Le Jour ni l’Heure
juin 2017

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 1er juin 2017, 10 h 54
modifiée le vendredi 2 juin 2017, 16 h 02
Jeudi 1er juin 2017.
Saint Justin — 152/213. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et L’Arrière-Pays, détail (un château roman) du paysage de fond d’une Pieta d’Ambrosius Benson au musée des Beaux-Arts de Bilbao. “Recherches” à propos de l’affaire Altmann contre République d’Autriche. Comptes : Dernière connexion le 31/05/2017 à 17h18 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 391,07 € /// Crédits -104.397,39 € /// Solde au 31/05/2017 391,07 € À venir -55,00 € | Prévisionnel 336,07 € ////   31/05 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE ECH/31051 -674,42 € 31/05 FACTURE CARTE DU 240517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -138,41 € //// 31/05 FACTURE CARTE DU 220517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -138,41 € (dix nouveaux Grand Remplacement) /// 31/05 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU+100,00 € /// 31/05 FACTURE CARTE DU 250517 SOZEN PAU PAU CARTE 4974XXXXXX -63,00 € (buffet chinois) ///  31/05 FACTURE CARTE DU 27/05/ 17 EL TXOKO CARTE 4974XXXXXXXX450 -54,00 € (rest. Bilbao) /// 31/05 FACTURE CARTE DU 280517 IRUNA CARTE 4974XXXXXXXX4502 E -51,60 € /// 31/05 FACTURE CARTE DU 16/05/17 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -43,62 € /// 31/05 FACTURE CARTE DU 110517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -22,78 € /// 31/05 FACTURE CARTE DU 110517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -22,78 € /// 31/05 FACTURE CARTE DU 160517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -22,53 € /// 31/05 FACTURE CARTE DU 240517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -16,53 € 31/05 FACTURE CARTE DU 160517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -16,53 € /// 31/05 FACTURE CARTE DU 160517 ADY*LULU CARTE 4974XXXXXXXX450 -16,53 € /// 30/05 VIR SEPA RECU /DE AMAZON.LUX.FR /MOTIF PAYMENT.: 52670 +36,41 € /// Chien de Mme Le Coz mis à aboyer chez les T. toute la matinée, comme tous ces jours-ci. Agenda, 10:53:52 //  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays, beaucoup. Le Jour ni l’Heure, photographies du lundi 29 mars 2017, Enlèvement d’Europe, de Martin de Voos, c. 1630, Bilbao, château d’Amou, c. 1660, dans les Landes, El Camarote de los hermanos marxistas (Retrato del artista adolescente), Eduardo Arroyo, 1991, Bilbao. Bain. L’Arrière-Pays. Mis en ligne, sans les “traiter”, beaucoup de cartons de Marcel Meyer. Atelier, bloc de pierre numéro 1, fait passer de quatre à trois les bandes du versant clair, assez bon résultats. Lecture par Pierre d’Orages d’acier (le frère, Fritz). Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Dîné aux nouvelles,  tarte aux champignons et poireaux, salade verte, poire à la vapeur et myrtilles. Vu un peu d’un film d’Henri Decoin avec Daniel Darrieux, Carette et Saturnin Fabre, et beaucoup de The Hollow Crown, en fait le Richard II de Shakespeare mis en série (mais avec le texte). Écrit à Philippe Karsenty. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures.     

lire l’entrée du jeudi 1er juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 2 juin 2017, 16 h 16
modifiée le samedi 3 juin 2017, 11 h 10
Vendredi 2 juin 2017.
 Sainte Blandine — 153/212. Plieux. Levés à huit heures et quart. L’Arrière-Pays, très activement. Donald Trump a retiré les États-unis de l’accord de Paris. Le Jour ni l’Heure, mais très bousculé, fondu les envois du matin et de la mi-journée. Autoportrait de la nuit pénultième, même session que le précédent (oublié celui de la veille) ; portrait d’Antonio de Covarrubias y Leiva par le Gréco, musée Gréco de Tolède, en prêt au musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29  mai 2017 ; château de Gaujacq, dans les Landes, même jour, mais la lumière trop tardive n’est pas très bonne. Bain. Fait un peu d’ordre pour M. Thomas Chatterton (!) Williams, du New York Times et du New Yorker, qui doit venir à trois heures avec sa femme et sa fille mais qui vient de téléphoner qu’il sera très en retard à cause d’embarras de voitures à l’aéroport de Toulouse. Comptes : Dernière connexion le /// Bonjour /// Avoirs 391,07 € Crédits -104.397,39 € /// Solde au 01/06/2017 391,07 € /// À venir -954,08 € | Prévisionnel -563,01 € (aucun mouvement). /// Solde au 01/06/2017 391,07 € À venir -954,08 € | Prévisionnel -563,01 € //// Agenda. 16:16:02 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Cartons meyeriens. Famille Williams ici vers cinq heures et quart, et Pierre rentre du collège presque aussitôt après. Thé, café, chocolat, cake, mais Pierre et Mme Williams prennent cela dans la salle des Vents et M. Williams et moi dans la bibliothèque, à converser très cordialement selon la loi du genre. Pierre et ces dames montent au sommet de la tour Sainte-Mère et vont aussi jusqu’au terrain de jeu pour enfants, à l’autre bout du village, où se détend un peu, paraît-il, la petite fille, un peu difficile (mais très jolie — ses parents aussi). Champagne (et jus de fruit) à cinq ensuite dans la bibliothèque, après l’entretien, puis raccompagnons nos hôtes jusqu’à la plaza Mayor — ils vont à une fête le lendemain dans un château de la forêt de Grésigne et couchent à Montauban — ont décliné de dîner à cause de l’enfant. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et pesto, jardinière de légumes, poire à la vapeur et myrtilles. Vu sur la chaîne Histoire un documentaire sur le Second Empire, assez Plon-Plon. Marché ensuite avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont (il fait encore grand jour). Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 2 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 3 juin 2017, 11 h 35
modifiée le lundi 5 juin 2017, 10 h 37
Samedi 3 juin 2017.
Saint Kévin — 154/211. Plieux. Levés à huit heures. Temps très gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait de Philippe II jeune (avant son avénement) par Antonio Moro. Émission d’Alain Finkielkraut avec Cécile Guilbert et Marc Lambron (annonce bien la prochaine avec Hervé Le Bras et moi). Comptes : Dernière connexion le 02/06/2017 à 16h14 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 367,77 € /// Crédits -104.397,39 € /// Solde au 02/06/2017 367,77 € /// À venir -930,78 € | Prévisionnel -563,01 € //// 02/06 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,05 € /// 02/06 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 €. Agenda. 11:35:42 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du lundi 29 mai 2017, Saint Sébastien de Ribera et Femme assise de Maria Blanchard au musée des Beaux-Arts de Bilbao, et château de Villandraut, 1780, à Tilh, dans les Landes. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, les États généraux de 1484. Communiqué pour l’In-nocennce. Relu et mis en ligne la deuxième préface du Dictionnaire des délicatesses. Atelier. Bloc de bois n° 1. Lecture par Pierre de Junger, Orages d’acier. Dîné aux nouvelles, gnocchis au pesto, jardinière de légumes, salade verte. Revu Masculin-Féminin, 1966, avec Jean-Pierre Léaud, Marlène Jobert et Chantal Goya. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Vaisseaux brûlés, La Bataille de Pharsale, La Route des Flandres, L’Année dernière à Marienbad, chambre de la suicidée, au-dessus du garage, à Clermont-Ferrand. Tweets, importation. Journal. Couché à deux heures et demie.    

lire l’entrée du samedi 3 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 5 juin 2017, 11 h 23Dimanche 4 juin 2017. Pentecôte — 155/210. Plieux. Levés à 8 heures. Beaucoup d’agitation sur les “réseaux sociaux” parce que j’ai fait l’objet la veille au soir, à l’émission “On n’est pas couchés”, de vives attaques de Yann Moix s’adressant à Charles Consigny qui m’a défendu assez vaillamment, mais en concédant ma “haine”, ce qui ruine en grande partie le reste. Déjeuné en bas avec Pierre, restes d’un cake acheté pour le goûter de Mlle Williams l’avant-veille. Le Jour ni l’Heure, très étalé, autoportrait de la nuit, Bloc de bois n° 1, état de la veille (mais les couleurs sont fausses) et tableau de genre du musée de Bilbao, l’assez comique La Visite inopportune, 1868, d’Eduardo Zamacois. L’Arrière-Pays, beaucoup, toute la journée. Bain à cinq heures et demie. Partis à six pour le château de Cauzac, Lot-et-Garonne, chez M. Jean-Louis Germain, beau-frère ou plutôt beau-cousin de Jannis Kounellis, rencontré en 1995 au moment de l’exposition de Kounellis à Plieux. Itinéraire jolibertien compliqué, Miradoux, Sistels, Dunes, Lamagistère, Clermont-Soubiran, Puymirol, La Sauvetat-de-Savères, Saint-Robert (genre), Laroque-Timbaut, Les Tricheries, Cauzac. Accueillis par notre hôte, peu changé, dans le jardin, promenade avec lui dans le magnifique parc, en contrebas, accompagnés par deux grand chiens-loups très gentils. Au retour, arrivée de notre commensal M. Thierry Morel, historien d’art, commissaire de plusieurs expositions en Angleterre, dont celle de la collection reconstituée (grâce à des prêts russes) d’Horace Walpole à Houghton Hall. Saucisson et champagne sur la terrasse au midi. Excellent dîner dans une jolie salle à manger XVIIIe, asperges, exquise épaule d’agneau, pommes de terre, tomates bien cuites, tarte aux fraises, Pellehaut, décidément le vin à la mode. Après quoi notre hôte sur ma demande nous montre de ses tableaux et dessins, au second étage de la maison. Photographies, avec sa permission, mais elle seront un peu décevantes, comme d’ailleurs celles de l’extérieur, celles-ci à cause de la lumière du jour peu favorable. Infusion en bas, et, in fine, curieux tunnel de l’autre invité, sur des thèmes politico-médiatiques (j’aurais préféré Walpole). Rentrés à Plieux vers une heure, enchantés de notre soirée, des tableaux, du dîner, du lieu, de l’accueil reçu. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 4 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 5 juin 2017, 11 h 29
modifiée le mardi 6 juin 2017, 11 h 38
Lundi 5 juin 2017.
 L. de Pentecôte (Férié) — 156/209. Plieux. Peu dormi, réveillé très tôt (champagne ?), levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Cauzac la veille, mais la lumière grise est peu favorable. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays. Agenda. 11:28:55 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, annonce pour l’émission d’Alain Finkielkraut avec Hervé Le Bras, avec photographie de 2017, Dernière Chance et du Grand Remplacement. dét. de l’atelier de Jean-Louis Germain au château de Cauzac, dét. de son grand tableau aux quatre grandes silhouettes de garçons. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, suite, les États généraux de 1484. Journal 2017, entrée de la veille, suite. Atelier, Bloc de bois n° 1, Petit bloc de bois. Promenade avec Pierre au Cassé sur le plateaux, jusqu’à l’embranchement, beau temps frais. Dîné au nouvelles, légumes et champignons à la semoule, sauce soja, salade verte. Vu Bande à part, 1964, intelligent et vide (donc bête ?). Journal, entrée de la veille, suite, mais affreuse attaque de sommeil, ne peut le mettre en ligne. Écrit à M. Jean-Louis Germain. Journal, en dormant. Autoportrait. Couché vers minuit et demi. 

lire l’entrée du lundi 5 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 6 juin 2017, 11 h 52
modifiée le mercredi 7 juin 2017, 16 h 22
Mardi 6 juin 2017.
Saint Norbert — 157/208. Plieux. Levé à 7 heures et demie, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dét. d’une des “plages”, l’orangée, de Jean-Louis Germain. L’Arrière-Pays, très activement (trop). Agenda. 11:52:17 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du dimanche 4 juin au château de Cauzac, château lui-même, l’avant-cour, et deux tableaux de Jean-Louis Germain, jeune homme blond dans l’atelier, c. 2000 (?), et abstraction dans les tons ocres, 1959. Bain. Retour avancé de Pierre. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, repris l’un des autoportraits, à la chemise blanche (le plus frontal). Lecture par Pierre d’Orages d’acier, la grande offensive allemande de mars 1917. Été avec Pierre à l’Isle-Bouzon et sur le plateau, le long du chemin de Pitré, retour par le hameau voisin de la maison d’Émilia. Temps merveilleux, lumière admirable, déchirante. Tour dans L’Isle-Bouzon, car nous sommes un peu en avance pour retirer une pizza commandée au pizzaiolo mouvant, qui n’est plus le mardi à Plieux, faute de pratiques, mais à L’Isle-Bouzon. Dîné aux nouvelles, pizza et salade verte, poires à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu Here Comes Mr Jordan (Le Défunt récalcitrant), 1941, d’Alexander Hall, avec Robert Montgomery et Claude Rains, gentiment bizarre. L’Arrière-Pays. Lu Hervé Le Bras. Journal. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 6 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 7 juin 2017, 16 h 56
modifiée le jeudi 8 juin 2017, 12 h 00
Mercredi 7 juin 2017.
Saint Gilbert — 158/207. Plieux. Levé à huit heures moins dix. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait de la mère de Jean-Louis Germain, Jeanne Coudray, 1914-2014, par Marius ou peut-être plutôt Camille de Buzon, son cousin, 1885-1964. L’Arrière-Pays, beaucoup. Le Jour ni l’Heure, autre vue du château de Cauzac, façade sur la cour et deux autres tableaux de Jean-Louis Germain, grand portrait d’un jeune homme et dét. d’une toile abstraite, bien. Parlé à Jean-Paul. Entendu du Martinu. Bain. Comptes : Dernière connexion le 03/06/2017 à 11h32 Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.481,49 € /// Crédits -104.397,39 € //// Solde au 06/06/2017 -1.481,49 € /// À venir -118,34 € | Prévisionnel -1.599,83 € Débiteur depuis 1 jour ///      06/06 CHEQUE 5947168 -855,00 € (Céline) /// 06/06 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/050617 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -759,88 € (voiture) /// 06/06 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/060617 ID EMETT -118,48 € (assurance pour le crédit immobilier) /// 06/06 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/050617 -76,00 € /// 06/06 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/050617 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 € //// Agenda 16:56:20 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture. Tél. d’Alain Finkielkraut qui m’annonce qu’à la demande France Culture la diffusion de notre émission “Répliques” avec Hervé Le Bras est reportée au 24 juin (l’enregistrement est maintenu à la date convenue). Atelier, couverte 60x60 n° 66, autoportrait VI, reprise (il avait été abîmé, taché dans le désordre de l’atelier). Lecture par Pierre d’Orages d’acier, la grande offensive de mars 1918. Promenade avec lui au Cassé (décidément bien massacré), retour par le boulevard extérieur. Dîner aux nouvelles, raviolis aux cèpes, jardinière de légumes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Revu une bonne partie des Misfits, Les Désaxés, 1961, de John Huston. Journal 2017, entrée de la veille, mise en ligne. Lecture d’Hervé Le Bras. Journal.  

lire l’entrée du mercredi 7 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 8 juin 2017, 12 h 16
modifiée le vendredi 9 juin 2017, 23 h 13
Jeudi 8 juin 2017.
Saint Médard — 159/206. Plieux. Levé à huit heures, Pierre pari depuis longtemps. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, celui de la veille proprement dite ayant été oublié. Autoportrait peint, 60x60 n° 66, état de la veille, après reprise. L’Arrière-Pays, grand retard, désordre. Tél de Me Rimokh et conversation avec lui. Comptes :  Dernière connexion le 07/06/2017 à 16h45 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.481,49 € /// Crédits -104.397,39 € /// Solde au 07/06/2017 -1.481,49 € À venir -118,34 € | Prévisionnel -1.599,83 € Débiteur depuis 2 jours /// (aucun mouvement) /// Agenda. 12:15:42 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Cherché partout, y compris à tous les étages de la tour, le tableau YHWH 5 que je dois remettre à Mme Levin et que j’ai oublié de faire emballer par Céline. Finalementnt il était dans la bibliothèque, je l’avais considéré de côté et pas reconnu (!) — deux heures de perdues. Quitté Plieux peu avant quatre heures. Valence-d‘Agen. Lauzerte. Sainte-Alauzie. Route barrée en çà de Pern, assez long détour qui me rabat vers Castelnau-Montratier. Autoroute. Brive. Limoges. Châteauroux. Entendu Mme Nyssen sur France Culture. Superbe Chant de la terre sur France Musique. Aire d’Orléans-Gidy, mais les restaurants sont fermés, mangé deux mauvais sandwichs à la station-service, caissier arabe, d’ailleurs gentil, me tutoie obstinément. Essence après Saint-Arnoult. À Paris peu avant minuit. Hôtel de l’Académie, rue des Saints-Pères, où logé par Philippe Karsenty chez sa femme. Y laissé mes bagages, été mettre la voiture au parc de stationnement de la faculté de Médecine, en face, mais au prix d’un long détour. Ch. 504, très bien, dernier étage, bout de couloir, donne sur une belle maison (Restauration ?  XVIIe  ?) de la rue Perronet, où vécut le tibétologue dont j’oublie le nom [Philippe-Édouard Foucaux], disciple de Csoma de Körös. Parlé à Pierre. Autoportrait. L’Arrière-Pays. Lu Le Bras, notes.  Éteint à deux heures moins le quart.

lire l’entrée du jeudi 8 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 9 juin 2017, 8 h 20
modifiée le samedi 10 juin 2017, 8 h 32
Vendredi 9 juin 2017.
Paris, hôtel de l’Académie, rue des Saints-Pères, ch. 504. Bien dormi, mais très peu. Réveille (“naturellement”) à six heures et demie, puis à sept. L’Arrière-Pays, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, dans la chambre, et maison natale de Toulet à Pau, vendredi 26 mai 2017, mais n’arrive pas à mettre les photographies en ligne, assez mauvaise connexion. Agenda, non sans mal. 08:19:33 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Déjeuner en bas, œufs brouillés, pommes de terre, petite saucisse, bacon, jambon, mortadelle, trois fromages, muesli, yaourt aux myrtilles. Bain. Sorti à deux heures. Interpellé très aimablement boulevard Saint-Germain par un acteur sympathisant qui m’invite à me rendre compte qu’un homme comme lui ne peut pas dire un dixième de ce que je dis à moins de voir sa carrière totalement brisée. Métro à Mabillon. Charles-Michel. Maison de la Radio, entrée A (et non B comme d’habitude). Alain Finkielkraut, Hervé Le Bras, tout à fait poli, Mme Lochard, Philippe Karsenty, Benjamin Olivennes (assistant personnel d’A.F.). Enregistrement de 11:15 à 12:10, courtois. Dis à peu près la moitié de ce que je voulais dire. Déjeuné ensuite avec Finkielkraut et le jeune Olivennes, très sympathique, aux Ondes. Tartare de daurade, café. Olivennes craint des ennuis pour l’émission, il pense que les auditeurs vont réagir très vivement et dire leur indignation. Il m’offre un beau livre sur le peintre Truphémus, avec une préface de Bonnefoy. A. F. déplore mon isolement croissant, dont il me rend en partie responsable, par mes mauvaises fréquentations. Parlons de Quignard, sur lequel nos avis divergent (il a refusé, comme à peu près tout le monde, et comme Carrère, une émission avec moi). Ces messieurs prennent un taxi, je rentre en métro, Charles-Michels/Mabillon. Trop tard pour voir une exposition, passé toute l’après-midi dans la chambre d’hôtel, agréablement (tranquillité, jolie vue, connexion marche mieux). L’Arrière-Pays. Grandes difficultés et insuccès à joindre Marcheschi pour avoir le maudit code de sa porte à l’intention des invités demain soir. Sorti un peu après sept heures. Été à la libraire Compagnie. Acheté un livre de Quignard, Dans ce jardin qu’on aimait, sur un compositeur inconnu de moi, Simeon Pease Cheney. Mangé un sandwich au jambon au Flore, le pain est moins bon qu’il y a cinquante ans, mais on est bien tranquille à l’intérieur, presque vide, alors qu’il y a un monde fou à la terrasse, et le garçon est tout à fait gentil et poli (seconde surprise favorable de la journée). Verre de Brouilly. Suis assis à la table où j’ai rencontré Barthes (mars 1974 ?). Passé un moment à l’Écume des pages. Acheté pour des raisons églogales une biographie du général Corap et un joli petit livre d’entretiens de Gustave Roux. Envisagé d’acheter pour Pierre une grosse biographie de Crozat qui l’intéresse mais le livre est laid, le titre bête (Le Français qui possédait l’Amérique) et le ton général, à première vue, assez vulgaire. M’abstiens donc, crainte de me faire engueuler. Soirée dans la chambre, un peu agacée 1) par la difficulté de connexion, 2) par l’impossibilité d’obtenir le code de Marcheschi, qu’on me demande de toute part. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Autoportrait. Rebain. Pierre arrive vers minuit et demi. Journal. Couché à une heure et demie.  

lire l’entrée du vendredi 9 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 10 juin 2017, 8 h 40
modifiée le dimanche 11 juin 2017, 12 h 04
Samedi 10 juin 2017.
Paris, hôtel de l’Académie, rue des Saints-Pères, ch. 504. Mauvaise nuit, cassé très bruyamment un verre en essayant de boire à cinq heures et demie du matin, impossible de me rendormir après, exaspéré par l’affaire des codes, sur laquelle se concentre toute mon animosité à l’endroit de l’époque, et par la difficulté d’organiser la journée qui vient, exposition, dîner, téléphones à donner, changement d’hôtel, surtout après si peu de sommeil. Levé à sept heures. Connexion marche bien au début, puis aussi mal que la veille. Pu mettre en ligne l’autoportrait, mais pas l’autre photographie. Agenda. 08:39:44 /// Déjeuner en bas, fus brouillés, petite saucisse, bacon, jambon, fromage, muesli. Le Jour ni l‘Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Quitté l’hôtel de l’Académie vers midi. Pris voiture au parc de stationnement de la Faculté de Médecine. Passés à l’Hôtel Bourgogne et Montana. Chambre pas prête, déposons les bagages. Parce de stationnement des Invalides. À pied au Grand Palais, exposition Rodin (et sa postérité), un peu décevante comme exposition, jusqu’à Marcheschi, très en valeur et superbe (La Foule, Le Frère, etc.). Hôtel Bourgogne & Montana, ch. 60, bien. Essayé de dormir un peu, mais vite réveillé. Autre bain. Voiture, quai, encombrement, Pierre me laisse en bas de chez Marcheschi pour que je mette au plus vite du champagne au réfrigérateur. Me rejoint quelques minutes plus tard. Courses avec lui, pain, gâteaux, fromages. Conversation avec Jean-Paul, sur l’exposition. Dîner dans l’appartement Marcheschi, Philippe Martel et son Albanaise, Mme Levin, Alain Finkielkraut et Sylvie Topaloff, Benjamin Olivennes, Me Rimokh, Pierre, Jean-Paul et moi. Très tranquille, jolie lumière. Foie gras, champagne, poulet à la corse et pommes de terre, fromages (exc. reblochon), tarte aux framboises, gâteau au chocolat, Pellehaut et toute sorte d’autres vins apportés par les uns et les autres. Se termine seulement vers deux heures du matin. Pierre et moi raccompagnons Mme Levin rue Severo pour échange de tableaux : lui remet l’YHWH 5 (coffret jaune), récupère le Vase rose aux monnaies du pape. À hôtel peu avant trois heures. Journal, symboliquement. Couché après trois heures. 

lire l’entrée du samedi 10 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 11 juin 2017, 12 h 11
modifiée le lundi 12 juin 2017, 12 h 02
Dimanche 11 juin 2017.
Paris, hôtel Bourgogne et Montana, ch. 60. Peu dormi, réveillé avant huit heures par une série de craquement de portes. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans l’escalier nouille du Grand Palais et Dîner dans l’atelier, chez Marcheschi. Déjeuné en bas, saumon, jambon, blanc, camembert, muesli, petit pain aux raisins. Charles Aznavour en sonorisation, très pénible, leur demande de baisser ou d’arrêter, ils arrêtent. Las, voisine appelle sur son portable, longue conversation en espagnol, crise de nerfs, désapprobation générale, y compris de Pierre, qui remonte. Nerfs. Retard général, L’Arrière-Pays, agenda, malgré difficultés techniques. 12:10:39 /// L’Arrière-Pays, Chronologie. Sorti avec Pierre vers une heure, pris la voiture au parc de stationnement des Invalides, été à la Halle Saint-Pierre, au pied de la butte Montmartre, pour l’exposition “Grand Trouble”, où figure Marcheschi. Sauté de là, toujours en voiture, vers le musée d’Art moderne de la Ville de Paris pour les expositions “Derain, Balthus, Giacometti” et “Karel Appel”. Vu ensuite une grande salle nouvelle (à l’accrochage nouveau) de la collection permanente où figure, à ma vive satisfaction, une grande toile de mon cher Gérard Schneider. Rentrés à l’hôtel vers 6 heures et demie. Dormi une demi-heure avec Pierre. L’Arrière-Pays. Parlé assez longuement à Marcheschi, en particulier des expositions diverses. Vu les résultats des élections législatives à la télévision. Sortis à neuf heures et demie. Été dîner à l’Empire, œufs en meurette et poulet rôti avec de la purée, verre de vin rouge. Tout se passe bien jusqu’à ce que s’installe à côté de nous un homme qui ronfle éveillé, phénomène jamais observé de moi. Je ne suis pas le seul exaspéré, parce qu’un autre voisin de table lui propose un mouchoir ; mais à ce stade, n’y tenant plus, je suis en train de sortir pour aller attendre à l’extérieur le paiement par Pierre, qui se prive de dessert, de l’addition — j‘avais hésité à intervenir me disant qu’il s’agissait peut-être d’une infirmité ; mais de toute façon l’homme était un mufle car aussi il baillait à se décrocher la mâchoire sans mettre la main devant la bouche, à la moderne (bien qu’il eût mon âge). Allons à L’Écume des livres mais c’est fermé (à 22 heures le dimanche). Rentrés vers onze heures. L’Arrière-Pays. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché vers deux heures.   

lire l’entrée du dimanche 11 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 13 juin 2017, 11 h 39
modifiée le mercredi 14 juin 2017, 12 h 10
Lundi 12 juin 2017.
Saint-Guy — 163/202. Plieux. Assez bien dormi, levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au parc de stationnement des Invalides, et La Fenêtre, cour de Rohan, de Balthus, 1951, dét., exp. Derain, Balthus, Giacometti au musée d’Art moderne de la ville de Paris, 11 juin 2017. Déjeuné en bas avec Pierre, saumon, poulet, jambon, ananas dans leur jus et muesli, petit pain au raisin. Bain. Pierre va chercher dans les librairies le catalogue Valentin, puisque nous avons raté l’exposition, et le trouvera finalement à  à la Procure. Pendant ce temps, reçois Mme Nolwenn Leblevennec, de Rue89 et l’Obs, qui veut m’interroger sur mon compte Flickr. Séance de “boxe à côté“, polie. Pierre la croise dans l’escalier, quand elle se retire, vers onze heures et demie. Quittons l’hôtel et Paris vers midi. Été voir les fabriques d’Hubert Robert pour le parc de Méréville transportées dans le parc de Jeurre, à Morigny-Champigny, par Alexandre Dufresne de Saint-Léon, sculpteur, Prix de Rome. Morigny-Champigny, belle église, château 1900 néo-Louis XVI. Étampes, extérieur de l’église Notre-Dame, façade fortifiée mal protégée, superbe portail roman, très fouillé (têtes coupées par les protestants, malheureusement). Mangé des chocolats offerts samedi par Mme Levin, dans une jolie boîte “À la mère de famille”, maison fondée en 1776 (très approprié pour Méréville  et Jeurre). À trois heures au portail de Jeurre, parlé au téléphone à Mme de Saint-Léon, parc ouvert par une femme vietnamienne (?), long moment entre les diverses fabriques, temps magnifique, et nous sommes parfaitement seuls : temple de la Piété filiale, laiterie, sphère armillaire, visité le château lui-même sous la houlette de la femme vietnamienne, puis été encore, seuls de nouveau, voir le cénotaphe de Cook et le morceau de façade de Saint-Cloud, au bout d’une longue allée, puis la colonne rostrale à la mémoire des fils Laborde, morts dans une baie de l’Alaska durant l’expédition de la Pérouse. Vu Mme de Saint-Léon dans sa cour. Communs, d’époque Empire, très singuliers, un peu dans l’esprit de Cruchy à La Garenne-Lemot. Sortis du parc à l’autre extrêmité, repassés à Morigny-Champigny, sur les bords d’Étampes. Vallée de la Juine, rive droite. Très curieuse maison 1890-1910 (?) sur le territoire de je ne  sais quelle commune, Ormoy-le-Rivière, Boissy-la Rivière, Saclas, Saint-Cyr-la-Rivière, Méréville ? Méréville, halle, portail du château. Superbe domaine entr’aperçu entre Méréville et Autruy-sur-Juine. Dormi un peu. Orléans. Autoroute. L’Arrière-Pays. Châteauroux, Limoges. Très beau concert de France Musique, Quintette de  Mozart, Rückert Lieder, Frühe Lieder op. 2 de Berg, Métamorphoses, très appropriées pour un château abandonné et qui va s’effondrer, au sud de Limoges, aperçu de l’autoroute alors que je cherchais de l’œil Chalucet, et rejoint (triste spectacle). “Dîné”à l’aire de la Corrèze, salade de poulet, escalope de poulet pané et lentilles, rosé. Suite des chocolats de Mme Levin. Brive,  Cahors. Lauzerte. Pierre récupère sa voiture à la gare de Valence-d’Agen. Extraordinaire entretien avec les Straub (“l’interview des chats”) sur France Culture. À Plieux vers une heure. Épuisé, me couche tout de suite pour faire comme Pierre d’habitude mais justement lui non ce jour-là. Du coup me relève. L’Arrière-Pays.  Couché à deux heures. 

lire l’entrée du lundi 12 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 13 juin 2017, 11 h 45
modifiée le vendredi 16 juin 2017, 0 h 51
Mardi 13 juin 2017.
Saint Antoine de Padoue — 164/201. Plieux. Levé à sept heures et demie. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans une île, la veille, dans le parc de Jeurre, et maison pittoresque 1900 de la vallée de la Juine, la veille également. Écrit au photographe Philippe Heurtault, à Mme Nolwenn Leblevennec. L’Arrière-Pays. Chien Le Coz pénible. Agenda. 11:44:43 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, deux des fabriques du parc de Jeurre et statues-colonnes de gauche du portail royal d‘Étampes. Fini les chocolats de Mme de Levin, hélas, à la suite d’un malentendu entre Pierre et moi ils sont restés dans la voiture et il faut les manger à la petite cuiller. Bain. Journal 2017, entrée de la veille, suite de la rédaction. Atelier. Autoportrait à la chemise blanche, 2014, reprise des yeux. Dîné aux nouvelles, lentilles, semoule et œuf à cheval, poires à la vapeur. Vu Far from the Madding Crowd, Loin de la foule déchaînée, de Thomas Viterberg, 2015, d‘après Hardy, tout à fait mon genre, avec de beaux paysages du Dorset et deux acteurs très séduisants, au moins dans ces rôles, Matthias Schoenaerts et Tom Sturridge. Journal de la veille, relecture et mise en ligne, en oubliant tout à fait l’entrée de l’avant-veille. Journal du jour. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mardi 13 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 14 juin 2017, 12 h 25
modifiée le vendredi 16 juin 2017, 0 h 54
Mercredi 14 juin 2017.
Saint Élisée — 165/200. Plieux. Levé à huit heures moins vingt, Pierre déjà parti. Très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et mystérieux château du Raynaud, ou Reynaud, ou Renaud, à Saint-Hilaire-Bonneval, dont il semble n’être question nulle part et qui, laissé à l’abandon, tombe en ruine. L’Arrière-Pays, campagne de Rémi Gration, avec un allié pseudonyme très actif, grand fabricant de “cartons” illustrés. Tél. de X. (le Belge — oublié son nom, not Dino Risi : Marco Santi, voilà). Comptes : Dernière connexion le 08/06/2017 à 12h12 /// Bonjour M. CAMUS // Avoirs -1.232,15 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 13/06/2017 -1.232,15 € /// À venir -1.243,68 € | Prévisionnel -2.475,83 € /// Débiteur depuis 8 jours.      12/06 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € /// 09/06 VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.139,22 € /// 09/06 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +200,00 € /// 08/06 VIR SEPA RECU /DE APPLE /MOTIF CCI : 0092797645,PURPOS +27,89 € /// 08/06 INTERETS DEBITEURS POUR LA PERIODE DU 01.03 AU 31 -4,85 € 08/06 RETROCESSION +4,85 €  /// Agenda. 12:24:21 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Notre-Dame du Fort d’Étampes, lundi 12 juin 2017. Retour de Pierre, bain, écouté Szymczak, Bizet, Thomas. L’Arrière-Pays. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, autoportrait à la chemise blanche, reprise du visage, rosi. Lecture par Pierre d’Orages d’acier. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au rang de chênes. Diné aux nouvelles, gnocchis au pesto, salade verte ; poire à la vapeur et framboise. Regardé un peu de Sunset Boulevard et un peu de quelque chose d’autre, que j’ai oublié. Remonté relativement tôt. Écrit à M. Pohon, à une dame italienne à propos d’un entretien. Vaisseaux brûlés. Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à deux heures.   

lire l’entrée du mercredi 14 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 16 juin 2017, 0 h 44
modifiée le vendredi 16 juin 2017, 17 h 21
Jeudi 15 juin 2017.
Fête-Dieu — 166/199. Plieux. Levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et parc de Jeurre le 12 juin 2017. Tél. de Jean-Louis Germain, juste au moment où j’allais l’appeler. L’Arrière-Pays, très intensément, campagne en faveur de Rémi Gration. Parution de l’article de Mme Leblevennec, quelques remous. L’Arrière-Pays, trois autres photographies du parc de Jeurre le 12 juin, le château pris de la laiterie, la porte de l’hôtel des Conseils de Guerre, ou de Verrue, le cénotaphe de Cook. Anne-Charlotte Rémond sur Schubert. Bain. Szymczak, Massenet, plaisant. Albert Roussel, Padmavati. L’Arrière-Pays, suite. Rédigé un communiqué pour l’In-nocence. Atelier, portrait à la chemise blanche, pâli le bleu du fond, touché au visage (fini ?). Pierre lit Orages d’acier, que nous finissons. Promenade avec lui sur le flanc sud, chemin de la rivière, remonté par le vallon d’Enduré. Dîné aux nouvelles, vu Le Bon Dieu sans confession, 1953, de Claude Autant-Lara, avec Danielle Darrieux, Henri Vilbert, Ivan Desny. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 14/06/2017 à 12h20 Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.232,15 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 15/06/2017 -1.232,15 € À venir -1.303,68 € | Prévisionnel -2.535,83 € /// Débiteur depuis 10 jour /// (aucun mouvement). Agenda. 00:44:04 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Autoportrait. Couché à une heure et demie.  

lire l’entrée du jeudi 15 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 16 juin 2017, 17 h 20
modifiée le samedi 17 juin 2017, 11 h 26
Vendredi 16 juin 2017.
Saint Médard — 159/206. Plieux. Levé avec Pierre à huit heures vingt. Beau temps. Pierre emporte un exemplaire revenu de l’album Le Jour ni l’Heure 2015 pour le renvoyer au professeur Pohon. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, insignifiant, et château-hôtel de Villemartin, Morigny-Champigny. L’Arrière-Pays, campagne de Rémi Gration, avec M. Weper. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du lundi 12 juin, une du château (1900 ?), à Morigny-Champigny, Essonne, deux de la belle église abbatiale, la Trinité. Anne-Charlotte Rémond, dernière émission sur Schubert, puis Szymczak, qui fait entendre Michel Plasson, puis Lodéon, qui le reçoit. Bain. Comptes : Dernière connexion le 16/06/2017 à 00h41 //// Bonjour M. CAMUS Avoirs -1.232,15 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 15/06/2017 -1.232,15 € /// À venir -1.303,68 € | Prévisionnel -2.535,83 € /// Débiteur depuis 10 jours /// (inchangé). Agenda. 17:19:02 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier à sept heures, exemplaire blanc d’Insoumission, couverture. Pierre me lit Le Travailleur, de Junger. Dîné aux nouvelles, ravioli aux cèpes, carottes. Poire à la vapeur, framboises et myrtilles. Vu un peu d’un téléfilm anglais sur Jean Sans Terre, puis très belle promenade dans la vallée avec Pierre, sur son idée, superbe soir. Descendus par le chemin de la rivière, premier gué, Subervie, remontés par l’avenue Lou Tapet. Écrit à Fabien Niezgoda, à Mme Gottarelli. Journal. Autoportrait. Couché vers une heure et demie.  

lire l’entrée du vendredi 16 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 17 juin 2017, 11 h 36
modifiée le lundi 19 juin 2017, 0 h 08
Samedi 17 juin 2017.
Saint Landry — 161/204. Plieux. Bien dormi, levés à huit heures. Très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, routine, et communs “Empire” du château de Jeurre, 1809-1813, Pierre-Nicolas Bénard et Jacques-Charles Bonnard. Émission de Finkielkraut, Alexandre Devecchio et un autre. L’Arrière-Pays. Comptes :    Dernière connexion le /// Bonjour /// Avoirs -1.292,15 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 16/06/2017 -1.292,15 € /// À venir -743,68 € | Prévisionnel -2.035,83 € /// Débiteur depuis 11 jours ///      16/06 PRLV SEPA ORANGE ECH/160617 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 -60,00 €  /// Agenda. 11:36:09 ///   Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays, campagne de Rémi Gration, très activement, toute la journée. Le Jour ni l’Heure, trois autres images du parc et du château de Jeurre, à Morigny-Champigny, le lundi 12 juin 2017. Bain. Lecture par Pierre d‘Henri Martin, les débuts du règne de Charles VIII, rivalités entre les Beaujeu et Louis d’Orléans, 1485-86. Journal 2017, entrée de la veille, poursuite de la rédaction. Été porter un bulletin de vote “Rémi Gration” à une dame du village, qui va en effet voter pour lui. Atelier, petit bloc de bois, retouches à l’autoportrait à la chemise blanche. Lecture par Pierre du Travailleur, de Junger. Dîné aux nouvelles, gnocchi au pesto, carottes, salade verte et fenouil. Poire à la vapeur, myrtilles et framboises. Un peu d’un documentaire d’“Histoire” sur Venise par Waldemar Januszczak, mais il se répète beaucoup (sur La Tempête). Assez longue promenade sur le plateau avec Pierre, beau soir, passé près de cette maison dont je ne connais pas le nom, chemin barré, parlé au propriétaire, rejoint la route au-delà d’Enduré, ferme de Lacroix, village. Trouvé les Lavauden-Coulet devant leur seuil au retour, parlé un moment avec eux. Campagne de Rémi Gration, suite, avec un certain succès (il est plus facile à “vendre” que moi…). Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire des délicatesses, relu l’article “Musique” de la première édition, à compléter amplement. Journal. Couché vers deux heures.     

lire l’entrée du samedi 17 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 19 juin 2017, 0 h 38
modifiée le lundi 19 juin 2017, 10 h 25
Dimanche 18 juin 2017.
Fête des Pères (!) — 169/196. Plieux. Réveillés tôt, levés tôt, très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait avec le bulletin “Rémi Gration”, déjà mis en ligne la veille. Carton meyerien, Hitler tremblement de terre, tsunami migratoire. Statue-colonne de gauche du portail royal de Notre-Dame d’Étampes. Campagne de Rémi Gration toute la journée, avec un certain succès. Un certain nombre d’électeurs mettent en ligne des photographies de leur bulletin Gration. Vais voter seul, Rémi Gration, naturellement. Pierre s’abstient. L’Arrière-Pays, livraison de midi, trois autres photographies de Notre-Dame du Fort d’Étampes le lundi 12 juin, ange de l’écoinçon gauche, ébrasement droit, vue générale de la façade fortifiée. Café avec Pierre. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1486, guerroiements en Bretagne entre les Beaujeu et Louis d’Orléans, en Flandre contre le roi des Romains, Maximilien. Campagne de Gration, suite. Atelier, repris le petit Souvenir d’Uchon, qui s’est abîmé (peinture a coulé sur lui, je ne sais d’où venue — pas grave, il fallait le reprendre, de toute façon, et le grand aussi). Dîné aux nouvelles, résultats du deuxième tour des élections législatives, raz-de-marée macronien un peu moindre que prévu (c. 350 députés), effondrement socialiste attendu, petit succès des Insoumis (18 ?), désastre contenu des Républicains (c. 115), déconfiture légèrement retournée du Front national (c. 8). Emmanuel Ménard-Duverger élue à Béziers. Promenade au Cassé, malgré le grand enlaidissement de ce pauvre hameau. Retour par le boulevard extérieur. Légère dépression (politique). Tél. de Philippe Martel. L’Arrière-Pays. Agenda. 00:38:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture, sans mise en ligne. Journal. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 18 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 19 juin 2017, 10 h 30
modifiée le mardi 20 juin 2017, 17 h 24
Lundi 19 juin 2017.
Saint Romuald — 170/195. Plieux. Bien dormi, levés à huit heures et quart, très beau matin clair. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et colombier-tour crénelé du parc de Jeurre, Jacques-Charles Bonnard, 1812-1813, lundi 12 juin 2017. Agenda. 10:30:25 /// Le Jour ni l’Heire, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de l’exposition Rodin du Grand Palais, samedi 10 juin 2011, Le Frère et Le Plongeur, de Marcheschi, Femme nue vue de dos, un arc en main, de Rodin lui-même. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1486, nouveau troubles suscités par le duc d’Orléans. Dormi un peu. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Souvenir d’Uchon, petite version, sérieuse reprise (sauf sur les bâtiments). Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons, carottes et poireaux, salade verte. Un peu d’un documentaire médiocre sur l’enfance de Bonaparte (assimilé bien sûr à un “immigré”), puis, autre, sur la vieillesse de Michel-Ange. Promenade au Cassé avec Pierre, retour par le boulevard extérieur. L’Arrière-Pays. Lettre “technique” à M. Pohon (sur les albums). Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 19 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 20 juin 2017, 17 h 34
modifiée le mercredi 21 juin 2017, 12 h 08
Mardi 20 juin 2017.
Saint Sylvère — 171/194. Plieux. Levé peu avant huit heures. Autoportrait de la nuit et Sans titre, jeune femme de Sylvie Fajfrowska, Halle Saint-Pierre, Paris, dimanche 10 juin 2017. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trop autres photographies du dimanche 11 juin, la Vénus des Invalides” (paroi du parc de stationnement), la Maison de la Chimie pour “Arrêtez le massacre !”, aquarelle de Cathryn Boch à l’exposition “Grand Trouble” de la Halle Saint-Pierre. Bain. Agenda, 17:32:59 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Atelier, petit Souvenir d’Uchon, grand Souvenir d’Uchon, refonte. Lecture par Pierre de Le Travailleur. Dîné aux nouvelles, pizza du camionneur, prise à L’Isle-Bouzon (par Pierre). Salade verte. Poire à la vapeur et myrtilles. Vu Le Repos du guerrier, 1962, de Vadim. Promenade à l’orée du bois, la Garrière abandonnée, impressionnant. L’Arrière-Pays. Journal 2007, entrée de la veille, suite de la rédaction, décalage. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mardi 20 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 21 juin 2017, 12 h 32
modifiée le jeudi 22 juin 2017, 15 h 56
Mercredi 21 juin 2017.
Saint Rodolphe (†) — 172/193. Plieux. Levé à huit heures et quart, Pierre déjà parti. Très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même, pour la veille, oublié, et château de Pau le vendredi 26 mai 2017, avec Pierre et Jeanne. Nouvelles attaques “pédophile” sur Twitter, bien entendu anonymes (ou “pseudonymes”, ce qui revient au même, puisque Twitter refuse de livrer les identités véritables). Recherches d’une chambre pour la fête de Plieux, vaines jusqu’à présent (hôtel de Lassalle, auberge de Gramont, etc.). Comptes : Dernière connexion le 17/06/2017 à 11h32 /// Bonjour M. CAMUS // Avoirs -62,87 € ///Crédits -103.493,63 € /// Solde au 20/06/2017 -62,87 € /// À venir -1.243,68 € | Prévisionnel -1.306,55 € Débiteur depuis 15 jours ///  20/06 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +700,00 € (ventes et abonnements) /// 20/06 VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: K +47,18 € /// 20/06 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/200617 I -17,90 € /// 19/06 REMISE CHEQUES BORDEREAU 03143787 + 500,00 € (location de tableau, Mme Levin) /// 16/06 PRLV SEPA ORANGE ECH/160617 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 -60,00 € ///  Agenda. 12:29:37 ///////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Pau le vendredi 26 mai 2017, deux portraits, du duc de Gramont par Eliseo Sala, 1036,  au château et de Gustave V de Suède, par Philippe Maliavine, au musée Bernadotte, et vue sur le pic du Midi d’Ossau du boulevard des Pyrénées (ou du Parlement de Navarre ?). Anne-Charlotte Rémond, mais devons arrêter après car c’est le premier jour d’ouverture au public et nous craignons de ne pas entendre la cloche. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1488-1491, les affaires de Flandres et de Bretagne, mariage de Charles VIII avec Anne de Bretagne. Retenu une chambre pour les deux nuits de la fête de Plieux. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Atelier, ample révision du grand Souvenir d’Uchon, puis reprise d’Insoumission, le livre, exemplaire unique. Photographies. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, jardinière de légumes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Revu Goupi Mains-Rouges, de Jacques Becker, 1942.  Marché avec Pierre sur le plateau, jusqu’au rang des chênes. Grande chaleur. Écrit à M. Christophe Fois. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à trois heures. 

lire l’entrée du mercredi 21 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 22 juin 2017, 15 h 52
modifiée le vendredi 23 juin 2017, 12 h 25
Jeudi 22 juin 2017.
Saint Alban — 172/193. Plieux. Levé à huit heures et demie, après le passage de Céline (et longtemps après le départ de Pierre). Beau matin clair, que je trouve assez frais, mais Céline dit qu’il fait déjà une chaleur accablante. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Insoumission, le livre, couverture peinte, exemplaire unique. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies d’œuvre dans l’atelier la veille, derniers états, La Route de Lectoure (couverte 60x60 n° 78), Souvenir d’Uchon (couverte 60x60 n° 79), Autoportrait à la chemise blanche (couverte 60x60 n° 66). Bain, tôt, pour être prêt pour les visites. Descends ouvrir. Retour de Pierre, inattendu. Comptes :    Dernière connexion le 21/06/2017 à 12h23 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -62,87 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 21/06/2017 -62,87 € À venir -1.043,68 € | Prévisionnel -1.106,55 € /// Débiteur depuis 16 jours /// Aucun mouvement //// Agenda. 15:51:29 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, grand Souvenir d’Uchon, puis repris une couverte ancienne que ne m’a jamais plu. Dîné aux nouvelles, restes de tarte aux champignons de la veille et jardinière de légumes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Panachage de La Vérité sur Bébé Donge, d’Henri Decoin, 1951, avec Danielle Darieux et Jean Gabin, et de The Hollow Crown, Henry IV, avec Jeremy Irons. Sortie tardive, rencontré les Coulet-Lavaudan devant l’hôtel de ville, assez longuement parlé avec eux. Beaucoup de mouvement dans le village à cause des ateliers de peinture — on se croirait à Saint-Tropez. Marché avec Pierre sur le plateau, jusqu’au rang des chênes. La température a baissé de dix ou quinze degrés en deux heures. Air frais, très agréable. Vaisseaux brulés, incorporé l’affaire Grégory via Laroche, les Jacob, la Vologne, les tissages Ancel. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 22 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 23 juin 2017, 12 h 39
modifiée le dimanche 25 juin 2017, 0 h 36
Vendredi 23 juin 2017.
Sacré Cœur — 174/191. Plieux. * Levés à huit heures moins le quart. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, beau détail de Porte à Venise, de Ziem, 1898, au musée de Pau le vendredi 26 mai 2017, extraordinaire photographie de la villa violette des Jacob à Aumontzey, dans la vallée de la Vologne (on dirait une de mes “Enquêtes sur la réalité des choses”). L’Arrière-Pays, annonces de la diffusion demain de l’émission “Le Grand Dérangement du monde”. Cartons récents de Marcel Meyer. Comptes :    Dernière connexion le 22/06/2017 à 15h47 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 137,13 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 22/06/2017 137,13 € /// À venir -1.243,68 € | Prévisionnel -1.106,55 €  /// 22/06 VIR SEPA RECU /DE PIERRE JOLIBERT /MOTIF /REF +200,00 €  (“repassé positif” grâce au virement de Pierre). Agenda. 12:38:27 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, trois photographies du vendredi 26 mai 2017 à Pau, deux tableaux du musée, l’Esther à l’odalisque de Bénouville et le Saint François recevant les stigmates du Gréco, plus un beau badigeonnage blanc de vitrine d’un magasin inoccupé, à côté de l’hôtel Continental (de l’autre côté de la rue). Bain. L’Arrière-Pays. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, repris une ancienne couverte 60x60 que je n’aimais pas, l’ai améliorée une peu.   Lecture par Pierre du Travailleur. Dîner aux nouvelles gnocchis, jardinière de légumes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Si nous avons vu quelque chose, j’ai oublié quoi. Promenade avec Pierre au Cassé. Vaisseaux brûlés, citations de Celan et de “Lance” (—> Tissages Ancel, Granges-sur-Vologne). Journal. Couché à deux heures et demie.  

lire l’entrée du vendredi 23 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 25 juin 2017, 1 h 10
modifiée le dimanche 25 juin 2017, 23 h 20
Samedi 24 juin 2017.
Nativité de Saint Jean-Baptiste — 175/190. Plieux. Réveillés tôt, levés à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Un philosophe, bon tableau baroque du Maître de l’Annonce aux bergers, musée de Pau, vendredi 26 juin 2017. Diffusion sur France Culture de l’émission “Répliques“ que j’avais enregistrée le vendredi 9 juin avec Hervé Le Bras sous la houlette d’Alain Finkielkraut. Réactions diverses toute la journée, mitigées, quelquefois très agressives et violentes, de la part du Figaro, notamment, et, plus prévisiblement, d’Edwy Plenel dans Rue89. L’Arrière-Pays, agitation sur les réseaux sociaux. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du samedi 27 mai 2017 dans le Béarn, Innisfail, ex-Mauricia, maison d’enfance de Paul-Jean Toulet à Billère, abside de la cathédrale de Lesparre, château d’Orion. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, mais téléphone de Flatters, très favorable à l’émission du matin, lui (contrairement à Pierre). Essayé de joindre Finkielkraut pour le remercier, mais répondeur, sur lequel laissé un message. L’Arrière-Pays. Lettre à M. Pohon, à propos des albums. Atelier, autoportrait à la chemise blanche, modifié le regard suivant les observations de Mme Levin et de Jérôme Valet, puis inauguré de peindre une échelle achetée à cette intention il y a un an ou deux. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes, navets, courgettes. Poires à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu un peu d’une émission de Waldemar Januszczak sur la Renaissance et en l’occurrence sur Vinci. Sortis pour marcher sur le plateau, chemin de la Rouquette, rentrés par le petit bois et le chemin d’Enduré. L’Arrière-Pays. Passé beaucoup de temps à tâcher de faire la maquette d’une couverture pour Paysages préposthumes (cinq essais). Comptes :    Dernière connexion le 23/06/2017 à 12h35 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 137,13 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 23/06/2017 137,13 € /// À venir -1.305,79 € | Prévisionnel -1.168,66 €   (aucun mouvement) /// Agenda. 01:07:21 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, Laroche, époux Jacob. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Couché vers 2 heures et demie.  

lire l’entrée du samedi 24 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 25 juin 2017, 23 h 42
modifiée le lundi 26 juin 2017, 12 h 13
Dimanche 25 juin 2017.
Saint Prosper — 176/189. Plieux. Levés à huit heures. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, au labbé, et tableau de Juan de Alfaro, portrait de Dona Isabel Diez de Morales Muniz, au musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29 mai 2017. L’Arrière-Pays, suite des commentaires sur l’émission de la veille, toute la journée. Le Jour ni l’Heure, trois autres tableaux du musée de Bilbao le 29 mai 2017, le comte de Villamarciel par Zuloaga, 1893, le sculpteur Quintin de Torre par Alberto Arrue, c. 1910, Les Filles de Noé par Gentileschi, 1629. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, considérations générales sur les aventures italiennes de Charle VII, attribuées à l’amour des romans chevaleresques. Tél de Flatters, comme la veille. L’Arrière-Pays. Atelier, L’Escabeau. Dîné aux nouvelles, restes de gratin de pommes de terre, taboulé, salade verte aux avocats. Poire à la vapeur et framboises. Rien regardé, promenade dans la vallée avec Pierre, curé la rivière au premier gué, elle en avait bien besoin. Subervie, idiot de chiens des D., toujours aussi désagréable (c’est curieux, eux sont charmants). Remonté par l’avenu du chien Cookie, très gentil, lui, en revanche, mais pas vu. L’Arrière-Pays, 540 “notations”. Twitter 12.900. Agenda. 23:40:41 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée d la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 25 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 26 juin 2017, 12 h 19
modifiée le mardi 27 juin 2017, 11 h 58
Lundi 26 juin 2017.
Saint Anthelme — 177/188. Plieux. Nous sommes trouvés au réveil très comiquement entremêlés. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et un des éléments de The Matter of Time, Blind Spot Reversed, 2003-2005, de Richard Serra, musée Guggenheim de Bilbao, dimanche 28 mai 2017. L’Arrière-Pays. Agenda. 12:18:45 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Pau le vendredi 26 mai 2017, belle Cène à Emmaüs de Filippo Vitale (ou Alonso Rodriguez, ou “Le Maîtres des Emmaüs de Pau” ?), buste de Toulet par Georges Clément de Swiecinski (1927 ?), badigeonnage blanc d’une vitrine cours Bosquet. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, tableau culturel de l’influence italienne en France et en Europe sous Charles VIII. L’Arrière-Pays, déversement d’insultes et de violences verbales, en particulier sur le thème “pédophilique”. Écrit dans ces conditions peu favorables des réponse pour un entretien à “Boulevard Voltaire” (6000 signes) Atelier. L’Éscabeau. Dîné aux nouvelles. Tartothon, champignons, carottes, épinards. Salade verte aux olives et au fenouil. Poire à la vapeur et framboises. Regardé un peu d’un documentaire sur Raphaël, puis été nous promener sur le plateau, tour original mais impliquant malheureusement une bonne partie de route. L’Arrière-Pays. Commandé des exemplaires des deux premiers albums photographiques, Le Portrait de Mme L.  et En Lomagne, chacun sous deux formes, “standard” et “supérieure”, mais tout cela coûte si cher que la “commercialisation” risque d’être impossible. Écrit à M. Coulet (en réponse à son invitation), à M. Yannick Pohon (à propos des albums, avec “maquette” pour un autre, Paysages préposthumes).  Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne, puis de l’avant-veille, oubliée “avec tout ça” (songe beaucoup à cette expression de ma mère, ces temps-ci). Journal, longuement. Couché à trois heures et demie. 

lire l’entrée du lundi 26 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 27 juin 2017, 12 h 07
modifiée le mercredi 28 juin 2017, 18 h 25
Mardi 27 juin 2017.
Saint Fernand — 178/187. Plieux. Levé à 8 heures moins 20. Temps pâle, plus frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Paul Sérusier, Synchronie en vert, 1913, tableau du musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29 mai 2017. Tél. de ma sœur, qui m’annonce que ma tante Suzanne est désormais dans une maison de retraite, à Ceyrat. Appelé Finkielkraut pour le remercier et prendre de ses nouvelles — il est lui aussi, un peu, dans la tourmente : lettres d’auditeurs, devra demain répondre au “modérateur” (à propos de “notre” émission). L’Arrière-Pays, peu. Agenda. 12:05:47 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du lundi 29 mai, Intérieur sévillan [corr. autom. : sévissent] de Francisco Iturino, 1911, et Christ de miséricorde, de Diego de la Cruz, c. 1485 ; autre vue, prise cette fois de la cour, du château d’Orthe à Peyrehorade. L’Arrière-Pays. Atelier, L’Échelle — lecture par Pierre du Travailleur, qui devient vraiment passionnant (et souvent me précède de quatre-vingts ans…). Dîner aux nouvelles, lentilles de deux espèces, carottes, œuf à cheval ; poires à la vapeur et framboises et myrtilles. Promenade avec Pierre au Cassé, croisé des Coulet-Lavaudan, parlé un peu de l’émission de samedi dernier. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mardi 27 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 28 juin 2017, 18 h 35
modifiée le jeudi 29 juin 2017, 8 h 41
Mercredi 28 juin 2017.
Saint Irénée — 179/186. Plieux. Levé à huit heures. Temps gris, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et partie ancienne (XVe s.) du château de Villemartin à Morigny-Champigny, lundi 12 juin 2017. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, portrait d’Aman-Jean par Lucien Simon, 1910, Corbières vermeilles, 1961, de Lambert-Loubère, et autre badigeonnage blanc d’une vitrine à Pau, même jour, vendredi 26 mai 2017. Finkielkraut comparait devant le modérateur de France Culture qui lui fait part d’une avalanche de protestations après mon passage à “Répliques”. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, considérations générales sur le Renaissance en Italie. Tél. de Flatters. Tél. de M. Pohon qui part le lendemain pour ses îles — conversation technico-commerciale, puis plus générale, très chaleureuse. L’Arrière-Pays. Premier visiteur de l’année, un lecteur du Nord, qui achète deux volumes de journal et que je ne vois pas. Puis, en ce moment même, dame belge du village avec des amis belges. Lis Anders. Comptes :  Dernière connexion le 25/06/2017 à 01h02 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs 137,13 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 27/06/2017 137,13 € /// À venir -1.573,60 € | Prévisionnel -1.436,47 €  (aucun mouvement) / Agenda. 18:59:08 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Atelier, L’Échelle. Lecture par Pierre du Travailleur. Dîné aux nouvelles, gnocchi (trop), jardinière de légumes, poire à la vapeur, framboise et myrtilles. Vu sur la chaîne Histoire un documentaire sur l’enfance et la jeunesse de Juan Carlos Ier. Assez courte promenade pré-nocturne avec Pierre, temps froid, petite pluie. Tweets, tweets récents. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché peu après deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 28 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 29 juin 2017, 8 h 53
modifiée le vendredi 30 juin 2017, 12 h 38
Jeudi 29 juin 2017.
Saint Pierre et Paul — 180/185. Plieux. Réveillé par Pierre à son départ, essayé en vain de me rendormir, levé peu après sept heures. Mal à une jambe et à une fesse, comme la veille, pas d’ordre rhumatismal, plutôt de circulation (?). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et portrait par Vicente Lopez de Matias Sorzano Najera, 1840, musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29 mai 2017. Comptes : Dernière connexion le 28/06/2017 à 18h53 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 137,13 € /// Crédits -103.493,63 € /// Solde au 28/06/2017 137,13 € À venir -1.573,60 € | Prévisionnel -1.436,47 € (inchangé). Agenda. 08:52:28 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, tableau de Gérard Schneider, hélas un peu flous, 1961, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, tableau de Christopher Wool, Sans titre (P548), 2007, id., et détail de macadam rue Séveste, à Paris, retour le halle Saint-Pierre, le tout le dimanche 11 juin 2017. Debussy sur Anne-Charlotte Rémond. Bain. Retour inattendu de Pierre, horaires de fin de saison changés. Entretien pour un institut politique italien. Carte à ma tante, à Ceyrat, donc. Atelier, L’Échelle. Lecture par Pierre de Jünger, Le Travailleur. Dîné aux nouvelles, omelette aux gnocchis (sic) et champignons, salade verte aux olives et fenouil. Rapide promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de la Rouquette jusqu’au rang des chênes [corr. auto. : crânes]. Vu une émission de Stéphane Bern sur la reine Margot, bien, mais il n’est pas assez question d’Usson, qu’on voit à peine. Écrit à M. de Rambuteau. Vaisseaux brûlés, Anders dans son journal (l’Autre). Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, Anders, Stern, William & Clara Stern (—> Éric Laurent). Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 29 juin 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 30 juin 2017, 15 h 56
modifiée le samedi 1er juillet 2017, 16 h 57
Vendredi 30 juin 2017.
Saint Martial — 181/164. Plieux. Levés à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et chien, dét. du retable anonyme de saint Dominique de Silos, c. 1400, Bilbao, lundi 29 mai 2017. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois Karel Appel de l’exposition du musée d’Art moderne de la ville de Paris, nu féminin blessé, nu masculin, portrait de Michel Tapié de Céleyran, 1956, dét. Bain. Comptes :    Dernière connexion le 29/06/2017 à 08h49 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 230,49 € /// Crédits -103.493,63 € ///      29/06 VIR SEPA RECU /DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET C +91,57 € /// 29/06 VIR SEPA RECU /DE AMAZON DIGITAL SERVICE LLC /MOTIF PA +1,79 €  //// Agenda. 15:54:50 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Entretien pour l’Institut italien de politique & de stratégie. Atelier, L’Échelle. Lecture par Pierre du Travailleur. Dîné aux nouvelles, reste d’une excellente terrine d’un déjeuner de collège de Pierre, restes d’une tarte aux légumes, id., salade verte, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Entretien pour l’IASSP, fini le brouillon, mais près de 10.000 signes, il faut réduire à 9000. Quittons à 10 heures Plieux où se prépare la fête du village par un très mauvais temps, pluvieux et froid. Gagné la Mouline de Belin, maison d’hôtes sise dans le vallon qui est derrière Lectoure, et où nous avons retenu un chambre pour échapper au vacarme. Accueillis par une dame très aimable. Chambre dans la partie la plus ancienne, XIIIe s. Autoportrait. Lu Gunther Anders. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du vendredi 30 juin 2017 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site