Le Jour ni l’Heure
mai 2016

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 1er mai 2016, 9 h 45
modifiée le lundi 2 mai 2016, 9 h 47
Dimanche 1er mai 2016.
Fête du Travail (Férié) — 122/244. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Très beau temps froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Compression de César au Carré d’Art de Nîmes, 22 avril 2016. Déjeuné en bas avec Pierre, abus de poires confites. Agenda. 09:44 //// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et compression de César au Carré d’Art de Nîmes le 22 avril, Olargues le 21 avril, deux photographies de La Baignoire le vendredi 29. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Entre vivre ensemble, 837 à midi et demi. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 22 avril à Nîmes, Richard Long au Carré d’Art, avec les nuages, esclave en short d’Hippolyte Flandrin à l’église Saint-Paul, paysage d’Alfred Bergier au musée des Beaux-Arts. Café. Op. 117 de Brahms à la Tribune des critiques de disques, Jérôme Bastianelli, Bertrand Dermoncourt. Promenade avec Pierre au Cassé, beau temps étonnamment froid. Parlé à Jacques Aeberhard au retour. Atelier, La Baignoire, continue d’évoluer très bien, lecture par Pierre d’Ortega y Gasset, La Révolte des masses. Remontés vers 5 heures et 1/2. Entre vivre ensemble, suite, 883 au dîner. Dîner aux nouvelles, troubles dans les Andains, tarama, raviolis aux cèpes, carottes, navets, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu Pompei, 2014, de Paul Anderson, avec Kit Harrington. Entre vivre ensemble, 900 tweets. Journal. Couché à 1 h et demie. 

lire l’entrée du dimanche 1er mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 2 mai 2016, 9 h 59
modifiée le mardi 3 mai 2016, 10 h 34
Lundi 2 mai 2016.
Saint Boris — 123/243. Plieux. Peu dormi, levé à 7 heures. Beau temps froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et palais épiscopal de Castres, 1672, Jules Hardouin-Mansart, 1646-1708. Agenda. 09:59 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et palais épiscopal de Castres le 20 avril, trois photographies de Nîmes le 22 : Richard Long, Hippolyte Flandrin, Alfred Bergier. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, bât. industriel à Castres (auj. centre administratif Pierre Fabre), Bernicot, dét. du portail roman de Saint-Pons-de-Thomières, jeudi 21avril. Satie. Promenade sur le plateau, enfin un peu de chaleur au soleil, malgré le vent. Parlé au retour à la nouvelle voisine, dame de l’ex-maison C. [nom m’échappe, Jean …, Cabane, Cadarcet, CAPÉRAN] et à M. Trikovski. Rejoints au milieu de la conversation par Pierre qui allait à ma rencontre. Atelier. La Baignoire, forte dérégularisation. Lecture par Pierre d’Ortega y Gasset. Remontés vers 5 heures et demie. Parlé deux fois à M. Guillaume Cabane, cf. Béziers. Puis à M. Yannick Pohon, cf. Entre vivre ensemble. Entre vivre ensemble, justement, mais avec beaucoup moins de succès ou en tout cas de rapidité que les deux jours précédents. 937 au dîner. Dîner aux nouvelles, pommes de terre, fenouil et salade verte, un camembert entier à nous deux, vin rouge de (j’ai oublié — insignifiant, d’ailleurs). Remonté assez vite. Entre vivre ensemble, mais le choix final est assez lent, forcément : arrivé seulement à 967 à 1 h du matin, et tombe de sommeil. Journal en dormant. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du lundi 2 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 3 mai 2016, 11 h 02
modifiée le mercredi 4 mai 2016, 12 h 52
Mardi 3 mai 2016.
Saints Philippe & Jacques — 124/242. Plieux. Levé à 8 heures. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et cartouche du buste de Léon Ménard au musée des Beaux-Arts de Nîmes. L’IN-NOCENT. Comptes : 9.583,26 € À venir -651,95 € | Prévisionnel 8.931,31 € /// VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.FR /MOTIF PAYMENT.: 35412 +53,14 €  /// 02/05 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.DE /MOTIF PAYMENT.: 35450 +17,60 € //// 02/05 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.IT /MOTIF PAYMENT.: 35404247 +13,41 €. Entretien téléphonique avec M. Pierre d’Almeida, étudiant. Agenda.11:37 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et cartouche du buste de Léon Ménard au musée de Nîmes, trois photographies du jeudi 21 avril 2016, centre administratif Pierre Fabre à Castres, Bernicot, Crucifixion de l’ancienne façade de la cathédrale de Saint-Pons-de-Thomières. L’IN-NOCENT. Journal 2016, entrée de la veille, suite. Fort accès boulimique, mangé seul un pot de foie gras, pain grillé, vin rouge très quelconque, confiture de figues de l’Ardèche. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux du musée des Beaux-Arts de Nîmes le 22 avril 2016, Chabaud, Colin, Seyssaud. Bain. Promenade au Cassé, boulevard extérieur du Cassé, beau temps. Parlé à la nouvelle voisine. Pierre au retour. Atelier, La Baignoire, suite. Lecture par Pierre d’Ortega y Gasset, fin. Tél. de Philippe Martel. L’IN-NOCENT. Journal 2016, entrée de la veille, mise en ligne. Mis également en ligne, publique, l’entrée de l’avant-avant-veille. Communiqué pour l’In-nocence, sur les négociations Tafta. Dîné aux nouvelles, pomme de terre douce au chutney de Mrs Benzies, courgettes, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Émission de Stéphane Bern sur Laurent le Magnifique, bien, superbe villa de Poggio a Caiano, sauf les sections filmées ad hoc, acteur pas du tout ressemblant et surtout décor rococo-Napoléon III absurde. L’IN-NOCENT. Entre vivre ensemble, arrivé à 1001 tweets, sans doute pas tous définitifs, mais tout ajout impliquera un retrait. Journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du mardi 3 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 4 mai 2016, 14 h 22
modifiée le samedi 7 mai 2016, 18 h 36
Mercredi 4 mai 2016.
Saint Sylvain — 125/241. Plieux. Levé à 7 heures et demie, beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et La Baignoire, état au 3 mai 2016. L’IN-NOCENT, toute la matinée, sans grand sens. Le Jour d’Heure, Chronologie, puis trois images du palais épiscopal, musée Goya, mercredi 20 avril 2016, escalier, Lluis Borrassa, La Flagellation du Christ, Federico de Madrazo, Mme de Scott. Comptes : + 9.583,26 € (inchangé) /À venir -1.867,76 € / Prévisionnel 7.715,50 € / Agenda. 14:33 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et La Baignoire le 3 mai 2016, trois tableaux de Nîmes le 22 avril 2016, trois photographies de Castres le 20 avril 2016 : escalier du musée, Flagellation de Lluis Borrassa, Mme de Scott par Federico de Madrazo, 1843. Bain. Promenade avec Pierre, été au Cassé, retour par le boulevard extérieur nord (du Cassé). Atelier, La Baignoire, lecture par Pierre du texte d’Ortega y Gasset sur Mirabeau. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Entre vivre ensemble, échanges, puis ajouts purs et simples (abandonné la contrainte de 1001 tweets). Diné aux nouvelles, tarte aux courgettes, carottes, poireaux, champignons, excellente. Salade verte. Poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Rien regardé, remonté très vite, Entre vivre ensemble encore, nombreux ajouts, dédicace, épigraphe. Travaillé à une mise à jour des pages “du même auteur” (pour Entre vivre ensemble). Journal. Autoportrait. 

lire l’entrée du mercredi 4 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 5 mai 2016, 9 h 55
modifiée le samedi 7 mai 2016, 18 h 54
Jeudi 5 mai 2016.
Ascension (Férié) — 126/240. Plieux. * Levés à 8 heures. Très beau matin, très lumineux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et La Baignoire, face claire, état de la veille. Déjeuné en bas avec Pierre. Agenda. 09:54 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et La Baignoire, trois tableaux de Castres le 20 avril. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 21 avril, Saint-Pons, grille de la cathédrale, petit palais voisin (hôtel Bourguignon de Saint-Martin, sous préfecture jusqu’à 1926, et paysage très “traité”, à la Samuel Palmer, environs d’Olargues, vallée du Jaur). Bain, lecture par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine, passionnant. Promenade avec Pierre sur le plateau. Atelier. La Baignoire, suite. Lecture par Pierre du Mirabeau d’Ortega y Gasset, dans la très jolie édition Sables, de Pierre Nouilhan. Nombreux ajouts pré-ultimes à Entre vivre ensemble, etc. Conversation avec M. Pohon. Dîné aux nouvelles, rien regardé, ajustements et ajouts encore. M. Pohon envoie le texte à Lulu, j’en commande prématurément deux exemplaires d’essai, en mode ultra express et passablement ruineux. Journal. Couché à trois heures du matin. 

lire l’entrée du jeudi 5 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 7 mai 2016, 19 h 27
modifiée le samedi 7 mai 2016, 19 h 31
Vendredi 6 mai 2016.
Sainte Prudence — 127/239. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail, grand château fort, d’un Couronnement de la Vierge d’Heirick Creeft (???), “actif à Anvers en 1538”. J’ai commandé trop tôt les exemplaires de test d’Entre vivre ensemble, en fait il y a encore beaucoup de choses à régler, la plus grande part de la journée y passera, d‘où grand désordre et même oubli de l’agenda, à peu près sans précédent. Retour de la belle saison, sporadiques aboiements du chien de Mme Le Coz, à peu près toute la journée — il faut se barricader sur le versant sud, mais il attaque aussi de ce côté-là, en pension chez les T., ou en promenade avec sa maîtresse.  Le Jour ni l’Heure de midi, toutefois, jeune danseur arabe et filiforme à Nîmes, Lucrèce Borgia du musée de Nîmes, jolie chapelle Louis XV de l’Hôtel-Dieu (arch. ?) à Cavaillon, 1755, le tout du vendredi 22 avril, avant et après la conférence. Bain, lecture de Ronald Syme, suite (sévère avec Cicéron). Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Baignoire, versant pâle (jaune, rose gris) va bien mais versant tricolore me donne beaucoup de fil à retordre. Lecture par Pierre du Jugement dernier, de Luc Delisse. Communiqué pour l’In-nocence (les sanctions contre les pays récalcitrants aux contingents de “migrants”). Assez longue séance de travail téléphonique avec M. Yannick Pohon. Dîné aux nouvelles, Sadik Khan décidément élu maire de Londres. Patates douces au chutent [chutney] de pêches de Mrs Menzies [Benzies, inexplicables méfaits du correcteur automatique]. Poires à la vapeur et framboises et myrtilles. Petits gâteaux à la noix de coco achetés par Pierre pour une visite le lendemain matin. Remonté presque aussitôt. Ajouts à Entre vivre ensemble encore, italiques, corrections, quatrième de couverture, référence du tableau, etc. Commencé à travailler sur les divers documents envoyés par Philippe Martel, “Avant-Garde”, Jean-Yves Le Gallou (excellent), etc., notes marginales, commentaires, mais qui n’aideront pas beaucoup Martel car ce qu’il souhaiterait c’est une synthèse. Longue visite du chat siamois très joli et très gentil des Saint-Geniès. Journal. Couché à 1 h et 1/2, mais difficultés avec le chat, toujours là, et qui semble décidé à dormir sur nos épaules et nos visages — après une bonne heure de cette comédie, dans le noir, Pierre doit finalement l’expulser , à mon relatif embarras car je ne voudrais pas le vexer (le chat). 

lire l’entrée du vendredi 6 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 7 mai 2016, 19 h 57
modifiée le dimanche 8 mai 2016, 19 h 31
Samedi 7 mai 2016.
Sainte Gisèle — 128/238. Plieux. Levé à 8 heures, beau temps venteux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième et détail de La Junte des Philippines, Castres, 22 avril. M. Pohon n’a pas fini les travaux sur Entre vivre ensemble, j’en profite pour deux ou trois ajouts encore, mais cette fois ce sont des fonds de tiroir. Visite de l’ancien sous-préfet, aujourd’hui à Draguignan, avec deux de ses trois fils, Julien, le chartiste, qui sera cet été à Rome à la Trinité-des-Monts, et Clément qui, dit-il drôlement, prolonge la branche mathématique de la famille. Montons au sommet de la tour. Café, jus de fruits, floc. Raccompagne la famille P. sur la Plaza Mayor. Marmonnements narquois, parce que je parle à son chat (roux), de la voisine, au retour, qui décidément cherche la bagarre (nous ne nous occupons pas du tout d’elle et ne la dérangeons jamais en rien, je crois). Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Castres le 20 avril, Francisco del Mazo de Goya en “Karim Ouchkh” (ils se ressemblent beaucoup, je trouve), Maternité de Joaquim Sunyer (1928), assez vilain mais assez plaisant  Don Quichotte de Carlos Vazquez y Ubeda. Bain. Début de lecture de Sème [correction automatique pour Syme, Ronald Syme], mais téléphonage de Flatters, que prend Pierre mais auquel je parle une fois extrait de la baignoire [not La Baignoire]. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, La Baignoire, mais grandes difficultés avec  le côté “tricolore”, qui vient d’autant plus mal que je n’ai plus du bleu qui convient. Lecture par Pierre du livre de Luc Delisse, Le Jugement dernier, très bien (il l’avait présenté à tort comme un “roman érotique”, genre contre lequel j’ai un fort préjugé”). Remonté vers 6 h. Entre vivre ensemble, trois ajouts encore, raclements de fonds de tiroir. Agenda, mais je m’aperçois que j‘ai oublié de m’en occuper hier, il faut remonter jusqu’à jeudi matin, je me souviens mal. Reconstitution approximative toutefois. 19:57 //// Dîner aux nouvelles, lentilles et jardinière de légumes, chutney de pêches de Mrs Benzies (Morna, très églogal), poires à la vapeur et framboises. Émission de la chaîne histoire sur Holbein, bien, malgré le pénible Polonais. Remonté aussitôt après, vers dix heures, essayé de remonter le retard. Entre vivre ensemble, quelques ajouts encore. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Soirée en compagnie de la chatte, très gentille. Textes envoyés par Philippe Martel pour Béziers, les ai tous lus et un peu annotés, sommairement. Certains sont très techniques et économiques, étant issus des milieux d’affaires. Journal. Autoportrait. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du samedi 7 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 8 mai 2016, 19 h 57
modifiée le lundi 9 mai 2016, 9 h 33
Dimanche 8 mai 2016.
Victoire 1945 / Fête de Jeanne d’Arc — 129/237. * Visite matinale de la chatte. Levés à 8 heures. Assez mauvais temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, paysage de Beruete y Moret (Tolède), Castres, musée Goya, 20 avril. Déjeuné en bas avec Pierre et la chatte. L’IN-NOCENT. Été malgré la mauvais temps à la cérémonie du 8-Mai, conformément à la “motion Dellinger” de l’In-nocence. Demandé à Mme le maire l’autorisation de faire des photographies et en ai fait justement beaucoup. Temps s’améliore un peu, mais reste très venteux. Monument aux Morts. Cimetière. Verre à la salle des Fêtes. Parlé surtout aux Benzies, de l’Écosse bien sûr, à Mme Lavauden, très élégante, aux maîtres de la chatte, les Saint-Geniès, qui m’apprennent qu’elle se nomme Iloa ; à ma nouvelle voisine Mme… Claveyron (? quelque chose comme ça, sœur de notre ancienne mairesse), très aimable — d’ailleurs tout le monde est très aimable. Trois verres de vin blanc, saucisson, jambon cru, surimi. Rentré à la maison un peu avant 1 heure. Le Jour ni l’Heure, photographies de la cérémonie du matin même, les anciens combattants (de la guerre d’Algérie), Mme le Maire lisant le message du secrétaire-d’État aux Anciens Combattants (Todeschini ?). Café. Bain. Ronald Syme. Promenade avec Pierre dans la vallée, beaucoup de vent. Impossible de traverser la rivière au gué, je n’ai pas de bottes. Rentrons donc par la même rive. Boulevard Lou Tapet. Atelier. La Baignoire, mais manque de bleu. Tél. de M. Forzy. L’IN-NOCENT. Entre vivre ensemble, rajouté deux tweets. Parlé à M. Pohon. Dîné aux nouvelles. Rien regardé. L’IN-NOCENT. Commandé deux exemplaire de second test d’Entre vivre ensemble, et un pour M. Pohon. Suite de l’agenda. 22:07 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et quatre tableaux de Castres le 20 avril 2016, deux photographies de la cérémonie du 8-Mai le matin même, Mme le Maire, les Anciens Combattants. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Attaqué la rédaction du projet pour Béziers. Écrit un préambule et douze (premiers) points. Devront servir de journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du dimanche 8 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 9 mai 2016, 9 h 36
modifiée le mardi 10 mai 2016, 11 h 53
Lundi 9 mai 2016.
Saint Pacôme — 130/236. Plieux. Peu dormi, réveillé à 7 heures vingt, Pierre est déjà parti. Mauvais temps, pluvieux et venteux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, baclé, et portrait d’un ancien combattant la veille. Agenda. 09:35 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et ancien combattant. Journal 2016, en fait le “projet pour Béziers”, ajouté plusieurs entrées. L’IN-NOCENTLe Jour ni l’Heure, trois tableaux de Castres le 20 avril, portrait de Zuloaga jeune par Pablo Uranga, médiocre pédérasterie néoclassique de José Aparicio (Socrate enseignant), curieux portrait très “rétro” de Philippe III en Grand Maître de la Toison d’or (costume bourguignon du XIVe s? ) par Pantoja de la Cruz. Bain. Fini l’“entrée” du journal (projet de projet pour Béziers, mais le projet, lui, est loin d’être complet) à l’intention de Philippe Martel et pour mise en ligne publique. Toute l’après-midi y passe. En guise de promenade, aidé Pierre à charger dans sa voiture la tondeuse en panne. Atelier, très brièvement — Pierre a acheté un tube de bleu à Agen, mais ce n’est toujours pas le bon (à la fois sombre et très soutenu, un tour de force). Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, pesto, carottes, non, gnochi, salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu un peu d’un film français avec Sophie Marceau de François Ozon, non, Furet, non, j’ai oublié, sur la classe dictatoriale (à son pire) puis d’un documentaire sur le premier Cromwell, celui d’Henry VIII, mais des scènes de torture me font fuir. Autre ajouts au “projet”, jusqu’à (30). Répondu à divers messages négligés (par force) depuis quinze jours, une dizaine, dont éditeurs allemand et tchèque, Arte pour juin, etc.  Journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du lundi 9 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 10 mai 2016, 12 h 07
modifiée le mercredi 11 mai 2016, 11 h 40
Mardi 10 mai 2016.
Sainte Solange — 131/235. Plieux. Levé à 7 h 20. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, par mal (dans la salle des Nuits) et détail du portrait de Philippe IV en chasseur par Velasquez, à Castres le 20 avril flou. L’IN-NOCENT, beaucoup de temps perdu. Tweets. Comptes : + 4.568,82 € ///À venir -72,38 € | Prévisionnel 4.496,44 € ///Recherche avancée    Trier par date     Trier par type d’opérations   /// VOIR LES OPÉRATIONS À VENIR-72,38 € //// 09/05VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA+1.139,22 € ////// 09/05CHEQUE 3167415 -910,44 € (Céline) 09/05 //// CHEQUE 2629767-400,00 € (paiement au NON de l’argent liquide reçu pour le banquet) /// 06/05PRLV SEPA CREDIPAR ECH/060516 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -759,88 € (crédit voiture) ///// 06/05 PRLV SEPA SOFINCO ECH/050516 ID EMETTEUR/FR3502000 -310,80 € (crédit travaux d’isolation) //// 06/05 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/060516 ID EMETT -121,88 € (assurance emprunts travaux de la tour) //// 06/05 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/050516-76,00 € //// 06/05 VIR SEPA RECU /DE SCAM /MOTIF S C A M /REF VRT SEPA 16+37,54 € /////04/05 CHEQUE 2629766 -3.032,00 € (charpentier, ent. Manger) ////04/05 PRLV SEPA SCAM ECH/040516 ID EMETTEUR/FR71MUT26742-517,05 € //// 04/05PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/040516 ID EMETTEUR/FR16ZZ-39,90 € ////// 03/05 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,00 € ///// 03/05FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, bien, et Philippe IV par Velasquez, plus trois autres tableaux de Castres la 20 avril, Philippe III par Pantoja de la Cruz, Zuloaga par Pablo Uranga en 1893, Socrate et l’éphèbe par José Aparicio, 1811. Craquaison boulimique majeure, quoiqu’il n’y ait pas grand chose à manger : pesto sur crackers, puis friture d’œufs (4 en tout) et de champignons ; finalement, ouvert la deuxième moitié des excellents biscuits belges offerts par les Dellisse (une tuerie). Café. Le Jour ni l’Heure, Jacques-Émile Blanche, La Guerre d’Espagne, 1936, Coupe de fruits de Gille Sacksick, Les Enfants du comte de Casa Flores, par Vicente Lopez y Portana, 1828, dét., trois tableaux vus à Castres le 20 avril 2016 (le Sacksick dans une exposition au musée). L’IN-NOCENT, traînasseries — journée faible, dans l’ensemble, peu efficace et productive. 15e quatuor de Beethoveen, toutefois. Bain. Promenade au Cassé par le chemin, de l’église et la face nord, Saint-Vidal, boulevard extérieur, retour par le hameau, dépassé par Pierre en voiture à l’entrée du village. Atelier. La Baignoire, intérieur surtout, mais manque toujours le bon bleu. Lecture par Pierre du livre de Luc Dellisse, Le Jugement dernier, très bien, que fini. Entre vivre ensemble, ajouté encore quelques tweets publiés récemment. Avant-projet pour Béziers, suite. Dîné aux nouvelles, travers de porc et pommes de terre soufflées, carottes, salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles avec biscuits Dellisse. Regardé Farinelli, 1994, de Gérard Corbiau, bien que ce soit très mauvais et ennuyeux. Transposé dans Entre vivre ensemble quelques tweets récents. Avant-projet pour Béziers, tout à fait en vrac. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mardi 10 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 11 mai 2016, 11 h 58
modifiée le jeudi 12 mai 2016, 19 h 06
Mercredi 11 mai 2016.
Saint Estelle — 132/234. Plieux. Levés à 8 heures. Temps gris et pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait d’un jeune homme anonyme, pas mal (le jeune homme), malheureusement un peu flou (le tableau, dans ma photographie), par Francisco Bayeu, le beau-frère et rival de Goya, Castres, 20 avril 2016. L’IN-NOCENT, temps perdu, malgré mes résolutions. Comptes : + 5.767,35 € /// À venir -72,38 € | Prévisionnel 5.694,97 € /// OPÉRATIONS À VENIR-72,38 € //// 10/05 VIR SEPA RECU /DE VERLAG ANTAIOS - INHABER GO, E.K. /M+2.000,00 € (nouveau tirage Le Grand Remplacement en allemand, 1000 exemplaires) /// 10/05ECHEANCE PRET 01038 60311711 -801,47 € (travaux de la tour) /// 11:57 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et portrait de jeune homme par Bayeu, plus trois autres tableaux de Castres le 20 avril, Jacques-Émile Blanche, Sicksack, Vicente Lopez. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 21 avril 2016, hôtel Bourguignon de Saint-Martin à Saint-Pons (portail), pont du Diable d’Olargues, église Saint-Pierre de Rhèdes à Lamalou-les-Bains. Café, avec derniers biscuits des Dellisse. Bain. Lecture par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine, le système oligarchique. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, La Baignoire. Lecture par Pierre, à ma demande, du Godoy de Jacques Chastenet, déjà lu par moi en… 1969 (c’est écrit sur le volume). Entre vivre ensemble, il faut choisir, ajouts, remplacements (Mme Dellisse a trouvé de très nombreuses répétitions). Deux premiers exemplaires sont arrivés le matin. Dîné aux nouvelles, repas de crêpes, très bon, aux champignons et au fenouil, salade verte, poire à la vapeur et myrtilles, toujours dans des crêpes, avec du thé. Revu What’s New Pussy Cat, de Clive Donner, qui m’avait beaucoup amusé à sa sortie, en 1966 (peut-être surtout parce qu’on y voyait la maison qui faisait face à ma chambre d’étudiant au 112 rue du Bac). Entre vivre ensemble, encore, report des corrections suggérées par Mme Dellisse et nouveaux ajouts, ne serait-ce que pour compenser les retraits des tweets en double (très nombreux). Journal. Couché à deux heures du matin.   

lire l’entrée du mercredi 11 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 12 mai 2016, 19 h 02
modifiée le vendredi 13 mai 2016, 9 h 54
Jeudi 12 mai 2016.
Saint Achille— 133/233. Plieux. Levé à 7 h & 1/2. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et blocs noir et rouge de Lavier à Nîmes, Carré d’Art, Or Not To Be, 1978. Émission de la “Fabrique de l’Histoire” sur la rupture entre Rome et Constantinople, contre la date de 1054 (comme dit Pierre, « Quand la “Fabrique de l’Histoire” s’occupe d’histoire, ça fait une drôle d’impression… »). Très intéressant mais ne peux écouter que distraitement, trop à faire. Communiqué pour l’In-nocence, sur Black M à Verdun. Continué de reporter les innombrable corrections suggérées par Mme Dellisse, toujours plus nombreuses (et pertinentes). Reçu deux exemplaires de la deuxième génération d’essais du livre, peu différente de la première. M. Pohon, lui, hélas, n’a rien reçu du tout. Le Jour ni l’Heure, tableaux du musée des Beaux-Arts de Nîmes le 22 avril, Paysage de Joseph Hurard, Femme à la guitare de Valtat, 1906, et beau portrait d’homme anonyme du début du XVIIe siècle, entre les Le Nain et La Tour. Teresin, suite, émission d’Anne-Charlotte Rémond. Bain. Parlé assez longuement à M. Pohon, pour préparer le troisième essai d’Entre vivre ensemble. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Beau temps. À l’aller, croisé les Allemands de la Bordeneuve, avec des amis — lui me dit voir vu l’édition allemande du Grand Remplacement. Au retour, dépassé par Pierre en voiture. Parlé à la nouvelle voisine, qui était dans son joli jardin en terrasse. Atelier, La Baignoire, suite de la vie de Godoy par Jacques Chastenet, lue par Pierre. Agenda. Comptes : Solde au 11/05/2016 : + 5.767,35 € (inchangé)  /// À venir -145,97 € | Prévisionnel 5.621,38 € //// 19:01 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, quatre œuvres de Nîmes le 22 avril 2016 (Lavier au Carré d’Art, Hurard, Valtat et portraitiste anonyme du XVIIe s. au musée des Beaux-Art), trois photographies du jeudi 21 avril (hôtel Bourguignon de Saint-Martin à Saint-Pons, pont du Diable à Olargues, église romane de Saint-Pierre de Rhèdes, à Lamalou-les-Bains). Mise en ligne du communiqué de l’In-nocence sur Black M à Verdun, avec carton de Marcel Meyer. Diffusion également d’un excellent texte de lui sur la même question. Dîné aux nouvelles, lentilles et carottes, mais crêpes encore à la glace rhum raisins, poires, framboises, myrtilles, sauce au chocolat chaud. Vu Pour cent briques t’as plus rien, d’Édouard Molinaro, 1982. L’IN-NOCENT. Journal de la veille, sans parvenir à le mettre en ligne. Journal. Couché à 1 heure. 

lire l’entrée du jeudi 12 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 13 mai 2016, 10 h 00
modifiée le samedi 14 mai 2016, 9 h 45
Vendredi 13 mai 2016.
Sainte Rolande — 134/232. Plieux. Levé à 7 h & demie. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la cheminée, et pochade d’Eugenio Lucas y Velazqez à Castres le 20 avril, La Diligence sous l’orage, plus Constantin Guys que Goya. Comptes : + 5.767,35 € (inchangé) / À venir -205,97 € | Prévisionnel 5.561,38 €//// Agenda. 09:59 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Orage d’Eugenio Lucas à Castres le 20 avril, trois tableaux de Nîmes le 22 avril 2016, Valtat, Hurard, portrait d’homme du XVIIe s. (Le Nain ?). Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Castres le 20 avril 2016, portrait de Lucienne Brémond par Zuloaga, Javier Bueno, Le Combattant espagnol, 1938, Ribera (atel.), Saint Augustin. Bain. Visiteurs sur rendez-vous, couple venu de Nay, dans la région pour les corridas de Vic-Fezensac, très gentils et très enthousiastes. Promenade au Cassé. Entre vivre ensemble, suppressions de doublons, remplacements, problèmes d‘interlignes. N’arrive pas à joindre M. Pohon. Lui ai écrit, ainsi qu’à Me Hourdin et à M. Forzy. Atelier, les rouges encore. Dîner aux nouvelles, assortiment de féculents (sic), poire à la vapeur et framboises et myrtilles avec glace rhum-raisins, que fini. Vu Viva Maria, de Louis Malle, que trouvé bien mauvais et insignifiant. Entre vivre ensemble, suite. Journal. Couché à 1 h & 1/2/ 

lire l’entrée du vendredi 13 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 14 mai 2016, 9 h 54
modifiée le dimanche 15 mai 2016, 11 h 02
Samedi 14 mai 2016.
Saint Matthias — 135/231. Plieux. Levé à 8 h - 20. Mauvais temps, gris et pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail du Saint Augustin de Ribera au musée de Castres le 20 avril 2016. Émission de Finkielkraut sur le multiculturalisme avec Matthieu Bock-Côté et Alain Renaud. Comptes : Solde au 13/05/2016 : + 5.767,35 € (inchangé) /// À venir -205,97 € | Prévisionnel 5.561,38 € /// Agenda. 09:53 ///  Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail (la mitre, la plume, la lettre, le livre) du saint Augustin de Ribera, à Castres, le 20 avril 2016 ; trois tableaux de Castres, le même Augustin, Lucienne Bréaval par Zuloaga, Le Combattant espagnol par Javier Bueno. Entre vivre ensemble, ajouts. Photographies des exemplaires tests pour les envoyer à M. Pohon qui n’a pas reçu les siens, Dieu sait pourquoi. Bain. Quitté Plieux peu avant midi pour aller déjeuner dans la famille du jeune M. Forzy. Itinéraire golubertien, baroque, mais défendable : Castéra-Lectourois, Berrac, Francescas, Lasserre, Loussane. Vers 1 h - 20 chez les X. (la mère du jeune F. et son compagnon tarnais, né en 1946), déjeuner avec eux, Pascal F. et son cousin Doussau de Bazignan. Porto, foie gras, veau marengo, fraisette et macarons de Valence, apportés par Pierre. Parlé surtout de politique, évidemment, de l’affaire de Verdun et du “rendez-vous de Béziers”. Taché de voir le voisin château de Laclotte mais on n’en aperçoit presque rien. En route vers la cabane, photographié le beau petit domaine de Lamarque, porche de 1616, commune de Moncrabeau. Marché avec les jeunes gens et Pierre jusqu’à la fameuse “cabane”, site d’une éventuelle conférence de ma part, en fait sorte d’isba plutôt grande et élaborée au bord de l’Auvignon. Rencontré en repartant une forte délégation de la famille et d’amis. Temps s’est beaucoup amélioré. Étonnant effet de lumière sur Plieux blanc dans le paysage sombre, au retour. L’IN-NOCENT. Entre vivre ensemble. Atelier, La Baignoire, lecture par Pierre de Godoy et l’Espagne de Goya, de Jacques Chastenet. Dîné aux nouvelles, vu sur l’une des chaîne d’Histoire sur David et la Mort de Marat, justement, puis Nana, 1955, de Christian-Jacques, avec Martine Carol et Charles Boyer. L’IN-NOCENT encore. Journal, entrée de la veille, relecture et mis en ligne. Journal. Couché à 1 heure. 

lire l’entrée du samedi 14 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 15 mai 2016, 11 h 07
modifiée le lundi 16 mai 2016, 10 h 25
Dimanche 15 mai 2016.
Pentecôte — 136/230. Plieux. Levé à 8 h ) 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, quasi-doublon du précédent, oublié d’en faire un frais la veille. Joli domaine de Lamarque à Moncrabeau. Déjeuné en bas avec Pierre. Temps gris. Agenda, recherches diverses. 11:06 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et domaine de Lamarque à Moncrabeau, détail du saint Augustin de Ribera à Castres le 20 avril. L’IN-NOCENT, tweets ajoutés in extremis à Entre vivre ensemble. Le Jour ni l’Heure, deux photographies de la cabane au find des bois, sur l’Auvignon, la veille, et Plieux dans la lumière blanche, vu du col d’Arton, mais la photographie est mauvaise, il faut beaucoup la “traiter” et il n’en reste pas grand chose. Café. Conversation avec M. Pohon, Décidons d’arrêter les importations, il imprime (cinquième essai). Bain, lecture de Ronald Sème, Pompée. Promenade avec Pierre au Cassé. Au retour, conversation qui me désole avec Mme L. car elle me dit s‘être inscrite deux fois au NON sans avoir rien reçu en retour. Décide de centraliser davantage, malgré le surcroît de travail impliqué. Atelier, La Baignoire, peint surtout les tréteaux, en blanc. Lecture par Pierre de la vie de Godoy, la guerre des oranges, les relations avec Lucien Bonaparte, La Famille de Charles IV. Parlé à Marcel Meyer, à propos de l’incident L. (qui succède à une bonne dizaine d’autres). Les explications sont techniques, Mme L. a commis une erreur dans son adresse mail, mais ça ne dit pas pourquoi elle n’a rien reçu en réponse à son chèque. Commande deux exemplaires de la cinquième version de Entre vivre ensemble. Essaie de commander un nouveau drapeau (le précédent a été déchiré par de grands vents), mais butte sur la question du SMS de confirmation de la banque, processus échoue. L’IN-NOCENT. Dîner aux nouvelles, tarte aux champignons et fenouil, salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu La Rose pourpre du Caire, 1985, de Woody Allen, que trouvé bien insignifiant. L’IN-NOCENT. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 15 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 16 mai 2016, 10 h 30
modifiée le mardi 17 mai 2016, 10 h 22
Lundi 16 mai 2016.
Saint Pascal — 138/228. Plieux. Levé à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et cabane au fond des bois, avec le jeune M. Forzy. L’IN-NOCENT, échange très déplaisant avec le journaliste Hubert Huertas, jadis de Frane Culture, aujourd’hui de Mediapart, agressif, passe encore, mais surtout immédiatement très grossier (“boîte à pets”). Agenda. 10:29 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et trois photographies de la cabane sur l’Auvignon, à Lasserre, plus la vue très “traitée” de Plieux dans la lumière, le tout le 14 mai 2016. Une heure et demie au sommet de la tour, car très longue visite, sur rendez-vous, menée par Pierre, six personnes de Lectoure : il fait là-haut grand froid, car c’est ouvert à tous les vents et le soleil n’entre pas, à cause du toit très saillant exigé par la femme des Bâtiments de France. Lu Le Gallou. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Castres le 20 avril 2016, Christ servi par des anges de Valdés Leal, 1663, dét., Alfred Dehodencq, Combat de novillos, 1850, Junte des Philippines au complet. L’IN-NOCENT, autre polémique, c’est décidément le jour, cette fois avec le jeune Édouard Danglade des Républicains de la Vendée qui me reproche, c’est le comble, d’avoir fait état ici même de son accusation de “vole organiser”, comme il écrit, à propos du banquet ici le mois dernier. Temps perdu à ces niaiseries. Journal 2016, assez longue entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique (“Black Verdun”). Bain. Lecture par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, Bloc n° 2,  aux cinq jaunes, et La Baignoire. L’IN-NOCENT. Écrit à Éric Dupont, qui envisage de passer en juillet avec sa compagne Cécile de Haan. Dîner aux nouvelles, quenelles et jardinière de légumes, salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Rien regardé. Repris l’avant-projet pour Béziers, quarante articles. Journal. Autoportrait au Bloc n° 1. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du lundi 16 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 17 mai 2016, 10 h 27
modifiée le mercredi 18 mai 2016, 10 h 33
Mardi 17 mai 2016.
Saint Pascal — 138/228. Plieux. Levés à 7 heures et demie, assez beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait au Bloc n° 1 et jolie église paléo-romane Notre-Dame de Pégairolles-de-Buèges, malheureusement un peu floue car c’était à la nuit tombante, jeudi 21 avril 2016. 10:26 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, église de Pégairolles-de-Buèges le 21 avril, trois tableaux de Castres le 20, Valdés Leal, Dehodencq, Junte des Philippines. L’IN-NOCENT (Tw. 7900). Avant-Projet pour Béziers, reprise, suite, mais perdu tout le travail du matin à midi et demi par suite d’une bête fausse manœuvre. Le Jour ni l’Heure, jeudi 21 avril 1016, chevaux dans la vallée du Jaur, église de Saint-Jean-de-Buèges, château de Brissac. Bain. Reconstitution approximative du travail perdu le matin, mise en ligne. Promenade au Cassé, boulevard extérieur. Atelier, “gelé” une partie de La Pierre et La Coupe, Bloc n° 2, aux cinq jaunes, La Baignoire. Lecture par Pierre de la vie de Godoy, Trafalgar, les affaires du Portugal, années 1805-1807. L’IN-NOCENT. Journal 2016, entrée de la veille, relecture. Dîné aux nouvelles, gnochi au pesto, jardinière de légumes, poire à la vapeur et myrtilles. Revu le charmant Queen & Country de John Boorman, 2014, avec Callum Turner. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Autoportrait. Journal. Couché peu après 1 heure. 

lire l’entrée du mardi 17 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 18 mai 2016, 10 h 44
modifiée le jeudi 19 mai 2016, 11 h 54
Mercredi 18 mai 2016.
Saint Éric — 139/227. Plieux. * Levés à 8 h. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, avec l’YHWH 10, et sans titre, d’Alain Clément, 1979-1980, Nîmes, Carré d’Art, 22 avril 2016. Comptes : 5.689,45 € À venir -163,06 € | Prévisionnel 5.526,39 € /// Recherche avancée    Trier par date     Trier par type d’opérations   0VOIR LES OPÉRATIONS À VENIR-163,06 € ////  OPÉRATIONS COMPTABILISÉES OPÉRATIONS À VENIR /// 17/05 PRLV SEPA ORANGE ECH/170516 ID EMETTEUR/FR18ZZZ00 -60,00 € ///// 17/05PRLV SEPA GROUPE LE MONDE ECH/160516 ID EMETTEUR/F -17,90 € //// Compte de crédit immobilier : -80.877,02 € //// Agenda. 10:44 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, tableau sans titre d’Alain Clément au Carré d’Art de Nîmes le 22 avril 2016, trois photographies du 21 avril, chevaux dans la vallée du Jaur, église de Saint-Jean-de-Buèges, château de Brissac. Bain, lecture par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine, la dictature de Pompée, mais on s’embrouille un peu. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette / La Bonnefont. À l’aller, conversation avec M. Coulet, l’âge, les travaux, la quote-part disponible. Atelier, La Baignoire un peu, Le Bloc jaune, retouches à La Pierre (La Coupe semble un locus desperatus). Hôtel pour Senlis. L’IN-NOCENT. Messages divers. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, artichauts du jardin, carottes, salade verte. Poire à la vapeur et myrtilles. Vu Le Masque de fer, The Man with the Iron Mask, 1998, de Randall Wallace, un fameux navet. Écrit à M. Pohon. L’IN-NOCENT.  Avant-projet pour Béziers. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 18 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 19 mai 2016, 12 h 02
modifiée le vendredi 20 mai 2016, 10 h 02
Jeudi 19 mai 2016.
Saint Yves — 140/226. Plieux. Levé à 8 heures et demie. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, avec La Baignoire, dans l’atelier, et La Baignoire, autre versant, même moment. L’IN-NOCENT (Tw. 7925). Comptes : 5.689,45 € (inchangé) //// À venir -196,45 € | Prévisionnel 5.493,00 € //// Agenda. 12:01 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veuille, avec La Baignoire et La Baignoire seule sous un autre versant, plus trois photographies de Castres le 20 avril 2016 : hôtel de Viviès, théâtre municipal, bas-relief du collège Jean-Jaurès, La Littérature (adolescent nu lisant). Le Jour ni l’Heure, Femme à la robe rouge de Bernardini Zaganelli, Aix-en-Provence le 21 février, château-villa de Montepo, Scansano, le 22, saint Primo à Saint-Stéphane-le-Rond, mosaïque du VIIe s., le 29 février 2016. Bain. L’IN-NOCENT. Réservé un chambre à l’hôtel Mont-Royal. Tél. de Jérémie Sercy. Retour assez tôtif de Pierre, promenade avec lui au Cassé. Atelier, La Baignoire, commence à gélifier certaines parties, pour voir. La Pierre. La Coupe. Lecture par Pierre de la vie de Godoy, 1808, Aranjuez, la catastrophe, deux jours sous un tapis. Communiqué pour l’In-nocence, Mme Azoulay et les musées. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, lentilles, œuf à cheval, carottes, navets, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu Jimmy’s Hall, 2014, de Ken Loach. L’IN-NOCENT, polémique avec de nombreux noirs et noires au sujet d’un tweet mien en réponse à Robert Ménard, puis échanges courtois avec une de ses dames, apaisée. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 19 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 20 mai 2016, 10 h 09
modifiée le samedi 21 mai 2016, 11 h 56
Vendredi 20 mai 2016.
Saint Bernardin — 141/225. Plieux. Levé par erreur à 7 h 20, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, exaspéré, à bout de bras, et La Baignoire, dét. Comptes : + 5.689,45 € À venir -196,45 € | Prévisionnel 5.493,00 € /// Compte de crédit immobilier : -80.877,02 € À venir 0,00 € | Prévisionnel -80.877,02 € /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et La Baignoire, Femme à la robe rouge de Zaganelli dans la collection Liechtenstein à Aix-en-Provence le 21 février 2016, villa-château de Montego à Scansano le lundi 22, saint Prime à Saint-Étienne-le-Rond, Rome, le lundi 29. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Les Collecteurs d’impôts de Quentin Metsys, 1528, dans la collection Liechtenstein le 21 février, tombeau d’Ilario Fusco sur la via Appia, sous la pluie, la nuit, dans la voiture, le lundi 29 février 2016, Capitole et temple de Vénus le 1er mars. Arrivée de deux exemplaires de la troisième fournée d’essais d’Entre vivre ensemble, bien. Formidable cabale contre moi sur Twitter da la part de certains “Un pour cent” (“Elektorah’) et “Le Consultant” sur le thème de ma… “pédophilie” (!!!), à partir d’un fragment d’entretien pour L’Infini n° 59, automne 1997, déterré jadis par Juan Asensio, sans doute, et qui a fini jusqu’en ma fiche Wikipédia. Déchaînement contre moi, principalement, mais non exclusivement, d’un axe catholiques traditionnels / musulmans triomphalistes de toute obédience. Aucune défense des “amis”, mais d’un certain “Joueur Cent-Seize”, très valeureux. L’Édouard Danglade  de “Les Républicains” de la Vendée commence par dire qu’il n’a jamais remarqué chez moi la moindre pédophilie puis se rallie à l’adversaire et ressort son histoire de “vole organiser”, comme il dit : « Le repas militant est à votre profit Camus, arrêtait vos salades ! ». Bain tardif, néanmoins. Promenade avec Pierre au Cassé, beau temps chaud. Assez longue conversation au retour avec Simone Æberhard, catholiques, protestants, dureté de l’Église pour les femmes, jadis. Atelier. La Baignoire, suite du “vernissage”. Tenté de sauver La Coupe, sans grand succès. Lecture par Pierre de la vie de Godoy, suite, les plus mauvais moments, l’entrevue de Bayonne. Dîné aux nouvelles, semoule à la sauce de soja et jardinière de légumes, poire à la vapeur et myrtilles. Regardé une partie des Amours d’Astrée et de Céladon, de Rohmer, peu supportable à mon gré, mais interrompu par un téléphonage de M. Pohon, qu’été prendre en haut : décidons de commander pour de bon Entre vivre ensemble, parlé du Journal 2015, et de la non-distribution du Grand Remplacement par Amazon, comment sortir de ce blocage. Suite du déchaînement contre moi sur Twitter. Avant-Projet pour Béziers, ajouté trois ou quatre entrées (47). Journal, le lynchage du jour, recopié l’ensemble de l’entretien pour L’Infini, sans en venir à bout. Autoportrait dans la salle des Pierres. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du vendredi 20 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 21 mai 2016, 11 h 48
modifiée le dimanche 22 mai 2016, 13 h 58
Samedi 21 mai 2016.
Saint Constantin — 142/224. Plieux. Levé à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et jardins du Palatin, casino Farnèse, noir et blanc, bien, le 1er mars 2016. Émission de Finkielkraut à propos de Michel Foucault dans la Pléiade. Cabale semble-t-il un peu apaisée sur Twitter. Comptes : + 5.689,45 € / À venir -196,45 € | Prévisionnel 5.493,00 € / Agenda, non sans mal, dû recommencer deux fois l’entrée d’hier, perdue à la mise en ligne. 11:48 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et casino Farnèse le 1er mars 2016, Les Collecteurs d’impôts de Metsys à Aix le 21 février, la tombe d’Ilario Fusco dans la lueur des phares sous la pluie le 29 février 2016, le Capitole et le temple de Vénus le 1er mars. Journal 2016, entrée de la veille, continué de copier le texte de L’Infini 59, automne 1997. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Rome le 1er mars 2016, la Via Sacra, le forum de Trajan, le portrait de l’homme au chien par Bartolomeo Passerretto à la pinacothèques des Musées capitolins. Pierre, qui a participé le matin aux travaux des “volontaires” municipaux pour des plantations et du repiquage tond ici la pelouse. Journal 2016, terminé la recopiatation du texte de 1997. Bain. Lecture par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine, vers Pharsale, envie de lire ou relire Lucain et Claude Simon. Journal 2016, relecture et mise en ligne de la (longue) entrée de la veille — la tourmente paraît s’être un peu apaisée. Promenade avec Pierre au Cassé, boulevard extérieur, beau temps. Atelier, La Baignoire, suite du “vernissage”. Lecture par Pierre de la vie de Godoy, les années romaines, puis l’exil dans l’exil, exigé par Ferdinand VII. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, excellente omelette aux champignons et aux pommes de terre, salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu le très curieux La Mort du Cygne, 1937, de JeanBenoît-Lévy, avec Yvette Chauviré, Mia Slavenska et Janine Charrat enfant (qui ressemble à Simone Weil !) — belles séquences chorégraphiques, notamment de Mia Slavenska. L’IN-NOCENT, front relativement calme, quelques reprises de la “mise au point” (mais quatre ou cinq vs. des centaines des attaques). Avant-Projet pour Béziers, 50 points. Journal. Couché vers une heures, oublié l’autoportrait. 

lire l’entrée du samedi 21 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 22 mai 2016, 14 h 19
modifiée le lundi 23 mai 2016, 9 h 42
Dimanche 22 mai 2016.
Trinité — 143/223. Plieux. Levé à 8 heures. Assez jolie pluie, autoportrait pour la veille, oublié. Le Jour ni l’Heure, dit autoportrait pour la veille et forum romain le 1er mars 2016, San Lorenzo in Miranda, jardins du Palatin. Déjeuné en bas avec Pierre-Louis Golubert. L’IN-NOCENT, matinée très active, et donc peu productive, assez bonne humeur générale. Échanges avec Jérémie de Sercy. Agenda, mais tout perdu à cause l’orage, qui fait sauter la connexion. Joli concert de Renaud Machart, passionnante Symphonie des Sirènes d’Arseny Avraamov donnée à Bakou le 7 novembre 1922 pour le cinquième anniversaire de la Révolution d’Octobre (pour cheminées d’usines, navires dans la rade, etc.). Café. Reconstitution rageuse de l’agenda de la veille. 14:16 /// Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Rome le 1er mars 2016, villa Médicis, San Vittorio, belvédère, et palais Barberini de profil. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait du matin (pour la veille), sept photographies de Rome le 1er mars 2006, villa Médicis, palais Barberini, forum, Palatin, Homme au chien de Passerretti. Burlesque de Strauss. Bain. Promenade avec Pierre au Cassé. Au passage, autoportrait sur la Plaza Mayor, avec l’affiche “La France insoumise”. Atelier, mis à terre La Baignoire, peint les tréteaux. La Coupe, recommencé. Lecture par Pierre de la vie de Godoy, les dernières années. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons et aux carottes, salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Un peu d’un film américain situé pendant la guerre hispano-américaine de 1898, La Revanche de Jessie James (?), peu. L’IN-NOCENT. Reprise de l’avant-projet pour Béziers, cinquante-cinq entrées. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 22 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 23 mai 2016, 9 h 46
modifiée le mardi 24 mai 2016, 12 h 08
Lundi 23 mai 2016.
Saint Didier — 144/222. Plieux. Levé à 7 heures et 1/2. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, sur la place, “La France insoumise”, et villa Médicis de profil, cette fois en couleurs, 1er mars 2016. 09:45 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et villa Médicis de profil le 1er mars 2016, quatre autres photographies du 1er mars 2016, deux de la villa Médicis, belvédère, Sant Vittorio, une du palais Barberin, une du forum et du Palatin, avec Saint-Laurent in Miranda. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Long téléphonage de Philippe Martel. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Rome le 1er mars 2016, Saint-Charles-aux-Quatre-Fontaines, coupole, cloître, église souterraine. Bain. Lecture par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine, la dictature de César, pourquoi ça ne pouvait pas marcher (en somme). Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au carrefour La Rouquette/La Bonnefont. Stage au palais Salivons [sic, correcteur automatique, pour Salvioni], le village est plein de peintres à leur chevalet, sous la houlette de Stéphane Ruais. Pluie soudaine, nous abritons sous une porte de garage aux côtés d’un dame peintre très peu aimable. Atelier, justement. Ah non, avant cela, mis La Baignoire dans la salle des Pierres, mais ça ne va pas du tout. Bloc jaune, Coupe. Lecture par Pierre, fin du Godoy de Jacques Chastenet, qui vraiment tire beaucoup à la ligne, puis La Bataille de Pharsale. Remontés vers 7 heures. Appel assez bref de Robert Ménard, qui croyait que j’avais fait demander qu’il m’appelle (???). Hofer n’est décidément pas élu président en Autriche, 49,9 % des voix, grosse déception, qui m’affecte beaucoup. Écrit à un M. Herbe, qui s’est inscrit au NON. Dîné aux nouvelles, quenelles à la sauce blanche et à la sauce soja, carottes, courgettes. Poires à la vapeur et framboises et myrtilles. Regardé Homefront, de Gary Fleder, 2013, à cause de Jason Statham et James Franco, purs délices de pédophile. L’IN-NOCENT. Modifié l’avant-projet pour Béziers, afin de prendre en compte un vœu tout à fait judicieux de Martel. Journal. Couché peu après 1 heure.  

lire l’entrée du lundi 23 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 24 mai 2016, 12 h 26
modifiée le mercredi 25 mai 2016, 14 h 43
Mardi 24 mai 2016.
Saint Donatien — 145/221. Plieux. Levés à 7 heures et demie, temps incolore. Pas de Céline, rendez-vous chez le médecin. Déjeuné avec Pierre en bas. Homme de l’atelier de l’ébéniste, qui vient poser une maquette de fenêtre et de volet, pour le sommet de la tour — Pierre lui ouvre et monte avec lui. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, contre le volet de la salle des Nuits, et Borromini, coupole de Saint-Charles-aux-Quatre-Fontaines, vue plus large, mardi 1er mars 2016.  Réunion de chantier ici, “réception des travaux” : d’abord dame aux cheveux rouges des Bâtiments de France, de Jégun, parle un peu avec elle, lui propose du café, mais le temps qu’il se prépare les autres arrivent et montent directement au sommet de la tour, de sorte que le café reste en plan. M. Thouin, M. Sourbès, la femme aux cheveux rouges, l’ébéniste, dont j’oublie le nom, et un très gentil charpentier de la maison Manoer qui monte deux fois sur le toit réparer avec du fil de fer le drapeau  à demi détaché. J’en ai commandé un autre mais on laisse le même, plus ou moins rafistolé et déchiré en frange à l’extrémité — jeune homme dit qu’ils sont trop grands, qu’ils se prennent dans les crochets des tuiles du toit. La fenêtre-maquette est bien et sent très bon (mélèze) mais le volet dérobe encore beaucoup de la vue ; je tente d‘obtenir qu’il soit raccourci, M. Thouin me soutient en partie. Agenda. 12:23 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie,  volume Entre vivre ensemble il faut choisir et Album Le Jour ni l’Heure, 2015, plus trois photographies de Rome le 1er mars 2016, fontaine des Dioscures au Quirinal, palais du Quirinal, vue sur le Capitole avec l’arc de Septime Sévère, prise du Capitole. Bain. Promenade au Cassé. Parlé au retour à Mme Salivons [correcteur automatique, pour Salvioni] et à M. Renaud X. (leurs peintres sont à Saint-Vidal, sous la houlette de Stéphane Ruais). Atelier, Bloc n° 2, Coupe, Pierre, bloc de pierre. Journal 2016, entrée de la veille et mise en ligne. Parlé à M. Pohon. Dîné aux nouvelles, lentilles et jardinière de légumes, salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Tél. de Philippe Martel. Vague et relativement bref surf télévisuel, dont Le Loup. Avant-Projet pour Béziers, suite, ajouté quatre points. Parlé à M. Dellinger, au sujet d’une impression pour Béziers, justement. Cartons. Communiqué pour l’In-nocence, 1923, Sur les crédits de la Recherche. Journal. Couché peu après 1 heure. 

lire l’entrée du mardi 24 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 25 mai 2016, 15 h 09
modifiée le jeudi 26 mai 2016, 10 h 29
Mercredi 25 mai 2016.
Sainte Sophie — 146/220. Plieux. Levés à 8 heures. Assez beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et livres récents, Entre vivre ensemble, Le Jour ni l’Heure, 2015. Toute sorte de tâches mineures et urgentes dont j’ai oublié la plupart trois heures après, conversation av. M. Dellinger, Avant-Projet pour Béziers, écrit à David Farreny à propos du site, à Sylvie Topaloff, etc. Le Jour ni l’Heure, deux photographies de Rome le Ier mars 2016, couvent de Saint-Bonaventure au Palatin, vue de là sur la villa Médicis, volume Entre vivre ensemble, couverture et quatrième de couverture. Pierre Ducousseau ici pour les toilettes de la salle de bain qui fuient, trio de Beethoven, Cinq pièces pour quatuor à cordes de Weber, troisième quatuor de Brahms. Reçu Une Vie de Pierre Ménard, de Michel Lafon, envoi de M. Arnoux. Aussi les comptes Fayard. 15:01. Comptes : Solde au 24/05/20166. + 6.433,31 €  /// À venir -961,32 € | Prévisionnel 5.471,99 € / Recherche avancée    Trier par date     Trier par type d’opérations   VOIR LES OPÉRATIONS À VENIR -961,32 € /// 24/05VIR SEPA RECU /DE LIBRAIRIE ARTHEME FAYARD /MOTIF /REF +743,86 € [revenus Fayard 2015] 15:05 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, cinq images de Rome le mardi 1er mars 2016, Quirinal, Palatin. Bain, lecture par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine. Promenade avec lui au Cassé. Atelier, Bloc de pierre, Bloc de bois n° 2 (aux sept jaunes). La Pierre. Lecture par Pierre de La Bataille de Pharsale. Écrit à David Farreny, cf. le site. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Parlé à Philippe Martel, qui est déjà à Béziers. Dîné aux nouvelles, ravioli aux cèpes et pesto, carottes, navets et courgettes. Poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Rien regardé. Transcrit les corrections suggérées par Mme Dellisse au texte “Avant-Projet pour Béziers”  — en ai profité pour le modifier encore un peu. Journal. Pas d’autoportrait, un quasi doublon de la nuit précédente devra faire office de morceau du jour. Comme la veille, visite de la chatte des Saint-Geniès, très aimable et même affectueuse, qui couche ici, dans le fauteuil de cuir. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du mercredi 25 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 26 mai 2016, 10 h 28
modifiée le vendredi 27 mai 2016, 11 h 54
Jeudi 26 mai 2016.
Fête-Dieu — 147/219. Plieux. Levé à 7 h & 1/2. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, quasi doublon du précédent, très “traité”, bien. Comptes : + 6.433,31 € (inchangé) //// À venir -961,32 € | Prévisionnel 5.471,99 € //// Compte de crédit immobilier : - 80.877,02. Agenda. 10:27 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et basilique Saint-Jean et Paul vue du Palatin, deux autres photographies de Rome le 1er mars 2016, Entre vivre ensemble, le volume. L’IN-NOCENT. Beaucoup d’agitation autour du Chant des Remplacés, que quelqu’un a fait remonter des limbes. Reconstitue le texte à partir de l’enregistrement. Grand retard. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de Rome le 1er mars 2016, arc de Constantin et Colisée, couvent de Saint-Bonaventure, vue large prise du Palatin. Bain tardif, Pierre est déjà rentré, lecture de Ronal Syme, La Révolution romaine, forces en présence au temps de la dictature de César. Promenade avec Pierre au Cassé, retour par le boulevard extérieur. Atelier, Bloc aux sept jaunes, Bloc de pierre, etc. La Bataille de Pharsale. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes. Vu un autre film bien bêta avec Jason Staham et un autre type pas mal. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 26 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 27 mai 2016, 12 h 08
modifiée le samedi 28 mai 2016, 8 h 04
Vendredi 27 mai 2016.
Saint Augustin de Cantorbéry — 148/218. Plieux. Levé à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et casino Farnèse au Palatin le 1er mars 2016, mais grande agitation prébiterroise sur les réseaux toute la matinée. Comptes : + 6.433,31 € À venir -961,32 € | Prévisionnel 5.471,99 €. Affreux retard. Agenda. 12:08 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et casino Farnèse, trois autres photographies de Rome le 1er mars 2016, arc de Constantin et Colisée, Saint-Bonaventure, vue large prise du Colisée avec la villa Médicis, le Quirinal et la tour des Milices. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Imprimé dix exemplaires du Chant des remplacés. Bain. Bagages. Quitté Plieux à 14:46. Retrouvé Pierre à l’entrée Valence-d’Agen de l’autoroute à 15:06. Dormi un peu sur l’autoroute. À Béziers vers 17:30. Pierre me laisse au palais des Congrès et va prendre possession de notre chambre à l’hôtel. Quand j’arrive sur le lieu des débats Robert Ménard présente les trois journées de la rencontre. Emmanuelle Duverger parle un peu aussi. Moment de battement, en profite pour faire un saut à l’hôtel et me rafraîchir un peu. Conférence inaugurale de Denis Tillinac à sept heures. Moment ouvert après, signe quelques livres, parle à Karim Ouchikh qui vient d’arriver, à Christian Vanneste, à Christian Combaz, à Fabien Niezgoda, au général Martinez, à un journaliste du Point, à M. de Boisseson qui doit venir à Plieux la semaine prochaine, à Paul-Marie Coûteaux, à Élisabeth Lévy, à Philippe Martel, à Jean-Yves Le Gallou, à Gabriel Robin, à Ivon Rioufol, à beaucoup d’autres. Donne un entretien à un journaliste de Languadoc. Info. Traverse la ville à pied avec Fabien Niezgoda et Pierre pour aller dîner au restaurant Hallegria, sous la Halle. Rencontré Slobodan Despot et vu Oskar Freysinger, qui ne me connaît pas. Tables de dix, suis avec Philippe Martel, Christian Combaz, Fabien Niezgoda, Pierre, Jean-Yves Le Gallou, un homme qui doit participer demain au même débat que moi et dont le nom m‘échappe, etc. Tomate farcie, que refile à Pierre,  en gardant la farce. Calamars, langoustine, moules. Élisabeth Lévy vient me dire que Finkielkraut lui lit au téléphone les tweets d’Entre vivre ensemble etc., que tous les deux rient ensemble et, en remerciement de ces bons moments, elle use de son bras long et de sa forte voix pour me faire avoir du fromage, car j’ai grand faim. Excellent rosé gris. Gâteau au chocolat, mange la moitié de celui de Pierre et un peu de celui de Martel. Parle beaucoup au chien de Combaz, Gaspard. Rentre avec Pierre en passant près du théâtre. Parlé à Gabriel Robin à une terrasse de café avec de nombreux amis au pied de la maison des Ménard et de la statue de Riquet. Hôtel. Relevage des compteurs. Journal, très brièvement. Agenda, perds tout, dois recommencer. Recommencé. 01:57 /// Autoportrait, dans la salle de bain. Couché à 2 heures 20. 

lire l’entrée du vendredi 27 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 28 mai 2016, 8 h 09
modifiée le dimanche 29 mai 2016, 7 h 39
Samedi 28 mai 2016.
Béziers. Très peu dormi, trop bu, fromage, etc. Réveillé à 6 h & 1/2, levés à 7 20, été déjeuné tout de suite pour échapper à toute menace de petit déjeuner collectif. Jambon, fromage, salami, muesli au jus de pamplemousse, dattes, abricots secs, crêpe au sirop d’érable. Christian Vanneste. Yvan Rioufol, etc. Agenda. 08:09 //// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue lointaine sur Béziers, la veille, “La Place du mort”. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Douche. Vers 10 heures au palais des Congrès, où Pierre m’a précédé. Été de là au théâtre municipal, 1844, autant pour en voir enfin l’intérieur, avec un bel escalier et un foyer néoclassique que pour suivre la débat sur la presse, mené par Emmanuelle Duverger et où brillent Me Goldnadel, Philippe Bilger et un homme très informé dont je n’ai pas retenu le nom. Christian Combaz. Retournons au palais des Congrès, assez nombreuses ventes de livres et dédicaces. Repassés à l’hôtel, essayé de dormir un peu avec Pierre, fermé l’œil peut-être quatre minutes. Re-douche. Café. Retournés au palais des Congrès, M. Dellinger, autres ventes et dédicaces. Débat à trois heures sur l’immigration, pendant trois heures : journaliste animateur, Jean-Yves Le Gallou, Yvan Rioufol, Gourevitch, Faidenbush (?) et moi. La salle assez peu favorable à Rioufol, beaucoup plus nettement à moi. Deux heures ininterrompues de signatures, ensuite, grand enthousiasme des acheteurs. Très joli normalien, avec un sien ami idem. Général Martinez. Slobodan Despot accompagnant Oskar Freysinger, auquel les gens ne portent pas grande attention, bizarrement, et qui ne m’en porte aucune. M. de Boisseson. Donné plusieurs entretiens, à des journalistes mal identifiés, mais un au Petit Journal de Canal Plus, journaliste très aimable et souriant, d’autant plus assassin sans doute. Repassé encore une fois à l’hôtel, L’IN-NOCENT, beaucoup d’échos de la journée, dans l’ensemble très favorables, mais (du coup ?)  relance des accusations de pédophilie. Dîner officiel au même endroit que la veille, à table avec Élisabeth Lévy, Combaz, une journaliste de Marianne, une femme experte en art contemporain, Pierre, l’homme informé sur le dessous des cartes financières médiatiques du matin, sa femme, etc. Parlé à Karim Ouchikh, à un ancien député sarkozyste, à un homme des affaires culturelles qui a un manoir dans l’Orne, près de Carouges, aux deux jolis normaliens qui prennent là un verre, etc. Rentré avec Pierre sous la pluie. Traité l’autoportrait du jour, fait le matin au théâtre municipal, avec Combaz, mais n’arrive pas à le mettre en ligne, il est sans doute trop lourd pour la connexion d’hôtel. Journal. Agenda. 01:38 (le 29) /// Couché à 2 heures 20. 

lire l’entrée du samedi 28 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 29 mai 2016, 7 h 44
modifiée le lundi 30 mai 2016, 10 h 03
Dimanche 29 mai 2016.
Béziers, hôtel Mercure, ch. 261. Dormi peut-être deux heures, puis insomnie carabinée, partagée (alcool de menthe du restaurant, comme la veille, excitation de la journée, pensée que l’entretien à Canal Plus va sans doute me valoir encore un procès ?. Rendormi vers 7 heures, réveillé à 7 heures 20, levé alors, vérification des compteurs, mise à jour de cet agenda.  Le Jour ni l’Heure,  autoportrait de la veille, au théâtre municipal, avec Combaz, et Rioufol et Élisabeth Lévy  au restaurant Hallégria.  07:43 //// Déjeuné en bas avec Pierre, jeune homme des Veilleurs aimable la veille dans l’ascenseur ne dit pas bonjour, Philippe Milliau bizarrement réservé, général Martinez, Jean-Yves Le Gallou, visite de Philippe Martel. Douche. Bagages. Retourne au palais des Congrès. Signe encore des livres. Karim Ouchikh. Julien Rochedy. Christian Combaz. Donne un entretien à France Inter, jeune homme très aimable (???). Donne un entretien (un autre à Canal Plus), jeune femme agressive, « Vous savez bien que c’est faux », la plante là. Séance plénière upstairs, programme dOzladroite, Robert Ménard fait adopter à mains levées cinquante et une propositions sans tenir le moindre compte de celles des intervenants, tout cela est passablement absurde. Parlé à Paul-Marie Coûteaux qui propose un “café” chez M. de Boissezon à Bardigues mais nous n’avions pas l’intention de rentrer si vite en Gascogne. Quittons Béziers vers une heure. Première étape sous la ville, près des curieux bâtiment d’une écluse, ou d’un moulin, Fonséranès. . Essayé de voir le château de Raissac, sans grand succès. Vu le château de Perdiguier à Maraussan. Cazouls-lès-Béziers. Abbaye de Foncaude, mais l’église est fermée à cette heure. Cazedarnes. Roquebrun. Monté à droite, à l’est, avant Vieusssan, Le Pin, Le Lau, suivi la route jusqu’à Plaussenous, puis marché, sur le chemin du retour, en direction du suc de Calen, très jolie promenade. Vieussan. Chapelle de La Voulte. Olargues, marché dans le village, vu l’escalier, l’église, les ruines et le clocher au sommet de la butte, etc. Riols, montés jusqu’à la stèle des Déportés de 1851, modestissine monument. Saint-Pons-de-Thomières. Courniou. Verreries-de-Moussan. Roc de Suzadou, très belle vue, mais  pyônes et éoliennes. Albine. Saint-Amans-Soult,  marché dans le parc du château de Soult-Berg, vu (extérieurement)  le tombeau du maréchal Soult. Mazamet. Tourné un peu dans la ville et dîné dans un “Pong”, “Au Panda d’or”, buffet, gambas, champignons, poulet,  canard laqué, boulettes de poulet,  beignets de  légumes, glaces,  mille-feuilles (assez récalcitrant), très etc.  Labruguière, vu la halle. Puylaurens. Cuq-Toulza. Vermeil,  Bonrepos, château de  Pierre-Paul Riquet, sauté la murette d’enceinte et marché dans le parc, tour du château  à la dernière lumière du printemps, beau ciel. Rejoint l’autoroute à la hauteur de Grenade.  Phèdre à la radio, assez mauvais, mais bon. Valence-d’Agen, Pierre reprend sa voiture. À Plieux vers 11 heures et demie.  L’IN-NOCENT. Journal. Oublié l’autoportrait. Couché peu avant 2 heures. 

lire l’entrée du dimanche 29 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 30 mai 2016, 10 h 06
modifiée le mardi 31 mai 2016, 10 h 34
Lundi 30 mai 2016.
Saint-Ferdinand — 151/215. Plieux. Levé à 7 heures 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la veille, oublié, fait le matin même dans la salle des Nuits, et abbaye de Fontcaude, abside. Agenda. 10:06 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même et abside de l’abbaye de Fontcaude la veille. Autoportrait avec Combaz la veille, au théâtre municipal de Béziers, et Rioufol & Élisabeth Lévy au restaurant Hallégria des halles de Béziers le samedi soir. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. La journée a été ensuite entièrement consacrée à la déclaration de candidature à la présidentielle 2017. Un tweet en ce sens, communiqué de l’In-nocence. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, tour carolingienne de Roquebrun, moulins Cordier ou de Bagnols à Béziers, château de Perdiguier à Maraussan. Toute l’après-midi à l’affaire de la déclaration de candidature, pas de promenade, pas d’atelier. Carton pour le NON, puis rédaction d’une lettre aux membres, à la demande de Marcel Meyer. David Farreny a mis en ligne sur mon site l’annonce de la publication de l’album Le Jour ni l’Heure  2015 et d’Entre vivre ensemble il faut choisir mais la coïncidence n’est pas très favorable ou semblerait ne l’être que trop. Divers messages urgents. Dîner aux nouvelles, tarte aux champignons et au fenouil, salade verte, poire à la vapeur et myrtilles. Revu Le Conformiste, de Bertolucci, 1970. L’IN-NOCENT. Messages. Journal, en reprenant le texte de la lettre aux membres du NON. Autoportrait. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du lundi 30 mai 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 31 mai 2016, 10 h 46
modifiée le mercredi 1er juin 2016, 10 h 56
Mardi 31 mai 2016.
Visitation — 152/214. Plieux. Levé à 7 heures et 1/2. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et chapelle Notre-Dame de la Nativité de La Voulte, commune de Mons-La Trivalle, Hérault, avant-hier dimanche, 29 mai 2016. L’IN-NOCENT, L’^. Téléphonage d’un journaliste du Figaro, poli et aux questions pertinentes, mais l’expérience prouve que ça ne prouve rien — de toute façon je n’ai pas retenu ni d’ailleurs entendu son nom. Assez long entretien. Temps pluvieux et brumeux. Comptes : + 6.433,31 € /À venir -1.590,45 € | Prévisionnel 4.842,86 € / Agenda. 10:45 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, dans la bibliothèque, et chapelle de La Voulte à Mons-La Trivalle, plus trois autres images du 29 mai 2016, tour de Roquebrun, moulins Cordier à Béziers, château de Perdiguier à Maraussan. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois autres images du 29 mai 2016, chemin vers le suc de Calen au-dessus de Vieussan, clocher d‘Olargues, château de Bonrepos à Bonrepos-Riquet. Falla. Bain. Suites de la candidature, assez nombreux articles de la presse en ligne (de la version en ligne de la presse), dont un de FR3 particulièrement délirant. Celui du Figaro (Marc de Boni ?), d’après l’entretien du matin, est, lui, correct, malgré quelques approximations atmosphériques (mon dessein serait de peser sur le Front national). Promenade avec Pierre sur le plateau. Atelier. Peint en marron les tréteaux pour La Baignoire, le blanc ne convenant pas du tout dans la salle de Pierres. Bloc de pierre. Repassé au bureau, messages divers. Dîné aux nouvelles, gnochi au pesto, carottes, navets, courgettes, poire à la vapeur et myrtilles. Vu un peu de Usual Suspects, cas de Stephen Balwin, autre exemple de forte érotisation purement cinématographique. Remontés assez vite, messages divers, écrit à M. de Dieuleveult, à Bertrand Dermoncourt qui m’a envoyé des disques, etc. Cent vingt exemplaires d’Entre vivre ensemble sont arrivés la veille. L’IN-NOCENT, suite des réactions à ma candidature. Journal. Couché à 1 h et 1/2. 

lire l’entrée du mardi 31 mai 2016 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site