Le Jour ni l’Heure
juillet 2016

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 1er juillet 2016, 11 h 43
modifiée le samedi 2 juillet 2016, 15 h 13
Vendredi 1er juillet 2016.
Saint Thierry — 183/183. Plieux. Très peu dormi, réveillé à 6 heures, levé à 7. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et médiocre détail de la frise de Sylvestre Clerc pour la bibliothèque municipale de Toulouse, 1936. L’IN-NOCENT et surtout ^, gestion des cartons meyeriens, nouvelles versions abrégées en tweets (jusqu’à 30). Comptes : Solde au 30/06/2016 : + 3.114,23 € ///// À venir -997,66 € | Prévisionnel 2.116,57 €  //// 30/06FACTURE CARTE DU 010616 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -1.056,40 € (commande mes propres livres) ////30/06 FACTURE CARTE DU 200616 IKEA WEB VAD LISSES CARTE 4974 -688,00 € (deux tables, cinq chaises) //// 30/06 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES-CNCESU ECH/300616 ID-559,82 € //// 30/06 FACTURE CARTE DU 210616 REDOUTE AUB VAD ROUBAIX CARTE : -323,00 € (un matelas) ///// 30/06 FACTURE CARTE DU 120616 HOTEL MERC BOUL BOULOGNE BILL -286,80 € (séjour parisien à l’occasion de la fête de Radio Courtoisie) //// 30/06 FACTURE CARTE DU 210616 REDOUTE AUB VAD ROUBAIX CARTE -179,82 € (lit) //// 30/06 FACTURE CARTE DU 270616 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -136,16 € ///// 30/06 FACTURE CARTE DU 060616 MERCURE VAD ORLEANS CARTE 4974 -113,00 € (voyage à Senlis, 17 juin, chambre prépayée) ///// 30/06VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 € (mécénat) ////// 30/06 FACTURE CARTE DU 130616 DAC VAL FLEURI MIRADOUX CARTE -79,62 € ///// 30/06FACTURE CARTE DU 110616 BP VATAN MEUNE 31743/ CARTE 49 -60,00 € (essence ?) ///// 30/06 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.FR /MOTIF PAYMENT.: 3771 +57,84 € (ventes via Amazon) //// 30/06 FACTURE CARTE DU 070616 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C 27,21 € ////// 30/06 FACTURE CARTE DU 120616 COFIR VIERZON-N RUEIL MALMAIS -19,40 € (autoroute) ///// 30/06 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.DE /MOTIF PAYMENT.: 37740+11,72 € ////// 30/06 VIR SEPA RECU /DE APPLE /MOTIF CCI : 0078068518,ITUNES +11,41 € 30/06 FACTURE CARTE DU 110616 COFIR LA FOLIE- RUEIL MALMAIS -10,80 € (autoroute) ////30/06 FACTURE CARTE DU 130616 ASF CAHORS SU RUEIL MALMAIS CA -9,00 € ///// 30/06 FACTURE CARTE DU 110616 ASF GIGNAC RUEIL MALMAIS CARTE -9,00 € ///// 30/06 FACTURE CARTE DU 110616 COFIR ORLEANS-C RUEIL MALMAIS -6,90 € /////// 30/06 FACTURE CARTE DU 070616 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C -6,30 € ///// Agenda. 11:42 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et détail de la frise Sylvestre Clerc à la bibliothèque de Toulouse, 15 juin 2016. L’IN-NOCENT, cartons meyeriens. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du mercredi 15 juin 2016, poulie des menuisiers lors de la pose des fenêtres de la tour Sainte-Mère, Saint-Cernin de Toulouse, vilaine banderole sur le musée Saint-Raymond (“Arrêtez le massacre !”). Pas de visiteurs. Dormi un moment. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mis en ligne. Tweets, mise à jour, reconstitution de la mise à jour perdue la nuit précédente. Atelier, surtout le Bloc de pierre n° 1, qui prend assez bonne tournure. Nouvelles, Pierre pas là, verre de départ à la retraite au collège, prépare un frichti de pleurotes, carottes, lentilles, gnocchi, parmesan, etc., assez indigeste. Le partage en vitesse avec Pierre, rentré vers 8 heures et demie. Préparons en vitesse notre barda, car nous devons fuir la fête de Plieux qui s’apprête et nous sommes attendus à 9 heures et 1/2 à Saint-Clar, Le Demeure, maison d’hôte, bel édifice entre les deux places. Hélas, tumulte affreux à notre arrivée, séance de karaoké au café d’en face, et ce sera comme cela toute la soirée, jusqu’à 2 heures du matin. Notre chambre est à l’arrière, mais on entend très bien tout de même. Très mauvaise connexion, il faut aller dans le hall, d’ailleurs assez beau, pour pouvoir travailler en ligne. Apprends ainsi la mort d’Yves Bonnefoy, qui m’affecte beaucoup. Tweets à ce sujet, citations de mémoire, sur une chaise de l’énorme cage d’escalier. Journal dans la chambre, mort de Bonnefoy, mais il est très difficile de travailler à cause du bruit, et il a fallu fermer fenêtre et volets, grande chaleur. Autoportrait dans la chambre, bien. Me couche vers 1 heure et 1/2, mais son débile toujours aussi fort, impossible de fermer l’œil. Bruit s’arrête à deux heures, mais l’exaspération accumulée ou la mort de Bonnefoy m’empêchent de m’endormir avant trois ou quatre heures. 

lire l’entrée du vendredi 1er juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 2 juillet 2016, 15 h 58
modifiée le dimanche 3 juillet 2016, 17 h 03
Samedi 2 juillet 2016.
Saint Martinien — 184/182. La Demeure, Saint-Clar-de-Lomagne. Très peu dormi, réveillé à six heures et demie, levé à sept. Essaie de travailler un peu, mais toujours pas de connexion, sauf dans la belle cage d’escalier, très malcommode. Envisageons de vider les lieux, mais l’hôtesse nous assure que le bruit était exceptionnel et ne se reproduirait plus. Petit déjeuner en bas, de nature très “continentale”, jus d’orange, café, pain, croissant, pain aux raisins, confiture de figues avec un couple de Niçois très gentils, elle normande, lui homme de couleur officier supérieur de la Marine. Mets en ligne le brouillon du journal, pour n’avoir pas à transporter l’ordinateur. Rentrons à Plieux vers 10 heures. L’IN-NOCENT, devenu L’ARRIÈRE-PAYS en l’honneur de Bonnefoy. Relecture et correction du journal déjà en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, bien. Comptes : + 3.114,23 € (inchangé) /// À venir -1.308,46 € | Prévisionnel 1.805,77 € ////  15:58 ////// Le Jour ni l’Heure, cinq photographies de Toulouse le mercredi 15 juin 2016, paroi grise et blanche du Carmel, Le Silence, de Rivalz fils ou de Despax, La Soumission, idem, bel escalier Restauration dans la rue du Taur, façade de Notre-Dame-du-Taur. Chronologie, tour-t ce qui précède. Pierre “monte” la table Ikéa noire achetée pour la salle des Saisons, nous la retournons, mais il a oublié quelque chose, il faut tout recommencer. L’Arrière-Pays. Tweets,, mise à jour. Communiqué pour l‘In-nocence, sur la mort d’Yves Bonnefoy. Atelier, Bloc de pierre n° 2, retouches à La Pierre qui n’était pas sèche. Dîné aux nouvelles, mort de Michel Rocard. L’Arrière-Pays. Quitté Plieux vers 10 heures, retournés à Saint-Clar-de-Lomagne. Pas de sonorisation cette fois. La connexion ne marche toujours pas dans la chambre, dois travailler dans la cage d’escalier. Dictature de la petite bourgeoisie, relecture en ligne, pas mal avancé. Journal, mais cette fois dans la chambre. Autoportrait. Couché ver 1 heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 2 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 3 juillet 2016, 17 h 28
modifiée le lundi 4 juillet 2016, 17 h 56
Dimanche 3 juillet 2016.
Saint Thomas — 185/181. Saint-Clar-de-Lomagne, la Demeure. Bien dormi mais réveillés très abruptement à 7 heures par la sonnerie de la cloche de l’église toute voisine, très longue et très laide, très dure (cloche fêlée ?). Nous rendormons plus ou moins un moment. Petit déjeuner en bas, café, jus d’orange dans une bouteille en matière plastique, tranche de pain, croissants arrivent en fin de partie, l’hôtesse les a oubliés dans le four, il sont brûlés. Beaucoup parlé avec le même couple que la veille, lui capitaine de vaisseau, d’origine russe et libanaise (et égyptienne), très gentil. Raconte une mission au Liban pendant la guerre civile. Me donne sa carte parce qu’il me « trouve très sympathique ». Moi aussi, mais malheureusement je n’ai pas de cartes. Travaille comme la veille sur le palier de la cage d’escalier pour mettre en ligne l’entrée de la veille du journal et n’avoir pas à déménager le portable — du coup, beaucoup de fautes, évidemment, que signalera M. Arnoux. Allons à Lectoure à l’immense brocante de l’ancien hôpital pour voir s‘il n’y aurait pas des tapis, et un “châle” pour la rampe de l’escalier, dans la salle des Saisons. Non, mais achète cinq vases ou pots ou objets divers à peindre (410 € mais le marchand veut de l’argent liquide, c’est Pierre qui doit payer en allant chercher de l’argent avec sa carte à un distributeur). Rapportons assez laborieusement tous ces objet fragiles. À Plieux vers midi. Retournons enfin la table dans la salle des Saisons, bien. Y dépose un des pots achetés le matin, XVIIIe, vert foncé, mais je veux peindre la partie basse, le redescends. Bain. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, assez bon paysage “La Place du mort”, jolie photographie de Pierre lisant Leibnitz dans la chambre d’hôte à Saint-Clar (ces deux-là le matin même), vue nocturne de l’église de Saint-Clar la veille au soir. Agenda. 17:28 ///   Le Jour ni l’Heure, Chronologie,  autoportrait de la nuit, église de Saint-Clar la veille au soir; Pierre lisant Leibnitz et D. 953 entre Saint-Clar et L’Isle-Bouzon le matin même. L’IN-NOCENT, mise en ligne et diffusion de cartons meyeriens. Atelier, vase en partie vert acheté le matin, Bloc de pierre n° 1 (s’éloigne), lecture par Pierre du Cabinet des Antiques. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, pesto, jardinière de légumes, salade verte. Poires à la vapeur et framboises. L’IN-NOCENT (devenu provisoirement L‘Arrière-Pays). Tweets, mise à jour partielle de la production récente. Repartons vers Saint-Clar vers 10 heures et demie du soir. La Demeure. Travaille un moment sur la galerie de la cage d’escalier, suite de la mise à jour des Tweets. Journal ensuite, dans la chambre. Autoportrait. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 3 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 juillet 2016, 18 h 18
modifiée le mardi 5 juillet 2016, 15 h 22
Lundi 4 juillet 2016.
Saint Florent — 186/180. Saint-Clar-de-Lomagne. Encore réveillé à 7 heures par l’insupportable angélus de Saint-Clar-de-Lomagne, qui dure trois ou quatre minutes et fait un vacarme de tous les diables, musicalement très laid, en plus. Pierre doit partir pour son collège, de toute façon. Me lève, point trop vaillant. Journal de la veille, relecture. Déjeuné avec les mêmes personnes que la veille et l’avant-veille, le capitaine de vaisseau Afanassieff (plus ou moins). Lui ai porté pour le lui montrer le gros livre de Camille Aboussouan, Du mont Liban à la bastide royale de Fleurance, mais ça n’a pas l’air de trop l’intéresser. Travaillé encore un peu sur la galerie de la vaste cage d’escalier, ou du patio, journal 2016, mise en ligne. Payé Mme de Gramont (195 € pour trois nuits). Dû faire deux voyages pour charger la voiture. De retour à Plieux vers 10 heures et demie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, au papier peint de la Demeure, Éléphant de Lectoure, appel au respect d’icelui, le tout de la veille. Assez courte émission sur Bonnefoy, entends Jaccottet. Bain. Monte au sommet de la tour La Porte du foudre, décidément trop sombre. Visiteurs, dame aveugle avec son guide-compagnon, ne paie pas « puisqu’elle ne voit rien », lui non plus (sur ma proposition, mais il confirme que c’est l’usage). Recherche de livres en double pour les monter au sommet de la tour (Critique de la faculté de juger, Zarathoustra, album Verne de la Pléiade, Douve,  Duino et sonnets à Orphée, etc. ). Enregistrement des photographies traitées plus tôt. Agenda. 18:15 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, Éléphant de Lectoure, avis sur l’Éléphant, deux photographies de la veille (Pierre dans le chambre à Saint-Clar, la route entre Saint-Clar et L’Isle-Bouzon), une de l’avant-veille (église de Saint-Clar, nocturne). Tenté de commander un sommier et un matelas pour la salle des Saisons mais buté in extremis sur l’obstacle du SMS à envoyer par la banque, d’autant que Pierre a pris avec lui le téléphone portable. Atelier, peint en bleu la partie basse du vase vert acheté dimanche à Lectoure, suis très satisfait du résultat. Bloc de pierre n° 2, suite des tâtonnements. Dîné seul, Pierre au dîner de fin d’année du collège : petites quenelles, champignons, carottes, le tout poêlé, avec force beurre — pas mauvais. Confiture de figues sur crackers. Rien regardé, marché seul sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Rentré vers 10 heures. Reçu de Lulu un avis de publication de La Tour, journal 2015, par les soins de M. Pohon, dont j’étais sans nouvelle. Commandé deux exemplaires de test, un pour lui et un pour moi. L’Arrière-Pays. Tweets, mise à jour. Retour de Pierre. Journal. Couché à 2 heures - 10. 

lire l’entrée du lundi 4 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 5 juillet 2016, 15 h 22
modifiée le mercredi 6 juillet 2016, 11 h 15
Mardi 5 juillet 2016.
Saint Antoine-Marie — 187/179. Plieux. Bien dormi, levé à 8 heures, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et plaque à la mémoire d’“Hélène” (Liliane Simonetta), rue du Taur, à Toulouse, mercredi 15 juin 2016. Réunion de chantier à 9 heures, réception de travaux pour les fenêtres, M. Guérin n’est pas là mais son entreprise est représentée par trois ouvriers qui posent des plaques de verre aux deux petites ouvertures de la tour. M. Thouin avec une stagiaire renfrognée, M. Calmels, M. Sourbès et M. Ligardes jeune. Moment dans la nouvelle salle des Vents. Question de l’électification et même de la salle de bain, très ouvertement, aucun problème administratif, mais éventuellement problèmes techniques, le conduit de cheminée que les Ligardes comptaient utiliser étant en grande partie obturé par une grosse poutre verticale. L’entreprise Sourbès va faire une enquête. La plus grande partie de la matinée passe à ces colloques. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, livraison de la mi-journée, dét. du premier pilastre de la façade du dôme d’Orvieto, Christ et Ève (?), Lorenzo Maitena, mardi 23 février 2016 ; sexy soldat de Pitigliano et vue des tours et remparts de cette ville, 22 février 2016. Écrit à M. Pohon, en réponse à un message de la matinée. Agenda. 15:37 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, plaque “Hélène” rue du Taur à Toulouse le 15 juin 2016, soldat de Pitigliano et vue des remparts de cette ville le 22 février 2016, Christ et Ève (?) à Orvieto par Lorenzo Maitani le 23. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique. Communiqué pour l’In-nocence (Autriche et Hongrie). Atelier, Bloc de pierre n° 2, vase jaune, peint le bas en rouge. Dîné aux nouvelles, quiche et salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu l’émission de Stéphane Bern sur Danton. Promenade nocturne avec Pierre jusqu’à Saint-Vidal. L’Arrière-Pays. Cartons programmatiques, versions abrégées (twitterisées) des points de programme pour Marcel Meyer, 31-35. Tweets II, mise à jour. Écrit à M. Yannick Pohon, réf. La Tour. Écrit à Mme Fanny Levin, réf. portrait de sa mère. Pas de nouvelle de M. Lombardot. La Dictature de la petite bourgeoisie, suite de la relecture. Journal. Couché peu après 1 heure. 

lire l’entrée du mardi 5 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 6 juillet 2016, 11 h 41
modifiée le jeudi 7 juillet 2016, 11 h 48
Mercredi 6 juillet 2016.
Sainte Marietta Goretti — 188/178. Plieux. Bien dormi, levés à 8 heures et 1/4. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la veille, oublié, et beau masque-reliquaire de Saint Basile le Grand, ou saint Philippe, ou saint Diomède, troisième quart du XIIIe s., trésor de la cathédrale d’Amalfi. L’Arrière-Pays. Comptes : + 1.702,52 € ///// À venir 0,00 € | Prévisionnel 1.702,52 €   ///// 05/07 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/050716 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -759,88 € (voiture) //// 05/07 PRLV SEPA SOFINCO ECH/050716 ID EMETTEUR/FR3502000 -310,80 € (isolation) //// 05/07PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/050716 ID EMETT -121,88 € (assurance de crédit pour les travaux de la tour) //// 05/07 CHEQUE 2629768 -80,00 € (cruche landaise, Lectoure) //// 04/07 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,00 € 04/07 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE-1,25 € ///// 04/07 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/040716 -76,00 € ///// 04/07 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/040716 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 € ////  Agenda. 11:40 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait du matin pour la veille, tête-reliquaire d’Amalfi le 4 mars 2014, deux photographies de Pitigliano le 22 février 2016, Christ du premier pilastre gauche de la façade du dôme d‘Orvieto, 23 février 2016. Bain. Déjeuner ici, dans la cour des collègues de Pierre au collège. Montée à la salle des Saisons. Pizza, quiche, jambon cru, saucisson, vins rosés et rouges divers. Crumble au saumon. Tranches de magret de canard grillées préparées par moi mais assez ratées, je ne sais pourquoi, ça ne fait pas de jus (grill exagérément préchauffé ?). Excellents fromages divers, crumble à la fraise, gâteau à l’ananas, glaces à la vanill et rhum-raisin. Certains des participants s’en vont vers trois ou quatre heures mais conversation dans la cour avec les autres toute l’après-midi. Remonte travailler un peu vers six heures, toutefois. Puis atelier, vases, le vert et bleu, le jaune et rouge, la cruche landaise (rouge). “Dîné” aux nouvelles, poire à la vapeur et framboises, infusion. Rien regardé, promenade au Cassé avec Pierre, retour par le boulevard extérieur, rencontré au retour les Coulauden. Monté trois fois à la salle des Saisons, pour y fermer les fenêtres et l’autoportrait, mais pile épuisée, puis pas de carte. Tweets, mise à jour, courte et facile. La Dictature de la petite bourgeoisie, poursuite de la relecture correction, mais il y a un problème technique dans la version en ligne, les trois derniers quarts sont en gras, je ne sais qu’y faire. Journal. Couché à 1 heure et demie.   

lire l’entrée du mercredi 6 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 7 juillet 2016, 11 h 42
modifiée le vendredi 8 juillet 2016, 15 h 30
Jeudi 7 juillet 2016.
Saint Raoul — 189/177. Plieux. Levé à 7 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille au soir dans la salle des Saisons à la dernière lumière et magnifique main du Saint André de Michelangelo Naccherino dans la crypte de la cathédrale d’Amafi (1605) (photographie floue, hélas). Invitation pour “l’inauguration de la salle des Saisons”, 19 juillet 2016. Pierre monte le lit de pseudo-cuivre dans la chambre de la Prisonnière, et nous montons ensemble le matelas, non sans mal, mais nous nous apercevons qu’il manque un élément, un sommier, ou au moins des planches, à mettre sous le matelas. Céline monte en consultation, recommande des plaques de contreplaqué. Comptes : Solde au 06/07/2016 + 770,02 € ///// À venir -55,86 € | Prévisionnel 714,16 € ///// 6/07 CHEQUE 3167417 -872,50 € (Céline) //// 06/07 CHEQUE 2629770 -30,00 € (support de bois pour peinture, village des brocanteurs de Lectoure) / 06/07 CHEQUE 2629769 -30,00 €  (id.). Agenda. 11:41 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et main de saint André par Naccherino à Amalfi le 4 mars. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du dôme d’Amalfi le vendredi 4 mars 2016, la crypte, dét. d’un fresque de Vincenzo de Pino, cloître, dét. d’une fresque de Roberto di Oderisio. Bain. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Importé des cartons meyeriens, en ai diffusé d’autres, en ai rédigés d’autres encore (versions abrégées, twitterisées, des points de programme). La Dictature de la petite bourgeoisie, mise au point en vue de la nouvelle édition sur papier, mais, grave problème, la mise en ligne n’est pas du tout conforme à ce qui est prévu pour elle, tout est uniformément en gras et en italique. Plus personne à qui s’adresser pour sortir de cette impasse. Atelier, Bloc de pierre n° 2, Cruche landaise, pot jaune (et maintenant rouge), etc. Lecture par Pierre du Cabinet des antiques, Victurnien à Paris. Dîné aux nouvelles, genre tuerie, restes : magret de canard, grillé par moi mais décidément la réaction de la viande n’est plus la même (pas de jus…), carottes, excellents fromages divers, fin de bouteilles, vin rouge, rosé, poire à la vapeur, gâteau à l’ananas, glace à la vanille (72 kg 8). Vu une bonne partie du Dernier Château, The Last Castle, 2001, de Rod Lurie. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont, distribué au passage de premières invitations. Tweets II, transcription, très peu. La Dictature de la petite bourgeoisie, mais ça n’a pas de sens puisque les corrections, quoique visibles avant publication, ne le sont plus après. Écrit à M. Pohon. Plus de nouvelles de M. Lombardot. Journal. Couché à 1 h & 1/2. 

lire l’entrée du jeudi 7 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 8 juillet 2016, 15 h 52
modifiée le samedi 9 juillet 2016, 16 h 01
Vendredi 8 juillet 2016.
Saint Thibault — 190/176. Plieux. Levé à 8 heures. Temps un peu gris, mais chaud. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et vue d’Amalfi le vendredi 4 mars 2016, en noir et blanc. Imprimé encore des invitations pour “l’inauguration de la salle des Saisons”, rédigé des enveloppes, téléphoné deux fois à Simone Aeberhard pour des renseignements protocolaires (les couples non mariés compliquent beaucoup les intitulés). Pierre va à Fleurance acheter des plaques en contreplaqué pour le lit de Farid (et poster les invitations hors-village). Continue à faire des enveloppes. Fort déjeuner de restes, tuerie : pâté, jambon de campagne, saucisson, salade de cresson, vin rosé qui restait, puis vin rouge. Gâteau aux ananas et chocolats. Pas de session de la mi-journée de Le Jour ni l’Heure. Comptes : Bonjour M. CAMUS Avoirs + 575,02 € ///// Crédits -80.241,35 €  ////  07/07CHEQUE 2629771 -195,00 € (La Demeure, Saint-Clar, chambre d’hôtes, trois nuits) /////   Agenda. 15:51 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et vue d’Amalfi le 4 février 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. La Dictature de la petite bourgeoisie, mêmes problèmes que tous ces jours-ci, la version en ligne est toute en italique et en gras. Longue conversation téléphonique abec M. Pohon, qui consacre près de deux heures à me tirer d’affaire et qui y parvient tout à fait : nous finissons grâce à lui par nous débarrasser de l’italique, puis du gras — grande satisfaction. Pas d’atelier. Dîné aux nouvelles, restes de pâté de campagne et de saucisson, pleurotes, semoule, salade verte ; gâteau  à l’ananas et poire à la vapeur et framboise. Rien regardé. Suite de la distribution villageoise des invitations, avec Pierre (avenue Lou Tapet, boulevard des Italiens, etc.), puis promenade avec Pierre au Cassé, avec retour par le boulevard extérieur. Repris victorieusement, grâce à M. Pohon, la relecture-correction de La Dictature de la petite bourgeoisie. Assez bien avancé. Tweets II, mise à jour. Journal. Couché peu avant 1 heure. 

lire l’entrée du vendredi 8 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 9 juillet 2016, 16 h 36
modifiée le dimanche 10 juillet 2016, 9 h 45
Samedi 9 juillet 2016.
Sainte Amandine — 191/175. Plieux. Levé à 7 h & 1/2. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, à l’YHWH 10, et pierre funéraire du cloître d’Amalfi, Vitellio De Dote (?) (1462), vendredi 4 mars 2016. Bain. Rediffusion de l’émission de Finkielkraut sur  Le Colonel Chabert, avec Pierre Pachet (†) et Jean-Paul Kauffman. Eté avec Pierre à Agen pour des courses en partie liées aux aménagements récents, mais sans grand succès. Artempo, une dizaine de tubes de peinture (Pebeo, Sennelier), quelques pinceaux. Castorama, peinture en pot, lampe-torche, lampes à pile, genre lampes-tempêtes. Divers magasins de “décoration”. Serviettes de toilette. Magasin de vêtements, chaussettes, chemises, pull-over ultralégers. Magasin Fly, deux “plaids” pour la rampe de la salle des Saisons, grands saladiers de métal. Roset, Roche & Bobois, mais nous ne trouvons pas ce que nous cherchons (“boutis”, couvre-lits). Serviettes de bain. Rentré à deux heures. Mangé un peu de fromages et de la confiture de figues avec des crackers. Café. Conversation avec Flatters à l’instant. Comptes :  + 6.735,24 €  //// À venir -344,36 € | Prévisionnel 6.390,88 ////// 08/07REMISE CHEQUES BORDEREAU 00176679 +521,00 € (défraiement Senlis, vente de livres à Senlis, petit chèque de visiteur (5€) // 08/07 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE S.A.R.L. ET CIE S.C.A +4.500,00 € (importation des revenus PayPal, abonnements au journal, ventes de livres par Blurb ou Lulu depuis deux ou trois mois, voire plus) / 08/07 VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.139,22 €  (retraite). Agenda. 16:33 /////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Vitellio De Dote, Amalfi, 4 mars 2016. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Monté dans la salle des Saisons, avec Pierre, un tapis de jute qui traînait roulé depuis des années (jadis dans la chambre de ma mère, auj. atelier), et deux plaids bleu profond achetés le matin (10 € chacun) (pour la rampe d’accès. Autoportrait là-haut avec The Tower, de Yeats, et Intérieur à Plieux, avec Le Printemps et L’Hiver. Tweets II, mise à jour. Atelier, “gelé” le vase vert et bleu, rouge La Cruche landaise, trav. au Bloc de pierre n° 2. Dîné aux nouvelles, ultimes restes de pizza du déjeunes des professeurs, salade verte, restes de fromage du même, poires à la vapeur et framboise (73 kg 2). Vu Dérapage, Derailed, 2005, de Mikael Hafstrom, assez bêta. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Dictature de la Petite bourgeoisie, pas mal avancé, mais de nouveau le problème du gras — essayé de m’en débarrasser selon la méthode Pohon, mais obligé de recopier les paragraphes suspects, c’est interminable et épuisant, d‘autant que ma lampe de bureau ne fonctionne plus ; et de toute façon ça ne marche qu’une fois. Journal. Couché vers 1 heure et et demie. 

lire l’entrée du samedi 9 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 10 juillet 2016, 9 h 49
modifiée le lundi 11 juillet 2016, 12 h 28
Dimanche 10 juillet 2016.
Saint Ulrich — 192/174. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Beau temps. Autoportrait de la veille, lisant Yeats dans la salle des Saisons (The Tower), et autre vue de la salle des Saisons, sans moi. Déjeuné en bas avec Pierre. Agenda. 09:49 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, les deux photographies ci-dessus. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Pierre réussit à débarrasser du gras la version en ligne de La Dictature. Installons la “petite” table Ikea (mis elle est tout de même un peu grande) dans la chambre de La Prisonnière (ou chambre Tali ?). Le Jour ni l’Heure, trois photographies du vendredi 4 mars 2016, temple de Poséïdon à Paestum, tombe du Plongeur au musée (dét. du banquet), vue sur Trentinara prise d’une baie du musée (de Paestum). Café. Visiteurs (lis la Vie de Pierre Ménard, de Michel Lafon). Dictature de la Petite Bourgeoisie. Atelier, La Cruche landaise,  Bloc de pierre n° 2. Dîné aux nouvelles. Restes de quiche et de fromage, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Regardé une émission de la chaîne Histoire (ou bien “Toute l’histoire” ?) sur l’histoire de l’art grec, les Minoëns, les Mycéniens, le temps des kouroï. Promenade avec Pierre au Cassé, autoportrait sur le boulevard extérieur. Regardé quelques minutes du match France-Portugal, 0 à 0. Dictature de la petite bourgeoisie, suite. L’Arrière-Pays. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 10 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 11 juillet 2016, 12 h 34
modifiée le mardi 12 juillet 2016, 11 h 40
Lundi 11 juillet 2016.
Saint Benoît — 193/173. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille au soir, au Cassé, et gladiateur à la lance, tombe peinte du musée de Paestum, 4 mars 2016. Découvrons que Farid arrive le jour même, et non pas le lendemain comme je l’avais cru à tort. Poursuite des aménagement de sa chambre, où personne n’a couché depuis trois siècles. On (Pierre) y accroche encore des tableaux, pour faire un peu de place dans l’atelier et lui ménager là-bas un bureau, dans la journée. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de la veille au soir, promenade au Cassé, Pierre au crépuscule sur le boulevard extérieur, ciel strié de traces d’avion, noyers. Arrivée du premier exemplaire Lulu de La Tour, journal 2015, pas mal, quoique le papier soit un peu cheap et transparent (700 pages… ). Bain. L’Arrière-Pays. Dormi un peu. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Force aboiements de chiens, celui de la chartreuse et celui de Mme Le Coz en même temps ! 18:35 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, au Cassé, trois autres images de la promenade au Cassé, Pierre, le ciel, les noyers : quatre photographies du 4 mars 2016 à Paestum, le temple de Neptune, les peintures tombales, vue sur Trentinara. Communiqué pour l’In-nocence, le parc d’éoliennes de Courseulles. Atelier, la Cruche landaise n° 2, le Bloc de pierre n° 2, gelé La Coupe, retouches à La Charnière, etc. Monté le pot vert et maintenant vert et bleu dans la chambre de Farid. Lettre embêtante de la Drac (M. Calmettes) qui demande la constitution d’un dossier de présentation pour les travaux d’électification envisagés (encore des dépenses et surtout des délais). Dîné aux nouvelles, autre magret de canard acquis pour le déjeuner des professeurs et non consommé alors, carottes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu un peu d’un Roméo et Juliette de Prokofiev (russe ?) et beaucoup de Nebraska, d’Alexander Payne, 2013, bien. Marché seul jusqu’au rang de chênes du chemin de la Rouquette, Pierre va chercher Farid à la gare d’Agen. La Dictature de la petite bourgeoisie, suite de la préparation de copie, mais encore des problèmes avec le texte qui se met cette fois massivement en italique. Beaucoup de temps perdu, mais parviens à rétablir la bonne leçon. Arrivée de Farid vers minuit et demie, il n’a pas dîné, Pierre lui prépare quelque chose. Il va coucher dans la tour, chambre de la Prisonnière (lampe-torche, lampe-tempête, nouveau lit, nouvelle table, nouvelle chaise, sol très inégal et terreux, une douzaine de tableaux, dont deux grands). Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du lundi 11 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 12 juillet 2016, 15 h 19
modifiée le jeudi 4 août 2016, 22 h 57
Mardi 12 juillet 2016.
Saint Olivier — 194/172. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin, pour la veille, oublié, et “les amants” de la tombe du Plongeur, à Paestum, 4 mars 2016. Pierre et Farid vont à Fleurante faire des courses pour la “fête” (dix bouteilles de champagne, dix bouteilles de montus). L’Arrière-Pays, 8528. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de Paestum le 4 mars 2016, homme à l’œuf de la tombe du plongeur, temples. Agenda. 15:45 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et quatre photographies de Paestum le 4 mars 2016, deux peintures, deux architectures. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence (nuit du 10 juillet). Écrit à M. Pohon, réf. l’exemplaire du Journal 2015 arrivé hier. Lui ai envoyé des photographies et un pré-maquette pour la couverture de la Dictature. Écrit à M. Thouin à propos de la lettre de M. Calmettes, que lui ai transmise (cf. électrification). Atelier, très grand vase cylindrique marron, que peint en laque garance sombre. Cruche landaise n° 2. Bloc de pierre numéro 2. Pierre lit Le Cabinet des Antiques, suite, démarches du notaire pour tâcher de sauver Victurnien. Dîné avec Pierre et Farid, gratin de courgettes, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Regardé l’émission de Stéphane Bern sur les femmes de la Révolution, bien (Théroigne de Méricourt, Olympe de Gouges, Mme Rolland, Mme Tallien, Germaine de Staël). Farid remonte dans sa tour, comme le chevalier de Chateaubriand. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à la rangée de chênes du chemin de la Rouquette, mais il fait froid. L’Arrière-Pays, le coiffeur de François Hollande. Dictature de la Petite Bourgeoisie, un peu avancé. Journal. Couché à 2heures. 

lire l’entrée du mardi 12 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 13 juillet 2016, 11 h 30
modifiée le jeudi 14 juillet 2016, 16 h 07
Mercredi 13 juillet 2016.
Saints Henri et Joël — 195/171. Plieux. Levés à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Mulini Reali du Jardin anglais de Caserte,  1790, un peu douteux (auj. un restaurant pour mariages) ; problèmes techniques, plantage, photographies crues perdues, temps perdu. Comptes : BNP hors d’atteinte, liens n’ouvrent pas. Agenda. 11:28 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Mulini relax [correcteur automatique pour reali]  du Jardin anglais de Caserte, 4 mars 2916. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. ^, points de programme, formule courte, 40-45. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Caserte le 5 mars 2016, maison du Jardinier, chiens d’Actéon, petite serre. Bain. Visite d’un lecteur nîmois, M. Canonge, et de sa compagne collectionneuse. Verre avec eux. Autres visiteurs, très enthousiastes, me dit Pierre, mais je ne les vois pas. Écrit à M. Pohon. Communiqué pour l’In-nocence (les prénoms). Cartons meyeriens. Atelier, le grand vase cylindrique, la cruche landaise n° 2, le Bloc de pierre n° 2. Dîné aux nouvelles, gnocchi au pesto, jardinière de légumes, poire à la vapeur et framboises. Promenade sur le plateau avec Pierre et Farid, chemin de la Rouquette, obliqué vers B., revenu par le petit bois et le chemin d’Enduré. Tweets II, mise à jour. Dictature, un peu. Journal. Couché vers 1 heure et demie. 

lire l’entrée du mercredi 13 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 14 juillet 2016, 16 h 28
modifiée le vendredi 15 juillet 2016, 11 h 44
Jeudi 14 juillet 2016.
Fête Nationale (Férié) — 196/170. Plieux. * Levés à 9 heures. Déjeuné en bas, en partie avec Farid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et marcassin de la fontaine de Vénus et Adonis, Gaetano Salomone, Caserte, samedi 5 mars 2016. L’Arrière-Pays. Longue recherches pseudo-érudites à propos de Caserte (Graefer, Bronte, etc.). Le Jour ni l’Heure, Caserte toujours le 5 mars 2013, statue de la Littérature (?), vue générale de la “via d’acqua”, très traitée, détail de la fresque de Mariano Rossi pour le salon d’Alexandre, Noces d’Alexandre et de Roxane, 1787. Bain. Assez beau temps très frais. Retard. Fatigue. Café. Comptes : Solde au 13/07/2016 5.933,77 € À venir -780,98 € | Prévisionnel 5.152,79 €   ////  11/07 ECHEANCE PRET 01038 60311711 (travaux de la tour) -801,47 €. Agenda. 16:27 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, sept images de Caserte le 5 mars 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture mise en ligne. Cartons meyeriens, programme, de 35 à 40. Livre de Fanny Seguin. Atelier, les grands vases, fait couler du bleu. Bloc de pierre n° 2. Lecture par Pierre du Cabinet des Antiques, grandes manœuvres judiciaires.  Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et jardinière de légumes, salade d’avocats et taboulé au parmesan. Poire à la vapeur et framboises. Vu un peu de Palto Alto, 2013, de Gia Coppola et un peu de LOL USA, de Liza Azuelos. Promenade au Cassé avec Pierre et Farid. Ressorti avec Pierre pour porter trois lettres, une invitation aux Belges, qui sont en résidence, et deux lettres de condoléances à Mme C. qui a perdu sa sœur et à Mme D. sa mère. Remonté vers 10 heures et demie. Dictature de la petite bourgeoisie, relecture, suite. Nouvelle d’un nouveau massacre, cette fois à Nice (soixante dix morts). Polémique sur les réseaux à propos de l’opportunité de montrer des images. Journal. Couché à 3 heures du matin. 

lire l’entrée du jeudi 14 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 15 juillet 2016, 15 h 36
modifiée le samedi 16 juillet 2016, 16 h 14
Vendredi 15 juillet 2016.
Saint Donald — 197/169. Plieux. Très peu et mal dormi. Réveillé à 6 heures, levé à 7. ^, L’Arrière-Pays, commentaires divers. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, quasi doublon du précédent (une heure et demie du matin…), car oubli, avec les événements. Tél. de Paul-Marie Coûteaux. Twombly de Caserte, Senza titolo, 1984, dét. Pierre et Farid vont faire des courses à Lectoure pour le dîner de ce soir. Grande agitation sur les réseaux, pas de livraison de la mi-journée du Jour ni l’Heure. Bain. Comptes : Solde au 13/07/2016 5.933,77 € À venir -780,98 € | Prévisionnel 5.152,79 €   (inchangé). Agenda. 15:34 ////  Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et Twombly de Caserte, trois autres photographies de Caserte le 5 mars. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Dormi un peu, mais naturellement réveillé par le chien de Mme Le Coz. Cartons meyeriens, 40-45. Visite convenue le matin de MM. Édouard de Goulaine et Adrien de Felcourt. Thé avec eux, Farid et Pierre, puis floc de Gascogne. Éric Dupont et sa compagne Cécile De Hann vers sept heures et demie, sur rendez-vous pris en avril (!). Champagne et foie gras avec eux dans la bibliothèque, récital de violoncelle de Cécile De Hann, troisième suite de Bach, prélude, sarabande et gigue. Monté avec eux au sommet de la tour. Dîné dans la salle des Pierres, J’y-fous-tout, laitue et cresson, poulet tiède, jambon, lardons, gorgonzola, croutons, champignons. S’en vont vers minuit. Marche avec Pierre Unter Sternen sur le plateau, jusqu’à la fin du goudron (peur d’abîmer mes “bonnes” chaussures). Mise à jour des Tweets. Dictature de la petite bourgeoisie, avancé de quelques paragraphes,. Autoportrait. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 15 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 16 juillet 2016, 17 h 56
modifiée le dimanche 17 juillet 2016, 16 h 55
Samedi 16 juillet 2016.
Notre-Dame du Mont-Carmel — 198/168. Plieux. Assez bien dormi, levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, médiocre autoportrait de la nuit et bas-relief néo-classique du palais de Caserte, scène de l’Illiade (?), auteur inidentifié, funérailles d’un héros, samedi 5 mars 2016. Bain. M. David Sexton, du London Evening Standard et du Spectator (pour le Spectator). Entretien avec lui. Montons au sommet de la tour. Déjeuner avec lui, Pierre et Farid — foie gras, puis J’y-fous-tout, suite (renouvelé, toutefois), salade, poulet, jambon, crouton, lardons, gorgonzola. Gâteau au chocolat (industriel). Château-Montus. Café. Visiteurs, couple de Condom, puis famille avec un enfant. M. Sexton visite le bas avec les Condomois, puis regagne sa maison des environs de Lauzerte. Sommet de la tour avec les mêmes Condomois. Agenda. Dormi un peu, dans la bibliothèque pour échapper au chien Le Coz sur le flanc nord mais rattrapé par le chien La Guéronnière sur le flanc sud, qui me réveille rapidement. Ragenda. Comptes : Bonjour M. CAMUS Avoirs 5.873,77 € //// Crédits -79.604,37 € ///// Solde au 15/07/2016 5.873,77 € À venir -738,88 € | Prévisionnel 5.134,89 €   //// 15/07 PRLV SEPA ORANGE ECH/150716 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 -60,00 € ///// 17:55 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait et “Funérailles de Patrocle” (?). Journal 2016, entée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, très grand vase, objet rond non identifié, Bloc de pierre n° 2. Fin de la lecture par Pierre du Cabinet des Antiques. Très léger dîner, poire à la vapeur et framboises (pour ma part). Vu Prêt-à-porter, Ready to Wear, de Robert Altman, 1994, un peu distrayant mais insignifiant et pointless et très long. Promenade nocturne avec Pierre au Cassé. Écrit à David Farreny et à M. Lombardot. Dictature de la petite bourgeoisie, suite de la relecture. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du samedi 16 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 17 juillet 2016, 17 h 05
modifiée le lundi 18 juillet 2016, 14 h 14
Dimanche 17 juillet 2016.
Sainte Charlotte — 199/167. Plieux. Levé à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même pour la veille, oublié, et tableau sans titre Bruce McLean de la collection Terrae Motus de Caserte, 1985. Tweets, abondante production. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de Caserte le 5 mars 2016, lit de Murat, Reproches d’Horace à Pâris, 1818, Giuseppe Cammerano, vue très “traitée” et assez réussie du Vésuve à travers un vitrage (sale) du palais. Dormi un peu avec Pierre. Visiteur. Agenda. 17:05 ///   Le Jour ni l’Heure, Chronologie, les cinq photographies ci-dessus. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Très agacé par un visiteur qui s’est annoncé pour “la fin de l’après-midi”, n’arrive pas ni ne téléphone. Termine toutefois la “lettre aux membres du NON” demandée par Marcel Meyer et la lui envoie.  Passe toutefois dans l’atelier : les grands vases et pots, déversements. La Charnière. Le Bloc de pierre n° 2. Dîner aux nouvelles, restes du J’y-fous-tout, puis du gâteau au chocolat. Rien regardé, promenade avec Pierre jusqu’au Cassé, mais il fait encore très chaud. Remonté vers 10 heures. Message de M. d’Argenson, qui est arrivé un peu après huit heures mais n’a pas osé sonner. Coup de collier pour finir la mise au point de la nouvelle édition de la Dictature, y parviens vers 1 heure du matin, mais, catastrophe, la version en ligne, qui doit servir de référence, passe entièrement en “gras” comme la semaine dernière à la suite de tentatives de mise en forme des épigraphes. Essaie en vain d’y remédier, suis trop fatigué pour insister, me contente un peu lâchement de m’ouvrir de ce nouveau problème à M. Pohon. Journal. Couché à 2 heures et demie du matin. 

lire l’entrée du dimanche 17 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 18 juillet 2016, 14 h 23
modifiée le mercredi 20 juillet 2016, 21 h 42
Lundi 18 juillet 2016.
Saint Frédéric — 206/166. Plieux. Levés à 8 heures et demie, réveillés par Céline et le petit déjeuner dans la bibliothèque. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et salon-bar de l’hôtel Royal Caserta, ex-Jolly, de Caserte, d’un style 1960 assez pur. Beaucoup d’activité tweeteriennes. Tél. de Paul-Marie Coûteaux. Lettres de membres du NON, qui répondent à mon invite de la veille, aussitôt diffusée (mais maintenant il fait absolument leur répondre). Tél. de Jérémie Sercy. Bain. Nouveau tél. de Coûteaux, qui m’annonce un retard de son équipe et de lui. En profite pour mettre à jour cet agenda. 14:22 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille et intérieur à l’hôtel Royal-Caserta, 5 mars 2016. Arrivée de l’équipe de TvLibertés vers 3 heures et demie : Paul-Marie Coûteaux en guise d’intevieweur, Arnaud Soyez directeur de plateau (?), Raphaël ou Ralph cameraman. Tour général des lieux pour choix des différents décors. Première émission enregistrée dans la salle des Nuits, long moment de battement pour transporter le matériel et ajuster les caméras, deuxième émission enregistrée dans la salle des Pierres.  Tour pour des extérieurs, allons jusqu’à l’orée du bois. Été dîner à six (Coûteaux, M. Soyez, le jeune Ralph, Farid Tali, Pierre et moi à l’auberge de Gramont : alcool de framboise, potage, assiette de trois foies gras, vin blanc, magrets de canard, gratin de courgettes, soufflés aux champignons, vin rouge, fromages divers, glace, feuilleté à la pâte d’amandes, mousse au chocolat. Marché tous les six sous la lune pleine jusqu’au manoir d’Havarrès et jusqu’au hameau de Latroque. Incident de la rue bouchée, au retour. Les visiteurs dirigent vers Fleurante, hôtel Fleurance, nous rentrons ici. L’Arrière-Pays, Journal, mais n’ai pas eu le temps de relire et mettre en ligne la pourtant brève entrée de la veille. Couché vers 2 heures. 

lire l’entrée du lundi 18 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 20 juillet 2016, 22 h 32
modifiée le jeudi 21 juillet 2016, 10 h 27
Mardi 19 juillet 2016.
Saint Arsène — 201/165. Plieux. Très mauvaise nuit, insomnie presque complète (Pierre aussi). Réveillé à 4 heures, vaguement rendormi vers 7 heures et demie, levé à 8 heures. Autoportrait de la veille, après Gramont, et paysage sous une énorme lune de la nuit même, fenêtre de la bibliothèque. Bain. Pierre raccompagne à la gare d’Agen Farid qui se rend directement à Mulhouse, et il va faire d’ultimes courses pour la sauterie du soir. L’équipe Coûteaux devait être là à 9 heures et 1/2 mais se présente en fait à 10 heures et 1/2 car ses membres ont eu du mal à se retrouver à l’hôtel Fleurance de Fleurance (!!!) — ce retard initial impliquera beaucoup de précipitation toute la journée. Troisième séance d’enregistrement de trente-cinq minutes dans la bibliothèque, et quatrième aussi, mais il faut tout de même une grosse demi-heure de battement entre les deux pour vider ou recharger je ne sais quoi. Déjeuner-collation tardif mais le directeur technique et le caméraman ont à peine le temps de se poser : poulet rôti et salade verte, cantal, tuiles épaisses, café. Tél. de Jeanne Lloan annonçant la mort de sa sœur. Cinquième session d’enregistrement dans l’atelier, battement, puis sixième au sommet de la tour, sur mon insistance. Pierre et moi commençons à mettre en place les éléments du buffet du soir, avec cette difficulté qu’il fait terriblement chaud etque certains doivent être servis très frais. Imaginons de faire des seaux à glace avec des saladiers. Re-bain, de défatiguatation. Coûteaux accompagne à Agen, lui aussi, MM. Soyez et Raphaël (Ralph). Premiers invités pour la soirée d’inauguration de la tour vers 7 heures : Antoine et Claudine Rodriguez, venus de Beaumont-de-Lomagne, les Pezat, les Saint-Genès, Mme le maire, Danielle Lavauden, Mme Cerdan, M. et Mme Delmas, Régis Delmas et sa fille Ninon, rejoints plus tard par la jeune mère, notre nouvelle voisine Mme Cabestaing, décidément très aimable (et très élégante), les Aeberhard, Gisella Salvioni et Renaud Hemmet, les Benzie, la famille Camps, M. et Mme Dulau, Mme Cabestaing jeune, la famille Forzy, M. l’architecte en chef et sa stagiaire boudeuse, etc. Tout le monde très aimable et souriant, et paraissant très content (sauf la stagiaire boudeuse). Camp de base dans la bibliothèque, et l’on monte au sommet de la tour par cordées de 10 mais en fait on tient là-haut facilement à trente. Champagne (Mumm), vin rouge (Montus), jus de fruits. Jambon blanc, jambon de pays, saucissons divers, pâtés divers, cantal, macarons (de Valence d’Agen). Derniers invités s’en vont vers 10 heures et demie. Pierre et moi rapatrions vers la cuisine le plus périssable, puis marchons jusqu’à Saint-Vidal. Au retour, alors que Pierre est allé porté des macarons au A. qu’il croit (à tort) à la Garrière, réapparition de Coûteaux, flanqué d’un superbe Tunisien nommé Ashraf (?) et qui croyait, apparemment, que nous donnions un bal censé durer toute la nuit — il pensait que la fête battait son plein et il est très surpris de me trouver seul. Petite collation nocturne avec Pierre pour lui et Ashraf, très gentil : champagne, montus, mais difficulté du fait que presque tout relève de la cochonnaille. S’en vont vers une heure. Journal 2016, entrées de la veille et de l’avant-veille, très courtes, heureusement — relecture et mise en ligne. Journal du jour. Couché vers deux heures et demie. 

lire l’entrée du mardi 19 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 21 juillet 2016, 0 h 55
modifiée le jeudi 21 juillet 2016, 9 h 49
Mercredi 20 juillet 2016.
Sainte Marine — 202/164. Plieux. Très bien dormi (contre toute attente). Levés à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille à l’aube et détail (Achille) d’un tableau très kitsch d’un certain Antonio Galliano, inconnu de tous les bataillons sauf comme ardent collaborateur au temps de l’occupation française : Mort d’Hector et triomphe d’Achille (1815), Caserte, samedi 5 mars 2016. Retard général, quatre ou cinq jours d’absence aux fourneaux, messages urgents, mais à peine un sur dix. Lettre à M. Pohon, cf. la couverture de La Dictature de la Petite Bourgeoisie. L’Arrière-Pays, assez intensément. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies prises à Caserte le 5 mars 2016, beau Solimena très tardif (Triomphe de Charles “III” à Gaëte), chien d’un décor rococo, étonnamment mauvais portrait de la reine Marie-Sophie des Deux-Siciles, 1860 (celle de Proust). Bain. Pierre va à Lectoure chercher Jérémie Sercy. Tardive collation de restes avec eux, type “tuerie”, très à mon gré : vestiges de foie gras des repas Dupont et Sexton, jambon blanc, pâté de campagne, saucisson, cantal, glace au rhum et aux raisins, macarons de Valenee-d’Agen. Le Jour ni l’Heure, essayé de rattraper le retard accumulé (photographies mises en ligne sans légende, etc.). Chronologie, agenda, idem, mais dans ma précipitation perd une page entière (agenda d’hier). Atelier, les trois grand pots, dégoulis superposés. Lectoure par Pierre de Ronald Syme, La Révolution romaine. Dîner aux nouvelles, mais pour ma part réduit à sa plus simple expression, poires à la vapeur et framboises. Promenade au Cassé avec Pierre et Jérémie Sercy. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, dû reconstituer l’entrée d’hier. Comptes : Dernière connexion le 16/07/2016 à 17h51 Bonjour M. CAMUS Avoirs 3.855,87 € Crédits -79.604,37 € /// 19/07 CHEQUE 2629772 -2.000,00 € ///// 19/07 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/190716 I -17,90 € //// Agenda. 00:48  /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait et paysage à la lune de la veille, quatre photographies de Caserte le 5 mars 2016, détail, Achille, du tableau d’Antonio Galliano, 1815, Mort d‘Hector et Triomphe d’Achille ; beau Solimena figurant le futur Charle III d’Espagne ; portrait naïf de la reine Marie-Sophie ; chient courant d‘un décor rocaille, c. 1780, appartement de la reine (Marie-Caroline). Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mercredi 20 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 21 juillet 2016, 10 h 00
modifiée le vendredi 22 juillet 2016, 11 h 41
Jeudi 21 juillet 2016.
Saint Victor — 203/163. Plieux. Mauvaise nuit, très peu dormi, réveillé à 4 h, levé à 5, forte collation solitaire dans la cuisine où l’électricité ne marche pas, à la lueur de l’aube et du réfrigérateur ouvert, jambon blanc, pâté de campagne, cantal, Montus, deux ou trois macarons. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et fresque d’Antonio Galliano, Mort d’Hector et Triomphe d’Achille, Caserte, 1815, plan plus large. Comptes : Solde au 20/07/2016 3.855,87 € //// À venir -1.268,34 € | Prévisionnel 2.587,53 €   ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et fresque de Galliano à Caserte, ensemble et détail, portrait de Maria Sofia, la dernière reine de Naples, chien peint du cabinet de la reine Marie-Caroline. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, affreuse fresque de Gennaro Maldarelli, Pose de la première pierre de Caserte par Charles III le 20 janvier 1752, 1844, autre détail du plafond de Mariano Rossi, Noces d’Alexandre et de Roxane, 1787, et Fedele Fischetti, Toilette de Marie-Caroline en Vénus, c. 1780, le tout à Caserte le 5 mars 2016. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne.  Atelier, les trois grands pots, le Bloc de pierre n° 2. Lecture par Pierre, puis Sercy, de Gomez Davila. Dîné aux nouvelles, “couscous”, semoule, restes de poulet, salade au gorgonzola, poires à la vapeur et glace. Vu pas mal de Teodora, 1953, de Riccardo Freda, et beaucoup d‘un long entretien d’Emmanuel Berl, 1972. Promenade nocturne avec Pierre, sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Commencé la préface pour le livre de Fanny Seguin. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 21 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 22 juillet 2016, 11 h 37
modifiée le samedi 23 juillet 2016, 12 h 05
Vendredi 22 juillet 2016.
Sainte Marie-Madeleine — 204/162. Plieux. Assez bien dormi, levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille puis perdu rageusement un temps fou à tâcher d’identifier un tableau de la pinacothèque de Caserte, deux jeunes princes du milieu du XVIIIe siècle devant une mappemonde, curieusement reproduit nulle part quoique d’assez bonne qualité (acquisition récente ?) : fils de Charles III, les futurs Charles IV d’Espagne et Ferdinand IV de Naples puis Ier des Deux-Siciles ????. Peintre inconnu (de moi) (Giuseppe Bonito ?). L’Arrière-Pays. Comptes : Solde au 21/07/2016 3.855,87 € (inchangé) /// À venir -1.268,34 € | Prévisionnel 2.587,53 € //// Agenda. 11:36 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et les deux princes de la maison de Bourbon de Caserte, plus trois autres tableaux ou fresque de Caserte le 5 mars 2016, Pose de la première pierre (Maldarelli, 1844, affreux), Noces d’Alexandre et de Roxane, 1787, Mariano Rossi, Toilette de Marie Caroline en Vénus, Fedele Fischetti, c. 1780. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de Caserte le 5 mars 2016, grand escalier again, portrait de Ferdinand II enfant par Cammarano, 1819, et Castellucia, dans le parc, 1759 — hélas le portable, où se trouvent ces photographies, marche de plus en plus mal et rame en permanence, ce qu’on voit le plus et la petite roue d’attente qui tourne, d’où considérable temps perdu. Pierre à Lectoure avec M. Sercy pour acheter un présent pour ma tante à laquelle je n’ai pas pu parler le jour de son anniversaire, 20 juillet (impossible de lui faire entendre mon nom), et quelque chose pour nos hôtes du soir. Bain. L’Arrière-Pays. Écrit la préface du livre de Fanny Seguin, L’Assassinat de la France racontée à ma petite fille, qu’envoyée à son éditeur David Reinharc à 7 heures. Atelier. Les trois vases, phase plaisante du splendide vernis rouge sombre, “Terre de garance foncée” (?). Lecture par Pierre de Davila. Abandonnons M. Sercy pour aller dîner comme prévu de très longue date chez les Coulet-Lavauden. Champagne, blinis pour différents ingrédients, terrine de coquilles saint-jacques, vin blanc, salade de saumon et de crevettes, merlu sur un canapé de tomates confites (excellent — mon blocage anti-tomates ne joue que sur les tomates crues), fromages divers dont un chèvre crémeux de couleur argenté particulièrement délicieux, abricots rôtis avec de la glace au caramel. M. Coulet d’un réjouissant cynisme. Rentrons vers minuit. L’Arrière-Pays. “Donoso Cortes” a toute sorte de lumières inattendues sur le tableau inidentifié de Caserte qu’il donne à Francesco Liani et qui représente selon lui non pas Charles IV et Ferdinand IV mais Ferdinand IV et son autre frère l’infant Don Gabriel. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 22 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 23 juillet 2016, 12 h 30
modifiée le dimanche 24 juillet 2016, 11 h 21
Samedi 23 juillet 2016.
Sainte Brigitte — 205/161. Plieux. Levés à 8 heures. Beau temps. Pierre part pour le mariage de son ami Chakibe Boucheyoukh à Gignac je crois, dans le Lot. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre vue du parc de Caserte, 5 mars 2016. Émission de Finkielkraut sur la prose avec Luchini et une femme très bien, professeur d’université dont je n’ai pas retenu le nom (femme me renvoie à mes anciens préjugés sur Flaubert, que j’avais doucement surmontés et qu’elle assume pleinement). Agenda. Séance de travail avec Jérémie Sercy à propos des différents sites Tweeter et Facebook (In-nocence, NON, Camus président), etc. Comptes : Solde au 22/07/2016 3.855,87 € ///// À venir -1.268,34 € | Prévisionnel 2.587,53 € //// Tél. de M. Lombardot, qui viendra déjeuner lundi, puis du sous-préfet Portal qui annonce que son fils, notre ami Julien, a été brillamment reçu à l’École des Chartes. Parlons aussi de la reine de Naples, qu’il me reproche à juste titre d’appeler Maria Sofia et pas Marie Sophie. J’abrège un peu car je veux en finir avec cet agenda avant les nouvelles. 12:28 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et vue du parc de Caserte, plus trois autres photographies de Caserte le 5 mars 2016, portrait de Ferdinand II enfant, grand escalier, Castellucia. Bain. Collation “en suisse”, saucisson, jambon blanc, cantal, montus, macarons. Café et autres macarons upstairs avec Jérémie Sercy. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence (regroupements de communes, changements de nom). Écrit à David Farreny. Atelier, les trois grands vases, ajouté un dégoulis de bleu. Nouvelles, un peu de jambon et de fromage, infusion. Assez longue promenade dans la vallée avec Jérémie Sercy, premier gué impraticable, dû aller jusqu’au second (devenu pont), retour par Subervie et l’avenue Lou Tapet. L’Arrière-Pays. Réponse de David Farreny. Retour de Pierre. Journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du samedi 23 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 24 juillet 2016, 11 h 28
modifiée le lundi 25 juillet 2016, 10 h 23
Dimanche 24 juillet 2016.
Sainte Christine — 206/160. Plieux. Réveillés à 7 heures. * Levés à 8 heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, routine, mais pas mauvais, et tableau d’Emilio Vedova, Also ob…, 1984.I, de la collection Terrae Motus réunie par Lucio Amelio, auj. au palais royal de Caserte. Déj. en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays, coutumier déversement d’ordure remplaciste. Agenda. 11:27 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Vedova de la collection “Terrae Motus” de Caserte, portrait de la reine Marie-Christine des Deux-Siciles, anon., Caserte, 5 mars 2016. Journal 2016, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, revenu au dimanche 20 février à Aix-en-Provence, dét. du portrait d’Alexandre Farnèse par Antonio Moro, jeune homme au trait dans l’œil par le Monogrammiste AG, Mars et Rhéa Silvia de Rubens, 1617, le tout dans la collection des princes de Liechtenstein alors exposée là. Premier et Deuxième quatuors de Ligetti comme beaucoup ces jours derniers. Bain. Visiteurs bretons, très enthousiastes dit Pierre. Écrit à M. David Sexton. Atelier, les trois grands vases, qui prennent plutôt bonne tournure. Lecture par Pierre de Davila, Le Réactionnaire authentique. Dîner aux nouvelles, gnochi au pesto, aubergines, courgettes, salade verte au gorgonzola, fromages divers, rosé, vin rouge, etc., poires à la vapeur et framboises. Vu Looking for Richard, à propos de Richard III, la pièce de Shakespeare, d’Al Pacino, 1996. Promenade nocturne avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Tweets II, recueil, sans parvenir à rattraper le retard. D. F. a mis en place dans ma “librairie” le lien vers le nouveau La Tour sur papier.  Journal, mais attaque de sommeil dois m’interrompre. Couché à 1 heure moins vingt.  

lire l’entrée du dimanche 24 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 25 juillet 2016, 10 h 22
modifiée le mardi 26 juillet 2016, 11 h 02
Lundi 25 juillet 2016.
Saint Jacques le Majeur — 207/159. Plieux. Très bien dormi, levé à 8 heures. Beau temps clair et frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, routine, et  couverture de La Tour, zi volioume, pour diffusion publicitaire. L’Arrière-Pays. Encore un attentat en Allemagne, la routine également. Agenda. 10:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et La Tour. Trois tableaux ou détail de tableaux de la collection des princes de Liechtenstein vue à Aix-en-Provence le 20 février 2016 : Antonis Mor, Monogrammiste AG, Rubens. Arrivée à 11:30 de M. Lombardot, qui a fait l’album Le Jour ni l’Heure et qui vient de Caylus où il est en vacances. Parlé de divers projets du même genre. Lui fait visiter les lieux. Déjeuné avec lui, Jérémie Sercy et Pierre. Poulet au citron et pommes de terre, salade verte, saint-nectaire et cantal, gâteaux individuels (lundi…).  Part vers 3 heures et demie. Journal 2016, relecture et achèvement de l’entrée de la veille. L’Arrière-Pays. Atelier. Les grands pots suite, très difficiles à photographier. Dîné aux nouvelles, restes du poulet du déjeuner à la semoule, salade d’avocats, saint-nectaire et cantal, poires à la vapeur framboise et glace à la vanille. Vu un peu de Never so Few, La Proie des Vautours, de John Sturges, 1959, avec Frank Sinatra, Gina Lollobrigida et Steeve McQueen. Promenade sur le plateau avec Pierre et M. Sercy, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont, et retour par le chemin d’Enduré. Tentative pour mettre à jour Tweets II mais arrivé seulement au 20 juillet. Oublié de mettre en ligne l’entrée de la veille du journal. Journal, seulement pour prendre date. Tombé de sommeil. Couché à 1 heure moins vingt. 

lire l’entrée du lundi 25 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 26 juillet 2016, 10 h 24
modifiée le mercredi 27 juillet 2016, 9 h 29
Mardi 26 juillet 2016.
Sainte-Honorine — 58/308. Plieux. Levé à 7 heures et demie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et deux des trois grands “vases” dans l’atelier. Beau temps clair et lumineux. Pierre va porter à la banque un ordre de paiement de 25.000 € pour M. Guérin le fenestrier et deux chèques, un de lui et un de moi pour M. Manoer le charpentier. Agenda. 10:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et vase dans l’atelier, la veille. L’Arrière-Pays, beaucoup d’activité, prêtre assassiné à Saint-Étienne-de-Rouvray près de Rouen. Pas de livraison de midi de Le Jour ni l’Heure. Bain. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué  pour l’In-nocence et le NON. Atelier, les grands vases ; lecture par Pierre de Gomez Davila. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons, salade verte aux avocats, saint-nectaire et cantal, poire à la vapeur et framboises avec glace à la vanille. Vu l’émission de Stéphane Bern sur Cléopâtre. Promenade au Cassé avec Pierre, retour par le boulevard extérieur (du Cassé). Tweets II, tenté de rattraper le retard, parvient au 25 juillet, perd tout en une fausse manœuvre, recommence. Journal, mais à peine esquissé. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du mardi 26 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 27 juillet 2016, 10 h 51
modifiée le mercredi 3 août 2016, 19 h 09
Mercredi 27 juillet 2016.
Sainte Nathalie — 209/157. Plieux. Réveillé tôt, cauchemar (jalousie). Levé peu après sept heures. Beau temps clair, tranquille. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, avec La Baignoire en sa position actuelle, dans la salle des Nuits, et le plus grand des trois vases, état de la veille. Comptes : Solde au 26/07/2016 3.855,87 € (inchangé) ///// À venir -1.557,93 € | Prévisionnel 2.297,94 € /////  Compte de crédit immobilier : Solde au 26/07/2016 -79.604,37 € //// À venir -12.766,14 € | Prévisionnel -92.370,51 € //// Agenda. 10:49 ////   Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (?) Le Jour ni l’Heure, portrait de M. Sercy de dos dans l’atelier, le lundi 2 ; vue del’atelier le même jour, avec les grands vases ; Van Dyck, portrait d’homme âgé, 1618, coll. Liechtenstein, Aix, 21 février 2016. L’Arrière-Pays. Transfert de mon site, interruption totale, plus accès au journal, à l’agenda, aux travaux en cours, etc. Nombreux visiteurs. Atelier, les grands vases. Dîné aux nouvelles, etc., agenda interrompu, aucun souvenir une semaine plus tard (exactement, rétablissement des services, mercredi 3 août). Vu un film ? Promenade au Cassé ou sur le plateau ? L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 27 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 3 août 2016, 18 h 37Jeudi 28 juillet 2016. Saint Samson — 210/156. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, avec l’YHWH 10, Jean VIII de Nassau-Siegen par Van Dyck, c. 1626-27. Site personnel hors service, transfert de maîtrise en cours. Agenda interrompu. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, Hubert Robert, Capricio avec le Panthéon à la Ripetta, 1761, coll. Liechtenstein à Aix comme le précédent, 21 février 2016, un dimanche. Dans l’après-midi, premier enregistrement au sommet de la tour pour “Camus Président”, avec Jérémie Sercy. Atelier, les trois grands vases, surtout le plus grand. Dîner aux nouvelles. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du jeudi 28 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 3 août 2016, 22 h 34Vendredi 29 juillet 2016. Sainte Marthe — 211/155. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Abstraction, piscine à Plieux vue du sommet de la tour. L’Arrière-Pays. Toujours pas de site personnel. Journal, retard accumulé du fait de la mise hors-service du site. Pas de Le Jour ni l’Heure. Bain. Été avec Jérémie Sercy à Lectoure, assisté sans lui, à 4 heures, à la messe d’enterrement de Mme Ricau-Hernandez à la cathédrale, assis à côte d’Anne Moreau. Un peu inquiet de l’absence de Jeanne Lloan. Retrouvé Sercy sur la place à la sortie, il vient avec moi au cimetière, par une grande chaleur. Papeterie, crayons feutres, enveloppes.  Rentrés vers 6 heures. Tél. à Jeanne Lloan, sans parvenir à la joindre. Deuxième séance d’enregistrement au sommet de la tour, en costume d’enterrement. Pas d’atelier. Dîner aux nouvelles, vu Marine Le Pen reçue par Julian Bugier. Regardé sur la chaîne Histoire un documentaire sur Hemingway en Italie. Promenade avec Pierre et Jérémie Sercy sur le flanc nord, dans la vallée. Message de David Ferrany selon lequel la coupure webmologique pourrait durer jusqu’au 4 ou 5 août. Répondu à plusieurs abonnés du journal ou simples lecteurs de l’agenda qui s’inquiétaient de l’interruption. Journal, toujours décalé. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 29 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 3 août 2016, 22 h 43Samedi 30 juillet 2016. Sainte Juliette — 212/154. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vu des toits de Plieux à partir du sommet de la tour Sainte-Mère, chapeau de gendarme, maison Delmas, etc. L’Arrière-Pays. Pierre va poster un exemplaire de La Tour pour Marcheschi et un autre pour Finkielkraut, plus un exemplaire du Grand Remplacement pour Notting Hill Editions, à Londres, sur les conseils de Mr Sexton. Perdu un temps fou avec la maison Conforama à laquelle j’avais commandé un lit à travers son magasin de Montauban qui refuse de le livrer parce nous sommes trop loin et dit d’ailleurs que je n’ai pas commandé la livraison ce qui, sauf erreur, est faux. Dû annuler la commande et en faire une autre, d’un autre lit, au magasin d’Auch (350 €). Une grande partie de la matinée y passe. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de la collection des princes de Liechtenstein, exposition vue à Aix-en-Provence le dimanche 21 février 2016 : Friedrich von Ameling, Perdue dans ses rêves, vers 1835, Magnasco et Clemente Spera, Bacchanale dans un caprice de ruines antiques, c. 1726-27, et Ferdinand Georg Waldmüller, portrait de François-Joseph enfant, 1832. Bain. Visiteurs, couple et neveu, famille de lecteurs, lui surtout, a fait une édition des Essais de Montaigne en français contemporain, habitent près de Langon. S’inquiète de la coupure du site. Journal 2016, entrée de la veille, relecture et mise au point. Troisième séance d’enregistrement avec Jérémie Sercy au sommet de la tour, réaction à l’entretien de Marine Le Pen hier à France 2, “Le Djihad, amorce de la remigration”. Filmé de plus près, sur fond de L’Été. Dîné aux nouvelles. Raviolis aux cèpes, jardinière de légumes. Salade verte et avocats. Cantal, tome de Savoie, chèvre. Poire à la vapeur et framboises, petits fours de Fleurance. Vu un peu de Breakfast at Tiffany’s, de Black Edwards, 1961. Promenade avec Pierre et M. Sercy au Cassé où, comme nous bavardons assis sur le banc du cap, nous rencontrons les jeunes propriétaires allemands de la nouvelle maison, charmants, de Düsseldorf, et leur fille. Retour par le boulevard extérieur du Cassé. Dû remonter au sommet de la tour où j’avais oublié mes lunettes et où travaille M. Sercy. Décidé de reprendre l’agenda hors site et aussi hors ligne, hors connexion, car l’orage menace et Pierre, prudent, a éteint la livebox. Me souviens mal des jours et heures les plus anciens et ne puis vérifier ce que furent les photographies mises en ligne. Agenda néanmoins, donc. 00 :00 //// L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers 2 heures.

lire l’entrée du samedi 30 juillet 2016 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 3 août 2016, 22 h 46Dimanche 31 juillet 2016. Saint-Ignace de Loyola — 213/153. Plieux. * Levés à 8 heures. Beau temps. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas si mal, et Vue du château Liechtenstein à Mödling, aquarelle, Josef Höger, 1844, coll. Liechtenstein, Aix-en-Provence, 21 février 2016. L’Arrière-Saison, tweets, l’affaire des lardons. Chien de Mme Le Coz mis à aboyer chez les Trykowski, s’en acquitte avec zèle toute la matinée et au-delà. Journal 2016, entrée de la veille, mise au point. Le Jour ni l’Heure, coll. Liechtenstein, Aix-en-Provence, 21 février 2016, photographie floue et très traitée d’après Rudolf von Alt, château d’Eisgrub, 1844, et nature morte de Ferdinand-Georg Waldmüller, 1839. Bain. Plusieurs heures au sommet de la tour avec Jérémie Sercy, quatrième enregistrement malgré le chien Le Coz et la tonte à la chartreuse. Atelier, les grands vases, surtout le plus grand, Bloc de pierre n° 2. Lecture par Pierre du Crépuscule des idoles. Dîné aux nouvelles, magrets rescapés du déjeuner des professeurs et congelés, carottes et courgettes, vin rouge d’Arton, fourme d’Ambert, cantal, poire à la vapeur et framboises. Vu un peu de L’Albatros, de Jean-Pierre Mocky, 1971. Promenade sur le flanc sud, vallon d’Enduré, retour par le village, avec Pierre et M. Sercy. Écrit à David Farreny, au docteur Lionel Anxo. Journal. Couché vers 2 heures.

lire l’entrée du dimanche 31 juillet 2016 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site