Entre vivre ensemble, il faut choisir, fait de mon mieux, mais il n’y a pas moyen d’accélérer, la sélection est très lente — ajouté peut-être vingt tweets. Discours pour le 9 avril, recommencé au début, comprenant mieux le thème imposé. Journal. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du vendredi 18 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 19 mars 2016, 10 h 28
modifiée le mardi 22 mars 2016, 0 h 20
Samedi 19 mars 2016.
Saint Joseph — 79/297. Plieux. Bien dormi, levé à 7 h 20, beau matin clair, les jours ont considérablement augmenté. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très clair et exact, il me semble, et bonne image de ma première maison à la villa Médicis, 1985-86, ancien atelier de Carolas-Duran, bien restauré. Émission de Finkielkraut avec Marcel Gaucher et Gilles Finkelstein, mais je n’écoute que d’une oreille, très occupé à tweeter et facebooker. Comptes : + 13.566,33 (inchangé) / à venir : - 2327,11 / compte de crédit immobilier, - 78.243,26. Agenda, très beau temps, pas trop de retard, bonne humeur. 10:28 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, ma première maison à la villa Médicis le lundi 29 février, trois photographies du dimanche 28, la Vénus et Adonis de Ribéra, le temple de Vesta, la petite Sainte Cécile suppliciée de Maderno. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du lundi 29 février 2016 à Rome, intérieur de San Stefano Rotondo, détail de fresque de Pomarancia ou Tempesta au même endroit, musée de la Civilisation romaine à EUR. Bain. Parlé assez longuement à Flatters. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Porte du foudre, mais plus du bleu que j’aime, ni de bon rouge. Lecture par Pierre du Momsen de la collection Rombaldi, Histoire romaine, paratexte, préface de Jérôme Carcopino. Remontés vers 7 heures, communiqué pour l’In-nocence, lourd et bâclé. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cèpes et pesto, jardinières de légumes, poire à la vapeur et framboises. Vu Pas sur la bouche, de Resnais, 2003, peu explicable, mais Daniel Prévot dans le rôle de Faradel est le portrait tout craché de Heidegger. Messages divers, L’IN-NOCENT. Entre vivre ensemble. Journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du samedi 19 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 20 mars 2016, 8 h 53
modifiée le mardi 22 mars 2016, 0 h 05
Dimanche 20 mars 2016.
Rameaux — 80/286. Plieux. Levé à 7 heures. Temps gris et pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et L’Hiver en Lomagne IV, huile sur aggloméré, photographié la veille dans la salle des Pierres. Agenda. 08:52 /// Chronologie, autoportrait de la nuit et L’Hiver en Lomagne IV, trois photographies du lundi 29 février 2016 à Rome, deux de San Stefano Rotondo, l’autre du musée de la Civilisation romaine à EUR. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies des jardins de la villa Médicis le mardi 1er mars 2016. Tribune des critiques de disques, concerto pour violon de Tchaïkovsky. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Retour à l’atelier, La Pierre, La Coupe, La Porte du foudre, mais manque de certaines couleurs. L’IN-NOCENT. Écrit à M. Marthien (index du journal). Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons, salade verte aux noix, poires à la vapeur et framboises. Vu un navet américain, The Tourist, 2010, de Florian Henckel von Donnersmarck, avec Johnny Depp et Angelina Jolie. Écrit à ma tante. Écrit à un donateur qui m’a envoyé cent euros. L’IN-NOCENT. Entre vivre ensemble. Écrit à M. Lombardot. Autoportrait. Couché après 3 heures. 

lire l’entrée du dimanche 20 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 22 mars 2016, 0 h 04
modifiée le mardi 22 mars 2016, 19 h 50
Lundi 21 mars 2016.
Sainte Clémence — 81/285. Plieux. Levé à 7 heures et 1/2. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et photographie de ma deuxième maison à la villa Médicis, mercredi 2 mars 2016. L’IN-NOCENT, très activement, toute la matinée et davantage. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du mercredi 2 mars 2016 à Rome, un De Pisis parisien de l’exposition de la Galleria d’Arte Moderna, une photographie très abstraite prise au même endroit, une autre vue des jardins de la villa d’Este à Tivoli. Les maçons André et Médéric sont revenus, ils égalisent les murs extérieurs de la tour. Promenade au Cassé. Atelier, La Coupe, La Porte du Foudre. Dormi un peu sur le canapé de la salle des Vents. Retour de Pierre, qui est passé par Agen pour y prendre de la peinture. Ratelier, lecture par Pierre de Momsen, mais c’est très technique, très juridique, on n’y comprend pas grand chose quand on n’y donne pas toute son attention. Parlé à Marcel Meyer. Vais sur le site de l’In-nocence pour y déposer un communiqué relatif à une nouvelle campagne du gouvernement “contre la haine”, mais il y en a déjà un, de M. Rivoallan. Dîné aux nouvelles, paëlla acheté par Pierre à Agen, cuisse de poulet, moules, riz, etc., poire à la vapeur et framboises. Rien regardé, remonté vite, mais énormément de temps perdu à des difficultés techniques idiotes et épuisantes. Commandé deux albums Le Jour ni l’Heure, 2014 et 2015. Commandé dix exemplaires du Grand Remplacement pour M. David Martin. Voulu commander dix exemplaires de Révoltez-vou ! pour le même, mais c’est auprès de Lulu, il y faut un code que je n’ai pas, dû écrire à David Farreny pour tâcher de l’obtenir de lui. Soirée très pénible, même l’ordinateur surchargé s’y met. Agenda. 00:02. /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, quatre photographies du mercredi 2 mars, deuxième maison à la villa Médicis, tableau de De Pisis et intérieur abstrait à la Gallerie d’Arte Moderna, jardins de la villa d’Este ; trois vues des jardins de la Villa Médicis le mercredi 1er. L’IN-NOCENT. Journal de la veille, simple citation de Montherlant. Couché à 2 heures.  

lire l’entrée du lundi 21 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 22 mars 2016, 19 h 57
modifiée le mercredi 23 mars 2016, 10 h 37
Mardi 22 mars 2016.
Sainte Léa — 82/284. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, mais suis interrompu dans ces tâches de routine par la nouvelle d’un nouvel attentat à Bruxelles. L’IN-NOCENT toute la journée en conséquence, twittage intensif. Pas de session de la mi-journée de Le Jour ni l’Heure, celle du matin est restée interrompue. Bain, merveilleuses symphonies écossaise et Chant de louange de Mendelssohn. Travaillé au discours de L., comme convenu avec lui. Réunion de chantier ici à 5 heures. MM. Thouin, Sourbès et Manoer. Montons au sommet de la tour mais ces messieurs en plus vont très acrobatiquement sur le dernier et treizième étage des échafaudages, au niveau du toit, ce que je serais bien incapable de faire, articulairement, même si je n’avais pas le vertige. La hampe est installée, elle n’attend plus que son oriflamme (on m’a même demandé si j’en avais une pour faire un assai, mais non)/ Un des côtés de la pièce haute est déjà badigeonné. Passer de l’enduit au simple badigeon économise à peu près de quoi faire réparer les coussièges aux deux niveaux intermédiaires de la tour (3600 £). Architecte dit toutefois que les huit fenêtres vont coûter cher (?). “Polissage” reste à faire mais les échafaudages devraient être enlevés au plus tard le 12 avril — en somme tout va plutôt bien de ce côté-là, je suis content. Retour de Pierre, départ de ces messieurs. Promenade avec Pierre au Csssé. Passé chez les L. afin de retenir des chambres pour avril. Pas d’atelier. Poursuivi la correction du discours de L., lui ai envoyé la version revue et corrigée à 8 heures. Dîné aux nouvelles, attentat de Bruxelles. Beau film à propos de Gustave Thibon sur la chaîne Histoire, surtout à cause des images, architectures et sculptures romanes admirablement filmées. Deuxième partie d’un programme d’Arte sur “La Fin des Ottomans”, mais le sujet est exagérément dilué, comme toujours sur Arte. Réponse de David Farreny. Suite de l’agenda. Comptes : site n’ouvre pas. Agenda. 23:46 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, palais Confalone (hôtel Palumbo) à Ravello, soir du 2 mars 2016. Journal. Couché à 2 h & 1/2. 

lire l’entrée du mardi 22 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 23 mars 2016, 10 h 47
modifiée le jeudi 24 mars 2016, 19 h 46
Mercredi 23 mars 2016.
Saint Victorien — 83/283. Plieux. Levé à 8 h - le 1/4, beau temps, grand froid dans la maison (un adversaire politique m’accuse de vivre “bien au chaud dans mon château”…). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, de série, et cloître “mauresque” de la villa Ruffolo à Ravello, le 3 mars 2016. Écoutons, tout en “travaillant”, une émission sur l’amour courtois. Comptes : la page n’ouvre pas, comme la veille. 10:47 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et cloître de Ravello. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, deux autres photographies de Ravello, Saint-Eustache de Pontone et villa Cimbrone, le bâtiment (hôtel) ; jambes et chaussures de MM. Thouin et Manoer sur l’échafaudage le plus haut, au niveau du toit de la tour Sainte-Mère, la veille. Bach à Köthen, puis première, quatrième et cinquième symphonies de Mendelssohn. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Posé La Jarre sur La Table, sans doute pour en faire une pièce unique. Atelier, La Porte du foudre, La Coupe, La Pierre et une pièce de fer trouvée dans la cour dont je ne sais pas ce qu‘elle est (probablement liée à la charpente précédente). L’IN-NOCENT. Cartons. Dîné aux nouvelles, crêpe au cèpes, délicieuse, puis une autre au poulet et une troisième à la poire à la vapeur avec framboises et confiture de pêches de Mrs Benzies. Regardé une émission sur les projets américains de Napoléon (après Waterloo). Écrit à l’éditeur italien du Grand Remplacement (tirage d‘essai de deux cents exemplaires, quatre cents euros !). Répondu à des questions de l’indexiste du journal 2015, travail assez laborieux. Conférence du 9 avril, avancé un peu (peu). Journal. Couché à 2 heures et demie. 

lire l’entrée du mercredi 23 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 24 mars 2016, 19 h 56
modifiée le vendredi 25 mars 2016, 9 h 43
Jeudi 24 mars 2016.
Sainte Catherine de Suède — 84/282. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, mais demande d’un verbatim (sic) pour la conférence à l’institut Iliade, premier essai ne lui convient pas, deuxième. L’IN-NOCENT, très intensément de nouveau. Le Jour ni l’Heure, suite de l’autoportrait et photographie très “traitée” d‘une maison rose dans un jardin au-dessus d’Amalfi, vendredi 4 mars 2016. Bach à Leipzig. L’IN-NOCENT, suite. Bain. Retour de Pierre, promenade avec lui sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Atelier, La Porte du foudre, La Coupe, la pièce de fer. Lecture par Pierre de son manuel universitaire d’histoire romaine, Momsen ayant été jugé par trop obscur. L’IN-NOCENT, le NON. Agenda. 19:55 /// Dîné aux nouvelles, quenelles sauce Nantua,  carottes, navets. Poires à la vapeur et framboises. Très intéressante soirée sur la chaîne Histoire, My Son Jack,  téléfilm sur Kipling et son fils tourné en grande partie à Batemans’, puis passionnant entretien avec René Girard. 23:44 /// L’IN-NOCENT. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 24 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 25 mars 2016, 10 h 14
modifiée le samedi 26 mars 2016, 10 h 49
Vendredi 25 mars 2016.
Annonciation — 85/281. Plieux. Très peu dormi, levé avec Pierre à 7 heures. Temps gris et froid dans la maison (le “plancher chauffant” ne marche plus du tout). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et beau Christ pisano-lucquois de la basilique d’Amalfi, vendredi 4 mars 2016. L’IN-NOCENT. Comptes, site de la BNP ne s’ouvre plus via Firefox, il faut passer par Safari : 13.548,43 / PRLV SEPA GROUPE LE MONDE ECH/210316 ID EMETTEUR/F -17,90 € / à venir : - 2762,65 / Agenda,. 10:22 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Christ sans perruque d’Amalfi, maison rose à Amalfi. Journal 2016, un décalage s’istaure, journal de l’avant-veille, je crois (désordre, tout devient très confus). Le Jour ni l’Heure, Christ de Tournier (Sinite parvulos, palais Corsini, dimanche 28 février) et deux Christ primitifs du palais Barberin, jeudi 25 février. Sept paroles du Christ sur la croix. Parlé à Flatters. Retour de Pierre, promenade avec lui au Cassé. Atelier, La Porte du foudre. Lecture par Pierre de son manuel d’histoire romaine (pour l’agrégation) — plus clair que le Momsen de l’édition Rombaldi mais encore bien loin de Tite-Live. Marx aurait-il raison ? L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, crêpe aux champignons œuf à cheval, excellente, crêpe à la porte à la vapeur framboises et glace rhum raisin. Beaucoup de temps encore à la correction du discours de L, pataquès informatiques, il n’a pas reçu mon premier envoi. Énorme masse de “faux temps” de toute espèce (comme on dit “faux frais”). Chronologie négative : pas écrit à M. Lombardot, à M. Colnot, à M. Pohon, à M. Marthien, donc avancé ni le journal 2015 ni De l’In-nocence, ni d’ailleurs Entre vivre ensemble il faut choisir. Pas écrit non plus à Malika Sorel. Pas travaillé  à mon discours du 9 avril, tout à fait dans les limbes. Pas eu de nouvelles de l’électricien Ligardes, qui décidément me déteste, je ne sais pourquoi (trop ancien pour être politique). Pas de communiqué pour l’In-nocence, pas de carton pour le NON. Pas d’invitations particulières au “banquet”. Pas remercié ma tante de l’envoi d’un “panier” (café, cacao, risotto aux truffes, choucroute au champagne, etc). Écrit à M. Martin et à M. Azulay. Journal de la veille, relecture et complétion, mais formidable attaque de sommeil, ne puis pas le mettre en état d’être mis en ligne. Journal du jour, simple amorce. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du vendredi 25 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 26 mars 2016, 11 h 02
modifiée le dimanche 27 mars 2016, 11 h 09
Samedi 26 mars 2016.
Sainte Larissa — 86/280. Plieux. Levés à sept heures et demie, très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, médiocre, dans la salle des Pierres, et bonne photographie de La Jarre sur La Table. L’IN-NOCENT et ^, dont un tweet qui devrait me valoir des haines inexpiables, cette fois-ci parmi mes “amis” (reprise de Palmyre par la gestapo syrienne). Émission de Finkielkraut sur l’orthographe. Comptes : + 13.548,43 € [inchangé] / À venir -2.622,62. Agenda. 11:05  /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, Jarre et Table, trois Christ, deux médiévaux de Barberini, un de Nicolas Régnier à Corsini. L’IN-NOCENT. Journal 2016, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, cloître du Paradis à Amalfi, cadre sans tableau dans la cathédrale d’Amalfi, Table et Jarre dans la salle des Pierres. Bain. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Porte du foudre, La Charnière (pièce de métal trouvée dans les détritus des travaux), La Coupe. Manuel d’agrégation, histoire romaine, les guerres puniques. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (rattrapé le retard, donc — c’est comme une partie de tennis permanente. Entre vivre ensemble, 180 tweets (l’objectif est 1000). Dîné aux nouvelles, semoule pour couscous, carottes, navets, etc. au soja, poires à la vapeur et framboises, glace rhum raisins. Vu sur la chaîne histoire l’émission du très pénible Polonais sur le rococo mais ça ne tient pas debout (le Hameau comme exemple de rococo ?). Entre vivre ensemble, suite. Discours du 9 avril. Journal. Autoportrait. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 26 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 27 mars 2016, 11 h 15
modifiée le lundi 28 mars 2016, 10 h 50
Dimanche 27 mars 2016.
Pâques — 87/279. Plieux. Levés à 8 heures et demie (heure d‘été). Depuis quelques jours, retour de la douleur au bas-ventre à droite, qui m’avait laissé bien tranquille tout l’hiver, et des troubles urinaires. Déjeuner en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue générale d’Amalfi. Parlé à J., qui a les pires ennuis avec sa sœur et raconte des histoires à faire dresser les cheveux sur la tête à propos de l’hôpital de F. L’IN-NOCENT, ^. Agenda. 11:15 /// Chronologie, autoportrait de la nuit et trois vues d’Amalfi le vendredi 4 mars 2016 (cloître du Paradis, cadre sans tableau dans la cathédrale, vue générale) et La Table et La Jarre dans la salle des Vents (Pierre dit que c’est ce que j’ai fait de mieux depuis le début). Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, vendredi 4 mars 2016, suite, ruines d’un château non-identifié entre Salerne et Battipaglia, a, vue prise de l’autoroute, La Place du mort, et deux vues, lointaine et proche, di dit “temple de Cérès” à Paestum. Café. Tribune des critiques de disques, sonate funèbre de Chopin, un choix bizarre pour fêter Pâques. Bain, lecture par Pierre de très belles pages de La Peau sur un déjeuner à Castel Gandolfo avant l’entrée à Rome en 1944 (avec Pierre Lyautey, qui m’a reçu à Thorey en 1962 (avec deux cents autres personnes)). Promenade au Cassé. Atelier, La Charnière de fer, le haut de La Planche, La Coupe. Écrit à Malika Sorel. Dîné aux nouvelles, ravioli aux cèpes, carottes, navets, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu d’un film de Clint Eastwood et beaucoup des Tontons flingueurs. L’IN-NOCENT. Entre vivre ensemble, il faut choisir — arrivé à deux cents tweets (sur mille !). Discours pour le 9 avril. Journal. Autoportrait. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 27 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 28 mars 2016, 11 h 18
modifiée le mardi 29 mars 2016, 10 h 16
Lundi 28 mars 2016.
Lundi de Pâques (Férié) — 88/278. Plieux. Temps gris. Levé à 8 h 20. Le Jour ni l’Heure, bon autoportrait de la nuit et Peschiera du parc de Caserte le samedi 5 mars 2016. Déjeuné en bas avec Pierre. L’IN-NOCENT, quatre ou cinq tweets à propos de Lahore et d’un tweet de François Bellamy. Agenda. 11:17 /// Chronologie, autoportrait de la nuit, bon, et Pechiera de Caserte, château non identifié près de Salerne, de l‘autoroute, deux vues de Paestum également du 4 mars 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du parc de Caserte le samedi 5 mars 2016, fontaine d’Éole, fontaine de Diane et d’Actéon, arbre gigantesque dans le Jardin anglais. Café. Anne-Charlotte Rémond, Chostakovitch en 1942. Pas de bain, pas d‘eau chaude. Promenade avec Pierre dans la vallée du Nord. Au retour, rencontré Mme Lavauden devant chez elle, longuement parlé avec elle puis avec M. Coulet dans leur jardin, à l’arrière. Me remet photocopie d’un article d’Éric Zemmour sur le Grand Remplacement, paru le jour même dans Le Figaro Magazine. Les invite au banquet. Atelier, gelé La Porte du foudre, beaucoup travaillé au Banc (pour La Table). Lecture par Pierre de son manuel d’histoire romaine pour l’agrégation, Marius, Scylla, les guerres sociales, Crassus, Pompée, etc. (ça va un peu vite). Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise ligne. Entre vivre ensemble, il faut choisir. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et champignons, salade verte aux noix et aux avocats, poires à la vapeur aux myrtilles et aux framboises. Émission de la chaîne Histoire sur Jeanne d’Arc, mais remonte au début du procès. Correspondance avec MM. de Marthien et de Pohon à propos du journal 2015, on avance (grâce à eux). Entre vivre ensemble, il faut choisir : arrivé à 242 tweets (pour 1000). Discours pour le 9 avril, 8000 signes (pour 20.000, mais bien sûr c’est un brouillon. Journal. Autoportrait. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du lundi 28 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 29 mars 2016, 10 h 38
modifiée le mercredi 30 mars 2016, 21 h 59
Mardi 29 mars 2016.
Sainte Gladys — 89/277. Plieux. Bien dormi, levé à 8 heures. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, quelconque, et « Arrêtez le massacre ! », vue de Carcassonne avec les éoliennes, samedi 20 février 2016, de l’autoroute, en route vers Aix et l’Italie. Retour des maçons, pour la restauration des coussièges [le correcteur automatique écrit cousines] des étages intermédiaires de la tour, très belles pierres biseautées, suis très content. Agenda. 10:37 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Carcassonne aux éoliennes, trois photographies du parc de la reggia de Caserte le samedi 5 mars 2016. Journal 2016, entrée de la veille, suite. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du samedi 20 février, dont deux La Place du mort, Carbone et Béziers de l’autoroute, pas mal, et Les Deux Garçons, intérieur. Reçu un premier exemplaire de l’album Le Jour ni l’Heure 2015, réalisé grâce à M. Lombardot. Bain. Monté deux fois dans la tour, avant et après la promenade et l’atelier, pour voir l’avancée des travaux de restauration des cousines [correction automatique]. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont, soleil. Au retour, parlé à la nouvelle voisine, celle de la maison qui fut de M. Capéran. Atelier, La Coupe, Le Banc, La Charnière, La Planche (repris la bande brune mais ça oblige à reprendre la bande verte et ainsi de suite…). Monté aux étages intermédiaires et au sommet de la tour. Communiqué pour l’In-nocence, n° 1919. Dîné aux nouvelles, quenelles, sauce blanche et soja, carottes, navets, poires à la vapeur, myrtilles et framboises. Regardé une émission de Stéphane Bern sur Louis II de Bavière, pas inintéressante malgré le sujet rebattu, mais les séquences jouées par de mauvais acteurs pas du tout ressemblants dans des costumes mal coupés sont vraiment ridicules. Correspondance avec M. Pohon, au sujet du journal. Entre vivre ensemble, etc., mais avancé d’une dizaine de tweets à peine. Pas de  discours du 9 avril. Pas écrit à M. Lombardot. Pas avancé De l’In-nocence.  Journal de la veille, relecture et mis en ligne. Journal. Couché vers 2 heures. 

lire l’entrée du mardi 29 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 30 mars 2016, 22 h 34
modifiée le jeudi 31 mars 2016, 12 h 13
Mercredi 30 mars 2016.
Saint Amédée — 90/276. Plieux. Plutôt bien dormi. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail rococo d’une chambre à l’hôtel de Caumont, Aix-en-Provence, 21 février 2016. L’IN-NOCENT, beaucoup. Le Jour ni l’Heure, collections du prince de Liechtenstein à l’hôtel de Caumont, Aix : Alexandre Farnèse par Mor, Maria de Taxis par Van Dyck, vue très bizarre du château de Plumlov, en Moravie, par Ferdinand Runk. Émission sur Chostakovitch. Bain, lecture par Pierre des excellentes pages de Malaparte sur l’entrée des Américains à Rome le 4 juin 1944 (ils empruntent “ma” rue, et passent au pied du tombeau des Scipions). Monté à la tour avec Pierre, les parois du belvédère sont entièrement badigeonnées, les cousines [correction automatique, pour coussièges] sont en place, il ne reste qu’à enlever le ciment qui dépasse des joints. Descendus à la vallée par le chemin de la rivière, remontés par le boulevard Lou Tapet, mais pas vu le chien Cookie auquel je souhaitais parler ; d’autre part, plus bas, le magnifique bouquet d’arbres au feuillage argenté a été coupé, je ne sais pourquoi. Atelier, Le Banc, La Coupe. Lecture par Pierre de son manuel d’Histoire romaine, les tyrannicides, le triumvirat, le “jeune César”. Écrit à Jean-Yves Le Gallou. Message à Emmanuelle Duverger. Agenda. Dîné aux nouvelles, risotto envoyé par ma tante, excellent. Poires à la vapeur et framboises. Rien regardé, remontés vers 9 heures. Journal de la veille, mise au point, relecture et mise en ligne. Agenda. 22:30 /// Entre vivre ensemble, il faut choisir, 275 gazouillis. Discours du 9 avril, suite (9500 signes). Journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 30 mars 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 31 mars 2016, 12 h 29
modifiée le vendredi 1er avril 2016, 11 h 05
Jeudi 31 mars 2016.
Saint-Benjamin — 91/275. Plieux. Levé à 8 heures. Temps sans couleur. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au sommet de la tour, et travaux en cours, cousine [correcteur automatique] du troisième niveau. L’IN-NOCENT. Comptes : + 13.845,56 € / À venir : -3.532,41 € | Prévisionnel : + 10.313,15 € / CRÉDIT IMMOBILIERÀ venir : 0,00€ | -78.243,26€ / CRÉDIT IMMOBILIER  N° ****1711-78.243,26 €À venir : 0,00 €

 30/03VIR SEPA RECU /DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET C+91,45 € /

30/03VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.FR /MOTIF PAYMENT.: 34260+68,20 € 

30/03CHEQUE 2629763-13,50 € / 30/03VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.DE /MOTIF PAYMENT.: 34299 +5,88 € /

30/03VIR SEPA RECU /DE AMAZON.IT /MOTIF PAYMENT.: 34265767+5,10 € 

29/03REMISE CHEQUES BORDEREAU 00176672+140,00 € (don de 100 € et livres vendus) /// Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, travaux de la tour, cousine du troisième niveau, vue des échafaudages, cerisier Lou Tapet. Promenade au Cassé, très mauvais temps, pluvieux et froid. Atelier, Le Banc, La Coupe, La Porte du foudre, La Charnière. Retour de Pierre, lecture du manuel d’agrégation, histoire romaine, l’ère augustéenne. Écrit à Philippe Milliau, à Marcel Meyer. Ragenda. 17:25 ///  Communiqué sur la mort d’Imre Kertesz. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. M. Azulay ici à 7 h. et demie. Verre avec lui et Pierre, floc de Gascogne, puis allons dîner à son invitation aux Bouviers, à Lectoure. Carpaccio de rougets, excellent. Agneau pascal pré salé, très quelconque (reste de Pâques ?). Omelette à l’armagnac, bien. M. Azulay nous ramène ici, il est en pension chez les Loichot, aux Claoues. Entre vivre ensemble, il faut choisir, sans atteindre les 300. Journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du jeudi 31 mars 2016 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site