Le Jour ni l’Heure
avril 2016

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 1er avril 2016, 11 h 19
modifiée le samedi 2 avril 2016, 10 h 31
Vendredi 1er avril 2016.
Saint-Hughes — 92/274. Plieux. Levé à 8 heures moins vingt. Alain Juppé à France Culture. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, après le dîner Azulay, et Paysage préposthume n° 245 (La Maison), maison blanche dans la campagne de la Maremme, en Toscane du Sud, lundi 22 février 2016, très “traitée” (à la manière d’Ottone Rosaï). L’IN-NOCENT, échange avec Laurent de Boisieu, avec Karim Ouchikh (qui doit me rappeler cette après-midi). Comptes : + 10.606,39 € / facture carte 02/03/16Académie de France à Rome (7 nuits) - 805,00 / prél. Urssaf, - 559,82 / facture carte 04/03/16 Di Lieto Matteo (sans doute le pénible patron de l’hôtel Villa Fraulo à Ravell), - 375,60 / facture carte 21/03:16 Blurb (deux albums Le Jour ni l’Heure), - 263,05 / facture carte 01/03/16 Gutteridge (magason du Corso, à Rome, une veste + une chemise), - 178,00 / facture carte 27/02/16 Galleria Doria, Rome (catalogue, livre sur les plais romains), - 137,50 / facture carte 05/03/16 Royal Caserta (hôtel), - 131,00 / facture carte 02:03:16 Amazon (Donoso Cortes, Ortega y Gasset, Chesterton, etc.), - 128,30 / facture carte 21/03/16 Artempo Agen (tubes de peinture), - 101,75 / vir. de M. David Jordan (mécène), + 100,00 / facture carte du 02/03/16, restaurant de la Sibylle à Tivoli, - 96,00 / facture carte du 06/03/16, hôtel Napoleon à Lucques, - 94,00 / facture carte du 21/03/16 Blurb (?), - 88,64 / facture carte du 06/03/16 rel Canaver Puget-sur-Argens, - 78,27 / facture carte du 24/03/16 Lulu, - 63,55 / vir. Sofia (lectures dans les bibliothèques), + 59,44 / facture carte du 06/03/16 ASF Rueil-Malmaison (autoroute) - 39,70 / facture carte du 06/03/16 autos Lucca, - 37,30 / facture carte du 06_5/03/16, autost Caserta, - 36,90 / facture carte du 28/02/16 libreria Skira (galleria Corsini, Roma, catalogues ?), - 33,00 / facture carte du 25/03/16 declic distribu Le Trevoux (????), - 30,49 / facture carte du 02/03/16 Amazon, - 23,24 / facture carte du 06/03/16 Escota 11, - 21,30 / vir.  Apple, + 17,90 / facture carte du 04/03/16 autost Salerno, - 4,10 / Agenda. 12:11 /// Chronologie, autoportrait de la veille, Paysage préposthume n° 245 (La Maison) (en Toscane du Sud, 22 février 2016), trois photographies du mercredi 30 mars, Plieux, cerisier et travaux de la tour. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du lundi 22 février 2016, Montepo (« Arrêtez le massacre ! ») et Pitigliano, cap ouest et palais ducal. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Atelier, La Coupe, La Planche (repris le vert), Le Banc, La Charnière. Retour de Pierre. Monté avec lui La Porte du foudre dans la bibliothèque, pour voir de ça ça donne dans une autre lumière (pas grand chose). Très longue conversation avec Karim Ouchikh. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Plusieurs messages urgents, mais pas tous, il s’en faut de beaucoup. Dîner aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et champignons, salade verte au fenouil et aux noix, poires à la vapeur et framboises. Revu Amadeus, de Milos Forman, 1984, peu aimé de moi à sa sortie et beaucoup plus apprécié cette fois-ci. Messages divers, suite. Discours pour le 9 avril, suite, 12500 signes (de brouillon très brouillon). Pas pu m’occuper du tout des éditions diverses, même de Le Jour ni l’Heure, où une photographie doit être changée. Journal. Autoportrait. Couché à 2 heures et demie. 

lire l’entrée du vendredi 1er avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 2 avril 2016, 10 h 55
modifiée le dimanche 3 avril 2016, 12 h 17
Samedi 2 avril 2016.
Sainte Sandrine — 92/273. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et palais de la Loggia à Bagnaia, c. 1540, Tommasso Ghinucci (très beau palais en mauvais état mais mauvaise photographie). Émission de Finkielkraut sur l’Europe de l’Est avec Rupnik et Smolar. Comptes, avec toute une gymnastique car ils ne s’ouvrent plus avec Firefox : + 10606,39 (inchangé) / à venir : - 1308,46. Agenda. 10:54 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et palais de la Loggia à Bagnaia, trois photographies du lundi 22 février, Montepo, palais ducal de Pitigliano, vue générale partielle. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies d’Orvieto le 23 (dét. de fresque d’Ugolini di Prete Ilario et de Signorelli, tour de l’Horloge (“du Maurizio”). Bain, suite de la chronologie, mise à jour. Visite d’une dizaine de personnes, motards, en partie de Lecture, Pierre s’en charge, vais dans l’atelier. La Planche, La Coupe, La Charnière, Le Banc. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/ La Bonnefont. Rencontré à l’aller Simone Aeberhard, qui raconte une histoire drôle de malentendu entre l’équipe junior ou cadets de rugby de Lectoure et celle de Saint-Denis (qui s’est parfaitement comportée). L’IN-NOCENT. Courrier électronique urgent, lettre à Philippe Martel, à M. Rapisarda (du Tempo), etc. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et au pesto, carottes et navets, salade verte aux noix. Revu Prima elle Rivoluzione, avec l’admirable scène de Puck au bord du Pô. Suite de la correspondance urgente. Discours pour le 9 juin, 15.000 signes. Journal. Autoportrait. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du samedi 2 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 3 avril 2016, 12 h 33
modifiée le lundi 4 avril 2016, 10 h 11
Dimanche 3 avril 2016.
Saint Richard — 94/272. Plieux. Levé à 8 h et demie. Beaucoup d’agitation sur les réseaux, toute la matinée, autour de l’affiche de Marine Le Pen, “Une France apaisée”. Petit déjeuner en bas. Pierre accroche des tableaux, Blidah Blidah au sommet du grand escalier, sous la voûte qui vient d’être sommairement restaurée et dégagée, et le petit jaune (Assameur, celui de Discours de chambre) dans la (future) chambre du troisième niveau — hélas il est abîmé, taches de peinture dans l’atelier, il va falloir le reprendre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et porte de l’Ogre à Bomarzo. Chronologie, id. et trois photographies d’Orvieto le mardi 23 février 2016 (Ugolino di Prete Ilario, Signorelli, tour du Maurizio). Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Caprarola le mercredi 24 février 2016, la paladin del Piacere, la fontana del Bichierre, beau porteur de dais à la réception de Charles-Quint et du cardinal Farnèse à Oaris par François Ier, fresque de Taddeo Zuccari. Bain. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier. La Coupe, Le Banc, La Charnière, La Porte du foudre, redescendue et reprise. L’IN-NOCENT. Dîné au nouvelles, gratin d’aubergines et de pommes de terre, salade verte aux noix, poires à la vapeur et myrtilles. Vu Feux Croisés, Crossfires, 1947, d’Edward Dmytrick, médiocre mais très bizarre pamphlet antiraciste et antiantisémite. Remontons vers 10 heures et demie mais presque aussitôt un grand orage fait tout sauter, non seulement dans la maison mais dans tout le village. Plus d’électricité, plus d’apparaeil, noir complet. Soirée de travail perdue alors que le discours du 9 est dans les limbes. Attends un moment le rétablissement du courant mais il ne vient pas, et donc me couche à 11 heures, en n’ayant pas du tout sommeil faute d’habitude, d’où *.

lire l’entrée du dimanche 3 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 avril 2016, 10 h 22
modifiée le mardi 5 avril 2016, 12 h 24
Lundi 4 avril 2016.
Saint Isidore — 95/271. Plieux. Assez bien dormi, levés à 6 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon très “traité” du précédent car il n’a pas été possible de photographier hier soir et palais Barberini avec le buste d’Urbain VIII par le Bernin. Beaucoup de temps perdu car la panne d’hier a définitif [correcteur automatique pour désinitié]  beaucoup de choses et on me demande toute sorte de codes que bien entendu je n’ai pas — il va falloir absolument changer l’ordinateur portable qui décidément est dans un état lamentable, mais comment faire sans aide technique ? Déjeuner seul en bas. Alain Corbin à la Fabrique de l’histoire pour son Histoire du silence, qui fait envie. La société des échafaudages commence le démontage. 10:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et palais Barberini avec Urbain VIII, trois photographies de Caprarola le 24 février 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Discours du 9 avril. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du jeudi 25 février 2016 à Rome, palais Barberini, escalier du Bernin, Fornarina, Dioscures et Quirinal. Bain. Retrait des échafaudages, suite, le belvédère est maintenant dégagé. Monte là-haut, vue énorme, mais la lumière est laide, on ne voit que ce qui pêche dans le paysage. Promenade avec Pierre, pour voir de loin la tour en partie dégagée. Croisons des inconnus, qui sont en fait M. et Mme Dellisse, de Bruxelles, que je devais recevoir le lendemain matin et qui sont venus reconnaître les lieux. Les entraînons dans notre promenade, jusqu’à l’allée de la Rouquette. Retour par Enduré et la ferme de Lacroix. Thé dans l’atelier, avec d’excellents biscuits belges apportés par M. et Mme D. Lui me remet d’autre part trois de ses livres, un roman, un recueil de poèmes et un essai sur Gide et Pierre Louys, dont il semble être un grand spécialiste. La Coupe, mais ça de va toujours pas. La Porte du foudre, éclaircis. S’en vont vers 6 heures. Discours du 9 avril, suite. Ah oui, nouvelle coupure de courant, encore une heure de perdue, en plus des cinq ou six de l’avant-veille. Dîner aux nouvelles et aux chandelles, tarte aux champignons et au fenouil, poires à la vapeur, framboises et biscuits belges. Électricité revient, mais rien regardé, temps presse horriblement. Quelques messages urgents, à peine un sur dix, mais surtout discours du 9. Parviens à une version complète, mais la limite (très légitime et nécessaire) des 20.000 signes fait que le texte est très déséquilibré entre la première partie et la seconde, resserrée par la contrainte. Il faut tout reprendre, en éliminant beaucoup. Journal. Autoportrait. Couché à 1 heure et demie.   

lire l’entrée du lundi 4 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 5 avril 2016, 12 h 34
modifiée le mercredi 6 avril 2016, 11 h 33
Mardi 5 avril 2016.
Saint Marcellin — 97/269. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait tout à fait de série comme tous les récents, et voûte du Panthéon à Rome, vendredi 26 février 2016. L’IN-NOCENT. Agenda, mais interruption, M. Christophe Ligardes et un spécialiste de sa société, pour l’électrification de la tour, et aussi l’éventuelle installation d’une salle de bain. Très professionnels, deux heures avec eux, chaque étage de la tour mais aussi la chaufferie, les salles de bain, etc., tout. Assistant va même dans les combles. La matinée y passe. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Rome le vendredi 26 février 2016, portique de la cour du palais Borgnes [correcteur automatique, pour Borghèse] (Martin Longhi l’Ancien, c. 1590), buste d’un beau jeune capitaine mort en Crète en combattant les Turcs, 1568, Pier Paolo Mignanelli, à Santa Maria della Pace, et Paysage préposthume n° 246 (Le Parc), un soir à la villa Médicis. Considérable retard. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’au bout du chemin goudronné de la Rouquette. Les échafaudages sont maintenant enlevés de tout le tiers supérieur de la tour — les ouvertures paraissent très petites, on les voit à peine. À mon retour, personnes dans la maison, croit d’abord que ce sont des touristes qui ont profité du chantier pour entrer mais ce sont en fait M. l’architecte en chef, une de ses collaboratrices et une jeune femme de l’entreprise de charpenterie. Inspection des travaux avec eux, puis entretien avec M. Thouin. Signe le devis du menuisier pour les fenêtres, vingt-cinq mille euros (exactement ce qu’avait prévu Pierre). Atelier, La Coupe. Comptes : + 10.490,49 / prél. CanalSat - 76,00 / prél. CanalPlus, - 39,90 / à venir : - 1215,81 / Compte de crédit immobilier, - 78.243,26 / Agenda. 19:31 /// Le Jour ni l’Heure, chronologie, autoportrait de la veille, voûte du Panthéon, trois autres photographies du vendredi 26 février 2016 à Rome (palais Borgnes, Pierre-Paolo Mignanelli, Mercure de la ville Médicis) et trois photographies du jeudi 25, au palais Barbarin. Dîné aux nouvelles, quenelles à la quenelle avec un excellent coulis offert par Mrs Menzies [correcteur automatique pour Benzies] , de la Plaza Mayor. Pas de télévision (autre que les nouvelles), remonté très vite, journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Discours pour le 9, repris au début, relu à peu près la moitié sans trop de corrections mais tombe de sommeil, couché à 11 h & 1/2. 

lire l’entrée du mardi 5 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 6 avril 2016, 12 h 12
modifiée le mercredi 20 avril 2016, 9 h 40
Mercredi 6 avril 2016.
Saint Marcellin — 97/269. Plieux. Couché trop tôt, réveillé à 5 heures, insomnie (Pierre aussi), rendormi toutefois, levé à 8 h & 1/4. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Vision de saint Eustache, d’après Dürer, très joli tableau et paysage de la galerie Doria-Pamphilj, le samedi 27 février 2016. L’IN-NOCENT, mais surtout intense correspondance, un M. Bogoss [correcteur automatique pour Gogos] qui veut faire un documentaire pour Arte (!), Mme Charlotte Soula, M. David Martin, etc. Comptes : + 9274,68 / prél. Credipar (voiture), - 759,88 / prél. Sofinco, - 310,80 / prél. Sepa Cardiff (assurance-vie pour l’emprunt, - 121,88) / commissions cot. “Esprit libre”, -22,00 / Frais de tenue de compte avec remise : - 1,25 / “à venir”, 0,00 / Compte de crédit immobilier, - 78,243,26 / Agenda. 12:11 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et Visions de saint Eustache, trois photographies du vendredi 26 février, portique du palais Borgnes [correcteur automatique pour Borghèse], buste de Pier-Paolo Mignanelli, Un soir à la villa Médicis. Pas de séance de midi de Le Jour ni l’Heure. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Repris le discours pour le 9, décidé de le proposer le soir même et l’ai tant bien que mal imprimé (l’imprimante marche mal). Bain à 5 heures. Partis à 6 heures. Été à Toulouse par la petite route. Paysages très abîmés, nouvelles stabulations partout (juste en face de Saint-Clar, par exemple), mais très belle lumière tout le long (Tournecoupe, Faudoas, Cox, Saint-Paul-sur-Save, Aussone, Cornebarrieu, les Amidonniers, etc.). Arrivés à 7 h. et demie exactement au parc de stationnement de la place Jeanne-d’Arc et à l’hôtel Le Clocher de Rodez qui est juste en face. M. Christophe Pacottte, président du Cercle des Capitouls (je crois), qui m’invitait. Gabriel Robin, secrétaire général de la commission culturelle du Front national. Plusieurs têtes familières par Facebook, M. Édouard Bouissou, M. Bouléris et ses très jolis enfants, très élégants, très “France d’avant”. Une centaine de personnes (paraît-il). Conférence commence à 8 h. & 1/4. Présentation par Mlle Alexia de B., Bremont, Belmont, de toute façon c’est un pseudonyme. Lis la première mouture de la conférence pour le 9. Raisonnable succès. Puis causerie à bâtons rompus et échanges avec la salle, assez fournis et cordiaux. Vends et signe une quinzaine de livres. Dîner à douze ensuite au restaurant J’go, assiette de charcuterie collective, poulet, vin rouge. Devons partir les premiers car Pierre se lève à 6 heures et faisons s’effondrer la moitié de la tablée (pas la chose, l’assemblée). Raccompagnés au parc de stationnement par une forte équipe de sécurité menée par M. Romain [Carrier ? quelque chose comme ça]. Rentrés par le même chemin. À Plieux vers 2 heures du matin. L’IN-NOCENT. Journal. Oublié l’autoportrait. Couché après 3 heures. 

lire l’entrée du mercredi 6 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 7 avril 2016, 18 h 48
modifiée le vendredi 8 avril 2016, 9 h 26
Jeudi 7 avril 2016.
Saint Jean-Baptiste de la Salle — 98/268. Plieux. Levé à 7 h et 1/2, et donc très peu dormi. Irritation urinaire (charcuterie, vin ?). Le Jour ni l’Heure, dû faire un autoportrait pour la veille, oublié, et buste de la terrible Olimpia Maidalchini, par l’Algarde ; mais matinée toute consacrée à L’IN-NOCENT, très activement. Tél. des Bâtiments de France, visite annoncée pour l’après-midi. Tel. de Philippe P., suis obligé de me dérober à une proposition de visite, retard accablant (le discours doit être entièrement revu). Le Jour ni l’Heure, autre buste d’Innocent X, par Domenico Guidi et détail du grand Dughet, Paesaggio col ponte Lucano, le tout au palais Doria-Pamphilj, samedi 27 février 2016. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’au bout de la partie goudronnée du chemin de la Rouquette (il a plu) ; belle lumière, la tour est cette fois totalement dégagée, un homme seul et plutôt gentil enlève les derniers éléments d’échafaudage au sol. Prélève une poutre, non, l’ancien mât du sommet de la tour, pour le peindre. Atelier, justement : La Coupe, Le Banc, La Charnière, La Pierre. Délégation des Bâtiments de France, donc, ce n’est pas du tout qui j’avais cru, homme très gentil dont j’oublie le nom et femme aux cheveux rouges. Monte avec eux au sommet de la tour. Lui trouve la charpente trop lourde. Fait force photographies pour le service. Après leur départ, ratelier. Remonte vers 6 heures. Retour de Pierre, thé (je lutte contre le sommeil). Communiqué pour les partis (Emmanuel Macron). Agenda. Comptes : + 8.288,37 / chèque : - 986,31 (Céline). 18:51 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, Olimpia Maidalchini, deux œuvres de la galerie Doria-Pamphilj, l’Innocent X de Domenico Guidi, le Dughet du ponte Lucano. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, gnocchi, champignons, carottes, courgettes, pesto. Poire à la vapeur et framboises. Vu à peu près la moitié d’un film de Brian De Palma, Snake Eyes, avec Nicolas Cage. Discours pour le 9, relecture, correction, allongement, hélas (23.000 signes ?). Journal. Couché à 1 h. 

lire l’entrée du jeudi 7 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 8 avril 2016, 9 h 37
modifiée le mercredi 20 avril 2016, 9 h 43
Vendredi 8 avril 2016.
Sainte Julie — 99/267. Paris. Levé avec Pierre, à 7 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Capitole romain. Dessin “On veau mieux que ça”. Beau temps. Comptes : 8288,37 (inchangé) / “à venir” : 0,00 / Compte de crédit immobilier : - 78.243,26. Agenda. 09:36 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait et agenda de la veille, vue du Capitole romain au soir du samedi 27 février. Tél. de M. Lombardot à propos de l’album Le Jour ni l’Heure 2015, mais hélas dois abréger faute de temps. Discours pour le lendemain, relecture, corrections, mais hélas il s’allonge à chaque révision. Pas de séance de midi de Le Jour ni l’Heure. Entendu tout de même un homme expliquer sur France Culture que les pièces de Shakespeare avaient été écrites par un juif espagnol nommé Florio, je crois bien. Pas d’eau chaude, pas de bain, toilette à l’eau froide. Transporté d’un ordinateur à l’autre le texte du discours, mais le portable marche de plus en plus mal. Bagages (très aidé par Céline le matin). Quitté Plieux à 3 heures et demie. Retrouvé Pierre à 4 heures et 1/4 devant l’église de La Lande, au nord d’Agen. Lauzerte. Saint-Cyprien. Sainte-Alauzie. Pern.  Autoroute. Relu le discours, nombreuses corrections à reporter et, hélas, ajouts ! À la radio, homme qui explique que l’hostilité aux prétendues fautes de langage était une phobie répréhensible (glottophobie) qui devrait être poursuivie au même titre que les discriminations sur la race ou les pratiques sexuelles (Blanchet). “Dîné” à Orléans-Gidy, groupe de collégiens qui pratiquent tous la fourchette-piolet, verticale (ils découpent autour d’elle, très étrange). Appel de Philippe Martel, charmant comme toujours. À Paris vers minuit. Hôtel. Transposé sur l’ordinateur les nombreuses corrections et substantiels ajouts apportés au discours pendant le voyage (25.800 signes !!!). Journal,  directement en ligne. Sérieuses difficultés avec Yahoo, qui ne me reconnaît plus. Peux finalement surmonter la difficulté, mais perdu une bonne heure. Couché à 3 heures. 

lire l’entrée du vendredi 8 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 9 avril 2016, 8 h 20
modifiée le mercredi 20 avril 2016, 9 h 44
Samedi 9 avril 2016.
Paris. Hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Réveillé à 7 heures et levé à 7 heures et demie. Très peu dormi, donc. L’IN-NOCENT, rappels divers du colloque Iliade. L’ascenseur fait maintenant ici beaucoup de bruit. Agenda. 08:19 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Place du mort, autoroute A 20. Déjeuner en bas, mais la Russe tragique est complètement dépassée, il manque beaucoup de choses au buffet, cet hôtel file un mauvais coton. Bain. À 11 à la maison de la Chimie, décidément un superbe endroit. Grand amphithéâtre plein. Conférences de Philippe Conrad et Bernard Lugan, avec lequel échangé à plusieurs reprises quelques mots. Déjeuné rue de Grenelle, premier restaurant plein, passons au suivant, à table avec Tatjana Feterling et son massif garde du corps, Philippe Martel, un Italo-Allemand d’influence qui vit en France, et Pierre. Repassé brièvement à l’hôtel. Maison de la Chimie de nouveau, grand amphithéâtre plein, excellent exposé de Lionel Rondouin, puis moi, puis Tatjana Feterling qui “casse la baraque” — standing ovation. Pause. Signatures, nombreuses dédicaces, vendrons pour 900 € de livres dans la journée. Reprise, autres allocutions, dont une très belle et très savante conférence de M. Jean-François Gautier. Excellent discours de clôture de Jean-Yves Le Gallou. Signatures encore, invitations pour le banquet du 24, parlé à Philippe Milliau et à de nombreux lecteurs, ou would be lecteurs. Retour à l’hôtel, L’IN-NOCENT, centaines de messages. Vais à 8 heures, seul, au dîner de clôture, en fait un très agréable et terriblement “mon genre” buffet (terrines, jambon cru, brie, bleu, vin rouge, cannelés au chocolat) à la brasserie des Ministères. Parlé surtout à Fabien Niezgoda, à Bernard Lugan, à Jean-François Gautier, à Christopher Gérard, à Jean-Yves Le Gallou, et beaucoup à la veuve de Dominique Venner. Rentré vers 11 heures. L’IN-NOCENT, réseaux très actifs. Journal. Autoportrait. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du samedi 9 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 10 avril 2016, 10 h 47
modifiée le lundi 11 avril 2016, 16 h 21
Dimanche 10 avril 2016.
Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Réveillé à 5 heures et demie et levé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Bocca della Verità le dimanche 28 février 2016, de profil, très acrobatiquement. Journal, revu et complété la version mis en ligne le soir. Forts bruits d’ascenseurs, décidément. Déjeuné en bas, mieux que la veille. Saucisse, œufs brouillés, œuf poché, jambon de Parme, saumon, camembert, gorgonzola, pruneaux et pamplemousse dans leur jus avec muesli, petit pain au raison, brownie. Répondu à Philippe Martel, qui a eu hier une crise hypoglycémique, après notre déjeuner avec Tatjana Festerling. L’IN-NOCENT. Agenda. 10:56 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Bouche de la Vérité le dimanche 28 février 2016. Bain. Quitté l’hôtel vers 11 heures et 1/2, chambre entièrement payée par l’Institut Iliade. Autoroute. Nationale 20 trop tôt, paysage de désolation périurbaine, rautoroute, sortis à Janville.  Toury. Danville. Châtillon-le-Roi. Attray. Chilleurs-aux-Bois. Visité le château de Chamerolles, un peu froid, style “Conseil Général”, mais bien. Forêt d’Orléans, superbe. Ingrannes. La Cour-Dieu, où vécut Georges Simenon de 1934 à 1936, puis très belle maison forte dans une “île” sur la lande, château de Centimaison. Vitry-aux-Loges, deux châteaux, assez quelconque (l’un se voit mal). Combreux, énorme château des La Rochefouculd ducs d’Estissac, 1887-1905. Belgrade [correcteur automatique pour Bellegarde]. Assez beaux vestiges du château du duc d’Antin, fils de Mme de Montespan. Restaurant Camus, dans les communs. Église, belle façade romane, dame à la clef très gentille, qui nous attend. Voûte en carène, Joli presbytère. Motte. Retournons au château pour photographies, même jeune couple sur les marches qu’une heure plus tôt, lui à l’accent arabe (mais pas arabe), je me risque à leur demander s’ils peuvent s’enlever, ils s’exécutent très gentiment et c’est un concert de politesses (“Désolé de vous déranger — Il n’y a pas de quoi, etc.”). Reprenons la route. Châteauneuf-sur-Loire. Saint-Denis-de-l’Hôtel. Jargeau. La Ferté-Saint-Aubin. Lamotte-Beuvron, où repris l’autoroute. Châteauroux. Limoges. Roméo et Juliette, par la Comédie Française. Brive. Énorme dîner d’autoroute, deux jarrets de porc chacun, plat du jour qu’ils veulent liquider, sans doute.  Pen. Sainte-Alauzie. Lauzerte.  Écoutons La Paix des ménages, de Maupassant,  présenté en  avril 1968 par … Montherlant ! À Plieux vers 2 heures du matin. Journal. Couché à 3 heures. 

lire l’entrée du dimanche 10 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 11 avril 2016, 16 h 36
modifiée le mardi 12 avril 2016, 9 h 48
Lundi 11 avril 2016.
Saint Stanislas — 102-264. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Temps très clair, Pyrénées enneigées parfaitement visibles, étincelantes au soleil. Jacques Attali à France Culture, mais je monte au sommet de la tour prendre des photographies. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans un miroir baroque à Chamerolles, et Pyrénées le matin même, du sommet de la tour Sainte-Mère. L’IN-NOCENT, très activement toute la matinée, attaques d’un certain Fred Berthele, que je retweete consciencieusement. Le Jour ni l’Heure, belle maison forte de Centimaison, à Ingrates, château de Chamerolles; château de Bellegarde. Retour de Pierre. Serv’Élite (M. Bolzonella et un spécialiste). Pierre leur montre, sur leur demande, le sommet de la tour — M. Bolzonella a épousé la fille des anciens fermier de La Croix. Agenda, avec beaucoup de retard. 16:35 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, à Chamerolles, Pyrénées le matin même, essorais photographies de la veille, Chamerolles, Centimaison et Bellegarde. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Photographies de la tour. Atelier. La Porte du foudre, La Coupe, La Planche. Lecture par Pierre d’Henri-Irénée Marrou, la christianisation hors de l’Empire romain, Euphrate, Arménie, Chine, Abyssinie, etc.  L’IN-NOCENT. Lettres, messages divers. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cèpes et pesto, carottes et navets. Poires à la vapeur et framboises. Remonté assez vite après. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Entre vivre ensemble, il faut choisir, quatre ou cinq ajouts. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à minuit et demie. 

lire l’entrée du lundi 11 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 12 avril 2016, 10 h 03
modifiée le mercredi 20 avril 2016, 9 h 47
Mardi 12 avril 2016.
Saint Jules — 103/263. Plieux. Plutôt bien dormi, levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, en tremblé, dans la salle des Pierres, et nouvel état de la tour, d’entre l’école et l’atelier Sigala, par-dessus la chartreuse. Pas de Céline, rendez-vous médical, déjeuné en bas avec Pierre avant son départ. Agenda. 10:03 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille dans la salle des Pierres, tour et chartreuse la veille, trois photographies du dimanche 10, Centimaison, Chamerolles, Bellegarde. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, trois photographies en noir et blanc du dimanche 10 avril, Combreux, presbytère de Bellegarde, Chamerolles. Bain. Promenade sur le plateau, atelier, lecture par Pierre d’Henri-Irénée Marrou. Communiqué pour l’In-nocence, sur les manifestations de jeunesse. Dîné aux nouvelles. Rien regardé. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Commencé de répondre pour un entretien avec Il Tempo (Antonio Rapisarda). Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mardi 12 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 14 avril 2016, 19 h 48Mercredi 13 avril 2016. Sainte Ida — 104/262. Plieux. Journée de tweetatation frénétique comme la veille, oublié beaucoup du reste. Oublié surtout cet agenda, de sorte que c’est maintenant difficile à reconstituer. Levé sans doute à 7 heures et demie, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, belle vue sur les Pyrénées de la veille au soir. L’IN-NOCENT, donc. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du dimanche 10 avril, forêt d’Orléans, Centimaison, étangs de Centimaison, le tout à Ingrannes. Impromptu de Schubert. Bain. Promenade sur le plateau avec Pierre. Atelier, La Coupe, La Planche (repris le bleu), La Charnière. Lecture par Pierre de La Révolte des masses, repris au début, préface. Communiqué pour l’In-nocence, carton pour le NON. Écrit à Fabrice Robert à propos du livre de Fanny Seguin (ou la veille). Dîné aux nouvelles, quenelles sauce Nantua, carottes, navets. Poires à la vapeur et framboises. Remonté directement. L’IN-NOCENT (Tw. 7450). Entretien pour Il Tempo, toute la soirée. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mercredi 13 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 14 avril 2016, 19 h 57
modifiée le mercredi 20 avril 2016, 9 h 48
Jeudi 14 avril 2016.
 Saint Maxime — 105/261. Plieux. Levé à 7 heures vingt. Très beau temps, très beau matin rose, sorti pour photographier la tour au soleil, de l’est puis du nord, en déplaçant la voiture. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, mais suis emporté par l’élan tweeterien comme les deux jours précédents, d’où considérable désordre. Céline à cet étage, comme tous les jeudis. Le Jour ni l’Heure, tour Sainte-Mère le matin même, Intérieur à Plieux le lundi 11, église Notre-Dame de Bellegarde (1127), troisième image du château de Centimaison, cette fois en couleurs. Relu l’entretien pour Il Tempo, et l’ai expédié à M. Rapisarda. Orgue et chœurs de Duruflé, pas plus d’effet que de son temps. Bain. 70,9. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Coupe, Le Banc, La Charnière, Le Bloc de pierre blanche. Lecture par Pierre d’Ortega y Gasset. //// L’IN-NOCENT. Messages urgents, M. Jay, Karim Ouchikh, etc. Agenda, rattrapé les deux jours précédents, oublié. Dîné aux nouvelles, gnocchis, sauce, pesto, carottes, navets. Salade verte aux avocats. Poire à la vapeur et framboises. Regardé un peu François Hollande, souffert de l’insolence à son égard de la journaliste Léa Salamé, qui lui parle comme si elle était son juge. Remonté vite. L’IN-NOCENT. Suite de la mise à jour de l’agenda. Comptes : + 4271,45 / Remise chèques (livres vendus, Toulouse, 6 avril), + 279,00 / chèque entreprise Sourbès, maçons (coussièges), - 4231,13 / échéance prêt travaux), - 765,01 / vir. caisse de retraite, + 1139,22 / Compte crédit immobilier : - 77.638,65. Agenda. 22:06 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportraits des deux derniers jours, tour, nouvel état, du jour même, intérieur à Plieux du lundi 11, six ou sept photographies du lundi 10 avril, Centimaison, Chamerolles, forêt d’Orléans, Bellegarde, etc. Messages urgents divers. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché peu après deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 14 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 15 avril 2016, 17 h 24
modifiée le samedi 16 avril 2016, 11 h 07
Vendredi 15 avril 2016.
Saint Paterne — 106/260. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et photographie récente du château comme nouveau support d’un “carton” virtuel à propos du banquet du 24. L’IN-NOCENT, ou plutôt le ^, toute la matinée. Parlé toutefois à M. Corbière, pas du tout démonté par mon incapacité à lui dire combien nous serons pour le banquet, car selon lui c’est tout le temps comme ça, les gens ne s’inscrivent pas de la façon indiquée. Le Jour ni l’Heure, autre carton pour le banquet avec la même image en noir et blanc, variations sur le photographie de François Hollande plantant un arbre dans le jardin de l’Élysée, une vue du château de Chamerolles le 10 avril. M. Guérin ici, monte avec lui au sommet de la tour, il prend des mesures pour les fenêtres. Comptes : + 4710,45 (inchangé) / à venir : - 199,27 / Compte de crédit immobilier : - 77. 638,65. Agenda. 17:34/// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, variations sur François Hollande faisant un trou dans le jardin de l’Élysée, invitations au banquet sur fond de tour de Plieux, château de Chamerolles, château de Centimaison, église Notre-Dame de Bellegarde le dimanche 10 avril 2016. Bain. Promenade avec Pierre sur le chemin de La Rouquette, jusqu’à l’embranchement. Atelier, La Coupe, un peu Le Banc, La Planche (refait la bande verte), Le Bloc de Pierre. Remonté vers sept heures. L’IN-NOCENT. Messages divers. Lu Ivan Rioufol. Dîné aux nouvelles, tarte au fenouil et aux champignons. Vu Les Monstres, de Dino Risi. Lu Rioufol. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Entre vivre-ensemble, il faut choisir — ajouté cinq tweets. Journal du jour. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 15 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 16 avril 2016, 11 h 12
modifiée le dimanche 17 avril 2016, 23 h 36
Samedi 16 avril 2016.
Saint Benoît Joseph — 107/259. Plieux. Levé à 7 h 20. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Cent une études d’un champ, 34. Émission de Finkielkraut sur la Grande Guerre puis de Jeanneney sur Histoire du silence, de Corbin. Comptes : + 4642,45 / prél. Orange, - 68,00 / à venir : + 778,73 / Agenda. 11:17 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Étude d’un champ n° 34, Chamerolles le 10 avril. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, vue du sommet de la tour le vendredi 15, parfum Pense à moi ! (de R. Louis, 1926, joli flacon) à Chamerolles et château de Bellegarde le 10 avril. L’IN-NOCENT. Tw. 7500. Véritable frénésie twiterrienne toute l’après-mdi d’après l’anaphore hollandienne “Moi président”, près de cent tweets, programme présidentiel presque complet. Bain. Pas de promenade, pas d’atelier. Dîné aux nouvelles, riz et jardinière de légumes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu un film curieux, excellent scénario, assez piètre réalisation, The Truman Show, de Peter Weir, 1997. Puis essayé de rattraper le retard accumulé, Journal 2016, entrée de la veille relecture et mise en ligne. Entre vivre ensemble, transcris une vingtaine de tweets du jour même. Journal. Couché à 2 heures et demie. 

lire l’entrée du samedi 16 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 18 avril 2016, 0 h 03
modifiée le lundi 18 avril 2016, 9 h 38
Dimanche 17 avril 2016.
Saint Étienne Harding — 108/258. Plieux. * Levés à 8 heures, d’excellent humeur. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très “traité”, et “nouvelle” tour de Plieux, vue du boulevard des Italiens. Frénésie twiterienne, suite. Pierre accroche des tableaux dans la tour, le grand Albertine disparue, L’Entrée de Louis IV d’outre-mer à Boulogne-sur-Mer le 29 mai 937, une autre abstraction, le Oliveiro Rainaldi acheté à Rome en 1986, un des grands Leuconoé au quatrième étage, etc. C’est joli, je trouve. Le Jour ni l’Heure, salle Louis XIII verte à Chamerolles, Pierre dans un miroir à Chamerolles, château de Bellegarde de profil, 10 avril 2016. Parlé à Alain Finkielkraut qui a été bousculé et chassé hier à la manifestation “Nuit debout”. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Coupe, verni Le Banc. Lecture par Pierre de La Révolte des masses. L’IN-NOCENT encore, et surtout ^. Réservé une chambre pour deux nuits à Nîmes, selon les vœux de Pierre. Difficultés informatiques, ne peux plus aller sur Blurb avec l’ordinateur fixe. Dîné aux nouvelles, Finkielkraut, Bruno Le Maire, hallucinant d’inanité. Regardé un peu de La Nuit nous appartient, avec Joaquim Phoenix, mais remonté relativement tôt. ^. Commandé sur Blurb un nouvel exemplaire de Le Jour ni l’Heure 2015, vingt Grand Remplacement (ou quarante ?), quarante Ørop, quarante Révoltez-vous ! Agenda. 00:01 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, tour de Plieux le 14, Pierre à Chamerolles le 10, salle verte à Chamerolles, Bellegarde le 10, autre Bellegarde, “Pensez à moi !”, intérieur du belvédère le 15. Grave difficultés webmatiques, perdu un texte mis sur Facebook et qui était en fait l’entrée de la veille du journal, elle n’était que là. Elle n’y est plus (?). Tentative de reconstitution très partielle. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 17 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 18 avril 2016, 9 h 43
modifiée le mardi 19 avril 2016, 21 h 43
Lundi 18 avril 2016.
Saint Parfait — 109/257. Plieux. Levé à 7 heures 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Intérieur à Plieux, chambre “La Prisonnière” avec le nouvel accrochage. Pierre Rosanvallon à France Culture puis Alain Finkielkraut, qui narre sa mésaventure dans les mêmes termes exactement qu’à moi la veille. Beau temps. Agenda. 09:42 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, Albertine disparue dans La Prisonnière, trois photographies du 10 avril, Pierre à Chamerolles, Bellegarde, salle Louis XIII à Chamerolles. Journal 2016, entrée de la veille (Bruno Le Maire), relecture et mise en ligne publique. Le Jour ni l’Heure, trois vues de La Prisonnière, avec tableaux accrochés. L’IN-NOCENT. Bain. Promenade avec Pierre, boulevard Lou Tapet, remontés par le vallon d‘Enduré, gravi la pente vers La Bordeneuve pour voir la “nouvelle tour” sous cet angle-là, finalement fait le tour et de La Bordeneuve et d‘Enduré, très beau temps. Atelier, La Coupe, bleuté fortement La Porte du Foudre. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, quenelle au … [ici un mot qui se dérobe, pas ketchup, ni coulis, CHUTNEY] de Mrs Benzies, carottes, navets, poire à la vapeur et framboises. Documentaires sur les Romanov, Pierre le Grand, Catherine II — Catherine Ière, Élisabeth et Anna ont été sautées, si j’ose dire, soit par erreur de bobines, soir parce qu’on a pensé, à la chaîne Histoire, que ça n’intéresserait personne. Communiqué pour l’In-nocence. Entre vivre ensemble, il faut choisir (370 tw.). Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du lundi 18 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 19 avril 2016, 22 h 28
modifiée le mercredi 20 avril 2016, 8 h 23
Mardi 19 avril 2016.
Sainte Emma — 110/256. Plieux. Levés à 7 h et 1/2. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, “jeté”, et Albertine disparue à la Prisonnière. Deux charpentiers que je ne vois pas viennent installer le drapeau au sommet de la tour, Pierre les reçoit et leur offre du café tandis que je vais photographier à distance l’opération et son résultat. L’IN-NOCENT. Tour avec le drapeau. Beaucoup de temps passé aussi dans la tour, à la Prisonnière (troisième étage) et dans la “salle de bain” pour l’accrochage d’une douzaine tableaux auquel travaille surtout  et même exclusivement Pierre mais je dois faire des choix d’œuvres et d’emplacement et donc y aller très souvent. Pierre va aussi faire des courses à Agen, des verres pour le “banquet” et de la peinture pour moi. Le Jour ni l’Heure, Souvenir de Saint-Céneri-le-Gérei, dét. (tableau accroché à la Prisonnière), bureau de l’apothicaire à Chamerolles, château vu du bas avec le drapeau. Bain. Retard. Promenade tardive avec Pierre seulement jusqu’à Saint-Vidal. Atelier, verni un des faces de La Planche, La Coupe, La Charnière, mis encore du bleu à La Porte du foudre. Lecture par Pierre d’Ortega y Gasset, qui vraiment m’a beaucoup piqué. Dîné aux nouvelles, patates douces au chutney de Mrs Benzies, carottes, navets, riz, salade verte aux noix. Quelques séquences d’un film de Sidney Lumet sur une famille traquée, mais remonte assez vite. Poursuivi par l’hostilité assez grossière d’un jeune Édouard Danglade, responsable LR en Vendée, semble-t-il, et qui me reproche le prix du banquet de dimanche, qu’il qualifié de « vol organisé » et attribue à la nécessité de restaurer ce château. Comptes, justement : + 5. 802,83 / vir. Kobo Publisher, + 58,28 / remise chèques, vente de livres à Paris, + 210,00 / prél. Le Monde, - 17,90 / vrst espèces (vente de livres à Paris, colloque Illiade, 9 avril 2016, + 910,00 / à venir, - 680,73 / compte de crédit immobilier, - 81.513,51 / Agenda. 23:08:14 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, deux vue du château le jour même avec le nouveau drapeau, quatre photographies de l’accrochage dans la tour, état au dimanche 17 avril 2016, détail de Souvenir de Saint-Céneri-le-Gérei, bureau de l’apothicaire au château de Chamerolles, dimanche 10 avril 2016. Journal 2016, fin de la rédaction, relecture, mise en ligne. Journal.  Oublié l’autoportrait. Couché vers 2 heures. 

lire l’entrée du mardi 19 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 20 avril 2016, 9 h 25
modifiée le jeudi 21 avril 2016, 10 h 15
Mercredi 20 avril 2016.
Sainte Odette — 111/255. Plieux. Levé à 7 h 20. Temps gris mais ça se lève. Oublié l’autoportrait la veille, utilisé un quasi doublon des premières heures, pénultième nuit. Portrait anonyme de femme inconnue du XVIIe s., genre Mme de Sévigné, à Chamerolles. Comptes : + 5802,83 (inchangé) / à venir, -680,73 / compte de crédit immobilier : -81.513,51. Agenda. 09:33 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, dame de Chamerolles, deux vues de Plieux avec le drapeau, bureau de l’apothicaire à Chamerolles, dét. de Souvenir de Saint-Céneri-le-Gérei. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Quitté Plieux avec Pierre à deux heures. Dormi un peu sur l’autoroute entre Valence-d’Agen et  Toulouse. Puylaurens. Abords hideux de Castres. Castres, musée Goya à quatre heures et demie. Junte des Philippines. Philippe IV en chasseur. Exposition Sacksick. Cathédrale. Tour de ville. Retrouvé la maison de Mme Dacier, auj. sous-préfecture. Collège qui fut de Jaurès.  Beaux hôtels maniéristes, très délabrés. Installation  au Grand Hôtel,  jolie  chambre sous les toits, “suite”, jolie vue. Difficultés de connexion, mais le concierge arrange cela. Dîné agréablement à une brasserie voisine,  angle de la grand place, en face de la statue de Jaurès (Europe ?). Promenade nocturne sur l’autre rive. L’IN-NOCENT. Journal (c’est bien, les  “suites”, on ne dérange pas l’autre). Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 20 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 21 avril 2016, 10 h 28
modifiée le vendredi 22 avril 2016, 11 h 40
Jeudi 21 avril 2016.
Castres, Tarn, Grand Hôtel, ch. 411. Levé à 7 h 20. Difficultés de connexion, perd une heure, mais finalement l’obtient (c’est peut-être dû à mon ordinateur, pré-agonisant). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec un détail de La Junte des Philippines, et vue sur Castres à partir du pont aval sur l’Agout. Petit déjeuner en bas, très décevant — pas de buffet, aucun choix, on obtient une maigre assiette de jambon et de fromage, aussi plats l’un que l’autre. L’IN-NOCENT. Pierre retourne au musée. Agenda. 10:27 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, agenda de la veille et autoportrait avec la Junte des Philippines, vue de Castres avec le palais épiscopal, l’Agout et la résidence Pont-Biais. Journal 2016, relecture et mise en ligne, mais toute sorte de difficultés informatiques, dues plus à mon ordinateur qu’à la connexion de l’hôtel. De plus Pierre a éteint l’électricité de la chance par inadvertance en sortant faire un tour et après un moment l’ordinateur s’arrête tout à fait, travail perdu. Fumées noires, en spirales (dans la bulle). Bain. Quitté l’hôtel et Castres vers midi. Belle usine 1955, en sortant. Lac de la Ravière, La Salvetat-sur-Agout. Bernicot, maison des Valette au col de la Baraque. Saint-Pons-de-Thomières,  cathédrale. Minerve. Hélas il pleut, comme toute la journée. Promenade sous Minerve, autoportrait au Grant Pont (plutot un tunnel naturel).  Re-Saint-Pons. Olargues.  Prieuré de  Saint-Julien-d’Olargues. Superbe église  romane de Saint-Pierre-de-Rhèdes.  Lamalou-les-Bains, horrible chaos urbanistique. Évité Bédarieux. Traversé Clermont-l’Hérault. Ceyras. Saint-Félix-de-Lodez. Saint-Sulpice-de-Lucian. Arboras. La Font-du-Griffe. Les Lavagnes. Pégairolles-de-Buèges (exploré  le village, à la nuit tombante). ). Saint-Jean-de-Buèges, même jeu. Brissac, montés au château. Ganges. À Nîmes vers 10 heures. Hôtel Impérator. Chambre retenue sur le jardin, mais nous font passer dans une “suite” (à une seule pièce) sur la place, commis l’erreur d’accepter, c’est assez bruyant. Beaucoup de mal a trouver un restaurant encore ouvert sans sonorisation tonitruante. Finalement échoués dans un japonais proche du Carré d’art, musique asiatique très en sourdine, c’est tout de même moins pénible. L’IN-NOCENT. Journal. Couché à 1 heure.

lire l’entrée du jeudi 21 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 22 avril 2016, 11 h 47
modifiée le samedi 23 avril 2016, 10 h 05
Vendredi 22 avril 2016.
Nîmes, hôtel Imperator, ch. 112. Bien et beaucoup dormi. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à Minerve, et Pégairolles-de-Buèges, et la Maison Carrée. Excellent petit déjeuner en bas, jambons divers, saucisson, saumon, fromages, nectar de pêche, champagne, café, compote de poires, muesli autopréparé, cake à la vanille et aux amandes. L’IN-NOCENT. Agenda, beaucoup de difficultés informatiques encore, mais cette fois c’est le serveur : Safari très lent, bon fonctionnemment de Firefox. 11:46 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait à Minerve, Pégairolles-de-Buèges et Maison carrée. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Pas de bain. Souris vers 1 heure. Carré d’Art, accrochage “Bob Calle”, très rétro, années 80, bien. Église Saint-Paul, 1846. Musée des Beaux-Arts, Moissonneuse endormie de de Troy, portrait de Liszt à quinze ans, jolis paysages locaux du XIXe siècle, etc. Repassés à l’hôtel. Bain. Ressortis à 5 h - le 1/4. Partis pour Cavaillon. Contourné Beaucaire et Tarascon. Longé Saint-Rémy-de-Provence. Cavaillon. Retrouvé MM. Daram & Bertrand sur la place du Clos. Verre avec M. Daram sur le place du Clos. Marché avec lui jusqu’au lieu de la conférence : cathédrale Saint-Véran, très haute façade du couvent des bénédictines,  jolie chapelle de l’Hôpital (1755), porte d’Avignon. Cours Gambetta. Lieu de la conférence, beaucoup de monde, salle comble. Présentation, puis conférence, improvisée. Dîner sur place : à ma droite Mme Bompard, maire de Bollène,  en face M. Daram et le présentateur.  Vendu er dédicacé une vingtaines de livres (520 €). Rentrés vers minuit, vu deux très belles choses illuminées : l’hôtel château de Roussan, XVIIe-XVIIIe s., magnifique allée, très belle façade très bien administrée ; chapelle Saint-Laurent, romane, à Jonquières-Saint-Vincent.  Retour l’hôtel Imperator de Nîmes vers 1 h & 1/2. Autoportrait, avec Pierre par inadvertance. Journal. Couché à 2 heures et 1/2. 

lire l’entrée du vendredi 22 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 23 avril 2016, 10 h 04
modifiée le dimanche 24 avril 2016, 9 h 41
Samedi 23 avril 2016.
Nîmes, hôtel Imperator, ch. 112. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, portrait de Liszt à quinze ans par Jean Vignaud, musée de Nîmes. Déjeuné en bas, excellent, mais pas très agréable, le maître d’hôtel parle beaucoup trop fort, et nous avons pour voisins une famille nombreuse avec des enfants pénibles, dont l’un ne cesse de courir à un ordinateur de jeu qu’il a disposé sur une autre table. Jambon blanc, jambon cru, saucisson, saumon, camembert, cantal, bleu, nectar d’abricot, champagne, café, muesli auto-composé, compote de poire, fromage blanc, confiture de framboises sauvages, figue, noix, raisins secs, tranche de saké à la vanille. Agenda. 10:03 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et portrait de Liszt à quinze ans par Jean Vignaud au musée de Nîmes. Journal 2016, entrée de la nuit, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Quitté l’hôtel Imperator vers 11 heures et demie, brève promenade sur le quai de la Fontaine, puis passé au palais de la Fadaise et à la porte de France. Autoroute. Dormi jusqu’à Narbonne. Toulouse. Quitté l’autoroute pour Grenade-sur-Garonne, où visité la belle église où pourrissent d’immenses tableaux, souvent de Jean-Baptiste Despax. Vu aussi quelques beaux hôtels dont celui d’un Trésorier général, à l’angle de la place de la Halle. Aucamville. Magnifique ferme néoclassique à colonnes doriques, commune de Savenès. Beaumont-de-Lomagne. Castéron. À Plieux vers 6 heures. L’IN-NOCENT. Coup de téléphone de Mme le maire qui fait écho d’inquiétudes exprimées dans le village pour les troubles à l’ordre public que pourrait entraîner mon banquet. Karim Ouchikh et M. Cédric Millard, responsable des relations publiques du Siel ici à 8 heures et demie. Pâté de la mère de Pierre et crémant de Bordeaux de ma tante dans la bibliothèque. Poulet au citron et pommes de terre, vacherin, poires à la vapeur et glace rhum-raisin, côtes de Duras, puis armagnac d’Eugénie Bastié. Raccompagné nos hôtes à leur maison d’hôtes, à l’autre bout du village. L’IN-NOCENT. Journal. Autoportrait. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du samedi 23 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 24 avril 2016, 9 h 35
modifiée le lundi 25 avril 2016, 10 h 27
Dimanche 24 avril 2016.
Souvenir des Déportés — 115/251. Plieux. Beaucoup trop bu, mélanges, armagnac, à peine fermé l’œil. Réveillé à cinq heures, tout sommeil impossible. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et belle ferme à Savenès, entre Aucamville et Bouillac. Déjeuner en bas avec Pierre, à peine. Le temps est malheureusement pluvieux, gris et froid. Agenda. 09:34 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et ferme à colonnes de Savenès. Rangements. Bain. Dames du Petit Feuillant, qui disposent les tables en bas. "Banquet antiremplaciste”. Premier participant, M. Philippe Raggi, venu de Vendée. Mme Danielle Levin amenée de Lectoure par M. Dellinger. M. Éric Dupin, observateur. Karim Ouchikh et Cédric Milhat, resp. président et chargé des relation publiques du Siel, qui sont logés aux Claoues chez M. & Mme Loichaut (et en sont très satisfaits). M. François Jay, responsable du même Siel pour la Gironde, et sa fiancée ukrainienne Kristina se sont trompés de château de Plieux et sont allés à l’autre, près de Condom. M. Philippe Raynal Simon, venu de Saint-Girons. Jeanne Lloan. Mme François Monestier, de Polemia, avec un message de Jean-Yves Le Gallou. M. Marco Santi, président du parti “Démocratie populaire” belge, et son hôte de La Sauvetat. Gabrielle Robin, secrétaire général de la commission culturelle du Front National, et sa compagne. Group de trois personnes dont une dame de Layrac, mère d’un jeune homme et de sa compagne. Homme très grand aux cheveux longs, habitant Neuilly et diverses relations facebookiennes. Etc. Verre dans la bibliothèque, champagne au sommet de la tour (mais il y fait grand froid). Survenue d’un journaliste du “Petit Journal”  (pas de Canal +, de Fleurance). Banquet proprement dit, dans la première salles des gardes. Trois foies gras, magret de canard grillé et divers soufflé de légumes, fromages, assortiment de petits desserts. Vin blanc doux, vin rouge du Brulhois. Brèves allocutions entre le fromage et le dessert, Je, Karim Ouchikh, Marco Santi, Gabriel Robin, Cédric Milhat, François Jay. Mme Danièle Lavauden nous a rejoints au dessert, non, fromage. Café dans la bibliothèque. Psychiatre toulousain, tard-venu, M. Raynal. Coup de soleil. Fais le portrait de Mme Levin, devant la carte des Vents. Remercie M. Corbières, de l’auberge de Gramont, et toute son équipe, très appréciés par tous. Raccompagne plusieurs personnes jusqu’à la place du village. Me change. Retour de M. Dupin, qui a oublié quelque chose. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. L’IN-NOCENT. Dîner aux nouvelles, très réduit — poires à la vapeur et framboises. Revu Ed Wood, très bien, de Tim Burton, avec Johnny Depp, charmant (suis-je l’Ed Wood de la politique ?). Repris Entre vivre ensemble, mais tombe de sommeil. Journal, id. Oublié l’autoportrait. Couché à 8 h. 

lire l’entrée du dimanche 24 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 25 avril 2016, 10 h 35
modifiée le mardi 26 avril 2016, 10 h 09
Lundi 25 avril 2016.
Saint Marc — 116/250. Plieux. Bien et beaucoup dormi, levé à 7 heures 20. Assez beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de veille, doublon du précédent, nuit pénultième, et portrait de Mme Danielle Levin. Payé 3.032 € d’impôts trimestriels, autoentreprise (chiffre d’affaires : 16.1999 (livres + 1 tableau vendu). 10:32 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et portrait de Mme Levin. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies patrimoniales du samedi 23 avril, hôtel du Fermier général à Grenade-sur-Garonne, belle maison Charles X en çà d’Aucamville, mairie d’Aucamville (Tarn-et-Garonne et non pas Haute-Garonne, cartes deux existent). Bain. M. Éric Dupin ici à 4 heures pour un entretien destiné à son livre. Café complètement raté. Pierre veut aller faire des courses à Lectoure pour inviter M. Dupin à dîner, peut-être après une promenade partagée, mais notre hôte a un rendez-vous et l’entretien prend fin quand je pensais qu’il commençait à peine, après deux bonnes heures tout de même. Raccompagnons M. D. à sa voiture sur la plaza mayor (il est à Saint-Clar chez les Courtès) puis marchons jusqu’au Cassé. Atelier, repris la couverte 60x60 aux quatre jaunes, Assameur, tachée dans l’atelier et qui va devoir être entièrement repeinte, mais peut-être pour le meilleur (c’est bien parti). Communiqué pour l’In-nocence, sur la victoire du FPÖ en Autriche, inachevé, puis oublié. Dîné aux nouvelles, restes du poulet de samedi, mais il y en a très peu, et du vacherin, et surtout de la glace. Suites de la série de la chaîne Histoire sur les Romanov, avec d’incroyables erreurs, surtout dans la traduction (le “blocage continental”…). Entre vivre ensemble, 423 tweets (j’essaie d’avoir le livre prêt pour Béziers). Journal. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du lundi 25 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 26 avril 2016, 10 h 15
modifiée le mercredi 27 avril 2016, 9 h 49
Mardi 26 avril 2016.
Sainte Alida — 117/249. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Temps pisseux et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et hôtel de M. Albert Hérisson à Nîmes, quai de la Fontaine, par “Paul Neno” (sur un panneau didactique), sans doute plutôt (?) Henri-Paul Nénot, 1853-1934, prix de Rome en 1877, séjourne à la villa Médicis de 1878 à 1881 (architecte du palais des Nations à Genève, 1934). Agenda. 10:14 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, hôtel Hérisson à Nîmes le 23 avril, trois autre photographies du même jour, Grenade-sur-Garonne, Aucamville. Journal 2016, Insoumission, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois hôtels particuliers de Nîmes le 23 avril 2016 au matin, quai de la Fontaine. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Atelier, couverte 60x60 aux quatre jaunes, suite de la reprise, moins satisfaisante que la veille, et attaqué la baignoire, que peint en jaune pâle (parce que c’est tout ce qu’il y  a — de toute façon c’est seulement pour faire un fond). Tél. de David Reinharc, cf. L’Assassinat de la France, de Philippe Martel, cf. Béziers, de Marcel Meyer, cf. le règlement du banquet. Remonté vers 5 heures. Entre vivre ensemble, il faut choisir, mais vives attaques de sommeil. Dîné aux nouvelles, omelette aux pleurotes, salade verte aux noix et aux tornades apéritives, poire à la vapeur et myrtilles à la glace à la vanille. Vu un film de Robert Redford avec Tom Cruise et Meryl Streep, Lions et Agneaux, Lions for Lambs, 2007. Entre vivre ensemble, suite, c. 470, mais nouvelles attaques de sommeil. Journal, à peine. Couché à minuit. 

lire l’entrée du mardi 26 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 27 avril 2016, 9 h 57
modifiée le jeudi 28 avril 2016, 19 h 31
Mercredi 27 avril 2016.
Sainte Zita — 118/248. Plieux. Levé à 7 heures. Temps gris et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec le bonnet soviétique de Berlin, et intérieur de l’église Notre-Dame de l’Assomption de Grenade-sur-Garonne, 23 avril 2016. Comptes : + 11.878,83 / Remise chèques, 6.118,00 (6000 vente tableau Petit Aleph noir M. Antoine Arnoux + 118,00 livres vendus à Cavaillon) / versement espèces automatique, 750, 00, livres vendus à Cavaillon (350 €- + remboursement forfaitaire frais de déplacement, 300 €) / chèque, - 792,00, facture M. Thouin, architecte des M.H. / à venir, - 1929, 37 / compte de crédit immobilier : - 81.513,51. Agenda. 10:09 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et église de Grenade sur-Garonne, trois hôtels particuliers de Nîmes, quoi de la Fontaine. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, belle ferme néoclassique à Savenès, portrait de Mme Foulc par Sigalon, musée de Nîmes, vue intérieur du musée, avec perspective sur le grand Jean-Baptiste de Reynaud Levieux. Promenade avec Pierre au Cassé.    Atelier, attaqué la baignoire (Marat ? ou Hommage à Charlotte Corday ?). L’IN-NOCENT. Entre vivre ensemble. Dîner aux nouvelles, tarte aux champignons et au fenouil, salade verte, poires à la vapeur et myrtilles et glace à la vanille. Vu une émission de la chaîne “Toute l’histoire” sur les relations de famille et la diplomatie entre Grande-Bretagne, Allemagne et Russie de 1864 (la Guerre des Duchés) à 1918 — intéressant, instructif, mais plein d’erreurs affreuses. Entre vivre ensemble : attaque de sommeil, m’obstine néanmoins et perd tout mon travail par une fausse manipulation : voulais arriver à 500, retombe à 468. Journal. Couché à minuit. 

lire l’entrée du mercredi 27 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 28 avril 2016, 19 h 54
modifiée le vendredi 29 avril 2016, 9 h 41
Jeudi 28 avril 2016.
Sainte Valérie — 119/247. Plieux. Réveillé à 6 heures et et demie, levé aussitôt, furieux de la perte de la veille au soir, travaillé sans discontinuer et sans m’occupere de rien d’autre jusqu’à midi et demi et mené le livre jusqu’à six-cents tweets — à ce rythme le livre serait “terminé” en quatre jours … Le Jour ni l’Heure du matin et de midi en une seule session à midi, autoportrait de la nuit, château de Saint-Jean-de-Buèges le 21 avril, Alberola du Carré d’Art de Nîmes, église Saint-Paul et la fameuse Moissonneuse de de Troy au musée des Beaux-Arts, 23 avril. Bain. Lecture par Pierre de Languedoc roman sur Saint-Pierre de Rhèdes et Saint-Pons de Thomières. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, La Baignoire, suite, bain de sang. Lecture par Pierre de La Révolte des masses, suite. L’IN-NOCENT, quatre ou cinq tweets “généraux” (non liés à l’actualité). Comptes : + 11.878,83 (inchangé) / à venir : - 2479,72. Agenda. 19:52 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, cinq photographies de Nîmes le 22 avril (Sigalon, de Troy, Alberola, Levieux, église Saint-Paul), une de Saint-Jean-de-Buèges le 21, une autre de la ferme de Savenès le 23. Dîner aux nouvelles, quenelles, jardinières de légumes, salade verte, poires à la vapeur, framboises, myrtilles et confiture de figues. Vu un documentaire ancien sur Hitler de la rive gauche du Rhin au protectorat de Bohême-Moravie. Journal 2016, entrée de la veille, relecture-écriture et mise en ligne. Écrit à Éric Dupin, à un étudiant qui veut faire un entretien, à l’éditeur allemand (nouveau tirage, 2000 €), à un éventuel éditeur tchèque, etc. Journal. Autoportrait. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 28 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 29 avril 2016, 9 h 54
modifiée le samedi 30 avril 2016, 10 h 19
Vendredi 29 avril 2016.
Sainte Catherine de Sienne — 120/246. Plieux. Levé à 8 h - 10. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et photographie de l’immeuble résidence du Pont-Biais, à Castres, dont je n’ai pu, néanmoins, découvrir ni la date ni l’architecte — d’autre part c’en est seulement la moitié. Comptes : + 11.912,58 € (inchangé) / À venir -2.513,47 € / Prévisionnel 9.399,11 €. Agenda. 09:54 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et immeuble 1960 (?) à Castres (résidence du Pont-Biais), trois photographies faites à Nîmes le 22 avril (Alberola, de Troy, Saint-Paul). Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de La Junte des Philippines à Castres. Délais rigoureusement respectés. Bain. Promenade avec Pierre. Découvert un essaim d’abeille juste au-dessus du portail sud. Prévenu M. Dulau qui travaillait à la Garrière et qui prévient M. Claverie, apiculteur. Tour par le bois, le chemin de la rivière, le vallon d’Enduré. Photographié au retour les iris, au pied de l’église. Parle à Mme le maire, qui passait en voiture. Atelier. Pierre assiste à l’opération de translation des abeilles par M. Claverie dans une ruche apportée par lui, avec enfumage, comme dirait Marine Le Pen, des résistantes — une opération rondement menée. La Baignoire, ou Marat, ou La Mort de Marat, ou Hommage à Charlotte Corday. Lecture par Pierre, désapprobatrice de sa part (il trouve Spengler très supérieur) de La Révolte des masses, d’Ortega y Gasset. Remonté à cinq heures. Thé pour prévenir les attaques de sommeil. Entre vivre-ensemble, il faut choisir : de 600 à 663. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, soja, salade verte, poires à la vapeur et framboises et myrtilles. Épouvantables tranchées, à hurler, pendant une vingtaine de minutes, débouchant sur une débâcle pacificatrice (vieux médicament de M. D., ressortis de derrières les fagots ?). Entre vivre ensemble, il faut choisir, conduit victorieusement à 700 tweets. Journal. Couché peu après 2 heures. 

lire l’entrée du vendredi 29 avril 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 30 avril 2016, 10 h 56
modifiée le dimanche 1er mai 2016, 9 h 37
Samedi 30 avril 2016.
Saint Robert — 121/245. Plieux. Levés à 8 heures. Assez beau temps pâle. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, avec La Baignoire, et iris mauve pâle de la plate-bande de l’église. Émission de Finkielkraut sur les vaches, bien. Comptes : + 9499,11 / 29/04 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES-CNCESU ECH/290416 ID-584,10 €  / 29/04FACTURE CARTE DU 23/04/16 HOTEL IMPERATOR NIMES CARTE 49 -366,68 €  / 29/04 FACTURE CARTE DU 170416 LULU ENTERPRISE CARTE 4974XX (commande de livres) -353,52 € / 29/04 FACTURE CARTE DU 170416 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -302,27 € (commandes d’un album Le Jour ni l’Heure et de Grands Remplacements) //// 29/04 FACTURE CARTE DU 21/04/2016 GRAND HOTEL CASTRES CARTE 4974 -152,00 € /// 29/04 FACTURE CARTE DU 190416 SARL ARTEMPO AGEN CARTE 4974XX -137,90 € (peinture) //// 29/04 FACTURE CARTE DU 17/04/2016 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX-136,16 € (album Le Jour ni l’Heure, exemplaire test) //// 29/04 FACTURE CARTE DU 16/04/16 GERSALI SA LECTOURE CARTE 4974 -128,93 € (????) (champagne pour le banquet du 24) / 29/04 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 € (mécénat) ///// 29/04 FACTURE CARTE DU 19/04/16 GEANT CG818 BOE CARTE 4974XXXX -94,42 € (verres pour le banquet) / 29/04 FACTURE CARTE DU 20/ 04 16 DAC VAL FLEURI MIRADOUX CART -73,82 € (essence, départ pour Cavaillon) / 29/04 FACTURE CARTE DU 08/ 04 / 16 LEO RESTO CLERMONT FERR CARTE -69,37 € (essence à Pech-Montat ???) ///// 29/04 FACTURE CARTE DU 20/04/16 MUSEE GOYA TPE CASTRES CARTE 4 -36,10 € (catalogues) / 29/04 FACTURE CARTE DU 23/04/2016 ASF RUEIL MALMAIS CARTE 4974XX -25,30 € ///////29/04 FACTURE CARTE DU 08/04/2016 COFIR LA FOLIE- RUEIL MALMAIS -19,40 € //// 29/04 FACTURE CARTE DU 100416 ASF RUEIL MALMAIS CARTE 4974XX -18,00 € 29/04 / FACTURE CARTE DU 20/04/2016 ASF RUEIL MALMAIS CARTE 4974XX -8,90 € //////29/04 FACTURE CARTE DU 100416 COFIR ALLAINES RUEIL MALMAIS -6,60 € //// 28/04VIR SEPA RECU /DE APPLE /MOTIF CCI : 0075554822,ITUNES +33,75 € ///// Visite de M. C. de l’auberge de Gramont, facture pour 40 couverts comme convenu (nous étions finalement 28), mais je ne comprends pas pourquoi il n’a pas laissé ce qui pouvait l’être des restes (foie gras, magret, fromage, vins), également comme convenu. Dis que nous pouvons venir dîner à l’auberge gratuitement à quatre ou cinq quand nous voulons. Agenda. 11:06 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, avec La Baignoire, et iris à Plieux, près de l’église, la veille également, plus trois vues de La Junte des Philippines, Castres, mercredi 20 avril 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique. Le Jour ni l’Heure, deux images de La Baignoire et vue d’Olargues, jeudi 21 avril 2016. Café. Bain. Lecture par Pierre de Ronald Sème, La Révolution romaine. Désagréable promenade sur le plateau, jusqu’aux chênes : pluie froide, vent glacial. Atelier, La Baignoire, vient bien. Lecture par Pierre d’Ortega y Gasset. Thé, pour lutter contre le sommeil, à titre préventif. Entre vivre ensemble, suite. Dîner aux nouvelles, tarama, humous et blinis, salade verte, poire à la vapeur, framboises et myrtilles. Un peu d’un film de Ken Loach, histoire d’amour dans le lumpen-proletariat de Glasgow. Remonte à la moitié, avant que ça ne tourne tout à fait mal. Entre vivre ensemble, suite : 800 tweets. Journal. Couché à 1 heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 30 avril 2016 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site