Le Jour ni l’Heure
février 2017

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 1er février 2017, 11 h 20
modifiée le vendredi 3 février 2017, 11 h 08
Mercredi 1er février 2017.
Sainte Ella — 32/333. Plieux. Levé à 8 h - 10. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, routine, et tombeau du général-vicomte Toussaint Darmagnac, 1766-1855, propriétaire et aménageur du château de Pressac, à Daignac, Gironde. Tél. d’un homme du cabinet Thouin, pour les aménagements de la tour. Tél. de Christian Combaz. Comptes : Dernière connexion le 27/01/2017 à 22h04 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 2.578,45 € /// Crédits -107.993,96 € //// Solde au 31/01/2017 2.578,45 € À venir -327,00 € | Prévisionnel 2.251,45 €  /// Hélas, on ne peut plus copier le détail. Factures cartes.  Mag. Boulanger d’Agen, nouvel appareil, 07/01/17 : -860,88 (Canon 700D+divers /// Amazon, autre objectif pour l’appareil, Sigma assez inutile, 22/01/17, -852, 90 /// Urssaf (Céline), - 611,07 /// Mag. Boulanger d’Agen, téléobjectif Tamron, 28/01/17, - 559,00 ///  Agenda. 11:20:04 /// Commande Lulu (20 Une chance pour la France), 25/01/17, -174,52 /// Gerstaecker, toiles, 02/01/17, -164,24 /// Blurb, album Le Jour ni l’Heure 2009, 02/01/17, -139,23 /// Blub, commande du 06/01/2017 (autre album, avec rabais ???), - 112,65 /// virement de M. David Jordan, mécénat, +100,00 /// Artempo Amen (tubes), 07/01/2017, - 92,05 /// Imperial Buffet, Agen, 07/01/2017, -43,80 /// Etc., petites commandes Blurb, Amazon ou Lulu, péages d’autoroute, etc. Agenda. 11:44:29 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportraité de la nuit et tombeau du général Armagnac à Daignac, plus trois vues de Roquetaillade, également le dimanche 29 janvier 2017. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, assez étrange “château de Curton”, celui de Saint-Sauve, pas celui de Daignac, chartreuse 1900 plus ou moins abandonnée. Retour de Pierre, qui propose une “tuerie” autour d’une terrine de Mme de Mazeron, mais il la gâche un peu avec une salade d’endives, certainement une des choses les plus ennuyeuses qu’on puisse manger au monde. Vin de Cahors, petits pains au lait à la confiture de noix et à la confiture de figues, chocolat en tablettes, bref, mazeronnade bien complète. Café. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit à M. Pohon. Bain. Lecture par Pierre du Rang, de Fanny Cosandey (l’affaire des princesses, 1709). Promenade avec Pierre sur le plateau, été seulement jusqu’à Saint-Vidal. Atelier, portrait de Carrère, suite, lecture par Pierre de Tempo di Roma, l’examen. Décalage, passé à table directement, dîné aux nouvelles, plat préparé acheté pour l’absence de Pierre la semaine dernière, lotte au riz safrané, pas mauvais du tout, poire à la vapeur aux deux confitures mazeroniennes, figues et noix, tout ce que j’aime. Rien regardé, remonté dare-dare, échange avec le prof. Meyer, L’Arrière-Pays. 2017, Dernière Chance avant le Grand Remplacement, passé à 104.000 signes, ça vient tout seul, mais si bien, même, que je ne suis pas parvenu à en finir avec les questions de M. de Karsenty. Journal, à peine ébauché. Couché à 2 heures et demie.  

lire l’entrée du mercredi 1er février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 2 février 2017, 12 h 32
modifiée le vendredi 3 février 2017, 11 h 11
Jeudi 2 février 2017.
Présentation du Seigneur — 33/332. Plieux. Levé à 7 heures 20, juste après le départ de Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et “fuie’ (pigeonnier rond” Renaissance du château de Pressac, à Daignac, Girons, dimanche 29 janvier 2017. Visite de deux membres de l’agence Thouin, pour les nouveaux travaux de la tour (salle de bain). Ils vont dans la tour et aussi dans les combles du corps de logis, pour reconnaître les lieux par où pourraient passer les conduits. Café avec eux — l’un, le plus âgé, est belge, d’Anvers, l’autre de Preyssas, dans le Lot-et-Garonne, et ressemble un peu à Lorent Deutsch : tous les deux très gentils. Comptes : Dernière connexion le 01/02/2017 à 11h23 /// Bonjour M. CAMUS // Avoirs 2.578,45 € /// Crédits -107.993,96 € /// Solde au 01/02/2017 2.578,45 € À venir -327,00 € | Prévisionnel 2.251,45 €   (inchangé) /// Agenda. 12:32:19 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et château de Curton de La Sauve. Deuxième terrine de Mme Mazeron, cette fois-ci à moi seul. confiture de noix, confiture de figues, chocolat en tablette, café. Le Jour ni l’Heure, affreux château d’Hories, ou d’Orries, à Ladaux, horriblement “restauré” (la photographie à l’air d’une peinture naïve). L’Arrière-Pays. Commmuniqué sur l’affaire Fillon. Bain. Promenade au Cassé, croisé Pierre qui rentre, il m’accompagne mais je rentre à pied. Atelier, portrait d’Emmanuel Carrère, progrès sur les yeux, la bouche résiste. Lecture par Pierre de Tempo di Roma, mais on n’y comprend plus rien (pourquoi “Jimmy” est-il arrêté ? comment Sir Craven se tue-t-il ? tout cela très obscur). Citronnade amère. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, patates douces, gratin d’endives, carottes. Poire à la vapeur et framboises. Vu Juliette ou la clef des songes, 1951, Marcel Carné, avec Gérard Philippe, décors de Trauner. L’Arrière-Pays. Journal 2017, juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement, à peine, 105.000 signes (de brouillon). Autoportrait (bâclé). Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 2 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 3 février 2017, 11 h 03
modifiée le samedi 4 février 2017, 9 h 56
Vendredi 3 février 2017.
Saint Blaise — 34/331. Plieux. Levé à 8 heure moins dix. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très “traité”, et portait d’Emmanuel Carrère, état de la veille. Comptes : Dernière connexion le 02/02/2017 à 12h29 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs 2.578,45 € /// Crédits -107.993,96 /// Solde au 02/02/2017 2.578,45 € /// À venir -327,00 € | Prévisionnel 2.251,45 €  (aucun mouvement) /// Agenda. 11:02:57 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et dernier état du portrait de Carrère, plus le château d’Hories, à Ladaux, Gironde. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique. Avalé encore le contenu d’un bocal de Mme de Mazeron, soupe grasse, excellente, directement de la casserolle (avec une cuillère, tout de même…).Vin rouge. Fruits secs. Le Jour ni l’Heure, tête d’homme barbu du porche très remanié de l’église romane Saint-Romain de Targon, Gironde, dimanche 29 janvier 2017. Bain. Concerto pour violoncelle d’Elgar. Promenade dans la vallée, bien complète. Curé la rivière. Atelier, portrait de Carrère, mais il s’éloigne : perdu le regard, perdu la bouche. Retour de Pierre, lecture d’Alexis Curvers, Tempo di Roma, pages pré-finales, l’amour de Sir Craven. L’Arrière-Pays. Diné aux nouvelles, patate douce, carottes, courgettes, poire à la vapeur et framboises. Regardé Snobs, de Jean-Pierre Mocky, 1961, souvenir d’un moment de gêne avec ma mère — brochette d’excellents acteurs, comme Jean Galland ou Jean Tissier. 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement, 112.000 signes, en ai fini avec les questions du début mais c’est un brouillon de brouillon, il faut tout relire. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du vendredi 3 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 4 février 2017, 10 h 07
modifiée le dimanche 5 février 2017, 12 h 11
Samedi 4 février 2017.
Sainte Véronique — 35/330. Plieux. Levé à 7 heures & demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et “orangerie” (? — ainsi baptisée par moi-même), c. 1840, du château de Pressac à Daignac, Gironde. Temps hésitant. Lettre à Camel Bechikh, avec “facture”, comme demandée (400 €). Comptes : Dernière connexion le 03/02/2017 à 11h00 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 2.555,15 € /// Crédits -107.993,96 € /// Solde au 03/02/2017 2.555,15 € /// À venir -1.866,21 € | Prévisionnel 688,94 €  /// Cotisation “Esprit libre”, - 22,05; Tenie de compte, - 1,25 /// Agenda. 10:07:07 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, orangerie du château de Pressac et homme barbu du porche de l’église Saint-Romain de Targon, 29 janvier 2017. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique. Le Jour ni l’Heure, deux photographies prises du pont de Pierre de Bordeaux le samedi 28 janvier 2017, peu avant le colloque : vue générale des quais et caserne de la Bénauge, 1954, Claude Ferret, Jean Prouvé et al. Bain, Lecture du Rang, de Fanny Cosandey. Promenade sur le plateau avec Pierre, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/ La Bonnefont. Atelier, portrait de Carrère, tâtonnements. Lecture par Pierre, fini Tempo di Roma, revenus à La Révolution romaine, Sir Ronald Syme. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et jardinière de légumes, poire à la vapeur et framboises. Vu Louis-Ferdinand Céline, d’Emmanuel Bourdieu, 2015, avec Denis Lavant (Céline en 1948 au Danemark, film tourné en Belgique). Repris 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement, 119.000 signes. Journal. Couché à 2 heures.  

lire l’entrée du samedi 4 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 5 février 2017, 12 h 19
modifiée le lundi 6 février 2017, 10 h 14
Dimanche 5 février 2017.
Sainte Agathe — 36/329. Plieux. Levé à 8 heures. Temps gris, pluvieux, froid et venteux. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, à l’YHWH 10, et vue sur la porte Cailhau, à Bordeaux, prise du pont de Pierre juste avant le colloque musulman, samedi 28 janvier 2017. Fabriqué aussi un “carton” pour le “concert” de “Karim Ouchikh & The Usual Suspects” à Villeneuve-de-Berg le 11 février prochain. Cherché un hôtel près de Villeneuve-de-Berg. Lu sur le film d’Emmanuel Bourdieu à propos de Céline. Agenda. 12:17:40 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et porte Cailhau à Bordeaux le 28 janvier 2017, plus deux autres vues de Bordeaux le même jour, quais de la Garonne et caserne de la Bénauge. Le Jour ni l’Heure, dét. et ensemble d’un Matisse du musée Fabre, Nature morte aux couteaux noirs, 1896, et portrait du graveur Jean-Paul Dubray par Jacques Villon, 1933, Montpellier aussi, 9 octobre 2016. Café. Troisième quatuor de Schœck. Bain. Lecture par Pierre de Fanny Cosandey, Le Rang. Très mauvais temps, pluie et vent froid, été d’abord à l’atelier, portrait de Carrère, suite des tâtonnements, léger progrès. Lecture par Pierre de Sir Ronald Syme, La Révolution romaine, milieux culturels, Salluste. Sorti seulement pour aller jusqu’à la voiture chercher un objectif photographique perdu, en vain, mais je le retrouverai plus tard. Le Jour ni l’Heure, journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, céleri rémoulade, mayonnaise, thon, riz chaud, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Rien regardé, remonté vite, repris au début 2017 Dernière chance avant le Grand Remplacement, relu et augmenté toute la partie nouvelle (la première), 123.000 signes. Envoyé le tout à M. Karsenty à trois heures du matin. Autoportrait. Journal, simples notes à développer. Couché à trois heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 5 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 6 février 2017, 10 h 28
modifiée le mercredi 8 février 2017, 1 h 23
Lundi 6 février 2017.
Saint Gaston — 37/328. Plieux. Très peu dormi, levé à 8 heures moins 10. Bérénice Levet à France Culture, en compagnie d’un quelquepartiste acharné. Temps gris et pluvieux, intérieurs humides et froids, sinistre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit (à trois heures du matin !) et assez beau détail d’une nature morte portugaise de Robert Delaunay, 1915, en fait assez vilaine, musée Fabre, Montpellier, dimanche 9 octobre 2016. Agenda, 10:27:37 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et détail de la Nature morte portugaise de Robert Delaunay, 1915, ensemble et détail de la Nature morte aux couteaux noirs de Matisse, 1896, portrait du graveur Jean-Paul Dubray par Jacques Villon, 1933, tous tableaux du musée Fabre, à Montpellier, 9 octobre 2016. L’Arrière-Pays. L’Arrière-Pays. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois autres tableaux de Montpellier, musée Fabre, La Fresnaye, Petites Filles jouant à la balle, 1908, Guillaumin, Environs de Paris, 1883, Henri Martin, La Vieille Maison, c. 1900. Bain. Lecture par Pierre du Rang, de Fanny Cosandey. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, portrait d’Emmanuel Carrère, légers progrès. Lecture par Pierre de Piketty, Les Hauts Revenus en France. Communiqué sur l’affaire d’Aulnay-sous-Bois, “Théo”, mais les in-nocents renâclent. Nouvelles de Jim Byerley, à ma vive satisfaction. Dîné aux nouvelles. Rien regardé. L’Arrière-Pays. Écrit à Jim Byerley. Repris Tweets, quelques ajouts. Journal. Couché après deux heures.  

lire l’entrée du lundi 6 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 8 février 2017, 2 h 06
modifiée le jeudi 9 février 2017, 9 h 17
Mardi 7 février 2017.
Sainte Eugénie — 38/327. Plieux. Levé à 8 heures. Temps gris et pluvieux toujours. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et hôtel de ville de Bazas, dimanche 29 janvier 2017. Message de Philippe Karsenty, questions intercalées dans notre entretien, l’in-nocence, y passe la matinée et vais y passer la journée. Le Jour ni l’Heure, un seul tableau de Montpellier, Joseph Sima, Paysage de Paris, 1953, dimanche 9 octobre 2016. Bain. Lecture par Pierre de Fanny Cosandey, Le Rang. Promenade sur le plateau avec Pierre, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, portrait d’Emmanuel Carrère, vains tâtonnements toujours. L’Arrière-Pays, l’affaire du “Théo” d’Aulnay-sous-Bois me brouille avec tous mes “amis”. Dîner aux nouvelles. Champignons, cèleri rémoulade aux avocats, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Remonté directement. 2017, Dernière Chance avant la Grand Remplacement, suite de la réponse à la question “incorporée” de K., “l’in-nocence”, 135.000 signes (ça avance tout seul). Comptes :    Dernière connexion le 04/02/2017 à 10h04 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.295,47 € /// Crédits -107.993,96 € //// Solde au 07/02/2017 6.295,47 € /// À venir -374,55 € | Prévisionnel 5.920,92 €   //// Vir. PayPal, + 6200 (réabonnements Journal et al.) / chèque Céline, - 948,37 /// Credipar (voiture) - 759,88 /// prélèvement SCAM, - 517,05 /// Cardif assurance (pour l’emprunt), - 118, 48 /// Canal Satellite, - 76,00 /// Canal Plus, - 39,90 /// Agenda. 02:04:48 (le 8 février) //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit précédente et Joseph Sima, Paysage de Paris, musée Fabre, Montpellier, 9 octobre 2016. 2017, Dernière Chance avant le Grand Remplacement. Journal. Couché à 3 heures et demie. 

lire l’entrée du mardi 7 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 9 février 2017, 9 h 30Mercredi 8 février 2017. Sainte Jacqueline — 39/326. Plieux. Levés à 8 heures et demie, réveillés par Céline dans la bibliothèque. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Malagar de la voiture le dimanche 29 janvier. 2017, Dernière chance chance le Grand Remplacement, 17 points à préciser dans ce qui est déjà écrit. Passé le cap des 150.000 signes. Face à l’urgence, modifié les horaires de travail, plus d’envois de la mi-journée pour Le Jour ni l’Heure, plus d’atelier. Bain pendant les nouvelles et La Grande Table. Envoyé à M. Karsenty les réponses à ses 17 points vers 3 heures. Promenade avec Pierre, chemin de la rivière, remontés par le vallon d’Enduré, grand froid, mais c‘est peut-être le manque de sommeil. Pas d’atelier, donc. Journal, deux jours de retard. que rattrapés. Dîner aux nouvelles, gnocchis, carottes, courgettes, pesto. Poires à la vapeur et framboises, le tout excellent. Appel de Radio Courtoisie, avais complètement oublié un rendez-vous avec Christian Vanneste, interview en direct avec lui, en présence de Pierre Cassen, je crois. 2017, Dernière Chance avent le Grand Remplacement. Autoportrait exaspéré. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mercredi 8 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 9 février 2017, 9 h 36
modifiée le vendredi 10 février 2017, 6 h 44
Jeudi 9 février 2017.
Sainte Appolline — 40/325. Plieux. Levés à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait minimal de la nuit. Brouillard total. Comptes : Dernière connexion le 08/02/2017 à 01h56 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.295,47 € /// Crédits -107.993,96 € /// Solde au 08/02/2017 6.295,47 € /// À venir 764,67 € (????) | Prévisionnel 7.060,14 €  //// (pas de mouvement) /// 09:35:58 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et de la nuit antérieur, Malagar le 29 janvier 2017 (La Place du mort). Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Travaillé toute la journée très intensément à 2017 Dernière Chance avant le Grand Remplacement. Le Jour ni l’Heure, un seul envoi de la mi-journée, Arpad Szenes, Archipel, 1960, musée Fabre de Montpellier, 9 octobre 2017. Bain, lecture par Pierre du Rang, de Fanny Cosandey. Promenade complète dans la vallée avec Pierre, jusqu’au premier gué. Très beau temps. Subervie, chien Gary décidément désagéable. Pas d’atelier. 2017, Dernière Chance, suite. Tél. de Philippe Karsenty. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes, céleri, salade verte, poires à la vapeur et framboises. Vu un peu d’un film sur la vie de Stephen Hawking, puis Marine Le Pen dans une émission de M. Pujadas, comme elle dit. Mais remonté assez vite pour reprendre 2017, Dernière Chance, à quoi travaillé jusqu’à deux heures du matin et 180.000 signes (de brouillon). Autoportrait. Couché à 2 heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 9 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 10 février 2017, 6 h 53
modifiée le samedi 11 février 2017, 9 h 19
Vendredi 10 février 2017.
Saint Arnaud — 41/324. Plieux. Très peu dormi. Réveillé par Pierre très tôt, ne peux me rendormir en pensant au travail à faire, crois voir le jour, me lève, il est en fait cinq heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit. Comptes : Dernière connexion le 09/02/2017 à 09h33 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 7.434,69 € /// Crédits -107.993,96 € /// Solde au 09/02/2017 7.434,69 € /// À venir -374,55 € | Prévisionnel 7.060,14 €  //// Virement de la Caisse de retraite, + 1139,22 /// Agenda. 06:53:26 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et bûches et nuages dans le jardin. Travaillé toute la journée à 2017, Dernière Chance avant le Grand Remplacement. Bain à l’Heure des informations. Promenade avec Pierre au Cassé. Pas d’atelier. Dîné aux nouvelles. Travaillé jusqu’à deux heures du matin. Produit 25.000 signes (passé de 180.000 à 205.000). Couché à deux heures et 1/2. 

lire l’entrée du vendredi 10 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 11 février 2017, 9 h 29
modifiée le dimanche 12 février 2017, 10 h 44
Samedi 11 février 2017.
Notre-Dame de Lourdes — 42/323. Plieux. Réveillé par Pierre à 6 heures et demie, levé à 7. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Arpad Szenes, Le Grand Dialogue, 1957, musée Fabre, Montpelier, 9 octobre 2016. Comptes : Dernière connexion le 10/02/2017 à 06h49 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.316,92 € /// Crédits -107.097,58 € //// Solde au 10/02/2017 6.316,92 € À venir -374,55 € | Prévisionnel 5.942,37 € //// Échéance de prêt (travaux de la tour) : - 1117,77 /// Agenda /// 09/29/18 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Le Grand Dialogue. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Quitté Plieux avec Pierre vers 11 heures et demie. Autoroute. Toulouse. Dormi un peu. Cathédrale de Narbonne. Cathédrale de Béziers. Grand massacre paysager des environs de Montpellier, puis de Nîmes, puis d’Avignon. Relu L’Arrière-Pays. Passés à Viviers. Vu et photographié le château d’Alba, malgré le mauvais temps. À Villeneuve-de-Berg à 5 heures, allons au Boulodrome, mais un jeune homme courageusement de garde là nous explique qu’il s’agit d’un leurre et nous indique le lieu véritable de la réunion. Nous y rendons. Accueillis très gentiment par Mme Laura Banchieri. Salle comble. “Assises de la France Profonde”. Arrivée de Karim Ouchikh. Entretien avec une jeune femme du Dauphiné libéré, la correspondante à Privas. Allocution de Karim Ouchikh. De Christine Tasin. De je. De Pierre Cassen. de Jacques Clostermmann. Séance de questions. Buffet ardéchois, excellent, tout ce que j’aime, ne devrais pas trop manger et dont je me gave, pâtés, terrines, jambons, saucissons, etc. Deux grand verres de vin rouge. Vendu et signé quelques livres, Le Grand Remplacement et Une chance pour la France. Excellente atmosphère, très chaleureuse et amicale. Gagnons vers 10 heures et demie notre chambre retenue au domaine de la Manse, au Petit-Tournon, Villeneuve-de-Berg, où Pierre est passé plus tôt. L’Arrière-Pays. Journal. Couché à 1 heure et demie.   

lire l’entrée du samedi 11 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 12 février 2017, 10 h 56
modifiée le lundi 13 février 2017, 10 h 05
Dimanche 12 février 2017.
Domaine de la Manse, ch. Era, Le Petit-Tournon, Villeneuve-de-Berg, Ardèche. Très bien dormi (nous sommes les seuls clients), réveillé à 8 heures moins le quart, joli paysage éteint, à la Morandi ou Ottone Rosaï à travers les volets entrouverts. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans la chambre, avec L’Arrière-Pays, de Bonnefoy, et paysage du matin même, moins joli en photographie (vilaine tour de tôle blanche derrière le clocher de Villeneuve-de-Berg). Petit déjeuner avec les hôtes, “Véronique et Marius”, gentils, de confitures de toute sorte, pas mon genre, donc, mais excellent, et y faisons grand honneur (figues, noix, etc.). Œufs sur le plat, café, jus de fruit de légumes et de citron, très joli à voir, un peu austère à boire, mais de très bonne qualité, comme tout le reste. Gelée de verveine, aussi. Retour tardif à la chambre, terrible précipitation car il faut évacuer avant 11 heures. Agenda. 10:55:44 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et paysage du matin même, fenêtre de la chambre à Villeneuve-de-Berg. Délai de grâce de “Véronique et Marius”. Douche. Quitté le domaine de la Manse vers 11 heures et demie. Été au domaine du Pradel, jadis résidence d’Olivier de Serres, mais très abîmé et même assez laid. Monté assez acrobatiquement, car d’abord nous nous trompons de chemin et affrontons la falaise, à la tour de Mirabel, belle, et qui jouit d’une vie immense, mais très abîmée (la vue). Repassés à Villeneuve-de-Berg et devant le domaine de la Manse. Vallée de l’Ible, très beau coin à partir des Salettes, jolie maison. Vallon-Pont-d’Arc, assez beau château-mairie mais la sortie sud, puis est, en direction des gorges, est effroyable. Pont-d’Arc, descendons sur la plage, c’est très beau, mais le site est tout de même abîmé par un vilain hôtel. Ensuite, zone admirable, Gorges de l’Ardèche, Haute-Corniche. Perdons beaucoup de temps à chercher un “beau château” de la carte Michelin, sous le belvédère de Gaud. Suivons en dévalant vers la rivière un très long chemin, puis renonçons, ne trouvant rien. Un homme très gentil nous dit, alors que nous avons presque regagné la voiture, qu’il y a bien un château, quelques centaines de mètres après le point ultime que nous avons atteint (mais je vois sur Google qu’il est vraiment sans intérêt) — château de Gaud. À Saint-Martin-d’Ardèche toute redevient hideux, vallée du Rhône totalement saccagée, violent rechute de pacaphobie de ma part. La laideur culmine avant et après Pont-Saint-Esprit, toute la zone une poubelle renversée. Le paysage s’améliore beaucoup quand on quitte l’axe principal nord-sud pour se diriger vers Uzès. Détour pour La Capelle-et-Mamoslène, beau grand château de La Capelle. Merveilleux petit “mas des Cendres”, en-çà d’Uzès, à la nuit tombante. Une grosse heure dans Uzès, à la nuit tombée — superbe ville plutôt bien tenue et conservée, enseignes sous contrôle, etc. Saint-Étienne, la Duché, hôtel de ville, cathédrale, hôtel de Castille, etc. Repartons légèrement en arrière pour voir un château que j’avais cru en arrivant être celui des ducs d’Uzès aux âges classiques (en sus de “la Duché”) : Artémise, “les chambres d’Artémise”. Longs chemins étroits entre deux murs. Voulais aller à Vèzenobres, mais il est vraiment trop tard, il fait nuit noire. Autoroute à Remoulins. Dormi un peu. Nîmes. Montpellier. Dîné dans un emporium chinois sous Béziers, raté la dernière fois, mais ce n’était pas une très grande perte, d’autant que Pierre est un peu malade (pas de ce fait) (La Jonque, à Cers). Rautoroute. Narbone. Carcassonne. Magnifique Lohengrin de la Bastille, avec Jonas Kaufmann. Puis Tribune des Critique de disques, rediffusion nocturne, sur le concerto de Schumman. Légères complications en fin de parcours dues à la tempête. Devons rebrousser chemin dans la vallée de l’Arratz, tronc d’arbre en travers du chemin. À Plieux à 1 heure. Beaucoup de branches tombées de chez nous également. Autoportrait. Journal. Vent à décorner les biques. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 12 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 13 février 2017, 10 h 14
modifiée le mardi 14 février 2017, 9 h 20
Lundi 13 février 2017.
Sainte Béatrice — 44/321. Plieux. Nuit très agitée, violent tempête, tout bat et tremble, impossible de dormir. Essaie de fixer une porte-fenêtre sur le jardin avec du papier mais elle s’ouvre à l’aube à grand fracas et nous réveille. * Levés à 8 heures. Beaucoup de vent encore. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit. Tél. d’un homme de “Volontaires pour le France”, qui veut passer le 25 mais je suis à Paris. Pierre me lit un article de L’Observateur sur une nouvelle affaire “Édouard Louis”, mais personnellement je ne ferais pas grand confiance à un témoignage de Julien Cendres. Agenda. 10:13:41 /// Le Jour ni l’Heure,  Chronologie, autoportraits de la veille et de l’avant-veille, paysage de Villeneuve-de-Berg le 12 février. Journal 2017, Juste avant après, relecture et mise en ligne des entrées de la veille et de l’avant-veille. Tél. de Philippe Karsenty. Il veut avoir tout le texte le lendemain dans la nuit (3 heures du matin ?). Le Jour ni l’Heure, le mont Ventoux vu des hauteurs de la Corniche des gorges de l’Ardèche. Bain tôtif. Café avec Pierre, excellent petit gâteau rond à la frangipane et à aux marrons acheté par lui la veille à Vallon-Pont-d’Arc. 2017, Dernière Chance avant le Grand Remplacement, toute la journée et toute la soirée. Pas de promenade, pas d’atelier. 230.000 signes. Dîné aux nouvelles, colin à la provençale, riz, poire à la vapeur et confiture de figues. Tombe de sommeil vers une heure, dois arrêter. Couché à 1 heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 13 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 14 février 2017, 9 h 23
modifiée le mercredi 15 février 2017, 11 h 25
Mardi 14 février 2017.
Saint Valentin — 45/320. Plieux. Levé à sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et splendide mas des Cendres, chemin de Rocheferrand, à Saint-Siffret, sous Uzès, Gard. Temps gris, mais Pyrénées en plein soleil, magnifiques. Agenda. 09:22:54 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, mas des Cendres à Saint-Siffret le 12 février, mont Ventoux du haut des gorges de l’Ardèche le même jour (plus tôt). Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement toute la journée, toute la soirée et la moitié de la nuit. Bain. Pas de promenade, pas d’atelier. Pierre relit le texte de son côté et corrige beaucoup de coquilles. Thé. Dîné aux nouvelles, raviolis de cèpes, carottes, navets, pommes de terre douces, salade verte au parmesan. Remonté aussitôt après. 2017, relecture générale, suite, supprimé quelques répétitions, pas toutes. 240.000 signes. Envoyé le texte à M. Karsenty à trois heures du matin, comme convenu. Les pérsécutions Flickr continuent, cette fois j’ai été mis en mode “Accès limité”, ce qui signifie que le compte, sans disparaître, est inutilisable pour ma campagne — or le prétexte est d’ordre sexuel, si je comprends bien : nudités (!) — il n’y en a pour ainsi dire pas, sauf dans des tableaux et des sculptures, et elles sont déjà classées “restreint”. Journal. Couché à quatre heures. 

lire l’entrée du mardi 14 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 15 février 2017, 11 h 53
modifiée le jeudi 16 février 2017, 16 h 58
Mercredi 15 février 2017.
Saint Claude — 46/319. Plieux. Très peu dormi, levé à 7 heures et demi. Autoportrait pour la veille, oublié. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même, et château d’Alba, Alba-la-Romaine, Ardèche, samedi 11 février 2017. On peut mettre les photographies sur Flickr mais pas les diffuser ni même les inscrire dans des groupes. Essayé de régler ce problème mais me sens totalement désarmé face à des robots. N’ai trouvé aucune photographie sexuellement offensante. Écrit au service d’“Aide” mais sans grand espoir (ils vous renvoient sans cesse sur de forums auxquels je n’ai même pas accès car je n’ai pas mon code). Fatigué et abattu. Comptes :    Dernière connexion le 11/02/2017 à 09h24 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.549,02 € /// Crédits -107.097,58 € /// Solde au 14/02/2017 6.549,02 € À venir -532,33 € | Prévisionnel 6.016,69 /// Virement de la Fédération Musulmane de la Gironde, + 400 € /// Prél. Orange, - 60 € /// Prél. Le Monde, - 17,90 /// Retrait 11/02/17 à 17 h 47, CE de Loire-Drôme, - 90,00 /// Finalement il semble qu’on puisse diffuser les photographies par un autre biais, moins commode. Agenda. 11:52:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit, château d’Alba le 11 février 2017, tour de Mirabel, Ardèche, le 12. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, château d’Aiguèze et château de La Capelle, La Capelle-et-Masmolène, Gard, dimanche 12 février 2017. Bain. Longue séance de travail au téléphone avec Philippe Karsenty. Visite de deux collègues de Pierre, MM. Gomez et Paulhan, et de leurs jeunes fils respectifs, Louis et Zian, qui viennent chercher le bois des acacias morts récemment abattus. Goûter avec eux, thé, me gave de gâteaux. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Nouvelles demandes Karsenty, dois surtout revoir les pages sur l’Éducation. Dîné aux nouvelles, partagé avec Pierre un camembert, carottes et champignons, salade verte, vin rouge. Regardé Jamaica Inn, La Taverne de la Jamaïque, d’Hitchcock, 1939, que je confondais, bizarrement avec Moonfleeet (!!!), de Lang, 1995. Reprise des travaux demandés par Philippe Karsenty, sur l’éducation. Journal. Couché à 2 heures et demie. 

lire l’entrée du mercredi 15 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 16 février 2017, 17 h 15
modifiée le samedi 18 février 2017, 1 h 05
Jeudi 16 février 2017.
Sainte Julienne — 47/318. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, mais dois finir d’urgence le texte pour Philippe Karsenty, autre version du développement sur l’École. Le lui envoie vers 10 heures et demie. L’Arrière-Pays. Parlé à Philippe Karsenty. Collation de parmesan et de vin qui restait, Pierre se joint à moi, restes aussi de biscuits du goûter de la veille. Le Jour ni l’Heure, deux photographies d’Uzès le dimanche 12 février 2017, la Duché (ou “le Duché”) et rue du Docteur-Blanchard, avec “La Maison d’Uzès”, hôtel Chambon de La Tour, 1699. L’Arrière-Pays. Bloqués, malgré le beau temps, par l’attente d’un coup de téléphone de M. Karsenty pour autre séance de travail, cette fois sur la maquette et les ultimes épreuves du livre. Lui-même doit attendre de les avoir reçues, j’imagine. Comptes : Dernière connexion le 15/02/2017 à 11h43 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.549,02 € /// Crédits -107.097,58 € //// Solde au 15/02/2017 6.549,02 € //// À venir -532,33 € | Prévisionnel 6.016,69 € ///  (aucun mouvement). Tél. de M. Karsenty, à l’instant : dois regarder seul le pdf avant demain à l’aube. Agenda. 17:25:39 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et  château d’Alba le 11 février 2017, de La Capelle et d’Aiguèze le 12, plus deux photographies d’Uzès le même 12 au soir. Agréable promenade avec Pierre sur le plateau, temps très doux et ensoleillé, les jours ont beaucoup allongé. Atelier, terminé le grand Oiron II, me suis occupé des bords, ai verni les quelques parties qui ne l’avaient pas été. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons et aux pommes de terre, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Regardé un peu d’un documentaire sur Anouilh, avec Michel Bouquet, mais remonté assez vite car rendez-vous téléphonique avec M. Karsenty. Il me pousse vivement à inspecter le pdf de notre livre, cette fois avant impression. Travaille avec lui, en étroite liaison électronique, jusqu’à deux heures du matin. Autoportrait, journal (quelques mots de notes). Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 16 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 18 février 2017, 1 h 53
modifiée le samedi 18 février 2017, 11 h 55
Vendredi 17 février 2017.
Saint Alexis — 48/317. Plieux. Levé à six heures et demie, repris aussitôt le travail sur le pdf de 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement, dont j’ai relu et corrigé le texte entièrement, en étroite liaison avec M. Karsenty après neuf heures. Tout est “prêt” vers 10 heures et demie. Me reporte alors aux autres urgences, inspecte un peu l’unique volume de De l’in-nocence, qui paraît bien, en commande 15 en urgence. Dédicace et épigraphe pour Insoumission. Écrit à M. Pohon. Le Jour ni l’Heure, deux La Place du mort du samedi 11 février 2017, paysage de vignes près de Lunel (ou plutôt de Sète ?), Paysage préposthume n° 249 (Les Vignes), et version mise au carré pour un éventuel et probable tableau, village et château de Saint-Thomé, Ardèche (entre Viviers et Alba. Pierre a beaucoup modifié l’accrochage dans la bibliothèque et dans l’escalier le matin, le grand Château et le Souvenir de Saint-Cèneri ont été descendus et remplacés par la grand Vaisseaux brûlés et par Plieux. Ultimes ajustements avec M. Karsenty. Bain. Lecture par Pierre de Fanny Cosandey, Le Rang. Est arrivé au courrier le livre d’Antigone, L’Assassinat de la France expliqué à ma petite-fille. Longuement parlé à Flatters dont c’est l’anniversaire. Allons à la déchetterie de Miradoux porter des branchages arrachés par la tempête de dimanche dernier, puis belle promenade dans les bois de Flamarens, par beau temps ensoleillé et doux. Beaucoup pensé aux pauvres chiens, qui aimaient tant cet endroit. Atelier, repris le portrait d’Emmanuel Carrère. Lecture par Pierre de Picketty, Les Hauts Revenus au XXe siècle. Communiqué pour l’In-nocence (sur Macron en Algérie). Démêlés très chronophage avec Flicr, dû mettre en “restreint” tous les tableaux et sculptures présentant des nudités, surtout de femmes. Dîné aux nouvelles, quenelles au chutney de Mrs Benzie, poire à la vapeur et framboise. Vu Signore e Signori (Ces Messieurs-Dames), de Pietro Germi, 1966. Écrit à Camel Bechikh et à Jérémie Sercy. Comptes : Dernière connexion le 16/02/2017 à 17h21 //// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.549,02 € /// Crédits -107.097,58 € /// Solde au 17/02/2017 6.549,02 € /// À venir -539,73 € | Prévisionnel 6.009,29 € //// Agenda. 01:48:20 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et nombreuses photographies des 11 et 12 février 2017, dont beaucoup avaient été placées au mauvais jour : environs de Sète ou de Lunel, Saint-Thomé et son “châtelas”, Alba, Mirabel, Aiguèze, La Capelle, Uzès, etc. Journal, note. 

lire l’entrée du vendredi 17 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 18 février 2017, 12 h 00
modifiée le dimanche 19 février 2017, 12 h 02
Samedi 18 février 2017.
Sainte Bernadette — 49/316. Plieux. Levé peu avant huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans les bois de Flamarens, et église Saint-Orens-et-Saint-Louis de Miradoux, 1530 (avec fâcheux ajout XIXe, bien visible). L’Arrière-Pays, assez activement toute la matinée. Agenda. 12:00:06 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, dans les bois de Flamarens, église de Miradoux. Le Jour ni l’Heure, château de Flamarens la veille et couverte 100x100 Oiron II, plus volume De l’In-nocence. Bain, lecture par Pierre de Fanny Cosendey, Le Rang, les archivistes et spécialistes du rang, les Godefroy. Été encore avec Pierre à la décharge pour y mettre des branchages et des feuilles, cette-fois ci celle de Saint-Clar. Belle promenade à partir de là dans la vallée de l’Auroue, rive droite, jusqu’à la combe de Rochegude, malgré les mauvais souvenirs liés au chien Oural. Très beau temps. Revenus par les rives et le moulin de Claverie. Atelier, portrait de Carrère, tâtonnements toujours. Lecture par Pierre de Piketty. Journal 2017, Juste avant après, grand retard, entrée du mercredi 15, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, semoule, jardinière de légumes, salade verte aux avocats, poire à la vapeur et framboises. Vu La Commare secca (La Camarde / Les Recrues), de Bertolucci (/Pasolini), 1962 , mais avec un gros trou au milieu pour regarder le pénible Polonais (Valdemar Januschlak) (+/-) parler du peintre Charles Dobson et de la Guerre Civile, beaux exemples à l’appui) — du coup raté la partie centrale de La Commare secca, avec Allen Midgette. Journal 2017, Juste avant après, suite des efforts pour rattraper le retard, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne (Flickr et les seins nus). Couché à 1 heure - 10, non sans oublier l’autoportrait. 

lire l’entrée du samedi 18 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 19 février 2017, 13 h 27
modifiée le lundi 20 février 2017, 9 h 10
Dimanche 19 février 2017.
Saint-Gabin — 50/315. Plieux. Levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même, pour la veille, oublié, et Rochegude, ferme de la commune de Saint-Clar, promenade de la veille. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays, toute la matinée. Finkielkraut et Lévy dans “L’Esprit de l’escalier”. Agenda. 13:26:17 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et ferme de Rocheuse la veille. Bain. Retrouvé Jeanne de Loynes à 3 heures à l’église de Magnas pour aller à voir avec elle et Pierre “les jonquilles à Magnas” : il y en a quelques-unes en effet, pas mal, mais ce n’est pas le tapis qui nous avait tant impressionnés un jour. Beau temps, grand silence, jolie promenade. Thé dans l’atelier avec Jeanne et Pierre, portrait d’Emmanuel Carrère, suite, léger rapprochement. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, blinis, chutney d’abricot de Mrs Benzie, carottes, courgettes, salade de  semoule et céleri au fenouil. Vu sur la chaîne Histoire un long documentaire sur l’extrême-droite dans la résistance mais il est assez peu dense et s’en tient mal à son sujet. Journal 2017, Juste avant après, entrée du vendredi 17, relecture et mise en ligne, et du samedi 18, relecture sans mise en ligne. Couché à 1 heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 19 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 20 février 2017, 9 h 17
modifiée le mardi 21 février 2017, 11 h 33
Lundi 20 février 2017.
Sainte Aimée — 51/314. Plieux. Très peu dormi, réveillé avant cinq heures, levé à 5 heures et demie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au portail du parc du château de Magnas, et vue sur Plieux et l’Isle-Bouzon, de Magnas, purement documentaire. Temps pluvieux et gris. Agenda. 09:15:31 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, à Magnas, et Plieux, vue de Magnas, l’Ibie aux Salettes et l’Ardèche à Pont-d’Arc le 12 février 2017. L’Arrière-Pays. Tél. de Paul-Marie Couteaux. Le Jour ni l’Heure, tour de Mirabel et château d’Aiguèze (« Arrêtez le massacre ! ») le même 12 février. Bain. Szymczak sur Gade, m’embrouille un peu entre Gade et Berwald. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, portrait de Carrère, progrès, citronnade amère, thé. Tél. de Me Rimokh, à propos de notre affaire (Twitter fait des difficultés, malgré l’injonction du juge), puis de M. Pohon, à propos de Flickr puis de De l’In-nocence, puis du journal (Insoumission). Journal 2017, entrée de la veille, suite de la rédaction. Dîné aux nouvelles, tarte aux pommes de terre et aux champignons, salade verte aux avocats ; poire à la vapeur avec des mûres. Remonté assez vite. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Mon pourvoi auprès de Flickr a été rejeté, il resterait des photographies mal classées, perdu deux ou trois heures à une nouvelle inspection (sur 19.000 clichés, c’est labourer la mer…). Vu Alain Finkielkraut recevant Léa Salamé à l’Académie française (!), une séance bien pénible. Journal. Couché à 2 heures. 

lire l’entrée du lundi 20 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 21 février 2017, 11 h 38
modifiée le mercredi 22 février 2017, 13 h 41
Mardi 21 février 2017.
Saint Pierre Damien — 52/313. Plieux. Levé à 7 heures, au départ dePierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même, oublié pour la veille, et autre photographie du château d’Alba, de trois-quart ouest, le samedi 11 février 2017, juste avant les Assises du Siel à Villeneuve-de-Berg. L’Arrière-Pays. 11:38:19 /// Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même et château d’Alba, 11 février 2017, tour de Mirabel et château d’Aiguèze, 12 février. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, Uzès le soir du 12 février 2017, tour Fenestrelle et hôtel de la Rochette. Bain. Promenade sur le plateau, très beau temps très doux, tour le monde est de sortie — parlé à Mrs Benzie. Atelier, retour de Pierre, portrait de Carrère, progrès. Lecture par Pierre de Piketty, Les Hauts Revenus. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, suite de la rédaction. Dîné aux nouvelles, gnocchis au chutney de Mrs Benzie, carottes, navets, courgettes. Poires à la vapeur et mûres. Musique pour les funérailles de Louis XIV sur la chaîne Mezzo, Jean Colin (très beau), Delalande. Journal 2017, entrée de la veille, suite, relecture et mise en ligne. Journal. Attaque de sommeil. Couché à 1 heure. 

lire l’entrée du mardi 21 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 22 février 2017, 13 h 54
modifiée le jeudi 23 février 2017, 12 h 10
Mercredi 22 février 2017.
Sainte Isabelle — 53/312. Plieux. Levé à 7 heures avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et le Pradel, domaine d’Olivier de Serres à Mirabel, Ardèche, 12 février 2017. L’Arrière-Pays, très activement toute la matinée. Douleur musculaire à l’épaule gauche, comme depuis une semaine. Comptes : Dernière connexion le 18/02/2017 à 01h46 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.549,02 € /// Crédits -107.097,58 € /// Solde au 21/02/2017 6.549,02 € /// À venir -912,61 € | Prévisionnel 5.636,41 €  /// Crédit immobilier : Solde au 21/02/2017 -107.097,58 € À venir 0,00 € | Prévisionnel -107.097,58 €  /// Retour de Pierre /// Agenda 13:55:17 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et le Pradel, plus deux autres photographies du dimanche 12 février 2017, Uzès, tour Fénestrelle et hôtel de La Rochette. Promenade avec Pierre sur le plateau, marché jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont, très beau temps, grand soleil assez chaud, excellent pour la douleur à l’épaule. Pierre va faire des courses à Lectoure. Atelier, portrait de Carrère, suite des tâtonnements, légers progrès dans la bouche et les yeux, mais c’est la forne générale du visage qui ne va pas, trop longue, trop étroite. Remonté vers 5 heures. Communiqué pour le parti (défense européenne). Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Reçu à dîner MM. Alain Azoulay et David Reinharc, qui sont descendus à la maison Loichot. Ils arrivent vers 8 heures et demie. Foie gras et champagne upstairs, dans la bibliothèque, puis passés à table dans la salle à manger, poulet au citron, pommes de terre et champignons, salade verte, vacherin, gâteau praliné à la frangipane, château montus. Extrêmement cordial et chaleureux, mais peut-être un peu décevant pour ces messieurs, qui ont toute sorte de projets très intéressants mais auxquels je ne puis donner suite dans l’immédiat en ayant déjà cinq ou six en train — l’un serait très amusant, toutefois. Rentrent aux Claoues vers minuit et demi, les raccompagne. Journal. Couché vers 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 22 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 23 février 2017, 12 h 30
modifiée le vendredi 24 février 2017, 14 h 14
Jeudi 23 février 2017.
Saint-Lazare — 54/311. Plieux. Assez mal dormi, insomnie centrale, mais rendormi, levé à 8 heures 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et moulin de Rochegude, construit par Charles de Galard en 1857, commune de Saint-Clar de Lomagne (donc les domaines de Galard allaient alors jusque-là…). L’Arrière-Pays. Échanges avec un journaliste pour un rendez-vous lundi. Comptes : Dernière connexion le 22/02/2017 à 13h50 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 6.549,02 € /// Crédits -107.097,58 € /// Solde au 22/02/2017 6.549,02 € //// À venir -912,61 € | Prévisionnel 5.636,41 €  /// (aucun mouvement). Agenda. 12:29:47 /// Collation de restes, poulet, pommes de terre; vacherin, gâteau à la frangipane, thé. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et moulin de Rochegude le 18 février, église de Magnas le 19. Le Jour ni l’Heure, autre image du mas des Cendres à Saint-Siffret et église Saint-Étienne d’Uzès, 1768, Pierre Bodon, 12 février 2017. Bain. Promenade au Cassé. Atelier, portrait de Carrère, déplacement général, nombreux pentimenti (les yeux, le nez, la forme du visage, plus incliné). Retour de Pierre, lecture de Pickety. Commandé des livres pour M. Pohon, Alain Finkielkraut, Marcheschi. Écrit à M. Baret du Coudert, à M. Van Delk. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, reste du dîner de la veille encore, mais chauds (poulet, pommes de terre salade verte, vacherin, gâteau, vin de Buzet). Remonté tôt. L’Arrière-Pays. Démêlés avec Flickr, suite, demandé un nouvel examen. Journal. Couché à 1 heure.  

lire l’entrée du jeudi 23 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 24 février 2017, 14 h 29
modifiée le samedi 25 février 2017, 10 h 17
Vendredi 24 février 2017.
Saint Modeste — 56/309. Plieux. Bien et beaucoup dormi, levé à 8 heures. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et hôtel du baron de Castille, 1818, à Uzès (je le croyais très antérieur). L’Arrière-Pays, toute la matinée. Lettre à Philippe Karsenty. Tentative de nouvelle craquaison boulimique, il y a du pain, du vin, mais Pierre a probablement caché les pâtés, donc chou-blanc (figues). Deux cartons préparés par Marcel Meyer. Comptes : Dernière connexion le 23/02/2017 à 12h27 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs 6.549,02 € /////Crédits -107.097,58 € /// Solde au 23/02/2017 6.549,02 € /// À venir -912,61 € | Prévisionnel 5.636,41 €  (aucun mouvement). Agenda. 14:28:12 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et hôtel de Castille à Uzès, dimanche 12 février 2017. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Quitté Plieux vers 4 heures et demie. Concerto de Schumann. Retrouvé Pierre à 5 heures à la gare de Valence-d’Agen. Lauzerte. Sainte-Alauzie. Pen. Autoroute.  Dormi un peu. Limoges. Dîné au “Pong” d’Orléans (Palais Céleste, je crois, Saint-Jean de Quelque  Chose).  Orléans, hôtel Mercure-Centre vers minuit. Homme roux habituel, très aimable. Chambre 811, décidément une des plus agréables et belles chambres d’hôtel que je connaisse. Bonne nouvelle du rétablissement dans mes droits Flickr.  Journal. Couché vers 1 heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 24 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 25 février 2017, 10 h 26
modifiée le dimanche 26 février 2017, 11 h 34
Samedi 25 février 2017.
Saint Roméo (?) — 56/309. Orléans, hôtel Mercure-Centre, ch. 811. Réveillé vers 6 heures et demie, magnifique lever de soleil sur Orléans, photographies. Recouché, rendormi, levé vers 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, avec la cathédrale d’Orléans, et la même au matin, seule (Éloge de la 811). Déjeuné en bas avec Pierre, blanc de poulet, jambon, une petite saucisse, bacon, fromage local, muesli au coulis de framboise, dattes, pruneau, biscuites divers, jus de pamplemousse, café. Seul ennui, ai oublié le recharger de batterie pour l’appareil photographique — Pierre va en chercher un dans Orléans. Agenda. 10:25:25 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et cathédrale d’Orléans le matin même. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Quitté Orléans, l’hôtel Mercure-Centre et la délicieuse 811 vers midi et demi. Autoroute. Un peu après deux heures au congrès du Siel, 18, rue de Varenne. Y passe toute l’après-midi : Karim Ouchikh, Frédéric Pichon, le général Tauzin, François Jay et sa femme, Guillaume de Longeville, Laura Banchieri, les délégués départementaux du Siel. Rapport financier. Allocution de Karim Ouchikh. Allocution du général Tauzin. La mienne. Re-intervention d’Ouchikh. Allocution de Frédéric Pichon. Vote sur le candidat que soutiendra le Siel pour l’élection présidentielle : Marine Le Pen 45, moi 22, le général Tauzin 4, Nicolas-Dupont-Aignan 3, Henri Guaino et François Fillon 0. Autre votre sur les alliances pour les législatives : droite “ultra”-nationale (type Carl Lang), droite souverainiste” (Dupont-Aignan), qui l’emporte. M’abstiens. Quitte les lieux vers 7 heures, avec Pierre. Allons au parc de stationnement prendre des livres et des costume. Hôtel à 7 heures et demie. Pierre préfère de pas ressortir. Club-sandwich dans la chambre et un verre de vin. L’Arrière-pays. Message à M. Karsenty. Journal. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du samedi 25 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 26 février 2017, 11 h 43
modifiée le lundi 27 février 2017, 11 h 45
Dimanche 26 février 2017.
Saint Nestor — 57/308. Paris. Mauvaise nuit, sommeil agité et entrecoupé d’insomnie, pull. noct. (!). Levé à 7 heures et demie. Sérieux troubles gastriques. J’incrimine le club-sandwich, Pierre la contrariété. Petit déjeuner en bas tout de même, saumon sur toast, poulet, une tranche de jambon, camembert, cantal, muesli au jus d’ananas, pruneaux, fruits secs, petit pain au raisin. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue nocturne de la Loire à Orléans, 24 février 2017. Troubles gastriques, suite, débâcle intestinale, comme si les autres ne suffisaient pas. Pierre va chercher un médicament. L’Arrière-Pays. Très mal fichu, épuisé. Agenda. 11:43:06 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et Loire à Orléans l’avant-veille. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la nuit, relecture et mise en ligne. Bain. Sortis vers 1 heure et demie. Marché jusqu’au Louvre pour y voir les expositions Valentin et Vermeer mais nous sommes refoulés (très poliment) à l’entrée, il fallait réserver, elles sont saturées pour la journée. Nous rabattons sur le musée Delacroix que Pierre ne connaissait pas. Insignifiante exposition Sand-Delacroix, là, mais l’endroit est plaisant. Autoportrait dans le jardin, avec une œuvre de Stéphane Thidet. Allons à Saint-Séverin, vitraux de Bazaine, toile de Claude Vignon, peintures murales de Gérôme, etc. Allons à Saint-Nicolas-du-Chardonnet. Jeunes gens veulent se faire photographier avec moi. Très bel office en latin, selon le rite de saint Pie V, avec un prélat en gloire et de très nombreux officiants aux riches atours. Hôtel de Nesmond, bien vilain. Église Saint-Gervais-Saint-Protais, Martyre de Jean-Baptiste, de Vignon, grande copie du Guerchin, beaux vitraux modernes, Sylvie Gaudin, Claude Courageux. Là-aussi, très bel office, d’un tout autre genre, long silence et chant, moniales, moines, nouvelles formes très emphatiques de la dévotion dans le public. Téléphonons à Flatters pour l’inviter à dîner, mais ça ne répond pas. Pont-Neuf. Indigné par la Monnaie, souillée par des panneaux lumineux et par une porte enrobée de blanc pour le public. Dînons à l’Empire, à l’angle de la rue de Verneuil et de la rue du Bac : très imprudents œufs en meurette, au vin de Bourgogne, poulet rôti. Rentrons à l’hôtel vers 9 heures. Philippe Karsenty est passé en notre absence et a laissé quarant exemplaires de notre livre. L’Arrière-Pays, mais suis très fatigué. Journal. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du dimanche 26 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 27 février 2017, 11 h 53
modifiée le mardi 28 février 2017, 11 h 35
Lundi 27 février 2017.
Saint Honorine — 58/307. Paris. Horrible nuit, débâcle intestinale totale, dois me précipiter sept ou huit fois vers la toilettes, pas toujours à temps. Levés à 9 heures. Petit déjeuner en bas, petits pains au raisin, croissant et confiture, pruneaux. Bon article de Dreuz.Info sur 2017 dernière chance. Écrit à Philippe Karsenty. Me sens mal et très faible, situation gastrique très incertaine. Pierre va au Louvre comme la veille mais en reviens bredouille, découragé par les files d’attente malgré son passe d’enseignant. Agenda. 11:52:14 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la veille, au musée Delacroix (“Une histoire vraie”) et portrait d’Auguste-Richard de La Hautière par Delacroix, 1828. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Sors avec Pierre, qui va prendre son train pour Bordeaux, Agen et Valence-d’Agen. Prends pour ma part le métro à la station Assemblée nationale, change à Sèvres-Babylone, rechange à Jussieu, me trompe, me retrouve sur la ligne d’Ivry, reviens à Maison-Blanche, sors à Kremlin-Bicêtre. À deux heures et demie à TVLibertés, reçu très gentiment par Martial Bild, comme toujours, agréable entretien avec lui, très bien mené par ses soins (22 minutes). Voulu aller acheter chez les bouquinistes d’autres volumes d’une série de Barrès d’époque, reliés, dont j’ai acquis un la veille dimanche. Métro au Kremlin-Bicêtre, sorti à Pont-Neuf. Hélas, tous les bouquinistes sont fermés, soit parce qu’il pleut, soit parce que c’est lundi. Rentre à pied, malgré la fatigue. Rue Guénégaud, rue Jacob, rue de l’Université. Dormi un peu. Entretien en bas, à 6 heures avec le jeune M. Baptiste Denis, “rédacteur en chef politique de ESJ”. Totalement épuisé, ne sors pas, ne dîne pas, suite de la débâcle, avale seulement deux biscuits disposés par l’hôtel pour le thé. Journal. Parlé à Pierre, bien rentré à Plieux. Repris la relecture corrective (des signes de ponctuation, spécialement les guillemets), du Journal romain, novembre 1986. Autoportrait. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du lundi 27 février 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 1er mars 2017, 10 h 34
modifiée le mercredi 1er mars 2017, 10 h 35
Mardi 28 février 2017.
Mardi-Gras — 59/306. Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 67. Assez mauvaise nuit encore, suite des agitations gastriques, mais moindres, et apparence de stabilisation au réveil. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et joli portrait de Delacroix par Gigoux, 1832. Déjeuné en bas, sandwich au poulet avec un peu de jambon blanc, yaourt au citron avec du muesli. Agenda (oublié le matin même). Journal 2017, entrée de la veille relecture. Retrouvé Philippe Karsenty au Bourbon à midi et demie, déjeuné avec lui, filet de bar au citron avec du riz, eau. Passés à l’instant à l’hôtel ici, le photographie sur fond d’Assemblée nationale, puis vais avec lui à l’hôtel de son épouse, l’Académie, rue des Saints-Pères, où il me montre des chambres. Il m’accompagne ensuite jusqu’aux quais, vais à la recherche du bouquiniste aux Barrès reliés, mais il n’est toujours pas là. Fais au retour une tentative sur le musée d’Orsay, mais découragé par la file d’attente (sous la pluie). Rentre à l’hôtel vers 4 heures, reste de l’après-midi là. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Parlé à Pierre. Bain. Ressorti à 8 heures et demie. Métro à Assemblée Nationale, changé à Concorde, rechangé à Franklin-Roosevelt, sorti Michel-Ange-Molotor. À Radio-Courtoisie à 9 heures et quart. Émission avec Guillaume Faye, sur l’Europe, sous la houlette de Thomas Ferrier. Rentré en métro, Michel-Ange-Molitor, me trompe de ligne mais ce n’est pas grave, sors à La Motte-Piquet-Grenelle pour essayer de me trouver quelque chose à manger. Plusieurs tentatives vaines en çà de l’École militaire, succès au-delà, brasserie “Terrasse du VIIe”, très bien, maître d’hôtel et garçon polis, poulet aux pommes de terre frites, verre de côtes-du-rhône, tout cela passe comme une lettre à la poste. Rentre vers un heure. Journal. Couché à 2 heures et quart. 

lire l’entrée du mardi 28 février 2017 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site