Le Jour ni l’Heure
mars 2018

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 1er mars 2018, 10 h 05
modifiée le vendredi 2 mars 2018, 18 h 00
Jeudi 1er mars 2018.
Saint Aubin — 60/305. Plieux. Levé à six heures et demie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et curieuse façade XVIIIe de la cathédrale de Tarbes, dimanche 25 février 2018. Tél. de M. Alain de Peretti. Comptes : Dernière connexion le 28/02/2018 à 10h02 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.914,13 € /// Crédits -96.196,58 /// Solde au 28/02/2018 -1.914,13 € /// À venir -758,05 € | Prévisionnel -2.672,18 € Débiteur depuis 24 jours /// 28/02 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE ECH/28021 -587,98 € (Céline) /// 28/02 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 € (mécénat) /// 28/02 FACTURE CARTE DU 230218 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C -11,19 € (commande d’exemplaire de test) /// 28/02 FACTURE CARTE DU 240218 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C-11,19 € (id.) /// 28/02 FACTURE CARTE DU 080218 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C -11,19 € (id.) /// 28/02 FACTURE CARTE DU 080218 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C-11,19 € (id.) /// 28/02 FACTURE CARTE DU 010218 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C-6,74 € (id.) /// 28/02 FACTURE CARTE DU 010218 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C -6,74 €  (id.). Agenda. 10:04:36 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, suite. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Tarbes le dimanche 1er mars 2018, l’hôtel de ville et la statue de Danton, par Desca, l’École normale d’institutrices, le buste de Gautier par Judith Gautier et Henri Bouillon, 1890, au jardin Massey. 15. 50. Bain. Un Diepenbrock assez ennuyeux, Elektra, 1920. Lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1568, louvoiements de la cour, massacres catholiques, destructions protestantes (Soissons). Éxécution d’Egmont et Horn, le Taciturne en Allemagne. Belle, longue et parfois un peu difficile promenade avec Pierre au-delà de Gramont, sous Saint-Créac, Grabias, Gaurant, Cauteret (disparu), vers Ramounet, retour vers Grabias par les vallons, très encombrés sur la fin, entre Sardine et Gaurant. Atelier, thé, biscuits. Manque du matériel habituel, utilisé ce qu’il y a, toile jadis offerte par Mme de Loynes, paysage aux freux. Lecture par Pierre de Serge Brunet, grandes manœuvres autour de l’évêché de Saint-Bertrand-de-Comminges, rapprochement de Montluc et des Montmorency. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes, salade verte aux olives. Vu Dalton Trumbo, 2015, un film biographique de Jay Roach avec Bryan Cranston dans le rôle de Trumbo — très partial, mais pas mal. Journal du jour, et mise en ligne. Couché vers une heure.   

lire l’entrée du jeudi 1er mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 2 mars 2018, 18 h 18
modifiée le samedi 3 mars 2018, 8 h 15
Vendredi 2 mars 2018.
Saint Charles le Bon — 61/304. Plieux. Levé vers 7 heures et demie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysage des vallons, sous Saint-Créac et Gramont. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux du musée des Hussards de Tarbes le dimanche 25 février dernier, œuvres de Septime Lepippre, Édouard Detaille, James A. Walker. Fin de la série de Mlle Rémond sur Bizet. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, deuxième guerre de religion, piètre victoire du duc d’Anjou à Jarnac, mort de Condé. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Atelier, suite du paysage aux freux. Lecture par Pierre de Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre », semi-disgrâce de Montluc, qui s’en plaint beaucoup. Tél. de M. Azulay. Comptes.    Dernière connexion le 01/03/2018 à 09h59 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -970,61 € /// Crédits -96.196,58 € /// Solde au 01/03/2018 -970,61 € /// À venir -1.095,45 € | Prévisionnel -2.066,06 € /// Débiteur depuis 25 jours /// 01/03 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +800,00 € (livres vendus, abonnements au journal) /// 01/03 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. /// Agenda. 18:16:31 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Dîner aux nouvelles gnochi aux carottes, poire à la vapeur et framboises, biscuit au citron. Vu un documentaire sur Jünger. L’Arrière-Pays. Journal du jour, relecture et mise en ligne. You Will Not Replace Us, 11.000 signes. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 2 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 3 mars 2018, 8 h 24
modifiée le dimanche 4 mars 2018, 14 h 42
Samedi 3 mars 2018.
Saint Guénolé — 63/303. Plieux. Levé un peu avant sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et vue de l’abbaye de Saint-Sever-de-Rustan, Hautes-Pyrénées, à la nuit tombante, dimanche 25 février 2018. Temps gris. Comptes : Dernière connexion le 02/03/2018 à 18h13 /// Bonjour M. CAMUS // Avoirs -1.057,61 € /// Crédits -96.196,58 € /// Solde au 02/03/2018 -1.057,61 € /// À venir -1.008,45 € | Prévisionnel -2.066,06 € Débiteur depuis 26 jours /// 02/03 COMMISSIONS ENVOI LETTRE D INFORMATION DES CAUTIONS -47,00 € /// 02/03 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,75 € // 02/03 COMMISSIONS D INTERVENTION -16,00 € /// 02/03 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € /// Temps gris. Pascal Lamy à France Culture. Agenda. 08:23:46 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Émission d’Alain Finkielkraut avec Jean-Pierre Le Goff. Fait quelques rangements. Journal du jour, assez longue entrée. Le Jour ni l’Heure, trois œuvres du musée Massey de Tarbes, le plâtre de la statue de Berlioz par Edmond Desca pour Montbrison, 1911, l’Apollon gambiste d’un anonyme italien du XVIIe siècle (?), le Pâris du Jugement de Pâris de Floris de Vrient, c. 1560. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1569, la bataille de Moncontour, éloge de Tavannes, dont Anjou usurpe toute le gloire. Relecture et mise en ligne de l’entrée de journal du jour. Promenade avec Pierre, vallon du flanc nord, retour par l’église.  Atelier, Les Freux, autre paysage de même format rectangulaire, vert, gris, rose. L’Arrière-Pays. Tél. de M. Frank Buhler. Importé dix cartons “déprésidentialisés” de mon programme politique apprêtés par Marcel Meyer, mais ils datent un peu (question du djihad, par exemple). Séquence relative au Grand Remplacement, envoyée par Jean-Philippe Boursier, interview de Jean-Marie Le Pen sur France 3 : il entend laisser l’expression à “M. Camus” mais ne la renie pas. Dîner “tuerie” organisé par Pierre, jambon de montagne, mais beaucoup moins bon que celui de la boutique ‘bio” de Fleurance la dernière fois, sauté de pommes de terre et champignons, salade verte, madiran [corr. autom. : “marina”…] “bio” (bien meilleur que le bordeaux château je- ne-sais-quoi de la dernière fois, en revanche), excellent gorgonzola, saint-nectaire, entremet de “nougat” assez insipide sauvé par un coulis de coings. Vu un peu d’un remake américain des Diaboliques, Diabolique, avec Isabelle Adjani et Sharon Stone, 1996, de Jeremiah Chechik. Écrit au président Vaclav Klaus. You Will Not Replace Us, 12.000 signes. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 3 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 4 mars 2018, 14 h 56
modifiée le lundi 5 mars 2018, 19 h 48
Dimanche 4 mars 2018.
Saint Casimir — 63/302. Plieux. Levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Cent une vues de Castelnau-d’Arbieu (36) (photographie en fait prise par Pierre). Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays, toute la matinée et au-delà. Échanges serrés avec un arabe qui m’accuse d’avoir le goût des “jeunes Marocains”. Mis au défi d’appuyer ses dires, il sort la séquence de la vieille émission d’Ardisson où il est question de mes relations avec Farid Tali, « un jeune Marocain de vingt et un ans avec lequel vous avez écrit un livre » — bref, il n’a évidemment rien à montrer. Et comme je lui précise n’avoir jamais mis les pieds au Maroc (sauf deux heures à Tanger avec Rodolfo, entre deux bateaux), il rétorque qu’il y a des Marocains partout, ce qui est bien vrai… (mais le moins qu’on puisse dire est que je n’en abuse pas, ne connaissant guère, donc, et fort chastement, que Farid Tali, il me semble, qui d’ailleurs est (patriote) français. Beaucoup de temps perdu, donc. Pas d’envoi Le Jour ni l’Heure de la mi-journée (so far). Agenda. 14:56:21 ///////// Le Jour ni l’Heure tout de même, décalage général : trois photographies encoder dimanche 25 février, mais pas le temps de les traiter à la réception, sur Flickr : photographie d’un jeune officier de hussard à impériale, musée Massey : chambre natale du maréchal Foch ; « arrêtez le massacre ! », container arrimé devant la façade du palais abbatial de Saint-Sever-de-Rustan. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1569-1570, paix de Saint-Germain, qui met fin assez boiteusement à la deuxième guerre de religion. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, deuxième toile rectangulaire, genre 40x60, jadis offerte par Jeanne Lloan, autre “paysage”, vert pâle, gris pâle, rose pâle. Lecture par Pierre de Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ». Twitter, suite de l’affaire dite des “Petits Marocains”. J’ai de nouveau accès à Facebook. Publication en magyar du long entretien que j’ai donné à Mandiner. Dîné aux nouvelles. Vu L’Hermine, 2015, de Christian Vincent, avec Fabrice Lucchini en président de Cour d’Assises, à Saint-Omer, et Sidse Babett Knudsen, la Première ministre du Château. L’Arrière-Pays. Journal, mais sans mise en ligne. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 4 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 5 mars 2018, 19 h 57
modifiée le mardi 6 mars 2018, 9 h 34
Lundi 5 mars 2018.
Sainte Olivia, 64-3/302. Plieux. Levés vers huit heures moins le quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Cent une vues de Castelnau-d’Arbieu, n° 37 (photographie prise par Pierre). remous plutôt positifs et plaisants autour de mon retour sur Facebook, très précaire, et de l’entretien de Mandiner, dont j’ai mis en ligne la version française. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises au musée Massey de Tarbes, dans la section “musée international des Hussards”, le dimanche 275 février 2018 : duc d’Orléans en colonel-général des Hussards, c. 1785 ; gilet brode d’uniforme, c. 1805 (???) ; anon. du XVIIIe s., portrait assez rustique d’un officier de hussard hongrois ou polonais.  /// Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, 1571-1572, Lépante, apprêts secrets de la Saint-Barthélémy. Promenade avec Pierre à Balignac, retour par Heuré-Bartens, force chiens. Atelier, un troisième “paysage” complet en une seule séance, “à la montagne bleue”, toujours les toiles de Mme de Loynes. Lecture par Pierre de Serge Brunet, toujours assez synchrone avec Martin. Bisbilles de Montluc et de Jeanne d’Albret. L’Arrière-Pays. Agenda. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons et pommes de terre, que Pierre dit chaque fois rater parce qu’elles n’ont pas très bonne air mais que je trouve très bonne, salade verte aux avocats, olives et noix, restes de gorgonzola et parmesan. Vu  A Quiet Passion, 2016, de Terence Davies, avec Cynthia Nixon dans le rôle d’Emily Dickinson.  L’Arrière-Pays. Agenda, suite. 01:11:01 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Couché vers deux heures et demie. 

lire l’entrée du lundi 5 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 6 mars 2018, 9 h 38
modifiée le jeudi 8 mars 2018, 12 h 16
Mardi 6 mars 2018.
Sainte Colette — 65/300. Plieux. Levé avec Pierre à huit heures moins le quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, “traité”, et Paysage bleu, brun, vert et gris. Deux tweets. Beau temps. Pierre a repris le collège. Agenda. 09:38:01 ////////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, Paysage rose, blanc, gris et vert pâle, phographie de la veille ; Cent une vues de Castelnau-d’Arbieu, 38 ; Qu’est-ce que penser ?, Hapax à la fenêtre, avec une faute que signalera David Farreny. Bain. Promenade sur le plateau. Atelier, Paysage bas aux grands nuages. Retour de Pierre. Journal de la veille. Dîner aux nouvelles, tarte aux épinards, aux carottes et aux champignons. Salade verte, avocats, olives, noix. Poires à la vapeur et framboise. Vu un DVD envoyé par Patrick Buisson, Allez-y sans moi, une anthologie de râleurs antimodernistes, très drôle. L’Arrière-Pays. You will not replace us. Journal. Couché vers deux heures.

lire l’entrée du mardi 6 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 8 mars 2018, 12 h 31
modifiée le vendredi 9 mars 2018, 10 h 03
Mercredi 7 mars 2018.
Sainte Félicité — 66/299. Plieux. Levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait de Foch par William Orpen, 1919 (?), copie, je crois, maison natale, Tarbes, lundi 25 février 2018. Matinée traînassante et joueuse. L’Arrière-Pays. Tél. de Karim Ouchikh, longue conversation abbé lui.  Le Jour ni l’Heure, La Montagne bleue, version carrée, et trois autres photographies prises à la maison natale de M. le maréchal Foch à Tarbes le dimanche 25 février 2018 : son buste par Firmin Michelet (1920 ?), son portrait en pied “inspectant les opérations sur le front de l’Ouest en 1918”, par Wojcieck Kossak, 1922 ; et son portrait dessiné par Albert Besnard, janvier 1921 //// Bain. Rendez-vous à trois heures avec le docteur Alain de Peretti, président de Vigilance Hallal, et son ami M. Larquer. Café avec eux et Pierre, macarons de Valence-d’Agen, longue conversation. Ils adhèrent au CNRE. Les raccompagnons sur la piazzeta  un peu après six heures, il fait grand froid. Promenade sur le plateau avec Pierre, jusqu’au rang des chênes. Croisé avec lui les maîtres du chien Arès, jeune couple aimable. Pas d’atelier. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes et légume dont j’oublie toujours le nom, beige-rose pâle. Poire à la vapeur et figues dans leur jus de Mme Golubert. Revu Macbeth, d’Orson Welles, 1947. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 7 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 8 mars 2018, 18 h 54
modifiée le vendredi 9 mars 2018, 10 h 01
Jeudi 8 mars 2018.
Mi-Carême — 67/298. Plieux. Levé à 7 heures, il fait presque jour, les jours ont beaucoup allongé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Georges Clairin, L’Armée française à l’église [sic] San Marco à Venise [en 1797], avec un hussard seul au premier plan, c. 1890 (?), musée international des Hussards, Tarbes, dimanche 25 février 2018. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois autres tableaux du musée Massey, à Tarbes, le 25 février, dét., jeune homme, de Musiciens, de Bernardi Strozzi, c. 1625 (?) ; autre photographie, verticale, celle-là, du Christ aux liens de Pontormo, montrant les mains et les liens ; Achille découvrant le corps de Patrocle (sic : il n’a guère l’air de le découvrir), 1819, par le baron Gérard. Bain. Promenade dans la vallée, beau temps, très radouci après hier, je suis trop couvert et ai presque trop chaud. Très désagréable incident au retour, hélas, car à l’aller, le chemin communal étant bouché, j’ai dû passer dans la cour de ferme, en me tenant aussi éloigné que possible de la maison même, mais c’était encore trop pour un jeune homme qui me demande qui je suis (“Vous êtes qui ?”), auquel j’explique que le chemin était bouché mais qui, avant que j’ai eu le temps de m’excuser d’être passé chez lui (!), me déclare que j’aurais dû le prévenir (!), car il peut être “très virulent”. Je vois, dis-je, ce qu’il me fait répéter, et je m’en vais. Ce nouveau voisinage commence bien… Décidément, il est temps de lever l’ancre (le chien de Mme Le Coz était très virulent lui aussi, ce matin). Atelier, mais je suis tellement furieux que je n’arrive à rien faire, le paysage au grand ciel évolue mal. Retour de Pierre, auquel je raconte l’incident et qui dit n’en être pas surpris car ces gens quand ils passent en voiture ne disent jamais bonjour (cependant il semble penser à des personnes d’une autre génération). Comptes (gère faits pour me remonter le moral…) : Dernière connexion le 08/03/2018 à 18h20 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -2.897,66 € /// Crédits -96.196,58 € /// Solde au 07/03/2018 -2.897,66 € /// À venir 552,09 € | Prévisionnel -2.345,57 € /// Débiteur depuis 31 jours ///  07/03 CHEQUE 5947177 -831,60 € (Céline) /// 07/03 INTERETS DEBITEURS POUR LA PERIODE DU 01.12 AU 28 -38,54 € /// 05/03 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/050318 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -742,05 € (automobile) /// 05/03 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/050318 ID EMETT -111,96 € (assurance pour le crédit) /// 05/03 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/050318 -76,00 € 05/03 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/050318 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 € /// Agenda. 18:53:26 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, lentilles, tarte aux lé-gumes du collège, œuf à cheval, poire à la vapeur abbé des figues dans leur jus. Vu une partie de Magnificent Obsession, Le Secret Magnifique, 1953, de Douglas Sirk, avec Rock Hudson, mais c’est vraiment trop tarte. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Couché à une heure et demie.    

lire l’entrée du jeudi 8 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 9 mars 2018, 10 h 21
modifiée le samedi 10 mars 2018, 8 h 26
Vendredi 9 mars 2018.
Sainte François Romaine — 68/297. Plieux. Levé à sept heures vingt, après le départ de Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et L’Ancien Port d’Anvers, de Sébastien Vrancx, c. 1620 (?), tableau du musée Massey de Tarbes, 25 février 2018. Assez beau temps. Situation bancaire préoccupante. Dernière connexion le 08/03/2018 à 18h45 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -2.184,40 € /// Crédits -96.196,58 € /// Solde au 08/03/2018 -2.184,40 € /// À venir 1.025,60 € | Prévisionnel -1.158,80 € /// Débiteur depuis 32 jours /// 08/03 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +700,00 € /// 08/03 VIR SEPA RECU /DE APPLE DISTRIBUTION INTERNATIONAL /MO +13,26 €  ///  Séance de forts aboiements du chien Le Coz, particulièrement en voix et intact de toute restriction, voire encouragé. Agenda. 10:20:47 //// Le  Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Communiqué pour l’In-nocence (mise en vente des Aéroports de Paris). Bain. Bagages. Quitté la maison vers quatre heures et demie. Le Pâtre sur son rocher. Mort d’Isolde (Christa Ludwig). Retrouvé Pierre à la gare d’Agen un peu après cinq heures. Itinéraire inédit pour éviter des travaux à Lalande, partis du côté de Goudourville, rive droite de la Barguelonne, assez jolis maisons ou châteaux sur des buttes mais tout est terriblement abîmé, surtout au début. Rejoint l’itinéraire habituel en çà de Lauzerte. Sainte-Alauzie. Pern. Autoroute à Cahors-Sud.  Brive. Limoges. Châteauroux. Balançons pour dîner entre L’Escale à Déols et le Pong d’Orléans, Pierre préfère le second mais nous le trouvons clos, définitivement semble-t-il (baies blanchies). Entre-temps, concert à France Musique, beau sextuor d’Erwin Schulhoff, mon cher op. 115 de Brahms. À l’hôtel Mercure-Centre d’Orléans vers onze heures. Coutumière chambre 811. “Bagels” de poulet dans la chambre, pas mauvais,  un verre de chinon. Journal. Agenda. 00:33:09 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Autoportrait. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 9 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 10 mars 2018, 8 h 30
modifiée le dimanche 11 mars 2018, 9 h 58
Samedi 10 mars 2018.
Orléans, hôtel Mercure-Centre, ch. 811. Assez peu dormi, réveillé vers six heures, levé à sept. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et bel arbre mort (“L’Homme foudroyé”) vu hier en chemin, nous ne savons pas retrouver exactement où, du côté de Goudourville ou de Saint-Paul-d’Espis, Tarn-&-Garonne. Agenda. 08:29:33 /////// Petit déjeuner en bas, jambon, poulet, fromage, muesli au coulis de framboise, petits biscuits au chocolat. Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Bain. Quitté l’hôtel Mercure et Orléans sur les dix heures et demie. Autoroute. Paris. À midi et demi au parc de stationnement de la gare de Lyon. Retrouvé Karim Ouchikh et le général Piquemal au Train bleu. Déjeuné à quatre. Tartare de saumon. Chablis. Café. Un partisan avec sa très jeune fille vient manifester son enthousiasme devant cette conjonction. Le général, venu spécialement de Provence pour ce déjeuner, se prépare à reprendre le train aussitôt après. Pierre me laisse à l’hôtel Bourgogne & Montana, ch. 60, et va mettre la voiture au parc de stationnement des Invalides. Karim Ouchikh nous rejoint en bas. Allons avec lui à la Fondation Custodia, ancien Institut néerlandais, rue de Lille, à deux pas, voir l’exposition Georges Michel, merveilleuse. Séance de travail dans la chambre à six heures et demie avec Karim Ouchikh et Philippe Martel — question surtout du problème des sites et de son gestionnaire, plus ou moins évanoui. Pierre va acheter des livres à L’Écume des jours, Foucault, Sexualité IV, et journal d’Alain. Non-dîner avec lui dans la chambre, infusion et cinq biscuits. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du jour même, dans un Georges Michel (la grande affiche de l’exposition, dans le couloir d’accès de la fondation Custodia), et dét., le chasseur et son chien, du Paysage avec un chasseur, c. 1830 (????). L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 10 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 11 mars 2018, 10 h 07
modifiée le mardi 13 mars 2018, 9 h 38
Dimanche 11 mars 2018.
Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 60. Peu dormi, réveillé tôt, avant sept heures. L’Arrière-Pays. Photographie prise la veille à l’issue du déjeuner au Train bleu, avec le général Piquemal et Karim Ouchikh. Déjeuner en bas, très fâcheuse miniaturisation de ce service, petites assiettes de petit hôtel, couverts ultra-modernes très légers et minuscules, plus de saumon. De plus, interminable conversation en russe entre une serveuse et un cliente, à côté de notre table. Bon jambon blanc, deux œufs au plat, excellent fromage, muesli dans du yaourt aux myrtilles, deux macarons. Agenda. 10:08:09 //////// Le Jour ni l’Heure, chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Bain, sortie vers 1 h 1/2. Petit Palais, file d’attente assez désagréable, beaucoup d’agitation. Exposition “Les peintres hollandais à Paris de 1789 à 1914”, assez désagréable, beaucoup de monde, mais assez intéressante. Photographies interdites. Un peu de la collection permanente, après, quelques photographies, autoportrait. Marché jusqu’au musée d’Art moderne de la ville de Paris. Exposition Fautrier, assez redoutable au début puis de mieux en mieux, et finalement très belle. Rentrés à pied le long de la Seine. A l’hôtel vers 6 h 1/2. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait au Petit Palais, et Fautrier, Les Bobines. Tel. de Philippe Martel, rendez-vous avec lui pour dîner. Nouvelles. Changement de nom du Front National qui devient Rassemblement National. Retrouvé Philippe Martel à l’Empire. Dîné avec lui. Oeufs en meurette. Confit de canard. Glace au nougat. Il nous raccompagne jusqu’à la place de l’Assemblée nationale. Rentrés à l’hôtel à 11 h. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, “traité” l’autoportrait et le Fautrier mais esquisse de crise de colique néphrétique. Dicté à Pierre l’agenda pour me distraire. Pas d’amélioration. 00:12:50 /////// Confirmation de la crise, puis redoublement. Téléphoné à un médecin mais, sur description des symptômes, il envoie les pompiers. Pompiers en bas à une heure du matin, donc. Ils m’emmènent avec Pierre à Cochin. Traversée de Paris épouvantable, en pleine crise, douleurs effroyables, pompiers très gentils. Cochin, services des urgences, suite de la crise, séparation d’avec Pierre, tuyaux dans le plat de la main, calmants, assez efficaces en une vingtaine de minutes. Longs moment de battement après, visite d’une interne, elle se retire pour rédiger une ordonnance mais ne revient pas. Retour de Pierre. Me rhabille pour rentrer avec lui à l’hôtel, il retrouve l’interne qui a été appelée ailleurs. Pittoresques scènes diverses et diverses pendant ce temps. Libérés vers trois heures. Ne trouvons d’abord pas de taxi, marchons jusqu’à Montparnasse. Taxi le long de la Rotonde. Bourgogne & Montana. Couchés vers quatre heures. 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 13 mars 2018, 10 h 30
modifiée le mardi 13 mars 2018, 10 h 42
Lundi 12 mars 2018.
Paris, hôtel Bourgogne & Montana, ch. 60. Levés à neuf heures. Grande fatigue, mais pas de douleurs. Déjeuné en bas, muesli dans une salade de pamplemousses et un yaourt à la mirabelle. Petit chausson aux pommes. Bain. Quitté l’hôtel vers onze heures. Renonçons à aller voir l’exposition Tintoret, suis trop fatigué et trop peu à l’abri d’une nouvelle crise. Prenons la route. Pas mal dormi en chemin. Belle lumières humides, à reflets, sur le Limousin après la pluie. Quitté l’autoroute à Cahors-Sud. Savants détours pour éviter les travaux de Lalande, avant Valence-d’Agen. Flaugnac, du bas, puis y montons — le massacre y commence à peine (baies vitrées d’un seul tenant). Belles lumières toujours. Montons à travers les bois jusqu’au château de Lauture malgré l’interdiction, à Cazes-Mondenard. Gros chien. Saint-Paul-d’Espis, Malauze, Goudourville, paysages incroyablement ravagés — tout est laid, malgré la lumière magnifique. Gare de Valence-d’Agen, Pierre reprend sa voiture. À la maison vers sept heures et demie. Dîné aux nouvelles, gnochi aux carottes, salade verte aux olives et noix, poires à la vapeur et framboises, deux biscuits parisiens. Vu La Loute, de Bruno Dumont, avec Cyril Rigaux. L’Arrière-Pays. Communiqué pour le CNRE, sur les “mineurs isolés”. Couché à minuit et demi. 

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 13 mars 2018, 10 h 35
modifiée le mercredi 14 mars 2018, 9 h 56
Mardi 13 mars 2018.
Saint Rodrigue — 72/293. Plieux. Bien dormi. Levé à sept heures avec Pierre. Crise néphrétique apparement passée comme elle est venue. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue de Flaugnac du bas, comme quelques années plus tôt. Tél. de Jeanne de Loynes. Aboiements du chien Le Coz. Agenda. 10:34:55 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour (deux journées ont été sautées à cause de la crise de coliques néphrétiques), écriture et mise en ligne. Chien de la voisine toute la matinée. Le Jour ni l’Heure, dét. d’une tour à fenêtre géminée à Flaugnac, Lot, la veille ;  curieux bâtiment de communs du château de Lauture, style “troubadour”, c. 1840-1850, à Cazes-Mondenard, la veille également ; autre photographie du déjeuner avec le général Piquemal, Karim Ouchikh (et Pierre) au Train bleu le samedi 10 mars 2018 /// Anne Charlotte Rémond sur Wèbre, François-Xavier Szymczak sur Lily Boulanger. Bain. Magnifique promenade dans la vallée, temps superbe et très doux, suis pour la première fois en pull-over. Échangé quelques mots avec un pêcheur, minuscule dans le paysage comme dans un Georges Michel. Excellente humeur. Hélas, au retour, au même endroit et avec le même personnage, désagréable remake de la scène de la semaine dernière. Cette fois-ci on me reproche cet agenda, et encore de n’être pas allé salué quand je suis passé sur la propriété la dernière fois (de quinze mètres et pour trente secondes, parce que le chemin était barré…). L’échange est ponctué du “Je peux être très virulent” qui semble être la devise du personnage. À la quatrième occurrence je m’en vais, non sans perdre un peu mon calme, hélas ( « C’est ça, continuez à menacer ! »).  Décidément, entre ça et le chien de la voisine qui a encore aboyé toute la matinée, je n’ai plus qu’une idée c’est de partir d’ici. Atelier. Retravaillé profondément deux des paysages récents, surtout celui qui montre un grand ciel bleu nuageux. Communiqué pour l’In-nocence (Georges Michel). Écrit à Madeleine Gobeil (à propos de la mort d’Hubert de Givenchy). Nouvelles. Retour de Pierre, qui avait un conseil de classe. Omelette aux pommes de terre et lentilles. Salade verte. Poire à la vapeur et mûres. Regardé bêtement King Arthur, pompeuse idiotie d’Antoine Fuqua, 2004, qui fait d’Arthur un officier romain (et pélagianiste…). Trouvé parviennent sur le portable un message du général Piquemal qui accepte (enfin…) d’être membre du CNRE et veut me parler de TVLibertés. Écrit à Patrick Buisson. You Will Not Replace Us (15.500 signes). Couché un peu après une heure. 

lire l’entrée du mardi 13 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 14 mars 2018, 10 h 08
modifiée le jeudi 15 mars 2018, 10 h 47
Mercredi 14 mars 2018.
Sainte Mathilde — 73/292. Plieux. Levé à sept heures, Pierre déjà parti. Il fait presque jour, le jours ont considérablement allongé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et le superbe Michel du musée de Lyon, La Plaine, c. 1840. Pierre Manent aux Matins de France Culture, bien mou (c’est terrible, ces gens qui n’osent pas aller au bout de leur pensée…). Très beau temps. Comptes : Dernière connexion le 09/03/2018 à 10h15 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.415,40 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 13/03/2018 -1.415,40 € /// À venir -987,09 € ///  Prévisionnel -2.402,49 € /// Débiteur depuis 37 jours ///      13/03 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +600,00 € (abonnement divers, dont un “de soutien” /// 12/03 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +100,00 € (abonnements) /// 12/03 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € (travaux de la tour) ///  09/03 VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.186,77 € (retraite). Agenda. 10:07:50 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, écriture, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Georges Michel, Paysage crayeux au moulin (détail de l’église aux deux flèches), 10 mars 2018, Fondation Custodia ; Jean Fautrier [corr. autom., “Facturier”], Glacier I, 1926, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, dimanche 11 mars 2018 ; “autoportrait” avec le général Piquemal et Karim Ouchikh, Paris, gare de Lyon, au pied de l’escalier qui monte au Train bleu (Pierre opérateur), samedi 10 mars 2018. Weber aux bons soins d’Anne-Charlotte Rémond, Lily Boulanger à ceux de François-Xavier Szymczak. Bain.  Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Parlé au retour, sur la Plaza Mayor, à Mmes Saint-Geniès et Cabestaing, dont la chienne est morte. Atelier, cinquième paysage rectangulaire, champs arrondis sur des pentes, grand ciel. Pas de nouvelles du général Piquemal, difficultés de communication. Écrit à Tommy Robinson. Écrit à Ferenc Almassy. Album “Autoportraits”, éliminations (passé de 115 à 98, il faut encore en enlever 23). Tél. de Philippe Martel. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes, semoule, sauce au soja. Poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu un peu d’un film sur Jacqueline Kennedy, ennuyeux, et beaucoup de Legend, 2015, de Brian Helgeland, avec Tom Hardy dans les deux rôles des jumeaux Kray, gangsters londoniens. L’Arrière-Pays. You Will Not Replace Us, 17.000 signes. Couché peu après une heure.

lire l’entrée du mercredi 14 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 15 mars 2018, 10 h 56
modifiée le vendredi 16 mars 2018, 9 h 34
Jeudi 15 mars 2018.
Sainte Louise — 74/291. Plieux. Levés assez tard, huit heures et quart. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Georges Michel, Vue d’une ville près de Paris (avec le portail d’accès d’un parc, ou d’un cimetière… ), Paris, Fondation Custodia, samedi 10 mars 2018, avec Karim Ouchikh et Pierre. Tél. de Me Rimokh. Frédéric Martel est défendu par Me William Bourdon, Yann Moix par l’avocat d’Emmanuel Macron. Comptes :    Dernière connexion le 14/03/2018 à 10h01 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.415,40 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 14/03/2018 -1.415,40 € /// À venir -987,09 € | Prévisionnel -2.402,49 € /// Débiteur depuis 38 jours (aucun mouvement)  //// Agenda. 10:56:22 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, écriture, relecture, mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Georges Michel, Vue de Paris des hauteurs de Meudon, vu à la fondation Custodia, Paris, samedi 10 mars 2018 ; Jean Facturier, Le Hareng, 1926, exposition Jean Fautrier [corr. autom.  “Facturier”] ; fenêtre de la bibliothèque, les arbres coupés dans le parc de la chartreuse. Bain. Weber. Lily Boulanger (sans grand enthousiasme). Belle promenade dans la vallée, descendu sans encombre par le chemin de la rivière, remonté prudemment par l’avenue Lou Tapet. Atelier, cinquième paysage rectangulaire, champs aux couleurs pâles, ciel bleu pâle et gris. Excellente conversation avec le général Piquemal, il adhère officiellement au CNRE. D’après lui le général Martinez devrait suivre. Retour de Pierre. Annonce via Flickr et la photographie de notre déjeuner avec Karim Ouchikh et Pierre au Train bleu le 10 mars dernier le ralliement du général Piquemal. Puis passe sur Twitter et y trouve deux messages du général Martinez, l’un annonçant son propre ralliement à certaines conditions, l’autre me reprochant véhémentement d’avoir annoncé le ralliement de Piquemal sans attendre le sien comme son premier message (que je n’avais pas vu) me le demandait : “manque d’élégance”. Suis furieux. Explique néanmoins au général Martinez le déroulement chronologique des événements, il me demande de retirer mon annonce. Je refuse (ces humiliantes et absurdes palinodies durent depuis cinq mois). Écrit à Philippe Martel et Karim Ouchikh. Écrit à Ferenc Almassy et à Mariann Ory. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards, carottes et champignons, salade verte, poire à la vapeur, framboises, myrtilles et mûres. Vu A Bigger Splash, 2015, remake de La Piscine, de Luca Guadagnino, avec le beau Matthias Schoenaerts et Ralph Fiennes dans le rôle d’un des personnages les plus immédiatement haïssables (par Pierre et moi) que nous ayons vus au cinéma (il me rappelle beaucoup John Abbott). Écrit à Emmanuel Carrère. You Will Not Replace Us, 18.000 signes. Autoportrait. Couché à une heure. 

lire l’entrée du jeudi 15 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 16 mars 2018, 9 h 51
modifiée le samedi 17 mars 2018, 18 h 39
Vendredi 16 mars 2018.
Sainte Bénédicte — 75/290. Plieux. Levé à sept heures, peu après Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Troupeau sous l’orage, de Georges Michel, exposition Georges Michel, “Le Paysage sublime”, à la Fondation Custodia le 10 mars 2018. “La Fabrique de l’histoire”, Levent Yilmaz, passionnant et exaspérant, parle de Hayden White — il faudrait s’intéresser davantage et de plus près au versant hautement intellectuel du remplacisme global. Comptes : Dernière connexion le 15/03/2018 à 10h53 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.475,40 € /// Crédits -95.276,01 € //// Solde au 15/03/2018 -1.475,40 € /// À venir -927,09 € | Prévisionnel -2.402,49 € /// Débiteur depuis 39 jours /// 15/03 PRLV SEPA ORANGE ECH/150318 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 -60,00 € //////// Agenda, 09:50:59 ////    Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal du jour, écriture, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, statue de Churchill par Jean Cardot, dét., Paris, dimanche 11 mars 2018 ; dét. lyrique du parc de stationnement de la gare de Lyon le 10 mars ; dessin de Georges Michel, Maison, exposition Georges Michel à la Fondation Custodia le  même 10 mars 2018. Long téléphonage de Flatters. Bain. Sorti pour me promener sur le plateau, tombé devant la mairie sur Mme le Maire et le nouveau voisin, séance de justice de paix très bien menée par notre premier magistrat. Pas d’apaisement véritable, mais pas d’aggravation non plus. On me reproche surtout cet agenda. Tombé sur Pierre un peu plus loin, qui rentre du collège. Il vient avec moi jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Atelier. Série des petits paysages, 40x30 (?), suite. Retrouvé le contrat pour la traduction espagnole du Grand Remplacement, qui s’était perdu dans le tumulus de mon bureau. L’Arrière-Pays. Cherché des photographies pour la nouvelle page Facebook que veut bien monter M. Frank Buhler. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, salade verte, sans noix, déconseillées par le docteur Boursier. Vu un documentaire sur Boris Pasternak. L’Arrière-Pays. You Will Not Replace Us, 20.000 signes. Couché peu après une heure.  

lire l’entrée du vendredi 16 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 17 mars 2018, 18 h 35
modifiée le dimanche 18 mars 2018, 15 h 00
Samedi 17 mars 2018.
Saint Patrice — 76/289. Plieux. Levé à sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysage vu de la fenêtre de la bibliothèque le matin même. Émission de Finkielkraut sur l’africanisation de l’Europe avec Stephen Smith, qui la déclare inéluctable, et un vousaviste acharné, au nom russe. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait, dét. d’un triple portrait déjà publié fait à la gare de Lyon le 10 mars dernier, paysage de Georges Michel à la Fondation Custodia le même jour (au moulin, celui de Lille), portrait de Fautrier [corr. auto. : “Facturier”], photogramme, pris dans le film où il converse avec Paulhan, exp. Facturier [pffffffffffffff…] musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11 mars 2018. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1572, mort de Jeanne d’Albret [corr. autom. : “d’Albert”, intimité de Charles IX et de Coligny, extrême animosité du roi pour son frère. Tél. de M. Frank Buhler, qui m’explique le fonctionnement de la nouvelle “page” (Facebook). Promenade avec Pierre sur le plateau, été au Cassé. Atelier, cinquième paysage, le plus vif, peu approuvé par Pierre, non plus d’ailleurs que le précédent et toute la série. Lecture par lui de Serge Brunet, toujours assez synchrone avec Martin, les services de la poste et de l’espionnage espagnols à travers la France vers les Pays-Bas. Haine de Montluc pour Danville. Lancé la page Facebook selon les instructions de M. Buhler. Comptes : Dernière connexion le 16/03/2018 à 09h48 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.475,40 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 16/03/2018 -1.475,40 € /// À venir -927,09 € | Prévisionnel -2.402,49 € /// Débiteur depuis 40 jours (aucun mouvement) /// Agenda. 18:34:35 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. M. Alain Azulay ici à sept heures, pour parler de son livre, où il fait beaucoup de références à mes “concepts”. Floc et bâtonnets au fromage dans la bibliothèque. Dîné avec Pierre et lui dans la salle des Pierres, foie gras et chablis hélas un peu tourné, poulet au citron et madiran [corr. autom. : “mandarine”], fourme d’Ambert, chèvre, bleu d’Auvergne, fromage pyrénéen, glace rhum raison, biscuit florentin, puits aux figues et aux noix. M. Azulay couche chez les Loichot. Nous l’y accompagnons vers   onze heures et demie, par grand froid. Le Jour ni l’Heure. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du samedi 17 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 18 mars 2018, 16 h 22
modifiée le lundi 19 mars 2018, 10 h 23
Dimanche 18 mars 2018.
Saint Cyrille. 77/288. Plieux. Levés tard, peu avant neuf heures (Pierre, qui a bu aussi de l’armagnac, a très mal dormi). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et Georges Michel, L’Orage, coll. part., en dépôt au musée de Meudon, vu à la Fondation Custodia le samedi 10 mars 2018. Déjeuné en bas avec Pierre. Nurith Aviv à l’émission du rabbin Ouaknine, sur la langue des signes (curieuse acception du verbe signer). L’Arrière-Pays, très activement et plutôt gaiement jusqu’à présent. Proposition de “tuerie” acceptée, de la part de Pierre, déjeuner de restes, fricassée de poulet au citron, chablis servi la veille à M. Azulay et décidément “tourné”, portifié [corr. autom. : “fortifié”], bleu d’Auvergne, cantal, glace aux rhum et au raisins, petits biscuits de Fleurance, café. L’Arrière-Pays, suite (“Dites qu’on s’amuse… !”). Pas d’envoi de la mi-journée de Le Jour ni l’Heure. Twitter 18.200. Assez beau temps très changeant mais grand froid (dans la maison). Agenda. 16:16:31 ////////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. La nouvelle page “Renaud Camus” (CNRE) a disparu. Bain tardif. Henri Martin, la Saint-Barthélémy. Pas de promenade, trop de retard pour tout. Atelier, sixième paysage  sur les toiles de Jeanne de Loynes, en fait 50x40, l’ai pas mal arrangé, même de l’avis de P. Pas de véritable diner, demi-poire à la vapeur et glace au rhum et aux raisins, biscuits de Fleurance (pas formidables). Vu Rashomon. Réapparition de la page “Renaud Camus” (c’était sans doute un problème technique (?)). L’Arrière-Pays. Journal du jour, écriture, relecture et mise en ligne. Accès de fringale nerveuse, sans doute liée au froid, restes de poulet, bleu d’Auvergne, madiran, biscuits de Fleurance, sur les deux heures du matin. Couché aussitôt après. 

lire l’entrée du dimanche 18 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 19 mars 2018, 10 h 30
modifiée le mardi 20 mars 2018, 12 h 27
Lundi 19 mars 2018.
Saint Joseph — 78/287. Plieux. Levés tard, juste avant l’arrivée de Céline dans la bibliothèque, vers huit heures vingt. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Cent une vues sur Castelnau-d’Arbieu, n° 40, photographie en fait prise par Pierre, qui va finir par être plus que moi l’auteur de cet album-là. Message du général Piquemal. Agenda. 10:29:22 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, rédaction. Le Jour ni l’Heure, trois Georges Michel ou dét. de Georges Michel à l’exposition Georges Michel de la fondation Custodia, Paris, 10 mars 2018. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, suite du massacre de la Saint-Barthélémy, palinodies de Charles IX, gravement chargé par Martin. Passons d’abord à l’atelier, car il pleut. Corrections à certains des paysages rectangulaires, dont la Montagne bleue, puis peint en dix minutes, sur une toile 60x60 de Jeanne, différente des autres couvertes de ce format, donc, un paysage de montagne nocturne, souvenir de Fautrier [corr. autom. : “Facturier” ] imaginaire, dont je suis très satisfait (Pierre aussi). Promenade sous la demi-pluie, sur le plateau., jusqu’au rang des chênes. Bonne surprise au retour, communiqué Twitter du général Martinez, annonçant le double ralliement au CNRE du général Piquemal et de lui-même. Excellente nouvelle. En revanche, confirmation des pires soupçons relatifs à la gestion de TOUS les sites ou comptes du même CNRE, totalement noyautés, soit par un escroc, soit par la DGSI, soir par des ennemis politiques. La liste des adhésions au groupe Résistance est perdue, l’argent aussi (plusieurs milliers d’euros). Très abattu par cet épisode désastreux, d’autant que j’en suis largement responsable (j’ai fait confiance à un partisan inconnu, qui proposait ses services). Beaucoup d’échanges à gauche et à droite à ce propos, avec Karim Ouchikh, Philippe Martel, M. Buhler, qui mène l’enquête. Trouvé tout de même le moyen de publier un communiqué sur les très graves événements de Saint-Denis (basilique profanée). Dîné aux nouvelles, restes de tarte aux champignons et épinards, infime restes de poulet, salade verte, poires à la vapeur avec de la confiture de figues, biscuits de Fleurance. Vu Meet Joe Black de Martin Brest, avec Anthony Hopkins et Brad Pitt (trois heures et demie). Journal, entrée du jour, mise en ligne. Écrit encore à M. Buhler. Couché à deux heures.   

lire l’entrée du lundi 19 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 20 mars 2018, 12 h 35
modifiée le mercredi 21 mars 2018, 10 h 03
Mardi 20 mars 2018.
Printemps — 79/286. Plieux. Levé à sept heures, avec  Pierre. Temps gris et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Paysage nocturne de montagne, huile sur toile, peinte la veille en dix minutes. Matinée partagée entre L’Arrière-Pays, agitation autour de Saint-Denis, et la crise relative aux sites du CNRE, noyautés. Échanges avec M. Buhler, tél. de Philippe Martel. Agenda. 12:35:35 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois dessins ou eaux-fortes vus à la Fondation Custodia le 10 mars 2018, Georges Michel d’après Ruysdaël, Rembrandt (Les Trois Arbres), autoportrait de Johannes Lutma le Jeune, c. 1650. Pas d’eau chaude, pas de bain. Descendu sans encombre à la rivière et en suis remonté itou, légère difficulté pour la traverser au premier gué, en revanche. Grand froid — le jour du printemps est le plus froid de l’année. Atelier, autre paysage nocturne, carré, moins réussi que le précédent. Beaucoup de temps pris par l’affaire de l’escroquerie autour du site et des pages et des comptes du CNRE ; les dégâts sont un peu limités heureusement par la structure binaire, à deux étages, de l’organisation : le Conseil lui-même n’est pas affecté. Journal. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards, carottes et champignons, poire à la vapeur et framboises. Surfé un peu, film américain sur des affaires de  couple en milieu universitaire prolétarisé, mais c’est trop laid, remonté assez vite. Journal, relecture et mise en ligne, l’escroquerie autour du CNRE (escroc, DGSI, entrisme saboteur ?). Écrit à M. Almassy et à M. Barnabas Leimeister. J’y pense : encore deux propositions d’interviews acceptées et sans suite — les journalistes proposent des entretiens pour qu’on les refuse ? Que de mystères ! Mais attaque de sommeil. Couché peu après minuit. 

lire l’entrée du mardi 20 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 21 mars 2018, 10 h 11
modifiée le jeudi 22 mars 2018, 23 h 34
Mercredi 21 mars 2018.
Sainte Clémence — 80/285. Plieux. Levé à 7 heures vingt, il fait grand jour. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et portrait de Géricault malade, 1823, dessin de Léon Cogniet [corr. autom. = “cogniez”]. Visite de Mlle Vénézia, avec sa jeune grand-mère. Beau temps. Comptes : Dernière connexion le 17/03/2018 à 18h32 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.448,18 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 20/03/2018 -1.448,18 € /// À venir -927,09 € | Prévisionnel -2.375,27 € /// Débiteur depuis 44 jours ///      20/03 VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: KO1224) /MOTIF ROYALTY PAYMENT WL00003295 /REF COTR0273190/22 +45,12 € /// 20/03 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/200318 ID EMETTEUR/FR50ZZZ441333 MDT/SLMP001416457 REF/SEM---200318PRL0000001545564073 LIB/SEM---200318PRL0000001545564073-17,90 €  /// Agenda. 10:11:30 /////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Entrée du jour, écriture, relecture, mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises au sous-sol de la Fondation Custodia, rue de Lille, à Paris, le samedi 10 mars 2018, collection permanente de dessins, autoportrait de Goya, 1797-1798, et deux détails, le maréchal étendu et son chapeau, de l’étude préparatoire au tableau La Mort du maréchal Ney, 1867, de Gérôme. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, les suites du massacre de la Saint-Barthélémy, tueries dans les provinces, sièges de La Rochelle, Lanoue. Promenade avec Pierre dans la vallée, descendus sans encombre, traversé au premier gué, relations correctes avec le chien Gary à Subervie, très cordiales avec le chien Cookie à Lou Tapet au retour. Parlé devant la casa Rodiguez avec M. Pezat en compagnie de son petit-fils. Atelier, suite du paysage nocturne carré, beaucoup moins réussi que le précédent. Lecture par Pierre de Serge Bruner, « De l’Espagnol dedans le ventre », les services de renseignement de Philippe II dans le Sud-Ouest, les réseaux de l’ambassadeur Alava.  Longue conversations avec Me Rimokh. L’Arrière-Pays. Parlé aussi à Philippe Martel. Dîné aux nouvelles, gnocchis aux carottes, pesto. Pour à la vapeur et framboises. Vu The Nice Guys, 2016, de Shane Black, avec Russell Crowe et Ryan Gosling, très bien joué et assez drôle par moments mais très étiré et passablement gratuit. Affaires diverses, écrit aux uns et aux autres. You Will Not Replace Us, mais attaque de sommeil, à peine avancé. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mercredi 21 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 23 mars 2018, 0 h 25
modifiée le vendredi 23 mars 2018, 9 h 51
Jeudi 22 mars 2018.
Sainte Léa — 81/284. Plieux. Mal dormi, insomnie, soucis, date du procès qui tombe très mal, affaires internes du CNRE, situation bancaire préoccupante — mais ce n’est pas désagréable, grâce à P. Nous levons à huit heures vingt, juste avant l’arrivée de Céline dans la bibliothèque. Retard général, donc. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et très beau détail, la table de toilette, les flacons, d’un dessin de Harald Slott-Moller, Intérieur. Femme se coiffant, 1889, vu et photographié le samedi 10 mars 2018 à la fondation Custodia, Paris. L’Arrière-Pays presque toute la journée, ensuite. Le Jour ni l’Heure, trois photographies d’après Georges Michel, Environs de Paris, dessin, dét., et la fameux Vue de la Seine avec une diligence, ensemble et dét. (le petit personnage qui rate le coche). Anne Charlotte Rémond sur Debussy, été à Pourville (1915), La Grande Duchesse de Gérolstein et Carmen à l’émission de Szymczak. Parlé à Philippe Martel, à David Reinharc. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement, il fait grand froid. Atelier. Revu le deuxième paysage nocturne carré et peint un Enlèvement d’Europe, pas si mal (à ce stade). Parlé à Mme Pincement, trésorière du CNRE, pour tenter de me faire rembourser des frais de voyage, mais il y a très peu d’argent dans les caisses, à cause des problèmes internes. L’Arrière-Pays. Agenda. Diné aux nouvelles, raviolis et cèpes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu sans grand enthousiasme La Bandera, 1935, de Julien Duvivier, avec Jean Gabin, Robert Le Vigan, Pierre Renoir et Aimos. Suite de l’agenda. Comptes :    Dernière connexion le 21/03/2018 à 10h07 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.448,18 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 22/03/2018 -1.448,18 € /// À venir -927,09 € | Prévisionnel -2.375,27 € /// Débiteur depuis 46 jours (aucun mouvement) 00:21:13 ///////// Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du jeudi 22 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 23 mars 2018, 9 h 58
modifiée le samedi 24 mars 2018, 19 h 20
Vendredi 23 mars 2018.
Saint Victorien — 82/283. Paris. Levé à sept heures vingt, au départ de Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et très beau dessin de Georges Michel, paysage de plaine avec butte crayeuse, homme sur un âne et son chien, deux autres personnages minuscules dans le lointain, que je ne retrouve pas dans le catalogue de l’exposition Georges Michel de la fondation Custodia, “Le paysage sublime”, vue le 10 mars 2018. Lettre désagréable du docteur Coscolluela. Agenda. 09:57:41 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Berthe Morisot, Jeune Fille en décolleté, Fleur dans les cheveux, Petit Palais, dimanche 11 mars 2017 (après l’exposition sur les Hollandais à Paris, où il était interdit de faire des photographies) ; et deux Fautrier[corr. autom. : “Facturier”]de 1942 ou  43, La Juive et Otage, même jour, exposition Facturier [mmmmmm…], musée d’Art moderne de la ville de Paris. Anne-Charlotte Rémond sur Debussy pendant la Grande Guerre, Szymczak sur les soldats, adagietto [corr. autom : “adagio” (!!!)] de la Septième symphonie de Chostakovitch, Woyzzeck. Promenade sur le plateau, échangé quelques mots en partant avec les sœurs de l’Acropole et François G., qui parlaient joliment des hirondelles (dont j’ai appris néanmoins qu’elles tuaient sans pitié ceux de leurs petits qui ne mangeaient pas assez). Été au Cassé, revenu par le boulevard extérieur (du Cassé). Rentré à la maison en même temps que Pierre. Atelier, Europe, Pierre dit que je l’ai gâché(e). Lecture par lui de Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre », la noblesse catholique hispanophile en Gascogne et en Guyenne au temps de Charles IX. Attentats à Carcassonne et à Trèbes, Aude, écrit un communiqué pour le CNRE. Longue conversation avec Karim Ouchikh. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, excellente omelette pierrique aux changions et aux pommes de terre, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu un peu de La Ligne rouge, de Terence Malik, il y a un très joli garçon, mais c’est trop violent pour moi. Remonté relativement tôt. L’Arrière-Pays, commentaires sur les attentats. Jornal, mais tombe de sommeil. Couché vers minuit et demi. 

lire l’entrée du vendredi 23 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 24 mars 2018, 19 h 54
modifiée le dimanche 25 mars 2018, 19 h 52
Samedi 24 mars 2018.
Sainte-Catherine de Suède — 82/282. Plieux. Réveillé très tôt, levé à six heures et demie. Pierre part pour la matinée “Portes ouvertes” au collège. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et dét. d’Europe, ou Pour une Europe, ou L’Enlèvement d’Europe. Émission d’Alain Finkielkraut sur la GPA et la PMA, avec deux invitées dont une formidable nasalisante (celle qui était favorable à la GPA). L’Arrière-Pays, toute la matinée, très activement, à propos des attentats de Trèbes et Carcassonne et de la mort du lieutenant-colonel qui s’est proposé en échange d’une des otages. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du dimanche 11 mars 2018, sans avoir le temps de les “traiter” : un Fautrier de l’exposition Fautrier, Otages aux mains, 1942, Le Messager, de Zadkine, 1937, sur le quai d’Orsay face à l’hôtel Walewski, et un gardien de l’exposition Fautrier. Retour de Pierre, apportant miraculeusement une lettre de Karim Ouchikh postée la veille et contenant de la part du CNRE un chèque de 1930 euros, remboursement d’une facture du Pont-Royal pour un séjour de presque une semaine en décembre dernier — le CNRE a récupéré l’argent des cotisations et disposait avant cette ponction de 4700 euros (dont 1500 en héritage du NON). Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1573, élection du duc d’Anjou au trône de Pologne, reprise des troubles du côté de La Rochelle et de Montauban. Été à Fleurance porté d’urgence à la banque le chèque du CNRE parce que je suis à découvert depuis près de cinquante jours et il faut absolument que je “répasse positif” avant la fin du mois. Tentatives de promenades au pied de Castelnau-d’Arbieu mais c’est trop boueux et nous n’avons pas de bottes. Suivi jusqu’au château la grande allée de Magnas. Atelier, Enlèvement d’Europe, grossi et noirci le taureau, blanchi le ciel, bleui la mer, rosi Europe. Lecture par Pierre de Serge Brunet, tentatives de la reine de Navarre pour bannir le catholicisme en Béarn, sa mort (printemps 1572). Communiqué pour l’In-nocence, sur le paquebot Symphony of the Seas, mis à la mer hier. Comptes : Dernière connexion le 23/03/2018 à 00h17 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.048,18 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 23/03/2018 -1.048,18 € /// À venir -927,09 € | Prévisionnel -1.975,27 € ///  Débiteur depuis 47 jours ///  23/03 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +400,00 € (livres vendus,, abonnements au journal) /// 20/03 VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: K +45,12 € ///   Agenda. 19:54:908 ////////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dîné aux nouvelles, restes de tarte aux chamoisons, épinards et carottes, taboulé pierrique [corr. autom. : “picrique” (?)] pour le déjeuner des professeurs au collège (journée “Portes ouvertes”), poire à la vapeur et desserts portugais du déjeuner du collège, la spécialité de Sintra. Vu Diplomatic Courier, Courrier diplomatique, 1952, d’Henry Hathaway,  avec Tyrone Power, film qui n’a d’autre intérêt que de montrer Trieste en 1952. . Écrit à Mme Pincemin. Journal. Tombé de sommeil. Couché peu après minuit.  

lire l’entrée du samedi 24 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 25 mars 2018, 20 h 00
modifiée le lundi 26 mars 2018, 19 h 31
Dimanche 25 mars 2018.
Rameaux — 84/281. Plieux. Assez bien et beaucoup dormi, levé vers huit heures, neuf heures, heure d’été. Déjeuné en bas avec Pierrounet-le-Rebouteux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et Enlèvement d’Europe, état de la veille. L’Arrière-Pays très intensément (et assez bêtement…) toute la journée. Le Jour ni l’Heure, photographie de photographie de Fautrier [corr. auto  : Facturier], tableau de lui, Otage aux mains, et Pierre à l’exposition Fautrier. Tourbillon d’Arrière-Pays, toute la journée. Le Jour ni l’Heure, un Facturier [pffffffffffffff…], Son petit cœur (nu), 1963, exp. Facturier [id.] au MAMVP le 11 mars 2018, sans même avoir le temps de “traiter” la photographie. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin. Mort de Charles IX, régence de Catherine de Médicis, Henri III étant en Pologne. Promenade sur le plateau avec Pierre, jusqu’à l’embranchement. Atelier, Pour une Europe, petit format (60x60). Lecture par Pierre de Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre », relations diplomatiques très tendues entre la France et l’Espagne à la veille de la Saint-Barthélémy. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et taboulé, salade verte, poire à la vapeur et restes de gâteaux et petits gâteaux du collège (du repas organisé entre eux par les professeurs du collège). Vu Festen, 1998, de Thomas Vinterberg. Journal de l’avant-veille, mise en ligne. Journal de la veille, suite. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 25 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 26 mars 2018, 19 h 50
modifiée le mardi 27 mars 2018, 19 h 08
Lundi 26 mars 2018.
Sainte Larissa — 85/280. Plieux. Levé peu avant huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très “traité” (“autoportraité”), et Europe, 60x60, état de la veille. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, Pierre à l’exposition Fautrier [Facturier] le 11 mars 2017, préparé la veille, et deux très beaux Fautrier [Facturier] de l’exposition, Tourbes, 1959, et Milwaukee II, 1962. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Henri III s’enfuit de son royaume polonais et fait longuement étape à Venise, puis visite Ferrare et Mantoue. Damville. Pierre va au collège. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/ La Bonnefont. Sur la fin, revenu avec la belle-sœur des Aeberhard (je crois), très aimable, et sa chienne épagneule Haïkla (?). Atelier, quelques retouches au petit Europe (rougi le taureau) et commence un grand, mais pas 100x100, comme je croyais en avoir, 80x80 (du stock offert jadis par Jeanne Lloan) (il faudrait le laisser moins léché) (le tableau). Écrit au journaliste danois (M. Munck). Écrit à Gérard Pince. Échanges avec M. Buhler. Agenda. 19:50:17 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie (incomplète, les photographies n’ayant pas été administrées comme il convient). Dîné aux nouvelles, gnochi, carottes, salade verte, pesto ; poire à la vapeur, framboise et ultimes vestiges des gâteaux du déjeuner des professeurs au collège. Surf, vu un peu de Unfaithful, Infidèle, 2002, de Adrian Lyne, avec le beau (then) Olivier Martinez. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 26 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 27 mars 2018, 19 h 36
modifiée le mercredi 28 mars 2018, 10 h 01
Mardi 27 mars 2018.
Saint Habib — 86/279. Plieux. Levé à 7 heures avec Pierre. Très bons débuts, Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Coup de vent à Frascati — Le Havre, 18,  de Boudin, Petit Palais, dimanche 11 mars 2018, après l’exposition hollandaise. Communiqué pour le CNRE, à propos du meurtre de Mme Knoll. L’Arrière-Pays, très intensément toue la journée. Le Jour ni l’Heure, dét. du portrait de Mme Robert de Bonnières (Henriette) par Renoir, 1889, et deux détails du grand Nausicaa, 1915, de Lucien Simon, deux tableaux vus au Petit Palais le dimanche 11 mars 2018, après l’exposition hollandaise. Bain. Islamey. Marché jusqu’au rang des chênes, par mauvais temps. Atelier. Enlèvement d’Europe II (80x80) Europe brune, taureau blanc. Retour de Pierre. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 24/03/2018 à 19h50 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.048,18 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 26/03/2018 -1.048,18 € /// À venir 1.226,32 € | Prévisionnel 178,14 € /// Débiteur depuis 50 jours /// Agenda. 19:34:44 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, brève tentative pour rattraper le retard. Dîné aux nouvelles, tartothon (et aux champignons, carottes, épinards), salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu McCabe and Mrs Miller (John McCabe), 1971, de Robert Altman, avec Warren Beatty et Julie Christie, excellent. L’Arrière-Pays, journal, tâché de rattraper le retard. Couché un peu avant deux heures. 

lire l’entrée du mardi 27 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 28 mars 2018, 10 h 16
modifiée le jeudi 29 mars 2018, 11 h 41
Mercredi 28 mars 2018.
Saint Gontran — 87/278. Plieux. Levé à sept heures vingt, au départ de Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Fritz Thaulow, La Nouvelle Fabrique à Lillehamer, 1905-1906, musée du Petit Palais, 11 mars 2018. Visite de Mlle Venezia, qui a une nouvelle coiffure, avec des nattes. Beau temps (enfin !). Comptes : Dernière connexion le 27/03/2018 à 19h31 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.105,23 € [Victoire ! “Repassé positif” !] /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 27/03/2018 1.105,23 € /// À venir -948,59 € | Prévisionnel 156,64 € /// 27/03 REMISE CHEQUE/ETRANGER RECOUVREMENT DE LA REMISE DE 001 CHEQUES +88,71 € (Blurb ? Kindle ?) /// 27/03 REMISE CHEQUES BORDEREAU 09255682 +1.964,70 € (remboursement par le CNRE d’une facture du Pont-Royal, séjour à Paris en décembre 2018) /// 27/03 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +100,00 € (abonnements, livres) ///  Agenda. 10:15:54 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, état de la veille de Pour une Europe II, portrait de Mme Sterne par Carolus-Duran, portrait de Proudhon et de ses enfants en 1853, par Courbet en 1865 (mais pourquoi a-il enlevé Mme Proudon en 1866, remplacée par une chaise vide ???) — Petit Palais, dimanche 11 mars 2018, après l’exposition “Les Hollandais à Paris, 1789-1914”. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, impitoyable avec Henri III (et nettement “homophobe”). Belle promenade avec Pierre dans la vallée, beau temps, mais la rivière est trop haute pour être traversée à gué. Remontés par l’avenue Lou Tapet. Atelier, Pour une Europe II, détails. Lecture par Pierre de Serge Brunet, toujours très synchrone avec Henri Martin. Damville. de l’un comme de l’autre auteur ressort l’importance sous-estimée (par moi) des Montmorency. L’Arrière-Pays. Journal de la veille. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes (mais pas les bons), carottes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu Les Visiteurs sous la Révolution, ou quelque chose comme ça, plus bâclé encore qu’imbécile et répugnant (le pipi-caca dans toute sa gloire). Combats pour rattraper le journal, suite — même pas le temps de reporter les corrections signalées, pas toujours très amicalement d’ailleurs. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 28 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 30 mars 2018, 9 h 58Jeudi 29 mars 2018. Sainte Gwladys — 88/277. Plieux. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Europe II, état de la veille. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, deux détails de tableaux de Courbet au Petit Palais, portrait de sa sœur Juliette, 1844, le visage, et Proudhon en 1853, 1865, les livres et les signatures ; cathédrale arménienne Saint-Jean-Baptiste de Paris, 15, rue Jean-Goujon, 1902-1904, par Armand Guilbert, 1866-1949. Bain. Promenade au Cassé. Atelier, Europe II, retouches, bords. Lecture par Pierre de Serge Brunet, les Saint-Barthélémy de province, Bordeaux, Condom, Bazas, Dax. Authenticité douteuse de la fameuse lettre du gouverneur de Bayonne. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, lentilles, carottes, œuf à cheval, “florentins” de ma tante, un peu malmenés. Vu deux épisodes d’une série sur l’assassinat de Gianni Versace à Miami en 1997. Journal du jour, rédaction, écriture et mise en ligne — rattrapé le retard, donc (entrée sur le retard, justement). Écrit à Bat Ye’Or, qui m’a envoyé deux de ses livres, au début de l’année (ou même à l’automne, après Colombey). Couché à trois heures. 

lire l’entrée du jeudi 29 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 31 mars 2018, 10 h 29
modifiée le samedi 31 mars 2018, 10 h 30
Vendredi 30 mars 2018.
89/276. Plieux — Vendredi-Saint. Levé à huit heures vingt. Lumières sur les Pyrénée, 101 Vues sur Castelnau-d’Arbieu (40), puis très mauvais temps, gris, pluvieux et venteux. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et 101 vues, donc (40). Comptes :    Dernière connexion le 28/03/2018 à 10h09 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -294,60 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 29/03/2018 -294,60 € /// À venir -742,05 € | Prévisionnel -1.036,65 € /// Débiteur depuis 1 jour ///      29/03 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE ECH/29031 -542,37 € /// 29/03 FACTURE CARTE DU 12/03/ 18 BOURGOGNE MONTA PARIS 7 CARTE -450,12 € (deux nuits, 10/12 mars 2018, ch. 60) /// 29/03 FACTURE CARTE DU 10/03/18 REST. TRAIN BLEU PARIS CARTE 49 -222,00 € (déjeuner très léger, tartare de saumon ou lotte, chablis, café, avec le général Piquemal, Karim Ouchikh et Pierre, samedi 10 mars 2012) /// 29/03 FACTURE CARTE DU 02/03/18 MERCURE VAD ORLEANS CARTE 4974-111,95 € (nuit au Mercure d’Orléans, avec Pierre, ch. 811; 9/10 mars 2018, prépayé /// 29/03 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 € /// 29/03 FACTURE CARTE DU 10/03/18 MERCURE ORLEANS CARTE 4974XXXX -48,90 € (dîner dans la chambre + parc de stationnement) /// 29/03 FACTURE CARTE DU 11/03/18 LIB MUSEE ART M PARIS CARTE 49 -44,90 € (catalogue Fautrier [corr. auto : “Facturier”] et cartes) /// 29/03 FACTURE CARTE DU 06/03/18 FLICKR PRO 2 YE CARTE 4974XXXX -38,60 € (réabonnement Flickr, pour deux ans) /// 29/03 FACTURE CARTE DU 25/03/18 ONLINEOCR CARTE 4974XXXXXXXX45 -21,50 € (?) /// 29/03 FACTURE CARTE DU 010318 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C -5,31 € (Le Mot “race”)  /// 29/03 FACTURE CARTE DU 010318 AMAZON EU SARL PARIS2090401/ C -5,31 € (Le Mot “musique”) /// 28/03 COMMISSIONS - CHEQUES ETRANGERS -8,87 € /// Agenda. 10:22:43 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Parlé à M. Olivier Véron. Tél. du général Piquemal.  Journal, écriture, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois Georges Michel de l’exposition de la Fondation Custodia, samedi 10 mars 2018, Paysage au chasseur (Brest), Troupeau sous l’orage, Petit Palais, Route près d’un bourg, Le Havre (dét., la masure). Anne-Charlotte Rémond sur Adams et Nixon in China, François-Xavier Szymczak sur César Cui et la comtesse de Mercy-Argenteau, qui lui a manifestement tapé dans l’œil. Trouvé un horrible message d’Emmanuel Carrère. Bain. Transmis à Me Rimokh le message de Carrère, échanges avec lui. Promenade dans la vallée, très joli temps. Atelier, détails d’Europe II, 80x80, que mise sur le chevalet, ce qui la fait paraître très différente. Entretien écrit avec M. Grégoire Canlorbe, pour un site américain. Dîné aux nouvelles, restes de tartothon, œuf à cheval, salade verte, poire à la vapeur avec d’ultimes florentins de ma tante, écrasés par le voyage mais excellents. Documentaire exécrable de la chaîne Histoire sur “la véritable histoire des Désenchantées” (de Loti). Suite de l’entretien écrit avec M. Grégoire Canlorbe (+ 10.000 signes).   Écrit au président Vaclav Klaus. Couché vers deux heures.

lire l’entrée du vendredi 30 mars 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 31 mars 2018, 10 h 43
modifiée le dimanche 1er avril 2018, 23 h 55
Samedi 31 mars 2018.
Saint Benjamin — 90/275. Plieux. Levés à huit heures vingt. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dessin de Georges Michel, Les Arbres, Fondation Custodia, Paris, 10 mars 2018. Intéressante émission de Finkielkraut sur la langue, avec Alain Borer, très bien, et un autre, bien également — Finkielkraut attribue à Bossuet la fameuse citation de Chateaubriand qui sert d’épigraphe au Grand Remplacement (citation qui elle-même cite brièvement Bossuet, il est vrai), et, très montparnassien, dit “à la Coupole” pour “sous la Coupole” (ce que Borer répète sans ciller, plus étrangement). Chien de Mme Le Coz mis à aboyer dans son jardin, insupportable. Comptes : Dernière connexion le 30/03/2018 à 10h06 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -294,60 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 30/03/2018 -294,60 € /// À venir -742,05 € | Prévisionnel -1.036,65 € /// Débiteur depuis 2 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 10:42:41 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Pierre va faire des courses et poster les lettres à Bat Ye’Or et au président Klaus. Journal, ai mis la lettre d’Emmanuel Carrère reçue la veille. Bain. M. Frank Buhler à midi et demie ici. Verre dans la bibliothèque, floc, pâté de çanard. Déjeuné dans la salle des Pierres avec lui et Pierre. Poulet au citron, pommes de terre. Salade verte. Gorgonzola, saint-nectaire, cantal, chèvre. Château de Portets, pas très bon. Glace au rhum et aux raisons, macarons. Café. M. Buhler me donne un cours sur le bon usage de ma “page” Facebook (“personnalité politique”), qu’il a créée. Parlé aussi de la pénible “affaire Duprat”, dont la solution n’avance guère. Raccompagnons M. Buhler sur la piazetta vers quatre heures et demie. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au Cassé. Il fait étonnamment froid. Atelier. Europe II, ajustements divers, efforts pour rendre la jeune personne plus jolie. Yeux verts, pour le taureau et pour elle. L’Arrière-Pays. Nouvelles, poire à la vapeur et glace, petits fours. Vu The Beast with Five Fingers, La Bête aux cinq doigts, 1946, de Robert Florey, bêta série B. L’Arrière-Pays. Quelques messages. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du samedi 31 mars 2018 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site