Le Jour ni l’Heure
octobre 2017

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 1er octobre 2017, 11 h 20
modifiée le mardi 3 octobre 2017, 0 h 03
Dimanche 1er octobre 2017.
Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus — 274/91. Plieux. Levés à 8h moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait sur le chemin d’Heuré-Bartens, la veille, et Paysage préposthume n° 251, Les Champs,la veille également, même coin (un peu avant). Déjeuné en bas avec Pierre. Temps très gris. Agenda. 11:19:23 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée du jour, écriture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Tournesols à Balignac, la veille samedi 30 septembre 2017 ; autoportrait de David Hockney, dessin, caricature, Paris, exposition David Hockney, Centre Georges-Pompidou, lundi 4 septembre 2017 ; roi mage, vitrail de la collégiale Saint-Martin de Champeaux, mardi 5 septembre 2017. Excellent téléphonage de M. Pohon, vif soulagement. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, mort de Clément VII, Paul III, les persécutions religieuses en France, Calvin. Promenade avec Pierre sur le plateau, sous la pluie, jusqu’au rang de chênes. Atelier. Six Paysages à potage, suite. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, chez le banquier juif, la jeune génération. L’Arrière-Pays. Parlé à Combaz, qui lui non plus n’arrive pas à joindre M. Pohon, réessaie plusieurs fois en me parlant. Kindle. Dîné aux nouvelles. Restes de fromage de chèvres et de gris de Toul, tarte aux champignons et poireaux, poire à la vapeur et framboises. Vu Ne nous fâchons pas, de Georges Lautner, avec Lino Ventura, Mireille Darc et Jean Lefebvre. L’Arrière-Pays. Attentat à Marseille, deux jeunes femmes poignardées. Dictionnaire des délicatesses, article “race”, suite. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 1er octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 3 octobre 2017, 0 h 47
modifiée le mardi 3 octobre 2017, 9 h 16
Lundi 2 octobre 2017.
Saint Gérard — 276/89. Plieux. Levés à huit heures moins le quart. Tuerie à Las Vegas. Troubles en Catalogne Le Jour ni l’Heure. Autoportrait de la nuit puis recadrage du champ de tournesols de l’avant-veille, mais les envois sont très étalés sur toute la matinée à cause d’une forte rechute de twitterite aiguë, liée surtout au double meurtre de Marseille. L’Arrière-Pays, donc. Le Jour ni l’Heure, un seul envoi à cause de l’agitation twiterrienne, portrait (dessin, 1979) de Divine (Glenn Milstead, 1945-1988), par David Hockney, exposition Hockney, Paris, lundi 4 septembre 2017. Bain. A Simple Symphony. Allons sortir pour nous promener, mais Pierre doit aller à Saint-Clar pour la poste et à Fleurance pour des courses. Suggère que nous allions plutot à Agen, en ce cas, où j’ai moi-même des achats à accomplir. Astaffort, poste fermée. Layrac, ne la trouvons pas. Agen, zone commerciale, poste, puis boutiques de vaisselle, cherche des pièces de porcelaine blanche à peindre, bols, assiettes, plats, théières, etc. Hélas le magasin de peinture, lui, est fermé le lundi, donc l’expédition fut en partie pour rien. Trop tôt pour l’Impérial Buffet. Achetons force pièces de poulet pané  au Kentucky Fried Chicken. Rentrons par Fals, Cuq, Gimbrède, Rouillac. Vu à distance le château de Fals, parlé à la propriétaire, très aimable, amie des Boutang d’Enduré. Rentré à la maison vers sept heures. L’Arrière-Pays, suite. Dîné aux nouvelles, Marseille, Barcelone, Las Vegas. Mauvais dîner du Kentucky Fried Chicken, pommes de terre frites immangeables, poulet réchauffé bien sec, mauvais rosé bon marché du magasin Lidl. Vu un autre épisode de The Deuce, mais on y voit trop peu James Franco. Remonté vers 10 heures. L’Arrière-Pays. Agenda. 00:47:06 //// L’Arrière-Pays, Chronologie. Journal. Couché vers deux heures et demie. 

lire l’entrée du lundi 2 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 3 octobre 2017, 9 h 23
modifiée le mercredi 4 octobre 2017, 9 h 29
Mardi 3 octobre 2017.
Saint Gérard — 279/89. Plieux. Levé à huit heures et quart. Temps doux, gris et pluvieux, comme la veille. Daniel Mendelsohn aux “Matins de France Culture”, bien. Journaliste du Figaro sur une tribune de Jeanette Bougrab, bien. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Fals, la veille. Agenda. 09:22:41 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne, puis entrée du jour, écriture, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, Rouillac la veille, au retour d’Agen ; dét., portrait d’Henry Geldzahler, Looking at Pictures on a Screen, 1977, exp. Hockney à Beaubourg, Paris, 4 septembre 2017 ; Buena Vista Park chez les Ceppa à Seine-Port, 5 septembre 2017. L’Arrière-Pays. Bain. Promenade dans la vallée, jusqu’au premier gué. Atelier, commencé à peindre la vaisselle blanche achetée la veille, bol, petite coupe, théière. Retour de Pierre, lecture par lui de Musil, conversation sur Arnheim. L’Arrière-Pays. Le Monde. Dîné aux nouvelles, gnocchi, carottes et courgettes, fini le vin rosé. Poires à la vapeur et framboises. Vague surfing, remonte tôt. L’Arrière-Pays. Avancé dans le traitement et la mise en ligne des cartons meyeriens des deux séries, programme, “leçons d’in-nocence”. Dictionnaire des délicatesses, “race”. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du mardi 3 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 4 octobre 2017, 9 h 40
modifiée le jeudi 5 octobre 2017, 8 h 15
Mercredi 4 octobre 2017.
Saint François d’Assise — 277/88. Plieux. Levé à huit heures moins le 1/4. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Erato, muse du salon des Muses à Vaux-le-Vicomte, 5 septembre 2017. Beau temps très ensoleillé et brumeux. Mlle Venezia ici, vient saluer. Comptes : Dernière connexion le 30/09/2017 à 09h36 //// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 116,19 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 03/10/2017 116,19 € /// À venir -1.672,20 € | Prévisionnel -1.556,01 €  /// 03/10VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +700,00 € (vente de livres) /// 03/10 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,05 € /// 03/10 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € 02/10 COMMISSIONS D INTERVENTION -32,00 € /// 02/10 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +28,08 € //// 02/10 COMMISSIONS FRAIS LETTRE INFORMATION COMPTE DEBITEUR -20,00 €  (!!!!) ///  Agenda. 09:40:15 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée du jour, écriture, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 5 septembre 2017, dét. du portrait de Nicolas Fouquet par Charles Le Brun à Vaux, copie du buste de Molière par Houdon, id., façade de la collégiale Saint-Martin-de-Champeaux. Beaucoup de Britten, pas toujours du meilleur. Bain. Envisage d’aller avec Pierre à Agen au magasin de couleurs fermé avant-hier lundi, mais hésitons pour cette expédition entre le début de l’après-midi et la fin, qui pourrait déboucher sur un dîner au buffet chinois. Optons pour le début mais éprouverons plus tard des regrets, surtout moi. Agen [corr. Agent], donc, Artempo, tubes classiques, flacons de peinture pour la porcelaine, un chevalet (450 € en tout). Allons voir le manoir de Prades, à Lafox, où vécut le poète de langue gasconne François de Cortète, compagnon d’Adrien de Montluc. En faisons le tour (travaux). Décidons de visiter la villa romaine de Larroque (Villascopia), à Castecullier, surtout dans le dessein de tenir jusqu’à l’ouverture du Pong — mais la villa est fermée. Prenons donc le chemin du retour, par le grand château de Saint-Denis, Caudecoste, la vallée de l’Auroue [corr. auto. l’Aurore]. Marchons pas mal pour voir et photographier une belle maison peu ancienne (c. 1900) mais très séduisante, Boubées, commune de Gimbrède. Détour aussi pour voir une autre belle maison déjà repérée, très légèrement en amont sur l’Auroue, sur la rive droite, à hauteur d’un moulin ancien. Rentrés à Plieux vers 6 heures. M. Dellinger est passé et a dressé des tables dans la salle des Pierres, bien. Atelier. Poursuite de la peinture classique de certaines pièces de porcelaine blanche et début de la peinture spéciale pour la porcelaine. Lecture par Pierre de Musil, germanophobie en Cacanie [corr. autom. Cachante (?)]. L’arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, raviolis de cèpes et jardinière de légumes, poire à la vapeur et framboises. Revu L’Exercice de l’État, de Pierre Schoeller, 2011, avec Olivier Gourmet et Michel Blanc. L’Arrière-Pays. Agenda, mais perd toute l’entrée par une erreur de manipulation et dois recommencer. 00:45:44 /////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Couché vers 1 heure et demie. 

lire l’entrée du mercredi 4 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 5 octobre 2017, 8 h 24
modifiée le vendredi 6 octobre 2017, 12 h 05
Jeudi 5 octobre 2017.
Sainte Fleur — 278/87. Plieux. * Levés à huit heures moins le quart. Beau matin brumeux ensoleillé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et L’Aurore aux doigts de rose à Plieux, vue sur le village le matin même. Agenda. 08:24:06 /// Bain. Quitté Plieux vers 9h & 1/2. Marsac. Lavit-de-Lomagne. Soleil dans l’œil mais paysage très en beauté. Castelmeyrand. Castelsarrasin. La Villedieu-au-Temple. Montauban. Clinique Cave. Parc de stationnement plein, dû me garer assez loin, dans un quartier pavillonnaire, au-delà du Jardin François-Mitterrand (rue de Selves). Lu Speak Memory. Premier consultation avec une assistante du docteur Drouet, exercices de déchiffrement. Rattente [corr. autom. : Attente], celle-ci assez longue, Speak Memory toujours. Docteur Drouet lui-même. Estime comme moi que le chalazion est en voie de guérison naturelle, me prescrit de nouvelles lunettes, double foyer. 55 €. Retourne à la voiture pour y prendre l’appareil photographique, puis marche vers le centre de la ville le long du faubourg de Lacapelle. Préfecture. Cathédrale, bien ingrate. Vœu de Louis XIII. Hôtel du Commerce, assez joli. Hôtel Mercure, pas mal non plus, y cède à la tentation d’un “buffet”, inexplicablement pas cher (11€50, avec un verre de vin : c’est moins que le petit déjeuner habituel), et parfaitement à mon goût, dans un assez bel espace (ancienne cour, vitrée) : assortiment de viandes froides, rosbif, porc, jambon, manchons de poulet, saucisson, salami, salade russe, œuf dur, etc. Sauté de veau aux petits légumes. Camembert, fromage de chèvre. Pain perdu crème anglaise. Café. Seul petit défaut, beaucoup de monde (undesrstandingly). Vais ensuite à l’Ancien Collège des Jésuites, où est repliée une petite partie des collections du musée, qui, lui, est fermé pour rénovation jusqu’en 2019. Ingres, curieuse esquisse pour Mme Moitessier, Caroline Gonse, etc., Bourdelle, dessins préparatoires pour le monument aux Morts de 1870, buste d’Ingres, buste de Rodin, etc. ; amusant grand tableau d’un certain Lucien Cadène, Déjeuner à Ardus, 1935. Chapelle voisine. Place nationale. Église Saint-Jacques. Centaure. Génial Monuments aux Morts de la guerre de 1870. Regagné la voiture par la même longue rue qu’à l’aller dans l’idée d’inspecter malgré son nom affreux la boutique d’un bouquiniste, “La Soupe aux  livres”, qui devait rouvrir à trois heures, qui proclame à présent qu’elle va rouvrir quatre, et qui à quatre heures et quart est toujours fermée. Attends un peu, puis laisse tomber. Rue de Selves. Quitte Montauban. Castelsarrasin. Me gare dans la rue principale. Assez joli hôtel de ville Louis XVI. Chapelle Saint-Jean, assez heureuses peintures du chœur, XIXe-XXe s. À l’autre bout de la ville, église principale Saint-Sauveur, belles tapisseries “modernes”, à propos desquelles aucune explication. Belle maison néo-classique, en contrebas du boulevard d’enceinte. Retourné sur la place principale, photographié une maison médiévale malgré une brochette d’occupants assez patibulaires, à la terrasse du café, en bas d’icelle. Coca-cola audit café ce nonobstant, par soif, fatigue, défi et envie de pisser. Vu un hôtel de voyageurs mais classé Monument historique pour son authenticité Art Nouveau, Marceillac. Les propriétaires, charmants, père et fille, je crois, m’invitent à entrer et à regarder. Étonnante cage d’escalier, jardin à l’arrière. Quitte Castelsarrasin vers six heures. Lavit-de-Lomagne, Marsac. À Plieux vers 7 heures. Atelier, peinture sur porcelaine, Homme sans qualités, Bonadea. Pierre dîne, je mange seulement une poire à la vapeur et aux framboises. Vu un épisode de la série anglaise d’après les tragédies historiques de Shakespeare, mais c’est décidément assez mauvais, sans compter que Marguerite d’Anjou est noire et plutôt laide, alors que le texte ne cesse de vanter sa fairness  [corr. auto. : farines (!!!)]. Remonte vers 10 heures. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 5 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 6 octobre 2017, 12 h 16
modifiée le samedi 7 octobre 2017, 11 h 29
Vendredi 6 octobre 2017.
Saint Bruno — 279/86. Plieux. Levé à 8h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et esquisse d’Ingres pour Mme Moitessier, 1856, dét., Montauban la veille. Un peu d’Arrière-Pays. Tél. de M. Dellinger. Comptes : Dernière connexion le 04/10/2017 à 09h35 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.428,98 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 05/10/2017 -1.428,98 € ///À venir -563,87 € | Prévisionnel -1.992,85 € /// Débiteur depuis 2 jours ///      05/10 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/051017 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -759,88 € (voiture) /// 05/10 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/051017 ID EMETT -118,48 € /// 05/10 VIR SEPA RECU /DE APPLE INC /MOTIF CCI : 0098394945,PU +13,26 € /// 04/10 CHEQUE 3672723 -564,17 € (M. Capdecomme, assurances) /// 04/10 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/041017 -76,00 € /// 04/10 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/041017 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 € . Agenda. 12:04:51 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, trois autres photographies de la veille, tapisserie d’auteur inconnu, Résurrection et Crucifixion, dans l’église Saint-Sauveur de Castelsarrasin ;  dét. du Déjeuner à Arbus, de Lucien Capène, c. 1935, Montauban ; Centaure mourant de Bourdelle, Montauban. Britten. M. et Mme Dellinger ici mais je ne les entends ni de les voit. Bain. Promenade dans la vallée, curé la rivière au premier gué. Atelier, peinture sur porcelaine, coupes. Retour de Pierre. Vernissage au prieuré, la cour et la ville plieusaines, parlé à M. Boutang de la châtelaine de Fals qui nous a parlé de lui et de Nîmes où nous avons pensé à lui en passant devant la belle cour d’Appel. Parlé aussi au peintre Stéphane Ruais. Quatre ou cinq canapés et un grand verre de sangria. Allocutions diverses. M. Dellinger de nouveau à la maison, lui et ses amis et son épouse ont dressé une très jolie table pour un repas de vingt personnes dans la salle des Pierres. Dîner léger, jardinière de légumes et œuf à cheval. Poire à la vapeur et framboises. Vu les deux “chapitres” d’un long documentaire très bien fait sur la guerre du Kippour. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal.L’Arrière-Pays. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 6 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 7 octobre 2017, 11 h 42
modifiée le dimanche 8 octobre 2017, 12 h 03
Samedi 7 octobre 2017.
Saint Serge — 280/85. Plieux. Réveillés par Céline à 8 h et 1/2. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Mise au tombeau de Marcel-Lenoir dans la cathédrale de Montauban, 1925, l’avant-veille, 5 octobre. Essayé de me renseigner sur les tapisseries de Saint-Sauveur de Castelsarrasin, parlé à une dame très aimable à la paroisse, dit que c’est une œuvre collective qui date d’une quarantaine d’années mais me donne le numéro du curé pour plus de détails. Comptes : Dernière connexion le 06/10/2017 à 12h10 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -2.338,18 € /// Crédits -100.771,24 € /// Solde au 06/10/2017 -2.338,18 € /// À venir -630,77 € | Prévisionnel -2.968,95 € Débiteur depuis 3 jours /// 06/10 CHEQUE 5947172 -889,20 € (Céline) //// 06/10 RETRAIT DAB 05/10/17 18H04 19051A04 BANQUE CIC SUD-O -20,00 €  /// Agenda. 11:41:55 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du jeudi 5 septembre, château de Marsac, façade est ; Mise au tombeau de Marcel-Lenoir dans la cathédrale de Montauban ; violon et archet d’Ingres au collège des Jésuites de Montauban. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre, descendus dans la vallée par le chemin de la rivière, remontés par l’avenue Lou Tapet. M. Dellinger ici, son épouse à mis la dernière main à la table du dîner pour les Volontaires, très élégante et jolie. Bain. Arrivée des responsables régionaux et départementaux des Volontaires pour la France, une vingtaine de personnes. Première séance de travail en bas, dans la première salle des Gardes. Parlent surtout le président Hardy et le secrétaire général. Deux interventions de ma part. Discussion générale. Verre dans la bibliothèque, champagne, excellents canapés chauds fournis par M. Dellinger. “Banquet” dans la salle des Pierres, saumon frais mayonnaise, sauté de veau aux petits légumes, pâtisseries diverses. Saint-véran, saint-émilion, pacherenc, jurançon, armagnac. Participants se dispersent vers 11 heures. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers 1 heure. 

lire l’entrée du samedi 7 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 9 octobre 2017, 9 h 18
modifiée le lundi 9 octobre 2017, 9 h 22
Dimanche 8 octobre 2017.
Sainte Pélagie — 281/84. Plieux. Mieux dormi que prévu, levé à 7 heures et demie. Organisateurs de la réunion déjà dans la maison très tôt, Pierre me monte du café et une part de tarte qui restait. Bain. Temps superbe. Descends vers neuf heures et demie. Une cinquantaine de personnes, exposés commencent vers 10 heures. Conférence d’un médecin de Bordeaux sur les attitudes à tenir en cas d’attentats ou autre catastrophe. Excellent buffet de campagne, déjeune avec Pierre et M. Dellinger dans la salle des Pierres : rosbif, jambon blanc, pâté, saucisson, tarte au citron. Restes de saint-émilion de la veille. Las, quelqu’un a cassé les cabinets du premier étage, les personnes qui en ont besoin doivent monter au second. Quelque tirage marginal au sein des Volontaires pour la France, apparemment, les chefs se consultent à part. Séances reprennent vers deux heures. Longue conférence d’un M. Ephraïm A. (?, je crois), membre ou ancien du Mossad, franco-israélien, sur le “renseignement” (mais surtout très général). Autre, des deux chefs du groupe des Volontaires pour la France des Pyrénées-Orientales, sur le concept et les modalités pratiques de la “zone de repli”. Échanges finaux vers 5 heures, prends la parole cinq minutes, sans micro, à l’occasion de quoi me casse la voix. Pierre et moi allons faire un tour sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/ La Bonnefont. Au retour, dame du Lot-et-Garonne, lectrice, qui déplore que mes journaux ne soient plus publiés (aaarghgh). Atelier, porcelaine, théière. Lecture par Pierre de Musil, discussion avec le jeune couple, Gerda et son ami Hans Sepp. L’Arrière-Pays. Nouvelles, poire à la vapeur et framboises. Vu sur la chaîne histoire un assez intéressant documentaire sur le docteur Schacht, gâché par de ridiculissimes inserts de scènes reconstituées et jouées, acteurs, costumes et décors misérables. Vu ensuite la dernière partie de Yards, avec Mark Wahlberg et Joaquin Phénix. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal, mais tombe de sommeil. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 8 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 9 octobre 2017, 9 h 27
modifiée le mardi 10 octobre 2017, 10 h 01
Lundi 9 octobre 2017.
Saint Denis — 282/83. Plieux. Levés à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait photographique d’Ingres par l’atelier Gerothwohl et Tanner, 1856, Montauban, ancien collège des jésuites, jeudi 5 octobre 2017. Temps très gris (nous avons eu beaucoup de chance hier et avant-hier). Agenda. 09:26:34 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies liées à Bourdelle du jeudi 5 octobre à Montauban : buste de Rodin, esquisse pour le Monument aux Combattants et Défenseurs du Tarn-et-Gaonne, c. 1895, dét. du monument lui-même. Bain. Promenade avec Pierre dans la vallée de l’ouest, jusqu’à l’étang-réservoir du milieu. Famille de chevreuils, dont des chevreaux (?) très petits. Atelier, porcelaines, théière, coupes diverses, très amusant. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualité, nouvelle visite de Bonadea chez Diotime (qu’elle ne voit pas). Communiqué pour l’In-nocence, “Sur le remplacisme absolu, sans prétexte”. Journal. Diné aux nouvelles, excellents restes du dîner des Volontaires samedi soir, sauté de veau aux carottes sur canapé de pain grillé, très bon saint-émilion, poire à la vapeur et framboises. Vu un nouvel épisode de The Deuce, décidément pas mal, mais on ne voit pas assez James Franco. Journal 2017, entrée du jour (mon grand oncle Joseph Python, d’après le journal de Maurice Garçon). L’Arrière-Pays. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du lundi 9 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 10 octobre 2017, 10 h 09
modifiée le mercredi 11 octobre 2017, 10 h 14
Mardi 10 octobre 2017.
Saint Ghislain — 283/82. Plieux. Levé à sept heures et quart, avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et portrait par Boilly du jeune baron Le Peletier d’Aunay, premier préfet du Tarn-et-Garonne en 1809. Temps très gris et brumux. Tél. de M. Dellinger qui demande de la part des Volontaires pour la France que soit retirée des réseaux sociaux l’entrée du journal où il est question de la réunion d’avant-hier. La retire en effet. Message insultant de M. Marien Defalvard via Flickr, à propos de Bonnabaud. L’Arrière-Pays. Agenda. 10:08:35 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée du jour, copié le message de M. Defalvard. Commencé la relecture du message de Rémi Gration pour sa publication dans une cinquième édition du Grand Remplacement auprès d’Amazon, sur la recommandation commune de MM. Combaz et Pohon. Assez forte collation mezzogiornale, grosse boîte de thon en sandwich de pain grillé, huile d’olive, herbes de Provence, excellent vin blanc, fruits secs et noix. Une seule photographie pour l’envoi de midi de Le Jour ni l’Heure, beau jeune conseiller à la cour des Aides de Montauban, portrait anonyme du milieu du XVIIIe s., ancien collège des Jésuites,  5 octobre 2017. L’Arrière-Pays. Bain. Promenade dans la vallée, curé la rivière. Pierre déjà rentré à mon retour. Atelier, retouches aux porcelaines, lecture par Pierre de Musil, l’Action parallèle dégénère. L’Arrière-Pays. Suite de la relecture du message de Gration. Vrai dîner malgré la collation de midi, suite du sauté de veau, saint-émilion. Poire à la vapeur et framboises. Vu What Just Happened, Panique à Holywood, de Barry Levinson, 2008, avec Robert de Niro. Suite de la relecture du message de Remi Gration, quelques ajouts, commencé une re-relecture.  Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mardi 10 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 11 octobre 2017, 10 h 23
modifiée le jeudi 12 octobre 2017, 11 h 07
Mercredi 11 octobre 2017.
Saint Adelphe — 254/111. Plieux. Levé à 8 heures et quart. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et buste d’Ingres (il ressemble à M. Dellinger) par Bourdelle, 1908. Émission de la “Fabrique de l’histoire” sur une biographie américaine de Marx. Comptes :    Dernière connexion le 07/10/2017 à 11h38 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -2.294,50 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 10/10/2017 -2.294,50 € /// À venir -630,77 € | Prévisionnel -2.925,27 € ///Débiteur depuis 7 jours /// 10/10 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € /// 10/10 VIR SEPA RECU /DE C.P.A.M. AUCH /MOTIF 172820000363172 +22,23 € /// 09/10 VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.139,22 € /// Agenda. 10:23:00 ///////   Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, rédaction, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises le jeudi 5 octobre 2017 au collèges des Jésuites de Montauban, autoportrait-charge de Bourdelle pour sa fille, 1922, portrait de Caroline Gonse par Ingres, 1852, vue du musée Ingres par son conservateur Félix Bouisset, sans date, sans doute entre deux guerres. Bain. Cinquième symphonie de Schubert. Promenade dans la vallée avec Pierre, au-delà de Castet-Arrouy sur la route de Caudecoste, aux alentours de la maison Guillon. Arrêt au retour dans l’église de Castet-Arrouy, revu les peintures bien insignifiantes de Paul-Noël Lasseran. Atelier. Porcelaines. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, ratage avec Gerda. Mets au four une théière de porcelaine peinte par moi. L‘Arrière-Pays. Écris à l’éditeur italien, à l’inviteur ardéchois. Laisse beaucoup trop longtemps la théière au four, elle crame, toutes les couleurs ont viré au brun , c’est affreux. Excellent dîné, sauté de veau aux carottes toujours, saint-émilion (château X., oublié), mangé avec Pierre un délicieux coulommiers en entier, une folie. Poires à la vapeur et framboises. Vu Pulp Fiction, de Quentin Tarantino, 1994. Relu la “Lettre de Rémi Gration” et l’ai envoyée à M. Pohon pour la cinquième édition du Grand Remplacement. Dû commander, malgré mon compte bancaire fortement à découvert, quatre albums photographiques révisés, par corrections de quelques petites ou minuscules erreurs. Commandé aussi quinze exemplaires de La Seconde Carrière d’Adolf Hitler. Couché vers une heure et demie.    

lire l’entrée du mercredi 11 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 12 octobre 2017, 11 h 16
modifiée le vendredi 13 octobre 2017, 19 h 12
Jeudi 12 octobre 2017.
Saint Wilfried — 285/80. Plieux. Levé à sept heures moins le quart, nuit noire. Recherches sur la cuisson de la porcelaine. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, salutairement flou, et vu de l’atelier la veille, mais sans la théière à présent perdue en son état d’avant cuisson. Comptes :   Dernière connexion le 11/10/2017 à 10h19 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -2.294,50 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 11/10/2017 -2.294,50 € /// À venir -630,77 € | Prévisionnel -2.925,27 € /// Débiteur depuis 8 jours (aucun mouvement. Agenda. 11:16:21 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée du jour, rédaction. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de la veille, maison Guillon dans la campagne de Castet-Arrouy, château de Fieux, vache dans un champ. Crise boulimique, mangé un pâté de sanglier de Cadarcet, excellent vin de M. Dellinger, puis dates, abricots secs, figues, noix. Bain. Promenade dans la vallée “en décalé”. Curé la rivière. Atelier. Vases et pot. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, Arnheim offre à Ulrich une place dans ses affaires. Nouvel échec des porcelaine à chauffer : non seulement il fallait réduire la durée de 90 à 35 minutes mais aussi la chaleur de 260 à 150° (11 à 5). Deux coupes brûlées, comme la théière (mais un peu moins). L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, lentilles et légumes divers œuf à cheval. Poire à la vapeur et framboises. Vu Edward J., le film de Clint Eastwood sur Hoover, avec Leonard Di Caprio. Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, article “race”, citations. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du jeudi 12 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 13 octobre 2017, 19 h 39
modifiée le samedi 14 octobre 2017, 18 h 12
Vendredi 13 octobre 2017.
Saint Géraud d’Aurillac — 286/79. Plieux. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et L’Effroi, buste de Bourdelle, 1908, Montauban, 5 octobre 2017. Ensuite, rechute de L’Arrière-Pays, toute la matinée (Twitter, 14.700). Agenda de la veille. Le Jour ni l’Heure, La Providence, dessin comique de Bourdelle, c. 1925 (imeuble d’une compagnie d’assurance ?) ; autoportrait d’Armand Cambon, élève d’ingres et fondateur du musée Ingres, fort content de lui, non sans quelque raison ; belle façade de l’ancienne cour des Aides, derrière le monument aux Combattants et Défenseur du Tarn-et-Garonne, plus tardive que je ne pensais (je la croyais Louis XVI), 1837, Montauban, jeudi 5 octobre 2017. Bain. Longue promenade dans la vallée, curé la rivière, été faire le tour du réservoir qui est derrière Subervie. Mangé une tranche de jambon qui était peut-être bien à Céline (?), en buvant du saint-véran (beaucoup de bouteilles restent ouvertes du banquet des Volontaires). Atelier, toujours les porcelaines, mais chaque fois qu’on corrige un défaut on en crée trois autres. Retour de Pierre, lecture de Musil, suite de l’entretien entre Ulrich et Arnheim, puis Ulrich et la prostituée. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 12/10/2017 à 11h13 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -2.294,50 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 12/10/2017 -2.294,50 € /// À venir -1.058,53 € | Prévisionnel -3.353,03 € Débiteur depuis 9 jours /// (aucun mouvement. Chien Le Coz très pénible toute la journée, comme d’ailleurs la veille. Agenda. 19:39:22 /////// Le  Jour ni l’Heure, Chronologie. Dîné aux nouvelles, sauté de veau aux carottes, suite. Poire à la vapeur et framboises. Vu un peu de Signore e Signori, buonanotte (Mesdames et Messieurs, bonsoir), 1976, de Comencini, Monicelli, Scola, etc.), avec Marcello Mastroianni, Vittorio Gassman et Ugo Tognazzi, mais c’est vraiment irregardable de bêtise et de vulgarité. Tentative d’entretien avec une femme de Moment Magazine, revue juive américaine, mais je ne comprends pas un mot de ce qu’elle dit et nous devons y renoncer, c’est-à-dire que l’entretien se fait par écrit et me prend toute la soirée et bien au-delà. Journal. Couché à près de trois heures. 

lire l’entrée du vendredi 13 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 14 octobre 2017, 18 h 49
modifiée le jeudi 19 octobre 2017, 9 h 53
Samedi 14 octobre 2017.
Saint Juste — 287/78. Plieux. Réveillés par Céline dans la bibliothèque, levés à 8 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail, Louis XIII, du Vœu de Louis XIII d’Ingres dans la cathédrale de Montauban. Émission d’Alain de Finchelcrocq sur Lénine. Crise de tweets, d’ailleurs je suis revenu à L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, belle maison de la place de la cathédrale, à Montauban ; hôtel du Commerce, id. ; façade la cathédrale, 1739, selon les dessins de Robert de Cotte, † 1735. Bain. Promenade avec Pierre dans la vallée de l’ouest, au-delà de Castet-Arrouy, du côté des anciens vergers, qui ont d’ailleurs disparu, et de la palombière [corr. autom. : plombier]. Touché à La Monjette. Revenus par l’étang-réservoir, dont les eaux sont très basses. Au retour, aboiements effroyables du chien de Mme Le Coz, comme toute la journée — il est mis à aboyer dans son jardin et le fait ponctuellement toutes les trois minutes, parfois pour dix minutes ou davantage, aux moindres passant,  feuille qui vole ou bruit de voix; gâté, jamais contrarié en rien, ce joli et très gentil chien à l’origine est devenu un immonde matamore bête et méchant qui du soir au matin, rageur, fait la police dans son pré carré ; et ni le maire, ni les gendarmes, ni les tribunaux ne sont du moindre secours. Atelier, mais c’est à devenir fou. Porcelaines. Lecture par Pierre de Musil, L’Homme sans qualités, nouvelle visite de Clarisse, mort du père, fin du premier volume. L’Arrière-Pays. Échanges avec Farid Tali, dont la Prosopopée est parue aux États-Unis, semble-t-il (je passerai à la postérité grâce à lui, dans une note en bas de page). Agenda.18:49:03 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons, aux carottes et aux épinards, bonne, mais sans consistance aucune (tout s’effrite). Vu un peu d’un documentaire sur les Romanov, mais il est tout à fait sans consistance, lui aussi et je remonte assez tôt. L’IN-NOCENT. Journal 2017, mis en ligne en guise d’entrée du jour l’entretien pour Moment (la revue d’Élie Wiesel). Travaillé à un discours de M. Dellinger. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du samedi 14 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 15 octobre 2017, 23 h 47
modifiée le jeudi 19 octobre 2017, 9 h 55
Dimanche 15 octobre 2017.
Sainte Térésa — 288/77/ Plieux. Levé à 7 heures et demie. Encore une journée très twiterienne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Hercule et Télèphe, 1835, dét., médiocre tableau de Charles-Octave Blanchard, 1814-1842, élève d’Ingres, Montauban, 5 octobre 2017. Déjeuner en bas avec Pierre. Mis à cuire une coupe de porcelaine, mais les résultats seront encore mauvais, malgré le four moins chaud et les délais raccourcis. L’IN-NOCENT, avec tant d’ardeur qu’il n’y aura pas de livraison de la mi-journée de Le Jour ni l’Heure. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, nouveaux affrontements de Charles-Quint et de François 1er, années trente, campagnes eu Piémont puis en Provence. Charles-Quint à Saint-Laurent-du-Var (!). Promenade avec Pierre du côté de Gramont, été à la maison Minjoulet, assez abîmée. Chien Le Coz mis à aboyer chez lez T., Mme T. le trait exactement comme sa maîtresse, c’est-à-dire qu’elle ne le dissuade pas du tout. Atelier, nouvelle expérience de mise au four d’un bol rose, brun et gris, dont les couleurs changent, mais néanmoins c’est assez joli. Peinture sur porcelaine, petite coupe, grande coupe. Passés au deuxième volume de L’Homme sans qualités, c’est curieux, j’avais lu tout cela pour rien en 1998-1999, je n’en avais presque aucun souvenir. L’IN-NOCENT. Agenda, journée d’hier. Dîné aux nouvelles, suite et fin du veau sauté du banquet des Volontaires, fin aussi de l’excellent Jurançon doux, mais là ça ne va pas du tout ensemble. Vu Witness, Témoin sous surveillance, 1985, de Peter Weir, avec Harrisson Ford, film qui se déroule parmi les Amish. L’IN-NOCENT. Agenda. 23:47:32 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du dimanche 15 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 16 octobre 2017, 10 h 47
modifiée le mercredi 18 octobre 2017, 9 h 33
Lundi 16 octobre 2017.
Sainte Edwige — 289/76. Plieux. * Levés à huit heures et demie, beau temps. L’IN-NOCENT, peu. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à Menaut (Gramont), et première couverte-bol, rose-brun (mais le brun à tourné eu verdâtre)-gris. 10:47:20 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’IN-NOCENT. Journal. Le Jour ni l’Heure, trois détails d’œuvres d’Ingres à Montauban le jeudi 5 octobre, mais pas trouvé le temps de les “traiter” (Jésus parmi les docteurs, esquisse pour Jésus, esquisse pour Mme Moitessier). Bain. Couperin. Promenade dans la vallée, curé la rivière au premier gué, beaucoup de feuilles. Atelier, porcelaine toujours, mis au four la coupe rouge, verte et bleu mais dû interrompre la cuisson, apparition de scrofules et le bleu vire au noir. Journal 2017, entrée du jour, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, pesto, jardinière de légumes. Revu un peu de Bande à part, vu un épisode de The Deuce, de plus en plus sordide, puis la fin de Bande à part. Écrit à M. Alain Barnier, puis à M. Dellinger. Commencé la rédaction d(in nouveau discours pour dimanche. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 16 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 17 octobre 2017, 10 h 12
modifiée le mercredi 18 octobre 2017, 9 h 32
Mardi 17 octobre 2017.
Saint Beaudoin — 290/75. Plieux. Levé à 7 heures et demie avec Pierre. Christine Angot aux matins de France Culture. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Couverte-Coupe n° 1, rouge, bleu, verte, dont la seule question est de savoir si on peut aimer les sérieux défauts. Assez beau temps, pâlichon. Agenda. 10:07:09 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017. Le Jour ni l’Heure, trois détail des tapisseries de l’église Saint-Sauveur de Castelsarrasin, c. 1970, d’après des cartons de Nicolaï Greschny, 1912-1985. Bain. Promenade dans la vallée, curé la rivière. Atelier, porcelaines, mais les résultats sont décevants, les couleurs tournent à la cuisson et il se crée un dépôt qui semble se sucre au fond des coupes. L’IN-NOCENT. Journal 2017, entrée du jour, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, steak de soja, jardinière de légumes, salade verte, mayonnaise, poire à la vapeur et framboises. Revu On the Waterfront, Sur les quais, 1954, d’Elia Kazan,    avec Marlon Brando et Eva Marie Saint. Brefs échanges avec M. Jérôme Delaplanche. Travaillé au discours de Bais, mais sans beaucoup d’élan. Couché vers 1 heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 17 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 18 octobre 2017, 9 h 50
modifiée le jeudi 19 octobre 2017, 9 h 52
Mercredi 18 octobre 2017.
Saint Luc — 291/174. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Prédication de Saint Jean-Baptiste au Désert, grand tableau de Jean-Baptiste Huet, 1782, dans le chœur de l’église Saint-Jacques de Montauban. Temps très gris. Mlle Venezia ici, vient saluer avec sa grand-mère. Comptes : Dernière connexion le 13/10/2017 à 19h36 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.914,63 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 17/10/2017 -1.914,63 € /// À venir -1.426,30 € | Prévisionnel -3.340,93 € /// Débiteur depuis 14 jour ///      17/10  REMISE CHEQUES BORDEREAU 03143792 +30,00 € /// 17/10 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/171017 I -17,90 € /// 16/10 PRLV SEPA ORANGE ECH/161017 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 - 60,00 € /// 13/10 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +400,00 € /// 13/10 VIR SEPA RECU /DE AXA FRANCE VIE /MOTIF FRAIS DE SOINS +27,77 €  ///// Agenda. 09:49:08 /////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, divers rattrapage. Journal 2019, entrée du jour, écriture, relecture, mise en ligne. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises en l’église Saint-Jacques de Montauban le 5 octobre 2017, vue générale du chœur, Déposition de croix de la fin du XVIIIe siècle, éc. toulousaine (?), Sainte Famille, copie du XVIIe s. (?). Bain. Été avec Pierre chez M. Dellinger, aux Chartiers, Lectoure, marché avec lui et sa chienne Fanny, bonne promenade, été jusqu’aux environs de Vacquié, ou Bacquié, revenus par un bois et deux fontaines, de Rajocan et Saint-Michel. Pluie légère, puis fort orage, mais une fois revenus aux Chartiers. Thé avec M. et Mme Dellinger chez eux. rentrés vers 6 heures. Atelier, peint un bol qui a toujours été dans la maison, couleurs claires, pour voir si elles tiennent mieux au feu. L’IN-NOCENT. Communiqué pour le parti. Diné aux nouvelles, gnocchi, jardinière de légumes, pesto, parmesan. Rien regardé, remonté tôt, travaillé au discours de samedi, écrit beaucoup de texte, mais dans une relative confusion. 14.000 signes (je suppose qu’on ne peut pas dépasser 20.000). Couché vers 2 heures. 

lire l’entrée du mercredi 18 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 19 octobre 2017, 9 h 47
modifiée le vendredi 20 octobre 2017, 8 h 41
Jeudi 19 octobre 2017.
Saint René — 292/73. Plieux. Réveillé tôt, levé à 8 heures moins le quart. Temps gris et pluvieux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, à la fontaine de Rajocan, Lectoure, et buste de son ami Auguste Quercy, le poète, par Antoine Bourdelle, plâtre patiné façon terre cuite, 1911, musée Ingres, vu à l’ancien collège des Jésuites, à Montauban, le 5 octobre 2017. Comptes : Dernière connexion le 18/10/2017 à 09h44 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.914,63 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 18/10/2017 -1.914,63 € /// À venir -1.426,30 € | Prévisionnel -3.340,93 € /// Débiteur depuis 15 jours /// (aucun mouvement) /// Agenda. 09:46:39 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. Discours de Baix. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du jeudi 5 octobre 2017, grand tableau de Lucien Capène à l’ancien collège des Jésuites de Montauban, Dimanche à Ardus, 1935 ; ancien évêché sous bâche, Montauban ; dét. de la décoration du chœur de l’église Saint-Jean de Montauban, par René Gaillard-Lala, 1925. Bain. Promenade dans la vallée, curé la rivière, Subervie. Atelier, repris les pièces brûlées la veille, théière, bol, coupe. L’IN-NOCENT. Discours de Baix. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et œuf à cheval. Poire à la vapeur et framboises. Remonté tôt. Discours de Baix (25.000 signes). Écrit à M. Barnier, puis lui ai parlé. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 19 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 20 octobre 2017, 8 h 56
modifiée le samedi 21 octobre 2017, 9 h 24
Vendredi 20 octobre 2017.
Sainte Adeline — 293/72. Plieux. Réveillé par Pierre à six heures et demie, vaguement rendormi, réveillé par un cauchemar, sables mouvants ultra-rapides, “ça y est, je suis mort”. Levé à sept heures et quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et petite coupe n° 2, bleu nuit et or. Temps très gris. Comptes : Dernière connexion le 19/10/2017 à 09h44 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.914,63 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 19/10/2017 -1.914,63 € /// À venir -1.426,30 € | Prévisionnel -3.340,93 € /// Débiteur depuis 16 jours /// Agenda. 08:55:53 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée du jour, rédaction, relecture, mise en ligne. Tél. de Me Rimokh, cf. l’affaire Moix. Repris le “discours de Baix” (plus de 30.000 signes). Tél. d’un M. Martin, parent de la générale M. Viendra mardi. Bain. Bagages. Imprimé le texte. Quitté Plieux vers 5 heures moins le quart. Dû revenir (oublié lunettes). Retrouvé Pierre à 5 h et 1/4 au parc de stationnement de la station Valence-d’Agen de l’autoroute. Autoroute, très beau soir, très belle lumière. Concerto n° 23 de Mozart, Requiem. Dîné au Lotus Bleu de Narbonne (cour. auto. : Carbone), bifé chinois hélas très bruyant et nous y avons une mauvaise table, avec des gens qui passent au-dessus de nous constamment. Quelque mal à trouver un hôtel, celui de Baix (corr. auto. : bain) ne répond pas. Hôtel Mercure d’Orange, correct (ch. 148). Le Jour ni l’Heure, autoportrait du soir même, dans la chambre, et curieux graffiti de la “Revolucion Antifeminista”, Bilbao, dimanche 28 mai 2017 (passé aux photographies qui sont sur cet ordinateur-ci). Agenda. 00:49:06 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Couché vers une heure et quart.

lire l’entrée du vendredi 20 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 21 octobre 2017, 9 h 30
modifiée le mardi 24 octobre 2017, 1 h 27
Samedi 21 octobre 2017.
Orange, hôtel Mercure, ch. 148. Réveillé très tôt (par rien), levé à six heures et demie. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. Petit déjeuner avec Pierre, œufs brouillés, petite saucisses, blanc de poulet, jambon, salami, brie, comté, puis muesli dans un coulis de framboises avec des morceaux d’ananas, crêpes au sirop d’érable. Pris quelques photographies des lieux, assez plaisamment néo-1960, en particulier de la piscine, très hockneyenne. Agenda. 09:29:24 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Bain. Quitté l’hôtel Mercure et Orange vers 10 heures. Faubourgs de Montélimar, hideux, comme toute cette vallée du Rhône, vraiment l’une des principales poubelles de la France. Roquemaure [corr. automatique : Roquelaure], très beau site, mais l’environnement est massacré. Cruas, id. ; jeté un coup d’œil à l’église, toutefois, et au château, sans y monter. Baix, moins pittoresque, donc moins abîmé. Arrivés vers 11h et 1/2. sur le site de la réunion de “Sauvons notre pays !”, une ancienne ferme près d’un carrefour circulaire. Une petite centaine de personnes, peut-être, mais une dame s’affole parce qu’elle voit des policiers prendre de loin des photographies, elle pense qu’une descente de police est imminente, elle s’en va, non sans entraîner dans son mouvement un certains nombre de gens dont une famille avec des enfants. Allocution de M. Petitdemange. Allocution d’un Landais à béret basque, mais qui vit dans les Hautes-Alpes, et dont je n’ai pas retenu le nom — l’homme est passablement farfelu et fait un vibrant éloge des effets du curcuma. Très longs moments de battement, les deux porcs entiers sont longs à cuire, Pierre et moi en profitons pour aller voir, plus haut sur la pente de la colline, une maison en ruines qui fut le théâtre d’un drame de la dernière guerre — les Allemands l’ont incendiée. En face, château de Saint-Michel. Au loin, de l’autre côté du Rhône, village où Fabrice Lucchini a une maison. Déjeuner, porc grillé, bon, mais aurait mérité du sel, du vin et des couverts autres qu’en plastique, qui ne coupent rien. Au dessert (tarte aux pommes, m’abstiens), allocution du docteur de Peretti ; allocution du général Piquemal ; allocution de Pierre Cassen, le seul à parler sans papier ; message du général Martinez, lu par M. Hardy ; mon allocution, longue et peu adaptée aux lieux et à l’audience. Quelques incidents avec des gens qui parlent. Succès très modéré, sauf auprès de deux ou trois personnes individuelles. Quittons les lieux vers 6 heures et demie, mais bien sûr il fait nuit très vite. Traversons Privas, au plan très compliqué (semble-t-il). Belle route entre Privas et Aubenas. Photographies après le col, sur la vallée dans les brumes, à l’entrée d’un beau parc. Nous dirigeons vers Vals-les-Bains, pour y chercher un hôtel (celui d’Aubenas ne nous avait pas plu du tout, la dernière fois). Hôtel Helvie, ch. 302. Ressortons presque aussitôt pour un assez long  tour dans Vals, passablement sinistre et très abîmée, notamment par la sursignalisation. Plateau de fromages, pour ma part, et verre de vin route à la brasserie La Botega, rue Jean-Jaurès, je crois, entre l‘église et la mairie, assez plaisamment fasciste. Redescendus par l’autre rive. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans Vals, près d’une boucherie voisine de la mairie, et vue assez floue de la vallée d’Aubenas, à partir des hauteurs de la route de Privas. Agenda. 01:34:43 ////////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du samedi 21 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 24 octobre 2017, 1 h 22
modifiée le mardi 24 octobre 2017, 9 h 32
Dimanche 22 octobre 2017.
Vals-les -Bains, hôtel Helvie, ch. 302. Levé à sept heures, Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Agenda. 08: 34:17 ////Déjeuner en bas, bien — jambon cru, jambon blanc, saucisson, fromage, muesli dans du coulis de framboises et des ananas en jus, croissant à la crème de marron, petit pain au chocolat et crème de marron, jus de pamplemeousse, jus d’abricot, café. Journal 2017, entrée du jour, rédaction, relecture, mise en ligne. Bain. Quitté l’hôtel Helvie vers 11 heures. Monté jusqu’au château Clément, autre hôtel où je regrettais que nous n’ayons pas tenté notre chance la veille et qui est effectivement très bien, à première vue : grosse villa 1900 très bien conservée, selon un rapide examen, y compris à l’intérieur, où nous sommes entrés pour demander un dépliant, mais nous n’avons vu personne. Quitté Vals vers midi. Passé au large d’Aubenas, puis de Joyeuse. Commanderie de Jalès, XIIe-XVIIIe, à Berrias-et-Casteljaud Passé au large d’Alais, été à Vézénobres, pour y voir la demeure de Jérome Vallet. Renseignement à la crêperie, en plein centre, où Vallet est bien connu comme pianiste. Exploré le sommet de la butte, à la recherche d’un château médiéval qui en fait n’existe pas — j’avais confondu avec la mairie, vue après, et qui occupe une forteresse médiévale, à mi-pente. Été voir le château de Bernis-Calvière, XVIIIe s., qui semble très bien mais qui est à peu près impossible à voir. Brocante sur l’esplanade du bas, tenté par quelques pièces de porcelaine, pour les peindre, mais résiste. Explorons le quartier voisin du Plan des Aires, où le crêpier m’a dit que vivait J. V., cependant personne ne semble l’y connaître. Quelques jolies maison anciennes, une en particulier, avec une très haute galerie. Quittons Vézénobres vers 4 heures. Traversons Alais, le long du fleuve. /////// Château de Portes, très beau, un peu gâché par d’infimes détails. Château de Montjoie, bien caché à Chamborigaud ( ?, vérif.). Le Pont-de-Montvert. Montés au château de Grizac, où naquit Urbain V, à 1100 mètres d‘altitude, sur la montagne de Bouges. Redescendus par X. de Paon. Magnifiques paysages, hélas souvent gâchés par des toits métalliques. Florac. Montés au-dessus de Florac, à la nuit tombante, par la route en lacets, sur le causse Méjean. Redescendus sur Montbrun, dans les gorges du Tarn, à la nuit tombée. Sainte-Énimie. Château de la Caze, chambre Jacquette, au deuxième étage. Dîné sur place, raviolis d’écrevisses, agneau de la Lozère, assiette de fromages. Connexion impossible, murs trop épais. Agenda, jusqu’à Alais, mais tombe de sommeil. Couché vers 11 heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 22 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 24 octobre 2017, 1 h 25
modifiée le lundi 30 octobre 2017, 9 h 28
Lundi 23 octobre 2017.
Château de la Caze, chambre Jacquette, La Malène, lundi 23 octobre. Levé à six heures et quart. Suite de l’agenda de la veille. 06 :48 :47 ///// Connexion impossible dans l’hôtel, au motif que les murailles du château seraient trop épaisses. Ni l’agenda ni le journal ne peuvent donc être mis en ligne. Petit déjeuner en bas, où Pierre et moi sommes seuls. Jambon blanc, jambon de pays, saint-nectaire, fromage blanc, céréales, croissant avec de la crème de marron, petit chausson, jus d’orange, café. Tour dans le jardin, mais il fait grand froid. Bain, dans la salle de bain très bien, dans la tour, à ceci près que nous n’arrivons pas à y mettre en marche le chauffage. Quittons le château de La Caze, vers onze heures. Décidons de repartir en arrière, pour voir les châteaux de Prades et de Charbonnières, manqués la veille à la nuit noire. ///// [Agenda, interruption, visite de M. Martin et d’amis à lui, mardi 24]. Sainte-Énimie, tâché en vain d’approcher le réfectoire de l’ancienne abbaye, vu l’église, le pont, etc. Prades, très beau château, bien administré. Castelbouc, ruines d’un château fort, site un peu gâché par des jouets fâcheux. Vers Montbrun par la rive gauche, revenus en arrière pour voir Charbonnières d’en face. Rocheblave, gâché, lui, par un affreux socle sur pilotis. Magnifque pont de Quézac, site, hélas, en voie d’urbanisation rapide. . Quézac, collégiale. Ispagnac, très belle église romane, déjà connue et appréciée de moi. Tour du Choizal, “ferme fortifiée”. Chanac [corr. auto. : Chantal]. Montjézieu (du bas). Saint-Geniez-d’Olt, sommes pris dans une énorme transhumance de vaches, en pleine ville. Sainte-Eulalie-d’Olt. Roquelaure. Coulée de lave de Roquelaure (clapas). Admirable église de Perse,  dans une très belle lumière revenue. Epsilon [corr. automatique : Epsilon], palais, pont. Tour de Masse. Église Saint-Pierre de Bessuéjouls, aussi belle sinon plus, dans un autre genre, plus modeste, que celle de Perse. Sublime “chapelle haute”, très beau site. Estaing, tour du colossal château — la nuit tombe. Déviation sur la route de Villecomtal, devons faire un détour par Campuac. Lunel (autre). Saint-Cyprien-sur-Dourdou. Noailhac. Decazeville. Lanuéjouls. Villefranche-de-Rouergue (genre). Martiel. Limogne-en-Quercy. Bach. Vaillants [corr. auto. :  Vaillants]. Lalbenque. Cahors-Sud. Pern [corr. automatique : perte]. Sainte-Alauzie. Lauzerte [corr. auto. : lauzes]. Valence-d’Agen. Récupéré la voiture de Pierre au parc de stationnement de l’autoroute. À Plieux vers 11 heures.  Dîné dans la salle des Pierres, omelette aux champignons, très bonne, avec courgettes malheureusement pas cuites. Documentaire sur David Lean, assez ennuyeux, mais qui intéresse Pierre. Enflammement  sur les réseaux sociaux à propos d’un tweet mien totalement mésinterprété. Attaques obsessionnelles, aussi, d’une “Aimée Le Choux”” hautement defalvardesque. Agenda, mais m’endors. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du lundi 23 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 24 octobre 2017, 14 h 50
modifiée le mercredi 25 octobre 2017, 8 h 50
Mardi 24 octobre 2017.
Saint-Florentin — 297/68. Plieux. Levé à sept heures, nuit noire. Tâché de remonter le retard entraîné par l’absence de connexion au château de La Caze. Le Jour ni l’Heure, mise en ligne de l’autoportrait à Vézénobres et d’une photographie du château de Portes, dimanche 22 octobre 2017. Autoportrait de la veille, sur la coulée de lave de Roquelaure (clapas [corr. autom. : classa] de Thubiès). Redoublement des haineuses logorrhées defalvardesques de “Aimée Le Choux”. Suis expulsé de Facebook pour le tweet retransmis sur Facebook et totalement mésinterprété par certains. Bain, dans l’attente de visiteurs. Agenda, mais arrivée sur rendez-vous pris le matin même de M. Martin et de ses amis, un couple qui eut une maison à Tonnerre et un Français établi et naturalisé au Canada — protestants, amis de Neuilly et du collège du Montcel à Jouy-en-Josas. Floc de Gascogne avec eux, conversation (surtout de leur part), Pierre monte avec les hommes au sommet de la tour, je bavarde dans la bibliothèque avec la femme (à propos de Tonnerre). S’en vont vers midi et demie. Suite des différents crises sur les réseaux sociaux, ne puis donc intervenir sur Facebook. Café avec Pierre. Agenda. 14:47:56 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Promenade avec Pierre, qui doit faire des courses à Miradoux. Marchons au retour en çà de Miradoux, sous le château-d’eau, le long d’un chemin agréablement ensoleillé mais la promenade est gâchée par la rencontre de deux hommes dont l’un est très agressif et désagréable, et nous demande avec tant d’autorité d’où nous sommes que nous croyons que c’est le propriétaire de ces terres et veux nous en chasser. Mais non, il dira plus tard, une fois sa curiosité satisfaite et qu’il m’a reconnu, qu’il habite R., à Miradoux. Les rapports humains  sont décidément bien difficiles… Atelier, petite coupe n° 3 (?), brun-vert et violet. “Restauration” d’un des bols. Crise majeure autour de deux tweets accusés (absurdement) d’“apologie de crimes contre l’humanité”. Explication de textes, divers échanges tendus. Dîné aux nouvelles, thon, légumes verts et riz, lentilles, mais n’en mange pas. Vu la première séquence d’un documentaire sur Luther, pas mal. Remonte un peu avant dix heures. D. déchaîné, cette fois sous le pseudonyme “Aimée de choux”. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mardi 24 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 25 octobre 2017, 9 h 01
modifiée le jeudi 26 octobre 2017, 10 h 19
Mercredi 25 octobre 2017.
Saint Doria — 298/67. Plieux. Réveillé à sept heures, tâché en vain de me rendormir, levé à sept heures et quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et petite couverte-coupe n° 3, vert-brun et violet. Échanges avec Jérôme Vallet, sur Vézénobres. Comptes : Dernière connexion le 20/10/2017 à 08h54 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.867,42 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 24/10/2017 -1.867,42 € /// À venir -1.447,00 € | Prévisionnel -3.314,42 € /// Débiteur depuis 21 jours /// 20/10 VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: K + 47,21 € //// Agenda. 09:01:12 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Suites de l’affaire des deux tweets “petit-bras”, phase positive, les indignés face au malentendu paraissent l’emporter. Pendant ce temps, harcèlement permanent de la part de Marien Defalvard sous son hypostase “Aimée Le Choux”. Un seule photographie pour la livraison de midi de Le Jour ni l’Heure, la tour de Masse, au-dessus d’Espalion, lundi 24 octobre 2017. Bain. Lecture par Pierre des notices de Rouergue roman à propos des églises de Perse (l’auteur est très condescendant) et de Bessuéjouls. Promenade avec Pierre sur le plateau, partis en voiture, chemin en face de Balignac, en direction de Gramont. Espeyrous [corr. autom. : espérons], Monplaisir. Retrouvé les deux gentils setters roux, aussi aimables que toujours. Conversation avec eux. Atelier, porcelaine, petite coupe violet et brun-vert, bol habituel, etc. Vais bientôt manquer de matériel et n’ai pas d’argent pour en acheter d’autre (ni de lunettes). L’IN-NOCENT, Defalvard Le Chou déchaîné. D’autre part (très d’autre part), dénonciation d’un de mes tweets par une certaine Laurence de Cock, de Mediapart, à la Dilcrah, ou quelque chose comme ça, organisme gouvernemental. L’UEJF porte plainte contre moi pour contestation de crime contre l’humanité (!!!) et incitation à la haine raciale. Dîné aux nouvelles. Raviolis aux cèpes, jardinière de légumes. Poires à la vapeur et framboises. Vu un documentaire sur la pratique du coup d’État à travers les âges, un peu n’importe quoi, très superficiel, sans grand intérêt. Réseaux sociaux en un certain émoi, tantôt ravi, tantôt indigné, après les dépôts de plainte contre moi. Tél. de Me Rimokh, décidons de porter plainte à notre tour pour dénonciation abusive. Parlé aussi de l’affaire Moix, question des témoins, dois écrire à chacun. L’IN-NOCENT. Journal. Couché sur les deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 25 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 26 octobre 2017, 10 h 28
modifiée le samedi 28 octobre 2017, 12 h 07
Jeudi 26 octobre 2017.
Saint Dimitri — 299/66. Plieux. Bien et beaucoup dormi, bizarrement, malgré la tourmente. Levés à 8 heures et demie. Très beau temps très clair, bibliothèque lumineuse. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et église de Perse, lundi 23 octobre 2017. Comptes : Dernière connexion le 25/10/2017 à 08h57 /// Bonjour M. CAMUS ///Avoirs -1.867,42 € /// Crédits -99.860,05 € /// Solde au 25/10/2017 -1.867,42 € /// À venir -747,00 € | Prévisionnel -2.614,42 € Débiteur depuis 22 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 10:27:58 //// Confusion chronologique, désordre (mais seulement ici). Le Jour ni l’Heure, château du Choizal, improprement appelé “ferme fortifiée du Choizal”, à Balsièges, Lozère. Promenade avec Pierre au Cassé. Agitation due à la nième “affaire Camus”. Parlé à Me Rimokh. Plainte pour dénonciation calomnieuse. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, porcelaine, bols, mis une autre théière au four, sans résultats très probants. Dîné aux nouvelles. Rien regardé, Pierre regarde Northanger Abbey. Affaires en cours. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 26 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 28 octobre 2017, 11 h 47
modifiée le samedi 28 octobre 2017, 11 h 56
Vendredi 27 octobre 2017.
Sainte Émeline — 300/65. Plieux. (Confusion avec la veille, embrouillamini dans la chronologie)  ////Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’IN-NOCENT. Travaillé avec Karim Ouchikh au texte d’une pétition. Le Jour ni l’Heure, deux couvertes-bols récents photographiés la veille, plus une vue de Sainte-Eulalie-d’Olt, Aveyron, lundi 23 octobre 2017. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1536, mort du premier Dauphin, succès de François Ier, mais comme d’habitude il laisse passer sa chance. Promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de La Rouquette, jusqu’à l’embranchement. Buisson ardent contre un mur de ferme, inspire un bol, à l’atelier, juste après. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, Ulrich et sa sœur, palinodies discoureuses au bord de l’inceste, un peu pénibles. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence, sur la nième “Affaire Camus”. Dîné aux nouvelles, gnocchi, pesto, jardinière de légumes. Poire à la vapeur et framboises. Vu un documentaire sur l’enfance de François Mitterrand à Jarnac, racontée par son neveu Frédéric. Remonté assez tôt. L’IN-NOCENT, mais seulement sur Twitter, puisque Facebook m’est barré. Defalvard le Choux, Napoléon en Russie. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du vendredi 27 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 28 octobre 2017, 12 h 33
modifiée le dimanche 29 octobre 2017, 8 h 35
Samedi 28 octobre 2017.
Saint Simon — 301/164. Plieux. Levé à 8 heures moins le quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et bol en cours de fabrication, n° 3, inspiré par un buisson ardent à la Rouquette, la veille. Pierre va porter à Fleurance un chèque de 3000 € de Jeanne de Loynes, pour tâcher de boucher in extremis le découvert à la banque, avant les sorties de fin et début de mois. L’IN-NOCENT, temps perdu. Comptes :    Dernière connexion le 26/10/2017 à 10h25 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -1.167,42 € Crédits -99.860,05 € /// Solde au 27/10/2017 -1.167,42 € /// À venir 1.553,00 € | Prévisionnel 385,58 € /// Débiteur depuis 24 jours /// 26/10 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF + 700,00 €  (abonnements, ventes de livres et d’album) ///  Agenda. 12:32:36 //////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure,   château-hôtel de La Caze, à La Malène, Lozère ; château de Prades ; château de Charbonnières, à Montbrun, trois photographies du lundi 23 octobre 2017. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1538, Charles-Quint traverse la France en grand arroi. Je découvre l’existence de la reine Éléonore, sa sœur, qui m’avait peu marqué jusqu’à présent. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade avec Pierre, courses à Saint-Clar (halles bien enlaidies par l’office du tourisme…), il veut aller à Saint-Léonard, mais promenade un peu gâchée par le manque de temps, qui nous fait raccourcir et nous perdre du côté d’Hargouet, le Hourtala, la Pradiasse, Emperrus. Atelier. Petite coupe rouge et violet. Repris et beaucoup amélioré l’assiette “Bonnabaud” (paysages à potage). L’In-nocent. Écrit à M. Pohon, à propos de la cinquième édition, Amazon, du Grand Remplacement. Dîné aux nouvelles, la Catalogne. Mangé un coulommiers, salade verte, vin de Carcassonne de M. Hardy, carsac. Pommes de terre et carottes. Poire à la vapeur et framboises. Vu Le Mariage de Chiffon, de Claude Autan-Lara, d’après Gyp, avec André Luguet, Odette Joyeux, Suzanne Dantès, Jacques Daumesnil et Robert Le Vigan (1941). Journal 2017, Juste avant après, entée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. Relu la moitié du discours de Baix pour la cinquième édition du Grand Remplacement. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 28 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 29 octobre 2017, 8 h 30
modifiée le lundi 30 octobre 2017, 9 h 33
Dimanche 29 octobre 2017.
Saint Narcisse — 302/63. Plieux. Levé à 7 heure - le 1/4 (passage à l’heure d’hiver). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et “Paysage à potage”, assiette creuse, Bonnabaud (le puy de Dôme). Temps gris, assez froid. Agenda. 08:29:35 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal  2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Vifs aboiement des chiens Le Coz (ils sont désormais deux, et le nouveau a vite pris les mœurs encouragées du premier). Tél. de M. Dellinger, à propos de son discours. À son émission de RCJ avec Élisabeth Lévy, Alain Finkielkraut parle de la nouvelle “affaire Camus”. Le Jour ni l’Heure, chapelle castrale de Roquelaure, Lassouts, Aveyron, lundi 23 octobre 2017. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, 1540, suite des inconséquences de François Ier. L’IN-NOCENT. Tardive promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de la Rouquette, jusqu’à l’embranchement. Atelier, petit bol rougissime, mais crains de l’avoir un peu gâché ; bol La Rouquette, id. Lecture par Pierre de Musil, la sœur d’Ulrich se livre à des manipulations de testament. Parlé à Jeanne Lloan (dont j’ai déposé à la banque le chèque de secours de 3000 €). Journal 2017, entrée du jour. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons et aux pommes de terre sur pain grillé, fini la bouteille de carsac. Salade verte aux noix et aux olives. Poire à la vapeur et framboises. Vu Sudden Fear, Le Masque arraché, de David Miller, 1952, avec Jack Palance et Joan Crawford, bien. L’IN-NOCENT, suite de l’affaire Camus en cours. D’autre part, suite des déversements hystériques de Defalvard Le Choux — la folie dissimule mal que le pauvre garçon est surtout complètement idiot, et l’asensisme haineux n’a rien arrangé (ex. : sous une photographie de la merveilleuse chapelle castrale [corr. auto. : astrale]de Roquelaure : « Où sont les pissotières [corr. autom. : prisonnières (!!!)] ? ».  Journal 2017, Juste avant après, entrée du jour, relecture et mise en ligne. Écrit à M. Pohon. Couché à deux heures et demie.   

lire l’entrée du dimanche 29 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 30 octobre 2017, 9 h 24
modifiée le mardi 31 octobre 2017, 9 h 48
Lundi 30 octobre 2017.
Sainte Bienvenue — 303/62. Plieux. Réveillés par les chiens Le Coz, qui maintenant aboient à la nuit noire, à l’intérieur de la maison, mais on les entend quand même. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et église Saint-Pierre-Saint-Paul d’Ispagnac, Lozère, lundi 23 octobre 2017. Temps très gris. Agenda. 09:23:41 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique (réponse à Alain Finkielkraut). L’IN-NOCENT, beaucoup d’agitation autour de la “vingt-sixième affaire Camus”. Déversement chassieux d’Asensio en personne, sur mon “mur”, bizarrement, je crois, dont j’étais sûr de l’avoir banni ; mais ensuite, quand je voulais mettre la pièce dans mon journal, sans commentaire évidemment (Dieu sait quelle se suffit à elle-même !), je ne la retrouve pas. Compissage parallèle de Defalvard Le Choux, routine gâteuse [corr. autom. : gazeuse, qui marche aussi]. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 23 octobre 2017, château d’Estaing à la dernière lumière, chapelle haute de Béssuéjouls, vue du Lot à Espalion, avec Vieux-Palais à contre-joour (ordre inverse des prises de vues). Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, chute du connétable, disgrâce de Chabot, rivalités de la duchesse d’Étampes et de Diane de Poitiers. Piano de Le Flem (à l’émission de Szymczack). Discours de M. Dellinger. Promenade dans la vallée avec Pierre, sérieusement curé la rivière au premier gué, très encombré de feuilles mortes. Atelier, reprises : une théière ronde déjà cuite, une petite coupe très rouge à l’intérieur, dont l’extérieur violet était raté. Lecture par Pierre de Musil, conversation d’Ulrich avec Tuzzi. Parlé à M. Dellinger. Écrit une version condensée de son discours, pour la presse. Appel de Philippe Karsenty, sur “l’affaire” — en profite pour lui rappeler qu’il ne m’a jamais envoyé le moindre contrat, pour 2017 dernière chance, ni bien sûr un sou. Pierre a mis, à ma demande, la “réponse à Alain Finkielkraut” parmi les commentaire de Causeur, sous l’enregistrement de l’émission d’RCJ la veille. Parlé à M. Pohon. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes et courgettes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu pas mal de La Charge de la brigade légère, The Charge of the Light Brigade, de Michael Curtis, 1936, avec Errol Flynn, et au milieu The Deuce, histoire d’une déchéance. L’IN-NOCENT. Journal, mais tombe de sommeil. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du lundi 30 octobre 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 31 octobre 2017, 9 h 54
modifiée le mercredi 1er novembre 2017, 8 h 16
Mardi 31 octobre 2017.
Saint Wolfgang— 304/61. Plieux. Levé à 7 h 20. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et grand paysage d’Olt avec le château de Calmont, au-dessus d’Espalion, vue prise des environs de la coulée basaltique de Roquelaure, Lassuts, 23 octobre 2017. Beau temps. Article des Inrocks sur l’émission RCJ de dimanche, selon laquelle Finkielkraut, à cette occasion, s’est rallié à la thèse du Grande Remplacement (pour Jérôme Vallet au contraire il m’a complètement lâché, lors de la même émission !). Agenda. 09:53:51 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises de la commune de Lassouts, Aveyron, le lundi 23 octobre 2017 : coulée de lave de Roquelaure, vue lointaine de la chapelle de Noyre-Dame de la Salette à Ceyrac, comm. de Gabriac, village de Roquelaure. L’Arlésienne. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Charles-Quint en Barbarie, alliance de François Ier et de la Porte. Les princes en Roussillon. Photographié avec l’aide de Pierre les albums photographiques, en en oubliant un, En Lomagne, dans le cliché d’ensemble. Promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de la Rouquette, mais détour par les champs pour prendre le buisson ardent. Atelier. Porcelainé l’assiette “Bonnabaud”, peint une grande coupe basse avec les couleurs qui restaient. Lecture par Pierre de Musil, conversation désabusée d’Ulrich et Diotima. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons, poireaux et carottes, salade verte aux noix et aux olives, poire à la vapeur et framboises. Vu Nelly et M. Arnaud, de Claude Sautet, 1995, avec Emmanuelle Béart et Michel Serrault, pas sans quelque ressemblance ténue avec Jean Puyaubert. L’IN-NOCENT. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché vers 1 heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 31 octobre 2017 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site