Le Jour ni l’Heure
janvier 2018

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 1er janvier 2018, 18 h 52
modifiée le mardi 2 janvier 2018, 19 h 04
Lundi 1er janvier 2018.
Sainte Marie, jour de l’An — 1/364. Plieux. Bien dormi. Levé à sept heures vingt. Communiqué du CNRE (la patrie). Écrit à M. Duprat et aux autres membres du CNRE. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue de l’atelier la veille. L’IN-NOCENT. Parlé à M. Dellinger. Le Jour ni l’Heure, trois portraits de Louis XIII à l’exposition “Rubens, portraits princiers”, musée du Luxembourg, lundi 11 décembre 2017 : esquisse (très avancée) de Melbourne, portait officiel de Pasadena, tous les deux de Rubens, c. 1622-1625 ; autre portrait par Juste d’Egmont, c. 1635. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, fin du volume IX (Jean Goujon, Germain Pilon), puis de ce qui concerne la genèse du Dialogue des Carmélites dans l’édition de la Pléiade, puis la genèse de l’opéra dans un énorme volume d’écrits de Poulenc offert jadis par Marie Laffite, chez Fayard (J’écris ce qui me chante). Temps horrible, passons d’abord dans l’atelier, retouches à l’Autoportrait avec un paysage de fantaisie, galet, plus de toiles du modèle classique. Lecture pas Pierre de Musil, L’Homme sans qualités, fragments ultimes, c’est moins ennuyeux depuis l’apparition de l’étudiant-jardinier. Promenade après la tempête, quelques  moments de très belle lumière, puis temps sinistre de nouveau, pisseux et froid. Descendus par la chemin de la rivière, remontés par l’avenue Lou Tapet. Parlé brièvement à M. Pezat. L’IN-NOCENT. Tél. de Marcel Meyer, que j’avais appelé le matin ; assez longue conversation avec lui, sur le NON, sur l’Innocence. Agenda. 18:52:24 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée du vendredi 29 décembre, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles. Raviolis aux cèpes, sale verte. Poire à la vapeur et framboises, oreillettes de Simone Aeberhard en abondance. Vu une partie de Mr and Mrs Smith, 2005, de Doug Liman, avec Brad Pitt et Angelina Jolie. L’IN-NOCENT. Journal 2017, Juste avant après, entrée du samedi 30 décembre, relecture et mise en ligne. Couché à deux heures.  

lire l’entrée du lundi 1er janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 2 janvier 2018, 19 h 22
modifiée le mercredi 3 janvier 2018, 9 h 40
Mardi 2 janvier 2018.
Saint Basile — 2/363. Plieux. Levé à huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et vue de Castelnau-d’Arbieu (34), en fait prise par Pierre. L’IN-NOCENT, très intensément toute la journée (Tw. 16.400). Tél. de M. Santi, au sujet de Rotterdam, mais l’arrangement proposé (via Anvers) ne me convient pas trop. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de Rubens, celui de la collection de la reine d’Angleterre, Paris, musée du Luxembourg, ex. “Rubens, portraits princiers”, lundi 11 décembre 2017, et toile de Gérard Schneider à la galerie Diane de Polignac et Chazournes, c. 1955-60, n’ai malheureusement pas le numéro d’opus, même jour. Bain. Lecture par Pierre du livre de Bruno Caye à propos de Marcheschi, très bien (la haute culture a encore quelques représentants). Promenade avec Pierre sur le plateau, parlé de Rotterdam, voyage très compliqué à arranger à cause du collège. Commencé à peindre la poutre d’étaiement de la salle de Pierres. Pierre va acheter du fromage à Miradoux. L’IN-NOCENT. Tel de M. Boyadjian, rendez-vous pris. Agenda. 19:21:43 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dîné aux nouvelles, sardines diverses de ma sœur, rillettes de poisson, riz, salade verte, poin grillé, deux vins blancs, saint-nectaire très bon, gâteau au chocolat, id. (de Saint-Clar). Trop mangé. Documentaire sur le rôle trop négligé des femmes dans l’insurrection irlandaise de 1916 (comtesse Markievicz). Journal 2017, Juste avant après, entrée du 31 décembre 2017, relecture et mise en ligne. L’IN-NOCENT. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mardi 2 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 3 janvier 2018, 9 h 50
modifiée le jeudi 4 janvier 2018, 10 h 35
Mercredi 3 janvier 2018.
Sainte Geneviève —3/362. Plieux. Levé à huit heures, nuit noire encore, puis très mauvais temps comme tous ces jours-ci, pluvieux, venteux, sombre et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, puis bonne photographie des récents travaux de porcelaine (vase, coupes, pierre). Ignominieux rapprochements de France Bleu. Comptes :    Dernière connexion le 31/12/2017 à 00h44 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.178,14 € /// Crédits -98.032,06 € /// Solde au 02/01/2018 -1.178,14 € /// À venir -1.617,83 € | Prévisionnel -2.795,97 € /// Débiteur depuis 5 jours /// 02/01 VIR SEPA RECU /DE AUDIENS RET ARRCO TECHNIQUE /MOTIF R +157,61 € (lunettes ?) /// 02/01 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +21,79 € /// 02/01 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +5,88 € /// Agenda. 09:49:52 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, dernière entrée, relecture et mise en ligne. Collation de sardines de ma sœur, de saint-nectaire et de vin blanc, avec Pierre. Partagé le gâteau au chocolat qui restait, de Saint-Clar, très bon. Café. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de deux coupes récentes, prises de mon fauteuil à mon bureau. Bain. Fin de la lecture par Pierre du petit livre de Bruno Caye  à propos de Marcheschi, Sur quelques traces laissées. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au rang de chênes. Parlé au retour à Mme le Maire, qui tient le stand voisin de la crèche. Peinture de la poutre de traverse, dans la salle des Pierres (jusqu’à présent ça ne donne pas grand chose). Lecture par Pierre de Musil, notre éparses pour L’Homme sans qualités, la “question sociale”… Journal 2018, entrée du 1er janvier, mise en ligne. Diné aux nouvelles, non, poire à la confiture de figues (avec du rhum), infusion. Revu Le Plaisir, de Max Ophüls, 1951, avec un trou au milieu pour un reportage déjà vu sur le banquet de Persépolis en 1971 (?), 2500 de l’empire perse. Journal, entrée du 2 janvier, mise en ligne, et entrée du 3. Travaillé deux heures à l’article “race”, bien avancé. Couché à deux heures.  

lire l’entrée du mercredi 3 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 4 janvier 2018, 10 h 46
modifiée le vendredi 5 janvier 2018, 10 h 28
Jeudi 4 janvier 2018.
Saint Odilon — 4/361. Plieux. Bien dormi, réveillés étroitement enlacés, après un joli rêve sur une exposition de peintures, visitée en grand détail (portraits de Virginial Woolf). Levés à huit heures et quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et “Le Masque”, photogramme du Plaisir, d’Ophüls. À la radio, nouvelle de la mort de Paul Otchakowsky-Laurens. Apprends ensuite, sur la toile, que c’est dans un accident de voiture, avec Emmelene Landon, blessée, à Marie-Galante. Comptes : Dernière connexion le 03/01/2018 à 09h46 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.169,85 € /// Crédits -98.032,06 € /// Solde au 03/01/2018 -1.169,85 € À venir -1.729,79 € | Prévisionnel -2.899,64 € Débiteur depuis 6 jours /// 03/01 VIR SEPA RECU /DE APPLE INC /MOTIF CCI : 0102800639,PU +31,59 € /// 03/01 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,05 € /// 03/01 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 €  /// Agenda. 10:45:37 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dictionnaire des délicatesses, le mot “race”. Le Jour ni l’Heure, “Inscrivez votre enfant au catéchisme” (affiche remplaciste chrétienne, vue à l’église Saint-Thomas-d’Aquin, à Paris, le lundi 11 décembre 2017) ; dét., une nymphe, ou figure allégorique (?), du Voyage de Marie de Médicis aux Ponts-de-Cé, 1619, carton de Rubens pour les tapisseries de l’Histoire de Marie de Médicis, musée du Luxembourg, ex. “Rubens, portraits princiers”, même jour ; et photographie du moment même de tous les livres de moi publiés par Paul Otchakovsky-Laurens, une quarantaine, en oubliant Tricks et Le Département de la Lozère, absents de la bibliothèque, et en omettant tous ceux de la période pré-P.OL. Bain. Lecture par Pierre de la très intéressante conférence de Serge Brunet à Moscou sur le sentiment d’“identité” en Gascogne au XVIe siècle (Montaigne). Tél. de Richard Roudier, qui me reproche d4avoir pris parti pour les manifestants anti-régime en Iran. Promenade avec Pierre sur le plateau, été au Cassé, malgré la tristesse de son considérable enlaidissement. Salle des Pierres, peinture de la poutre d’étaiement, lecture par Pierre de Musil, suite du tournage autour du pot de l’inceste. Tél. de Karim Ouchikh. Le mot “race”, fini une version complète. Diné aux nouvelles, excellentes saucisses de M. Dellinger, pommes de terre et champignons, vin blanc vert de Gascogne, poire à la vapeur et confitures de figues, chocolats de Mme Levin (7). Vu une bonne part du Roi David, 1984, de Bruce Beresford, avec Richard Gere, bien pâlichon. Nouvelle crise de haine de Marien Defalvard, sur Flickr. Commencé la relecture complète (avec ajouts, naturellement) de Le Mot “race”, arrêté à minuit. L’IN-NOCENT. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 4 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 5 janvier 2018, 10 h 24
modifiée le samedi 6 janvier 2018, 11 h 09
Vendredi 5 janvier 2018.
Saint Antoine-Marie — 186/179. Plieux. Encore beaucoup de rêves, plutôt agréables (une ville, avec dates approximatives pour chacune des  maisons ; une jolie figure, comme autrefois). Levé à sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et détail sanguinolent  abstrait d’Éxécution sans jugement à la cour des rois de Grenade, 1870, d’Henri Regnault (corr. auto. : Renault). Préparé un exemplaire, n° 8, de l’album Le Jour ni l’Heure, 2010, pour M. Serge Resca, à Kourou ; y joins un album Château de Plieux (petit format). Pierre va à Auch poster le tout, y retirer à l’imprimerie des exemplaires de son ouvrage Nouvelle Apologie pour Hérodote et en porter un aux éditions Tristram. Comptes : Dernière connexion le 04/01/2018 à 10h42 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.285,75 € /// Crédits -98.032,06 € /// Solde au 04/01/2018 -1.285,75 € /// À venir -1.613,89 € | Prévisionnel -2.899,64 € /// Débiteur depuis 7 jours /// 04/01 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/040118 -76,00 € /// 04/01 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/040118 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 € /// Très beau temps. Agenda. 10:23:15 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Collation dans la cuisine, boîte de rillettes de lieu de ma sœur, avec du floc. Sept chocolats de Mme Levin. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux ou détails de tableaux du musée d’Orsay le mardi 12 décembre 2017, Ingres, Jupiter et Antiope (Antiope) ; Chassériau, Chefs de tribus arabes se défiant en combat singulier sous les remparts d’une ville (jeune chef arabe) : id., Tépidarium. Bain. Suite de la lecture par Pierre de la conférence de Serge Brunet à Moscou sur l’identité gasconne et française au XVIe siècle. Promenade  avec Pierre au Cassé. Salle des Pierres, la poutre. Lecture par Pierre de Musil, Agathe au bord du suicide. Relecture de  Le Mot “race”. Dîné aux nouvelles, steak de soja, coulis de framboises de M. Dellinger, chutney de Mrs Benzies (corr. autom., Menzies). Revu Ils étaient neuf célibataires, 1939, de Sacha Guitry, entrelardé de Sitcom, 1998, de François Ozon, bien niais. L’IN-NOCENT. Écrit à M. Samy Fellah. Écrit à M. Pohon. Journal. Couché à deux heures.     

lire l’entrée du vendredi 5 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 6 janvier 2018, 11 h 22
modifiée le dimanche 7 janvier 2018, 10 h 40
Samedi 6 janvier 2018.
Saint Mélaine [Épiphanie] — 6/359. Plieux. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Vue d’une villa dans la campagne romaine, de Ravier, musée d’Orsay, mardi 12 décembre 2017. Temps gris, sombre, humide et froid (au moins dans la maison). Émission de Finkielkraut sur Montaigne avec Antoine Compagnon et une récente biographe, Arlette Jouanna. Comptes : Dernière connexion le 05/01/2018 à 10h20 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -3.089,49 € /// Crédits -98.032,06 € /// Solde au 05/01/2018 -3.089,49 € /// À venir -742,05 € | Prévisionnel -3.831,54 € /// Débiteur depuis 8 jours /// 05/01 CHEQUE 5947175 -900,90 € (Céline) /// 05/01 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/050118 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -759,88 € (voiture) /// 05/01 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/050118 ID EMETT -111,96 € (assurance emprunt) /// 05/01 CHEQUE 2629776 -31,00 €  ///  Agenda. 11:21:57 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’IN-NOCENT. Le Jour ni l’Heure, trois détails, jeunes femmes, dont la reine, du Sémiramis construisant Babylone de Degas, 1961, au musée d’Orsay, mardi 12 décembre 2017. Bain. Suite de la lecture, par Pierre, du texte de Serge Brunet sur les identités “nationales” au XVIe siècle, spécialement pour les Gascons. Promenade au bout du goudron. Peinture de l’étai, salle des Pierres. Lecture par Pierre de Musil, Ulrich et Agathe et villégiature dans le Sud, peut-être en Istrie, ou sur la mer tyrrhénienne. L’IN-NOCENT. Dîné aux nouvelles. Raviolis aux cèpes, carottes et champignons, salade verte. Poire et framboise, sept chocolats de Mme Levin. Revu Cécile est morte, de Tourneur, d’après Simenon, 1943, déjà vu (étoupillé) le 9 janvier 2013. Journal 2018, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché sur les deux heures. 

lire l’entrée du samedi 6 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 7 janvier 2018, 18 h 54
modifiée le lundi 8 janvier 2018, 9 h 55
Dimanche 7 janvier 2018.
Épiphanie — 7/358. Plieux. Levé à 8 heures, nuit noire encore. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dét., paysage, du Sémiramis construisant Babylone de Degas, 1861, musée d’Orsay, mardi 12 décembre 2017, avant la manifestation du Siel devant le Conseil d’État. Déjeuné en bas avec don Pedro. L’IN-NOCENT, hélas, très activement (Tw. 16.500). Agenda de la veille. Le Jour ni l’Heure, trois autres tableaux ou détails de tableaux du musée d’Orsay le 12 décembre dernier, mais sans avoir le temps de les “traiter” à réception : Exécution sans jugement sous les rois maures de Grenade, d’Henri Regnault, 1870 (la tête tranchée) ; coffret de photocomposition ou d’aquatinte (???) du portrait de l’inventeur et marchand Michel Manzi (1849-1915) par Degas ; Lavandière de Guigou, 1860. Bain. À 3 heures à Gimbrède avec Pierre pour le récital de piano, dans l’église, d’Alexandre Dupouy : Chopin, Debussy, Satie, Schubert, Dupouy. Les Gadel de Flamarens, M. Ballenghien, etc. À Plieux vers 5 heures et demie. Twitter. Agenda. 18:54:17 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Affaires du CNRE, nettement positives, en particulier du côté de la Grande-Bretagane, demandes d’adhésion ou de contacts de partis politiques. Valeurs actuelles, « 49 % des Français valident la théorie du Grand Remplacement ». Dîné aux nouvelles, gnocchis, salade verte, galette des Rois, fini les chocolats de Mme Levin. Vu un peu d’un documentaire sur les feintes du débarquement de 1944 (villages Potemkine dans le Kent), et beaucoup des Tontons flingueurs. Journal 2018, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Considérable ajout à Le Mot “race”, inachevé. Couché à deux heures et demie.   

lire l’entrée du dimanche 7 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 8 janvier 2018, 9 h 58
modifiée le mardi 9 janvier 2018, 12 h 23
Lundi 8 janvier 2018.
Saint Lucien — 8/357. Plieux. Levés à 8 heures, pointe du jour. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, retour du récital de piano à Gimbrède, et crèche au Christ volé de l’église de Gimbrède. Agenda. 09:58:13 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Travaillé toute la journée à la mise au point finale de Le Mot “race”. Fin du considérable ajout. Relecture générale. Assez satisfait (“Bon, au moins ça c’est fait… ”). Le Jour ni l’Heure, beau saint Georges de Gimbrède la veille (vitrail qui a dû faire rêver ces dames), beau paysage aquatique de Paul Huet au musée d’Orsay, le 12 décembre, et exquise Femme à la robe rose de Corot, tardive harmonie en gris, rose et noir, même jour même lieu. Bain. Lecture par Pierre de Serge Brunet, les représentations de la gasconnitude et de la langue gasconne au XVIe s., très intéressant. Promenade avec Pierre dans la vallée, mais nous ne pouvons pas traverser la rivière malgré nos bottes tant elle est haute. Au retour, avenue du Chien-Cookie, conversation acrobatique avec une dame au petit chien, très aimable, mais dont nous ne savons ni l’un ni l’autre qui elle bien être, malgré nos prétentions de (relative) familiarité. Salle des Pierres, suite de la peinture de l’étai. Lecture par Pierre de Musil, l’été au bord de la mer, l’historien d’art, le viol conjugal chez les Walter, tout cela de nouveau beaucoup mieux. Le mot “race”, relecture. Ajout d’une dédicace (à Laurent de Boissieu) et d’un épigraphe. Dîné aux nouvelles, patate douce et sauce aux carottes et aux champignons, salade verte, deuxième moitié de la galette des Rois, trouvé la fève, un assez joli anneau de porcelaine, un peu aztèque, que je ne peux passer qu’au petit doigt. Nous ne retrouvons pas la couronne. Vu… (impossible de me souvenir : Alzheimer ?). Fin de la relecture de Le Mot “race”, écrit à M. Pohon et surtout à Christian Combaz, qui se charge de la “publication”. Journal de la veille. Journal

lire l’entrée du lundi 8 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 9 janvier 2018, 12 h 29
modifiée le mercredi 10 janvier 2018, 9 h 45
Mardi 9 janvier 2018.
Saint Alix — 9/356. Plieux. Levé à sept heures vingt, Pierre déjà parti, rentrée des classes. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, miroir de la bibliothèque, et fenêtre de la bibliothèque la veille, belle vue sur les Pyrénées, coucher de soleil rose, gris et or. Beaucoup de Twitter ensuite. Tél. de Christian Combaz, questions techniques. Agenda. 12:28:56. ////////  Collation en bas, rillettes de poisson de ma sœur, vin blanc de ma tante. Confiture de figues. Le Jour ni l’Heure, La Mort d’Orphée, d’Émile Lévy, 1866 ; La Vérité, de Paul Baudry, 1879 ; Don Quichotte et la mule morte, de Daumier, 1867, dét., Don Quichotte et Sancho Pança, trois tableaux du musée d’Orsay, mardi 12 décembre 2017. Pas d’eau chaude, pas de bain. Autres échanges avec Combaz, lui envoie une photographie pour servir à la couverture de Le Mot “race”. Promenade dans la vallée, impossible de traverser la rivière, sinon tardivement sur un pylône renversé. Trouve Pierre au retour en bas du chemin de la rivière, remontons par le vallon d’Enduré, tentative de dialogue avec deux jolis ânes de la ferme de Lacroix,, mais il règne une certaine méfiance de part et d’autre, malgré une indéniable curiosité, peut-être intéressée, au moins d’un côté. Salle des Pierres, L’Étai. Appel de M. Pohon, parlé du Grand Remplacement, toujours presque invisible sur Amazon, et du Mot “race”. Lecture par Pierre de Musil, c’est redevenu très bien. Journal 2017, entrée de l’avant-veille (le “château” au Japon). Diné aux nouvelles, gnocchi, pesto, salade verte, poire à la vapeur et mûres. Vu Irrationnal Man, 2015, de Woody Allen, assez faiblard. Fini le texte pour les membres du NON, à l’intention de Marcel Meyer. Répondu, au nom du CNRE, à la présidente du parti anglais Britain First, Mrs Waters. Couché à deux heures du matin.  

lire l’entrée du mardi 9 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 10 janvier 2018, 9 h 55
modifiée le vendredi 12 janvier 2018, 12 h 29
Mercredi 10 janvier 2018.
Saint Paulin — 11/354. Plieux. Peu dormi, levé à 6 heures et demie avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très “traité” (autoportraité), Cent une vues de Castelnau-d’Arbieu (34), photographie en fait prise par Pierre le lundi 8 janvier 2018. Toujours pas de Mlle Venezia, bien qu’on soit mercredi. Comptes : Dernière connexion le 06/01/2018 à 11h17 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -2.644,77 € /// Crédits -98.032,06 € /// Solde au 09/01/2018 -2.644,77 € /// À venir 0,00 € | Prévisionnel -2.644,77 € /// Débiteur depuis 12 jours ///      09/01 VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.186,77 € /// 08/01 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/080118 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -742,05 € (voiture)  ///  Agenda. 09:55:04 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’IN-NOCENT. Réglages pour Le Mot “race”. Le Jour ni l’Heure, deux détails du Sur la plage de Manet, la femme (sa femme), et l’homme (son frère Eugène) : musée d’Orsay, 12 décembre 2017. Bain. Lecture par Pierre de Serge Brunet, l’image du Gascon au XVIe et au XVIIe siècle. Été avec Pierre à Fleurance, chez l’oculiste, place de la République. Livraison des nouvelles lunettes, à verres progressifs. Pierre va faire des courses au magasin bio. Adaptation de mes anciennes lunettes avec des verres nouveaux semblables à celles des anciennes. Vais passer un moment chez le marchand de journaux. Perdu mon portefeuille, dû faire un chèque à l’oculiste (c. 175 £). Allons chez Jeanne, pensant nous promener en l’attendant, mais elle est déjà rentrée de Condom. Marchons avec elle le long du long chemin droit, derrière sa maison. Thé chez elle, boudoirs. Rentrons à Plieux vers sept heures. Retrouvé mon portefeuille (le mince, joli cadeau de la dame de Géménos). Communiqué pour l’In-nocence (sur le texte des cent femmes dans Le Monde). Dîné aux nouvelles. Tarte aux thon et aux champignons, très bonne. Vu quelque chose, mais quoi ? (Ou peut-être rien ?). Journal 2018, mise en ligne de l’entrée de la veille. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 10 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 12 janvier 2018, 12 h 10
modifiée le vendredi 12 janvier 2018, 12 h 36
Jeudi 11 janvier 2018.
Saint Paulin — 11/354. Plieux. Levé à 7 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et version complétée de la photographie de tous mes livres publiés par P.O.L. Agenda. c. 10 heures ////////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’IN-NOCENT. Toute sorte de problèmes techniques toute la journée, l’ordinateur, PayPal, Amazon, etc., beaucoup de temps perdu. Collation solitaire, pâté de canard entier, de Mme de Lloan. Vin blanc. Confiture de figues sur crackers. Livraison de midi de Le Jour ni l’Heure très réduite, la seule Olympia de Manet, tête (et ruban) d’Olympia. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’au bout du goudron. Salle des Pierres, la poutre d’étai. Lecture par Pierre de Musil, L’Homme sans qualités, Mossbrugger chez Rachel. Écrit à Christian Combaz. Parlé à M. Pohon. Dîné aux nouvelles, grands raviolis aux cèpes, carottes, salade verte, poire à la vapeur, charlotte aux poudres et au chocolat d’une professeure du collège. C’est terrible, quand Pierre n’est pas là pour me le remettre en mémoire, je n’arrive absolument pas à me souvenir de ce que nous avons vu à la télévision la veille — ah, si, une bien médiocre mise en scène de L’Aiglon, c. 1960. J’ai zappé la fin, trop triste. Vu le premier épisode des entretiens réalisés avec Paul-Marie Coûteaux l’été dernier, ou bien est-ce l’été d’avant ? Journal 2018, entrée de la veille. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 11 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 12 janvier 2018, 12 h 07
modifiée le samedi 13 janvier 2018, 12 h 32
Vendredi 12 janvier 2018.
Sainte Tatiana — 12/353. Plieux. Réveillé par le départ de Pierre, levé à sont heures moins le quart. Le Jour ni l’Heure, très mauvais autoportrait de la nuit et détail de l’Olympia de Manet, la main sur le sexe, musée d’Orsay, 12 décembre 2017. Vu le deuxième épisode des conversations avec Coûteaux. Comptes : Dernière connexion le 10/01/2018 à 09h50 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -3.762,54 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 11/01/2018 -3.762,54 € /// À venir 5.240,00 € | Prévisionnel 1.477,46 € /// Débiteur depuis 14 jours /// 10/01 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 €  (travaux de la tour) ///  Agenda. 12:06:42 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois détails de l’Olympia de Manet, le bouquet, la servante noire, le chat, musée d’Orsay, mardi 12 décembre 2018. Bain. Promenade dans la vallée. Parmesan en vermicelle sur crackers, fini la bouteille de vin blanc, confiture de figues. Parlé à M. Boyadjian. Salles des Pierres, L’Étai. Écrit à Mme Waters, à M. Fellah, à l’éditeur espagnol. Dîné aux nouvelles, excellente omelette aux pommes de terre et aux champignons de Pierre, salade verte, poire à la vapeur et  galette au chocolat du collège. Revu La Poison, 1951, de Guitry, extraordinaire festival d’acteurs, le curé du village est le portrait tout craché d’Alain Juppé. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du vendredi 12 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 13 janvier 2018, 13 h 05
modifiée le dimanche 14 janvier 2018, 10 h 11
Samedi 13 janvier 2018.
Sainte Yvette — 13/352. Plieux. Levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre détail de l’Olympia de Manet, la mule et le chat, Orsay, 12 décembre 2018. Céline en retard, son réveil n’a pas fonctionné, petit déjeuner à neuf heures. Alain Finkielkraut reçoit Brice Couturier et Luc Ferry pour parler d’Emmanuel Macron. Crise de bonne humeur et de twittisme, toute la matinée. Comptes : Dernière connexion le 12/01/2018 à 12h03 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.537,46 € /// Crédits -97.115,26 € //// Solde au 12/01/2018 1.537,46 € /// À venir -60,00 € | Prévisionnel 1.477,46 €  //// 12/01 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +5.300,00 €  (importation d’argent de PayPal, abonnements annuels au journal, revenus Amazon). Agenda. 13:04:47 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois détails du portrait de Zola par Manet, 1868, musée d’Orsay, Paris, mardi 12 décembre 2018. Bain. Lecture par Pierre de Serge Brunet, l’image du Gascon (rodomont) aux XVIIe et XVIIIe siècles. Promenade avec Pierre sur le plateau, été au Cassé, jusqu’au cap ; au retour, parlé à Jacques Aeberhard, qui promenait son chien (identification de la Dame à l’épagneul).  Salle des Pierres, L’Étai. Lecture par Pierre de Musil, L’Homme sans qualités, nouveau meurtre de Moosbrugger, Rachel seule. Journal 2018, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, gnochi au pesto, salade verte, poire à la vapeur et confiture de figues. Vu une bonne partie de Stalker, de Tarkovski, 1979, mais dû remonter travailler. Écrit entièrement le brouillon (6800 signes, c’est la limite convenue) de la “Réponse à Alain Finkielkraut”, pour Causeur. Journal. Couché peu avant trois heures. 

lire l’entrée du samedi 13 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 14 janvier 2018, 10 h 19
modifiée le lundi 15 janvier 2018, 12 h 07
Dimanche 14 janvier 2018.
Sainte Nina — 14/351. Plieux. Levé à huit heures moins le quart. Nuit noire. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et grand détail des Derniers Rebelles, scène d’histoire marocaine, c. 1880, de Jean-Joseph Benjamin-Constant, 1845-1902 (devant la porte de Meknès ?). Déjeuné en bas avec Pierre-Auguste. Temps sinistre. L’opuscule Le Mot “race” est donné comme “indisponible”, sur Amazon, le lendemain de sa “publication”. Agenda. 10:18:31 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2018, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois œuvres du musée d’Orsay le mardi 12 décembre 2018, L’Avocat de Cézanne (portrait de son oncle Dominique, 1866), autre dét. des Derniers Rebelles de Benjamin-Constant, c. 1880 (la porte), buste du marquis de Chennevières par Louis-Noël, 1902. Bain. Lecture par Pierre de Serge Brunet. Promenade avec lui (Pierre) sur le plateau, jusqu’aux aboiements du chien de la Bonnefont. Salle des Pierres, L’Étai. Réponse à Alain Finkielkraut, pour Causeur, mise au propre. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et aux champignons, salade verte, poire à la vapeur et confiture de figues. Revu un peu de Mr & Mrs Smith, peu. Remonté tôt. L’IN-NOCENT. Suite de la mise au point du texte pour Causeur, 6800 signes. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 14 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 15 janvier 2018, 12 h 14
modifiée le mardi 16 janvier 2018, 12 h 08
Lundi 15 janvier 2018.
Saint Rémi — 15/350. Plieux. Levés après le passage de Mlle Céline dans la bibliothèque, à huit heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très “traité” par nécessité tant j’y ai l’air défait, Falaise d’Étretat après l’orage, 1870, de Courbet, musée d’Orsay le 12 décembre 2018. Envoyé la réponse à Finkielkraut à Mlle Lévy-Labrune. L’IN-NOCENT. Affreux retard pour tout, attendons visiteurs, rien n’est prêt, même pas le texte de l’appel de Colombey en anglais. Agenda. 12:13:14 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Pas de livraison de la mi-journée de Le Jour ni l’Heure. Continué l’amélioration de la version anglaise de l’Appel de Colombey. Commencé une petite anthologie de tweets récents pour un éventuel nouvel enregistrement chanté mais il n’en sera pas question. Bain. M. Boyadjian icu à trois heures comme convenu avec sa compagne mexicaine, Lucina, ou Lucinda (?). Assez long enregistrement pour son film sur la liberté d’expression et la répression. Puis me change pour enregistrement en anglais de l’Appel de Colombey, ceci et cela dans la bibliothèque. Champagne et foie gras (de Mme de Loynes), id. Dîné dans la salle des Pierres, poulet au citron, pommes de terres rissolées, salade verte, fourme d’Ambert, saint-nectaire, galette des rois apportée par nos hôtes et rehaussée d’armagnac. Les raccompagnons vers minuit sur la Piazzeta. Ils couchent chez les Loichot. Grand froid. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du lundi 15 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 16 janvier 2018, 12 h 22
modifiée le mercredi 17 janvier 2018, 11 h 48
Mardi 16 janvier 2018.
Saint-Marcel — 16/349. Plieux. Réveillé par Céline dans la bibliothèque, Pierre parti depuis longtemps. Temps gris, humide et froid (dans la maison). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et portrait de Mlle Lucina (?), la jeune femme mexicaine de la veille. Nouvelle crise de castellomanie, châteaux en Auvergne, temps perdu. Agenda. 12:20:38 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Trois détails de Courbet, le Baudelaire de L’Atelier du peintre, 1855, le chasseur et le chien tenu de L’Hallali du cerf, 1867. Pas d’eau chaude pas de bain. Communiqué pour le CNRE. Retour relativement tôtif de Pierre, été avec lui à Miradoux [corr. autom. : Miradors] acheter à la pharmacie des compresses pour mon œil gauche, qui coule. Promenade masochiste au retour sur le chemin de Monplaisir (!) par un temps affreux, pluie, froid, vent — belle non-lumière, néanmoins, sur le village et le château. Atelier, L’Étai, surtout le revers presque invisible, jaune et vert très pâle ; éclairci les rouges (trop ?). Lecture par Pierre de Musil, Clarisse au “sana” (sic). Écrit à Mme Eliana Benador. Journal 2018, entrée de la veille. Dîné aux nouvelles, restes, foie gras, champagne, poulet, fourme d’Ambert et saint-nectaire, montus, énorme gâteau à la poire, de Saint-Clar, très bon, acheté pour les B. et pas présenté car ils avaient porté une galette des Rois. Vu un Woody Allen très mauvais, The Curse of the Jade Scorpio, 2001, Le Sortilège du Scorpion de jade. Journal 2018, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Repris l’article “musique” du Dictionnaire, pour publication séparée, comme pour “race”. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 16 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 17 janvier 2018, 11 h 57
modifiée le jeudi 18 janvier 2018, 9 h 16
Mercredi 17 janvier 2018.
Sainte Roseline — 17/348. Plieux. Levé un peu avant huit heures, nuit noire encore, Pierre parti depuis longtemps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et portrait de M. Boyadjian lundi. L’IN-NOCENT, beaucoup (Tw. 16.800). Comptes : Dernière connexion le 13/01/2018 à 13h00 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.813,41 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 16/01/2018 1.813,41 € //// À venir -227,63 € | Prévisionnel 1.585,78 €  //// 16/01 REMISE CHEQUES BORDEREAU 03143794 +524,80 €  (500, vente de tableau, paiement par tempéraments, Mme L.,  et 24,80 ? vente de livre, visiteurs ?). Agenda : 11:56:42 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Le Jour ni l’Heure, trois détails de L’Hallali du cerf, de Courbet, cavalier, chien cerf. “Tuerie” de restes avec Pierre, fin du foie gras de Mme de Loynes, chutent de figues, pilons de poulet, fourme d’Ambert, saint-nectaire, gâteau aux poires de Fleurance (et pas de Saint-Clar). Bain. Lecture par Pierre de Serge Brunet de Castaing, rodomonts et matamores gascons au XVIIe siècle. Promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de la Rouquette jusqu’au bout du goudron. Salle des Pierres, L’Étai. Lecture par Pierre de Musil, L’Homme sans qualités, Clarisse et Grec homosexuel. Communiqué pour l’In-nocence. Journall 2018, entrée de la veille, mise en ligne. Pas de dîner, poire à la vapeur et framboises, infusion. Documentaire sur les anarchistes espagnols qui voulaient tuer Franco, 1939-1974, puis Manon des sources, de Pagnol, 1952, brusquement interrompu par Canal Satellite sans doute parce que trop long (?). L’IN-NOCENT. Corrigé des fautes dans le journal 2017 selon les indications d’une lectrice. Le Mot “musique”, mise au point. Journal. Couché un peu avant deux heures.  

lire l’entrée du mercredi 17 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 18 janvier 2018, 9 h 22
modifiée le vendredi 19 janvier 2018, 10 h 36
Jeudi 18 janvier 2018.
Sainte Prisca — 18/347. Plieux. Levé un peu avant sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue prise la veille de la salle des Vents, au crépuscule, le réservoir qui est derrière Subervie, par-dessus la forêt. Comptes :    Dernière connexion le 17/01/2018 à 11h53 ///  Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.813,41 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 17/01/2018 1.813,41 € /// À venir -227,63 € | Prévisionnel 1.585,78 € //// (aucun mouvement). Agenda. 09:22:14 ///////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Collation en bas, fromage pyrénéen, montus, gâteau de Fleurance. Le Jour ni l’Heure, vue très sombre sur la Garrière au crépuscule, la veille ; Ours blanc, 1923-1933, de Pompon au musée d’Orsay ; et Néro, chien du Prince impérial, par Carpeaux, id. Bain. Promenade dans la vallée, pas pu traverser la rivière à gué, l’ai franchie sur un poteau télégraphique en aval, descendu et remonté par le chemin du Roucau. Salle des Pierres, L’Étai, qui prend tournure. Le Mot “musique”, relecture. Bonne conversation téléphonique avec Yannick Pohon. Dîné aux nouvelles, quenelles sans grand goût, carottes, salade verte, fini le fromage, fini le gâteau de Fleurance, fini le montus. Vu Le Maître de Santiago, par la Comédie française, avec Michel Etcheverry, Ludmilla Mikaël, Jean-Luc Boutté (là très beau). Vu la troisième des émissions enregistrées avec Coûteaux (bien faite pour en exaspérer plus d’un… ). Continué la relecture de Le Mot “musique”. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du jeudi 18 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 19 janvier 2018, 10 h 13
modifiée le samedi 20 janvier 2018, 20 h 01
Vendredi 19 janvier 2018.
Saint Marius — 19/346. Plieux. Réveillé à six heures et demie par Pierre qui se lève, levé à sept. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Charles Haas, dét., du Cercle de la rue Royale, de Tissot, 1868, musée d’Orsay, 12 décembre 2017. L’IN-NOCENT. Comptes : Dernière connexion le 18/01/2018 à 09h20 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.859,29 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 18/01/2018 1.859,29 € /// À venir -227,63 € | Prévisionnel 1.631,66 €  /// 18/01VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: K +45,88 € /// Agenda. 10:13:07 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie.  Journal 2018, entrée de la veille, relecture et mise en ligne ; entrée du jour, écriture, relecture et mise en ligne. Fini également la relecture du Mot “musique” et parle deux fois à Christian Combaz pour déclencher la publication. M’aperçois hélas que Le Mot “race”, le volume, la plaquette, plutôt, reçue la veille, est physiquement incommercialisable, un vrai travail de sagouin, réalisé d’ailleurs par des machines — il faut recommencer, avec l’aide de M. Pohon, mais cela, hélas, je n’ai pas le temps de m’en occuper avant mon départ. Bain. Bagages. Cherche mes gants, ma montre perdue depuis plusieurs jours, le téléphone, mais pense que Pierre l’a pris. Quitte Plieux vers quatre heures et demie. À cinq heures et un peu plus à Lalande, au nord de Valence-d’Agen, retrouve Pierre, mais il n’a pas le téléphone, devons retourner à Plieux, presque deux heures de perdues. Retour à Plieux, donc, téléphone, retrouve aussi ma montre, etc. Re-Valence-d’Agen, re-Lalalnde, Lauzerte, Sainte-Alausie, Pern, autoroute à Cahors-Sud. Dors un peu. Conduis à partir de Limoges. Dînons à L’Escale, la brasserie de routiers de Déols, ouverte 24 heures sur 24.  Manchons de canard et pommes de terre sautées, salade verte,  un demi-quart de vin rouge. Conduis encore jusqu’a Orléans-Nord. Pierre reprend la volant à l’aire de Gidy. Dors d’Orléans à Tournai, où nous nous fourvoyons un peu. 

lire l’entrée du vendredi 19 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 20 janvier 2018, 20 h 10
modifiée le dimanche 21 janvier 2018, 8 h 44
Samedi 20 janvier 2018.
Me réveille près de Tournai. Thé sur une aire d’autoroute. Gand. Pour l’itinéraire choisi (vers Moermond), devons traverser Anvers, en profitons pour un petit tour en ville, vers cinq heures du matin, par grand froid. Hôtel de ville. Cathédrale, gâchée par d’affreuses banderoles, juste devant. Autoportrait à côté de la Frituur n° 1, près de la cathédrale. Petit château assez laid, et encore enlaidi par une vilaine sculpture. Très impressionnants et interminables faubourgs industriels et portuaires d’Anvers, raffineries Total illuminées, sur des kilomètres, flammes, fumées, eaux noires, tout cela très beau. Passés près de Ber-op-Zoom mais nous dirigeons vers l’ouest, Middleburg. /////// Vlissingen. Montons sur la dune pour voir la mer du Nord au soleil levant à Westkapelle, puis allons voir le haut et fort clocher peint par le jeune Mondrian. Domburg. Petit déjeuner correct dans un petit hôtel, non loin de l’église. Château de Westhove, auj. un hôtel. Petits châteaux néoclassiques blancs, apparemment liés à la reine Emma (et à la reine Carmen Sylva, habituée de Domburg) (vus de loin, impossible d’approcher). Oostkapelle, revu le château de Moermond qui nous avait tant plu il y a vingt ans mais son évolution est bien décevante — c‘est devenu un hôtel spécialisé dans les mariages et séminaires. À Rotterdam vers midi. Chambre à l’ex-hôtel Westin, auj. Marriott, en face de la gare : 1117, très mal isolée, par de double porte. Bain. Changement de tenue. À deux heures à la manifestation à l’appel de Geert Wilders, au pied de l’hôtel. Deux ou trois milles personnes, il me semble. Wilders prend la parole brièvement, mais je ne le vois ni de l’entends. La petite foule fait la tour du pâté de maison. Trouve Marco Santi qui me présente à Phip Dewinter, député fédéral, du Vlaams Belang. Verre avec eux et les militants venus avec eux en autobus d’Anvers. Rentre vers cinq heures à l’hôtel, où m’attend Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du jour et de la veille, châteaux de Moermond et de Weshove. Agenda. Sortons vers huit heures et demie dans l’espoir de trouver une restaurant agréable (Pierre a aujourd’hui quarante ans) mais ce désir de bien faire nous perdra. Revu au passage L’Homme foudroyé, de Zadkine. Politique du héron, marchons des kilomètres jusqu’au quai des Boompjes et au-delà, rien n’est à notre gré en particulier parce qu’il y a partout de la “musique”. Repartons vers la musée Boijmans Van Beuningen, beaucoup de restaurants, mais tous très pleins et très bruyants. Repassons au pied de l’hôtel, repartons en direction des Boompjes à cause de certaine Buvette qui ne nous avait pas déplu, au tour précédent. Mais on n’y sert plus à manger, il est trop tard. À telle enseigne que nous serons finalement bien contents de trouver un banal “buffet” chinois, assez approximatif et pas trop propre. Toute cette wilde goose chase par un temps affreux, pluvieux et froid. L’humeur toutefois n’en est pas affectée. Rentrons vers onze heures. Gens bruyants dans le couloir. Agenda. 00:05:02 /////////// Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du samedi 20 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 21 janvier 2018, 8 h 48
modifiée le lundi 22 janvier 2018, 9 h 58
Dimanche 21 janvier 2018.
Rotterdam, hôtel Westin Marriott, ch. 1117. Très bien dormi (excellente literie). Levé à 8 heures. Répondu à M. Martin Bosma, écrivain et député néerlandais. rencontré hier à la manifestation. Agenda. 08:47:36 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Pierre se lève tard, déjeunons en bas vers neuf heures et demie. Excellent petit déjeuner dans une belle pièce face à la fameuse gare de Rotterdam, champignons, petites pommes de terre, saumon, poisson blanc à la mayonnaise, jambon, gouda, muesli avec un yaourt, jus de fruits rouges, café, petit gâteau en forme de jeune d’œuf. L’IN-NOCENT. Bain. Quitté l’hôtel et Rotterdam vers onze heures et demie. Au Gemeentmuseum de La Haye à Scheweningen vers midi et demie. Vu surtout les Mondrian, et surtout les paysages anciens. Jawlenski. Une Néerlandaise inconnue de moi et dont j‘oublie le nom, morte relativement jeune au début des années vingt, assez remarquable. Nous transportons vers trois heures au Mauristhuis. Atterré par la changement de peuple dans les rues commerçantes du centre de La Haye — une femme sur trois est voilée. Excellent moment au Mauristhuis, en revanche. Vermeer, Van de Velt, Jacob et Salomon Ruysdael, Potter, Peter Post, Frans Post. Carel Fabritius. Kalf. Rembrandt. Au retour vers le parc de stationnement, acheté dans la fameuse rue commerciale accablante  quelques pots de porcelaine plus ou moins blanche. Routoroute, cette fois vers le sud. Anvers, Breda, Gand. Décidons de coucher à Courtrai, où le vieux guide dont nous disposons signale l’existence de beaucoup d’hôtels. Mais le premier qu’il signale, Broel, a fermé, dans le second, Damier, un concierge qui mâchonne un chewing gum dit qu’il n’est pas sûr que la seule chambre qui lui reste soit propre, le troisième est plein (à cause d’une exposition de vélos (?) qui se termine demain), échouons finalement au Park Hotel, pas mal, près de la gare. Après les difficultés pour trouver un hôtel, difficulté pour trouver un restaurant, car il et tard, le tout par un temps affreux, pluvieux et froid. Trouvons finalement un bon restaurant chinois qui nous accepte, entre la grand place et la cathédrale, soupe aux raviolis chinois, excellente, daurade, très bonne, thé, puis bon vin blanc, bref tout est si bon, et la salle plutôt jolie, camaïeu de gris, que nous sommes encouragés à prendre un dessert, carte photographique peu engageante et desserts eux-mêmes industriels et médiocres, très étonnant divorce entre ceci et cela (nous méditions d’écrire au guide Michelin pour lui signaler la qualité de cet établissement. Rentrons au Park Hotel vers minuit. L’IN-NOCENT, autres échange avec M. Bosma, agenda. 01:13:15 ///////// Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 21 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 22 janvier 2018, 10 h 03
modifiée le mardi 23 janvier 2018, 11 h 22
Lundi 22 janvier 2018.
Courtrai, Belgique, Park Hotel, ch. 319. Réveillés par une longue série de claquements de portes, mais à neuf heures moins le quart. Déjeuné en bas, tuerie, saumon, salade de crabe, salade de jambon, jambon, dinde, fromages, muesli et chocolat blanc dans de la crème à la fraise, petit pain à l’abricot.Agenda. 10:03:12 //////// Journal 2018, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Quitté le Park Hotel vers 11 heures et demie. Bagages dans la voiture au parc de stationnement, place du Grand Marché. Tour dans Courtrai. Église Saint-Martin. Béguinage (autoportrait). Grande abbaye (?) voisine, à deux nefs. Vaines recherches du musée de la bataille de Courtrai, 1304, les panneaux indicatifs se perdent. Tours sur la Lys, devant l’hôtel cherché la veille et fermé depuis longtemps. Antiquaires. Parc de stationnement. Quitté Courtrai vers une heure et demie. Autoroute. Lille. Contourné Paris par l’Ouest, mais d’assez près (La Défense). Très long tunnel bas, on se retrouve du côté de Versailles (plus ou moins). Tél. de Philippe Karsenty. Rejoint l’autoroute habituelle. Dormi. Orléans. Châteauroux. Limoges. Brive. Cahors-Sud. Pern [corr. automatique : Perte]. Sainte-Alausie. Lauzerte. Valence-d’Agen. À Plieux vers onze heures (il y fait bien froid). Dîné seul, Pierre épuisé se couche. Raviolis aux cèpes, carottes, restes de fromage, poire à la vapeur et biscuits d’hôtels belges, sorte de gaufres, ronds, très bons. Vu un peu des Liaisons dangereuses, puis un peu de Brokeback Mountain. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du lundi 22 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 23 janvier 2018, 12 h 47
modifiée le mercredi 24 janvier 2018, 10 h 53
Mardi 23 janvier 2018.
Saint Barnard — 23/342. Plieux. Réveillé à sept heures et demie par les aboiements du chien. Le Jour ni l’Heure, “traitement” des photographies mises en ligne la veille au soir. L’IN-NOCENT (Tw. 17.000). Comptes : Dernière connexion le 19/01/2018 à 10h10 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -340,71 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 22/01/2018 -340,71 € /// À venir -423,96 € | Prévisionnel -764,67 € /// Débiteur depuis 1 jour /// 22/01 CHEQUE 3672727 -2.200,00 € (impôts trimestriels autoentreprise) //// Agenda. 12:45:58 /////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, Signac, Cassis, cap Lombard, vu au Gemeentemuseum dimanche, et deux photographies de la Vue de Delft, ensemble et “petit pan de mur jaune” (?), vue au Mauritshuis le même jour, La Haye, dimanche 21 janvier 2018. Bain. Debussy, Clair de lune et Cathédrale engloutie. Promenade sur le plateau, jusqu’au bout du goudron. Salle des Pierres, L’Étai, suite, mis surtout des vernis. Retour de Pierre, Musil, L’Homme sans qualités, Clarisse à Venise, tout à fait folle. Communiqué pour le CNRE, sur les prisons. Écrit à M. Boyadjian. Dîné aux nouvelles. Vu Zulu Dawn, L’Ultime Attaque, 1979, de Douglas Hickox, avec Peter O’Toole et Burt Lancaster. Visionné l’enregistrement de l’Appel de Colombey en anglais mais j’y suis très mauvais, bouge trop, parais fous et semble avoir cent ans — peu utilisable. Journal 2018, entrée de la veille. Couché peu après minuit.  

lire l’entrée du mardi 23 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 24 janvier 2018, 11 h 03
modifiée le jeudi 25 janvier 2018, 9 h 47
Mercredi 24 janvier 2018.
Saint François de Sales — 24/341. Plieux. Réveillés à cinq heures moins le quart par les longs aboiements du chien de Mme Le Coz, mis à aboyer dans le jardin, comme la veille (mais la veille c’était un peu plus tard). Beaucoup de mal à me rendormir, mauvais rêves avec problèmes de voisinage, mais bizarrement c’est une affaire de cloches. Levé à huit heures moins le quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très run of the mill, et “phare” de Weskapelle par Mondrian, 1908, Gemeentemuseum, la Haye, dimanche 21 janvier 2018. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 23/01/2018 à 12h41 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -340,71 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 23/01/2018 -340,71 € /// À venir -897,82 € | Prévisionnel -1.238,53 € /// Débiteur depuis 2 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 11:02:59 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, “phare” de Westkapelle le 20 janvier à l’aube et le même dans dans deux tableaux de Mondriaan en 1910, au Gemeentemuseum de La Haye le dimanche 21. Bain. Pierre me lit ce qui concerne la bataille de Courtrai dans Henri Martin mais nous prenons très en amont (démêlés avec le pape) et n’arrivons pas à ce qui concerne la bataille proprement dite. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette-La Bonnefont. Salle des Pierres, L’Étai. Finissons la relecture de L’Homme sans qualités, avec la post-face de Jaccottet. Échanges avec M. Boyadjian. Journal 2018, L’Étai (?),   entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Dîné au nouvelles, jardinière de légumes et semoule, chutney aux abricots de Mrs Benzies [corr. automatique : Menzies]. Salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu sur la chaîne Histoire (je crois) les trois épisodes d’une série anglaise sur les Stuarts, très didactique, entremêlés de 14 Juillet, de René Clair. Journal de la veille. Couché à une heure et demie.  

lire l’entrée du mercredi 24 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 25 janvier 2018, 9 h 55
modifiée le vendredi 26 janvier 2018, 11 h 18
Jeudi 25 janvier 2018.
Conversion de Saint Paul — 25/340. Plieux. Pas d’aboiements nocturnes du chien de Mme Le Coz. Levé à sept heures vingt. Question du QI aux Matins de France Culture mais je rate l’essentiel. Question aussi de Paul Otchakovsky, en prélude à l’article de Raphaëlle Reyrolles dans Le Monde de cet après-midi. Temps gris et doux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et De Rote Wolk de Mondriaan à La Haye dimanche dernier, mais le nuage rose a viré à l’orangé. Comptes : Dernière connexion le 24/01/2018 à 11h00 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -340,71 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 24/01/2018 -340,71 € /// À venir -897,82 € | Prévisionnel -1.238,53 € /// Débiteur depuis 3 jours /// (aucun mouvement)/// Agenda. 09:56:57 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2018, entrée de l’avant-veille, mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de deux Mondriaan du Gemeentemuseum de La Haye, dimanche 21 janvier 2018, Westkapelle et Oostkapelle, clochers. Plaisanteries wagnériennes à l’émission de François-Xavier Szymczak. Marché sur le plateau jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Salle des Pierres, L’Étai, c’est à peu près fini pour le moment. Journal 2018 (L’Étai ?), entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dîner de “fête”, je ne sais trop pourquoi : manchons de canard, petit pois, carottes, mimolette, salade vert, fronton, poire à la vapeur et framboises. Vu Malatesta, de Montherlant, avec Bernard Noël, Jean Topart, Claude Winter et d’excellents seconds rôles, Jean-Paul Moulinot, Pierre Asso, etc. Vu le quatrième entretien avec Paul-Marie Coûteaux, diffusé plus tôt dans la soirée. Commencé You will not remplace us, petit livre en anglais, sur les conseils de Combaz (devrait avoir cent mille signes). Journal. Couché à deux heures et demie.

lire l’entrée du jeudi 25 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 26 janvier 2018, 11 h 28
modifiée le samedi 27 janvier 2018, 23 h 48
Vendredi 26 janvier 2018.
Sainte-Paule — 26/339. Plieux. Levé à huit heures er demie, réveillé par Céline dans la bibliothèque. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et L’Homme foudroyé, plutôt appelé Monument à une ville détruite, ou La Ville détruite, de Zadkine, à Rotterdam le 20 janvier 2018 au soir, par grand froid et très mauvais temps. L’IN-NOCENT. Comptes :    Dernière connexion le 25/01/2018 à 09h53 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -340,71 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 25/01/2018 -340,71 € /// À venir -897,82 € | Prévisionnel -1.238,53 € /// Débiteur depuis 4 jours /// Chien Le Coz mis à aboyer dans son jardin. Agenda. 11:27:36 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Beaucoup de Twitter toute la journée, vaines querelles, trolls. Le Jour ni l’Heure, trois images de Rotterdam le samedi 20 janvier au soir, par très mauvais temps : La Maison blanche (1898), les quais, la musée Chabot (villa moderniste de 1938). Bain. Promenade au Cassé. Salle des Pierres, L’Étai. Appel de M. Pohon, travaillé avec lui puis sans lui, à son intention, à mettre au point de nouvelles “éditions” des deux “Mots”, race et musique, afin de retirer les très mauvaises éditions précédentes. Dîné aux nouvelles, gnochis, jardinière de légumes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vague surfing, remonté assez tôt mais perdu encore beaucoup de temps sur Twitter. Travaillé à une couverture pour Le Mot “musique”. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 26 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 28 janvier 2018, 0 h 25
modifiée le dimanche 28 janvier 2018, 11 h 30
Samedi 27 janvier 2018.
Sainte Angèle — 27/3378. Plieux. Levés vers huit heures (les jours ont beaucoup allongé, aux deux bouts). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et bâtiment du Gemeentemuseum de La Haye, par Hendrik Petrus Berlage, 1935. Intéressante émission de Finkielkraut sur Le Neveu de Rameau. Twitter encore toute la journée, bêtement. Le Jour ni l’Heure, le projet de couverture pour Le Mot “musique”, Composition n° IV/ Composition 6, beau Mondriaan vertical de 1914, rose et gris, et Vue de Haarlem, de Jacob Ruysdael, c. 1670-1675. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, la bataille de Courtrai, horrible défaite française, 1302, puis les démêlés de Philippe-le-Bel et du pape, Nogaret, l’attentat d’Agnani, 1304. Promenade avec Pierre sur le flanc nord. Salle des Pierres, L’Étai, détails, mises au point. Lecture par Pierre de son propre texte, Nouvelle Apologie d’Hérodote, prélude de haute philosophie (et volée). Échanges avec M. Pohon encore, pour la mise au point de Le Mot “musique”. Dîné aux nouvelles, omelettes aux champignons et aux pommes de terre, salade verte, un peu de saint-nectaire et de vin rouge. Poires à la vapeur et framboises. Remonté tôt. L’IN-NOCENT. Écrit à M. Bigot, qui veut un échange enregistré avec moi. Correspondance encore avec M. Pohon. Comptes : Dernière connexion le 26/01/2018 à 11h25 ///// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -340,71 € /// Crédits -97.115,26 € /// Solde au 26/01/2018 -340,71 € /// À venir -800,82 € | Prévisionnel -1.141,53 € /// Débiteur depuis 5 jours /// (aucun mouvement) /// Agenda. 00:24:43 ///////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du samedi 27 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 28 janvier 2018, 11 h 38
modifiée le lundi 29 janvier 2018, 10 h 33
Dimanche 28 janvier 2018.
Saint Thomas-d’Aquin — 28/337. Plieux. Levés à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Pommier en fleurs de Mondriaan [corr. automatique : démordirent], 1912. Déjeuner en bas avec Pierre. Temps gris et brumeux. L’Arrière-Pays. Tél. de M. Dellinger. Essayé en vain de joindre Philippe Martel. Plus aucune nouvelle de M. Duprat. Le Mot “race” et Le Mot “musique” plus ou moins en vente sur Amazon, néanmoins (le premier avec la mauvaise première couverture, le second donné pour indisponible — n’empêche, on avance un peu. Agenda. 11:37:00 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne (publique). Le Jour ni l’Heure, trois paysages de Mondriaan du tout début du XXe siècle, Gemeentemuseum, La Haye, le dimanche précédent, 21 janvier 2018. Bain. Téléphonage de Philippe Martel au sujet de la “crise Duprat”. M. Dellinger ici à trois heures et demie comme convenu mais je le fais attendre à cause de la conversation téléphonique. Promenade dans la vallée avec Pierre et lui, mais nous ne pouvons traverser la rivière. Remontés par l’avenue Lou Tapet. Veut saluer le chien Cookie au passage mais il est inexplicablement transformé, lui si aimable jadis, devenu craintif et hargneux (???). Thé et galette des rois dans la salle des Pierres avec M. Dellinger et Pierre, suis encore roi dès la première bouchée. L’Étai, à peu près fini, mais qui laisse M. Dellinger perplexe. Retour (provisoire ?) sur Facebook, mon bannissement achevé. Écrit à M. Tremblay, Québécois. Autres lettres et messages en retard. Dîné aux nouvelles, soupe de poissons de ma sœur, filets d’anchois sur canapé id., riz, pores à la vapeur, framboises et restes de la galette Dellinger. Vu Police Judiciaire, 1958, de Maurice de Canonge, avec Henri Vibert, Anne Vernon, Yves Vincent, Robert Manuel, etc. — pas mal, très “documentaire”. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché vers un heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 28 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 29 janvier 2018, 10 h 41
modifiée le mardi 30 janvier 2018, 12 h 40
Lundi 29 janvier 2018.
Saint-Gildas — 29/336. Plieux. Levé à sept heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Pommier en fleurs de Mondriaan, Gemeentemuseum de La Haye, 21 janvier 2018, puis dû corriger une erreur sur un autre arbre de Mondriaan, confondu avec celui-là, L’Arbre gris, 1911. L’Arrière-Pays. Écrit à M. Buhler. Agenda. 10:39:56 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois détails de Vermeer à la Mauritshuis le dimanche 21 janvier 2018, femmes causant au premier plan dans la Vue de Delft, regard de La Jeune Fille à la perle, chien de Diane et ses nymphes. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Salle des Pierres, quelques retouches à L’Étai, puis repris L’Échelle, mais c’est un cas (presque) désespéré. Ritorno di don Pedro d’Alfaroubeira. Thé. Jus de citron. Journal de la veille, mise en ligne. On a retrouvé M. Duprat, travaillé pour le CNRE et lui. Journal. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et aux champignons, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu Nashville, d’Altman, 1975, habile, assez vide, mais Keith Carradine (y) est joli. Journal. You will not replace us

lire l’entrée du lundi 29 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 30 janvier 2018, 12 h 48
modifiée le jeudi 1er février 2018, 0 h 48
Mardi 30 janvier 2018.
Sainte Martine — 30/335. Plieux. Levé à sept heures moins le quart avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la nuit et L’Étai, photographie de la veille. Matinée sur les réseaux. Tél. de Philippe Martel. Agenda. 12:47:56 //////// Le Jour ni l‘Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois portraits de femme du Gemeentemuseum de La Haye, dimanche 21 janvier 2018 : Tête de femme de Jawlensky, 1912 ; autoportrait de Charley Toorop, 1932-1933 ; et portait de sa femme Édith, par Schiele. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Salle des Pierres, ultimes retouches à L’Étai, tentative de finir L’Échelle. Remonté vers cinq heures. Communiqué pour le Cnre. Répondu à un journal hongrois. Écrit à M. de Metz. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes, steak de soja avec un œuf à cheval, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Regardé un peu de Vera Cruz, 1954, de Robert Aldrich, avec Hary Cooper et Burt Lancaster, mais remonté au milieu pour travailler. Répondu aux questions de M. Marthien pour l’index des noms propres de Juste avant après. Journal 2018, L’Étai, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Entré du jour, mise en ligne. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mardi 30 janvier 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 1er février 2018, 1 h 16
modifiée le samedi 3 février 2018, 18 h 34
Mercredi 31 janvier 2018.
Sainte Marcelle — 31/334. Plieux. Très mauvaise nuit, le chien de Mme Le Coz aboie cette fois à quatre heures du matin, dans leur maison, mais c’est assez pour réveiller Pierre qui me réveille. Impossible de se rendormir, sauf, pour ma part, après le départ de Pierre vers six heure et demie. Levé à 8 heures, épuisé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Footballeurs, 1913, bien mauvais tableau de Bart van der Leck, Gementemuseum, La Haye, dimanche 21 janvier 2018. L’Arrière-Pays, toute la matinée. Le Jour ni l’Heure, trois Mondriaan très tôtifs, L’Usine royale de bougies, c. 1894, Le Schinkelbuurt (quartier d’Amsterdam), c. 1895, Arbres le long du Geine, 1906. Retour de Pierre, bain, entendu beaucoup de Fauré, puis de Franck. Jolie et longue promenade avec Pierre dans la vallée, le long de l’Auroue en aval de Lussy, presque jusqu’au pied de Gachepouy. En partant, visite au chien Cookie, à Lou Tapet, cette fois très gentil (l’autre jours, c’est sans doute qu’il était attaché qui l’avait rendu si bizarre…). Salles des Pierres, L’Échelle, vidé des tubes de vernis, bleu, rouge. Lecture par Pierre de La Nouvelle Apologie pour Hérodote, décidément très bien. Autre communiqué pour le CNRE, à propos de l’enfant juif attaqué à Sarcelles. Travaillé aux marginalia de l’édition en volume du Journal 2017, Juste avant après, couverture, dédicace, épigraphe. Difficultés d’envoi. Dîné aux nouvelles, gnochi, carottes, champignons, poire à la vapeur et framboises. Remonté très vite pour l’assemblée générale en ligne du NON, mais beaucoup de mal à atteindre le “forum réservé”, les codes ont changé, dû en demander un autre, arrivé jusqu’à temps. Presque personne : Marcel Meyer, Lucien Le Guellec, un M. Sonet, de Nîmes, et un autre dont j’oublié le nom. Décidons la dissolution, comme prévu, et le transfert du solde trésorerie au CNRE. Se prolonge jusque vers 10 heures et demie. Achevé les travaux relatifs à Juste avant après, épigraphe, quatrième de couverture. Agenda. 01:13:29 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 31 janvier 2018 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site