Le Jour ni l’Heure
septembre 2017

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 1er septembre 2017, 10 h 01
modifiée le samedi 2 septembre 2017, 7 h 31
Vendredi 1er septembre 2017.
Saint Gilles — 244/121. Plieux. Réveillé à cinq heures et demie par Pierre, lui-même réveillé par les coqs, mais finissons par nous rendormir un peu. Levés à 7 heures et demie. Pierre part presque aussitôt pour la collège, rentrée scolaire. Beau temps. Œil encore bien enflé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et couverte 60x60 n° 54, Buena Vista Park, photographiée la veille avec Pierre, après retouches mais avant vernissage. Comptes : Dernière connexion le 31/08/2017 à 12h12 //// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.035,71 € /// Crédits -101.680,56 € /// Solde au 31/08/2017 1.035,71 € /// À venir -968,18 € | Prévisionnel 67,53 € ///  31/08 FACTURE CARTE DU 310717 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -881,04 € /// 31/08 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE ECH/31081 -577,43 € /// 31/08 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 € 31/08 FACTURE CARTE DU 050817 INTERMARCHE ST ST CLAR CARTE 4-12,63 € /// 30/08 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +29,77 € /// 30/08 COMMISSIONS D INTERVENTION -8,00 €. Agenda. 11:10:02. ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Emmanuel Todd à France Culture. Bagages. Oublié de prendre des chemises supplémentaires. Croisé Jeanne Lloan en partant à deux heures. Valence-d‘Agen. Lauzerte. Sainte-Alauzie, Pern. Autoroute à Cahors-Sud. Szymczak. France Culture. Frédéric Lodéon, André Cluytens.  Cinquième Beethoven, Rhénane, Requiem de Fauré (extraits, naturellement). France Culture, émission avec Aude Ancelin et Sylvain Bourmeau. Brive. Limoges. Châteauroux. À Orléans  vers sept heures et demie. Hôtel Mercure Centre, coutumière 811. Tél. à Pierre. Cherche dans Orléans un sandwich chaud largement ouvert, plein de lamelles de poulet, que j’avais vu une fois et qui m’avait fait envie.  Il s’agit en fait d‘un kebab misérable— six euros avec une petite bouteille de San Pelegrino. Cherche ensuite la place du Martroi, recommandée par Pierre, mais que je connaissais déjà (c’est celle de la statue de Jeanne d‘Arc). Cherche aussi une pâtisserie ou une confiserie ouverte, en vain.   Rentre à l’hôtel vers dix heures. Parle de nouveau à Pierre. L’Arrière-Pays. Agenda. 00:13:18 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Connexion marche très mal, impossible de mettre les photographies en ligne.  Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du vendredi 1er septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 2 septembre 2017, 7 h 35
modifiée le dimanche 3 septembre 2017, 13 h 35
Samedi 2 septembre 2017.
Orléans, hôtel Mercure-Centre, ch. 811. Réveillé à 6 heures et demie, essayé en vain de me rendormir, levé à sept heures et quart. Connexion toujours aussi mauvaise, difficultés pour tout. Ne peux mettre en ligne les photographies de Le Jour ni l’Heure. Agenda. 07:34:52 //// L’Arrière-Pays. Déjeuné en bas, petites saucisses, dinde, jambon, œufs brouillés, fromage, muesli au coulis de framboises, crêpes à la confiture de figues (plus de sirop d’érable). Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Quitté l’hôtel et Orléans vers onze heures. Autoroute. Tout se passe bien jusque sur la fin, où mal fou pour trouver à Rungis l’espace Jean-Moulin, rue des Solets, car le GPS ne marche plus, ou plutôt la carte n’apparaît plus. Fourvoiements répétés dans un réseau très dense d’autoroutes. Arrivé seulement vers deux heures, donc raté le “repas alsacien”, ce qui n’est pas plus mal diététiquement. Passé toute l’après-midi là-bas. Allocutions de Christine Tasin, de René Marchand, de Karim Ouchikh, de Jean-Yves La Gallou, de Carl Lang, de Richard Roudier, de moi, de Pierre Cassen, de Frédéric Pichon, all the usual suspects, etc., et, sur enregistrement, de Sébastien Jallamion, Oscar Freysinger, Tatiana Feisterling. Apporte des livres grâce à l’aide du gentil homme de la sécurité, en vend quelques-uns grâce à celle de la charmante Martine Pincemin du Siel. Deux ou trois centaines de personnes, dans l’ensemble assez âgées, à quelques exceptions près, dont un bel Arménien et un joli jeune homme à la barbe noire, qui me font dédicacer des livres. Pas mal parlé à David Reinharc, très drôle. Rencontré Yannick Pohon, revenu de ses îles. Gâteau, champagne. Beaucoup parlé à Karim Ouchikh, qui m’aide à remballer les livres et auquel j’en offre quelques-uns. Repris la route de Paris vers sept heures, me suis pas mal fourvoyé encore, passé par L’Haye-les-Roses, Cachan et Montrouge, La Nuit transfigurée à la radio (et beaux lieder d’un compositeur inconnu de moi, ami de Schönberg). À l’hôtel Bourgogne-&-Montana vers 8 heures et demie. Chambre 60. Déposé les bagages, été mettre la voiture au parking. Parlé à Pierre. Soirée dans la chambre, commandé un dîner en room-service, suprême de poulet à l’estragon, pas très bon, plateau de fromages, demi-bouteille de côtes-du-rhône, le tout trop abondant (surtout après le gâteau et le champagne de “Riposte laïque”) et trop cher (et trop long à venir). Regardé sur la chaîne Public Sénat un ridicule téléfilm sur Cinq-Mars, Louis XIII pas du tout ressemblant, châteaux du Périgord censés être en Lorraine, affreux français d’aujourd’hui, plein d’énormes fautes — seul Jacques Perrin en Richelieu tire à peu près sa modeste épingle du jeu, bien qu’il soit trop rond. L’Arrière-Pays, assez intensément. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du samedi 2 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 3 septembre 2017, 13 h 47
modifiée le lundi 4 septembre 2017, 7 h 59
Dimanche 3 septembre 2017.
Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 60. Peu dormi, réveillé à six heures et demie (naturellement). Tentatives de rendormissement, vaines. Levé vers sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue prise le mardi 29 août des remparts de Bonnabaud, sur le massif du Sancy. Déjeuné en bas, excellent, mais je n’ai pas grand faim : saumon, dinde, jambon, petites saucisses, camembert, fromage de chèvre très crémeux, muesli avec des ananas dans leur jus, petit pain au raisin. Parlé à Pierre, qui va déjeuner à Fleurance avec Mme de Loynes. L’Arrière-Pays, assez intensément. Le Jour ni l’Heure, mise à jour avec les photographies qui n’ont pu être mises en ligne la veille à Orléans à cause de la mauvaise connexion. Agenda. Forte dame de couleur vient faire la chambre, gentille. Pas d’incident à la DSK. 13:46:17 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Bain. Sorti vers 4 heures. Été au centre Pompidou, vu longuement l’exposition David Hockney. Pas pris mon appareil photographique parce qu’il était indiqué que les photographies étaient interdites mais en fait tout le monde en fait. Gardien m’explique que l’artiste n’en veut pas mais que ce n’est pas la politique de l’institution de les interdire. Dîné au Café Beaubourg, poulet rôti et verre de côte-du-rhône, plus tapenade offerte. Belle serveuse tr§s gentille, peu de monde, tout va très bien jusqu’à la pénible sonorisation, qui Dieu merci n‘intervient qu’au moment de l’addition. Rentre à pied. Affligé par l’état de la rue de Rivoli, jadis si bien tenue. Parlé à Pierre, très content de son déjeuner avec Mme de Loynes. Autoportrait. Le Jour ni l’Heure, autoportrait et Château-Dauphin, Pontgibaud, mardi 29 août 2017. Copié des indications pour le lendemain, cf. Bilger et Ceppa. Journal, mais tombe de sommeil. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du dimanche 3 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 4 septembre 2017, 8 h 03
modifiée le mercredi 6 septembre 2017, 18 h 44
Lundi 4 septembre 2017.
Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 60. Levé à 7 heures. Œil encore bien déglingué, et j’ai oublié les médicaments, il est temps de rentrer. Le Jour ni l’Heure, les deux photographies mises en ligne la veille au soir sont en fait à reprendre, erreurs dans toutes les deux, dues sans doute au sommeil. Agenda. 08:02:24 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Excellent déjeuner en bas, saumon, dinde, petite saucisses, bacon, œufs brouillés, camembert, autre fromage très crémeux dans une coupelle de terre-cuite (?). Muesli dans du jus d’ananas, datte, figue, raisins secs, petit pain au raisin. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Sorti à dix heures et demie. Passerelle de la Légion d’honneur, Tuileries, Galignani. À 11 heures rue des Pyramides où m’attend dans la rue, devant l’immeuble de son cabinet, M. l’Avocat-Général Bilger, pour un entretien de trois-quarts d’heure destiné à son blog ou à sa chaîne You Tube, et accessoirement au Huffington Post, s’il accepte (peu probable), ou à “Boulevard Voltaire”. Conversation très agréable et intéressante, je m’en tire plutôt bien, il me semble, mais dans ces cas-là je me fais souvent beaucoup d’illusions. Philippe Bilger, très courtois, paraît satisfait, en tout cas. Marche de là jusqu’au Centre Pompidou, pour y prendre des photographies à l’exposition Hockney, ce que je n’ai pas fait la veille parce que je croyais que c’était interdit — ça l’est officiellement, mais pas officieusement. À l’entrée du Centre, accueilli par un jeune gardien qui me fait abréger la fille d’attente puis me guide vers une caisse plus rapide au motif qu’à Sarcelles il est le dernier de son espèce et n’entends plus de français qu’au travail. Il est d’autre part auvergnat, des Combrailles. Finalement il vient m’apporter un billet gratuit, qu’il est allé chercher comme pour lui-même. Exposition Hockney, donc, prends un certain nombre de photographies, malgré les protestations légères d’une dame (du public). Le jeune gardien, qui m’a décidément pris sous sa protection (un sien ami est un fan, paraît-il), vient s’assurer que les autres gardiens me laissent tranquille (quant aux photographies). Repasse chez Galignani, achète le journal de Maurice Garçon (1940-1944) et Speak, Memory, en Everyman. Marche de là, malgré la grande chaleur, jusqu’au parc de stationnement des Invalides, ou récupéré la voiture.  Repasse à l’hôtel, où récupéré mes bagages. Parlé à Pierre. Quitté Paris vers 5 heures. Porte d’Orléans, A6, me fourvoie un peu, vais inutilement jusqu’à Fontainebleau, reviens à Saint-Fargeau-Ponthierry, marche un peu le long du chemin de halage car je suis tout de même en avance, passe la Seine, arrive à sept heures comme convenu à Seine-Port chez M. et Mme Ceppa, auxquels je dois livrer la couverte 60x60 n° 54, L’Allée dans la forêt I (ou Buena Vista Park, car c’est la couverture du livre) (6000 €). Fais un peu de toilette, car la journée a été assez rude (beaucoup marché dans Paris sous la canicule). Ressors très vite avec M. Ceppa pour aller chez de siens voisins qui ont une maison fascinante à quelques dizaines de mètres et sont les descendants à la fois de Georges Desvallières, peintre admiré par moi au Petit Palais, des Legouvé père et fils et des Isorni, l’avocat et surtout le peintre, Pierre. La maison quoique fin XVIIIe, est très 1830 et regorge de souvenirs très “dans leur jus”, elle eut fait une idéale “Demeure de l’esprit” (mais elle n’est pas ouverte au public).  Champagne et petits fours chauds dans une très belle pièce ouverte sur trois côtés et pour le reste pleine de tableaux et de beaux livres, avec l’hôte, bel homme très aimable, nettement sympathisant politique, son épouse italienne, sa mère, peu loquace mais très souriante, sa fille, qui nous montre le colossal catalogue raisonné en trois volumes de Desvallières, et son fils Pierre (il y a aussi une très gentille chienne labrador noire que son maître supporte mal, paraît-il, parce qu’elle multiplie les bêtises). Arrive aussi de Paris un psychiatre ami de M. Ceppa, et mien lecteur. Retournons à la villa Ceppa, très arts-déco 1950, elle, où dîner fin avec les hôtes, le voisin (Isorni ? je m’embrouillle un peu dans une généalogie aussi compliquée que riche) et le psychiatre. Salade de homard, pintade, gâteau. Conversation très politique. Gagne ma chambre sous ls toits vers une heure du matin, après le départ des autres invités, et suis alors ttop fatigué pour des tentatives de connexion, ou même d’ouverture de l’ordinateur, que je ne saurais pas trop où mettre, de toute façon, ni moi avant lui. Notes au crayon, donc, journal. Éteint vers deux heures.  

lire l’entrée du lundi 4 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 6 septembre 2017, 19 h 15
modifiée le jeudi 7 septembre 2017, 0 h 21
Mardi 5 septembre 2017.
Seine-Port, 30 rue de Croix-Fontaine. Peu dormi, réveillé naturellement vers cinq heures et demie, soit par excès de champagne soit par l’effet d’une certaine excitation ou résolution politiques liées à la conversation de la veille, très “remontante”. Notes manuscrites. Douche, toilette. Petit déjeuner avec M. Ceppa et sa fille Diane, son épouse et leur fils Mathieu étant déjà partis, pour l’école et pour le travail. Café, croissant, petits pains au chocolat et aux raisins, tartine beurrée. Toilette et bagages, vite faits. Prends congé de mes hôtes vers neuf heures et demie. Moment dans la voiture, dans la forêt, L’Arrière-Pays, “relevé des compteurs”. Passé près de Melun, été voir si Vaux-le-Vicomte est ouvert le mardi, il l’est. Visité Vaux, donc, 16 €, plus trois pour l’accès au lanternon. Peu de monde, déjà. Grosse affaire, mais bien. Marché dans le parc, jusqu’au grand bassin avant la montée. Boutique, acheté la brochure, et la biographie de Fouquet par Jean-Christian Petitfils. Été de là Blandy-les-Tours, belle forteresse de village, fermée le mardi, mais qu’on voit bien de l’extérieur ; puis à la collégiale de Champeaux, belle église bien maltraitée par son clergé, même si c’est pour la bonne cause des chrétiens d’Orient — banderoles et affichettes partout ; d’autre part elle s’appuie sur de beaux jardins auxquels on ne peut accéder, de sorte qu’on voit mal ses flancs et son abside. Été aussi à Mormant, pour des raisons essentiellement égloguales. Autoportrait là, par une très belle lumière. Guignes. Traversé Melun. Fourvoyé de nouveau du côté de Fontainebleau, très inutilement. Nemours (genre). Montargis (id.). Gien. Aubigny-sur-Nère. Vierzon, qu’aussi traversé sottement. Beaucoup de temps perdu, dans l’ensemble, et aussi dans des aires d’autoroute pour boire du thé à la menthe, manger un rocher Suchard et tâcher par ses moyens de me réveiller un peu. Parlé à Pierre. Châteauroux. Limoges. Brive. Raté (décidément…) la sortie Cahors-Sud et dû faire le grand détour par Montauban et l’autre autoroute (pas plus long mais plus long et plus cher). Entendu quelqu’un qui dit très bien La Petite Prise du Transsibérien et c’est Bernard Lavilliers (qui aussi chante Aragon). À Plieux vers minuit, Pierre déjà couché. Mange un reste de pizza, vin rosé.  Journal, très sommairement. Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du mardi 5 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 7 septembre 2017, 0 h 09
modifiée le jeudi 7 septembre 2017, 11 h 52
Mercredi 6 septembre 2017.
Saint Bertrand — 249/116. Plieux. Réveillé et levé au départ de Pierre, à sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du lundi 4, à Seine-Port, et de la veille, à Mormant ; portrait de son père, par Hockney, le lundi 4, et château de Blandy-les-Tours, la veille, 5 septembre. L’Arrière-Pays. Téléphoné à ma sœur Florence, à l’occasion de son anniversaire. Le Jour ni l’Heure, église de Mormant, la veille, et château de Vaux-le-Vicomte, id. Bain. Tél. de Pierre, qui est allé porter le voiture à Agen. Communiqué pour l’In-nocence (et le NON), Donald Trump et les dreamers. Agenda, avant-veille lundi, veille mardi 5. Atelier, autoportrait n° 6 (???), phase favorable. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, la servante juive et le négrillon. Regardé les nouvelles, ouragan à Saint-Barthélémy et Saint-Martin. Mme Lloan ici à huit heures et demie. Diner à l’occasion de son anniversaire. Blinis et tarama, humous, saumon. Chablis 1994, se revèle imbuvable. Devons nous rabattre sur du rosé. Turbot, crevettes, etc. Cantal, fourme d’Ambert. Château-Montus. Gâteau de noix et macarons de M. Dellinger. Offre à Jeanne l’exemplaire unique (jusqu’à présent) de l’album Le Jour ni l’Heure 2016.  Elle reprend la route vers onze heures. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 01/09/2017 à 09h56 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -863,55 € //// Crédits -101.680,56 € /// Solde au 06/09/2017 -863,55 € /// À venir -1.808,46 € | Prévisionnel -2.672,01 € /// Débiteur depuis 2 jours ////05/09 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/050917 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -759,88 € (voiture) ////// 05/09 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/050917 ID EMETT -118,48 € (assurances emprunt) /// 04/09 CHEQUE 5947171 -889,20 € (Céline) /// 04/09 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/040917 -76,00 € /// 04/0 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/040917 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 € /// 04/09COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE  -22,05 € /// 04/09 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 €  //// Agenda. 00:05:16 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, mais forte attaque de sommeil. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du mercredi 6 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 7 septembre 2017, 11 h 51
modifiée le vendredi 8 septembre 2017, 11 h 03
Jeudi 7 septembre 2017.
Sainte Reine — 250/115. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Assez beau temps, qui néanmoins se couvre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, sans trépied (resté dans la voiture), à bout de bras, donc, et portrait de femme (la sienne ?), par Georges Desvallières, dans sa “Maison rouge” de Seine-Port, photographié le lundi 4 septembre au soir. L’Arrière-Pays. Envoyé des photographies de Bonnabaud à ma sœur. Réservation de chambre d’hôtel à Nîmes. Comptes : Dernière connexion le 07/09/2017 à 00h00 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -863,55 € Crédits -101.680,56 € /// Solde au 06/09/2017 -863,55 € /// À venir -1.808,46 € | Prévisionnel -2.672,01 € /// Débiteur depuis 2 jours //// (inchangé). Agenda. 11:52:46 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, deux vues de la collégiale de Champeaux le mardi 5 septembre 2017, pour « Arrêtez le massacre ! ». Bain. Corelli. Collation de restes, tarama, fromage, gâteau aux noix, macarons, château-montus. Pas mal de visiteurs toute l’après-midi, tous très gentils et semble-t-il très satisfaits, dont une petite famille allemande dont les (quatre) enfants insistent beaucoup pour me remettre un pourboire. Journal 2017, efforts pour rattraper le retard, mis en ligne l’entrée de lundi dernier. Bref passage à l’atelier, “Autoportrait au paysage de fantaisie”, 60x60 n° 81 (????), pourrais bientôt en rester là. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, le général von… Dîner de restes, suites, houmous, courgettes, fromage, gâteau aux noix à la crème anglaise (chaude), château-montus. Rien regardé, promenade avec Pierre sur le plateau, seulement jusqu’au rang de chênes. Dû écrire à d’éventuels éditeurs italien et espagnol. Aussi à M. Pohon, cf. les albums (il faudrait bien en finir). Suite du combat pour rattraper le retard du journal, mis en ligne les entrées du mardi et du mercredi, celle-ci largement empruntée à Jérôme Vallet. Attaques de sommeil, hélas, qui se font de plus en plus radicales. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du jeudi 7 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 8 septembre 2017, 11 h 12
modifiée le samedi 9 septembre 2017, 11 h 43
Vendredi 8 septembre 2017.
Nativité de Notre-Dame — 251/114. Plieux. Levé en même temps que Pierre, à sept heures moins le quart, par une nuit noire (les jours ont considérablement diminué). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, à l’œil malade (et aux traces de traitement), et Autoportrait avec un paysage de fantaisie, couverte 60x60 n° 81 (?), état de la veille, dét. . Ouragan sur les Antilles, tremblement de terre au Mexique, mort de Pierre Bergé. L’Arrière-Pays. Comptes :  Dernière connexion le 07/09/2017 à 11h48 // Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -915,09 € /// Crédits -101.680,56 € /// Solde au 07/09/2017 -915,09 € /// À venir -607,94 € | Prévisionnel -1.523,03 € /// Débiteur depuis 3 jours /// 7/09 VIR SEPA RECU /DE APPLE INC /MOTIF CCI : 0096994460,PU +9,76 € /// 07/09 INTERETS DEBITEURS POUR LA PERIODE DU 01.06 AU 31 -61,30 € /// Agenda. 11:12:25 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille (en fait un long extrait du livre l’Alain Finkielkraut et Élisabeth de Fontenay). Le Jour ni l’Heure, photographie du curieux (et fâcheux) mur qui entoure le chœur, dans la collégiale Saint-Martin de Champeaux, Seine-et-Marne, lundi 4 septembre 2017. Bain. Corelli. Texte de Rémi Gration pour la fête de la Ligue du Midi, dimanche dans le Gard. Pas de visiteurs. Atelier, Autoportrait au paysage de fantaisie, la ressemblance s’éloigne plutôt, suivant l’usage. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, visite d’Ulrich à Clarisse. Dîné aux nouvelles (typhon et pillage aux Antilles), raviolis aux cèpes, courgettes, salade verte, poires à la vapeur aux mûres. Promenade avec Pierre sur le flanc ouest, descendu par le chemin de la rivière, malgré la nuit assez avancée, remontés par le boulevard Lou Tapet. Texte de Rémi Gration, suite. Journal. Autoportrait. Couché à une heure et demie.     

lire l’entrée du vendredi 8 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 9 septembre 2017, 11 h 41
modifiée le dimanche 10 septembre 2017, 8 h 44
Samedi 9 septembre 2017.
Saint Alain — 252/113. Plieux. Levé à sept heures. Temps très gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et double portrait d’Henry Geldzahler et du pauvre Christopher Scott, 1929, par David Hockney, Paris, 4 septembre 2017. Émission de Finkielkraut avec Robert Redeker. Reçu de Philippe Bilger l’enregistrement de notre entretien de lundi dernier (le 4 septembre), suis frappé par le caractère extrêmement archaïque de mon élocution. Comptes : Dernière connexion le 08/09/2017 à 11h09 Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 224,13 € /// Crédits -101.680,56 € //// Solde au 08/09/2017 224,13 € À venir 4.236,24 € | Prévisionnel 4.460,37 € /// 08/09VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.139,22 €  /// Coup de téléphone d’un homme qui veut acheter les parties intérieures des fameuses “pompes à chaleur” et en propose 350 €. Agenda. 11:41:06 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Relecture du “message de Rémi Gration”, 14.000 signes, puis Pierre l’imprime en trois exemplaires. Bagages. Arrivée à quatre heures de Mme de Loynes qui doit monter la garde pendant notre absence. Départ peu après avec Pierre, malgré les coutumiers cafouillages du seuil. Miradoux (lettre à poster, 3.300 € à l’architecte de MH, 1800:1500). Autoroute. Dormi un peu. Toulouse. Carcassonne sous une superbe lumière. Décidé d’en profiter pour aller observer la forteresse du XI siècle toute neuve qu’on voit toujours de l’autoroute, dans les Corbières. Sortis à Lézignan-Corbières. Ferrals-Corbières. Château de Saint-Martin de Toques, donc, à Bizanet, assez décevant, château de fantaisie vraiment peu convaincant, et qui d’ailleurs n’essaie pas de l’être. Le versant nord est moins mal. De toute façon la belle lumière est partie. Paysage épouvantablement ravagé autour de Narbonne, hideuses banlieues. Repris l’autoroute. Béziers. Montpellier. À Nîmes vers 9 heures, bonne entrée par l’impressionnante avenue droite. Hôtel Imperator, ch. 304. Ressortis aussitôt. Du mal à trouver un restaurant qui nous convienne, comme la dernière fois. Incident à celui qui est derrière la Maison carrée, à gauche, dis : “Excusez-moi, est-ce qu’il est encore possible de… ”, le garçon me répond “Bonsoir, d’abord !”. Reprenons notre quête. Échouons finalement, square de la Couronne, dans une assez méchante pizzeria, mais c’est au pied de la maison où “Apollinaire aima Louise de Châtillon-Coligny” (plaque, au-dessus de nos têtes). Rentrons par les Arènes et le boulevard bruyant, où joli café XIXe, tout de même (le Napoléon). Rentrés vers minuit. L’Arrière-Pays (pillages à Saint-Martin, “Dehors les blancs”). Journal. Couché à deux heures.  

lire l’entrée du samedi 9 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 10 septembre 2017, 9 h 43
modifiée le lundi 11 septembre 2017, 8 h 26
Dimanche 10 septembre 2017.
Nîmes, hôtel Imperator, ch. 304. Réveillé vers 5 heures et demie par des portes qui claquent, mais me rendors. Réveillé à 7 heures par le sens du devoir, et me lève. L’Arrière-Pays, Saint-Martin (ce qui se passe là-bas est décisif). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Saint-Martin de Toques, Aude, la veille. Agenda. hier. Déjeuné en bas avec Pierre, plus de champagne (les bouteilles sont vides), saumon, petite saucisse, jambon blanc, jambon cru, cantal, fourme d’Ambert. Muesli dans une salade d’ananas et de pamplemousses. Petit pain aux raisins. Maître d’hôtel aimable et attentionné mais mille fois trop bruyant, parle fort, salue les gens d’une extrémité à l’autre de la salle, on n’entend que lui. Agenda, suite (ce matin). 09:43:09 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Sortis de l’hôtel vers onze heures. Le Cailar. Réunion de rentrée de la Ligue du Midi, dans un mas. Arrivons vers la fin de l’allocution de Pierre Vial. Discours de Richard Roudier, président de la Ligue. Apéritif. Parlé à Francis Marche, à M. Hardy des Volontaires pour la France, à “Blanche de La Force”, etc. Déjeuner de soleil, dans la cour, tranche de pâté, gigot, tiramisu, vin blanc. Café. Spectacle des Brigandes. Longue allocution du général Piquemal. La mienne, sous forme de massage de Rémi Gration, “Je suis le désespoir des hamsters”. Net succès, pour une fois. Vendu et signé quelques livres. Reprenons la route vers six heures. Vauvert. Voulons nous rendre aux Saintes-Maries de la Mer, mais la route est barrée à cause d’une fête taurine de village à Gallician. Dû faire un grand détour par Saint-Gilles-du-Gard. Maison romane. Voulu revoir l’admirable porche mais toute la façade de l’église est recouverte d’une bâche, et d’autre part elle est fermée. Repris la route vers les Saintes-Maries, curieuse maison en construction, autoportrait. Voulu voir le château d’Avignon, mais on ne peut pas s’en approcher. Les Saintes-Maries de la Mer, très belle église ainsi qu’il m’en souvenait mais très restaurée et noyée dans un capharnaüm touristico-boutiquier. Belle lumière, toutefois (mais l’église est inphotographiable). Aigues-Mortes, à la nuit tombante et tombée. Nous garons sous les remparts, en faisons le tour à pied, versants est et sud bien préservés. Envisageons de dîner de poisson sur la place centrale, nous y installons, même, restaurateur très aimable, mais accordéoniste à sonorisation portative au pied de la statue de Saint-Louis, insupportable, devons lever le camp. “Dîné” de glaces en cornet (praliné/citron)  et de biscuits (citron, amandes) achetés un peu plus loin (beau vendeur arabe). Rentrés à Nîmes et à l’hôtel vers onze heures. L’Arrière-Pays (Saint-Martin, suite). Journal. Couché à une heure. 

lire l’entrée du dimanche 10 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 11 septembre 2017, 8 h 30
modifiée le mardi 12 septembre 2017, 18 h 58
Lundi 11 septembre 2017.
Nîmes, hôtel Imperator, ch. 304. Bien dormi. Levé à 7 heures. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans la maison en construction, sud de Saint-Gilles-du-Gard, et remparts d’Aigues-Mortes. Agenda. 08:30:07 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Petit déjeuner en bas. Champagne, saumon, œufs brouillés, jambon de Parme, jambon blanc, saucisse, cantal, fourme d’Ambert, ananas dans leur jus, muesli, petit pain aux raisins, tranche de cake. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (publique), dont le texte de Rémi Gration lu au Cailar. Bain. Bagages. Quittés l‘hôtel et Nîmes vers onze heures. Autoroute. Dormi un peu. Montpellier. Béziers. Narbonne. Voulions aller voir le musée de Carcassonne mais il est fermé le lundi. Décidé de nous rabattre sur Lagrasse. Ferrals-les-Corbières. Fabrezan. Engueulade, mais rapide réconciliation devant le joli buste de Charles Cros par son frère Henry (1860, salon de 1861 — moulage moderne). Musée Charles-Cros, à la mairie, fermé. Tour du village. Lagrasse. Marché, ponts, etc., maître de Cabestany au cimetière. Partie religieuse de l’abbaye fermée. Visitons la partie profane, après tasse de thé dans la cour. Horrifié par le bavardage visuel omniprésent et sans gêne, qui empêche de voir quoi que ce soit. Laide librairie, significative. Monté plus haut, puis été en face. Église du village fermée. Jolie boutique d’huiles et de vinaigres, beaux flacons. Été à Villerouge-Termenès. Beaux paysages en chemin. Visité le château, bien moins bavard que Lagrasse. Été à Thermes, à travers des paysages déserts magnifiques. Parc de stationnement, village, église, ratons le chemin du château et suivons bêtement sur un ou deux kilomètres la route qui longe la rivière. Doute nous vient finalement, retournons. Trouvons le chemin du château, mais la billetterie est close. Montons néanmoins, assez rude “escalade”. Plus personne là-haut, entre les ruines, quelques belles éclaircies dans le ciel couvert toute la journée. Château de Durfort. Merveilleuse église quasi abandonnée mais ouverte de Saint-Martin-des-Puits, monument exquis, fresques romanes hélas peu visibles à cette heure (≠ou- 8 heures). Repartis en ouest, re-château de Durfort, en ruine, curieusement tardif pour sa position, Vignevieille, Lairière, plateau de Lacamp (?), Caunette, toutes contrées presque totalement désertes et superbes. Revu Saint-Polycarpe, abside illuminée, très belle dans la nuit.  Limoux. Restaurant du Moderne et Pigeon fermé, dînons sur la place, au Grand Café, antique brasserie aux arrières assez mal tenus mais très vivante, tablée voisine de dix personnes derrière nous absolument pas dérangeante,  aucun gueuleur, ce qui prouve bien que c’est possible. Cassoulet, et pour Pierre une fricassée de Limoux devant laquelle j’ai reculé (abats) mais je le regrette. Cependant il m’en donne un petit quart. Minervois. Crème brûlée catalane. Enchantés de notre dîner. Fanjeaux. Autoroute à Bram. Rendormi un peu. À Plieux vers une heure du matin. Journal, symboliquement. Couché presque aussitôt. 

lire l’entrée du lundi 11 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 12 septembre 2017, 19 h 08
modifiée le mercredi 13 septembre 2017, 10 h 24
Mardi 12 septembre 2017.
Saint Apollinaire — 255/110. Plieux. Levé à sept heures, avec Pierre (nuit noire). Le Jour ni l’Heure, bon autoportrait de la veille dans la belle église de Saint-Martin-des-Puits (commune de vingt-six habitants, qui se vante d’une croissance démographique de trente pour cent), et chapeau de Villeneuve-Termenès. Déjeuné seul en bas, Céline en vacances pour quinze jours. L’Arrière-Pays, beaucoup toute la journée, une certaine agitation à cause du passage le matin d’Alain Finkielkraut et Élisabeth de Fontenay à l’émission de Nicolas Demorand sur France Inter — pas mal question de moi, toujours à propos du livre En terrain miné). Collation de saucisson et de confiture de fruits rouges, les deux de l’Ariège, floc [correcteur auto. : flic] de Gascogne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Lagrasse la veille, protestation contre le bavardage visuel (“« Arrêtez le massacre ! »”). Dormi un peu. L’Arrière-Pays. Retour de Pierre. Bain. Tél. de Christian Vanneste. Agenda. 19:08:37 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Atelier, autoportrait n° ? (7?), couverte n° 81 (?), avec un paysage de fantaisie. Pierre tond, en prévision des Journées du Patrimoine. Dîné du coup un peu tard. Lentilles, œuf à cheval, jardinière de légumes. Poire à la vapeur, framboises et mûres. Vu un peu de Recherche Suzan désespérément. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Journal 2017, entrée de la veille (Lagrasse), relecture et mise en ligne. Écrit à M. Ceppa. Écrit à M. Pohon. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mardi 12 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 13 septembre 2017, 10 h 54
modifiée le jeudi 14 septembre 2017, 16 h 54
Mercredi 13 septembre 2017.
Saint Aimé — 256/109. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et joli buste de Charles Cros par son frère Henry, 1860, Fabrezan, Aude. Déjeuné seul en bas, continué le saucisson de l’Ardèche, fini la bouteille de floc. Purée de poireau muesli, framboise et mûres. L’Arrière-Pays, peu. Tél. de Richard Roudier, qui confirme l’effet produit par le message de Rémi Gration. Comptes : Dernière connexion le 09/09/2017 à 11h28 //// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 5.106,36 € /// Crédits -100.771,24 €  /// Solde au 12/09/2017 5.106,36 € /// À venir -2.197,24 € | Prévisionnel 2.909,12 €  ///      11/09 REMISE CHEQUES BORDEREAU 03143791 +6.000,00 € (vente couverte 60x60 n°54 (?L’Allée sans la forêt / Buena Vista Park à M. Franck Ceppa, Seine-Port) /// 11/09 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € (travaux de la tour) ///  Agenda. 10:54:24 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, très curieux bâtiment à Fabrezan (chais ?), vue générale du Lagrasse ancien, horribles fenestrages de maisons sur l’Orbieu, à Lagrasse, pour “Arrêtez le massacre !” : le tout du lundi 11 septembre. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, la répression religieuse sous François Ier. Journal 2017, entrée de la veille, mise en ligne. Commencé une lettre à M. Pierre Changarnier. Visiteurs, que je guise moi-même car Pierre doit porter la tondeuse à réparer — couple du Loir-et-Cher, lecteurs et amis de lecteur ; lui ressemble extraordinairement à un acteur fameux, jusqu’en la voix et les gestes. Ils achètent force livres, dont le gros Marcheschi. Atelier après leur départ, autoportrait n° 7 (?), “au paysage de fantaisie”, vient bien. Modifié le paysage. Lecture par Pierre de Musil, visite d’Ulrich à Walter et Clarisse, partie très discoureuse. Dîné aux nouvelles, tartothon, très bonne. Poire à la vapeur et framboises. Rien regardé, sortons directement après-dîner. Interpellés de sa fenêtre à l’étage par Mme Lavaudan, M. Coulet est rentré de “vacances”, leur parlons à travers la fenêtre puis, comme ils se proposent de descendre, les invitons à se joindre à nous pour la promenade, ce qu’ils font. Marchons avec eux  jusqu’à l’embranchement La Bonnefont / La Rouquette, au milieu de grandes activités agricoles, énormes machines tous phares allumés dans la nuit. Rentrons vers dix heures. Fini le message à M. Changarnier. Écrit à M. Pohon. Journal. Couché à deux heures.    

lire l’entrée du mercredi 13 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 14 septembre 2017, 17 h 07
modifiée le vendredi 15 septembre 2017, 17 h 54
Jeudi 14 septembre 2017.
Sainte-Croix — 257/108. Mal dormi, réveillé très tôt, crois que Pierre dois se lever et partir, mais non. Finis par me rendormir, nous levons à 9 heures. Déjeuné avec Pierre en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, vue lointaine des ruines du château de Termes dans le paysage, lundi 11 septembre 2017. L’Arrière-Pays, beaucoup. Le Jour ni l’Heure, deux autres vues de Termes, du pied de la butte puis du sommet, entre les ruines, 11 septembre. Anne-Charlotte Rémond sur Clara Wieck. Bain. Le Jour ni l’Heure, suite. Compte : Dernière connexion le 13/09/2017 à 10h48 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 5.106,36 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 13/09/2017 5.106,36 € /// À venir -2.257,24 € | Prévisionnel 2.849,12 €  //// Agenda. 17:08:49 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Atelier. Autoportrait au paysage de fantaisie, suite, rose et beige-chair. Lecture par Pierre de Musil. Dîné aux nouvelles, lentilles œuf à cheval, jardinière de légumes, poire à la vapeur et framboises. Regardé Le Cardinal d’Espagne, téléfilm de Jean Vernier, d’après Montherlant, 1960, avec Jean Vernier. Pierre va de coucher, marche seul jusqu’à Saint-Vidal, par grand froid. Journal 2017, entrée de la veille, relecture mise en ligne. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 14 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 15 septembre 2017, 18 h 10
modifiée le samedi 16 septembre 2017, 16 h 01
Vendredi 15 septembre 2017.
 Saint Roland — 258/107. Plieux. Assez bien dormi, levé à 8 heures - 20, après le départ de Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, au chalazion, et vue extérieure de l’église Saint-Martin des Puits, lundi 11 septembre 2017. Déjeuné seul en bas. L’Arrière-Pays, beaucoup (Tw. 14.300). Tél. au docteur Capdecomme, puis pris un rendez-vous à Montauban pour faire opérer le chalazion (cependant il faudra y aller deux fois). Chien Le Coz très pénible toute la matinée. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de l’église de Saint-Martin-des-Puits, 11 septembre, cette fois de l’intérieur. Anne-Charlotte Rémond sur Clara Wieck. Premier mouvement de la Fantaisie op. 17. Bain. Suite de Le Jour ni l’Heure, mise en ligne, commencé l’agenda, mais visiteurs, très sympathiques, couple des Hautes-Pyrénes, environs du château de Mauvesin et de L’Escaladieu, séjournent à la Romieu. Retour de Pierre. Comptes : Dernière connexion le 14/09/2017 à 17h05 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 5.106,36 € /// Crédits -100.771,24 € //// Solde au 14/09/2017 5.106,36 € /// À venir -2.257,24 € | Prévisionnel 2.849,12 € //// (aucun mouvement)/ Agenda. 18:09:01 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, couverte 60x60 n° 80, autoportrait n° IX, “au paysage de fantaisie”, progrès. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, conversation avec le général Stumm von Bordwehr. Dîné aux nouvelles, gnocchi au pesto, jardinière de légumes, salade verte. Poire à la vapeur et mûres. Regardé un peu une sottise américaine, séquelle d’un original dont les héros étaient jadis un peu sexy, mais sortons assez vite pour marcher sur le plateau. Froid incroyable, la température a dû chuter de vingt degrés en quarante-huit heures. Nous contentons de Saint-Vidal. Écrit à Jean-Louis Germain. Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, article “race”, suite. Journal.  Couché à une heure et demie.  

lire l’entrée du vendredi 15 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 16 septembre 2017, 17 h 03
modifiée le dimanche 17 septembre 2017, 19 h 12
Samedi 16 septembre 2017.
Sainte Édith — 259/106. Plieux. Levés à huit heures. Très beau temps lumineux et transparent. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autoportrait peint n° IX, ”au paysage de fantaisie”, état de la veille ; mais la mise en ligne traîne toute la matinée à cause d’une intense activité d’“Arrière-Pays”, plutôt plaisante mais férocement chronophage. Déjeuné en bas avec Pierre. Homme qui vient acheter les parties intérieures des pompes à chaleur, dont nous avions totalement oublié l’existence (mais pas lui). Il nous en donne 350 € (en argent liquide !). Le Jour ni l’Heure, tentative de photographie des fresques romanes de Saint-Martin-des-Puits et chevet illuminé de Saint-Polycarpe, Aude également, mais beaucoup plus à l’ouest, soir du lundi 11 septembre 2017. Bain. Septième symphonie de Sibélius. Journées du Patrimoine, mais personne jusqu’à présent. Comptes : Dernière connexion le 15/09/2017 à 18h06 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 5.046,36 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 15/09/2017 5.046,36 € À venir -2.397,91 € | Prévisionnel 2.648,45 € /// 15/09 PRLV SEPA ORANGE ECH/150917 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 -60,00 € /// Agenda. 17:03:28 /////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Visiteurs, guidés par Pierre. Conversation de travail avec M. Pohon, à propos des albums photographiques (six en tout). Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, autoportrait IX, “au paysage de fantaisie”, à peu près fini. Lecture par Pierre de Musil, L’Homme sans qualités, suite de l’entretien avec le général, puis avec le comte Leinsdorff. Dîné aux nouvelles, jambon cru espagnol offert par M. de Linger, céleri rémoulade, salade verte, Pellehaut. Gâteau aux myrtilles, confiture de figues. Revu le film sur Truman Capote. Promenade avec Pierre sur le plateau, grand froid (d’autant qu’on n’a pas encore sorti les tenues d’été), été seulement à Saint-Vidal. Écrit à M. Pohon. Dictionnaire des délicatesses, article “race”, suite. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du samedi 16 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 18 septembre 2017, 11 h 00
modifiée le lundi 18 septembre 2017, 11 h 09
Dimanche 17 septembre 2017.
Saint Renaud — 260/105. Plieux. Levés à huit heures. L’Arrière-Pays, très intensément comme la veille. Déjeuné en bas avec Pierre. Les deux livraisons quotidiennes de Le Jour ni l’Heure sont amalgamées en une seule, étalée sur toute la journée. Autoportrait de la nuit, et quatre photographies de l’abbaye de Lagrasse le lundi 11 septembre 2017, plutôt mauvaises. Conversation de travail, au téléphone avec M. Pohon. Écrit à Christian Combaz. Collation en bas avec Pierre, restes du jambon espagnol de M. Dellinger, pain grillé, Pellehaut, petits pains au lait et confiture aux figues et aux poires et noix, café. Bain. Filet continuel de visiteurs, mais Pierre y suffit. L’Arrière-Pays. Agenda (journée d’hier). Atelier, quelques retouches à l’Autoportrait IX et adaptation de l’ex-Charnière que Pierre a cassée cette après-midi et qui est désormais en deux morceaux. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, Arnheim. Dîné très simplifié, poire à la vapeur et framboises et verveine. Vu un peu de Brokeback Mountain, mais sortis, malgré une petite pluie fine et le froid. Marché seulement jusqu’à Saint-Vidal. L’Arrière-Pays. Suite de l’agenda. 22:18:19 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Commandé (à grands frais) un exemplaire des six albums photographiques désormais disponibles, en sus de Le Jour ni l’Heure, 2016 : Châteaux, Château de Plieux, Plieux, En Lomagne, Paysages préposthumes, Le Portrait de Mme L. /// Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, article “race”, suite (songé à en faire un tiré à part, pour Kindle, comme de l’article “musique”). Journal. Couché sur les deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 17 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 18 septembre 2017, 11 h 15
modifiée le mardi 19 septembre 2017, 18 h 53
Lundi 18 septembre 2017.
Sainte Nadège — 261/104. Plieux. * Levés à 9 heures moins le 1/4. Temps pluvieux. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, à bout de bras, dans la salle des Pierres, et Christian Jaccard, Ombres de suie, partition bénédictine, 2017, abbaye de Lagrasse, lundi 11 septembre 2017. L’Arrière-Pays, peu. Agenda. 11:12:30 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, château de Candiac, 1630, à Vestric-et-Candiac, Gard, avant l’assemblée de Ligue du Midi le dimanche 10 septembre 2017. Bain. Anne-Charlotte Rémond sur Britten. Pierre au collège. L’Arrière-Pays, beaucoup. Pas de visiteurs. Le Monde. Communiqué pour l’In-nocence (sur le référendum au Kurdistan irakien). L’Arrière-Pays. Pas d’atelier. Dîné aux nouvelles. Raviolis aux cèpes, pesto, carottes, champignons. Poire à la vapeur et framboises. Vu un (télé)film américain sur l’affaire Madoff, The Wizzard of Lies, 2017, de Barry Levison, avec Robert de Niro et Michelle Pfeiffer. Promenade dans le froid et sous la pluie avec Pierre, seulement jusqu’à Saint-Vidal. Dictionnaire des délicatesses, article “race”, suite. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du lundi 18 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 19 septembre 2017, 19 h 02
modifiée le mercredi 20 septembre 2017, 10 h 24
Mardi 19 septembre 2017.
Sainte Émilie — 261/104. Plieux. Levé avec Pierre à sept heures. L’Arrière-Pays, énormément toute la journée. Déjeuné seul en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et “portrait” par Pierre durant la lecture du message de Rémi Gration au Cailar, 10 septembre 2017. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, assez décalé, trois photographies du dimanche 10 septembre 2017 en Camargue, deux de la “fête” à Gallician, cavalier et cheval, taureau, l’autre pour “Arrêtez le massacre !”, la Maison du Tourisme à Saint-Gilles-du-Gard. Retour de Pierre. Agenda. 19:01:07 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Atelier, commencé à peindre une assiette, à titre expérimental. Lecture par Pierre de Musil, Arnheim est la jeune génération. Dîné aux nouvelles, pizza du camionniste de l’Isle-Bouzon, salade verte, poire à la vapeur et framboise trop mûres. Revu Sexe, Mensonges et vidéo (Sex, Lies and Video), de Steven Soderbergh, 1989. Promenade au Cassé avec Pierre, cette fois habillés tout à fait comme en hiver car il fait grand froid (pour la saison). Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mardi 19 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 20 septembre 2017, 10 h 37
modifiée le vendredi 22 septembre 2017, 1 h 24
Mercredi 20 septembre 2017.
Saint Davy — 263/102. Plieux. Levé à 8h - le 1/4, après le départ de Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et maison romane à Saint-Gilles-du-Gard, dimanche 10 septembre 2017. Déjeuné seul en bas. L’Arrière-Pays (démographie). Assez beau temps. Comptes : Dernière connexion le 16/09/2017 à 17h00 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 3.278,23 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 19/09/2017 3.278,23 € /// À venir -3.402,19 € | Prévisionnel -123,96 €  //// 19/09 CHEQUE 3672722 -1.800,00 € (architecte des Monuments historiques, nouveaux travaux de la tour, devis — Pierre a payé 1500 €) /// 19/09 VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: K +49,77 € /// 19/09 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/190917 I -17,90 €. Agenda. 10:38:39 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises en Camargue le dimanche 10 septembre, maison en construction près d’Albaron, hauteurs de l’église des Saintes-Maries-de-la-Mer, crépuscule aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Bain. Britten. Retour de Pierre. L’aide à charger la tondeuse qui doit aller chez le réparateur. Pas de visiteurs. L’Arrière-Pays. Communiqué pour l’In-nocence (2012). Atelier. Essai sur une assiette pour peindre éventuellement un service entier. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, conversation entre Ulrich et Tuzzi (comme je ne revoie pas la livre, je ne sais plus comment s’écrivent les noms. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et semoules. Revu un peu de Lola Montès mais cela m’ennuie, comme toujours (affreux décors de Jean d’Eaubonne, comme toujours). Promenade avec Pierre au Cassé. L’Arrière-Pays. Tweets, recueil de quelques-uns de plus récents. Dictionnaire, poursuite de la rédaction de l’article “race”. Journal. Attaque de sommeil, couché tôt. 

lire l’entrée du mercredi 20 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 22 septembre 2017, 2 h 27
modifiée le vendredi 22 septembre 2017, 10 h 02
Jeudi 21 septembre 2017.
Saint Matthieu — 264/101. Plieux. Bien et beaucoup dormi, levé à 8 h 20. L’Arrière-Pays. Déjeuné avec Pierre en bas. Florian Philippot quitte le Front national. Grande agitation sur les “réseaux sociaux” après cela, beaucoup de temps perdu, très bêtement de ma part, en particulier avec un imbécile très agressif (auquel je ne réponds pas, but still). L’Arrière-Pays, autoportrait de la nuit et maison en construction en Camargue le 10 septembre 2017, puis vue d’Aigues-Mortes, les remparts, le soir du même jour. Bain. Britten. L’Arrière-Pays, suite des bêtises. Visiteurs, couple du Lot-et-Garonne, puis un autre de la Vienne, les uns et les autres très gentils et apparemment intéressés. Pierre rentre sur la fin de la seconde visite et conduit ces visiteurs-là au sommet de la tour. Atelier, deuxième assiette, mais ça ne tourne pas très bien. Diné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes, champignons et courgettes. Poires à la vapeur et framboises (trop mûres). Série théâtrale de la chaîne “Histoire”, vu Hernani, mise en scène de Robert Hossein pour la Comédie française en 1975, avec Nicolas Silberg, que je trouvais à l’époque très sexy, et qui l’est là, en Charles-Quint. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement, temps toujours aussi froid. L’Arrière-Pays, suite du pénible. Comptes :    Dernière connexion le 20/09/2017 à 10h31 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 3.278,23 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 21/09/2017 3.278,23 € À venir -3.402,19 € | Prévisionnel -123,96 € //// (aucun mouvement) /// Agenda. 02:22:38 /// Le Jour ni ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Couché à 3 heures du matin. 

lire l’entrée du jeudi 21 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 22 septembre 2017, 10 h 06
modifiée le samedi 23 septembre 2017, 12 h 17
Vendredi 22 septembre 2017.
Saint Maurice — 265/100. Plieux. Levé à 8 heures - le 1/4, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et café-brasserie Le Napoléon à Nîmes, soir du samedi 9 septembre 2017. Déjeuné seul en bas. L‘Arrière-Pays. Comptes forcément les mêmes. Agenda. 10:06:28 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du samedi 9 septembre 2017, château de Saint-Pierre-des-Clars, “le Castellas” [corr. automatique : Castels] près de Narbonne [corr. automatique : Carbone], plaque aux amours d’Apollinaire et de Louise de Châtillon-Coligny à Nîmes, Maison carrée. Bain, Anne-Charlotte Rémond sur Britten. L’Arrière-Pays. Pas de visiteurs. Atelier, assiettes, assez vainement. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités. la littérature. Dîné aux nouvelles, lentilles et jardinière de légumes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu sur la chaîne “Histoire” un documentaire assez flou sur les sœurs Mitford, surtout Diana et Jessica (rien sur Chatsworth et la duchesse, Deborah), et un peu de mon cher Snatch, frère moderne de Noblesse oblige et de Passeport pour Pimlico. Été avec Pierre au Cassé. Incident au retour avec le chien du Prieuré, Marlowe, jadis très gentil et qui est devenu insupportable et méchant (décidément…). Journal, tâché en vain de rattraper le retard, entre de l’avant-veille, sans parvenir à la finir. Autoportrait. Couché vers 1 heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 22 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 23 septembre 2017, 12 h 31
modifiée le dimanche 24 septembre 2017, 18 h 40
Samedi 23 septembre 2017.
Saint Constant — 266/99. Plieux. Levés à heures 20. Temps très brumeux, puis pâlement [corr. auto. : râlement] beau. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Intérieur à Plieux le matin même ; cependant toutes les photographies des Sainte-Maries-de-la-Mer sont à reprendre car j’ai mis la ville par erreur dans le Gard. Déjeuné en bas avec Pierre. Émission de Finkielkraut sur Virgile, avec Xavier Darcos. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 22/09/2017 à 02h19 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs 3.278,23 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 22/09/2017 3.278,23 € /// À venir -3.402,19 € | Prévisionnel -123,96 €  /// (Aucun mouvement).  Agenda. 12:29:51 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, deux photographies de tableaux de David Hockney à l’exposition du Centre Georges-Pompidou le 4 septembre 2010, Towpath at Apperley Road, 1956, et double portrait de ses parents, dét., sa mère, 1977 ; plus la Maison rouge, demeure d‘Ernest Legouvé à Seine-Port, façade arrière, en travaux. Quatrième symphonie de Bruckner, Gergiev, envoi de M. Dermoncourt. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, l’Europe vers 1530, le monde chrétien se fissure. Visiteurs, les derniers, car c’est le dernier jour d’ouverture. Peu ingambes, ils ne montent pas dans la tour. L’Arrière-Pays, pas mal de temps perdu avec un pénible troll. Tel retard que pas d’atelier, malgré des assiettes blanches à peindre achetées par Pierre le matin même. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons et carottes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Regardé un mix des Adieux à la reine, de Benoit Jacquot, et du Président, 2006, de Lionel Delplanque, bien mauvais, avec Albert Dupontel. Promenade acec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. L’Arrière Pays. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché peu avant trois heures. 

lire l’entrée du samedi 23 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 24 septembre 2017, 18 h 55
modifiée le lundi 25 septembre 2017, 22 h 38
Dimanche 24 septembre 2017.
Sainte Thècle — 267/98. Plieux. Levés à 8 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et Christopher Isherwood, dét. du double portrait de lui et de Don Bachardy par Hockney, 1958, exp. Hockney, Paris, lundi 4 septembre 2017. Déj. en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays. Suite du troll, mais finalement le bloque. L’Arrière-Pays, trois photographies prises à la Maison rouge, la maison d’Ernet Legouvé à Seine-Port, le lundi 4 septembre également, la maison elle-même, un dét. d’un tableau de Pierre Isorni, entre église et abstraction cubisante [corr. automatique : cuisante], autre tableau de Gérard Ambroselli, ou de son père Léon, soir à la villa d’Este, c. 1930 (?), semble plus ancien, mais Ambroselli est né en 1906. Deuxième symphonie d’Elgar, bien.  Changement total d’horaires, Plieux fermé aux visites, sortons au début de l’après-midi, promenade dans la vallée, curons la rivière, remontons par l’avenue Lou Tapet, par un fort soleil. L’Arrière-Pays. Bain. Lecture par Pierre de ce qui concerne l’église des Saintes-Maries-de-la-Mer dans le volume Zodiaque Provence romane. Visite de M. Dellinger pour des questions d’organisation, activités à venir. Agenda. 18:55:30 //// Visite à 7 heures, convenue de longue date, de M. Alain Azulay, pour parler de la revue qu’il lance avec David Reiharc. Verre dans la bibliothèque, excellent Freixenet catalan offert jadis par Matthieu du Bertrand. À 8 heures avec Pierre chez les Loichot, où M. Azulay est descendu. Alcool de noix. Assiette “Loichot”, rillettes au foie gras, pavé de magret, fromage et confiture de figues, salade verte, le tout très bon. Classique tarte au citron “Loichot”. Tour avec Pierre sous les étoiles, il a pris sa tablette pour des vérifications astronomiques, mais la nuit n’est pas très favorable. Suites des tentatives pour rattraper le retard, journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Coup de sommeil, couché vers minuit et demie. 

lire l’entrée du dimanche 24 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 25 septembre 2017, 23 h 19
modifiée le mardi 26 septembre 2017, 12 h 19
Lundi 25 septembre 2017.
Saint Hermann — 268/97. Plieux. Nuit assez agitée (trois alcools différents sont trop), réveillé à 5 heures, longue insomnie, mais pas désagréable et assez productive. Rendormi, réveillés par Céline revenue de vacances dans la bibliothèque, levés à 8 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue prise du Centre Georges-Pompidou sur Notre-Dame et le Panthéon accolés, lundi 4 septembre 2017, vers une heure. L’Arrière-Pays, forte production twiterrienne, traduction du branle-bas “conceptuel3 de la nuit. Le Jour ni l’Heure, homme avec une trottinette et un smartphone à Paris, 4 septembre 2010, et deux photographies prises à Seine-Port le même jour, plaque sur la Maison rouge (d’Ernest Legouvé), et son modèle et domestique favori, par Georges Desvallières, 1888. Bain, tentatives de reconstitution de la troisième symphonie d’Elgar. Communiqué pour l’In-nocence et le NON, les élections législatives allemandes. Promenade avec Pierre, pris sa voiture, retourné à Notre-Dame de Tudet pour la première fois depuis la mort des chiens. Petite pluie au début, puis belle clairée [corr. automatique : claire] sur la jolie église de Gaudonville. Atelier, assiettes, coupe. Lecture par Pierre de Musil, folie de la femme de Walter. L’Arrière-Pays. Suite de la livraison de Le Jour ni l’Heure, photographies à “traiter”, cinq. Dîner aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes à la sauce soja, restes de “champagne catalan”, poire à la vapeur et framboises. Vu un épisode d’une série américaine sur l’industrie pornographique à New York dans les années soixante-dix, avec James Franco. Mise à jour de l’agenda. 23:18:51 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et sise en ligne. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du lundi 25 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 26 septembre 2017, 12 h 24
modifiée le mercredi 27 septembre 2017, 9 h 28
Mardi 26 septembre 2017.
Saint Côme et saint Damien — 269/96. Plieux. Revéillé vers cinq heures comme chaque fois que je me couche un peu plus tôt. Rendormi vers 6 h et 1/2. Levé à sept heures et demie avec Pierre. Beau matin brumeux. Le Jour ni l’Heure, sévère autoportrait de la nuit et jolie église Saint-Michel de Gaudonville la veille. L’Arrière-Pays, toute la matinée. Agenda. 12:23:21 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, genre « Arrêtons le massacre ! », maison massacrée dans la vallée de l’Arratz, une autre, ensemble et détail, à Gaudonville. Forte poussée boulimique, sandwiches au thon, une boîte entière, une baguette entière, pain grillée, huile, herbes de Provence, vin rosé ; confiture de poire et de noix. Bain. Promenade dans la vallée, curé la rivière. Entrevu au passage les nouveaux propriétaires de la Garrière. Atelier, assiettes et coupes, dont la première de celles qu’a achetées Pierre à la brocante de Lectoure, inauguré la série des Paysages à potage, bons résultats. Journal 2017, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes, lentilles et œuf à cheval. Poire à la vapeur et framboises. Vu Suffragette, 2015, de Sarah Gavron, avec Carey Milligan, Helena Bonham Carter (arrière-petite-fille d’Asquith !!!), Meryl Streep et le joli Ben Whishaw. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à une heure et demie.  

lire l’entrée du mardi 26 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 27 septembre 2017, 9 h 36
modifiée le jeudi 28 septembre 2017, 9 h 25
Mercredi 27 septembre 2017.
Saint-Vincent de Paul — 270/95. Plieux. Pas mal dormi, levé à !h - le 1/4. Très joli temps à la fois très ensoleillé et très brumeux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait aux crayons de couleur et à la mine de plomb de Warhol par Hockney, Paris, 1974, Centre Pompidou, ex. Hockney, lundi 4 septembre 2017. Visite de Mlle Venezia, ici avec Céline sa grand-mère. Comptes : Dernière connexion le 23/09/2017 à 12h27 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 3.278,23 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 26/09/2017 3.278,23 € /// À venir -3.510,19 € | Prévisionnel -231,96 €  ///  (aucun mouvement). Agenda. 09:36:23 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Écrit à Alain Finkielkraut. Le Jour ni l’Heure, trois œuvres de David Hockney à l’exposition Hockney à Paris, Centre Georges-Pompidou, le lundi 4 septembre 2017 : portrait de W.H. Auden en 1968, Mt. Fuji & Flowers, portrait du Dr Eugene Lamb à Lucques, été 1973. Bain, Monteverdi. Reçu tous les grands albums photographiques mais il y a encore des défauts, en tout cas dans l’album Plieux. Promenade avec Pierre à la fontaine de Magnas, autoportrait. Très beau temps assez chaud. Au retour, cocktail de jus de fruits (jus d’ananas + jus de poires + cannelle + glaçons), puis séance de photographies de tableaux récents sur le flanc ouest. Atelier, assiettes, Paysage à potage n° 2 (Dover Beach). Écrit à un éditeur vietnamien qui veut les droits d’une photographie. Écrit à un éditeur espagnol qui veut traduire Le Grand Remplacement mais dont le nom me trouble (Ediciones Insolitas). L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et pesto, jardinière de légumes.  Poire à la vapeur et framboises. Remontés tôt. L’Arrière-Pays. Dictionnaire des délicatesses, article “race”. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du mercredi 27 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 28 septembre 2017, 9 h 34
modifiée le vendredi 29 septembre 2017, 9 h 32
Jeudi 28 septembre 2017.
Saint Venceslas — 271/94. Plieux. Levés à !h - le 1/4. Alain Finkielkraut aux “Matins de France Culture”, mais nous avons raté le début. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à la fontaine de Magnas, et Autoportrait peint n° IX, avec un paysage de fantaisie. Beau temps, légèrement voilé. Comptes : Dernière connexion le 27/09/2017 à 09h34 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 3.278,23 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 27/09/2017 3.278,23 € //// À venir -3.510,19 € | Prévisionnel -231,96 €  //// Agenda. 09:33:37 ///////////////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Écrit à Bertrand Dermoncourt. Le Jour ni l’Heure, photographies d’œuvres récentes prises la veille avec Pierre, couvertes 100x100 n° 51 (La Route de Lectoure) et 52 (Lunel, Les Vignes), et vue de l’atelier, assiettes. Craquaison boulimique, pâté de sanglier de Cadarcet, vin rosé, crackers,, confiture de prunes. Promenade dans la vallée, curé un peu la rivière. Atelier, verni une première assiette, rose, jaune, gris, vert pâle. L’Arrière-Pays. Communiqué de l’In-nocence, suppression del’ISF. Série de leçons d’in-nocence, correspondance avec Marcel Meyer, demande de cartons. Dîné aux nouvelles, fromages de chèvres, fini la bouteille de vin rosé ; jardinière de légumes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu Ruy Blas, mise en scène de Claude Barma, 1965, avec Jean-François Poron, Jean Piat, Anne Doat. Dictionnaire des délicatesses, article “race”. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 28 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 29 septembre 2017, 9 h 49
modifiée le samedi 30 septembre 2017, 9 h 30
Vendredi 29 septembre 2017.
Saint Michel — 272/93. Plieux. Levé peu avant sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et couverte 60x60 n° 81 (blanc, rose jaune, gris, août 2017). Écouté à l’instant, à la “Fabrique de l’histoire”, une émission dur Galilée. Comptes : Dernière connexion le 28/09/2017 à 09h31 ///// Bonjour M. CAMUS Avoirs 3.278,23 € /// Crédits -100.771,24 € //// Solde au 28/09/2017 3.278,23 € /// À venir -4.058,39 € | Prévisionnel -780,16 €  (aucun mouvement)  /// Agenda. 09:48:55 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Écrit à Sébastien Sigala, sur de petits travaux à faire. Petite collation, fini la terrine de la veille et mangé un peu de fromage de chèvre, en buvant de floc. Fruits secs. Photographié les albums photographiques reçus la veille mais il y encore bon nombre d’erreurs ils ne sont toujours pas en vente et je n’arrive pas à joindre M. Pohon. Bain. Promenade dans la vallée, pas spécialement agréable, il fait encore très chaud, la remontée est pénible, et on en revient ravagé d’aoûtats. Atelier, suite des Paysages à potage. Fini la lettre à Sébastien Sigala, cinq points. L’Arrière-Pays. Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, article “race”. Dîné aux nouvelles. Vu un peu de Belle ma povere, de Dino Risi, et beaucoup de Faces, de Cassavetes (1968). L’Arrière-Pays. Article “race”, dont j’aimerais faire un opuscule, mais comment ? Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 29 septembre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 30 septembre 2017, 10 h 09
modifiée le dimanche 1er octobre 2017, 11 h 13
Samedi 30 septembre 2017.
Saint Jérôme — 273/92. Plieux. Levé à 8h - le 1/4, nuit noire. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autoportrait peint n° VI, 60x60, costume gris, sans cravate. Émission d’Alain Finkielkraut sur Israël. Comptes : Dernière connexion le 29/09/2017 à 09h46 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -536,59 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 29/09/2017 -536,59 € /// À venir -52,00 € | Prévisionnel -588,59 € Débiteur depuis 1 jour /// 29/09 FACTURE CARTE DU 170917 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -690,99 € (commande d’albums photographiques) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 04/09/ 17 HOT BOURGOGNE PARIS CARTE 4974 -587,92 € (deux nuitsn du 2 au 4 septembre 2017) /// 29/09 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE ECH/29091 -548,20 € /// 29/09 FACTURE CARTE DU 020917 LULU CARTE 4974XXXXXXXX4502 US -493,25 € (commande de livres, Le Grand Remplacement) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 11/09/17 MAISON ALBAR IM NIMES CARTE 49 -387,68 € (hôtel Imperator, Nîmes, deux nuits, 9/11 septembre 2017 ) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 170917 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -148,67 € (album photographique) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 160917 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -148,67 € (album photographique) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 140917 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -148,67 € (album photographique) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 02/09/17 MERCURE ORLEANS CARTE 4974XXXX -145,80 € (1 nuit avant Rungis) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 25/09/17 HELLOASSO LW MONTREUIL CARTE 4 -108,00 € (aide Roudier + “pourboire” automatique à l’association) ///29/09 FACTURE CARTE DU 050917 TOTAL LUANT CARTE 4974XXXXXXXX -100,09 € (essence) /// 29/09 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 € (mécénat) /// 29/09 VIR SEPA RECU /DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET C +91,57 € /// 29/09 FACTURE CARTE DU 04/09/17 INDIGO PARIS 000000750701/ CAR -79,20 € (parc de stationnement) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 29/08/17 TMK CLERMONT FE CLERMO002270/ -73,20 € (Taverne de Maître Kanters, Clermont-Ferrand) ///29/09 FACTURE CARTE DU 040917 GALIGNANI PARIS CARTE 4974XXXX -50,50 € !Journal de Maurice Garçon, Speak Memory) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 030917 FLAMMARION CENT PARIS CARTE 49 -49,90 € (catalogueHockney) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 09/09/17 APOLLINAIRE RES NIMES CARTE 49 -45,80 € (dîner square de la Couronne, Nîmes, sous la plaque Apollinaire) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 050917 VAUX LE VICOMTE MAINCY CARTE 4 -36,00 € (brochure plus biographie de Fouquet, Petitfils) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 03/09/17 CAFE BEAUBOURG PARIS CARTE 497 -28,50 € /// 29/09 FACTURE CARTE DU 300817 LE LAUTREC CHAMALIERES CARTE 4 -19,20 € (macarons pour ma tante, dont nous avons mangé la plupart) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 02/09/17 COFIR RUEIL MALMAIS CARTE 4974 -17,30 € (autoroute) ///29/09 FACTURE CARTE DU 05/09/17 ASF RUEIL MALMAIS CARTE 4974XX 16,60 € (autoroute) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 160917 LULU CARTE 4974XXXXXXXX4502 US -15,95 € /// 29/09 FACTURE CARTE DU 050917 SCI VALTERRE MAINCY CARTE 4974 -15,50 € 29/09 FACTURE CARTE DU 030917 RATP PARIS CEDEX 1 CARTE 4974X -14,90 € /// 29/09  FACTURE CARTE DU 03/09/17 C POMPIDOU TPE PARIS 4 CARTE 4 -14,00 € (billet d’entrée, exposition Hockney) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 01/09/17 ASF GIGNAC RUEIL MALMAIS CARTE -9,10 € (autoroute, jusqu’à Orléans) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 05/09/17 APRR VAL DE LO ST APOLLINAIR C -6,80 € (autoroute ?) /// 29/09 FACTURE CARTE DU 010917 LA SOUMAME ORLEANS CARTE 4974X -6,00 € (dîner kebab Orléans) /// Agenda, assez long à cause des comptes ci-dessus. Temps gris et pluvieux. Pierre va faire des courses. 10:07:42 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Cartons meyeriens des “Leçons d’in-nocence”. Écrit aux éditions du Seuil, service des droits, pour demander l’autorisation de reproduire dans Lettres reçues les lettres de Barthes que j’ai moi-même prêtées pour leur Album Barthes, où elles ont été publiées. Le Jour ni l’Heure, couverte 60x60 n° 37, troisième état, actuel, et couverte 60x60 n° 80 (Lunel — Les Vignes), plus Pierre à la Fontaine de Magnas, mercredi 27 septembre 2017. Sylvain Bourmeau, la monnaie. Concerto pour violoncelle d’Elgar, Jacqueline Dupré, splendide, et Sea Pictures, Dame Janet Baker. Bain. Promenade avec Pierre à la tour de Balignac et à Heuré-Bartens, autoportrait. Sommes intrigués par les immenses champs de tournesols sur pied, noirs et pourrissants, partout. Atelier, jus de citron, thé, suite des Six paysages à potage, cinquième, la Dent du Midi. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, Ulrich et Diotima dans la chambre de la petite bonne. Cartons meyeriens. Toujours aucune nouvelle de M. Pohon, ne sais plus trop que faire. Dictionnaire des délicatesses, article “race”, suite. Diné aux nouvelles, Mont-d’Or rescapé d’un déjeuner au collège, salade verte, gris de Toul, excellent vin offert jadis par M. de Nièce-Gaudat. Poire à la vapeur et framboises. Vu Le Septième Juré, de Georges Lautner, 1961, avec Bernard Blier et Jacques Riberolles. Tweets, quelques importations. Article “race”. Journal 2017, écriture et mise en ligne. Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du samedi 30 septembre 2017 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site