Le Jour ni l’Heure
août 2019

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 1er août 2019, 11 h 10
modifiée le vendredi 2 août 2019, 10 h 51
Jeudi 1er août 2019.
Semaine 31, saint Alphonse — 213/152. Plieux. Bien dormi, levé peu avant nuit heures. Poursuivi la réduction des Tweets. Émission de France Culture sur Proust avec Céleste Albaret. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et château de Combebonnet, Engayrac, avec Pierre et Jean-Louis Germain, le 30 juillet 2019. Comptes : Dernière connexion le 31/07/2019 à 11h44 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -910,54 € /// Crédits -80.287,65 € /// Solde au 31/07/2019 -910,54 € /// À venir -492,05 € | Prévisionnel -1.402,59 € /// Débiteur depuis 27 jours /// 31/07 PRELEVEMENT URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE DU 31/07 - MOTIF : PRELEVEMENT CNCESU M. CAMUS RENAUD DU 31 - REF : RBB-CESUAPVT4232019071290139884 LIB -542,18 € /// 31/0 VIREMENT DE DAVID JORDAN MOTIF: VERSEMENT DE SOUTIEN - REF : DA001000-190730-14-1244 +100,00 € /// 31/07 PAIEMENT CB PLANETHOSTER (CANADA) DU 18/07 -94,08 € /// 31/07 COMMISSIONS - CHEQUES ETRANGERS -35,00 €  /// Tél. du lecteur d’hier, très délicatement à la fin de l’émission sur Proust. Décline sa proposition de visite et en ressens aussitôt un grand remord, d’autant qu’il est on ne peut plus poli. Agenda. 11:09:48 //////// Le Jour ni l’Heure, chronologie. Tweets, réduction. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de notre journée à Cauzac et alentour, 30 juillet 2019 : château et église de Frespech ; tableau sans titre de Jean-Louis Germain, c. 1980 ; avant-cour de Cauzac. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, mort de Fleury, tentative de Chauvelin, incapacité du maréchal de Broglie, derniers efforts du maréchal de Noailles, rétablissement de Marie-Thérèse. Tweets, réduction. Thé, excellents biscuits très durs à la figue. Journal. Atelier, Pentes I fini, Pentes II, repris le bas à droite. Dîné aux nouvelles, tarte aux carottes avec beaucoup de champignons. Poire à la vapeur et framboises. Vu Félins, de René Clément, 1963, avec Alain Delon. Promenade avec Pierre et Vidocq jusqu’au moulin qui est derrière Castel-Picon. Journal, relecture et mise en ligne. Écrit à Jean-Louis Germain. Tweets, 1.235.000 signes. Couché peu avant deux heures.   

lire l’entrée du jeudi 1er août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 2 août 2019, 11 h 19
modifiée le samedi 3 août 2019, 12 h 21
Vendredi 2 août 2019.
Semaine 31, saint Julien — 241/151. Plieux. Bien dormi. Levé à huit heures moins le quart. Beau temps. Tweets, 1.226.000 signes. Dernière émission de France Culture sur Proust avec Céleste Albaret, Jean-Yves Tadié et Nathalie Mauriac. Très belle matinée, une seule attaque de Coz jusqu’à présent. Comptes : Dernière connexion le 02/08/2019 à 11h03 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -264,58 € /// Crédits -80.287,65 € /// Solde au 01/08/2019 -264,58 € /// À venir -857,95 € | Prévisionnel -1.122,53 € /// Débiteur depuis 28 jours ///01/08 VERSEMENT ESPECES DU 01/08 A 10H40+250,00 € (visites) /// 01/08 REMISE CHEQUE/ETRANGER RECOUVREMENT DE LA REMISE DE 001 CHEQUES DU 22062019 +395,96 € (Amazon) //// Pierre part pour Fleurance mettre sur mon compte 300 € de sa poche pour me permettre de “repasser positif” avant les nouvelles sorties annoncées pour le 5 (la honte — Vidocq et moi avons intérêt à faire profils bas… ). Agenda. 11:18:11 ////////  Nouvelles attaques du Coz (Pierre qui sort de chez nous) 11:24:29 Aboiements continus (maintenant c’est parce que Céline fait les carreaux). Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, réduction. Le Jour ni l’Heure, portrait de Pierre écoutant la série sur Proust à France Culture le 31 juillet, abside et belle fenêtre axiale de l’église Saint-Pierre-aux-Liens  d’Engayrac le 30 juillet, vue latérale du château de Combebonnet à Engayrac quelques minutes plus tard. Tweets, suite de la réduction. Assez nombreux visiteurs, occasion pour moi de lire le journal de Benjamin Constant dans la tour Saint-Clar. Tweets, réduction, 1.220.000 signes. Journal, entrée du jour, réduction. Bain tardif, lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1744, la duchesse de Châteauroux énergise Louis XV, il prend le commandement nominal de l’armée à Metz, il tombe gravement malade, il devient “le Bien-Aimé”, prières générales pour son salut, actions de grâce à sa guérison, dernière bouffée d’amour du peuple pour la monarchie, dit Martin. M’aperçois que j’ai perdu une paire de chaussures noires. Quittons Plieux à sept heures et demie. Donzac et compagnie. Dîner en ville à Cauzac, Jean-Louis Germain, André Mourgue, Geneviève Brunet, veuve de l’ambassadeur à Tokyo et à Berlin, Pierre et moi. Champagne et saucisson (en mon honneur (le saucisson)) sur la terrasse, “coca” (sorte de tarte à la mousse de tomate d’origine mahoraise, paraît-il), bar et loup, gâteau aux amandes. Infusion et conversation dans le petit salon au Monticelli ensuite, puis, après le départ des autres invités, sur la terrasse avec Jean-Louis (on entend tout de même des voisins — quarante hectares ne sont pas suffisants !!!). Rentrés vers une heure et demie du matin et couchés directement.      

lire l’entrée du vendredi 2 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 3 août 2019, 12 h 41
modifiée le lundi 5 août 2019, 10 h 02
Samedi 3 août 2019.
Semaine 31, sainte Lydie — 215/150. Plieux. Prévisible insomnie (trois vins), réveillé au milieu de la nuit, levé à six heures, repris la réduction de Tweets et  passé sous la barre des 1.200.000 signes. Le Jour ni l’Heure, autoportrait avec Jean-Louis Germain dans le petit salon de Cauzac, et grande pièce sur papier de lui, c. 1970. L’Arrière-Pays. Tél. à l’hôtel Bourgogne & Montana pour voir s’ils n‘auraient pas mes chaussures noires mais non. Comptes : Dernière connexion le 03/08/2019 à 09h14 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -0,18 € /// Crédits -80.287,65 € /// Solde au 02/08/2019 -0,18 € [Aaaaaarghghghghgh, raté pour 18 centimes !!!!!]. À venir -782,95 € | Prévisionnel -783,13 € /// Débiteur depuis 29 jours /// 02/08 VERSEMENT ESPECES DU 02/08 A 11H41 +185,00 € // 02/08 VERSEMENT ESPECES DU 02/08 A 12H07 +100,00 € / 02/08 COMMISSIONS COTISATION A UNE OFFRE GROUPEE DE SERVICES ESPRIT LIBRE -19,35 € /// 02/08 FRAIS TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € ////// Agenda. 12:41:05 //////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Trois photographies du mardi 30 juillet 2019 à Cauzac ou alentour, encre sans titre de Jean-Louis Germain, c. 1970, “poilu” du monument aux Morts de Lacour-de-Visa, autre vue du château de Combebonnet, à Engayrac. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, Fontenay. Tentative de sieste, mais nous sommes bien sûr immédiatement réveillés par le chien Le Coz. Tweets, réduction. Atelier, Pentes II, lecture par Pierre de La Nausée. Dîné aux nouvelles, non sans Coz. Vu deux épisodes, largement déjà vus, du Nom de la Rose. Promenade sur le flanc nord, sous les “remparts”, mais le terrain est difficile par la nuit noire. Journal, relecture et mise en ligne. Un peu de bruit du côté de H., enfant qui hurle, portières qui claquent. Tweets, passé sous la barre des 1.200.000 signes. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du samedi 3 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 5 août 2019, 10 h 37
modifiée le lundi 5 août 2019, 10 h 42
Dimanche 4 août 2019.
Semaine 31, saint Jean-Marie Vianney, 216/149. Plieux. Réveillés à sept heures et quart par les aboiements du chien Le Coz. Tweets, réduction, 1.190.000 signes. Le Jour ni l‘Heure, autoportrait de la nuit et grand fusain de Jean-Louis Germain à Cauzac, 30 juillet. Déjeuné en bas avec Pierre. Journée de forte tension médiatico-réseautique à cause de l’attentat d’El Paso, le tueur ayant fait référence au Grand Remplacement (mais évidemment pas à mon livre ou à moi, à la brochure du tueur de Christchurch, qui lui-même  ne me mentionne nulle part, et pour cause). Flots de haine et d’insultes intercontinentales toute la journée, appuyée sur un socle sans précédent d’inventions journalistiques. Tente de faire face comme je peux, énormément de temps perdu (tout serait à corriger, c’est un tsunami d’insanités). Heureuse intervention tout de même d’un “Lazare” (ce nom est béni) qui dit avoir eu la curiosité d’y aller voir (dans mes livres) et que la non-violence est au centre de ma pensée — il jette un froid dans la meute, et un peu de désarroi vite surmonté. Une seule livraison de la mi-journée pour Le Jour ni l’Heure, et encore, très en retard : le beau Monticelli de Cauzac, hélas imphotographiable de près tant les reflets sont forts. Pour comble de malheur il n’y a pas d’eau au second étage : pas de bain. Quelques visiteurs, dont des Anglais très enthousiastes. Lis le journal de Benjamin Constant. Atelier, heureusement modifié le grand Pentes II, 100x100, fini (mais on ne sait plus où mettre les tableaux). Lecture par Pierre de La Nausée, très en situation (le déjeuner avec l’Autodidacte). Dîné aux nouvelles, accras, salade verte, poire à la vapeur et confiture de figues. Voulu jeter un coup d’œil au Guépard, mais nous sommes laissés prendre comme d’habitude — trois heures. Exemple de double traduction, de l’italien au français d’abord, puis du français au petit-bourgeois : quand le prince dit « Passez me prendre alla undici », à onze heures, le sous-titre met à vingt-trois heures. Été en voiture nous promener sur le chemin du bas, mais dans la nuit noire il faut aux vieillards du goudron, ou au moins un chemin de terre, à peu près égal. Agenda de la veille, pour tâcher de rattraper le retard. Journal, vite et mal. Ma vue baisse à vue d’œil. Couché à presque trois heures. 

lire l’entrée du dimanche 4 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 5 août 2019, 10 h 50
modifiée le lundi 12 août 2019, 11 h 20
Lundi 5 août 2019.
Semaine 32, saint Abel — 217/148. Plieux. Réveillé ç sept heures, mais heureusement rendormi, contre toute attente. Levé à huit heures vingt, peu avant l’arrivée de Céline dans la bibliothèque. Temps gris, assez frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et château de Cauzac du bas de l’à-pic, versant ouest, 30 août 2019. Tél. de M. Fritsch, de l’agence Besse, qui doit passer cette après-midi avec des visiteurs immobiliers. Agenda. 10:50:10 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Texte en réponse à Die Welt. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 30 juillet 2019 autour de Cauzac : moulin sur la Séoune, en bas de Lacour-de-Visa ; vitraux “modernes” (c. 1970 ?) dans l’église de Lacour-de-Visa ; château de Beauville, façade méridionale. Pas d’eau, bain en bas. M. Fritsch ici peu après trois heures, avec deux visiteurs. Je les pilote moi-même, Pierre étant très occupé par des visiteurs à billet, plus nombreux qu’aucun autre jour. Paraissent plutôt séduits. S’en vont vers cinq heures. Envoie la lettre en réponse à la journaliste de Die Welt. L’Arrière-Pays. Ferraillages sur Twitter. Chien Le Coz déchaîné, finis par aller voir, il est avec sa maîtresse qui non seulement ne le fait pas taire mais m’apercevant, l’encourage à aboyer encore plus, avec toute sorte de provocations à la cantonade  : « Alors, tu est content de voir M. Camus ? Tu le salues ? Tu aimes bien le saluer, n’est-ce pas ? » Elle jouit manifestement de déranger, on sent qu’elle aime ça, que c’est ce quelle désire. Hélas, c’est une vocation, il faut avoir ça dans le sang. Moi j’aurais Juan Asensio pour voisin j’aurais horreur de le déranger, je ne le supporterai pas. Pas d’atelier, pas le temps, pas les nerfs assez tranquilles non plus. Dîner aux nouvelles, fantaisies que je prends pour des chinoiseries et qui seraient en fait des “bâtons florentins”, pas mauvais du tout. Salade verte, poire à la vapeur et  confiture de fugues. Vu un peu de je ne sais plus quoi, trop peu de concentration pour m’y intéresser. Été avec Pierre en voiture marcher sur le plateau (entre Balignac et Espeyrous), accompagnés du chien Vidocq ; mais nous trouvons le moyen de nous engueuler (à propos de l’affaire Le Coz, que Pierre recommande de traiter par le mépris — je trouve qu’il en parle à son aise : ce n’est pas lui que ces aboiements et cette méchanceté gratuite (ou bien politique, idéologique ???) torturent. Journal, mis la lettre de la journaliste du Welt, et ma réponse, le tout en “accès libre”. Puis passé à un “droit de réponse” recommandé par Me Rimokh pour un journal en ligne belge, Monkey-quelque chose,  et le tissu d’inepties, d’inexactitudes  et de mensonges d’une demoiselle Lola d’Estienne d’Orves (!!!!!). Hélas, je suis peu inspiré et tombe de sommeil (ou tout simplement de fatigue). Couché vers une heure. 

lire l’entrée du lundi 5 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 7 août 2019, 1 h 28
modifiée le mercredi 7 août 2019, 18 h 35
Mardi 6 août 2019.

Semaine 32, Transfiguration — 218/147. Plieux. Bien dormi, levé à huit heures moins le quart. Tweets, réduction, 1.180.000 signes. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et peinture murale du modeste A. Michielin, La Fuite en Égypte, 1937, dans l’église Notre-Dame de Lacour-de-Visa. Fini et envoyé le “droit de réponse” à “Monkeybusiness” (?). Ferraillages encore toute la journée, mais cette fois-ci plutôt avec des journalistes, allemands, anglais, italiens, américains surtout. Le femme du Welt répond poliment à ma lettre pourtant peu aimable, m’envoie le premier article écrit le printemps dernier après sa visite ici et me dit ne pas me l’avoir envoyé plus tôt à cause du titre, très insultant mais dû à la rédaction, « c’est plus fort qu’eux, ils ne peuvent pas résister  » (!!!). Journaliste italien de La Stampa, rendez-vous téléphonique jeudi matin. Pierre se rend de nouveau à Fleurance pour tâcher de régler mes affaires bancaires, qui prennent un sale tour après l’échec, à dix-huit centimes près, du “repassage positif”. Autre journaliste du New Tork Times, celui-ci spécialiste des races (!!!), nombreux échanges toute la journée (polis, mais ce sont les plus dangereux). Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 30 juillet encore, deux œuvres de Jean-Louis Germain encore, une abstraction calligraphique et une tête de garçon (Miroirs, dét.), plus un “La Place du Mort”, église et mairie de Donzac au passage, au retour. Retards, bain relativement tardif, lecture par Pierre d’Henri Martin, années 1746-47, disgrâce de d’Argenson, catastrophique diplomatie française, portraits parallèles de La Bourdonnaye et de Dupleix (tous les deux très admirés par Martin). Suite des échanges polis avec Mr. Eligon (New York Times).  Journée assez tranquille Le Coz-wise. Pas d’atelier, pas le temps — toutefois Pierre a modifié les accrochages, sur ma requête, pour mettre en avant des travaux récents (le grand Pentes II est passé dans la bibliothèque). Dîné aux nouvelles, plus ou moins “de fête” je ne sais trop pourquoi, saucisson de Mme Golubert mère, fourme d’Ambert, salade verte au fenouil, excellent et très joli “gris de toul” offert récemment par le prince Niezgoda. Glace à la vanille, poire à la vapeur, biscuits. Vu Des femmes disparaissent, 1957, d’Édouard Molinaro, avec un Robert Hossein très sexy. Promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de la Rouquette rejoint en voiture, puis chemin d’Enduré jusqu’à une prairie-clairière sous la lune. Suite des échanges avec Mr. Eligon. Échanges de messages avec des membres du CNRE, Jean-Yves Le Gallou en tête, qui me conseillent de ne rien céder et de ne surtout pas m’excuser. Mais je n’ai pas du toit l’impression de céder ou de m’excuser. Que souhaitent-ils ? Que j’assume les massacres ? Il n’en est évidemment pas question une seule seconde, non plus que la croix gammée de Mlle Lignier, non par faiblesse ou lâcheté mais parce rien ne serait plus contraire à mes convictions — de sorte que je ne comprends rien à leurs conseils. Agenda, long rattrapage. 01:27:40 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Commencé très tard l’entrée du jour du journal mais un éclair fait sauter l’électricité et l’ordinateur (je n’ose écrire que nous avons pris la foudre car, l’ayant écrit récemment, j’ai été fustigé par H. qui disait que c’était chez lui et non chez moi qu’était tombé la foudre et que ma prétention était typique du fameux égo disproportionné éclair, donc : j’espère qu’éclair ça va). Couché vers deux heures. 


 


 


 


 


 


 


 


 

lire l’entrée du mardi 6 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 7 août 2019, 19 h 06
modifiée le jeudi 8 août 2019, 17 h 18
Mercredi 7 août 2019.
Semaine 32, Saint Gaëtan — 219/146. Plieux. Assez bien dormi, levé à huit heures et demie, avec l’arrivé de Céline dans la bibliothèque. L’Arrière-Pays, autoportrait de la nuit et dessin de Géricault, académie d’homme, à Cauzac (on dirait plutôt un dessin du XVIIe siècle, à mon avis, mais le propriétaire est formel). Déferlement sans précédent d’articles de presse assassins (enfin c’est plutôt moi l’assassin, d’après eux…), La Libre Belgique, Le Devoir, L’Obs, Libération (je crois, je m’embrouille un peu et n’ai pas envie d’aller vérifier). Ferraillages toute la matinée. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 30 juillet à Cauzac, trois œuvres de Jean-Louis Germain, portrait d’homme,  abstraction rose, calligraphie, dates incertaines. “Tuerie” (oooopssss) de restes dans la cuisine avec Piere, restes de saucisson, restes de fourme d’ambert, petit pâté de campagne offert par Couteaux (mais les personnes du Prieuré ont offert à Pierre un magnifique coffret des Fleurons de Lomagne à propos de la morsure), reste du gris de Toul de Fabrice Niezgoda (encore meilleur le lendemain), glace à la vanille et biscuits, café. Visiteurs. Communiqué à propos des massacres, sur la suggestion du CNRE (n° 80). L’Arrière-Pays. Agenda. Dernière connexion le 07/08/2019 à 11h42  /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -800,23 € /// Crédits -80.287,65 € /// Solde au 06/08/2019 -800,23 € /// À venir 845,00 € | Prévisionnel 44,77 € // Débiteur depuis 33 jours ///      06/08 COMMISSIONS - CHEQUES ETRANGERS -35,00 € /// 05/08 PRELEVEMENT PSA FINANCE DU 05/08 - MOTIF : 100P3077570 32 050819 VOTRE IDENTIFIANT ESPACE CLIENT :P0221019349 NOTRE SITE : WWW.PSA-FINANCE-FRANCE.FR - REF : 100P3077570 LIB -742,05 € /// 05/08 PRELEVEMENT CANALSAT DU 05/08 - MOTIF : PRLV CANAL ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819001A19080400760000642204097 LIB-76,00 € /// 05/08 PRELEVEMENT CANAL PLUS DU 05/08 - MOTIF : PRLV CANAL+ ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819003A19080400399000642778269 LIB -39,90 € /// 05/08 VERSEMENT ESPECES DU 03/08 A 09H50 +40,00 € /// 05/08 VERSEMENT ESPECES DU 03/08 A 09H47 +35,00 € /// 05/08 REMBOURSEMENT PRELEVEMENT SOCIETE EDITRICE DU MONDE DU 05/08 - MOTIF : MD06 CONTEST DEB REF - REF : SEM---160719PRL0000001550345628 +17,90 €  /// Situation catastrophique évidemment depuis le ratage de la première tentative de “repassage positif” à 18 centimes près ; mais la guerre médiatique à l’avantage de m’empêcher d’y penser ; Pierre se débat comme un beau diable pour essayer de me tirer d’affaire et va tous les jours à la banque. Agenda. 19:03:06 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays ? Dîné léger, poire à la vapeur et glace à la vanille, infusion de verveine. Sortis relativement tôt, par plein jour, été en voiture dans la plaine avec le chien Vidocq très guilleret, marché assez longuement jusqu’à l’étang carré d’où l’on voit le château curieusement de profil. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Un peu de bruit de parc de stationnement, conversations de départ. Tél. d’une dame suisse qui m’explique que je suis le théoricien politique le plus influent de notre époque (sic), qu’elle est agent médiatique, que je devrais cesser de donner ici ou là des entretiens pour rien, que je devrais me faire payer et quelle se fait fort aussi d’organiser pour moi aux Étas-Unis et ailleurs des conférences à soixante mille dollars tous frais payés (bigre  [corr. autom. : “bière”], voilà tout à fait ce qu’il me faut !). Dois finalement l’interrompre. Journal, mis un échange de message avec une dame de HBO. Tweets, quelques retraits. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 7 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 8 août 2019, 17 h 47
modifiée le vendredi 9 août 2019, 17 h 09
Jeudi 8 août 2019.
Semaine 32, Saint Dominique — 220/145. Bien dormi, levé peu avant huit heures. Crise de tweets plus ou moins “théoriques”, toute la journée, provoquée en partie par un message de Jean-Yves Le Gallou, hier. Rendez-vous téléphonique à dix heures avec un journaliste de La Stampa, Leonardo Martinelli, très ponctuel, très poli et plutôt scrupuleux dans ses questions, au moins, bien qu’il ne m’ait pas plus lu que les autres — une heure à peu près d’un entretien cordial.  L’Arrière-Pays, crise de tweets, suite. Mis en ligne très tardivement les deux livraisons Le Jour ni l’Heure du matin, autoportrait de la nuit et portait d’homme jeune, par Jean-Louis Germai, photographié à Cauzac le 30 juillet 2019. Pas d’eau chaude à l’étage. Tranquillité chienique, jusqu’à présent (comme d’ailleurs la veille, il me semble). Répondu par écrit aux questions d’ABC, de Madrid, formulées par un journaliste qui était venu ici ce printemps (Marc Bassets Claret). Pas de livraison de la mi-journée de Le Jour ni l’Heure).Visiteurs, assez nombreux, dont une dame qui a écrit un livre savant sur les châteaux de Gascogne (elle est apparemment enchantée et dit à Pierre que « rien de mal ne peut sortir de cet édifice » — allusion politique ?). Recherche dans Bernanos un passage signalé par Pierre mais ne le retrouve pas. Lis aussi Constant (au hasard des visites, dans la tour Saint-Clar). Comptes :  Dernière connexion le 08/08/2019 à 09h12 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 44,77 € !(victoire, victoire, “repassé positif” — mais toute la gloire en revient à Pierre) /// Crédits -80.287,65 € /// Solde au 07/08/2019 44,77 € /// À venir 0,00 € | Prévisionnel 44,77 € /// Solde au 07/08/2019 44,77 € /// À venir 0,00 € | Prévisionnel 44,77 € /// 07/08 VERSEMENT ESPECES DU 07/08 A 12H01 +45,00 € (Pierre) /// 06/08 REMISE CHEQUES BORDEREAU 00853150 /NOPT/NB CHQ TRAITE /00001 +800,00 €      Visiteurs, Pierre a vendu un exemplaire des Demeures (Italie).  Encore un groupe de visiteurs, nous sommes décidément très à la mode (et pas un aboiement de chien — nouvelles vacances ? Quelle bénédiction !). Agenda. 17:46:40 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Pas d’atelier. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons, chips, poire à la vapeur et myrtilles. Vu “Secrets d’histoire” sur Pierre II du Brésil. Été en voiture sur le plateau promener le chien Vidocq, du côté d’Espeyrous. Nuit superbe, très claire, mais incident, le chien prend une décharge électrique d’une clôture pour les vaches et s’enfuit en hurlant. Très longs efforts pour le récupérer, retournons à la voiture, revenons, le récupérons finalement vers une heure du matin. Tout endolori il hurle quand nous le descendons de voiture, le chien Le Coz aboie mais cette fois-ci c’est nous  qui dérangeons le quartier et réveillons tout le monde. Journal, relecture et mise en ligne. Couché peu avant trois heures. 

lire l’entrée du jeudi 8 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 9 août 2019, 17 h 28
modifiée le samedi 10 août 2019, 17 h 39
Vendredi 9 août 2019.
Semaine 32, Saint-Amour — 221/144. Plieux. Bien dormi, mais peu. Levés vers huit heures. Tweets, réduction, 1.180.000 signes. L’Arrière-Pays, très activement encore. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et tableau rose et gris de Jean-Louis Germain, Cauzac, 30 juillet 2019. Nouveau tél. de la dame entreprenant, qui dit être très bien avec X. (grande éditrice) et pense qu’elle pourrait publier Le Grand Remplacement (!). Elle dit avoir aussi des pistes aux États-Unis. Le Jour ni l’Heure, photographie du samedi 4 mai 2019 à Paris, le petit Rembrandt du musée Jacquemart-André, Les Pèlerins d’Emmaüs, et deux Filiger de l’exposition de la galerie Malingue, avenue Matignon, Maison du Pen-Du, 1890, et Christ roux, 1892. L’Arrière-Pays, sans grand profit. Beaucoup de visiteurs, le pauvre Pierre est très occupé et passe son temps à monter et à descendre (y compris bien sûr au sommet de la tour). Temps gris et sombre. Comptes :  Dernière connexion le 08/08/2019 à 17h38 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 44,77 € /// Crédits -80.287,65 € /// Solde au 08/08/2019 44,77 € À venir 1.049,26 € | Prévisionnel 1.094,03 € /// (aucun mouvement). Agenda. 17:43:06 //////// Journal. Pas d’atelier. Dîné aux nouvelles, aubergines, carottes, champignons, salade verte, poire à la vapeur et mûres. Vu vaguement un peu d’un Borderie d’ailleurs pas  si mauvais, assez soigné, La Môle vert-de-gris, avec Eddie Constantine et Dominique Wilms (on y voit le Casablanca encore très français de 1953) et un peu d’un Mocky (à l’occasion de sa mort), avec [nom se dérobe]. Assez brève promenade avec Pierre et Vidocq sous le flanc nord, jusqu’au pied du jardin de l’hôtel de Lavauden ; mais nous devons rentrer assez précipitamment parce que menace un fort orage, dont nous prenons les premières pluies. Journal, relecture et mise en ligne (les mésaventures du chien). Couché assez tôt, vers minuit et demi. 

lire l’entrée du vendredi 9 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 10 août 2019, 18 h 00
modifiée le dimanche 11 août 2019, 11 h 05
Samedi 10 août 2019.
Semaine 32, Saint Laurent  — 222/143. Plieux. Assez bien dormi malgré une insomnie centrale assez productive. Levés à 8 heures.  Assez beau temps. L’Arrière-pays, très activement, mais sans grand profit. Le Jour ni l’Heure, livraisons du matin et de la mi-journée mêlées : autoportrait de la nuit et deux photographies prises au musée Jacquemart-André le samedi 4 mai 2019, portrait d’Édouard André par Winterhalter (!) et buste d’une assez jolie jeune femme de 1789 à l’air revêche par Roland (Marcel Meyer trouve à très juste titre qu’elle ressemble à Beethoven mais la tête de Beethoven convient mieux à un génie bourru qu’à une jeune personne du temps de Camille Desmoulins). Tél. de ma cousine Françoise O’Lanyer. Tél. de ma sœur. Il n’y a d’eau au second étage que le soir ou la nuit, ces temps-ci. Pierre prend des douches au premier et moi qui ne vois personne et déteste changer d’habitude attend la nuit). Café avec Pierre — il m’offre deux assiettes Louis-Philippe où l’on voit des chasseurs avec des chiens. Raboiements Le Coz, après deux jours d’accalmie. Visiteurs. Pierre vend un exemplaire des Demeures (Île-de-France). Échanges avec le journaliste du New York Times qui doit venir la semaine prochaine. Comptes : Dernière connexion le 09/08/2019 à 17h40 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.199,21 € /// Crédits -80.287,65 € /// Solde au 09/08/2019 1.199,21 € /// À venir -105,18 € | Prévisionnel 1.094,03 /// 09/08 VIREMENT DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE DU TRAVAIL MOTIF: VOTRE RETRAITE SECURITE SOCIALE - REF : 12115777 CAMUS 0719 +1.154,44 € /// Agenda. 18:00:02 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Dîner aux nouvelles, excellentes rillettes d’oie d’un somptueux coffret offert à Pierre par le Prieuré après l’affaire des chiens, salade verte, cantal, madiran [corr. autom. : “marina”] de même origine que les rillettes, poire à la vapeur et gâteaux, au citron et au chocolat. Vu ou revu (j’essaie de ne pas dormir aux mêmes moments) deux épisodes Du Nom de la rose, avec John Turturo, X. [nom se dérobe] et Y. [jamais su — assez plaisant jeune homme]. Magnifique et longue promenade dans la vallée avec Pierre et Vidocq, une des plus belles dont j’aie souvenir : très fort clair de lune. Été jusqu’au second gué, où il y a désormais un pont, revenu par la rive gauche de l’Arratz, en allant assez loin à l’intérieur des terres pour éviter les buissons trop touffus, presque à Castel-Picon. Journal, entrée du jour, relecture et mise à jour. Enlevé encore quelques tweets mais il en rentre par l’autre bout (1.185.000 signes). Attentat contre une mosquée en Norvège, craintes d’une reprise de l’avalanche. Bain. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du samedi 10 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 11 août 2019, 11 h 13
modifiée le lundi 12 août 2019, 11 h 11
Dimanche 11 août 2019.
Semaine 32, Sainte Claire — 223/142. Plieux. Bien dormi malgré un orage, levés vers huit heures. Curieusement, pas d’écho à l’attentat d’Oslo, ni à la radio ni sur les réseaux — tant mieux (il était peut-être moins meutrier que d’abord annoncé ?). Tweets, quelques retraits. Déjeuné en bas avec Pierrounet-le-Rebouteux et Vidocq-le-Chien. Temps très sombre et pluvieux, assez beau, plaisant et frais. Écrit à M. Méheut (du New York Times). Écrit à M. Johnson, de CounterCurrents, dont j’ai décliné les propositions. Agenda. 11:12:11 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, réduction. Le Jour ni l’Heure, deux Hammershoi de l’exposition Hammershoi du musée Jacquemart-André le samedi 4 mai 2019, avec Pierre : Rayon de soleil dans le salon III, 1903 (le canapé Bidermeyer) et Intérieur avec un pot de fleurs, Bregade [corr. autom. : “Belgrade”] 25, 1910, le tableau (paysage) dans le tableau, la coupe. Bain (il y a de nouveau de l’eau dans la journée), lecture par Pierre d’Henri Martin, la décadence morale au XVIII, les mœurs conjugales, les bals masqués, etc. Tweets, réduction, suite. Journal, rédaction, relecture et mise en ligne. Jeanne Lloan ici à huit heures. M’offre le superbe catalogue de la double exposition Bioulès de Montpellier, que nous projetons d’aller voir. Invités par elle, allons dîner à La Romieu (mon choix), en passant par Castéra-Lectourois. Très agréable dîner au Cardinal, face à la collégiale, sous les arcades. Salade au fromage de chèvre (mais aussi beaucoup du foie gras de Jeanne et des rillettes de Pierre — je suis un parasite social). Gambas grillées (mais aussi beaucoup des ris de veau de Jeanne et du thon de Pierre, sur échanges). Glace à la vanille et au caramel. Vin rouge. Pour voisins une petite famille admirable de bonne éducation, qui dit bonjour et bonsoir gentiment et parle à table, enfants compris, comme des gens civilisés, c’est-à-dire bas (on n’entend pas un seul de leurs propos, ni eux des nôtres, bien qu’ils soient à deux mètres). Tour en voiture post-prandial sur l’autre versant de la collégiale, assez bonne photographie nocturne et floue. Rentrés par le même chemin. Remis aussitôt à la “réduction” de Tweets, qui m’obsède (un an que ça dure !). 1.160.000 signes. Mais tombe de sommeil, couché peu après minuit. 

lire l’entrée du dimanche 11 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 12 août 2019, 11 h 18
modifiée le mardi 13 août 2019, 9 h 14
Lundi 12 août 2019.
Semaine 33, Sainte Clarisse — 224/141. Plieux. Bien dormi, malgré légère insomnie centrale, avec douleur. Levés à huit heures. Tweets, réduction. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue nocturne des tours de La Romieu, pas mal. L’Arrière-Pays, un tweet (les non-lecteurs). Agenda. 11:16:59 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, réduction. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 11 août 2019, variante en noir et blanc de la vue sur la collégiale de La Romieu à partir du Sud, autre vue prise de la table de restaurant sous les arcades, vue de la canopée à Plieux plus tôt. Tweets, réduction. Nombreux visiteurs, lu Benjamin Constant. Journal (Benjamin Constant). Toujours pas d’atelier. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes aux champignons, cantal, fini la bouteille de madiran [correction automatique : “marina”]. Vu un épisode de Succession. Promenade avec Pierre et Vidocq sur le chemin qui mène à Monplaisir, l’autre (Nord) ; autre nuit très belle, lune forte, splendides nuages noirs éclairés, regrets de n’avoir pas pris l’appareil. Journal, fin de la rédaction, relecture et mise en ligne. Tweets, réduction (après transcription des plus récents), 1.140.000 signes. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du lundi 12 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 13 août 2019, 9 h 19
modifiée le mercredi 14 août 2019, 11 h 33
Mardi 13 août 2019.
Semaine 33, Saint Hippolyte — 225/140. Plieux. pas mal dormi, mais peu. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et curieux bâtiment de communs (?), c. 1890 (?), du château de Macary, à Larroque-Saint-Sernin, près de Castéra-Verduzan, mercredi 5 juin 2019, retour de l’exposition à Flaran. Temps gris. Agenda. 09:18:32 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Bain au premier, il n’y a pas d’eau au second. Quittons Plieux à dix heures et demie. À onze heures chez Jeanne Lloan à Fleurance pour la conduire chez un médecin à Auch. L’y déposons à midi moins le quart. Tour en ville. Librairie de la rue piétonne. Cherche des chaussures, mais les rares magasins de chaussures sont fermés, soit parce qu’on est entre midi et deux heures, soit pour les vacances. Pierre me reprend à la patte-d’oie, en bas, nous allons chercher Jeanne mais elle n’a pas fini, nous allons encore dans les centres commerciaux du nord mais là les chaussures, au lieu d’être trop chères pour moi comme d’habitude ne le sont pas assez (les plus chères coûtent 29 €), rien à ma convenance. Pierre va chercher Jeanne tandis que je retourne à un magasin de l’avant-place de la cathédrale où nous avions repéré des chemises très correctes à 15 €, mais naturellement ce sont des fins de série à tailles excentriques, pour géants obèses. En achète néanmoins trois à ma taille et à prix normal (39 €), qui reste à peu près inférieur de moitié aux prix parisiens. Hésitations sur la suite, musée de Mirande, musée de Muret, palais épiscopal d’Alan, optons pour Alan. Passons à mon cher petit château de Gramont, au-dessus d’Auterive, très prospère, mais n’osons trop nous avancer, d’autant que j’ai désormais l’Atrabilaire en surmoi pour m’inciter à la discrétion castellologique (qu’aurait-il de ce pauvre cher M. Ducos, des Vieilles Maisons françaises, si distingué mais qui se faisait dévorer par les chiens pour apercevoir une ombre de mâchicoulis ?). Fête de l’Aïd à Auterive, tout un peuple à-demi voilé. Admirable Faget-Abbatial, la perle du Gers, devenu cimetière de voitures — que fait Stéphane Bern ??? (ce me semblerait un cas parfait de classement d’office). Explorons aussi le bas, jolie mairie Restauration, superbe tour-clocher de l’église abbatiale. Collines, virages. À Alan (Haute-Garonne) vers quatre heures et demie. On ne visite pas le palais épiscopal, mais on peut entrer dans la cour voir la fameuse porte à la vache (flamboyante). Jolie village, belle église (fermée), force élégantes maisons Restauration dont l’une, sur la grand’place-esplanade, a même gardé son fenestrage d’époque. Notre-Dame-de-Lorette, ancien hôpital du XVIIIe s., , qui lui a gardé ses beaux crépis d’époque. Très joli petit château du Fréchet, admirablement “dans son jus” (ferme, au demeurant peu active), tout à fait ‘mon genre”, mais que néanmoins je n’achèterai pas, s’il en était question, car une route montante fait beaucoup de bruit (encore plus qu’à Bonnabaud). Saint-Martory, curieux tombeau d’une princesse de Bergues-Saint-Winock (?), dans l’église, beaucoup de beaux hôtels Restauration (et un Louis XVI), beau château trop restauré, qu’on arrive à voir en descendant sur les rives de la Garonne, sous la mairie. Arlon, tour de Jean d’Aulon, compagnon de Jeanne d’Arc, “l’homme le plus honnête de France”. Sepx, Saint-Marcet, Sarremezan, beau château-ferme sur une butte, qu’on arrive à voir de face au prix d’un long détour par des prairies moutonneuses (l’Atrabilaire serait indigné). Une des rares moments de belle lumière de la journée. Villa gallo-romaine de Montmaurin, naturellement fermée, mais j’en fais le tour en suivant le mur d’enceinte et arrive à en voir tout de même pas mal (sans outrepasser la moindre interdiction — à Sarremezan non plus, d’ailleurs, encore que nous soyons tout de même passés sur (Pierre) ou sous (moi) quelques fils électriques). La route des gorges de la Save est fermée (éboulement ? mesure de préservation écologique ?). Lespugue. Marché avec Pierre jusqu’aux ruines du château, beau site très boisé, arbres magnifiques, dominant les gorges de la Save, au-dessus de la grotte où fut découverte en 1922 (et brisée dans la découverte) la Vénus. Boulogne-sur-Gesse, cherchons et trouvons le château de la Gesse, somptueuse demeure de Bergougnan aîné, aujourd’hui centre d’une mystérieuse et non moins somptueuse exploitation (?), immense, énorme, anonyme et fort verrouillée. Esssayons d’aller voir le château d’en face, et suivons à pied, Pierre et moi, sur les collines, un superbe “chemin du moulin”, en avant de Mondilhan. Vue magnifique sur les Pyrénées, magnifique montagne trapézoïdale identifiée par Jeanne comme l’Arbizon. Route de Boulogne-sur-Gesse à Masseuse fermée (?), passés par Saint-Blancard, où l’immense château des Gontaut-Biron est dans un état lamentable.  Masseube. Dîné au Pong de Pavie (“le désastre de Pavie ” (P.)). Force raviolis, calamars et beignets de crevette, canard laqué, riz et beignets de panga (?) (correction automatique : “manga”), tarte au citron, nougat chinois, glace aux rhum et aux raisins, au cassis, à la menthe. Rauch. Déposé Jeanne chez elle vers onze heures. À Plieux peu avant minuit. Pierre sort le chien. Journal. Couchés vers une heure. 

lire l’entrée du mardi 13 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 14 août 2019, 12 h 25
modifiée le jeudi 15 août 2019, 11 h 51
Mercredi 14 août 2019.
Semaine 33, Saint-Evrard — 226/139. Plieux. Bien dormi, mais douleur articulaire au coude droit, apparue avant le coucher : goutte (souffre-t-on de la goutte dans les membres supérieurs ?), rhumatisme ? Levés vers huit heures. Très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait (retouché) au château de Lespugue, château de Sarremezan. Céline nous annonce que quelqu’un a volé hier le grand vase bleu du “jardin médiéval”, premier cambriolage ici depuis vingt-sept ans et désagréable nouvelle, d’autant qu’elle semble impliquer une certaine connaissance des habitudes de la maison (fermeture le mardi, absence, etc.). Tél. de la dame de la Mouline m’annonçant que des Australiens en séjour chez elle cherchent un château dans la région — ils tombent bien, ceux-là, et passeront à deux heures. Pierre va faire des courses pour le “déjeuner New York Times” (repoussé du 15 au 16 because Assomption, et qui effraie considérablement Mme B., celle qui me propose de prendre mes affaires médiatiques en main, de “vendre” mes interviews (au lieu de les accorder gratuitement) et d’organiser pour moi des conférences à 60.000 $ (magari !!!). Tél. de Me Rimokh qui me raconte ses démêles avec les excités de MonkeyNews, qui veulent bien publier le droit de réponse mais à condition de l’assortir d’une réponse en quatre points de Mlle d’Estienne d’Orves, qui en fait confirme tout à fait mon texte sur le caractère robo-mimétique de sa prose puisque tout ce qu’elle écrit, explique-t-elle, d’autres l’ont écrit avant elle. Comptes : Dernière connexion le 10/08/2019 à 17h56 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -23,74 € (ça n’aura pas duré longtemps, le“repassage positif”…) /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 13/08/2019 -23,74 € /// À venir 0,00 € | Prévisionnel -23,74 € /// Débiteur depuis 2 jours /// 12/08 PRELEVEMENT CARDIF ASSURANCE VIE DU 12/08 - MOTIF : WY0201015610211813500508190T1 - REF : WY0201015610211813500508190T1077229 LIB -105,18 € (assurance de l’emprunt pour les travaux de la tour) /// 12/08 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € (remboursement du prêt pour les travaux de la tour) /// Agenda. 12:19:18 ///////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, puis livraison de la mi-journée, trois photographies de la veille dans le Comminges, vache d’Alan, église d‘Alan, palais épiscopal d’Alan (façade XVIIIe sur la place). Bain au premier. Visite à deux heures du couple  australien d’éventuels acheteurs annoncés par Mme de la Mouline, mais ils paraissent très peu décidés, très peu sûrs de ce qu’ils recherchent et peu connaisseurs — plus une idée qui leur a passé par la tête pour faire la conversation qu’un plan bien arrêté (ils n’ont rien vu d’autre dans la région, seulement un vague château dans le Lot, qu‘ils ne peuvent pas décrire ou dater). Elle plus enthousiaste que lui, néanmoins, mais je n’en augure rien — not the type. Plier bagage serait bien nécessaire pourtant, le chien Le Coz est à son pire toute l’après-midi et même assez avant dans la soirée. Ah oui, il aboie sans interruption, de l’intérieur de sa maison mais ça n’y change pas grand chose, pendant toute la visite des éventuels acheteurs, que ça ne doit guère inciter à acheter (ils ne paraissent pas le remarquer, ou bien ils sont très polis). De l’autre côté ce sont force cris et criailleries d’enfants, mais là on peut rien dire, “c‘est dans le code” (il y a même des gens qui aiment ça, je crois — néanmoins, pour moi qui était venu ici pour le silence, la situation est totalement transformée). Travaillé au journal de la veille, lent et fastidieux (pour le lecteur comme pour l’auteur, probablement). Bon nombre de visiteurs encore. Monkeynews a publié mon droit de réponse, mais assorti de longs commentaires justificatifs de Mme d’Estienne d’Orves, qui conforme pleinement tout ce que j’ai écrit sur le caractère robotique et mimétique de ses allégations puisqu’elle cite une foule d’autres articles qui ont dit la même chose qu’elle avant elle. Dîner aux nouvelles, mais rendu insupportable par les aboiements du chien Le Coz, qui reprennent toutes les trois minutes, de sorte que l’on ne vit plus que dans l’attente crispée du nouvel accès. Raviolis aux cèpes. Poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Revu une bonne partie de Pulp Fiction, 1994, de Quentin Tarantino, avec John Travolta et Bruce Willis. Retournés avec Vidocq sur le chemin blanc de Monplaisir (nord), munis cette fois de l’appareil photographique — très belle nuit encore sous la lune, paysage très photogénique, à la Hammershoi ou Pointelin, lignes simples, bosquets, force photographies quo devraient être sublimes mais en fait ça ne donnent pas grand chose faute de technique suffisante, il faudrait apprendre au moins à laisser l’obturateur ouvert plus longtemps, et se munir d’un trépied ; en l’état je suis obligé pour les rendre lisibles de traiter les images à l’excès. Journal, suite de l’entrée de la veille, entrée du jour. Coude toujours à demi-paralysé. Couché vers une heure.   

lire l’entrée du mercredi 14 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 15 août 2019, 12 h 14
modifiée le vendredi 16 août 2019, 9 h 07
Jeudi 15 août 2019.
Semaine 33, Assomption (férié) — 227/138. Plieux. Assez bien dormi, amélioration de la mobilité du coude, au matin. Levé à sept heures vingt, temps couvert. Journal, entrée de l’avant-veille, relecture et première tentative de mise en ligne mais plantage général, ainsi qu’il en survient de plus en plus souvent. Petit-déjeuner en bas avec Pierre, gâteaux de boulanger. Le Jour ni l’Heure, autoportrait, et photographie de la veille sous la lune, sur le chemin de Monplaisir, mais la série est assez décevante. Journal de l’avant-veille, récupération après le crash, recollage approximatif, mise en ligne. Tél. de Mme B., affolée à la perspective de la visite des journalistes du N.Y.T. demain, qui dit que je dois m’en méfier comme de la peste, me supplie de tout entegistrer et d en’être jamais seul avec eux — elle envisage même de venir de Suisse pour tacher de limiter les dégâts. En attendant, ses tentatives éditoriales aux États-Unis ont échoué comme je le prévoyais. On me reproche You Will Not Replace Us, qui empêcherait la publication d’une traduction du Grand Remplacement. Matinée silencieuse, comptons les bénédictions dont nous sommes l’objet. Comptes :  Dernière connexion le 14/08/2019 à 12h08 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -23,74 € /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 14/08/2019 -23,74 € /// À venir -219,94 € | Prévisionnel -243,68 € /// Débiteur depuis 3 jours. Agenda. 12:13:03 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Faget-Abbatial en cimetière de voitures, pour « Arrêtez le désastre ! ». Journal, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Entrée de la veille, démêlés abec Mme d’Estienne d’Orves, textes, droit de réponse, réponse au droit de réponse, commentaires, etc. Journal du jour, rédaction. Journée tranquille et laborieuse, rattrapage du retard. Bain tardif. Dîner aux nouvelles, aubergines, semoule, jardinière de légumes. Poire à la vapeur et framboises. Vu “Secrets d’histoire” sur Napoléon, jusqu’au sacre, que nous désapprouvons. Très belle promenade sur le flanc nord, dans un immense champ moissonné et jusqu’au petit étang réservoir, en bas. Beaucoup de photographies nocturnes, mais elle ne donnent rien. Journal, relecture et mise en ligne. Écrit à Jean-Yves Haberer. Tweets, réduction, 1.140.000 signes. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 15 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 16 août 2019, 9 h 58
modifiée le samedi 17 août 2019, 16 h 13
Vendredi 16 août 2019.
Semaine 33, Saint Armel — 228/137. Plieux. Pas trop mal dormi, mais peu. Levé à huit heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et église Saint-Sauveur de Faget-Abbatial, avec Pierre et Jeanne, mardi 13 août 2019. Pas d’eau au second, bain en bas. Comptes :  Dernière connexion le 15/08/2019 à 12h11 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -23,74 € /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 14/08/2019 -23,74 € /// À venir -219,94 € | Prévisionnel -243,68 € /// Débiteur depuis 3 jours /// Agenda. 09:58:36 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Arrivée sur rendez-vous des deux journalistes du New York Times, MM. Constant Méheut et Norimitsu Onishi. Conversation avec eux dans la bibliothèque, environ trois heures. Déjeuner avec eux et Pierre dans la salle des Pierres, salade “J”y-fous-tout”, poulet au citron rôti tiède, jambon en lamelles, lardons, champignons, œufs mollets, gorgonzola, croûtons, salade verte, etc. Glace à la vanille, petits fruits macérés dans l’armagnac, biscuits de Fleurance. Vin rosé très pâle. Café et armagnac dans la bibliothèque, suite des échanges, deux heures environ. Visite générale des lieux avec ces messieurs, des salles des gardes au sommet de la tour. Assez nombreux visiteurs payants, toute l’après-midi. Les journalistes s’en vont vers cinq heures (ils ont couché à Agen et y reprennent l’avion). Épuisé, je tâche de dormir un peu mais naturellement le chien Le Coz me réveille après cinq minutes. Miraculeusement je parviens à me rendormir mais il me réveille de nouveau cinq minutes plus tard. Tweets, réduction (1.130.000 signes). Dîné de restes (surabondants, mais nous n’avons guère faim).  Vin rosé, infusion de verveine. Essayons de regarder quelque chose à la télévision mais le chien Le Coz déchaîné aboie si fort que nous sommes obligés de vider ls lieux, n’y tenant plus. À cause de sa maîtresse et de lui cette maison est devenue à la fois inhabitable et invendable. J’aime mieux penser que l’attitude de cette femme qui me gâche la vie est liée à quelque haine politique ou idéologique qu’à de la méchanceté pure, à la passion de nuire ou à la simple complète indifférence au dérangement que l’on cause — d’abord c’est une explication moins affligeante pour l’espèce humaine (la dame penserait agir par vertu politique), ensuite je pourrais vendre en toute bonne conscience, mes successeurs éventuel n’étant pas visés par ce harcèlement (sans compter que la plupart trouveraient sans doute, contrairement à moi, les moyens d’y mettre fin). Sortis beaucoup plus tôt que d’habitude, donc, grande promenade classique dans la vallée ; le chien Vidocq (qui lui n’aboie jamais, naturellement) a décliné de se joindre à nous. Marcher dans le silence ou la conversation douce apaise un peu. Remontons à la nuit tombée, par le chemin de la rivière. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture, mise en ligne (la visite des journalistes, sommairement). Couché vers une heure et demie.   

lire l’entrée du vendredi 16 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 17 août 2019, 16 h 41
modifiée le dimanche 18 août 2019, 10 h 45
Samedi 17 août 2019.
Semaine 33, Saint Hyacinthe — 229/136. Plieux. Très mauvaise nuit, troubles gastriques répétés (j’espère que nous n’avons pas empoisonnés nos hôtes, c’est cela qui achèverait de les bien disposer à mon égard…). Levé vers huit heures, totalement épuisé. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre Chemin de Monplaisir, photographie du 14 août mais trop “traitée”. Bain au premier, aussitôt après le petit-déjeuner (et même là il y a très peu d’eau). Été avec Pierre à Fleurance, d’une part pour y déposer l’argent des visites à la banque et “repasser positif” (mais on ne peut plus déposer d’argent liquide que dans une machine qui ne marche pas, et pas le remettre ç un être humain (la banque est pourtant ouverte)… — Pierre est obligé de mettre un chèque), d’autre part pour essayer d’acheter des chaussures (dame très aimable, mais il faut commander ma taille). Poussons jusqu’à Auch car les chemises achetées mardi dernier au magasin “Augustin Thierry” (non, Armand) me vont très bien et j’ai l’intention d’en acquérir d’autres pour régler une bonne fois “le problème des chemises” (en acquérons quatre). Tour sans grand intérêt ensuite, sauf sur la fin, au nord-ouest d’Auch, tour près de Castin qui n’est qu’un moulin, Castillan-Massas, Peyrusse-Massas, etc. Puységur, où très joli et intéressant château en partie en ruine, XVIe-XVIIIe s., dont nous découvrons au retour qu’il serait le berceau de la maison d’Armagnac (au IXe s. !). Rentrons peu avant deux heures, pour les visites. Épuisé, arrive à dormir une heure, sans intervention cynicozale. Agenda, 16:40:23 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, poursuite de la réduction. Journal. Dîné aux nouvelles, restes de salade Jyfoutou, vin rosé pâle, glace à la vanille, biscuits et fruits marinés à l’Armagnac. Vu pou revu deux épisodes de LaeNom de la Rose. Promenade nocturne avec Pierre et Vidocq, été seulement à la clairière de l’Être, mais dans l’obscurité le cheminement n’est pas facile. Journal, entrée du jour, suite, relecture, mise en ligne. Tweets, réduction. Couché à deux heures moins vingt. 

lire l’entrée du samedi 17 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 18 août 2019, 10 h 51
modifiée le lundi 19 août 2019, 12 h 43
Dimanche 18 août 2019.
Semaine 33, Sainte Hélène — 230/135. Plieux. Assez peu dormi, levé à sept heures vingt. Temps gris. Tweets, poursuite de la réduction, passé sous la barre des 1.100.000 signes. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Puységur, au-dessus de Montestruc-du Gers, vu la veille au retour d’Auch. Tél. de Mme Bénador, qui s’inquiète de la journée New York Times et de ses conséquences — elle a raison. Agenda. 10:50:57 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Petit Remplacement, corrections d’épreuves (cinq cents pages déjà publiées et relues par P. — simple survol, mais qui entraîne tout de même d’assez nombreuses interventions). Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du château de Puységur, près de Montestruc-du-Gers. Dormi une heure environ, sans intervention de chien. Assez nombreux visiteurs toute l’après-midi, dont, avec son épouse, le sénateur Valls, ancien maire de Fleurance, pas vu depuis vingt ans, et que d’ailleurs je ne vois toujours pas. Lu dans la tour Saint-Clar une biographie en anglais de Jozef Czapski. Correction d’épreuves, toute l’après-midi. Chien Le Coz, en fin d’après-midi. Dîné aux nouvelles, restes de restes de restes (du déjeuner New York Times), poulet, jambon, fromage, poire à la vapeur et framboises et myrtilles. Vu Le Corps de mon ennemi, d’Henri Verneuil, 1976, d’après Félicien Marceau, avec Jean-Pierre Belmondo. Promenade avec Pierre et Vidocq sur le chemin du bas, mais la nuit est bien noire, le ciel bien couvert et le sol bien irrégulier, ce n’est pas très agréable : par les nuits sans lune il faut des chemins plats et blancs, ou goudronnés. Le Petit Remplacement, édition de Roux, épreuves, “fin”. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 18 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 19 août 2019, 12 h 53
modifiée le mardi 20 août 2019, 9 h 45
Lundi 19 août 2019.
Semaine 34, Saint-Jean Eudes — 231/134. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et petit château du Fréchet, XIVe s. (?), Haute-Garonne, mardi 13 août 2019. Tél. aux éditions de Roux pour savoir où il faut envoyer les épreuves du Petit Remplacement. Parlé à une dame très aimable. Pierre va porter les épreuves à la poste. L’Arrière-Pays, petite production “théorique”. Concerto pour violoncelle de Schoeck. Agenda. 12:52:45 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, puis envois de la mi-journée, trois photographies du mardi 13 août en Comminges, petit château du Fréchet, usine fluviale à Saint-Martory, château de Saint-Martory, vu de la rive opposée de la Garonne. Solennel retour de l’eau, bain à la mi-journée qui était impossible depuis plusieurs semaine, lecture par Pierre d’Henri Martin, Voltaire, Maupertuis, la science sous Louis XV, les expéditions de savants vers le pôle nord et en Amérique du Sud pour vérifier Newton. Tweets, réduction, suite. Visiteurs assez nombreux encore, lu dans la tour Saint-Clar la biographie en anglais de Josef Czapski par Eric Karpeles, Almost Nothing. Alerte de Me Rimokh qui se débat avec H., lequel annonce son intention d‘installer sa terrasse sous nos fenêtres pour me déranger davantage, et de faire ici une descente, ou plutôt une montée. Il se déclare « un provocateur né », ce dont nous nous étions certes avisé, mais qu’il est précieux d’avoir de sa main. Face à la menace, dû prévenir les gendarmes, qui étaient déjà alertés et paraissent surtout soucieux de n’avoir rien à faire dans tout ça (je les comprends !). Envoyé copie de l’échange de lettre à Mme le maire. Me Rimokh écrit au procureur. Beaucoup de temps perdu. Tweets, poursuite de la réduction mais peu avancé,  ”avec tout ça” — 1.080.000 signes. Dîné aux nouvelles, toujours les restes, mais cette fois-ci pas en salade : poulet, jambon, fromages, poire à la vapeur et myrtilles. Vu La Fête à Henriette, de Julien Duvivier, 1952, avec Louis Seigner, Dany Robin, Michel Roux, Michel Auclair, Saturnin Fabre, Hildegarde Neff, etc. Promenade dans la prairie du flanc nord, mais par les nuits noires le sol est trop inégal, d’autant que je tiens de plus en plus mal sur mes jambes. En plus le chien paraît très fatigué et a refusé de manger quoi que ce soit. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du lundi 19 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 20 août 2019, 9 h 50
modifiée le mercredi 21 août 2019, 10 h 10
Mardi 20 août 2019.
Semaine 33, Saint Bernard — 232/133. Plieux. Assez bien dormi, levé à huit heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et joli petit château de Gramont, près d’Auterive, Gers, attribué audacieusement au XIIe s. à cause de baies géminées “romanes” (?) qui pourraient aussi être néo-arts-déco, et la masse du XIVe s., donc, avec de grandes croisées Louis XV. Temps gris et pluvieux. Agenda. 09:50:08 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Bain. Quitté Plieux vers dix heures et demie avec Pierre. Saint-Clar-de-Lomagne. Homps. Labrihe. Château de Bouvées. Touget. Gimont. Bézéril. Samatan. Montpézat. Le Fousseret. Cazères. Sainte-Croix-Volvestre (prieuré). Mérigon (jolie église parmi des pommiers extraordinairement chargés de pommes). Miramont. Miramont-Haut. Lescure, village natal de Robert Redeker. Saint-Jean-de-Lescure, église, cimetière. Audinac-les-Bains. Pierre va chez ses parents, je fais un tour autour de l’ex-grand hôtel. Pierre revient avec sa mère, dont la présence nous permet d’entrer sur le camping très fermé et de voir ainsi l’ancien parc thermal et sa fameuse colonnade “romaine”. Allons à trois prendre un verre à Saint-Girons. Entrés à l’hôtel de ville, moderne, et vu dans la salle des mariages un grand tableau d‘Alphonse de Neuville figurant Garibaldi. Autres tableaux. Jolie librairie dans un ancien café fin de siècle, Montesquieu XVIIIe complet à 200 € (pas acheté). Thé avec Madame Mère à la terrasse du Galopin, sur le Salat. Tour de l’ancien château vicomtal, devenu palais de justice au XIXe siècle et aujourd’hui désaffecté. Quittons Mme de Golubert qui rentre à C. Envie de Bethmale. Alos, beau château Régence (?), curieusement sophistiqué à cette altitude, gâché et rendu imphotographiable par une vaste tente à mariage en plastique blanc. Seix.  Tour assez complet du village et montés au château que j’ai beaucoup envisagé d’acheter en 1992 et qui est devenu le centre d’études de la montagne ariégeoise, ou quelque chose comme cela. Extérieurs bien conservés et délicatement restaurés, intérieurs assez lobotomisés, mais au moins les espaces, les cheminées et les éléments de décor Restauration ont été conservés. Col de la Core, marché un peu à partir de là, parmi les chevaux (semi) sauvages. Bethmale, belle église modestement baroque Saint-Michel d’Ayet dans le dernier soleil. Castillon-en-Couserans, montés à la chapelle ex-castrale, romane et al., très belle, difficile à photographier (pas de lumière, nuit tombée et pas de recul possible). Belle et large église romano-baroque, à façade “mexicaine” (très “Zorro est arrivé”)  de Luzenac, avant Moulis. Re-Saint-Girons, re-Audinac-les-Bains, où récupéré la voiture offerte à Pierre par sa mère, objet de l’expédition conjointe. Retour à deux voitures dans la nuit, assez laborieux, même  itinéraire. Concert retransmis en direct de La Côte-Saint-André, l’éternellement médiocre “orchestre national d’Île-de-France”, pénible Eroica et, curieusement, moins mauvaise Vie d’un héros, qu’on aurait pu croire pourtant plus difficile. À Plieux vers minuit. Dîner,  vu un peu d’Un peuple et son roi. Journal, brièvement. Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du mardi 20 août 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 21 août 2019, 10 h 21
modifiée le jeudi 22 août 2019, 11 h 56
Mercredi 21 août 2019.
Semaine 34, Saint Christophe — 233/132. Plieux. Bien dormi, levés à huit heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait au lac de Bethmale [correction automatique : “bestiale”], église Saint-Michel-d’Ayet de Bethmale, Ariège, la veille, au dernier soleil. Beau temps. Pierre va chercher au Bar XIII à Lectoure un album Le Jour ni l’Heure 2013 commandé par M. Resca et envoyé par UPS, dont c’est le dépôt. Comptes : Dernière connexion le 16/08/2019 à 09h56 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 415,84 € (re-repassé positif) /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 20/08/2019 415,84 € /// À venir -317,06 € | Prévisionnel 98,78 € ///       20/08 REMISE CHEQUES BORDEREAU 09508690 /NOPT/NB CHQ TRAITE /00001 +350,00 € (billets visiteurs) /// 20/08 REMISE CHEQUE/ETRANGER RECOUVREMENT DE LA REMISE DE 001 CHEQUES DU 24072019 +149,58 € (Kindle) ///////  Agenda. 10:21:15 /////////  Agenda. 10:21:15 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Repris le travail sur le “mémoire” pour Mes Rimokh & Bonichot, commencé il y a un mois et presque aussitôt interrompu. Le Jour ni l’Heure, trois photographies documentaires sur le château de Seix, prises le mardi 20. Pas d’eau, bain en bas. Suite du mémoire pour Me Rimokh. Après-midi très animée, le peak de la season plieusaine. Visite de Mme le maire, très élégante (et cordiale). Visite de Mme Lloan accompagnée de sa nièce. Visite, de Nice où il séjourne avec femme et enfants pour ses vacances en Europe, de M. Resca, qui est descendu à l’auberge de Gramont et s’en montre enchanté. Il arrive chargé de présents, une trousse à pinceaux pour moi, ceux-là cent fois plus élégants que ceux que j’utilise habituellement, un très bel album sur la Guyane pour Pierre. Thé avec Mmes Lloan et Aurensan et lui, visite générale avec lui, pour voir les tableaux (qu’il connaît tous par leur nom). Lui offre une assiette peinte, monochrome   balthusien (correction automatique : “malthusien” (!!!)) rouge. Il me fait dédicacer un très rare exemplaire numéroté sur vélin de Buena Vista Park, somptueusement relié et encoffretté  par ses soins (à Nice). Assez nombreux visiteurs payants également, dont, je crois, mais je ne la vois et reconnais (?) qu’après, “avec tout ça”, la princesse de La Tour-d’Auvergne (de Bérac), habituée de la grande époque. Dîner sur le tard, jardinière de légumes et semoule, poire à la vapeur et confiture de figues. Vu Fauteuils d’orchestre, 2006, de Danièle Thompson, avec Cécile de France, Valérie Lemercier, Albert Dupontel, Christopher Thompson, Sydney Pollack, Claude Brasseur, etc. — le film est largement tourné au théâtre des Champs-Élysées et le personnage du musicien largement inspiré par François-Régis Duchâble. Promenade avec Pierre et Vidocq à Balignac. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture, mise en ligne. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du mercredi 21 août 2019 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site